• Actualité
  •  

Le commandant ASL alépin Abou Mohammad, rencontré ces jours derniers par Libération, n'avait guère le moral. Il avait en revanche une dent contre... ses supérieurs planqués en Turquie Ces dernières 48 heures, Sana et divers sites et médias pro-gouvenementaux, mais aussi l'OSDH et l'AFP rendaient compte de combats dans les quartiers de Bustan al-Bacha (nord), Hanano (est), Bab al-Nairab (sud-est), Bustan al-Qasser. L'OSDH évoquait des bombardements sur ces quartiers. Sana annonçait de surcroît de opérations dans les secteurs d'al-Safira, Dawar [...]



Alep : des communiqués et du vécu

Par Louis Denghien,



Le commandant ASL alépin Abou Mohammad, rencontré ces jours derniers par Libération, n’avait guère le moral. Il avait en revanche une dent contre… ses supérieurs planqués en Turquie

Ces dernières 48 heures, Sana et divers sites et médias pro-gouvenementaux, mais aussi l’OSDH et l’AFP rendaient compte de combats dans les quartiers de Bustan al-Bacha (nord), Hanano (est), Bab al-Nairab (sud-est), Bustan al-Qasser. L’OSDH évoquait des bombardements sur ces quartiers. Sana annonçait de surcroît de opérations dans les secteurs d’al-Safira, Dawar al-Jandoul, al-Sayyed Ali, Souleymane al-Halabi. À al-Safira notamment, cinq pick-up-mitrailleuse ont été détruits ; à Boustan al-Bacha seulement, Sana rend compte de quatre opérations distinctes contre des positions rebelles. Une attaque contre un poste de police dans le quartier d’al-Midan (centre nord et au sud de Boustan al-Bacha)  avait aussi été repoussée avec pertes.

14 libérations, et 7 opérations d’envergure

Dans la région d’Alep, l’armée syrienne est parvenue à libérer 14 Syriens qui avaient été enlevés dans la région d’Orm. Et selon le site Syrian documents, l’aviation a pilonnée lundi la région frontalière d’Al-Bab (à une trentaine de kilomètres au nord-est d’Alep), contrôlée par les miliciens de l’ASL. Selon des sources de l’insurrection, 25 d’entre eux ont été tués, et 70 blessés. Alors que les sources gouvernementales parlent quant à elles de 150 tués et parmi les miliciens et les civils. Une vidéo sur YouTube a montré les dégâts du bombardement. L’armée dispute toujours offensivement non seulement les quartiers d’Alep mais la région nord limitrophe de la Turquie.

Par ailleurs, le site Arab Press a rendu compte de 7 opérations importantes effectuées dans la métropole par l’armée régulière, infligeant de lourdes pertes aux miliciens : dans la rue Meze, du quartier Seif al-Dawlé (est de Salaheddine), dans les quartiers de Mayssar et de Hanano. Plusieurs écoles, lieux décidément favoris des miliciens pour y installer leurs quartiers généraux, ont été prises d’assaut. Dans le vieux quartier de Bab Nasr (centre-nord), des accrochages se sont soldés par la mort de 6 miliciens. Sana rend compte par ailleurs de la destruction, à l’aube du mercredi 5 septembre, de trois autres pick-up à mitrailleuses lourdes Douchka, dans le secteur de Khanaser.

Sana parle presque à chaque fois de dizaines de terroristes tués ou blessés. Mais encore une fois sur la base d’une dizaine d’incidents et opérations quotidiens – et d’une certaine ampleur – recensés dans le district d’Alep, sans parler de bombardements de l »artillerie et des forces aériennes, il n’est pas douteux que l’ASL et les bandes islamistes subissent une saignée continue.

Le coup de blues du commandant Mohammad

De façon moins statistique, et donc moins abstraite, on a pu lire – entre les lignes – mercredi 29 août un reportage du correspondant de Libération à Alep, Jean-Louis Le Touzet, qui se penchait avec beaucoup de sympathie et même d’empathie sur les états d’âme et de service d’un certain commandant Abou Mohammed de l’ASL, qui avec une quarantaine d’hommes aurait pris vers le 23 août le contrôle du quartier chrétien d’Azizieh (ou al Aziziyah) au nord-ouest de la Vieille Ville.

À la lecture de l’article, on comprend vite ce que cette occupation d’Azizieh – qui ne concerne que quelques ruelles et une « placette » – a de précaire. Les rebelles sont pilonnés par les hélicoptères. Avant que d’être surpris, dimanche 26 août à 9 heure du matin, par une brusque attaque de l’armée régulière : selon les termes mêmes du reporter de Libération, les ASL ont été surpris dans leur sommeil et ont dû fuir, paniqués, vers le quartier voisin de Bab al-Nasr. Jean-Louis Le Touzet a rencontré le commandant Mohammad de retour de son front enfoncé : « Il est défait et hurle dans la mosquée (qui lui sert de QG) : ‘Ils sont là ! Ils nous encerclent ! »". L’attaque aurait coûté quatre combattants au groupe en une demi-heure, et à 10 heures, la position était perdue pour le groupe d’Abou Mohammad. Par la suite, le correspondant de Libération n’a plus eu avec ce dernier qu’un contact téléphonique, mardi ou mercredi, dans lequel l’officier ASL disait qu’il avait vécu une nouvelle « journée terrible ».

Ce même reportage donnait d’autres indications intéressantes sur la situation et le moral des troupes ASL dans ce secteur d’Alep : Abou Mohammed, ancien officier de 48 ns qui a fait un stage à Moscou avant de s’exiler deux ans en Belgique (ce qui lui a appris un minimum de français) puis de revenir combattre en Syrie au début de l’année, commande à des paysans venus de la région nord d’Alep. Lui-même serait originaire des quartiers ouest d’Alep et il a entraîné son fils de 19 ans dans l’aventure. Voici une semaine, Abou Mohammed s’est rendu dans une ville frontière turque pour en revenir avec de l’argent syrien et quelques armes. Des armes dont les ASL d’Azizieh manqueraient cruellement, à en croire l’homme de Libé.

Autre péripétie éclairante : les hommes du commandant ont arrêté une femme lors de leur entrée à Azizieh, bientôt convaincue d’ »espionnage » au profit de l’armée : Abou Mohammad tente de négocier un échange de prisonniers avec un sous-officier loyaliste qu’il a connu lors de son stage à Moscou. Mais la négociation échoue très vite : lors d’un ultime coup de téléphone, le commandant ASL s’efforce de convaincre son « correspondant » non seulement d’accepter l’échange mais de « laisser tomber Bachar » ; ce à quoi le militaire loyaliste lui répond d’ »aller se faire foutre » ! Ce qui suscite chez Abou Mohammad un désarroi certain assorti de commentaires amers sur l’état-major de cette ASL qui est censée le coiffer militairement : « Je ne comprends pas ce type avec qui on a appris le russe ensemble, pas plus que je ne comprends ces déserteurs, officiers et sous-officiers qui se ^planquent en Turquie. Pas un mec ne nous a rejoints. Il s attendent quoi ?«  . Et le commandant ASL de confier au reporter de Libération  : « J’en ai marre de tout !« . Ce désaveu de la direction de l’ASL, effectivement installée en Turquie, par les groupes rebelles d’Alep avait déjà été exprimée dans un autre reportage de Pierre Piccinin pour le quotidien belge Le Soir.

Où il se confirme qu’Erdogan peut bien accueillir une vingtaine de généraux de brigade syriens en dissidence, ils ne sont d’aucune autre utilité que médiatique – et encore, très ponctuellement.

Quartier ASL, quartier dévasté – et étranglé

Bref, comme on voit, la situation des rebelles, un mois et demi après le début de la bataille d’Alep, est rien moins que florissante. On en a une démonstration supplémentaire avec cet article de l’AFP (en date du 4 septembre et publiée notamment sur le site suisse Romandie.com) que nous signale un de nos visiteurs. Le correspondant de l’AFP constatait mardi une activité commerciale normale dans le centre-ville, situation en complet contraste avec les quartiers de l’est et du sud de la ville infestés par les rebelles, non seulement soumis à des bombardements mais souffrant de pénurie alimentaire, selon des militants.

Pour ce qui et du centre – et donc aussi de l’ouest et du nord – de la ville, le reporter parle donc d’ »une atmosphère calme en apparence, avec tous les magasins ouverts, et les gens dans la rue en train de faire leurs emplettes« . Toutefois, il a recueilli les doléances d’un commerçant en vêtements qui se plaint du faible niveau actuel des affaire, les gens, expliquant-il, ayant peur de l’avenir. Avant d’ajoutyer, de façon un rien contradictoire, qu’ils achètent les vêtements et les cartables pour la rentrée scolaire.

En ce qui concerne les quartiers disputés entre l’armée et les rebelles, l’homme de l‘AFP se fait l’écho de affirmation d’opposants selon lesquelles le régime empêche les produits alimentaires de parvenir aux quartiers « libérés » (le mot est, bien sûr, de l’AFP). Les habitants sont obligés de passer les produits en contrebande, de quartier en quartier, affirme, via le réseau Skype, un militant du quartier « rebelle » de Sakhour (est de la ville, et au sud-ouest immédiat d’Hanano)) qui se fait appeler Barra :

« Quand je vais acheter quelque chose, je dois aller dans plusieurs épiceries ou supermarchés avant de trouver ce que je veux : oeufs, yaourt, riz et même du lait pour les enfants. Ces produits sont quasi inexistants, les marchés sont presque vides. C’est difficile de trouver des bonbonnes de gaz aussi« . Et notre militant d’ajouter, évacuant la responsabilité de ses amis insurgés dans cette situation, « C’est un vrai siège, une punition collective. Si le régime pouvait nous priver d’air, il le ferait« .

Selon lui, les ordures sont partout et les habitants essaient de nettoyer autant qu’ils peuvent, mais les bombardements sont tellement intenses qu’ils les empêchent de sortir de chez eux. Mais comment les services municipaux et le ravitaillement fonctionneraient-ils dans un tel contexte ? Peut-être ce Barra pense-t-il que l’armée devrait accepter de ravitailler, ou de laisser ravitailler, les bandes ASL-islamistes ? Les quartiers parasités par les islamo-ASL sont effectivement encerclés, assiégés, et victimes d’un blocus autant que que de bombardements. C’est regrettable pour ceux des habitants qui n’ont pu fausser compagnie à leurs « libérateurs », mais c’est une épreuve obligée pour que ces quartiers puissent retrouver leur vie d’avant. Avant que que des insurgés équipés et manipulés par de puissances étrangères en fassent des Bab Amr ou des mini- »califats » islamo-atlantistes.

En complément de ce qui précède, une petite vidéo sur le sort de celui qui a été présenté comme le commandant des forces ASL à Alep « Abdel Kader Al Saleh » – ne pas oublier que l’ASL a des faux airs d’armée mexicaine, avec une inflation de « commandants« ; en tous as celui-là a été blessé par deux balles, lors d’une tentative ratée d’une attaque contre un check-point de l’armée Syrienne à Alep…

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

69 commentaires à “Alep : des communiqués et du vécu”

  1. AVICENNE dit :

    Heureux de vous relire Louis.

    Pourriez-vous (quand vous en aurez le temps)nous parler de la région d’idlib ainsi que de la frontière Irkienne ?.

    Merci.

      • AVICENNE dit :

        Si je pouvais vous embrasser !……………………………..

        Merci

        • fatima dit :

          C’est agréable de vous relire, Louis et Guy.
          @Avicenne,
          Apparement l’asl commence à attaquer des régions de Lattaquieh. Ce jech alkour est arrivé jusqu’à Machequita, Kefarieh et de nouveau il y a des affrontements entre l’armée syrienne et jeich alkour à Quastal Almaaf et Alfroulloq..
          Ma cousine n’est pas tout à fait optimste, par contre les Lattaquiodes ont énormément peur.

          • LafleurJs12 dit :

            Al Foorloq, c’est là où je suis passée il y a un an e demi, et un magnifique parc forestier des arbres sansâge, magnifiques, mais des ravins et des vallées impénétrables et des villages où il a des vergers de pommiers !
            Oui, il se pourrait que les débris de l’ Asl se replie près de la côte en raison du soutien des occidentaux qui y ont amené sur mer leurs armadas et leurs engins de communication…! mais Lattaquié n’est pas un entrelac de ruelles aussi impénétrable que les quartiers de l’est d’Alep Des nouvelles d’Alep et de la famille enfin obtenues par téléphone montre que dans les autres quartiers les gens on du ravitaillement , des boutiques, des pharmacies mais la peur toujours de ces voyous, rapts et vols et pillage des maisons vides..
            ET bien sûr qu’il n’y a pas de boutiques ouvertes dans les quartiers touchés Saif al Daoula..Plus rien à Boustan al qasr, pour Ansari…? Vers les souks le problème est qu’ils sont fermés et plus nettoyés donc très sales et puants, mais à Jalloum les gens y sont et près de la citadelle aussi et clame à hamdaniyé où comme ailleurs il y a électricité, gaz (bouteilles et oui !) et eau et à Bab Jnene, des légumes… Les pastèques arrivent aussi y compris dans les quartiers le plus touchés.

          • AVICENNE dit :

            Oui, ils ont peur.

            Comme je l’ai déjà écris, ma tante nous disait il y a déjà quelques semaines : « Ils sont si nombreux…. ».

            Je pense qu’ils tenteront de jouer une de leur denière carte dan cette région. Une sorte de barroude d’honneur en quelque sorte afin de tuer le maximum d’impies !.

            Rendez-vous compte, la région de Bachar !.

            Je les maudits !

      • Khodr dit :

        Très bonne nouvel ces pertes chez l asl, je m endormirais mieux ce soir

    • Maroua dit :

      You you you you you pour le retour de Louis et victoire pour notre grande Syrie et à sa tête Bachar

  2. joska dit :

    Louis, je vous souhaite une bonne reprise car je peux vous dire que vos éditoriaux m’ont manqués, surtout que le pourri de Samy est réapparu pour répandre sa fiente de propagande! Vive la Syrie, son peuple, Bashar et InfoSyrie et tous les vrais amis syriens internautes pourle peuple et la sainte Syrie

  3. Charles dit :

    Depuis une cinquantaine de jours, plusieurs dizaines de mercenaires sont tués chaque jour, et d’autres sont blessés ou faits prisonniers. Sur la base d’une centaine de tués, blessés ou capturés, cela fait 5000 mercenaires mis hors de combat depuis le début de la bataille de Damas. Or à l’époque on estimait à 6 ou 7 mille le nombre total de mercenaires, et il semblait que ceux qui parlaient de dix fois plus, comme Thierry Meyssan ou Genady Zuganov, exagéraient — à des fins de (contre-)propagande.
    Aujourd’hui ces 6 ou 7 mille mercenaires devraient être réduits à 1 ou 2 milliers, totalement démoralisés. Mais, s’ils ne cessent de reculer, ils semblent toujours capables d’imposer à l’armée syrienne de durs combats dans lesquels elles perd quotidiennement 15 à 20 soldats. L’estimation des effectifs des mercenaires est donc à revoir à la hausse.
    Dans un interview paru le 26 août sur Mirada del Sur, la journaliste argentine Karen Marón (qui parcourt le Moyen-Orient depuis 12 ans et se trouve depuis 7 mois en Syrie comme correspondante de Folha de San Paulo (Brésil), la BBC, la NBC (USA), El Universal (Mexique) et d’autres médias) dit : « Les wahhabites proviennent de nombreux pays, principalement Irak, Jordanie, Liban, Tchétchénie, et Afghanistan. Ils constituent quelques 60 mille hommes qui réalisent des opérations de guérilla et des attentats, promeuvent des manifestations antigouvernementales, entraînent l’ASL et lancent des actions terroristes et des opérations psychologiques. Toutes ces initiatives visent à affaiblir l’appareil gouvernemental syrien, en le plongeant dans une guerre civile créée artificiellement. »
    (http://sur.infonews.com/notas/siria-es-una-guerra-civil-artificial)

    • Karim dit :

      Selon les déclarations d’un général de l’Armée Syrienne à Alep (la plus grande concentration de terroristes), sur les 7000 terroristes d’Alep, il y’en a 2000 qui ont été éliminés, et d’ici une dizaine de jours, le reste va être neutralisé vu que les zones difficiles ont été conquises.D’onc , j’imagine que pour toute la Syrie, il reste un peu plus de 1000 ou 2000 que tu annonce Charles. Mais l’armée syrienne pourra les exterminer avec un peu de temps, pourvu qu’il n ‘y est pas d’autres arrivants Jihadistes internationaux.

      • Marie-Christine dit :

        « pourvu qu’il n ‘y est pas d’autres arrivants Jihadistes internationaux. »
        Mais on dirait bien qu’ils arivent en continu…
        Difficile dans ces conditions de faire une analyse cohérente et statique…
        L’approvisionnement de la Syrie en arrivants djihadistes internationaux semble « non-stop »…?
        Personnellement, je n’ai pas connaissance de signes que le « flot » diminue et serait en voie de s’arrêter…?
        Quand ? Quelqu’un en voit-il des indices ?

    • M. dit :

      l’evaluation de l’effectif ASL/AlQaida a 60000 hommes ne vient pas seulement de Meyssan mais egalement de la Russie (officielle).

      • fatima dit :

        Et ce chiffre va propablement augmenté dans les prochains jours !!
        Les salafistes viennent de partout !!!même les arabes qui combattent avec les talibans ont quitté l’Afghanistan pour rejoindre les gangs armés et faire le jihade contre les syriens.
        J’ai l’impression que la Syrie est devenue « la poubelle des cons occidentaux, des golfistes et takfiristes ».. Chacun va se débarrasser de ses « saletés » en les envoyant vers la Syrie.. !!!!???

        • Marie-Christine dit :

          La Syrie comme lieu « d’enfouissement des déchets » (un « enfouissement » très relatif, sauf à compter, et on peut le faire, avec l’action del’armée !) dont le monde veut se débarrasser !?
          !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

          • M. dit :

            oui chere Christine,

            je remercie la Syrie de nous debarasser de ces criminels! meme si elle paie injustement la totalite de la facture!

            je n’ose pas imaginer ce que feraient ces voyous s’ils revenaient dans leurs pays respectifs!

            Que Dieu soutienne ses valeureux combattants Nationalistes!

  4. Cécilia dit :

    Contente de vous retrouver, Louis.

    Bienvenue à la maison et bonne rentrée ! ;)

    Vive la Syrie !
    Vive infosyrie !

    Bonne journée, Louis !

  5. EAUX TROUBLES dit :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120906.OBS1548/syrie-poutine-demande-aux-occidentaux-de-modifier-leur-position.html

    « Le président russe Vladimir Poutine a appelé les pays qui participent avec la Russie à la recherche d’une solution au conflit en Syrie à « modifier leur position », dans une interview diffusée jeudi 6 septembre par la télévision Russia Today.

    « Pourquoi la Russie seule devrait-elle réexaminer sa position ? Peut-être que nos partenaires dans le processus de négociation devraient eux aussi changer leur position », a estimé Vladimir Poutine.

    Le président russe souligne que « les évènements des dernières années montrent que toutes les initiatives de nos partenaires ne se sont pas terminées comme ils l’avaient souhaité », en prenant notamment l’exemple de l’Afghanistan.

    Poutine égratigne les Etats-Unis
    « Les Etats-Unis (puis leurs alliés) sont entrés en Afghanistan. Maintenant tous ne pensent qu’à une seule chose : comment en partir. Et que se passe-t-il dans les pays arabes, en Egypte, en Libye, en Tunisie, au Yémen. L’ordre et le bien-être y règnent ? Et quelle est la situation en Irak ? », a poursuivi Vladimir Poutine.
    Quant à la politique occidentale de soutien à l’opposition syrienne contre le régime de Damas, allié traditionnel de Moscou, « alors il faut ouvrir les portes de Guantanamo, et envoyer tous les prisonniers de Guantanamo en Syrie, qu’ils se battent, c’est exactement la même chose », a déclaré Vladimir Poutine, dans une allusion au camp américain à Cuba où sont détenus depuis 2001 des prisonniers soupçonnés de terrorisme. »

    Ca décoiffe !

  6. Marie-Christine dit :

    Permettez-moi de vous embrasser Louis et Guy pour votre retour.
    Nous avons essayé de faire mieux que survivre à notre niveau pour la ré-information en attendant votre retout, mais vous nous avez vraiment beaucoup manqué !!! BON RETOUR.
    Bon, c’est maintenant à moi de prendre des vacances, au moins pour quelques heures, car pour ma vie personnelle c’est urgent !
    Dieu, la Syrie, Bachar, c’est tout ! (j’ai eu peur de faire des fautes si je l’avais écrit en arabe : la prochaine fois !)

  7. Mij24 dit :

    Morsi,l’agent sioniste veut former un quartet qui va suremement servir à Israël…

  8. Aline Nathalie de Côte d'Ivoire dit :

    Très bon retour cher Louis!
    Ce n’est en aucun cas vous flatter que de vous le dire mais comme vous nous avez manqué!
    En particulier moi Africaine, notamment de Côte d’Ivoire, pays qui a subi la furia médiatiq désinformatrice de la franconusie et dont les citoyens lucides perçoivent mieux ce qui se trame en Syrie.
    Mon problème comme ceux de beaucoup sans doute d’Afrique, j’ai toutes les difficultés pour accéder à une information alternative, une ré-information honnête pour contrer les médiamensonges ultradominants.
    Même quand j’introduis quelque référence que ce soit sur google, on me renvoie quasi-systématiquement à ces média intoxicateurs, d’où cette demande que je formule pour la 3ème fois depuis quelque temps:
    POURRIEZ- VOUS ME DONNER LES SITES SIMILAIRES AU VÔTRE AFIN QUE J’ÉTENDE MES SOURCES D’INFOS ALTERNATIVES?
    Cher Louis, vous n’imaginez pas à quel point votre silence m’a troublée, moi et les miens ivoiriens qui nous DÉSINTOXIQUONS grâce à votre site!
    Alors si vous deviez aller en vacances,
    permettez que nous ne nous noyions pas dans les abysses médiamensongères qui prennent à la gorge dès que nous tournons le bouton de nos tv et radios.
    Merci pour votre bonne comprehension à infosyrie.fr

    • DZYRIA dit :

      DEDEFENSA.ORG, le grand soir, contreinfo (quand ça marche), questions critiques geostrategiques.
      et merci pour le retour de l’équipe d’infosyrie, vous nous avez manqué

    • M. dit :

      chere Aline,

      je vous ai ecrit un message sur votre ancien post, mais il semble qu’il ait disparu par deux fois.

      je vous ecris un autre des que possible.

      captez-vous NileSat, ArabSat et HotBird?

      a tres bientot,
      M.

    • antares dit :

      Vous pouvez également consulter ces site également :

      http://www.almanar.com.lb/french/main.php

      http://www.voltairenet.org/

      http://french.irib.ir/

      http://allainjules.com/

      … mais bien évidemment mon site préféré reste celui-ci ;)

    • nacera dit :

      @Aline Nathalie de Côte d’Ivoire
      Comme on se retrouve dans le même destin!
      En effet je suis algérienne et mon pays a subi durant les années 90 le même sort que la syrie aujourd’hui et on nous a rigolé au nez lorsque nous avions raconté qu’il y avait des terroristes étrangers chez nous à côté des nôtres.
      La désinformation bat son plein aujourd’hui encore car tout le monde prétent que les islamistes ont été vainqueurs aux élections, alors que les gens n’ont voté pour eux que par peur: moi-même j’ai été menacée que mon bulletin sera contrôlé et que pour eux oubien tu es avec eux et donc musulman, soit contre eux et donc hérétique et passible de décapitation.
      J’ai donc dessidé de croire pour le restant de ma vie le contraire de ce que racontent les merdias.
      Pour la syrie j’ai la chance de connaitre l’arabe et je suis donc restée en contact quotidien avec leur presse tout en comparant avec les merdias.
      Ce qui m’a impressionnée c’est l’objectivité de la presse syrienne qui donnait les noms des décédés, leur ocuupation avant les faits et les commentaires de leurs familles. J’ai aussi senti une grande honnêteté dans l’information. Comme j’ai eu la chance d’avoir vécu en syrie et de connaitre de ce fait la mentalité syrienne, j’ai été touchée par leur humilité qui m’a boulversée. Je sais combien ce peuple est fier, et c’est pour eux déjà insupportable que leurs propres enfants tuent leurs propres frères: c’est une humiliation pour eux qui les a bloqué trés longtemps et que je pouvait lire entre les lignes.
      Aujourd’hui il ne reste entre les lignes que le désir profond d’un peuple à vivre, à se sacrifier jusqu’au dernier s’il le faut pour la dignité humaine. Je vais te faire un aveux: je n’ai jamais souhaité me battre de ma vie et je n’ai jamais compris les hommes, mais aujourd’hui je me sens capable de faire n’importe quoi pour que l’ordre règne dans ce pays qu’est la syrie, et l’ordre c’est l’état syrien qui le dicte et l’armée des « protecteurs de la patrie » comme ils appellent les soldats de l’armée régulière – en arab Houmat Eddiar – a seule la légitimité d’imposer l’ordre.
      Je m’inquiète depuis trés longtemps sur le mali, mais malaheureusement je n’ai aucune source ni télé ni journeaux. Merci de me brancher si tu as la moindre idée.

    • M. dit :

      chere Aline,

      il ya aussi ces sites:
      http://www.french.moqawama.org/index.php (Hezbollah)
      http://syrian-es.org/ (l’Armee Electronique Syrienne, existe en Anglais)

      http://addounia.tv
      http://rtv.gov.sy

      voici les frequences pour capter les chaines Syriennes:
      Syria : 11680 H Nilesat, 12054 V Arabsat, 12015 H Hotbird
      Syria News: 11390 V Nilesat, 12092 V Arabsat
      Addounia: 10920 V Nilesat

      amicalement,
      M.

  9. Mehdi dit :

    Bonjour à tous, Pouvez vous nous en dire plus sur les MiG qui auraient étés abattus par les fous? On a vu une vidéo d’un parachutiste tué (avec un parachute déployé)…Je fais référence à la base aérienne qui aurait été aussi prise d’assaut. Merci bien.

  10. Espoir dit :

    Tellement heureuse que vous soyez là!
    On nage en pleine confusion. Les infos sont contradictoires. Tout le monde accuse tout le monde par médias interposés. Avoir quelqu’un au bout du fil, à Alep, relève du défi.

    J’ai appris qu’une journée de réconciliation,  » la journée du drapeau à cinq étoiles » en référence au nombre total des étoiles sur les deux drapeaux : Pro et contre va avoir lieu le 15 septembre.
    Loin des armes, cette démarche se veut apaisante. je rêve mais je veux y croire! vive la Syrie et merci Louis et toute l’équipe.

  11. dada dit :

    Merci de reprendre le cour de vos infos quotidiennes sur la situation en Syrie afin de contrer cette propagande mensongère diffusée par quasiment tous les médias officiels français, ce dont j’ai n’ai pris réellement conscience que récemment en trouvant votre site. Vos infos sur la situation réelle de ce pays commençaient à me manquer. Il m’est insupportable de voir cette coalition occidentale vouloir décider de qui doit gouverner, en Syrie et ailleurs, cette ingérence est parfaitement néo-colonialiste de la part de ceux qui n’ont certainement pas de leçons de démocratie et de droits de l’homme à donner, car les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, ils les connaissent pour les avoir, soit pratiqués, soit soutenus.

  12. L17 dit :

    Bonjour Louis Denghien

    Heureuse de votre retour sur le site. Vos articles et les nouvelles fiables de Syrie nous manquaient, d’autant plus que SANA n’est pas toujours accessible…

    Je vous souhaite une bonne reprise ainsi qu’à toute l’Équipe d’Infosyrie.

    Très cordialement – L17

  13. guillaume dit :

    louis heureux de vous
    revoir .

  14. nacera dit :

    Je regarde assez souvent les 2 télés syriennes addounia et al ekhbaria. La lutte contre le fléau meurtrier et destructeur continue tantdis-que les discussions sur la reprise des classes des enfants, le relogegement des familles, le renouvellement de l’infrastructure etc. sont les préoccupations prédominantes pour la société civile. La télé syrienne a joué son rôle avec intelligence pendant tous ces derniers mois, informant en donnant tous les détails comme le nom des gens tués, le progression dans la lutte, mais aussi prenant soin de distraire les gens pour leur éviter le choc qui ne manque pas de faire des ravages sur l’esprit des citoyens comme celà a été le cas en algérie, ou la distraction a été négligée et un nombre considérable de gens, même ceux qui n’ont pas eu de morts, portent des séquelles psychologiques jusqu’à aujourd’hui.
    hier, j’ai entendu dire qu’Alep sera reprise entièrement dans les 10 jours.
    Bien sûr, s’ils avaient bombardé de la manière qu’a fait israel à Gaza ou les usa à fallouja, celà aurait fait longtemps qu’ils auraient repris la ville, mais ils ne peuvent pas se permettre de détruire l’infrastructure et les ressources humaines car aprés tout alep n’est pas un pays étranger et les alepins sont aussi des syriens.
    D’aprés ce que j’ai pu constater à chaque fois, les frappes aériennes devaient ouvrir la voie aux soldats de terre qui dés que possible entrent dans un secteur donné pour continuer le travail d’homme à homme.
    Le plus difficile est bien sûr de neutraliser les snipers qui ont chassé les habitants dont les maisons occupaient des endroits stratégiques.

    • M. dit :

      chere Nacera,

      pour conforter votre constat, Addounia avait passe il y a qlqs jours une image du dernier rapport d’Amnesty montrant une image satellite d’Alep avec marque les crateres des tirs d’artillerie.

      on peut alors clairement voir que quasiment tous les tirs etaient en dehors des habitations.

      un ou deux batiments etaient touches, et legerement.

  15. l'ingenue dit :

    Voila pour combattent ces Islamosionistes

    > Les démocrates cèdent sous la pression du lobby pro-israélien
    La convention du Parti démocrate a offert une saisissante illustration, la nuit dernière, de l’emprise du lobby pro-israélien sur la politique américaine. Le parti d’Obama a dû réintroduire, sous la pression, une référence à Jérusalem comme capitale de l’Etat juif. Au prix d’une évidente manipulation du vote.

    C’est le premier gros couac de la convention de Charlotte (Caroline du Nord). Mardi, le Parti démocrate adoptait son programme électoral. Un programme innovant, si l’on peut dire, par rapport à celui de 2008. Plus de référence à Dieu. Et surtout, plus de référence à Jérusalem. La version adoptée il y a quatre ans affirmait que « Jérusalem est et restera la capitale d’Israël ».

  16. chibani84 dit :

    Bonjour Louis Denghien

    Très heureux de votre retour et de la reprise du site. Les informations de la situation de la Syrie me manquaient, malgré SANA et Algéria-isp…

    La forme et le moral regonflés comme ceux de l’Armée Arabe Syrienne qui va triompher. Un peu de patience. Le type de guerre à laquelle elle doit faire face est de loin le plus compliqué et le plus difficile.

    Cordialement

  17. touri dit :

    Turquie: l’explosion d’un dépôt de munitions fait 25 morts

    Au moins 25 militaires turcs ont été tués lors de l’explosion d’un dépôt de munitions dans la province d’Afyonkarahisar (centre), a annoncé jeudi l’état-major général du pays.
    L’explosion s’est produite mercredi soir dans un dépôt de grenades à main. Quatre militaires ont été blessés.
    Les causes de l’explosion sont pour le moment inconnues. Le ministère de la Défense a ouvert une enquête.

    Ria Novosti—6/09/2012

  18. l'ingenue dit :

    Le 11-Vendémiaire de la Sainte-Révolution syrienne
    De Fida Dakroub
    Global Research, septembre 04, 2012Région : Moyen Orient
    Thème: Guerre USA OTAN
    In-depth report: Le «Printemps arabe», SYRIE Généralités

    Il est certainement beau de bien servir sa patrie, mais le mérite de bien dire n’est pas non plus à dédaigner. En politique comme en littérature, sur la barricade comme sur l’écran d’un ordinateur, on peut se rendre illustre ; et ceux qui font de belles actions, comme ceux qui les écrivent, obtiennent des louanges. Or, selon moi, bien qu’il ne revienne pas à celui qui écrit l’histoire la même gloire qu’à celui qui la fait, sa tâche n’en est pas moins fort difficile. Dans ce sens, il ne suffit pas que le récit historique réponde à la grandeur des actions historiques, mais il faut qu’il s’élève aussi à leur rang d’apothéose ; sinon vos lecteurs taxent vos écrits de prosaïsme et de simplisme. Ceci exige, ici, un besoin de présenter, dans un récit glorieux, un événement aussi majestueux que celui du 11-Vendémiaire [1] de la Sainte-Révolution syrienne, soit le deuxième jour du mois d’octobre 2011. Ce jour fut honoré par la naissance d’un pacte de principes constitutionnels, qui aurait dessiné pour ainsi dire les contours de la Syrie de demain.

    En préambule, la plupart de mes lecteurs me posent deux questions qui me sont devenues familières. Ceux qui lisent régulièrement mes articles sur la Syrie, me demandent pourquoi quand je parle de la soi disant « révolution » syrienne, d’un côté, et de la « coalition » qui s’est établie entre l’impérialisme occidental, l’islamisme califal turc et le despotisme obscurantiste arabique, de l’autre côté, j’emploie des désignations qui ne s’échangent pas au marché médiatique, telles que la « Sainte-Révolution » et la « Sainte-Alliance ».

    La réponse à la première interrogation n’implique pas nécessairement un recours aux schémas métaphysiques ni aux équations géométriques abstraites. Il suffit, dans ce contexte, d’examiner le discours politique des dirigeants atlantiques et arabiques sur la Syrie, depuis le début des événements en mars 2011, pour remarquer la « Couronne de lumière » qui entoure leur tête, et saisir la « Sainteté » qui y rayonne.

    En ce qui concerne la deuxième interrogation, il faut préciser s’il s’agit vraiment d’une alliance ou d’une simple coalition, comme celle qui se fut établie lors de la deuxième Guerre du Golfe (1990 – 1991), lorsque les puissances impérialistes principales et leurs subordonnées arabiques furent entrées en une coalition mondiale, limitée dans le temps et dans l’espace, dont les buts et les objectifs furent bien précis : détrôner le dernier roi de Babylone, Nabuchodonosor [2] Saddam Hussein, brûler son temple, et prendre son peuple en captivité. Cette coalition atteignit sa fin, une fois elle eut accompli ses objectifs. Pourtant, dans le contexte syrien, la réalité des choses est différente de celle du cas ci-devant ; il ne s’agit pas, ici, d’une coalition d’intérêts conjoncturels, limitée dans le temps et dans l’espace, mais bien plutôt d’une alliance d’intérêts structurels, enracinée dans le temps et dans l’espace, et qui rassemble, sous la Sainte-Robe [3], toutes les puissances impérialistes et colonialistes principales, d’un côté, et leurs subordonnées, de l’autre côté, tels que l’islamisme califal turc, le despotisme obscurantiste arabique et leurs manifestations islamistes wahhabites. Autrement dit, le Saint-Esprit de la réaction mondiale.

    Ainsi, la Démocratie démocratique, si élevée qu’elle se sût au-dessus de la Masse arabe, ressentit pour elle une infinie pitié. Tant la Démocratie démocratique aima la Masse arabe qu’elle envoya son Fils unique – le Printemps arabe –, afin que tous ceux qui croyaient en lui ne fussent pas perdus, mais qu’ils eussent la vie démocratique.

    Visite de Davutoglu à Damas, et le message qu’il livra

    En effet, dès le premier jour de la guerre impérialiste contre la Syrie, je conçus le projet d’écrire, par morceaux détachés, l’histoire de la Sainte-Révolution syrienne, en choisissant des événements qui me paraissaient digne de mémoire. Pourtant, vue l’intensité de la propagande impérialiste contre la Syrie, et l’insolence renouvelée des médias de l’ordre, je dus attendre quelques mois pour que la conjuration se précisât et les conjurateurs se démasquassent, avant que je pusse recueillir des données pertinentes.

    Or, au début du mois d’août 2011, la démarche de la guerre impérialiste contre la Syrie prit une ampleur différente, avec la visite à Damas du chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, qui fut arrivé à la capitale des Omeyyades porteur d’un message «déterminé», selon l’expression du premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Deux mois plus tard, une foule d’opposants se réunirent à Istanbul, baptisée La Mecque de tous ceux qui dissimulaient la rancune envers le gouvernement syrien, pour créer une vitrine politique, derrière laquelle se cachaient les vrais scénaristes et metteurs en scène de la Sainte-Révolution syrienne. Ainsi naquit le CNS.

    À mon avis, cet événement marqua un détour décisif de la guerre impérialiste contre la Syrie, car après la naissance césarienne du CNS, les conjurateurs ne cacheraient plus leur rôle dans le cycle de violence, et l’ingérence arabo-atlantique dans les affaires intérieures de ce pays deviendrait désormais officielle et directe. C’était précisément cet événement significatif qui me poussa à mettre en œuvre mon projet et à élaborer son vouloir-dire : traiter brièvement, et le plus fidèlement que possible, de la guerre impérialiste contre la Syrie.

    Dans quelle détresse le CNS fut élevé au rang des Archanges

    Au préalable, il faut préciser que la création du CNS et la déclaration du pacte « de la dignité et de la liberté », comme il plut aux messies du CNS de l’appeler, fut proposé à l’ensemble des oppositions de l’extérieur, les coordinations locales de l’intérieur, les Frères musulmans, les partis kurdes et assyriens, et une foule de formations politiques et tribales. Ainsi, fut l’« Ascension en Ciel » du Conseil national syrien (CNS), qui rassemblait, sous la même burqa, des islamistes salafistes, des nationalistes chauvinistes, des soi-disant communistes, des bourgeois libéraux et, sans doute aucun, des arrivistes ; évidemment. Parmi cette foule, nous vîmes d’abord des salafistes wahhabites diabolisant l’Occident et ses structures sociales et culturelles, rejetant le peuple comme source de pouvoir légitime, car pour eux le Ciel fut la seule source de tout pouvoir ; nous y vîmes ensuite des libéraux bourgeois et petit-bourgeois fascinés par l’achèvement de la démocratie bourgeoise occidentale, par ses institutions politiques et sociales, croyant à l’expérience occidentale comme une forme ultime du paradis terrestre, ce qui les mit, naturellement, face au composant précédent, les Frères musulmans ; puis nous y vîmes des soi disant marxistes « révolutionnaires », désespérés et dispersés aux quatre coins du monde, résidus de la Guerre froide et sous-produits du démembrement de l’Union soviétique, ils démarquèrent idéologiquement et discursivement face aux islamistes et aux libéraux ; nous y vîmes enfin des nationalistes chauvinistes arabes, kurdes et assyriens ; parmi ceux-ci nous entendîmes d’un côté les cris des chauvinistes arabes nassériens, semi-socialistes semi-islamistes, appelant à la Grande-Nation panarabe dont l’établissement exigerait nécessairement l’écrasement des minorités ethniques de la Syrie, surtout les Kurdes ; parmi ceux-là nous entendîmes de l’autre côté les nationalistes kurdes célébrer la Naurouze et hurler Hourra le Grand Kurdistan, dont l’établissement menacerait, certainement, l’unité de la Grande-Nation panarabe ; parmi ceux-ci et ceux-là, nous entendîmes aussi les minorités ethniques assyriennes déplorer la Sainte-Assyrie et sa divinité tutélaire, Assur, véritable maître de Ninive [4], dont les racines mythiques remontèrent loin dans l’histoire du deuxième millénaire avant notre ère commune. Bref, c’était un mélange extraordinaire de contradictions dont l’impossibilité de se rencontrer sur un seul point idéologique commun ne demeurait pas inaperçue, même pour un plébéien [5] replié sur son Aventin [6].

    Or, c’était précisément cet amalgame alchimique, expérimenté dans les alambics des centres de pouvoir impérialistes, qui exhaussa les adversaires de la Syrie à un niveau plus élevé, à un stade suprême de l’évolution des idées et pratiques révolutionnaires, celui de la Sainte-Révolution syrienne.

    Certainement, ces bourgeois gentilshommes [7] de la CNS partageaient deux points communs assez fragiles: 1) l’hébergement en Occident, 2) l’absence d’un programme de réforme précis. Par contre, ils se rencontraient sur un seul objectif: renverser le président Assad à tout prix, et après lui qu’il fût le déluge ; peu importe le chaos, peu importe la destruction du pays !

    En effet, cette montée en puissance du CNS, cet héroïsme vaniteux de ses membres dénoués de toute modestie, cette ascension au rang des Archanges, ce triomphe momentané de la force brutale du terrorisme « universel », béni par l’Empire et ses vassaux, tout [8] est payé par l’anéantissement de toutes les illusions et chimères de la soi disant « révolution » syrienne, par la désagrégation de tout le discours impérialiste « philanthrope » sur sa nature pacifique ainsi que sur sa légitimité révolutionnaire. Par contre, cette nouvelle créature à la Frankenstein, cette Cerbère [9] n’aurait été utile que dans le contexte de l’accroissement des agressions contre la Syrie.

    Ce qui advint du CNS et comment il se transforma en Cerbère

    C’était précisément à ce moment critique du développement de la guerre impérialiste contre la Syrie que le CNS se transforma en Cerbère, que ses révolutionnaires printaniers décidèrent de déclarer un « pacte de la liberté et de la dignité » en évoquant craintivement les esprits des grandes révolutions européennes du XIXe siècle et de l’apparition de l’islam à La Mecque du VIIe siècle, qu’ils leur empruntèrent leurs noms, leurs mots d’ordre, leurs discours philanthropes, leurs slogans politiques et sociaux, même leurs costumes, pour apparaître ainsi sur la nouvelle scène de l’histoire sous ce déguisement respectable, digne à tout « révolutionnaire » qui croyait à l’Esprit des lois de Montesquieu, au Contrat social de Rousseau et à La justice sociale en Islam de Sayyid Qutb, certainement avec ce langage emprunté à la première Révolution française.

    Burhan Ghalioun, Bassma Kodmani, Abdel Basset Sayda, tous les 190 mousquetaires du CNS, de même que des partis nationalistes kurdes, une masse de tribus et de clans bédouins du Désert syrien, ainsi que les Quarante-quatre d’Ali Baba, tout accomplit dans le costume de la première Révolution française, et en se servant d’une phraséologie empruntée aux philosophes de l’Aufklärung [10], la tâche de l’achèvement des idées révolutionnaires, à savoir le pacte du 11-Vendémiaire ; ainsi, Abdel Basset Sayda s’identifia à Robespierre, Bassma Kodmani s’habilla en Danton et Burhan Ghalioun joua le rôle de Camille Desmoulins.

    Par ailleurs, en lisant les principes de la déclaration du CNS, il devenait de plus en plus difficile de nous débarrasser de l’idée insistante que les auteurs de ce pacte « historique », comme l’appela monsieur Ghalioun, eurent l’intention de commencer la rédaction par un concerto de piano en si bémol mineur [11], aussi glorieux que l’événement lui-même dont le pacte fut issu, la Sainte-Révolution syrienne.

    Or, tout observateur moyen, même sans avoir suivi pas à pas le périple de la Sainte-Révolution syrienne dans les coulisses des puissances impérialistes, se doutait que la révolution allât à une déconfiture inouïe. Il eût suffi d’entendre, dans ce sens, les glapissements de triomphe dénués de toute modestie, avec lesquels ces messieurs du Conseil national syrien (CNS), alors présidé par Burhan Ghalioun, se félicitaient l’un-l’autre des effets miraculeux du 11-Vendémiaire, soit du deuxième jour d’octobre 2011.

    Laïcisme, matérialisme, islamisme, et ce qui advint du pacte du CNS

    Certainement, en annonçant leur unification au sein du CNS, les oppositions syriennes eussent atteint une étape décisive vers la subordination complète aux puissances impérialistes. Il suffisait que le CNS eut reçu, le 10 octobre, l’appui de son confrère libyen, le Conseil national de transition (CNT), pour que nous construisissions une idée première de l’avenir prévu de la Syrie ; le soir même, le CNS reçut aussi la bénédiction de l’Union européenne (EU) qui se précipita à saluer « les efforts de la population syrienne pour établir une plateforme unie et appela la communauté internationale à faire de même » [12].

    D’abord, dans ce pacte grandiose, l’inévitable déclaration des libertés publiques (liberté personnelle, liberté de la presse, de la parole, de l’expression, d’association, de réunion, d’enseignement, des cultes, etc.), se présenta en un uniforme constitutionnel qui le rendit invulnérable. Ce pacte, si subtilement rendu inviolable, qui eût pu être l’issu de l’évolution historique des idées révolutionnaires, était cependant, comme Achille, vulnérable en un point, non pas au talon, mais à la tête, ou plutôt aux trois têtes dans lesquelles il se perdait : 1) le discours libéral bourgeois de monsieur Burhan Ghalioun ; 2) le discours islamiste des Frères musulmans ; 3) le discours socialiste de quelques résidus de la Guerre froide. Ensuite, comme résultat de cette tripolarité discursive, chacune de ces libertés fut proclamée comme un droit absolu du citoyen syrien, mais avec cette réserve constante qu’elle ne contredirait pas la révélation divine, telle que manifestée dans le credo islamique de l’époque de Sahifa [13]. Ensuite, l’ouverture grandiose de ce pacte commença par une insistance sur l’importance historique de la « révolution » syrienne qui, selon les auteurs du pacte, mettrait la Syrie au même niveau que celui des nations civilisées. Enfin, le pacte se termina par une escroquerie à l’égard de l’aspect universelle cosmopolite de la Sainte-Révolution syrienne, fidèle aux âmes immortelles des ses martyrs. Prenons, à titre d’exemple, le premier principe du pacte :

    « Le soulèvement-révolution en Syrie constitue un tournant radical dans l’histoire de la société et de l’État syriens. Elle porte en elle, comme toutes les révolutions du “printemps arabe”, un saut qualitatif, un message humain et un ensemble de valeurs universelles, représentant le dénominateur commun des aspirations du peuple syrien et la reconnaissance au sacrifice de ses martyrs» [14].

    À notre sens, les auteurs du principe ci-dessus prêtaient beaucoup d’importance à montrer leur « réalité » comme un résultat logique et normal de l’évolution des luttes révolutionnaires en Syrie, tout en empruntant leur langage à l’héritage marxiste, précisément au matérialisme historique. Ceci se révéla dans l’emprunt de l’expression « un saut qualitatif » dû, évidemment, à un long processus d’accumulation de petits sauts quantitatifs. Pourtant, ce principe emprunté au matérialisme historique fut suivi directement par un autre dont l’effet de contraste ne put pas demeurer inaperçu même pour un révolutionnaire stagiaire ; car il nous jeta du haut de l’époque de l’Aufklärung jusqu’en bas de l’époque Hégire. Soudain, nous nous trouvîmes dans un environnement disharmonieux, celui de La Mecque du VIIe siècle (ÈC). Lisons dans le principe suivant :

    « Depuis le pacte de la Sahifa établi par le Prophète à son arrivée à Médine aux déclarations des droits de l’Homme des temps modernes, les pactes, accords et contrats ont constitué les règles de la vie commune entre les citoyens d’un même pays. Leur contenu représente le jalon nécessaire et indispensable, notamment dans les périodes de changement, de transition et de construction. Leurs règles constituent les repères auxquels se réfère la société dans ses différentes composantes, et les bases d’un État défendant les libertés fondamentale et assurant la souveraineté. Ces règles sont immuables, quel que soit la majorité électorale, politique ou sociale. Aucune ne peut être omise ou fractionné » [15].

    Sans nul doute possible, en prenant la Sahifa comme point de départ historique, le pacte du CNS ne portait pas seulement en lui les germes de sa propre misère, mais il annonçait aussi son râle avéré.

    Avant toute chose, qu’est-ce que le pacte de Sahifa ? C’est un traité de paix entre les musulmans, les arabes non-musulmans et les juifs de Médine. Le traité fut mis par écrit et ratifié par toutes les parties, vers l’an 622 (ÈC). Cependant avec la présence de plus en plus envahissante des musulmans, les tribus juives commencèrent à s’irriter. C’était le début d’un conflit violent et sanglant entre les deux communautés.

    À l’évidence, la référence à la Sahifa laissa l’allégeance de la « deuxième République », telle que promise par le CNS, ambiguë ; et des questions se révélèrent ici : d’où recevrait cette République sa légitimité, du peuple ou de la loi divine ? Ici, l’amalgame ne pouvait pas être accompli, car l’un niait l’autre, au moins que les auteurs de ce pacte eussent voulu mettre en application les principes de la Dialectique de la Nature [16].

    Mieux encore, si la « deuxième République » recevait sa légitimité du peuple, cela devrait entraîner, sous entendu, un État laïque n’adhérant à aucune religion précise, qu’elle fût majoritaire ou minoritaire. Dans ce cas, les Frères musulmans, fidèles au credo islamique se trouveraient en démarcation face à la société et à l’État, ce qui entrainerait, évidemment, à un nouveau conflit, cette fois-ci plus violent et plus sanglant, entre les islamistes et les mousquetaires de la « deuxième République ». Par contre, si la « République » recevait sa légitimité de la loi divine, tel que voulu par l’inclusion de la Sahifa, ici tout le discours sur les droits de l’homme, les libertés publiques, l’égalité parmi les différents composants de la société syrienne ne serait qu’un bavardage futile, un dialogue de perroquets ; car dans une situation pareille, tout groupe ayant un credo différent de celui issu de la loi divine perdrait l’une ou l’autre des libertés et des dignités promises dans le pacte « de la liberté et de la dignité » du CNS. En plus, les droits de la personne et celles des groupes minoritaires (qu’il s’agit des minorités religieuses, ethniques, linguistiques, sexuelles ou affectives) n’eussent pas pu demeurer à l’abri de l’oppression de la Loi divine. Le sort des minorités chrétiennes en Irak, au lendemain de l’occupation américaine, éliminées massivement et systématiquement par de groupes fanatiques, ainsi que les attaques quotidiennes contre les chrétiens coptes en Égypte, constituèrent un bon exemple de ce que pourrait être l’avenir des minorités ethniques et religieuses de la Syrie, dès que le CNS, avec sa tripolarité discursive, eût pris le pouvoir.

    Ainsi, Damoclès leva la tête et s’aperçut qu’une épée était suspendue au-dessus de lui, et n’était retenue que par un crin du cheval de Denys [17].

    Suite des malheurs du CNS

    En définitive, la création du CNS avait un rôle précis, mais différent de celui déclaré sur la Proskènion [18]. Il ne fut pas secret, ici, que la déclaration du 11-Vendémiaire visa à augmenter la pression sur le régime syrien et à prendre la campagne contre la Syrie à un niveau plus avancé. La création du CNS visa aussi à fournir la Sainte-Alliance d’une vitrine politique locale, derrière laquelle se cacheraient les vrais conjurateurs. D’ailleurs, la Sainte-Alliance se rendit compte, dès le début, que la Sainte-Révolution demeurerait étrangère au peuple syrien, et qu’elle se dirigerait, certainement, vers sa propre déconfiture ; ceci créa un besoin de faire sortir la Sainte-Révolution de l’impasse où elle se trouva, après qu’elle eut échoué à s’enraciner dans le paysage syrien. En faisant ceci, la Sainte-Alliance augmenta, en effet, la pression contre la Syrie, et créa le noyau d’un futur gouvernement d’asile qui recevrait la reconnaissance des pays impliqués dans la Sainte-Alliance, en tant que « seul représentant légitime du peuple syrien ».

    Pourtant, en un an et demi de la campagne impérialiste, la Syrie se tient toujours solide et résistante dans l’arène de l’affrontement, plus déterminée que jamais à mener une victoire décisive, malgré l’atrocité et la barbarie de la conjuration.

    Fida Dakroub, Ph.D

  19. roll dit :

    mon commentaire (vers 15h. 30) n’est pas passé?!

    • Marie-Christine dit :

      Cela m’arrive quelquefois, assez souvent pour que s’ils sont un peu longs et que j’y pense, je les copie avant de les envoyer…
      Je n’ai jamais reçu d’explications à ces « ratés » d’apparence techniques. Réessayez ou placez-les à un autre endroit dans les commentaires : parfois ça marche…!?

      • roll dit :

        Oui, je pense aussi que l’explication du « raté » technique est la plus probable.

        Le commentaire en question disait, en substance, tout mon plaisir, de pouvoir saluer le retour de Louis Denghien et de l’équipe d’infoSyrie et leur magnifique, constant, juste et bon travail. Et que, grâce à celui-ci,il me semblait que chacun avait pu constater que, pendant leur absence, le site avait pu continuer à être opératoire, utile et efficace, grâce à la collaboration intelligente, déterminée et résolue, de toutes celles et ceux qui, de plus en plus nombreux, se retrouvent ici.

        Ce n’était rien que du positif et de l’encourageant pour l’avenir!

        Au fait, j’avais cru comprendre en vous lisant précédemment, que vous étiez allée chercher quelque repos et quelques vacances.

        Amitiés.

      • M. dit :

        moi aussi ca m’arrive.
        je crois que c’est egalement technique: les messages sont effectivement recus par le systeme et les renvoyer donne un message d’erreur « doublon detecte ».
        parfois je trouve mes posts dans une toute autre discussion!

  20. houssman dit :

    jai vraiment du mal avec mohamed morsi des frères musulmans…
    quelle est sa position réelle pro sioniste/usa ou autre.
    il manie lambiguité avec talent en tout cas. entre son rapprochement avec l’iran et son discours officiel il ya quelques contradiction.est il un agent sioniste/usa? ou veut il seloigner de la politique de sen predecesseur? lavenir nous le dira très vite…
    cela me permettra aussi de me faire une idée plus precise sur le role dun certain tariq ramadan…

    • Espoir dit :

      Me suis faite la même réflexion…

    • joseph cotton dit :

      Un porte-parole Syriena a déclaré que la seule différence entre Mobarak et Morsi est la barbe.

      • roll dit :

        Tactiquement, c’est semble-t-il, un argument juste dans la conjoncture actuelle.

        Mais au-delà, « la barbe » devrait s’avérer être plus qu’une « coquetterie »…

        Depuis le soi disant « printemps » arabe et l’avènement de « nouveaux dirigeants » (sic), en Tunisie, Egypte et Libye, il apparaît que, l’avenir du chiffre d’affaires des fabricants de mousse à raser est plutôt sombre…

  21. l'ingenue dit :

    De Paul Craig Roberts
    Global Research, août 27, 2012
    août 27, 2012Région : Russie et CEI
    Thème: Guerre USA OTAN

  22. M. dit :

    Merhaba Louis!

  23. Marie-Christine dit :

    Eh, on dirait bien que Morsi « ne se sent plus » !
    Egypte : Morsi revendique un rôle central pour son pays dans le monde arabe
    http://www.assawra.info/spip.php?article808

  24. Abbas dit :

    Heureux de votre retour Louis bienvenue chez vous
    vous information ne sont précieux a notre époque
    et bien a vous Cécilia toujours ravie de vous lire
    vive la Syrie !!! vive l’armé !!!! vive le peuple !! vive Bachar Al-Assad
    a bat les terroriste soutenue par les pays soi-disant démocrate qui combatte le terrorisme c’est que de la poudre aux yeux !!!
    a quand une manifestation contre le terrorisme soutenue par nos pays ????
    la vérité doit éclater pour que le peuple sache qui sont leurs dirigent ———> vive la Syrie ———->

    • Espoir dit :

      D’accord avec vous Abbas! Cependant, j’ai l’impression que le peuple français est bien plus lucide que l’on ne le pense…

  25. alhor dit :

    vive la Syrie mort aux terroristes

  26. balpiz dit :

    Hallelujah! Hallelujah! Halleluja!… (ça change de AllahOuAkbar! non?)
    Louis et Guy sont de retour
    Hallelujah!

    • Dyana dit :

      c’est gentil de dire hallouia pourquoi ça change, on parle pas pour changer et on joue pas, alors que-ce-que vous voulez dire avec ça, je vous assure que les chrétiens en europe ils sont menacés autant que le musulmans ci vous vous pensez à ça,on menace les musulmans par les chrétiens et on menace les chrétiens par les musulmans, bien venue à la maison infosyrie à tout le monde après les vacances, et que dieu garde la syrie et le président la sainte armée syrienne, HALLOUIA.

  27. ourika dit :

    ouf
    voilà le retour de nos journalistes tant admirés et recherchés!
    je commençais à devenir parano et imaginais une censure sur les « ondes » ou internet, sait-on jamais maintenant en France, si on ne potre pas le voile du Qatar!
    je me sens moins inquiet
    merci.

  28. Marie dit :

    Bon retour de congés. Vous nous avez manqué.

  29. Khodr dit :

    LOUIS pendant votre absence heureusement que nous avions CÉCILIA THE BEST OF BEST.
    Elle nous a bien informé avec des liens et tout ce qui va avec !!!!!
    Vous devriez l intégrer à votre TEAM
    MERCI CÉCILIA
    MERCI BEAUCOUP CÉCILIA
    CÉCILIA THE BEST OF BEST.

  30. nopasaran dit :

    enfin informé.merci.nopasaran