• Actualité
  •  

Alep demeurait toujours, ce samedi 11 août, la zone la plus intense de combats, même si avec deux ou trois attentats - sans gravité - à la bombe et peut-être une ou deux attaques de policiers et de militaires, l'ASL essaie de se donner encore une actualité à Damas. -Alep : Ce samedi, la correspondante de la chaîne al-Mayadeene a confirmé la disparition des rebelles de Salaheddine ; le quartier est  désert et certaines de ses rues sont dévastées, et plusieurs bâtiments [...]



L’armée progresse toujours à Alep, des groupes créent des incidents à Damas

Par Guy Delorme & Hakim,



Alep demeurait toujours, ce samedi 11 août, la zone la plus intense de combats, même si avec deux ou trois attentats – sans gravité – à la bombe et peut-être une ou deux attaques de policiers et de militaires, l’ASL essaie de se donner encore une actualité à Damas.
-Alep :
Ce samedi, la correspondante de la chaîne al-Mayadeene a confirmé la disparition des rebelles de Salaheddine ; le quartier est  désert et certaines de ses rues sont dévastées, et plusieurs bâtiments ont été piégés par les activistes, avant leur fuite. La reporter a signalé que parmi les miliciens tués figurent des Séoudiens, des Yéménites et des Libyens.
Al-Mayadeene indique que des affrontements ont lieu ce samedi dans les quartiers avoisinants de Salaheddine, surtout à Seif-al-Dawlé, Aazamiyyé, Ansaré, Machhadé. Il est question aussi d’une attaque avortée contre une caserne de l’armée syrienne, aux confins de Salaheddine, au cours de laquelle des activistes ont été tués, et d’une autre attaque d’une grande ampleur, également avortée, contre le bâtiment de la radio et télévision. Des tirs de snipers sont également signalés. Sana confirme ces informations.

Par ailleurs, la reporter d’al-Mayadeene a assuré que les forces gouvernementales contrôlaient la prison centrale d’Alep : dans la nuit de vendredi à samedi, celle-ci devait faire l’objet d’une attaque à partir d’une ferme avoisinante. Les miliciens ont été repérés et ont essuyé des tirs d’obus au cours desquels des dizaines d’entre eux ont péri, et trois véhicules équipés de mitrailleuses  ont été détruits. Selon le site alépin Taht-l-mijhar, c’est la troisième fois en 12 heures que les miliciens tentent de s’emparer de cette prison. Et la prison se trouve entièrement sous le contrôle des forces régulières. Sana dit la même chose à ce sujet.

Ci-dessous, le reportage d’al-Mayadeene à Alep, le 31 août :

http://youtu.be/ItP6l6Uojhs

De son côté, le correspondant à Alep de la chaîne iranienne al-Alam, Hussein Mortada a réalisé son reportage ce même samedi. En voici les grandes lignes :

- Des échanges de tir à Bab al-Hadid (centre, à l’est de la citadelle).
- à Hanano (nord-est), l’armée a attaqué une école occupée par les terroristes servant aussi comme une base militaire durant laquelle,
- L’armée a empêché un groupe de terroristes de s’infiltrer dans Salaheddine, tuant la plupart d’entre eux.
- Rifaat Khali, le chef de la brigade al-Fath a été tué avec d’autres par l’armée syrienne lors d’une tentative d’attaque contre une base de missiles dans la province d’Alep. D’autre part l’armée est en train de sécuriser la route vers l’aéroport, objet d’une attaque infructueuse des rebelles ces dernières heures.
- Tout est normal autour de la citadelle et ses environs (il est à rappeler que l’armée a pu chasser les terroristes qui ont occupé le palais de justice qui se trouve en face de la citadelle, voici deux jours) :

http://www.youtube.com/watch?v=-hdILyG2pUg&feature=youtu.be

 

L’agence Sana fait état d’accrochages survenus dans les quartiers de Sukkari (sud-est de Salaheddine) et d’al-Halak ayant causé des dizaines de tués et blessé à l’ASL. Rappelons que Sukkari a été présenté par une source militaire comme le terrain de la prochaine confrontation importante avec les insurgés. Autres accrochages sanglants dans les secteurs de Faïd et de Khalidyeh.

L’agence syrienne affirme encore que des « habitants » des quartiers d’al-Farafira et d’al-Jalloum se sont opposés aux bandes qui tentaient d’y pénétrer. On suppose qu’ils se sont opposés avec des armes, et l’on présume qu’il s’agit de milices, sunnites ou alaouites, agissant aux côtés de l’armée. Un incident est intervenu en périphérie de la ville au rond-point d’al-Jandoul : des activistes qui tentaient d’entrer à Alep à bord d’un véhicule ont tous été tués.

Enfin des sources militaires ont affirmé que l’armée avait repris ce samedi le contrôle d’une « large partie » du quartier de Bab al-Hadid.

Sana rend compte aussi d’affrontements survenus aux alentours d’Alep, à Tal Refaat (ou Tal Rifat, à une vingtaine de kilomètres au nord d’Alep) et à  Kfar Hamra ; des dizaines de rebelles auraient encore succombé dans ces deux incidents, et Sana précise que quatre Libyens figurent parmi les activistes abattus à Kfar Hamra. Les combats de Tal Rifat prouvent en tous cas que l’armée est toujours présente – et combattive – dans cette région comprise entre Alep et la frontière turque, particulièrement infestée de rebelles.

Pour sa part, la milice du « régiment » Tawhid (salafiste) de l’ASL a affirmé avoir détruit avec l’assistance du  Jabhat-Nusrat (groupe se réclamant pour sa part d’al-Qaïda) une « brigade électronique » de l’armée syrienne dans la région de Tel Chaghib au sud de la province d’Alep. Selon l’agence turque Anatolie – très propagandiste anti-syrienne -, qui relaie les affirmations du chef de cette milice Abou Hamza, 25 militaires syriens auraient été abattus dans les accrochages autour du site abritant cette unité d’intervention électronique – vouée à la détection des installations ennemies et au guidage de l’aviation. Selon Abou Hamza, les combats auraient duré 24 heures. On notera que cette information n’a pas été confirmée de source indépendante. Aucune image ne l’a étayée, alors que ce genre d’opération est généralement filmé par les insurgés.

On retiendra que la journée du samedi a encore été chaude à Alep et aux abords de la ville. À en croire ces différents compte-rendus, émanant de sources favorables ou liées au gouvernement syrien, ce sont au moins 2 à 300 rebelles qui ont été mis hors de combat en quelques heures : là encore, on regrettera l’imprécision des bilans gouvernementaux, mais les différents médias faisant état d’un minimum d’une quinzaine d’incidents violents survenus à Alep et dans sa périphérie, cette estimation est plausible.

 

-Damas :

Les médias français parlent de nouveaux combats à Damas. La correspondante de la chaîne russe Russia Today, Oksana Boyko, confirme en tous cas que plusieurs explosions ont été entendues ce samedi, dans le centre de Damas. Une des explosions est intervenue dans le quartier de Marjeh, sur une place, et au passage d’un véhicule de l’armée transportant des soldats, selon l’Associated Press, qui fait état d’une autre bombe et d’incidents entre insurgés et policiers. Sana indique pour sa part qu’immédiatement après cet attentat, des hommes armés ont ouvert le feu sur la foule ; selon l’agence de presse syrienne, l’attaque n’a pas fait de victimes et les terroristes ont été arrêtés.
Sana indique qu’une autre explosion a eu lieu un kilomètre plus loin, au stade de Tichrine. Oksana Boyko parle aussi de rumeurs relatives à un groupe d’activistes qui aurait ouvert le feu sur le siège du Parlement. Pas de confirmation de ce dernier point.
Enfin, toujours selon Sana, un autobus civil assurant la liaison entre Hama et Damas a été attaqué par un gang à hauteur de Jisr Yabroub, au nord de Damas : six passagers ont été tués, et d’autres blessés.
N’en déplaise à I-Télé, ce n’est pas la bataille d’Alep qui repart, c’est le terrorisme ordinaire qui se poursuit vaille que vaille, pour alourdir le climat et entretenir la fiction d’une prégnance de l’ASL sur la capitale, après son désastre militaire de juillet.
Ci-dessous, reportage sur les auteurs de l’attentat d’al-Marjeh arrêtés :

 

-Autres secteurs…

Ce sont souvent les mêmes noms qui reviennent dans les communiqués militaires syriens, correspondant aux zones de force de l’insurrection : le secteur d’al-Qusayr, au sud-ouest de Homs et adossé à la frontière libanaise ; Deir Ezzor, abandonnée par une bonne partie de ses habitants et « visitée » régulièrement par des groupes mobiles sillonnant le désert entre la ville et la frontière irakienne ; et puis Deraa, non loin de la frontière jordanienne.

 

-Homs :

À Abel, dans les environs de Homs, des insurgés opérant en voiture ou sur des deux-roues ont été décimés.

-al-Qusayr :

Selon Sana le groupe dirigé par Ali Mohammad Harmouche, et qui comptait trois autres membres a été anéanti à al-Nizaryeh. Un autre groupe circulant à bord de deux pick-up à mitrailleuse Douchka a été lui aussi anéanti dans le même secteur, cette fois à Ghassaniyeh.

-Hama :

Une embuscade tendue par les militaires à Tibet al-Imam à un bande a mis hors de combat plusieurs activistes, dont trois sont nommés par Sana.

-Deraa :

Près d’al-Cheikh Meskine, un groupe  est tombé dans une embuscade et au moins deux activistes connus localement ont été tués. Toujours dans la même région, cette fois-ci à Tafas, un accrochage a laissé sur le carreau plusieurs insurgés, dont quatre sont nommés.

-Deir Ezzor :

De nombreux activistes tués, et un de leurs véhicules détruit, au cours d’accrochages dans les quartiers d’al-Jbeileh et d’al-Hamidyeh (centre-ville). À Mohassan (à une vingtaine de kilomètres au sud de Deir, et sur l’Euphrate), un poste de mortier a été détruit avec ses quatre servants ASL.

 

 

 

 

 

 

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

20 commentaires à “L’armée progresse toujours à Alep, des groupes créent des incidents à Damas”

  1. Eba dit :

    Il faut être patient…laisser les rebelles à leurs triomphe d’un jour, et les chasser le lendemain car à terme la réalité, c’est ça …leurs alliés ne sont pas des philanthropes et comme ils le disaient eux-mêmes la semaine dernière : « pas de prisonnier, pas de mise à mort balle, ça coute cher, et on en a besoin »….

    Pour preuve (REUTERS)
    A Alep, les forces loyales à Bachar al Assad tentaient d’éteindre la résistance de l’opposition, mais les rebelles ont annoncé qu’ils riposteraient même s’ils ont perdu du terrain et ne disposent quasiment plus de munitions.

    « Nous pouvons faire face aux bombardements », a confié le commandant rebelle Abou Thadet à Alep. « Ce sont les tireurs embusqués qui nous rendent la tache difficile. »

    Dans la capitale économique, enjeu crucial du conflit, les rebelles se regroupaient dans le QG de la brigade Seyouf al Chahbaa après s’être retirés de Salaheddine, porte d’entrée dans la ville depuis le sud.

    Ils se préparaient à retourner dans cette zone, ancien bastion rebelle, afin de rejoindre d’autres combattants.

    « Nous nous sommes retirés de Salaheddine cette semaine faute d’armes en nombre suffisant », a expliqué le commandant Abou Thadet.

    Les marchands d’armes disent ne plus disposer de stocks et le prix des munitions a grimpé de 70 % ces deux derniers jours, selon cette même source.

    ******************

    Un proverbe africain « Tout ce qui est bon pour les petits poissons et bon pour le crocodile » ….

  2. Sagesse dit :

    @ Eba
    J adore ton proverbe
    Et je dirai
    La colere du mouton n empeche pas la tabaski

    • hakim dit :

      j’espère que tous le monde enverra le message au différents dirigeants de la france en solidarité avec Yara Abbas

  3. Souriya ya habibati dit :

    Allah Souriya Bachar wbass

  4. Jordan dit :

    Ont peut très bien affirmer que l’armée progresse aussi en banlieue de la capitale, car c,est bien dans la banlieue où les combats ont eut lieu.

  5. Souriya ya habibati dit :

    Mais voyons mon cher, il ne faut par regretter  » l’imprécision des bilans gouvernementaux ».. Nous sommes en guerre.. ça servirait à quoi d’éclairer la lanterne des ennemis?!!
    Allah est Grand disent mes amis musulmans.

  6. djiadfucker dit :

    Tiens 52% de force veulent de la guerre en Syrie mais 61% ne veulent pas que l’armée française y aille … eh i faut savoir ce que l’on veut.
    Assad lui il est déjà dedans… et sait qu’il peut toucher les militaires français au sud Liban. C’est d’ailleurs la grande peur d’Hollande … vous imaginez un carnage au sud Liban et les conséquences politiques pour Flamby…

    • idriss dit :

      de quel francais vous voulez parlez.de ceux qui votent sarko ou flamby.mon ami il n’y a plus de vrais.MR LEPEN pere la fille n’en parlons pas.elle s’est vendus au plus offrants pour avoir le droit de citer dans les merdias.le reste des francais scotches sur l’ecran de TF1 ou FR2.ils sont a jamais perdus reste 10% de francais le cul entre les deux chaises ne pas compter sur eux pour voir unsemblant de changement.

      • carthage dit :

        C’est vrai des bonhommes comme Le Pen,y ‘en a plus!

      • Colonel Patouillard dit :

        Hélas, Idriss, pas seulement les Français !!! Les middle class du monde entier, dont l’horizon est bouffe, bagnole, pousser son caddie le samedi, le foot, les J.O, les war-games, usw.

        • Tayeb dit :

          Qu’est-ce que vous racontez? Le Pen père et fille ainsi que tout le Front National sont férocement contre toute intervention en Syrie comme ils étaient férocement contre toute intervention en Libye !

  7. carthage dit :

    J’ai honte d etre musulman

  8. carthage dit :

    Dieu leur fera payer cher si c’est pas l’armée de bachar.
    Bachar fume les tous au nom de dieu.
    Ces gens ne meritent pas de vivre!

  9. carthage dit :

    ALLAH tes voies sont impénétrables.

  10. ElMaghribi dit :

    Les rats s’agitent dans tous les sens pour semer la confusion. Leurs conseillers militaires ont compris la leçon d’Alep, les rats vont reprendre leur veille tactique des coups d’éclats menés un peu partout pour gagner du temps. Ça, c’est le travail des services de renseignements et des unités spéciales.
    Pour l’armée, c’est maintenant du côté des frontières qu’il faudrait faire attention. La création de zones en Syrie totalement contrôlées par les terroristes ayant échouée, avec de grosses pertes humaines et matérielles, et comme les atlanto-wahhabites ne semblent nullement prêts à reculer, le risque serait de voir Erdogan choisir la fuite en avant et créer une zone d’exclusion de fait le long des frontières avec la Syrie. Et si ça devait marcher, la Jordanie ne tarderait pas à suivre.
    La partie est loin d’être finie, non pas parce que l’ASL tient le coup ou que l’armée syrienne se fatigue, mais du fait de l’acharnement des atlanto-wahhabites.
    Je crois que les Américains et les Sionistes ne visaient pas seulement le renversement du régime syrien, leur véritable objectif est de déclencher une série de conflits de basse intensité au Proche Orient qui vont se prolonger dans le temps.

  11. polo33 dit :

    erdogan n’est plus si sure de lui ,les soutiens dans son pays ne sont pas si unanimes,d’autre part il a bien testé la defense aerienne syrienne surement sous la demande des atlanto sionistes,qui s’est averé etre un signal comme quoi la syrie n’hesitera pas à abattre tout avion qui viole son espace aerien ,l’occident est en faillite ,ils n’ont plus les moyens de faire une guerre ,l’utilisation des groupes terroristes n’est pas un pure hasard ,la guerre d’irak a fini l’empire ,et ce ne sont pas les valets de l’otan qui ont les poches vides qui vont pouvoir assumer une guerre
    opiniatreté anglo saxon c’est du vent ,dans ‘l’histoire ils n’ont tenu que parceque les hommes sont restés à genoux ,quand un peuple se lève pour sa liberté empire ou pas ,terroriste ou pas yankee ou pas ils n’auront pas la victoire le tout c’est que la syrie continue à nettoyer ,et que les gens denoncent tous les foyers suspects jusqu’à l’eradication complete des valets terroristes de l’otan