• Actualité
  •  

C'était sa première intervention officielle depuis le drame de Houla et l'offensive politico-médiatique occidentale qui en a tiré prétexte : intervenant la toute nouvelle Assemblée du Peuple pour sa séance inaugurale, Bachar al-Assad a parlé pendant une heure, aux députés et au peuple syriens, et bien évidemment au monde entier, amis ou ennemis. Si l'on devait résumer d'une idée-force ce discours, on pourrait le faire ainsi : la Syrie est confrontée à une véritable guerre menée par le terrorisme appuyé [...]



Bachar mènera jusqu’au bout la guerre contre le terrorisme

Par Louis Denghien,



15 mois de crise ont renforcé, que ça plaise ou non, la stature de ce président qui ne devait pas l'être

C’était sa première intervention officielle depuis le drame de Houla et l’offensive politico-médiatique occidentale qui en a tiré prétexte : intervenant la toute nouvelle Assemblée du Peuple pour sa séance inaugurale, Bachar al-Assad a parlé pendant une heure, aux députés et au peuple syriens, et bien évidemment au monde entier, amis ou ennemis. Si l’on devait résumer d’une idée-force ce discours, on pourrait le faire ainsi : la Syrie est confrontée à une véritable guerre menée par le terrorisme appuyé par l’Étranger et la Syrie ne faiblira pas dans la lutte contre le terrorisme.

Pas de compromis avec les tueurs

Le président syrien a dit d’abord que son gouvernement avait « essayé tous  les moyens politiques » de résoudre la crise, en une allusion aux réformes politiques menées, de la nouvelle Constitution à la nouvelle loi sur les partis en passant par les mains tendues à des personnalités d’opposition non CNS. Mais, a-t-il ajouté, ces gestes n’ont pas désarmé les terroristes et leurs appuis politiques, ceux-ci, souligne Bachar, n’étant « pas intéressés par le dialogue et les réformes politiques« . Leur agenda est en effet tout autre : « Les terroristes sont chargés d’une mission et ils ne s’arrêteront que s’ils accomplissent cette mission ou si nous arrivons à les arrêter« .

En employant le mot « mission« , le chef de l’État cible sans les nommer les « sponsors » politiques et financiers de ces bandes qui ensanglantent son pays : « Nous faisons face à une véritable guerre menée de l’étranger » : de la Turquie, du Liban, de l’Arabie séoudite, du Qatar, et de plus loin encore ont dû penser ses auditeurs parlementaires et pas mal de téléspectateurs syriens. Et Bachar a assimilé la campagne politico-médiatique internationale en cours contre son pays à un colonialisme new look, les méthodes de celui-ci ayant changé mais le projet restant le même : l’asservissement de la Syrie et, au-delà, de la nation arabe.

Alors, en ce seizième mois de troubles, Bachar al-Assad a été très clair : cette guerre la Syrie n’a pas l’intention de la perdre ! « Il n’y aura pas de compromis dans la lutte contre le terrorisme et ceux qui le soutiennent ! » Car « la sécurité de la nation est une ligne rouge » que personne ne franchira impunément. Et ce combat vital doit être mené pour l’avenir des Syriens. Et au nom aussi de tous ceux, ces milliers de militaires, policiers et civils qui ont déjà succombé, ces « martyrs » dont, promet Bachar « le sang n’aura pas coulé en vain« .

Les responsables de Houla ? « Des monstres« 

Justement, le président syrien, accusé de tous les maux et surtout de ceux qu’il n’a pas commis, est revenu sur certains de ces martyrs, les civils, hommes, femmes et enfants massacrés à Houla, dont l’Occident lui a tout de suite – et un peu trop vite – attribué la responsabilité : pour Bachar al-Assad, ceux qui ont commis ce massacre des innocents sont des « monstres« . Des monstres qui n’appartiennent pas à l’armée syrienne, ni aux miliciens pro-gouvernementaux. Bachar semble assuré sur ce dossier, l’appartenance de nombre de victimes à un clan pro-régime étant un élément déterminant dans la désignation des vrais responsables de ce drame.

S’adressant aux nouveaux députés, le président syrien a dit qu’il considérait comme une victoire syrienne le fait d’avoir pu tenir sans incidents graves, et à la date prévue, ces élections législatives, le 7 mai dernier. Et le président dit ne pas désespérer d’associer à ce processus global de réforme tous ceux qui le veulent : « Les portes de la Syrie restent ouvertes à tous ceux qui veulent la vraie réforme et un dialogue sincère ».

Pour finir, disons que Bachar al-Assad a fait le discours de « chef » que la situation exigeait. Chef de la nation, aucune autre personnalité, dans son camp ou contre son camp, ne pouvant incarner, que ça plaise ou non, cette dimension. Chef de guerre aussi, pas de guerre civile comme le répètent en feignant de la redouter les journalistes et politiques de France et d’Occident, mais de guerre contre le terrorisme, une guerre sans répit, jusqu’à l’éradication totale de ce cancer entretenu depuis des antichambres lointaines. Évidemment, cette volonté va très vite se heurter aux exigences onusiennes le général et de Kofi Annan en particulier.  Mais la Syrie a joué le jeu autant qu’elle a pu, et se sent assez forte pour changer de braquet.

Voilà pour le fond. Pour ce qui est de la forme, on constate que cet homme encore jeune, et présenté au départ en Occident comme un « fils à papa » falot et un président-potiche de circonstance, cet homme donc a visiblement complété, à la faveur d’une crise gravissime et d’une pression internationale maximum et incessante, une stature d’homme d’État, qui n’a en quinze mois ni plié ni rompu. Bachar, qui aurait sans doute préféré rester dans un semi-anonymat international, est devenu un porte-drapeau, ou un drapeau tout court : celui de la Syrie, mais aussi celui du principe de souveraineté, et de résistance au Big Brother atlantiste. Et dire que de France 24 au Figaro, en passant par cent autres médias interchangeables français, on ne donnait que quelques semaines, quelques mois au plus, à ce président malgré lui pour rejoindre des Ben Ali ou des Moubarak dans les poubelles de l’Histoire !

Aujourd’hui, ces poubelles sont pleines des illusions syriennes des Occidentaux. Et Bachar tient bon la barre dans la grande tempête, avec les voeux de l’essentiel du peuple syrien. Nous trouvons ça moral, figurez-vous.



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

128 commentaires à “Bachar mènera jusqu’au bout la guerre contre le terrorisme”

  1. Abdelkader dit :

    Oui, le Président syrien doit partir si l’Arabie saoudite, le Qatar, le Koweit, Bahrein s’engagent et mettent en oeuvre, sous la supervision de la communauté internationale et des ONG de droits de l’Homme, les réformes politiques urgentes et nécessaires pour instaurer un Etat de droit, de démocratie, d’élections libres et transparentes, de respect des libertés individuelles, collectives et religieuses. Ces pays demandent tout le contraire de la situation qui prévaut chez eux !!!

    • sowhat dit :

      Le président partira si et seulement si le peuple syrien le veut. Il faut vous faire à cette idée. C’est au peuple syrien d’en décider par le biais des élections qui sont prévues en 2014 pas le Qatar ni l’Arabie Saoudite ni aucun autre pays. La Syrie est un état souverain.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      Et si Israël laissait vivre dignement les Palestiniens, dans leur pays, loin des colons racistes et bouffis d’orgueil.

      • sowhat dit :

        que les palestiniens se débrouillent on a d’autres chats à fouetter
        la Syrie a apporté beaucoup aux palestiniens, qu’est-ce que les palestiniens ont apporté à la Syrie ?

        • Etudiant dit :

          Un prétexte pour Bachar de maintenir sa dictature…

        • MS dit :

          Désolé de vous contre-dire!

          Tout discours qui considère le problème palestinien comme un problème « externe » concernant un « autre » pays et un autre peuple est un discours qui va compètement à côté de la plaque pour moi. « SOWHAT »! Vous avez l’aire de soutenir entièrement la politique syrienne qui va justement dans le sens contraire de ce commentaire!

          • sowhat dit :

            je ne fais pas de différence entre syriens et palestiniens. Quand je parle de ces derniers, je vise uniquement leurs représentants politiques de l’AP ou du Hamas.

        • Marie-Christine dit :

          Je crois que Sowhat manifeste ici sa profonde déception vis à vis de l’attitude de collaboration, hostile à Bachar, avec les ennemis de la Syrie, de certains palestiniens et certains partis, dont le Hamas (mais il reste assez divisé sur la question).
          C’est une réalité, pour toutes sortes de raisons : un certain nombre de courants et d’individus palestiniens sont liés, sans doute d’assez longue date, à des courants et cercles syriens hostiles au régime de Damas. Mais c’est loin de représenter la majorité, très loin, je vous assure !!! Mais compte-tenu, de la terrible situation d’opression et de dépendance (notamment vis à vis du monde arabe) qu’ils subissent, (la comprommission de bon nombre de leurs leaders avec le renforcement du volet sécuritaire intérieure en fait partie), « d’aliénation », ils peuvent difficilement et massivement l’exprimer publiquement. Les Palestiniens ne sont objectivement pas libres , moins libres que jamais peut-être (?). Ne pas l’oublier !
          Ce qu’il ne faut pas faire avec la cause palestinienne : un enjeu de surenchère commode d’un bord comme de l’autre : les ennemis « syriens » ne s’en privent pas, il l’utilise même de façon assez éhontée !
          Les Palestiniens continuent concrètement de donner en permanence, leurs vies, leur sang, leur résistance, ne serait-ce qu’au quotidien, pour la liberté, la dignité, la leur, celle du monde arabe, celle du monde, et ce même si l’opression qui s’exerce contre eux semble toujours de plus en plus forte ! Ne pas l’oublier !!!
          La Palestine concrète doit rester et restera, vivante ; vivante concrètement dans le coeur du monde arabe, le coeur du monde !

      • mécréante dit :

        sowhat, qu’es-ce qu’il vous prend ? Les palestiniens sont nos frères !!

        • hezbollah dit :

          Bien dit mécréante.

          Je pense que Sowhat ne doit pas être dans son assiette aujourd’ hui. Si la Syrie, l’ Iran et la résistance Libanaise sont dans le collimateur des Sionistes est des Wahhabites, c’ est justement pour l’ appuie qu’ ils apportent a nos frères et soeurs palestinien(nes).

          Ne jamais oublier que tout les problèmes au moyen-orient sont dus à la colonisation de la Palestine.

          Quand on meurt en martyr.

          http://youtu.be/illF1vt5g1Q

          Quand on meurt en martyr, nous irons au ciel.
          Ne dites pas que nous sommes jeunes,
          Cette vie nous a transformés en adulte.
          Sans la Palestine, que peut signifier l’enfance.

          Même s’ils nous donnaient le monde entier
          Cela ne nous ferait pas oublier, non, non.
          Mon pays et mon sang sont la définition de mon existence.
          Sans la Palestine, que peut signifier l’enfance.

          Même s’ils nous donnaient le monde entier
          Cela ne nous ferait pas oublier, non, non.
          Mon pays et mon sang sont la définition de mon existence.
          Sans la Palestine, que peut signifier l’enfance.

          Les enfants, vous avez remplis vos obligations religieuses,
          Il n’y a pas de Dieu mais Allah,
          Et le martyr et ce qu’Allah préfère.
          Vous nous avez appris le sens de la virilité.

          Même s’ils nous donnaient le monde entier
          Cela ne nous ferait pas oublier, non, non.
          Mon pays et mon sang sont la définition de mon existence.
          Sans la Palestine, que peut signifier l’enfance.

          Ô Allah, avec ta miséricorde, j’ai besoin de ton aide,
          Ô essentiel et tout puissant Dieu,
          Ô miséricordieux, ô magnanime,
          Ô Allah protège l’Islam et les musulmans,
          Ô Allah sauve les enfants de Palestine,
          Ô Allah prend notre revanche,
          Ô Allah répond à nos prières, amen.

          Même s’ils nous donnaient le monde entier
          Cela ne nous ferait pas oublier, non, non.
          Mon pays et mon sang sont la définition de mon existence.
          Sans la Palestine, que peut signifier l’enfance.

          Vive la résistance jusqu’ à la victoire finale contre les deux satans de la région, les Sionistes est les Wahhabites.

          • Syrienne Libre dit :

            Vive la Palestine et la Syrie libres!

            Et c’est en étant libres que nous pourrons réellement nous battre pour la Palestine.
            Azmi Beshara en parle très bien d’ailleurs.
            Le régime s’est servi de la cause palestinienne pour justifier l’injustifiable, pourtant j’en ai eu des amis palestiniens qui sont passés dans les geôles syriennes, sur le simple fait d’opinion…

          • mécréante dit :

            salut hezbollah le poète !

          • sowhat dit :

            « Ne jamais oublier que tout les problèmes au moyen-orient sont dus à la colonisation de la Palestine. »

            c’est faux. C’est un des principaux problème sinon le problème majeur mais ce n’est pas le seul. Si partout dans le monde arabe – sauf en Syrie -l’obscurantisme et la régression font de tels progrès ce n’est certainement pas la faute des seuls sionistes.

          • sowhat dit :

            « Ô Allah, avec ta miséricorde, j’ai besoin de ton aide,
            Ô essentiel et tout puissant Dieu,
            Ô miséricordieux, ô magnanime,
            Ô Allah protège l’Islam et les musulmans,
            Ô Allah sauve les enfants de Palestine,
            Ô Allah prend notre revanche,
            Ô Allah répond à nos prières, amen. » etc…

            je n’ai jamais entendu un responsable ni même un simple militant du Hezbollah tenir de tels propos. Ce genre d’incantations stupides n’appartient ni au style ni à l’idéologie du Hezbollah.

        • Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة dit :

          Le vrai problème est l’alliance indéfectible Israël-USA.
          Chez les européens, c’est plus compliqué.
          Ce n’est pas le moment de s’étendre sur le sujet.
          La cause palestinienne est fondamentale.
          D’une part, les palestiniens sont l’objet d’une injustice effroyable et inacceptable, et les Syriens ont sacrifié énormément dans la défense des palestiniens.
          La réciproque, même si elle est implicite et non exprimée, est également vraie.
          Le jour où Israël est débarrassé des Palestiniens, il tournera tous ses forces contre le Liban, la Syrie et la Jordanie.
          Mais je comprends Sohat qui, sans doute, est indigné par l’attitude des dirigeants palestiniens. y compris du Hamas.

          • sowhat dit :

            en effet, vous m’avez compris

          • joska dit :

            Sowhat, je suis de votre avis, mais les dirigeants palestiniens ont les pieds et mains liés de par les pressions israéliennes et aujourd’hui le Qatar qui achète tout et va se ruiner comme Dubai, et n’oublions pas l’Arabie Saoudite qui est à l’origine avec le mossad et la cia de la création d’alquaïda pour mettre à feu et à sang le monde entier et pas seulement le moyen orient! Sowhat, je vous admire de votre autentisme, vous êtes quelqu’un de bien! Comme Cécilia, Akyliss, Louis et tous les vrais amis de la Syrie

          • hezbollah dit :

            je n’ai jamais entendu un responsable ni même un simple militant du Hezbollah tenir de tels propos. Ce genre d’incantations stupides n’appartient ni au style ni à l’idéologie du Hezbollah.

            Les enfants du Hezbollah.

            http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CFIQtwIwAA&url=http%3A%2F%2Fwww.dailymotion.com%2Fvideo%2Fx5xyic_video-les-enfants-du-hezbollah-isla_lifestyle&ei=s3fMT4n4I4S-8APeyqgJ&usg=AFQjCNGP7LcIApNeDYal5BTADz8Kh7iH5Q&sig2=aq-PxdWn5bYXAhY0OJFbdA

          • hezbollah dit :

            « Ne jamais oublier que tout les problèmes au moyen-orient sont dus à la colonisation de la Palestine. »

            c’est faux. C’est un des principaux problème sinon le problème majeur mais ce n’est pas le seul. Si partout dans le monde arabe – sauf en Syrie -l’obscurantisme et la régression font de tels progrès ce n’est certainement pas la faute des seuls sionistes.

            Non, c’ est pas faux ! Sans ce problème la région aurais été complètement différente , le monde Arabe aurais pu s’ épanouir dans tout les domaines. Oui bien sur avec tout c’ est problèmes, mais comme dans toutes les pays du monde.

            Le bonheur et le malheur du monde Arabe, c’ est le pétrole. Les sionistes ont été placés en plein cœur du monde Arabe uniquement pour piller les richesses de la région.

        • Marie-Christine dit :

          Oh oui ! mécréante. Ils doivent l’être plus que jamais !

          • Marie-Christine dit :

            Pour compléter : nos frères, je parle des Palestiniens,en réponse à mécréante ; mais comme celle-ci a été repoussée par les autres posts très loin du sien…

  2. Mohamed Ouadi dit :

    Voilà un aspect de la guerre terroriste menée contre la Syrie http://cort.as/23VR et à laquelle la nouvelle Syrie doit faire face énergiquement. Observateurs ou pas, machins onusiens divers ou pas, les russes doivent assurer à la Syrie la couverture nécessaire pour mettre fin à cette vermine. Ou que le nouveau parlement syrien décrète l’état d’urgence et donner la couverture politique pour nettoyer le pays de cette vermine terroriste, cela ne peut vraiment durer ainsi.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      L’état d’urgence est en vigueur en Israël en permanence.
      Pour un Merah, minable assasin qui a tué, par pure haine et immense folie, 7 français innocents, la République a décrété le plan vigipirate ECARLATE.

      La Syrie devra décréter l’état d’urgence quand elle lejugera utile…

      « Et merde poujr leroi d’Angleterre
      qui nous a déclaré la guerre »

      • Frantz Fanon dit :

        Aujourd’hui même, tandis que Assad parlait au parlement, William Hague, ministre de l’Empire, pardon, de l’extérieur anglais, a annoncé une guerre contre la Syrie qui sera « plus grande » que celle que nous avons mené, pardon, qu’on a mené en notre nom sans nous consulter, contre la Libye.

        Cela me rappelle Frantz Fanon. « … cette Europe qui n’en finit pas de parler de l’homme tout en le massacrant partout où elle le rencontre, à tous les coins de ses propres rues, à tous les coins du monde ». La guerre que la Syrie livre à l’empire, c’est aussi NOTRE guerre. Nous, les victimes du festin banquaire qu’on nous présente comme ‘crise’, nous sommes assis dans le même bâteau que la Syrie. Quand nos oppresseurs auront vaincu la Syrie, ils vont se lancer contre nous, les peuples de l’Europe. Et en plus, la Syrie est, comme la Grèce, un laboratoire pour l’expérimentation de nouvelles armes pour tuer l’homme.

        Aimer la Syrie, c’est créer de la conscience dans nos pays sur cette identité entre les intérêts du peuple syrien et les nôtre. Dans ce sens: Vive la Syrie! Meure l’Empire!

        • marie dit :

          oui Frantz.
          La résistance de la Syrie, c’est aussi l’espoir qu’un autre monde est possible
          que le néolibéralisme destructeur, usurpateur,manipulateur, tueur de
          peuples….
          Tous ceux qui se semblent capables de le faire comprendre parce qu’ils en sont convaincus et qu’ils ont assez d’éléments pour argumenter se doivent de
          véhiculer les idées d’une prise de conscience,seule apte à nous prémunir face aux problèmes qui vont s’aggraver en Europe et partout dans le monde.

          • Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة dit :

            Oui.
            J’affirme que quiconque aime la France doit approuver la Syrie dans sa résistance à la guerre que lui font les Ultra-Sionistes-Associés et les potentats du Qatar, d’Arabie et les avatars de l’Empire Ottoman.
            Mon questionement concerne la France.
            Son attitude n’est pas conforme à ses intérêts.
            Et, surtout, elle est en violation violente avec les principes sublimes qu’elle a diffusés dans le monde entier.

    • Mohamed Ouadi dit :

      Un article faisant la comparaison entre le terrorisme connu par l’Algérie dans les années 90 et le terrorisme que vit la Syrie d’aujourd’hui, écrit par un écrivain et journaliste algérien, et publié par JP News, et traduit pour les lecteurs d’Infosyrie :
      http://www.infosyrie.fr/decryptage/le-poids-et-le-sens-des-mots-guerre-civile/#comment-50801

    • roll dit :

      @Mohamed Ouadi

      « Observateurs ou pas, machins onusiens divers ou pas, les russes doivent assurer à la Syrie la couverture nécessaire pour mettre fin à cette vermine. Ou que le nouveau parlement syrien décrète l’état d’urgence et donner la couverture politique pour nettoyer le pays de cette vermine terroriste, cela ne peut vraiment durer ainsi. »

      Voilà, enfin, une vision saine, cohérente, réaliste et… pragmatiste (« pragmatiste », veut dire, selon moi, dans le contexte géopolitique où Mohamed Ouadi s’exprime, la même chose, tout en apportant une « nuance » plus proche de la démarche des russes, dont on ne doit pas oublier qu’elle est TOTALEMENT DÉPASSIONNÉE- à la différence du « pathétisme » gesticulatoire et sans espoir – désespéré, mais jusqu’auboutiste au prix d’une quantité incalculable de sang syrien versé – des occidentaux).

      Mohamed Ouadi, vous avez parfaitement énoncé et formulé les termes dans lesquels NOUS DEVONS réfléchir la situation actuelle en Syrie et… tenté de donner une forme politique et stratégique à cette réflexion, pour que, enfin, l’emporte le droit inaliénable des peuples à décider de leur présent et de leur avenir… dans la paix.

      Nous somme TOUS concernés -pour des raisons simplement, et bêtement vitales (où que nous soyons) – par cet IMPÉRATIF!

      Oui,c’est exact,comme l’a écrit ( je suis désolé d’avoir oublié « qui ») quelqu’un sur ce site: « la victoire du président bachar-Al assad constitue « un TOURNANT » dans l’histoire que nous avons vécu depuis la fin de la guerre froide (ça, c’est moi qui le rajoute…)

  3. pop dit :

    C’est ce discours que j’attendais d’ASSAD depuis belle lurette. Le moment a sonné de prendre les choses en grand chef! ces TERRORISTES ne réussiront pas à détruire la Syrie par des actes de TERRORISME.

  4. Al bazar dit :

    Al Assad a raison, nous devons le soutenir afin de mettre un terme au terrorisme international que représente les pays comme le Qatar, l’Arabie Saoudite, Nous devons l’aidé àneutraliser les intégristes musulmans.
    Vive Al Assad!

  5. Souriya ya habibati dit :

    Allah Souriya Bachar wbass

    • Syrienne Libre dit :

      bachar w khass

      • Akyliss dit :

        Bachar et le Khass sont tout les deux très bon, un en politique et en résistance face au colonisateur et l’un accompagné de tomates, d’huile d’olive, de sel :)

        et le Qatar,les saouds, obama, hollande iront tous ce fracasser les dents contre la Syrie.

        la Syrie libre c’est celle de Bachar et des syriens ne t’en déplaise syrienne libre! ce n’est pas demain la veille que le gérant du Qatar va aller s’empiffrer de pâtisserie syrienne à Damas…

        • joska dit :

          Amin akyliss, le Qatar gesticule et sa graisse de par son dirigeant ne va pas fondre et sa seule fuite sera à dos de chameau car son peuple meurt, tous ces pays qui croient que leur sort est épargné! Mais les choses vont changées car après la Syrie calmée, ces puissances vont connaître des tourmentes d’une autre ampleur, à suivre!….

          • Akyliss dit :

            ces puissances vont connaître des tourmentes d’une autre ampleur, à suivre!….

            oui j’attend avec impatience ce moment où ses dirigeants de pacotille vont prendre la fuite une fois que leurs « amis » et « alliés » occidentaux les lacherons ses saouds et qataris…

  6. roll dit :

    @Louis Denghien

    Merci pour votre article d’une très grande justesse.

    Où?, en dehors d’infosyrie (et de réseau Voltaire), peut-on trouver?, (du moins) en langue française, l’expression d’une telle volonté et d’ une telle intelligence dans le combat et la résistance face à l’agression sanglante permanente (érigée, aujourd’hui en système exclusif de gouvernement) que mènent inlassablement les criminels cyniques et obscènes qui dirigent les Etats occidentaux et leurs croupions médiatiques, contre la liberté et l’indépendance des peuples et leur droit inaliénable à l’autodétermination.

    Merci, encore, pour le formidable travail que vous faites chaque jour et la plate-forme d’expression et de débat de très haute qualité que constitue infosyrie.

      • roll dit :

        @vilistia

        merci infiniment (« la voix de la syrie » je connaissais déjà) et je maintiens,toutefois,pour la qualité des analyses apportées par infosyrie.

        bien cordialement

        • marie dit :

          voir aussi le site mondialisation ,investigaction,realpolitik.tv qui sont sur la même ligne dénonciatrice des méfaits de la politique otanesque…..

      • Souriya ya habibati dit :

        Bonsoir Vilistia,
        J’espère que vous avez le projet de sous-titrer le discours du Président sur la vidéo directement; c’est très important de permettre à nos amis Français de pouvoir suivre le discours, en regardant le Chef de l’Etat Syrien parler la langue d’Al-Mutannabi.. ainsi ils pourront savourer les sonorités de l’arabe se décliner en LOGIQUE.. ils pourront aussi décrypter le langage du corps… la FERMETE de mener la Syrie vers le SALUT.

        Allah Souriya Bachar wbass

    • Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة dit :

      Je m’associe à ces remerciements.à INFOSYRIE.
      Courage, lucidité, pertinence et générosité.
      Ce travail requiert, en effet. tant de temps et de vivacité d’esprit, comme de capacité de synthèse et de discmernement.

    • Candide dit :

      « Où?, en dehors d’infosyrie (et de réseau Voltaire), peut-on trouver?, (du moins) en langue française, l’expression d’une telle volonté et d’ une telle intelligence dans le combat et la résistance face à l’agression sanglante permanente (érigée, aujourd’hui en système exclusif de gouvernement) que mènent inlassablement les criminels cyniques et obscènes qui dirigent les Etats occidentaux et leurs croupions médiatiques, contre la liberté et l’indépendance des peuples et leur droit inaliénable à l’autodétermination. »

      Où, mais chez Sana, bien sûr! (désolé, j’ai pas le droit de mettre de lien)

      • sowhat dit :

        « Où, mais chez Sana, bien sûr! »

        belle excuse en effet ! tu ne peux pas mettre de lien ? mais tu peux très citer … or tu n’es pas fichu de citer un seul exemple qui allie dans le sens de ce que tu dis.

      • Akyliss dit :

        La Syrie, ses médias, sa politique changent mais les opposants à Bachar vivent toujours dans le passé …

  7. Souriya ya habibati dit :

    APPEL à tous nos amis traducteurs:
    PRIERE de coordonner vos efforts afin d’éviter les doublons.. Le discours est franchement PASSIONNANT et le paragraphe consacré aux intellos.. est un morceau d’anthologie.

    Je vous embrasse tous et toutes.
    Souriya Allah hamiha

    • Mohamed Ouadi dit :

      Le président al-Assad devant l’Assemblée du Peuple: Le processus politique va de l’avant et la sécurité nationale est une ligne rouge
      03 Juin 2012

      Damas / Le président Bachar al-Assad a rendu hommage aux martyrs de la Syrie, tombés par le feu perfide, dont certains auraient dû être aujourd’hui dans l’hémicycle mais qu’ils étaient visés précisément pour avoir voulu porter la responsabilité nationale et s’étaient, pour cela, portés candidats aux élections législatives.
      Par cet hommage aux martyrs innocents, civils et militaires, et par une consolation à leurs parents et à leur grande famille, la Syrie, le président al-Assad a commencé son discours à l’ouverture aujourd’hui de la 1ère législature de la nouvelle Assemblée du Peuple, affirmant que le sang des martyrs ne sera pas vain. « Il est question non pas de haine, mais de droit. Le droit ne tombe que concédé par l’ayant droit », a-t-il fait noter, affirmant que notre seule consolation et notre revanche seraient que la patrie retrouve sa santé et que ses enfants recouvrent la paix, la sécurité, la tranquillité et la stabilité.

      S’adressant aux membres de l’Assemblée qu’il a félicités pour leur victoire et auxquels il a exprimé son estime pour s’être engagés dans cette mission dans les circonstances fortes délicates « qui demandent encore plus d’hardiesse, de solidité et de sens de responsabilité ».
      Le président al-Assad a rappelé que l’Assemblée du Peuple est le représentant de tout le peuple « l’agriculteur, le paysan, le fonctionnaire, l’intellectuel, le militaire, le médecin, l’avocat, l’ingénieur, l’ouvrier…. » Et que pour qu’elle assume efficacement ses tâches législatives et de contrôle, il lui faut avoir une vision claire d’un processus de développement et que cette vision soit enrichie par un dialogue constructif sous le dôme du parlement et par la communication avec les citoyens desquels ils prennent connaissance de leurs problèmes et écoutent même des suggestions sur les solutions possibles.
      « Si le citoyen est notre but, il faut qu’il soit aussi notre point de départ et notre boussole », a-t-il précisé, tout en mettant l’accent sur l’action conjointe des deux pouvoirs législative et exécutive « qui doit se caractérise de complémentarité et d’association », estime-t-il.
      Il a de même souligné que le rôle de contrôle qui incombe à l’Assemblée ne doit pas commencer après une faille de l’exécutif. « La chose doit commencer par un dialogue directe avec l’autorité exécutive depuis l’élaboration de son plan, pour se poursuivre en inspection et contrôle durant son exécution et se termine par des comptes à demander quand il y aurait une faille », a-t-il expliqué, ajoutant que c’en est de la responsabilité du député devant son électeur et le citoyen.

      Le président al-Assad a mis l’accent sur la charnière dangereuse que traverse la Syrie, la qualifiant « la plus dangereuse depuis l’indépendance ». « Ceci demande de vous une action exceptionnelle, étant confrontés à deux forces allant en sens opposés: l’une, d’obédience à l’extérieur, poussant vers l’arrière par ses tentatives d’affaiblir la Syrie, de violer sa souveraineté, de tuer et de saboter, et l’autre poussant de l’avant avec ce qu’elle porte de résolution à la réforme ».
      « Avec les réformes nous pourrions repousser une grande partie de l’offensive qui nous vise et nous érigerons un barrage solide face aux convoitises régionales et internationales », a affirmé le président al-Assad assurant que s’adapter avec les réformes et les renforcer n’est point facile et que son succès dépend de notre capacité de réaliser les impératifs de la réforme sur les deux plans officiel et populaire.
      Le président al-Assad a fait savoir que le peuple de Syrie qui avait réalisé et affronté avec un sens élevé de nationalisme l’ampleur et le volume du plan visant la Syrie est à même de réaliser les impératifs de la réforme, et que ce peuple qui avait prouvé ses capacités dans des épreuves nationales fort difficiles mérite qu’on rehausse notre prestation au niveau de sa maturité et de sa fermeté.
      Le président al-Assad a évoqué les démarches politiques fort claires annoncées et exécutées suivant un calendrier défini, « contrairement aux prévisions des ennemis et des adversaires qui avaient mis en doute notre bonne foi », assurant que la Syrie avait poursuivi son processus politique (lois, élections de l’administration locales, référendum sur la constitution) en dépit des tentatives des forces intérieures et extérieures de le faire échouer.
      « Les élections législatives faites à leurs dates fixées en dépit du terrorisme, des tueries et des menaces étaient la riposte déterminante du peuple aux tueurs, aux criminels et à leurs maîtres et entremetteurs, et un gifle à ceux qui avaient voulu que la Syrie se renferme sur elle-même et retourne des décennies en arrière », a-t-il martelé.
      Le président al-Assad a mis l’accent sur l’élément extérieur dans la crise en Syrie. « Dans mon premier discours au début de la crise j’avais fait allusion à l’élément extérieur sans y insister, estimant que la faille dans une maison, ses habitants en sont les premiers responsables. Mais il s’était fait que certains avaient estompé entièrement l’élément extérieur présentant le problème en pure divergence entre parties syriennes et parlant d’une activité pacifique sur le terrain et d’une violence provenait uniquement de l’Etat. « Certains agissaient par mauvaise foi et autres par ingénuité ou sous l’influence de la désinformation médiatique », a-t-il ajouté, soulignant que le temps a clarifié les faits et fait tomber les masques. « Le rôle international, connu depuis le temps, n’a pas changé et ne changera pas, le colonialisme reste le colonialisme même s’il changeait de méthodes, et le rôle régional parle de soi.
      Quant à ceux qui se disaient parlant au nom du peuple, ils avaient vu le peuple s’exprimer dans la rue, sans besoin d’intermédiaire qui cherchait une gloire au prix du sang du peuple ».
      « Nous avons à apprendre de ce peuple auquel nous appartenons, ce peuple qui avait dès le début déchiffré la conspiration puisant dans un sens populaire infaillible, une mémoire nationale, un patrimoine riche et une tradition de moral qui avaient protégé et immunisé notre société, notre identité et nos traditions », a affirmé le président al-Assad, évoquant un principe « authentique et tout simple » que le peuple avait rétabli: pour résoudre un problème il faut l’affronter et non s’en dérober. « Toutes les solutions proposées étaient une fuite en avant », a-t-il souligné, assurant que l’affrontement pourrait être pénible, mais c’est d’elle que vient le rétablissement.
      Evoquant la question de la solution politique amplement évoquée depuis le début de la crise, le président al-Assad s’est demandé: y avait-t-il un seul qui avait expliqué que pourrait être le lien entre la solution politique et le terrorisme qui s’était amplifié depuis le début de la crise? Le dialogue et la solution politique empêcheraient-ils le terroriste de faire ce qu’il avait fait jusqu’à présent?
      Le président al-Assad a aussi posé dans ce sens la juste question de savoir: « Le terroriste qui avait assassiné, décapité les gens, exécuté des explosions et toute autre forme de terrorisme, l’avait fait parce que deux parties en Syrie sont en divergence politique? Et quand est-ce qu’on engage le dialogue et qu’on parvienne à une solution politique, ce terroriste dirait: c’était fait, donc je renonce au terrorisme?. C’est illogique », s’est exclamé le président al-Assad.

      Le président al-Assad a rappelé que le terrorisme a frappé partout sans distinction et sans discrimination. « Le processus politique avançait et le terrorisme montait incessamment, sans que les lois promulguées le fassent reculer », a fait constater le président al-Assad énumérant les différents prétextes avancés au début de la crise.
      « Le terroriste ne se soucie pas de la réforme, ni du dialogue. Il est un criminel chargé d’une mission. Il est insensible à la condamnation ou aux pleurs d’une femme éplorée ou d’un enfant devenu orphelin…Rien ne l’arrêtera si nous ne l’arrêterons pas nous mêmes », a indiqué le président al-Assad, estimant que ne pas séparer le terrorisme du processus politique est une grande faute que certains commettaient légalisant ainsi le terrorisme.
      Invitant pour commencer à identifier et à définir le problème pour ne pas tourner en rond, le président al-Assad a commencé par assurer qu’en Syrie la question n’est pas un problème politique. « Un problème politique implique l’existence d’une partie qui présente un programme politique ou économique contre laquelle on oppose un programme politique et économique; et c’était ce qu’on avait fait bien que conscient que le problème n’était pas politique. Ce que nous affrontons c’est un projet de sédition et de destruction de la patrie. Son outil était le terrorisme », a expliqué le président al-Assad, faisant savoir que dès le début on avait essayé tous les moyens politiques: modification des lois, nouvelles lois, changement de la constitution, amnistie, et même le dialogue; mais le dialogue demande une préparation du terrain et des parties connues. Toutes les suggestions politiques nous les avions admises.
      Le président al-Assad a affirmé que la Syrie affronte une guerre réelle engagée de l’extérieur. « Ttraiter avec une guerre diffère d’un conflit intérieur avec des parties syriennes. C’est un point à retenir », a précisé le président al-Assad, qui pour revenir à la question du dialogue a évoqué les propos sur ce dialogue et les exigences de ce dialogue: les plans du dialogue, les parties concernées par ce dialogue, sont-elles influentes sur les événements, devraient-elles être représentatives du peuple…En principe, le seul élément disponible pour savoir si ces parties représentent le peuple était les élections; ces forces qui voulaient participer au dialogue, avaient-elles pris partie aux élections où s’y étaient-elles dérobées, le moment échéants, sous titre du boycottage, pour ne pas montrer son vrai poids sur le terrain ».
      Le président al-Assad a fait noter qu’on boycottant les élections ce n’est ni l’Etat, ni le gouvernement ni le Parti qu’on boycotte mais le peuple, « or les élections sont le droit du peuple et l’électeur c’est le citoyen. « Comment donc quiconque pourrait dire à la fois je représente le peuple et je le boycotte? » s’est exclamé le président al-Assad, insistant sur le fait que toute opération politique n’aurait aucune valeur si elle ne repose sur l’état populaire, cet état qui s’était révélé pratiquement par la descente des millions dans les rues syriennes, hommes, jeunes, jeunes filles, femmes, enfants, adultes, vieillards, proclamant clairement leur refus de l’ingérence étrangère et de l’allégeance à l’extérieur, toute atteinte à l’unité de la patrie, à son intégrité territoriale et à son tissu social, et par la participation aux élections législatives dans des conditions difficiles, et avant elles aux élections de l’administration locale et au referendum sur la nouvelle constitution.
      « Tout action politique devrait reposer sur les principes fixés par les masses. Le dialogue national doit aussi reposer sur ces principes pour aboutir », a-t-il précisé, insistant sur un « processus politique » et non « une solution politique ». « Le processus politique, nous savions, ne mènera pas à une solution, mais nous l’avions entamé étant prévu depuis l’an 2005 et parce que la société syrienne, loin de la crise, en avait besoin », a expliqué le président al-Assad, soulignant qu’en tout cas, les résultats du dialogue, quel qu’ils soient, doivent obtenir l’aval populaire, soit au moyens des représentants du peuple, l’Assemblée du peuple, soit au moyen d’un référendum à l’instar de celui sur la constitution.
      « Nous avions annoncé notre disposition au dialogue. Nous sommes prêts à entamer le dialogue sans conditions, exclues les forces qui travaillaient pour l’extérieur, celles qui avaient demandé l’intervention étrangère, ou celles qui s’étaient impliquées directement dans le soutien du terrorisme », a précisé le président al-Assad, soulignant que nombre de forces de l’opposition l’avait aussi affirmé. « Une partie de l’opposition avait même participé aux élections législatives, et nombre de ses membres est parmi nous, arrivé à l’hémicycle par sa base populaire. Mais reste une parie de l’opposition dont certains attendaient les balances extérieures et autres le signal de l’extérieur ».
      Toujours dans le cadre du processus politique, le président al-Assad a souligné que prochainement la Syrie aura son nouveau gouvernement qui reflètera les nouveaux équilibres politiques, précisément au niveau de l’Assemblée du peuple, réitérant le fait que les portes et les cœurs sont ouverts à chacun voulant un réforme réelle et désirant participer sincèrement au processus du développement de l’Etat.
      « Pas de recul sur ce qu’on avait réalisé de réforme et d’ouverture; et en dépit de ses blessure, la Syrie va vers l’avenir abritant tous ses enfants de quel avis sont-ils. Quant au terrorisme, il vise la patrie, toute la patrie, peuple, institutions et Partis. C’est un cas à part et son règlement ne suit pas les critères qu’on avait mentionnés. Nous avons à lutter contre le terrorisme pour guérir la patrie. Pas de tolérance ni avec lui ni avec ceux qui le soutiennent. Nous l’affronterons sévèrement tout en laissant la porte ouverte devant ceux qui l’abandonne, pourvu que leurs mains ne soient entachées du sang des Syriens », a dit le président al-Assad, rappelons que nombre de ceux-ci avaient répondu à l’appel de l’Etat.
      Le président al-Assad a réitéré l’appel à ceux-ci, encore hésitants, de prendre ce pas, leur rappelant que l’Etat ne venge pas. « Je leur assure que nous ne nous vengerons ni aujourd’hui ni plus tard. Dans le passé on avait fait acte de tolérance avec des non Syriens comment donc quand il s’agit d’un concitoyen », a-t-il dit.
      Le président al-Assad a tenu dans ce contexte à faire noter que la sécurité est une ligne rouge. Que le prix à payer pourrait être cher, Et la Syrie l’avait payé. « Mais aussi cher qu’il est, nous devrons être prêts à le payer pour conserver l’unité de la société et du tissue syriens et de la force de la Syrie », a-t-il plaidé.
      Attendre la suiteGh.H.

      http://www.sana.sy/fra/51/2012/06/03/423124.htm

      • roll dit :

        @Mohamed Ouadi à propos de la retranscription (partielle) du discours du président al-Assad devant l’Assemblée du Peuple (merci à vous pour ce travail)

        Quel discours! Dans la conjoncture actuelle, c’est le discours d’un vrai et grand chef d’Etat face aux derniers avatars de la dernière des dictatures : les (ou, plutôt, LA) « démocratie(s) » occidentale(s) – qui s’auto proclament ainsi – et ses prétoriens des « droits (sic) de l’homme (sic) » (re-sic) – je sais, par avance, que plusieurs (beaucoup, certains? ), ici, rejetterons ce que je viens d’écrire sur la (les) « démocratie(s) » occidentales auto-proclamées . Mais j’espère me tromper.

        Il faut soutenir le président al-Assad sans faiblir -quel enjeu, dans la conjoncture actuelle – (et ne pas se décourager face aux coups et aux assauts meurtriers permanents des ordures criminelles occidentales – ils ont un fleuve, un océan de sang sur les mains. Ils sont l’antithèse de la vie (cad: de la paix, de la liberté, de l’indépendance, de l’autodétermination des peuples).

      • betehem dit :

        Merci beaucoup Mohamed Ouadi pour ce nouveau travail de traduction. Ce qui est choutte aussi, sur Info Syrie, en plus de l’article de base, généralement très bien fait, c’est tous les commentaires, les aides, les informations des commentateurs.

        • Mohamed Ouadi dit :

          Pour être honnête, cette traduction n’est pas de moi. C’est celle de SANA, et les liens le prouvent. Je tiens à remercier ces chevilles ouvrières, car ils sont trois syriens à avoir réalisé ce travail de traduction très rapidement.
          Je me suis mis en effet à assurer la traduction lorsque j’ai constaté que d’autres le font mieux que moi, alors, j’ai reproduit ce travail sur Infosyrie, aussi rapidement. Et en prenant la peine de souligner la source en bas du texte.
          Merci quand même. C’est très gentil de votre part.

    • ourika dit :

      j’ai écouté son discours … en arabe, sans rien comprendre, simplement pour l’accent, sur la chaîne libanaise

    • Mohamed Ouadi dit :

      Suite du discours du présiden Al Assad :

      Le président al-Assad a souligné que le processus politique ne résout pas la crise actuelle et n’allège pas le terrorisme, affirmant que le règlement politique est lié à toutes les causes qui avaient entrainé à cette crise et qui avaient permis aux étrangers de s’ingérer dans les affaires internes de la Syrie.

      « Le règlement politique commence quand on fait la distinction entre la divergence des points de vue, qui signifie la richesse, et le désaccord sur la patrie qui signifie la destruction. Le pluralisme ne signifie pas le conflit ni l’affrontement mais la complémentarité », a-t-il fait noter, insistant sur le fait que le règlement commence quand on saisit que les anciennes civilisations mettent fin à leurs divergences dans les crises au profit de la patrie et quand on construit les priorités sur l’intérêt de la patrie et non pas sur les sentiments et les émotions personnelles.

      Le président al-Assad a fait savoir que certains font la confusion entre deux cas: le 1er être contre la politique de l’Etat ou contre l’action d’un responsable et le 2ème: être contre la patrie. « Il existe des personnes qui font la différence entre les deux cas et des personnes qui avaient participé aux marches sans qu’ils soient d’accord avec la politique de l’Etat et qui sont contre beaucoup de responsables, mais ces personnes sont nationalistes sachant comment faire la distinction entre le 1er et le 2ème cas et elles descendent dans les rues pour soutenir la patrie », a-t-il expliqué, faisant noter que la patrie est une priorité et la question de la patrie est plus importante que notre question personnelle qu’on pourrait parler quand on dépassera la crise. « Ce sont des nationalistes et la majorité du peuple syrien sont parmi ces derniers », a-t-il indiqué.

      « Il ne suffit pas de détester l’écoulement du sang mais nous devons connaître comment empêcher son écoulement. Nous défendons aujourd’hui une cause et une patrie. Nous ne font pas ça parce que nous aimons le sang », a affirmé le président al-Assad, soulignant que certains souhaitaient que le sang soit coulé sur les frontières, mais en fait l’ennemi devient à l’intérieur et non plus sur les frontières.

      « En dépit du fait que l’ennemi devient à l’intérieur, nous détestons toujours le sang mais nous traitons avec la réalité. Je souhaite qu’on construit les pensées sur la réalité et nos pas sur les émotions, alors, en ce moment on ne craint pas un criminel on un plan mené par un colonialiste financé par un dirigent », a-t-il poursuivi. « Je ne parle pas d’un agent à l’intérieur ou d’un conspirateur à l’extérieur, mais je blâme un Syrien aimant sa patrie sans savoir la protéger, alors il plongeait dans des slogans pittoresques et contribuait sans savoir à porter un coup à sa patrie », a-t-il précisé.

      Il a affirmé que le peuple syrien ayant une telle civilisation n’imite pas aveuglement tout ce qui lui provenait de l’extérieur, notamment quand les messages et les pensées viennent via des canaux représentant des pays qui resteraient toujours en marge de l’histoire.

      Il s’est demandé: « Des millions de Syriens sont-ils descendus dans les rues pour soutenir les fautes ou pour soutenir la corruption? Ces millions avaient déjà beaucoup souffert de ces fautes mais ils ont bien compris que l’objectif est de substituer ces fautes par des grandes catastrophes », a-t-il affirmé

      « Des personnes n’ont pas la capacité de comprendre que la question n’est pas celle de réforme ou de démocratie mais de frapper le rôle résistant de la Syrie, son soutien à la résistance et son attachement à ses droits », a-t-il mentionné.

      « La Syrie fait face à un plan de destruction, a martelé le président al-Assad qui a souligné avoir essayé tous les moyens politiques mais que ces efforts étaient vains « car nous faisons face à une véritable guerre menée de l’étranger », a-t-il ajouté.

      Le président M. Assad a souligné que les responsables du terrorisme ne sont pas intéressés par le dialogue ou les réformes. Ils sont chargés d’une mission et ne s’arrêteront que s’ils accomplissent cette mission ou si nous arrivons à les arrêter.

      Mais, a-t-il assuré, « il n’y aura pas de compromis dans la lutte contre le terrorisme et ceux qui le soutiennent ». « La sécurité de la nation est une ligne rouge ».

      Le président al-Assad a aussi écarté tout dialogue avec les opposants liés à l’étranger, accusant des Syriens de toucher de l’argent pour participer aux manifestations anti-régime à travers le pays ou pour tuer. Le président syrien a évoqué des adolescents de 14 ans ou 15 ans ayant touché 2 000 livres syriennes pour tuer des membres des forces gouvernementales mais aussi des civils. « Quels efforts devrons-nous déployer pour nettoyer les esprits de ces jeunes hommes ? », s’est-il interrogé.

      Et le président al-Assad d’ajouter: « Aujourd’hui nous voyons le résultat de la myopie de la liberté lancée à savoir le déchiquetage de nos fils et non pas la démocratie dont ils parlaient qui est plongée ce jour-ci dans nos sangs.

      Le président al-Assad a indiqué que le coût que nous avons payé est cher mais il sera beaucoup plus cher après la sortie de la crise non pas du point de vue sécuritaire mais du point de vue moral, faisant allusion aux nouvelles notions entrées chez une grande partie de la génération juvénile en Syrie, à savoir les notion du terrorisme, de la violence, du banditisme et des mercenaires.

      Le président al-Assad a rendu hommage aux forces armées héroïques qui sont au centre de l’offensive visant leur bonne presse, leur rôle et leur image dessinée tout au long de décennies à travers leurs sacrifices, affirmant qu’aucune institution ne pourrait présenter ce qu’avaient fait les forces armées fût-ce la doctrine qui oriente leurs fils en bonne direction, cette doctrine qui est visée et qui exprime l’appartenance du peuple, l’identité du peuple est visée à travers le ciblage de l’institution dont il est fier.

      Le président al-Assad a souligné les opérations de fraude contre cette institution nationale en l’accusant des actes terroristes abominables et en exploitant certaines fautes de temps en temps pour les gonfler et les montrer comme méthode adoptée par l’Etat et ses institutions en général, précisant l’importance de faire la distinction entre les fautes individuelles commises par une personne appartenant à un établissement public et les fautes de l’établissement lui-même, « alors on ne doit pas généraliser la faute d’une personne ou d’un groupe de personne sur tous les travailleurs, la personne qu’il avait commis la faute assume elle-même la responsabilité et non pas autre ou la politique de son établissement.

      Le président al-Assad a indiqué que les crises montrent le métal réel des peuples et des nations, appelant le peuple à l’unification pour prouver que nous appartenons à l’une des civilisations les plus anciennes sur la terre.

      Il a affirmé que la crise n’est pas intérieure mais une guerre extérieure avec des outils intérieurs et tout citoyen est concerné par la défense de sa patrie, affirmant que la fin de la situation actuelle est proche peu importe le complot extérieur, ajoutant qu’on ne permettra pas à ceux venant de l’extérieur de l’histoire à écrire ce que l’histoire n’avait pas écrit auparavant c’est que les Syriens ont-ils un jour détruit leur patrie avec leurs propres mains.

      Au niveau économique, le président al-Assad a souligné l’importance de chercher des ressources alternatives, appelant au rationnement des dépenses, au réarrangement des priorités, à la réparation de ce qui a été saboté de l’infrastructure. Il a affirmé que ces circonstances ne porteront pas atteinte à notre fermeté mais au contraire elles vont former une stimulation pour plus de travail.

      S’adressant aux membres de l’Assemblée du Peuple, le président al-Assad a clôturé en affirmant que la boussole est pour nous en direction de la souveraineté de la Syrie, de l’indépendance de sa décision, de l’intégrité territoriale et de la dignité de ses fils. « Rappelez-vous que l’individu est transitoire et le peuple reste et que les postes sont variables mais la patrie est fixe », conclu-t-il.

      L.H./Gh.H/R.B.
      http://www.sana.sy/fra/51/2012/06/03/423124.htm

    • Mohamed Ouadi dit :

      Discours de Bachar au parlement, pour les arabophones :
      http://www.youtube.com/watch?v=snus127fEbs

      • Marie-Christine dit :

        Merci Mohamed pour ce travail de décryptage-traduction et le lien que j’enregistre immédiatement sur mon ordinateur.
        Ce discours n’est pas passé inaperçu à « l’international », et les médias mainstream s’efforcent de le déformer autant qu’ils le peuvent, mais pas toujours avec succés…

  8. Christian dit :

    Depuis quand Bassma Kodmani va chez les Bilderberg?

    http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=31210

      • marie dit :

        Ce qui la rend invulnérable, intouchable et lui permet de ramener sa fraise.Au dessus du BIlDEBERG, comme disait l’autre , il ne reste que Dieu…..

        • Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة dit :

          Quiconque en appelle à une intervention de forces étrangères agit en traître contre son pays.

          La France n’a pas oublié Danton et son appel à défendre la Patrie en danger.
          L’immense majorité des Syriens sont des Danton du 21ème siècle.

          Et Kodmani, comme tous ceux qui sollicitent une intervention étrangère, auraient été guillotinés en 1792

          • Marie-Christine dit :

            En quelque sorte du côté de Marie-Antoinette…, qui travaillait on ne peut plus activement à unir toutes les forces de l’empire des rois de l’époque, contre la France révolutionnaire et remettre sur le trône son Louis XVI de mari, à qui elle déconseillait par ailleurs tout compromis.

          • roll dit :

            @Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة

            « comme tous ceux qui sollicitent une intervention étrangère, auraient été guillotinés en 1792″

            oui, ainsi qu’ils DOIVENT l’être en 2012.

    • mécréante dit :

      Wiki
      Le groupe Bilderberg est un rassemblement annuel et informel d’environ 130 membres, essentiellement américains et européens, et dont la plupart sont des personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias. Ce forum annuel a été inauguré en mai 1954 à Oosterbeek aux Pays-Bas, lors d’une réunion à l’hôtel Bilderberg (d’où son nom). Il est au centre de plusieurs controverses du fait de sa non-médiatisation et du caractère confidentiel du bilan des conférences.
      Dans les années 1950, les diplomates polonais Joseph Retinger et Andrew Nielsen, inquiets de la montée de l’anti-américanisme en Europe occidentale en période de guerre froide, élaborèrent l’idée d’un forum international où les dirigeants européens et américains pourraient se réunir en vue de coopérations en matière militaire, économique et politique2….

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bilderberg

      • Marie-Christine dit :

        Merci, car j’ignorais à peu près tout de ce groupe Bilderberg.
        Bassma Kodmani peut bien aller se promener où elle veut, cela lui ouvrira peut-être des « entrées » intéressantes pour sa carrière personnelle, mais certainement pas son entrée par la force, la force des armées étrangères, en Syrie.
        Sauf que l’on apprend, que c’est aussi au niveau de ce groupe « d’élites » secret, que l’on prétend régler le sort de la Syrie (un complot international ? Voyons, voyons, honni soit, Bachar en premier, qui mal y pense…).

    • Syrienne Libre dit :

      intéressant… :(

  9. Maroquino dit :

    Très beau discours pour ma part historique, si seulement ont pouvaient avoir un dirigeant avec autant d’éloquence de charisme et de courage, M6 aurait décampé depuis longtemps, lui tiens à sa peau, pas trop à celle des marocains.

    • Marocain-Tangérois dit :

      Le gouvernement Marocain a vendu sa peau et sa dignité pour quelques pétrodollars des ‎cheikhs du Golfe. Les barbus et les voilées islamistes marocains sont des traitres ‎corrompus au service des sionistes et machyakhates du Golfe Perso-arabe. Le peuple ‎Marocain se réveillera tôt ou tard pour rendre sa dignité‎

  10. joska dit :

    Louis, Allah Ihalik, pouvez vous me dire comment s’est passée la manifestation de soutien à notre soeur (hertna)Lamia? Avez vous pu l’approcher si elle était présente! Je vous remercie cher frère (khayé)!

  11. AVICENNE dit :

    L’OSDH indique qu 57 soldats auraient été tué dans la journée de samedi. Quelqu’un en sait un peu plus ?.

  12. theflowerpower dit :

    Syrie : Vladimir Poutine propose une Force de paix de l’OTSC : http://cort.as/23YA

  13. avecfoietlois dit :

    SALAM, oui beau discours, dommage que la date soit si tardive, dommage que ce président intelligent n’est pas eu l’inspiration de tenir ces propos sur la politique intérieur plus tôt, avant qu’il n’y soit obligé, ce qui laisse obligatoirement un doute sur la sincérité du sujet. dommage encore qu’il reconnaisse la présence de personnes qui commettent des erreurs graves et qui sont au sein des milices ou de l’armée, le problème est qu’ils ne peuvent être seuls responsables de leurs actes car ils tiennent leurs statuts, leurs armes, leurs légitimités et leur zèle du pouvoir en place, alors c’est obligatoire le président est responsable de leurs actes, surtout que leurs impunités date d’avant la crise, même la police en avait peur. Président j’ai beaucoup d’estime pour toi, pour ta politique extérieure, un vrai lion comme ton nom, et pour ta politique intérieur je n’ai rien à en dire je ne vis pas en terre syrienne, mais aujourd’hui quand des innocents meurent, comment un père, une mère, une soeur, un fils ou une fille ayant payé dans leur chaire pourront ils te pardonner ton manque d’anticipation qui a donné matière aux criminels de tout bords de légitimer leurs ambitions. vraiment j’ai de la peine pour toi, ta place n’est pas enviable, en laissant de coté le jugement des hommes qui est sans valeur, j’aimerai connaitre Celui De Dieu, j’espère que tu réussiras à déjouer ce complot international, que tu corrigeras tes négligences, que tu sauveras ton âme des flammes de l’enfer. je pense que tu commences bien en ne te sauvant pas comme d’autres ont fait, et que tu restes à la barre du navire pour le sortir de la tempête, que Dieu t’cordes la réussite, attention à ce que tu en feras après.

    • Souriya ya habibati dit :

      Un disciple du ‘ar’ur qui attérrit parmi nous ou quoi?!!!

      Souriya Allah hamiha wa Bachar Al-Assad ra’iha mahma ‘awat al kilab..

      • avecfoietlois dit :

        c’est quoi cette réponse à la con, et qui se répètent en copié collé!?
        y’a un automate derrière ou un crétin?

  14. vilistia dit :

    Radio Iran le 3 juin 2012

    Interview de Eline Briant journaliste française à la télévision Al Manar, au sujet du discours d’Assad devant le nouveau Parlement, qui désigne les puissances étrangères comme responsables des massacres en Syrie.

    http://www.dailymotion.com/video/xrakpc_irib-2012-06-03-eline-briant_news

  15. Syrienne Libre dit :

    Minute de silence esquissé d’un sourire vicieux… No Comment

    Le massacre de Houla : l’arbre qui cache la foret, parce qu’on occulte deliberement les massacres, les tortures, les bombardements et les arrestations d’avant et de maintenant.

    Le régime instrumentalise cette barbarie pour cacher le reste.

     » pour Bachar al-Assad, ceux qui ont commis ce massacre des innocents sont des « monstres« . Des monstres qui n’appartiennent pas à l’armée syrienne, ni aux miliciens pro-gouvernementaux. »

    Pour moi, cette phrase sous-entend qu’il existe bel et bien des « monstres » « pro », puisqu’il se voit obligé de preciser que ce ne sont pas les monstres de l’armee et des miliciens pro gouvernementaux.

    Il a dit egalement que l’etat ne voulait pas se « venger » sur les gens qui ne sont pas des terroristes (sic), que le regime était indulgent (sic)
    Pour lui, ‎ l’armée a commis des « erreurs » mais le regime n’a pas a « endosser la responsabilite d’un ou plusieurs individus ». Les gens ne doivent pas se venger sur la « nation » pour « ça »…

    Discours hypocrite, discours langue de bois, ou il fait délibérément l’amalgame entre nation, patriotisme, régime et chef d’état.

    Pour lui, le mot repression n’existe pas, les gens sortent manifester car ils ne travaillent pas et sont payés par l’etranger. Et les gens qui tuent sont des adolescents payés d’apres lui 2000LS…
    Je crois savoir que les sbires sont quand même mieux payés …

    Visiblement, la Syrie n’appartient pas a tous les Syriens.
    J’ai encore demandé si je pouvais me rendre en Syrie : fortement déconseillé!

    • Louis Denghien dit :

      Vous sous-entendez généreusement : vous avez peut-être des troubles de l’audition SL ? Déjà que vous voyez des combattants de la liberté là où il n’y a que des excités barbus stipendiés du Qatar… IL serait temps de consulter !

      À propos du Qatar, votre seconde patrie, c’est la providence des « sbires », un Hollywood du mercenariat islamiste avec les rémunérations duquel la Syrie de Bachar ne saurait rivaliser…

      Au fait, vous vous croyez maligne en recyclant sur la page Facebook du site vos montages vidéos « citoyens », mais ce faisant vous vous exposez au bannissement de ce forum, pour avoir contrevenu gravement aux décisions du directoire suprême d’Infosyrie.

      Allez, ça va pour cette fois, mais qu’on ne vous y reprenne plus…

      Louis Denghien & Infosyrie

      • Etudiant dit :

        Louis, tu te bacharise de plus en plus. Qui compose ce directoire si ce n’est toi ? Tu devrais te présenter aux législatives, en tout cas. Les moutons aiment se faire mener en troupeau.

        • Louis Denghien dit :

          Très flatté de cette appréciation venant d’un hurleur avec les loups…

          L.D. & Infosyrie

        • Sofiane ouadime dit :

          C’est son commandiatire Étudiant…

          • Sofiane ouadim dit :

            Désolé Louis, je ne vois pas les commentaires en attente…désolé, je ne voulais pas psammer…

        • marie dit :

          Oui nous on veut bien de cette Tyrannie de l’intelligence d’autant qu’elle est magnanime et permet à ceux qui ne sont pas au niveau de continuer à s’exprimer.
          c’est la tolérance des grands!!!!!

      • Syrienne Libre dit :

        oh!
        c’est le seul endroit où je peux publier des liens!

        Il parait qu’il y a des shabbi7 (des vrais) à Doha.
        Mais bon, malheureusement la situation des Syriens au Qatar est de plus en plus compliquée.

        En tout cas, j’ai le plaisir de pouvoir toujours acheter des fruits et légumes syriens là bas…

        • Louis Denghien dit :

          Ils doivent une saveur mixte de sang et de pétrole des plus exotiques….

          L.D. & Infosyrie

        • sowhat dit :

          « En tout cas, j’ai le plaisir de pouvoir toujours acheter des fruits et légumes syriens là bas… »

          c’est encore un mensonge de SL. Les approvisionnements en fruits et légumes syriens ont été rompus depuis des mois. Le Qatar n’importe plus de fruits et légumes ni rien d’autre de Syrie et cela même indirectement par exemple via la Jordanie. Je vous défie de prouver le contraire.

          • Syrienne Libre dit :

            tu veux que je t’envoie des photos?
            pourquoi tu ne me crois pas?
            Les fruits et légumes syriens se font plus rares, mais il y a quelques jours encore j’ai acheté des tomates, des generek, des peches plates, des cerises, des amandes jeunes. Par contre je ne trouve plus les grenades syriennes. J’avais même acheté des pistaches d’Alep!
            On trouve du the, des olives, des epices syriennes, des raha et autres sucreries mais plus de fromage comme el jebne mchalchale ou jebne k3eb :)

            Je t’ai dit Sowhat, tu peux me contacter si tu veux, pour vérifier.

            De notre cote, on essaie d’aider des Syriens (quelque soit leur bord) pour les faire engager (c’est surtout mon mari, opposé a mes convictions de revolution…)

          • sowhat dit :

            il suffit de te lire pour comprendre que tout est mensonge
            comme tous les menteurs invétérés tu crois que tes interlocuteurs sont comme toi

            pauvre imbécile

          • Syrienne Libre dit :

            Sowhat le dégonflé.

            Quand tu n’as plus d’argument tu me traites de menteuse, donc c’est quasi automatique.

            Contrairement a toi, je ne mens jamais.

          • Louis Denghien dit :

            Je me contente juste de me tromper…

            L.D. & Infosyrie

          • sowhat dit :

            « Sowhat le dégonflé » c’est cela !

            quand on est à bout d’arguments on use d’intimidations. Je connais bien la méthode et tu l’utilises de façon assez typique.

            Je t’ai déjà répondu. Je ne souhaite pas prendre langue avec les crapules qui se cachent derrière ton pseudo. Et en quel honneur le ferais-je ? d’ailleurs je ne vous connais que trop … et tu le sais

      • Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة dit :

        Syrienne libre?
        Syrienne, j’en doute.
        Libre?
        Irresponsable!

      • betehem dit :

        Réponse marrante comme tout, Louis. J’apprécie le cirectoire suprême d’Infosyrie et sa mansuétude.

    • mécréante dit :

      « J’ai encore demandé si je pouvais me rendre en Syrie : fortement déconseillé! »

      vous avez demandé à qui ?
      Moi aussi, certains me l’ont fortement déconseillé !

      • mécréante dit :

        j’irais car je suis courageuse moi !

        • Syrienne Libre dit :

          Je suis fichée mécréante, déjà fichée a la base (passage obligé chez les moukhabarat a l’aéroport et pendant mon séjour) et fichée depuis la révolution. Pourtant, Dieu sait que nous n’avions aucune activité politique!

          J’ai demandé a des gens proches des autorités des services de renseignement.
          (en l’espace de quelques secondes j’ai eu envie de croire au discours de Bachar, mais mes illusions ont rapidement été dissipées)

          Mais si je suis sponsorisée par Infosyrie, je veux bien prendre le risque!

          • mécréante dit :

            Tout le monde est fiché !
            Quand on va aux US on passe à la casserole aussi !
            je pense qu’il faut juste prévoir le temps à passer avec les moukhabarat !

            On y va ?
            Moi ça fait 32 ans …

          • Syrienne Libre dit :

            :)
            c’est un rêve pour moi d’y retourner!
            Bon moi ça fait 2ans…
            Contactez moi si vous voulez par l’intermédiaire de LD

          • sowhat dit :

            mensonges et fanfaronnades

          • mécréante dit :

            Il me semble que derrière cette fanfaronne (normale tout les syriens le sont) se cache une syrienne malheureuse.
            Moi je veux bien en tout cas discuter avec Syrienne pas Libre !

          • Akyliss dit :

            mais Syrienne Libre, c’est normale que ce soit fortement déconseillé de se rendre la bas en ce moment !
            mais cela n’empeche pas les syriens d’y retourner même en étant fiché !

            il y a un étudiant syrien qui est retourné en Syrie bien après avoir finit ses études et en 2011, évidemment il c’est fait interrogé par les moukhabarats : pourquoi tu n’est pas rentré avant, pourquoi maintenant etc. il a répondu qu’il avait sa femme et ses enfants en Syrie et que c’est pour ça qu’il rentre …et il n’a rien eu de plus il n’a pas été torturé ni mis en prison ni considéré comme « insurgé » !

            un autre ami syrien de passage en Syrie a lui été aussi interrogé par les moukhabarats par ce qu’il avait un visa d’israel sur son passeport (il était en cisjordanie) et des questions juste normal, que faisais tu en israel, pourquoi tu étais aussi à gaza , et à la fin ils lui ont juste dit que la prochaine fois il ne pourra pas entrer en Syrie si il a le visa israélien sur sont passeport … et il est reparti libre

            même si tu es fiché ils ne vont pas te mettre en prison, tu subiras un interrogatoire et tu iras en Syrie !

    • Passionario dit :

      @ sans-foi-ni loi pour SL: je continue à me rendre en syrie et plus précisément à Alep ou Damas en voiture sans problème, à part quelques détours pour Alep; ce weekend, beaucoup de mes amis d’Alep sont venus assister à un mariage des leurs au Liban…..Alors trêve de racontars et de bobards..Ceux qui manifestent sont des badauds comme il en existe partout, accompagnés d’adolescents de 10 à 15 ans, de repris de justice etc……De gens cupides et assoiffés d’argent et de sang…..
      Quant à votre explication du discours de notre Président, Grand Homme d’état, il ne s’adressait pas aux minables de votre espèce, et la Syrie n’appartient ni aux monstres, ni aux renégats: restez à puer là où vous êtes et écrasez!!!!!!

    • sowhat dit :

      « les gens sortent manifester car ils ne travaillent pas et sont payés par l’etranger. Et les gens qui tuent sont des adolescents payés d’apres lui 2000LS »

      Mais ce sont pourtant les faits. Un grand nombre de manifestants anti-régime sont payés. Ces gens-là pour la plupart n’ont aucune raison objective de manifester. Ce qui les pousse à manifester c’est un ensemble de raisons qui n’ont rien à voir avec des revendications politiques. D’ailleurs des revendications politiques, leurs slogans prouvent qu’ils n’en ont pas. J vous défie de citre une seule revendication à caractère politique. Ce qui les incite manifester c’est :

      1)- une haine atavique pour les minorités en particulier les alaouites
      2)- l’idéologie salafiste propagée par des imams wahabites formés et payés par les séoudiens et les monarchies obscurantistes du Golfe
      3)- la protection d’intérêts sordides liés aux trafic illicites
      4)- le sentiment d’humiliation séculaire de la tourbe inculte
      5)- enfin l’argent qu’ils reçoivent de l’étranger. Le nombre impressionnant de vauriens (cela saute aux yeux) et d’écoliers parmi les manifestants en est bien la preuve.

      REVOLUTION DE LA VERMINE et ceux qui la soutiennent ne valent guère mieux.

    • AVICENNE dit :

      Fortement déconseillé ?. Par qui ?.

      Mon cousin va en Syrie début juillet avec sa femme et ses deux enfants. Le seul problème qu’il a eu a été de trouver un vol car, depuis les trains de sanctions made in EU et USA, c’est le parcours du combatant.

      Quant à tout le reste, bla, bla, bla, bla……….Discussion de salon BHLien. Bref, du vent !.

  16. theflowerpower dit :

    Vox Clamantis.

    (,,,), La vérité sur Houlé

    « Voici ce que nous avons reçu d’un témoin oculaire de Kfar Laha, près de Houlé :

    « Les bandes armées sont sorties de Rastan et de Saan, entre Homs et Hama vers 20 heurs. Elles ont attaqué les barricades des forces de l’ordre autour de l’hôpital Al Watani (national) et ont tué et blessé près de 35 éléments des forces de l’ordre puis ont pénétré dans l’hôpital gouvernemental. A l’intérieur de l’hôpital se trouvaient les patients et les équipes sanitaires et quelques parents accompagnant les malades, près de 25 personnes. Les bandes armées ont massacré toutes les personnes présentes puis ont brûlé l’hôpital après avoir transporté les cadavres. Sur les bandes vidéo des rebelles ont voit que ceux qui transportent les cadavres le font sur des couvertures sur lesquelles est écrit en arabe « ministère de la santé ». Ceci prouve qu’ils sont les auteurs du crime. Les bandes armées se sont ensuite dirigées vers les maisons avoisinantes, ils massacrèrent leurs habitants et brûlèrent cinq maisons après avoir transporté les cadavres. Des renforts sont arrivés de la part des forces de l’ordre. Il y eut des échanges de feu et neuf des terroristes furent tués.

    En chemin, ils se sont introduit dans une pharmacie et fusillèrent le pharmacien pour le punir d’avoir vendu des médicaments à un membre du service de l’ordre, et ils brûlèrent sa pharmacie.

    Vers 22 heures les bandes armées se sont dirigées vers le village de Tal Daw. Ils ont investi le quartier sud et ont massacré des familles alaouites, hommes, femmes et enfants, puis ont mis le feu après avoir transporté les cadavres.

    Les cadavres rassemblés ont été placés dans une mosquée à Houlé pour les montrer aux Observateurs de l’ONU comme étant un massacre perpétré par l’armée. »
    http://cort.as/23ZP

    • betehem dit :

      Et ils transportent les corps, sans aucun respect, comme des sacs, pour les utiliser encore via les medias. Il n’y a plus aucune humanité, aucun respect, aucune foi chez ces gens-là.

      • Souriya ya habibati dit :

        J’ai trouvé ce qui suit dans un gratuit d’aujourd’hui, 04 Juin, fête de Ste. Clotilde:
        Courte prière
        « Sainte Clotilde, fais que les princes à courte vue sur leurs propres intérêts, retrouvent le sens du bien commun et de la haute destinée de notre pays ».

        Je vous laisse, betehem, le soin de dédier cette prière à l’homme politique de votre choix.

  17. Tarico dit :

    Tout mon respect de citoyen français envers la personne de M. Bachar al-Assad et tout mon soutien à son action pour les réformes et contre le terrorisme.

  18. averoes dit :

    Le Terrorisme Institutionnel
    « Retour A La Barbarie Prés Traité De Westphalie Destruction De L’Etat Nation »

    http://www.planetenonviolence.org/R2P-Retour-A-La-Barbarie-Pres-Traite-De-Westphalie-Destruction-De-L-Etat-Nation_a2646.html

  19. averoes dit :

    Ca perle de la Syrie actuellement sur « radio ici et maintenant » 95.2 sur la bande FM
    Et sur le Net:
    http://icietmaintenant.com/

  20. averoes dit :

    Ca parle de la Syrie actuellement sur « radio ici et maintenant » 95.2 sur la bande FM
    Et sur le Net:
    http://icietmaintenant.com/

    Je rajouterais que c’est le seul média restant qui est à peu près libre en France.

  21. L'OBSERVATEUR dit :

    Les événements de Syrie marqueront un tournant dans l’Histoire du monde.
    C’est beaucoup plus qu’une affaire intérieure syrienne. C’est le bras de fer entre d’un côté l’impérialisme américains qui veut étendre sa domination sur toute la planète, et de l’autre ceux qui s’y opposent.
    Bachar n’est que le symbole de ce bras de fer. S’il tombe les américains seront bien partis pour étendre leur domination sur toute la planète. S’il ne tombe pas, l’Histoire prendra une autre direction et un nouvel ordre mondial de paix et de justice pourra voir le jour.
    En ce sens la Syrie est comparable à Stalingrad, qui a marqué le tournant de la deuxième guerre mondiale.

    • sowhat dit :

      Effectivement. Mais d’abord la résistance de la Syrie marque le début du compte à rebours de la fin des monarchies obscurantistes du Golfe.

    • Mohamed Ouadi dit :

      Le peuple syrien ne tombera pas.
      Qui n’avance pas régresse ! Le plan étasunien n’avance pas, tout a été essayé et avec des moyens énormes, alors que le train des réformes syrien a beaucoup avancé : les lois des partis, des associations, de l’information, électorale, la nouvelle constitution, les élections locales, législatives, et demain un nouveau gouvernement et c’est parti … ! Tout cela sur fond de guerre, multiformes, sans précédent, avec des moyens et des coûts énormes : médiatique, psychologique, politique, économique, diplomatique …
      C’est une vraie révolution qui a eu lieu en Syrie, menée par le peuple syrien et ses dirigeants et ses forces vives. Rien n’est plus comme avant en Syrie et pour les syriens, et pour les vrais amis russes et chinois. Si la Syrie tombe, c’est la Russie et la Chine qui tomberont. C’est pas moins que ça !

      • RoyL dit :

        http://www.voltairenet.org/Syrie-Vladimir-Poutine-propose-de

        Syrie : Vladimir Poutine propose de créer une zone de
        libre-échange avec la Russie
        3 juin 2012

        [L]e président de la Fédération de Russie, Vladimir V. Poutine,
        envisage de créer une zone de libre-échange entre la Syrie et
        l’Union douanière.

        [L]’Union douanière rassemble la Russie, la Biélorussie et le
        Kazakhstan. Les études préliminaires sur la création de cette
        zone de libre-échange ONT COMMENCÉ le 25 mai 2012.

        [L]a création d’une zone de libre-échange entre l’UD et la Syrie
        PRIVERAIT de TOUT EFFET les sanctions occidentales contre la
        Syrie. [Emphase ajoutée]

        ;)

      • sowhat dit :

        « C’est une vraie révolution qui a eu lieu en Syrie, menée par le peuple syrien et ses dirigeants et ses forces vives. Rien n’est plus comme avant en Syrie et pour les syrien »

        sans contredit. Je souscris sans réserves.

  22. réalité dit :

    Cher peuple syrien, votre courage est colossal et votre unité est exemplaire. Que Dieu vous protège et vous soulage, gloire à tous les martyrs, vive le président Bachar el-Assad.
    DE TOUT MON COEUR AVEC VOUS

  23. Syrienne Libre dit :

    Robert Fisk  » grand-reporter anglais » comme vous dites si bien dresse un tableau pessimiste et réaliste de la situation des pays du « printemps arabe » ou « éveil arabe » comme il dit.
    Il a lui aussi suivi le discours, mais il n’est pas aussi sur que vous concernant le massacre de Houla…

    http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/fisk/robert-fisk-hosni-mubarak-has-fallen-assad-clings-on-yet-the-fate-of-their-nations-is-anyones-guess-7814810.html

  24. Leboninformateur dit :

    La Ligue des Traitres Arabes Suspend la Diffusion des Chaînes Satellitaires Syriennes

    Les altanto-sionistes via un de leurs instruments de domination qu’est la « Ligue Arabe » ont décidé de faire taire la Répubique Arabe Syrienne.

    A la demande de Washington, le Conseil Ministériel de la « Ligue des Traitres Arabes » réunis à Doha, samedi 2 juin 2012 a pris la décision de suspendre la transmission de toutes les chaînes satellitaires Syriennes sur les satellites Arabsat et Nilesat.

    Une telle décision avait été prise par cette même « Ligue » en Mars 2011, pendant l’agression de l’OTAN contre la Jahamariya Arabe Libyenne.

    Ce genre de décisions précède généralement des agressions militaires
    occidentales.

    Source : http://www.sana.sy/eng/21/2012/06/03/423081.htm

    • Syrienne Libre dit :

      Dommage qu’un telle decision soit prise, j’aimais bien voir un journaliste se prendre une shahhata en direct par un passant ou les interventions telephoniques improbables de citoyens syriens!
      Mais ca va, Addounia se regarde sur internet, c’est déjà ça.

      • Akyliss dit :

        ce qui a changé c’est qu’ils sont toujours vivant le jeteur de shahata et le gars qui est intervenu sur la chaine Addounia !
        eh oui c’est les alélouias du spectacle et du direct !

        c’est aussi arrivé sur la chaine du gérent du Qatar aljazeera, un auditeur qui a dit au sheikh al qardaoui qu’il ne mettre pas les pieds en Syrie (en des termes moins respectueux que ça )

    • sowhat dit :

      Les chaines syriennes doivent décidément beaucoup les gêner pour qu’ils veuillent en quelque sorte leur imposer silence.

      • Marie-Christine dit :

        Oui c’est comme un aveu pulic et flagrant de leur entreprise de désinformation et de l’échec de celle-ci.
        Le dernier recours pour faire taire toute voix qui apporterait contradiction et démenti, et là c’est la voix de celui, du pays, que l’on accable, que l’on veut anéantir, que l’on veut faire taire le plus radicalement possible. Cela ne s’appelle-t-il pas du fascisme ? de la propagande fasciste…

        • Akyliss dit :

          c’est toujours la même chose, quand on attaque un pays on commence par détruire ses moyens de transmission des médias…
          en France les sionistes ont obligé le csa à interdire la chaine libanaise Al Manar puis quand la guerre à commencé ils ont détruits les antennes de transmission de la chaine au Liban, pareil avec l’Irak, et maintenant comme ils n’aiment qu’on disent le contraire de leurs pensées unique envers la Syrie, ils interdisent la diffusion des chaines sattelitaires syrienne, surtout pour éviter que les peuples arabes entendent un autre son de cloche que celui de la propagande mondiale contre la Syrie…

          bientot il va falloir interdire internet si ils veulent être éfficace !

  25. gabriel dit :

    la syrienne libre!!! la seule liberter que tu as de faire un bocino a l etudiant du primere ca vous fait reflechir les 2 maybe en attandant, hier aujorduit et demain vive la syria vive al assad bashar