• Actualité
  •  

À peine réélu - mardi - à ses fonctions de président du Conseil national syrien (CNS) le professeur en disponibilité et en exil permanent Burhan Ghalioun veut en démissionner ! Dans un entretien accordé jeudi à l'agence Reuters, l'homme-lige des Frère  musulmans et du gouvernement turc (arrêtons-nous là) a expliqué qu'il entendait ainsi tirer la conséquence de critiques "persistantes" à son égard. Mardi 15 mai, Ghalioun avait obtenu 66% des voix des membres du conseil national de cette confédération de [...]



Bye bye Ghalioun !?

Par Louis Denghien,



Ghalioun et Juppé à Paris, en novembre dernier : et deux de chute !

À peine réélu – mardi – à ses fonctions de président du Conseil national syrien (CNS) le professeur en disponibilité et en exil permanent Burhan Ghalioun veut en démissionner ! Dans un entretien accordé jeudi à l’agence Reuters, l’homme-lige des Frère  musulmans et du gouvernement turc (arrêtons-nous là) a expliqué qu’il entendait ainsi tirer la conséquence de critiques « persistantes » à son égard. Mardi 15 mai, Ghalioun avait obtenu 66% des voix des membres du conseil national de cette confédération de groupes d’opposants radicaux à dominante islamiste, et à alibis (pour la clientèle occidentale)  « libéraux« .

Vers la chute de la maison CNS ?

Burhan Ghalioun avait, il est vrai, été reconduit pour trois mois à la tête du CNS. Mais il aura apparemment tenu 48 heures ! « Je ne suis pas prêt à devenir un facteur de divisions » déclare-t-il pour justifier sa décision apparemment irrévocable (encore que…) « Je soumettrai ma démission dès qu’un remplacement sera trouvé par le biais d’élections ou par consensus« .

Au fait, pourquoi ces divisions ? Selon Reuters, le futur ex-président du CNS serait accusé par ses détracteurs de négliger les contacts avec les groupes d’opposition intérieure en Syrie. et aussi de ne pas avoir su unifier les diverses composantes du CNS : il est vrai qu’à l’impossible nul n’est tenu, ce conglomérat d’islamistes, de soi disant nationalistes et de démocrates plus ou moins occidentalisés s’étant vite assimilé au « nid de bourdons » que dénonçait un des ses premiers déçus, l’opposant Haytham al-Manaa, qui avait dressé le plus violent et le plus acéré des réquisitoires anti-CNS, contestant sa légitimité à représenter le peuple syrien et ses aspirations, pointant sa déconnection des réalités de terrain syrienne, refusant la logique de guerre civile de l’ASL, stigmatisant son inféodation, enfin et surtout, à l’étranger, qui s’est notamment manifestée par ses demandes répétées d’intervention militaire de l’OTAN, sur le « modèle » libyen. Et c’est vrai que le CNS serait bien peu de choses sans ses parrains pas syriens, au premier rang desquels le Turc Erdogan et le Français Juppé (qui le reçut naguère presque comme un chef d’État à Paris, sans doute parce que Ghalioun y a vécu comme exilé depuis des dizaines d’années : finalement, Ghalioun risque de n’avoir pas survécu politiquement longtemps à son protecteur parisien…)

Fin février, un autre Haytham, (al-Maleh) avait claqué la porte avec une vingtaine de membres du CNS, reprochant lui aussi à Ghalioun, à ses amis et à ses parrains barbus de ne pas répondre aux attentes des opposants de terrain (voir notre article « Une bonne nouvelle pour les vrais amis de la Syrie : le CNS vient d’éclater », mis en ligne le 29 février).

On va bien voir si Ghalioun persévère dans sa mâle résolution. Mais même s’il se reprenait, il serait évidemment en sursis. Son échec parachève en quelque sorte celui du CNS qui avec la démission de son premier président consacre sa marginalisation. Voire sa décomposition : juste après la réélection de Burhan Ghalioun, une figure de l’opposition syrienne, récemment ralliée au CNS, Fawaz Tello, présenté comme « libéral« , avait claqué la porte, invoquant les »ambitions personnelles » qui bloquaient la démocratisation de la structure d’opposition radicale.

Vu l’ambiance, d’autres démissions et scissions devraient suivre : pour le CNS, créé en août 2011, c’est peut-être déjà le commencement de la fin. Si Dieu et les Occidentaux le veulent.

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

30 commentaires à “Bye bye Ghalioun !?”

  1. Etudiant dit :

    La démission de Fawaz Tello n’est pas ce qui porte le plus grand coup au CNS.
    Ce qui a précipité ces déclarations de Ghalioun c’est la menace des Comités Locaux de Coordination (LCC), qui euxsont sur le terrain syrien et qui organisent jour après jour la révolution pacifique (je distingue ici les manifestations de l’ASL), de quitter le conseil.
    Sans les LCC au sein du conseil, la « rue révolutionnaire » n’acceptera plus le CNS, qu’elle regarde comme un vivier d’élite éloigné de leurs préoccupations réelles.
    Pour moi, les LCC ont le destin de Ghalioun entre leurs mains.
    Mais bon, comme vous dites si bien, Ghalioun n’est pas encore fini. Si le CNS ne se met pas d’accord rapidement pour un autre nom, il restera à sa place, encore 3 mois.

    • Jo dit :

      haha c’edt assez marrant ces clowns n’arrivent meme pas a se mettre d’accord

      Degage Ghalioun sinistre traitre

      • Sorisharif dit :

        @Etudiant
        Comme vous êtes si bien informé sur les révolutionnaires , l’égorgeur des soldats et des civils à Homs ,Abdul Razak Tlass fait il partie de LCC qui organise la révolution pacifique ?

        • Etudiant dit :

          Non, de l’ASL, frange armée de la révolution.
          Les LCC sont la frange pacifique, qui ont toujours appelé les Syriens à ne pas prendre les armes et à mener pacifiquement leur révolution. Mais bon ça vous le saviez, vous faites juste semblant.

          • Sorisharif dit :

            @Etudiant
            Si je comprends bien ,les hommes de LCC sont les informateurs qui donnent les noms des loyalistes à abattre à l’ASL qui fait le sale boulot .

          • Etudiant dit :

            Sorisharif,
            j’essaye d’être constructif (pour une fois dirons certain), en apportant un éclairage sur la situation du CNS.
            Mais si tu préfère ton entre soi où on critique l’opposition sans comprendre les jeux de pouvoir et d’alliance qui s’y déroule, ben tant mieux pour toi.
            Il est vrai que je fait parfois des commentaires provocant, c’est de bonne guerre je trouve. Mais bon, ici ce n’était pas le cas. Donc ces questions à la con ne mènent à rien… Mais je peux y répondre : non. Renseigne toi, informe toi, lis et tu verras que les LCC ont toujours appelé à ne pas mener une révolution armée.
            Mais si le simple fait d’être opposants (de « l’intérieur » comme certains aiment à dire) fait de ces gens des criminels à tes yeux, et bien je comprends mieux comment tu réfléchis. Vive la démocratie de Bachar quoi…

          • Marie-Christine dit :

            Etudiant, bonjour,
            Vous savez, depuis le début de la « révolution », il y a des « entités » floues, qui servent et ont servi à différentes étapes, le discours de la propagande anti-Bachar et du soutien de la « communauté internationale » aux « démocrates syriens » : les LCC, avant l’étape de l’ASL, pour moi, en fait partie.
            Si vous arrivez à les cerner, tant mieux pour vous, moi pas ! Il y a du tout et du n’importe quoi sous cette appellation non contrôlée, instrumentalisée selon les besoins, notamment des « interviews » des médias.
            Quant à son caractère « pacifiste » (permettez-moi d’être très dubitative !), tout aussi difficile à cerner que le reste…
            En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’elle ou qu’ils font partie de l’attirail de la guerre contre le régime et contre la Syrie telle qu’elle est, en connexion avec la « communauté internationale » (et ses plans de guerre !).
            On entendait beaucoup moins parler d’elle, cette « entité » en perte de vitesse dans le discours, et voici qu’elle ressuscite, se rappelle à notre bon souvenir à l’occasion de nouvelles scissions, divisions annoncées, au sein de « l’opposition »…
            Décidément cette opposition « feuille de vigne » est rès mouvementée…! Le mouvement perpétuel, on dirait bien, des éclats et divisions sans fin… On peut toujours « s’amuser », s’occuper à compter les points, (elle est de toute façon de moins en moins fonctionnelle, dans son rôle de « feuille de vigne « ), mais c’est une diversion de la réalité crue qui se passe sur le terrain, qui est le terrorisme sous toutes ses formes, organisé par les vrais commanditaires et acteurs de la guerre contre la Syrie et contre les Syriens.

          • AVICENNE dit :

            Les LCC ne semblent pas être beaucoup écoutés mon cher étudiant. C’est peut-être pour cela que ce site en parle peu : Quelques milliers de manifestants (j’enlève volontairement les milliers « obligés » de manifester ou « payés » pour manifester) »pacifiques ».

            Etudiant, un peu de sérieux.

          • Marie-Christine dit :

            Il n’est pas bien sûr, sans intérêt, d’observer, analyser, supputer, ce qui se passe à l’intérieur de cette « opposition » et notamment « l’avenir » du Sieur Galhioun à sa tête, mais cela reste secondaire : les réels lieux de pouvoir et d’opération, pour à défaut « d’abattre » la Syrie, la « ravager » de l’intérieur par le terrorisme, sont ailleurs.

          • Marie-Christine dit :

            Que le Sieur m’excuse si j’ai mal orthographié son nom : Ghalioun.

          • Etudiant dit :

            En fait le problème des LCC c’est justment qu’elles n’ont pas pris les armes : aujourd’hui on ne parle que des rebelles armés. On oublie que justement certains continuent d’appeler au pacifisme. C’est moins spectaculaire mais politiquement plus profond. Au fond vous ne voyez que l’opposition armée à Bachar, alors qu’elle n’est qu’une partie de la contestation, mais c’est la plus spectaculaire. En ce sens elle nuit aux travaux des révolutionnaires.
            Je persiste et signe en tout cas sur les LCC.
            Je vous invite à aller sur leur site pour meiux vous rendre compte de leurs travaux et de leurs point de vue sur la situation (je mets pas de lien, parce que ce serait un lien vers un site de l’opposition, je serai donc censuré : taper sur google : local coordination commitee syria).

      • lafleuriel dit :

        C’est à lire aussi dans le Parisien qui insiste sur l’alliance frères musulmans et CNS…du 17/05

        Syrie: signes de division dans l’opposition, Ghalioun prêt à démissionner

        Publié le 17.05.2012, 15h27 le Parisien

        • Sorisharif dit :

          Les LCC ne portent pas des armes mais ils cassent et détruisent les bien publics pour sémer le désordre dans le pays.
          LCC les civils casseurs .
          Les vrais opposants sont tous ces shabihas sur infosyrie qui défendent l’intégrité de la Syrie et ton LCC, ASL ,et autre sont de la m…. .

  2. AVICENNE dit :

    Peut-être mettront-ils Riffat El Assad à sa place ? (Lol). Comme démocrate, on peut difficilement faire mieux n’est-il pas ?

    Avec plus de sérieux, décomposition politique mais qui ne changera rien sur le terrain malheureusement.

    • Etudiant dit :

      Au contraire, si le CNS disparaît il y aura bien moins de « liant » politique (il n’y en a déjà pas beaucoup) pour la contestation, ce qui risque d’aggraver la situation.

      • sowhat dit :

        c’est ce qu’on va voir – concernant le CNS – mais la situation ne s’aggravera pas comme vous le prétendez

        • Etudiant dit :

          Ben le risque est que il n’y ait plus de solution politique (par politique j’entend pas dialogue avec le régime, le CNS le refuse) et cela pourrait précipiter grand nombre de révolutionnaires vers les armes.
          La guerre civile serait inévitable.
          C’est ce que pense.

          • AVICENNE dit :

            Etudiant,

            Il n’y a pas de révolutionnaires !. Des opposants ?. oui et depuis toujours.
            Certains sont reconnus depuis pas mal d’années en Syrie, d’autres sont « arrivés comme par miracle » en mars 2012.

            Que le CNS disparraisse ou pas, cela ne changera rien sur le terrain car ce sont des personnes non rattachés à des structures plus ou moins « démocratiques » qui perpétuent la violence en Syrie.

            Il n’y a pas de secret : Il faut ERADIQUER ces fous et laisser le temps au temps pour que les réformes commencées « accouchent » de quelque chose de plus fort encore.

            La démocratie ne se déclare pas du jour au lendemain et tout le monde le sait.

          • Marie-Christine dit :

            AVICENNE
            Je pense que vous vouliez dire Mars 2011 ?

          • sowhat dit :

            Mais le CNS ne représente absolument pas l’opposition. Si vraiment le CNS représentait l’opposition, il aurait accepté le dialogue auquel les convie le président et les amis de la Syrie sans exclusive (sauf concernant les frérots mais c’est peut-être ça qui te gêne) et sans conditions préalables car il n’y a pas d’autre solution que politique. Nombre d’opposants de l’intérieur ont accepté le dialogue et ont pris le président au mot quitte à le juger ensuite sur ses engagements. Le CNS campe sur un double refus : ni opposition – ni réforme. Par conséquent le CNS ne représente pas l’opposition mais le camp anti-syrien. Le CNS est cela on peut le démonterer n’a aucune représentativité dans le pays.

            « La guerre civile serait inévitable ». Je crois plutôt que tu espères que la guerre civile se déclare en Syrie. Or force est de constater qu’après plus de 14 mois de tentatives systématiques coordonnées dans le cadre d’un plan global contre la Syrie, la guerre civile ne s’est pas allumée et que les syriens dans leur grande majorité demeurent solidaires et attachés à l’unité de leur pays.

  3. Mohamed Ouadi dit :

    L’heure « Zéro » !

    Le site arabi press a publié un article d’analyse dans lequel l’auteur parle de l’heure « H », annoncée en grand fanfare par l’opposition, qui prédit pour une énième fois la chute éminente du régime syrien.
    Depuis la mise en œuvre du plan Annan, les discours de l’opposition ont porté sur l’heure « zéro » qui va constituer le lancement du compte à rebours vers la chute du régime. Ont été annoncés des plans, des moyens, des structures …, mais depuis, des observateurs se sont mis à arriver en Syrie, à s’y déployer, sans rien voir quant à l’heure « H », ce qui laisse planer des doutes sur cette opposition, et l’auteur s’interroge, est-elle dans une impasse, ou est-elle ridicule ? A défaut de traduire tout l’article, voilà quelques extraits, qui nous emblent significatifs.
    « N’est-il pas embarrassant pour l’opposition d’alerter toutes ses forces médiatiques et de publier des déclarations et des discours, par la voix de ses grands dirigeants et officiers de son armée libre, pour mobiliser à l’heure « zéro », et inciter et encourager à y participer, avant que ne soit apparu qu’il ne s’agit que d’une « bulle d’air ».
    Où sont les millions de manifestants qui devaient descendre dans les rues avec l’arrivée des observateurs onusiens ? Et, où sont passées leurs menaces au régime de l’approche de sa chute ? Et, où est passée leur crédibilité devant leurs supporters ?
    A l’arrivée des observateurs arabes, nous avons entendu le même discours, les mêmes promesses et les mêmes menaces, et des plans élaborés pour annoncer la désobéissance civile qui a débuté par la grève de la « dignité », puis il s’est avéré que la grève n’a pas donné les résultats escomptés, et n’a pas été suivie comme souhaité, puis l’appel à la désobéissance s’est estompé et on n’en entend plus parler.
    Aujourd’hui on répète le même scénario avec l’arrivée des observateurs onusiens, mais avec un autre titre à « l’heure zéro », qui semble-t-il sera un véritable zéro !
    Il y’a ceux qui croient que l’opposition et tout particulièrement le conseil d’istanbul et l’armée libre se sont mis dans une grande impasse, par l’annonce de l’heure « zéro », parce qu’ils n’ont pas les moyens de son exécution, ni la capacité de la déclarer, surtout après que les choses aient pris une sorte de statuquo, du point de vue de la clarification des tendances du peuple, et le taux de soutien dont jouit chaque partie, et du point de vue du succès relatif des « pas » visant à contrecarrer la révolution, par des réformes, menées par la direction syrienne, ce que des observateurs estiment comme n’allant être décisif, lors de l’application, que lorsque l’opposition acceptera de jeter les armes et d’adhérer au processus politique, dont le sérieux sera garanti par la Russie, la Chine et l’Iran, avant les Etats-Unis, la France et l’Arabie Saoudite, parce que les alliés du régime syrien sont les plus concernés par la situation actuelle, et qu’ils sont plus embarrassés par la continuation de la spoliation du sang syrien, tandis que les alliés de l’opposition ne veulent pas plus que la continuité du chaos en Syrie.

    http://www.arabi-press.com/?page=article&id=36210

  4. Jo dit :

    http://www3.almanar.com.lb/french/main.php

    Tres interressant , ils sont en train de se bouffer entre eux on dirait

  5. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    La seule réalité est que, sans le complot contre la Syrie des USA (Ultra-Sionistes-Associés), qui, persiste et persistera, quitte à évoluer dans son apparence et son organisation, la paix intérieure serait rapidement revenue, après la réforme de la Constitution, par les élections pluralistes qui ont eu lieu le 07/05/2012.
    Sans ces USA, toute la racaille CNS, ASL, Qaqaïda, Erdoganerie, ainsi que les compères Juppé et Valero-zéro, auraient disparu, dans un immense tragique-ridicule.
    Sans regret et sans condoléances.

  6. Christian dit :

    Bhafad Ti… je n’ose pas ecrire le reste… vous comprendrez…LOL

  7. lafleuriel dit :

    Eh info syrie dans fin de la présentation Ghalioun et sa démisssion, je lis : » si Dieu et les Occidentaux le veulent ». Ben à mon humble avis ce Dieu parmi les autres s’en fiche et tous ses collègues dieux en tout genre aussi.ET en Syrie y a vraiment plein de dieux ! Alors pas la peine de le mêler à nos histoires d’humains. Déjà avec les Occidentaux, cela fait pas mal de dégâts alors avec les dieux invoqués à longueur de lignes écrites ! je crains que les problèmes actuels syriens durent cent ans ou plus.Cela fait des millions d’années et depuis que l’un d’entre eux nous a fait en 6 jours, qu’il se lave les mains de notre devenir;On n’ « KA » se débrouiller seuls !
    et je reviens à l’origine et je ne me base que sur des textes mésopotamiens et Gilgamesh en particulier qui sont à la source de tout et des « Occidentaux » aussi.Les textes anciens sont bien plus crédibles que l’OSDH parce que au début des temps eux, n’est ce pas Cecilia, Mécréante, No Pasaran et autres amies amis lettré(e) de ce site !
    Alors Kan ya ma kan, il faut savoir qu’on avait tous le statut de dieux au début des temps d’avant de ceux d’avant.Mais les humains, là où étaient les dieux aussi, étaient devenus trop nombreux et, de plus, BAVARDS!Trop bavards ! Alors les dieux ont en eu marre et ont fait un conseil et ont décidé d’éliminer cette race de bavards, bruyants et copuleurs à outrance.D’où les maux d’aujourd’hui :les maladies, les mandats sur la Syrie la guerre récurrente partout et enfin le déluge et les tsunami pour éliminer cette engeance si résistante à tout traitement. Il faut savoir que dans cette masse à éliminer il y avait Ghalioun et d’autres têtes de pipe dont Sarkozy-Hollande, Juppé, BHL et d’autres comme çà, étudiants spécialistes en semoule, des Fabius et des DSK tous amis, et tant d’autres et peut être nous aussi. ET comme on a résisté à tout y compris au déluge et aux tsunami;.eh bien Dieu ne s’occupe plus de rien et laisse les Occidentaux faire leurs coups avec la CIA, BHL le Mossad et des tas d’autres choses.Les rats eux,et autres bestioles racées et bien élevées, nous observent et essaient de nous éviter…Enfin c’est ce que je voulais vous écrire à tous ceux qui ramènent trop souvent les divinités dans nos affaires sur ce site et ailleurs !

    • mécréante dit :

      j’adore ce que vous dites !!
      je vais copier coller enregistrer :)

    • Cécilia dit :

      Nous avons beaucoup de points communs, chère Lafleuriel.

      Je vous lis toujours avec plaisir.
      Avec vous, c’est joindre l’utile à l’agréable.

      Je vous embrasse

  8. chb dit :

    Autant B. Ghalioun me semble utile comme marionnette, autant il serait mauvais pour la coalition anti-Syrie de trouver une opposition (intérieure + extérieure) unie et puissante : celle-ci ne serait-elle pas alors en mesure de participer au cessez-le-feu d’Annan (qui ne pourrait plus avancer les « couloirs humanitaires »), et éventuellement d’exercer le pouvoir sur une Syrie encore en bon état ?
    Ses relations avec les états voisins seraient certes modifiées, mais pas assez pour assurer l’affaiblissement concomitant de l’Iran, ni pour rétribuer Erdogan.

  9. Cécilia dit :

    Dans un article d’Arai-Presse publié aujourd’hui, vendredi 18 mai,nous informe de la nouvelle suivante :

    D’après le journal al-Chaq al-Wssat, 26 membres du CNS sont entrés en Syrie via la Turquie et le Liban dans le cadre de la politique du Retour dans la patrie, c’est-à-dire aller vers la base populaire de l’opposition, chose difficile à faire depuis l’étranger, leur lieu de résidence. La plupart de ces jeunes seront donc le lien de coordination entre le CNS et les autres forces du mouvement révolutionnaire.

    Article d’Arabi-Presse en date du 18 mai 2012 traduit le jour-même par Cécilia pour infosyrie le jour-même. Ci-dessous, le lien de l’article :

    http://www.arabi-press.com/?page=article&id=36436