• Actualité
  •  

Les relations syro-américaines étant ce qu'elles sont, on ne risque pas de les dégrader davantage. C'est ce qu'ont dû se dire les manifestants qui, à Damas, mardi 23 août, ont réservé un accueil chaud - ou frais, c'est selon - à l'ambassadeur Robert Ford, bien connu désormais pour sa participation  - pas très diplomatique -aux manifestations des opposants radicaux de Hama, le 8 juillet dernier. Depuis d'ailleurs, il continue de porter les encouragements d'Obama-Clinton aux opposants aux quatre coins du [...]



Damas : l’ambassadeur américain obligé d’écourter son ingérence

Par Louis Denghien,



Robert Ford à Jisr al-Choughour le 20 juin, en train de constater les exploits sanglants de ses amis insurgés

Robert Ford à Jisr al-Choughour le 20 juin, en train de constater les exploits sanglants de ses amis insurgés

Les relations syro-américaines étant ce qu’elles sont, on ne risque pas de les dégrader davantage. C’est ce qu’ont dû se dire les manifestants qui, à Damas, mardi 23 août, ont réservé un accueil chaud – ou frais, c’est selon – à l’ambassadeur Robert Ford, bien connu désormais pour sa participation  – pas très diplomatique -aux manifestations des opposants radicaux de Hama, le 8 juillet dernier. Depuis d’ailleurs, il continue de porter les encouragements d’Obama-Clinton aux opposants aux quatre coins du pays. Et c’est toujours dans le cadre de cette « diplomatie d’ingérence », que Mr Ford était venu apporter son soutien à une réunion d’avocats proches de l’opposition à l’hôtel Cham. Las, au sortie de la dite réunion, Robert Ford s’est retrouvé nez à nez avec un groupe de supporteurs de Bachar al-Assad. Ceux-ci, qui brandissaient une affiche à l’effigie du président syrien, ont copieusement conspué l’ambassadeur-déstabilisateur, recyclant avec beaucoup d’à-propos le vieux slogan « US go home ! » et proclamant vigoureusement leur amour conjoint de Bachar et de la Syrie.

Ford a vite été contraint au repli dans son 4×4 vitres-blindées-et-fumées sous la protection de ses bodyguards, serré de près par les manifestants qui ont pu symboliquement plaquer l’affiche de Bachar sur le pare-brise du véhicule diplomatique.

D’un ambassadeur US à l’autre

La télévision syrienne, c’est de bonne guerre psychologique, s’est emparée de l’incident. Nous mettons en ligne ci-dessous le reportage, hélas réservée prioritairement aux arabophones : on y voit un des manifestants raconter les péripéties de l’incident, puis on voit Ford circonspect à la sortie de l’hôtel Cham, avant de regagner précipitamment sa voiture, escorté vigoureusement par les « bacharistes ».

On sait que les Américains n’apprécient guère qu’on touche, même symboliquement, à leurs diplomates et aux signes extérieurs de leur puissance. L’administration Obama n’avait pas beaucoup aimé les jets de pierre contre son ambassade de Damas en juillet dernier, nul doute qu’elle condamnera vigoureusement la « reconduite » de Ford à sa voiture à défaut d’y pouvoir trouver un prétexte convaincant pour une intervention armée. La fin du reportage de la télévision syrienne devrait d’ailleurs, à cet égard, apaiser un peu cette blessure d’amour-propre diplomatique, puisqu’on a droit à une interview de l’ancien ambassadeur américain en  Irak Edward Peck, présent à Damas dans le cadre de la visite d’information – ou de réinformation – organisée dans la capitale syrienne et à Hama par les autorités et des des décideurs économiques syriens du 20 au 22 août. Peck, dont nous allons mettre en ligne l’entretien qu’il nous a accordé en cette circonstance, est un opposant résolu à la politique arabe – et syrienne – de son gouvernement. On voit donc que même au pays d’Hillary Clinton et de Paul Wolfowitz, il y a encore des personnalités courageuses pour essayer de sauver l’honneur perdu de la diplomatie américaine.

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Vous pouvez répondre, ou faire un lien depuis votre site.

14 commentaires à “Damas : l’ambassadeur américain obligé d’écourter son ingérence”

  1. Souriya ya habibati dit :

    Le monsieur dit qu’ils avaient identifié de loin le va-et-vient un peu louche aux alentours de l’hôtel Sham.. Ils ont fini par reconnaître le personnage.. ils l’ont approché avec l’affiche pro-Bachar en lui disant qu’ils voulaient le photographier en flagrant délit.. ils lui ont mis l’affiche sur le dos alors qu’il avait commencé à fuir.. vers sa voiture sous les huées..

    • Cécilia dit :

      J’ajoute:

      « Des va-et-de-vient des personnes d’allure étrangère dans les bureaux des avocats! »

      Monsieur l’ambassadeur cherchait-il à prendre contact avec des avocats syriens?

      • Cécilia dit :

        En effet, le Syndicat des Avocats Syriens a protesté contre la présence de monsieur Ford, mardi 23 août, dans une lettre dont SANA a reçu une copie.

        Le site électronique « syria-post » parle de cet incident.
        Je vous laisse le lien:

        http://www.syria-post.net/index.php?news=14043

        C’est incroyable! Monsieur Ford est un AMBASSADEUR d’un grand pays respectable ou un « natwat »?

  2. marip dit :

    Aujourd’hui , j’entends sur France 24, en arabe, au journal de midi, que l’Arabie Saoudite, membre de la clique anti Syrie, a procédé hier à l’arrestation de 164 travailleurs syriens à Riad , qui manifestaient leur soutien aux anti Bachar.
    L’Arabie Saoudite n’autorise rien sur son sol , même des revendications qu’elle est censée trouver légitimes , de peur que de telles pratiques soient utilisées un jour à son encontre.C’est diabolique ..et prouve la nature de l’Arabie saoudite soutenue sans conditions depuis 1945, par les Etats Unis et l’Europe

    • Christian dit :

      Il y a un accord entre la famille royale (Al Saud) et les USA. Je dis bien la famille royale et non l’Arabie Saoudite. Cet accord s’appelle le Quincy Agreement qui a été signé en 1945 par F. D. Roosevelt et Abdulaziz Bin Abdulrahman al Saud et qui stipule que les USA s’engagent à garder la famille Al Saud au pouvoir en échange de pétrole… les saoudiens font un carnage au Bahreïn et les USA, et l’Europe ne font aucun comentaire sur la situation dans ce pays. Les saoudiens sont des gens ignobles et sans morale… ils achètent des fillettes de 10-12 ans issues de familles pauvres… elles sont violées quotidiennement et finissent dans la rue quelques mois plus tard… et ils ôsent parler des droits de l’homme et critiquer le gouvernement syrien.

  3. Cécilia dit :

    Dans cette même vidéo, l’ancien ambassadeur américain, Edward Peck commente ironiquement la visite de monsieur Ford à Hama.

    Déjà, il y a deux mois, l’ambassade américaine était couverte de tomates et de drapeaux syriens avec même un portrait de Bachar, mais apparemment cela n’est pas encore assez.

    Quand les Américains vont comprendre que ce n’est pas tous les oiseaux sont comestibles?

    Une chose est sûre, c’est que les chats syriens ne laisseront jamais les souris danser.

  4. Fatima dit :

    Bravoooooooooooooo les Syriens!!!!!!!!! cet ambassadeur mérite encore pire de cequ’il lui a été infligé par les honnêtes syriens qui refutenet catégoriquement l’ingérence des pays occidentaux et surtout l’ingérence de l’USA. VIVEEEEEEEEEEEEEEEEEE la SYRIE libreet forte !!!!!!!!!

  5. emma b dit :

    qauand on lit le contenu de divers blogs, on voit la différence entre la propagande occidentale et les peuples qui n’ont pas droit à la parole.
    les médias sont totalement asservies à l’affairisme et à largent via la classe politique.

    • Cécilia dit :

      Merci, emma,
      Heureusement infosyrie non seulement nous donne la parole, mais elle essaie de son mieux de montrer la grande vérité dont la propagande occidentale essaie de cacher.
      La Syrie n’est pas à feu et à sang, la majorité des Syriens veulent la réforme avec le président syrien et rejettent en bloc toute ingérence dans les affaires syriennes. Cela est la grande vérité.
      En Syrie, c’est la laïcité qui est visée!

      • Adam dit :

        N’importe quoi, à aucun moment il n’y a eu de remise en cause de la laïcité et ce par l’intégralité des opposants. En syrie les gens sont libres de pratiquer librement, peu importe leur religion. En revanche il est scandaleux que les alawites monopolisent les postes de responsabilté, d’autant que ce n’est même pas tous les allawites mais une famille mafieuse qui monopolise le pouvoir sécuritaire et économique.

        • stephane dit :

          faidrait savoir. Un coup vous dites qu’on n’autorise pas les gens à prier, pour après dire le contraire. De plus vous vous contredisez en une seule phrase en parlant des alaouites, pour après parler d’une certaine famille mafieuse. Cessez votre propagande elle n’a pas sa place ici car nous sommes tous syriens ety savons très bien que le pouvoir est distribué auprès de touts les tendances religieuses, sans distinction.

        • Cécilia dit :

          C’est faux!
          A Adam,
          « les alawites » ne monopolisent pas les postes de responsabilité.
          Dans le gouvernement, ce sont les sunnites qui présentent la majorité.
          Combien de ministres « alawites » au gouvernement?

          Un poste très important comme le premier ministre est donné pour Farouq al’Chari (de Daraa).

          Le poste du ministre de la défense est donné à un chrétien Dawod Rajha.

          Alors, SVP, arrêtez de propager des fausses informations.
          Donnez-nous une liste des noms avant d’avancer des propos mensongers.

Commenter Christian