• Actualité
  •  

C'est à croire qu'Alain Juppé, peut-être masochiste après tout, ne formule une déclaration anti-syrienne que pour se voir aussitôt rappelé à l'ordre - et à la réalité - par son homologue russe. Ainsi ses allusions transparentes, mercredi 25 avril, sur la possibilité d'une intervention armée lui ont valu, jeudi 26 avril, ce blâme, indirect mais quand même relié à ses propos : le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexander Loukachevitch, a en effet rappelé que, selon Moscou, "la [...]



Désolé M. Juppé, Russes et Chinois ne veulent toujours pas de votre guerre !

Par Louis Denghien,



Amlexander Loukachevitch a déjà douché Juppé et ses espoirs de brasier régional

C’est à croire qu’Alain Juppé, peut-être masochiste après tout, ne formule une déclaration anti-syrienne que pour se voir aussitôt rappelé à l’ordre – et à la réalité – par son homologue russe. Ainsi ses allusions transparentes, mercredi 25 avril, sur la possibilité d’une intervention armée lui ont valu, jeudi 26 avril, ce blâme, indirect mais quand même relié à ses propos : le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexander Loukachevitch, a en effet rappelé que, selon Moscou, « la majorité des actes de provocation (il parle des violations du cessez-le-feu) ont été perpétrés par l’opposition armée, ce qui pousse les forces de sécurité syrienne à riposter« . Et il s’est évidemment déclaré « inquiet » des récentes déclarations des dirigeants de l’OTAN à propos d’une éventuelle défense « active » des frontières turques, appelant au nom de la Russie les Occidentaux à la « retenue » et leur demandant de ne pas chercher des « prétextes pour s’ingérer dans les affaires de la Syrie ».

Avec cette grille de lecture de la situation par les Russes, on ne voit vraiment pas comment les rêves de guerre autorisée par l’ONU que caresse Alain Juppé pourraient un jour devenir réalité. Il est vrai que les Russes ne rêvent pas de guerre, eux, et qu’ils soutiennent à fond le plan de paix : Loukachevitch a estimé d’ailleurs que le niveau de violence avait régressé d’une manière « palpable » en Syrie depuis quelques jours, et que la situation « s‘améliorait graduellement« . C’est sans doute vrai pour les journées de mardi et de mercredi, mais le mieux est fragile. Le porte-parole russe a réaffirmé l’espoir mis par son gouvernement dans le déploiement prochain de 300 observateurs de l’ONU, seul susceptible de garantir le respect d’un cessez-le-feu lui-même condition sine qua non de l’ouverture d’un dialogue politique global. Un espoir formulé à nouveau par le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, qui a déclaré que la Russie espérait ce déploiement dans les plus brefs délais.

Un autre aspect de l’engagement  russe en faveur du plan Annan, ce sont ces rencontres avec l’opposition syrienne – hors CNS. Après le CCCND de Haytham Manna, Sergueï Lavrov a reçu une délégation du Front populaire pour le Changement et la Libération en Syrie. Et dans le communiqué final, le ministre et ses interlocuteurs réaffirment leur soutien au plan Annan et leur espoir que la mission onusienne en Syrie permette l’arrêt effectif de la violence. Le communiqué insiste aussi sur la nécessité d’une accélération des réformes démocratiques initiées en Syrie ces derniers mois, faisant notamment une allusion directe à la nouvelle constitution adoptée par référendum le 26 février dernier.

Comme son intitulé le laisse penser, le Front populaire pour le Changement et la Libération est une coalition de deux partis, l’un nouveau et l’autre ancien : ainsi, la délégation de Moscou comptait dans ses rangs Qadri Jamil, secrétaire du Parti de la Volonté populaire. Qadri Jamil avait annoncé la participation – à hauteur de 46 candidats – du FPCL aux législatives à venir, lors d’une conférence de presse tenue le 19 avril à Damas. Autre membre de la délégation, Ali Heidar est lui un dirigeant d’une organisation ayant depuis des années pignon sur rue en Syrie, le Parti social nationaliste syrien, de sensibilité nationaliste « grand-syrien », associé jusques-là au Baas au sein du Front national progressiste, et désormais partenaire du Parti de la Volonté populaire au sein du Front populaire pour le Changement et la Libération. Lui a mis l’accent sur l’arrêt des violences comme préalable à tout dialogue politique. Il a aussi indiqué que les discussions avec Lavrov avaient porté sur les législatives prévues en mai.

Conférence de presse du Front populaire de changement et de libération, le 19 avril dernier à Damas

La Chine ne se laissera pas abuser par les prétextes humanitaires

Voilà pour la Russie. La Chine a, elle, publié dimanche 22 un communiqué en six points sur le dossier syrien dont on trouvera le texte intégral dans le lien ci-dessous :

http://lavoixdelasyrie.com/data/?p=1552

Pour aller à l’essentiel, la Chine s’inquiète, en préambule, de la gravité persistante de la situation en Syrie. Elle s’engage à maintenir l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie, ainsi que la paix et la stabilité dans toute la région. Quant aux six points, au-delà des pétitions de principe sur la fin des violences et l’expression pacifique des diverses aspirations politiques, on retiendra que la Chine se dit prête à offrir une aide humanitaire, mais qu’elle ne tolérera pas que cette aide serve de prétexte à une agression ou une ingérence : « Nous nous opposons à toute tentative visant à interférer dans le affaires intérieures sous prétexte de questions « humanitaires »". Et ceci complétant cela : « La Chine n’approuve aucunement l’ingérence militaire ou les actions extérieures pour un changement de régime en Syrie et est convaincue que l’utilisation ou la menace de sanctions n’est pas favorable à la résolution de la question de manière appropriée« .

Vous toussez, M. Juppé ?

Mais pourquoi les Syriens, les Russes, les Chinois, la réalité même sont-ils aussi désagréables avec moi ???



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

36 commentaires à “Désolé M. Juppé, Russes et Chinois ne veulent toujours pas de votre guerre !”

  1. polo33 dit :

    Juppé est un looser né ,en 1995 il s’est mis droit dans ses bottes et le peuple lui a mis un coup de pied dans le derrière quand il a voulu faire sa campagne neoliberale

    • L'étrangère dit :

      Une remarque à propos de l’opération terroriste qui vient d’avoir lieu ce vendredi 27 Avril à Damas et dont les images terrifiantes sont transmises en ce moment par les chaînes TV syriennes et qui ne traverseront le « mur de la honte » de la dissimulation médiatique occidentale que pour être attribuées, par commodité et par haine, à une seule famille : les Assad.

      Viser, calomnier, torturer, ce peuple pacifique juste parce que la coalition ourbano-occidentale n’a pas réussi à éliminer le Président Bachar el-Assad est vain… Pour la énième fois, la Syrie n’est pas la Libye… la malheureuse Libye. La Syrie, qui souffre certes, est dirigée par un Président et toute une équipe de « personnes » qui nous ont démontré depuis 13 mois leur loyauté à la patrie, leur compétence, et leur patience face à l’adversité voulue par l’expansionisme proUS et prosionistes de tous bords manipulant des syriens stupides, cupides et traitres à la fois ! À ceux-là notre mépris… Jamais la Syrie n’a autant habité notre âme et notre esprit. Ne désespérons pas. Continuons… il le faut !

      • RoyL dit :

        Ça ne vas pas être tout nouveau, ce qui suit; mais voici –
        celerius quam asparagi cocuntur (en moins de temps qu’il n’en
        faut pour cuire les asperges) si l’on absolument insiste à parler
        de désespoir — quelques *petitesses* à prendre en compte quand
        même:

        ** http://silviacattori.net/article3021.html
        Moscou et Pékin enterrent l’unilatéralisme américain grâce à la
        résistance de la Syrie
        Pierre Khalaf, 26 mars 2012

        [... C]e changement dans les rapports de force internationaux
        n’est pas seulement dû à l’attitude de Moscou et de Pékin mais
        aussi, et surtout, à la CAPACITÉ DE RÉSISTANCE de la Syrie, dont
        le régime a prouvé qu’il disposait d’une FORTE ASSISE POPULAIRE,
        d’INSTITUTIONS SOLIDES et d’une ARMÉE SOUDÉE. [Emphase ajoutée]

        ** http://silviacattori.net/article3095.html
        Quel chemin pour la crise syrienne après l’arrêt des opérations
        militaires ?
        Amin Hoteit, 14 avril 2012

        [...]
        5.1. PREMIÈRE ÉVENTUALITÉ : succès de Mr. Annan dans sa mission
        (en dépit de tous les obstacles rencontrés), soumission des
        groupes armés aux exigences de cette mission de paix par le
        respect du cessez-le-feu et la remise des armes aux autorités
        étatiques, dialogue en interne suivi de tout ce qui garantit la
        souveraineté et l’indépendance de la Syrie loin de toute dictée
        étrangère.

        5.2. DEUXIÈME ÉVENTUALITÉ : échec de la mission de Mr. Annan,
        refus d’obtempérer des groupes armés avec poursuite des tirs et
        des abus, obligation pour la Syrie de poursuivre ses opérations
        militaires sans que personne ne puisse la blâmer. Avec l’action
        militaire se poursuivra le processus de réforme qui a commencé.
        Il ne restera plus aux agresseurs qu’à se débattre dans leurs
        misérables opérations terroristes qui leur permettront de
        continuer à assassiner pendant encore quelques semaines ou
        quelques mois, mais ils resteront sans effet sur la suite de la
        crise dont l’image finale confirme l’échec de l’agression sur la
        Syrie. [Emphase ajoutée]

        ** http://www.dailymotion.com/video/xqdmfc_irib-2012-04-25-t-meyssan_news#rel-page-2
        Thierry Meyssan interviewé par la chaine Francophone Iranienne
        IRIB
        via — merci — http://www.infosyrie.fr/actualite/1-300-violations-du-cessez-le-feu-par-lopposition-depuis-le-12-avril/#comment-42611

      • Souriya ya habibati dit :

        Bonjour l’étrangère,
        J’ai cherché le premier discours de Bachar fin Mars 2011, discours qui n’a pas plu en son temps (dommage que la version française de sana soit un résumé) Je le cite ce soir pour mémoire.. A l’époque, la horde des barbares médiatiques l’ont trouvé décalé.. Entre temps..

        Souriya Allah hamiha

        « Passant aux détails, le président al-Assad a souligné que les conspirateurs avaient commencé par l’instigation via l’Internet et les chaînes satellitaires sans aboutir, et passé à la falsification des informations, de l’image et des photos pour arriver enfin au stade confessionnel à travers des SMS instiguant une confession contre une autre. « Ils ont réussi à un certain point à faire descendre les gens dans les rues et quand on avait réussi à prévenir la sédition ils s’étaient servis de l’arme et ont tué nombre de personnes. Quand il y aurait du sang l’équation se complique », a-t-il expliqué.

        Le président al-Assad a parlé d’un organisme structuré mais dont la structure n’est pas encore entièrement découvert. « La structure est composé de groupes de soutien, groupes d’informations, groupes de falsification et groupes de témoins oculaires, et ils ont commencé par Daraa avant de passer à d’autres gouvernorats dont Lattaquié, terrorisant les gens et commettant des tueries »

        Le président al-Assad a affirmé d’autre part que ce qui se déroule actuellement ressemble à la guerre virtuelle qu’on avait lancée en 2005. « J’avais dit alors qu’on voulait de nous de concéder à travers une guerre virtuelle menée sur l’internet et par les médias; aujourd’hui c’est la même chose mais sous d’autres titres: le chaos sous le titre de la réforme ce qui mène à une division confessionnelle, des confessions inquiètes qui s’entrechoquent et entraînent la défaite virtuelle de la Syrie. Cette défaite virtuelle planifiée en 2005 nous l’avions fait tomber grâce à la conscience de notre peuple, cette conscience qu’il faut promouvoir incessamment étant le garant de la Syrie ».

         » toutefois, les crises sont un cas positif quant en en sort gagnant; et en effet, la force de la Syrie est tirée du nombre des crises qu’elle avait affrontées au fil du temps, la chose qui lui a donné davantage de force et d’immunité ».
        وأضاف الرئيس الأسد.. وأد الفتنة واجب وطني وأخلاقي وشرعي وكل من يستطيع أن يسهم في وأدها ولا يفعل فهو جزء منها.. والفتنة أشد من القتل كما جاء في القرآن الكريم فكل من يتورط فيها عن قصد أو من غير قصد فهو يعمل على قتل وطنه وبالتالي لا مكان لمن يقف في الوسط.. فالقضية ليست الدولة بل الوطن.. المؤامرة كبيرة ونحن لا نسعى لمعارك.. والشعب السوري شعب مسالم وودود ولكننا لم نتردد يوما في الدفاع عن قضايانا ومصالحنا ومبادئنا.. وإذا فرضت علينا المعركة اليوم فأهلا وسهلا بها.

        Et de poursuivre: Enterrer la sédition est un devoir national, moral et religieux, et chacun pouvant le faire et ne le fera pas en serait partie. Conscient ou à son insu, il contribue à tuer sa patrie. La question n’est pas une affaire d’Etat mais de Patrie. Le peuple de Syrie est un peuple pacifique et affectueux, mais il n’hésitera pas à défendre ses causes et ses intérêts et si la guerre nous serait imposée, soit.

        http://www.sana.sy/fra/51/2011/03/30/pr-339286.htm
        Le président al-Assad devant l’Assemblée du peuple: Le citoyen est notre boussole
        وأضاف الرئيس الأسد.. بدؤوا أولا بالتحريض .. بدأ التحريض قبل أسابيع طويلة من الاضطرابات في سورية.. بدؤوا التحريض بالفضائيات وبالانترنت ولم يحققوا شيئا وانتقلوا بعدها خلال الفتنة إلى موضوع التزوير.. زوروا المعلومات زوروا الصوت و الصورة زوروا كل شيء.. أخذوا المحور الآخر وهو المحور الطائفي.. اعتمد على التحريض وعلى رسائل ترسل بالهواتف المحمولة رسائل قصيرة تقول لطائفة انتبهوا الطائفة الأخرى ستهجم ويقولون للطائفة الثانية إن الطائفة الأولى ستهجم ولكي يعززوا مصداقية هذا الشيء أرسلوا أشخاصا ملثمين يدقون الأبواب على حارتين متجاورتين من طائفتين لا أقول مختلفتين بل شقيقتين ليقولوا للأولى الطائفة الثانية أصبحت بالشارع انتبهوا انزلوا إلى الشارع.. وتمكنوا من إنزال الناس إلى الشارع وقاموا بهذا العمل ولكن تمكنا من خلال لقاء الفعاليات من درء الفتنة.. فتدخلوا بالسلاح وبدؤوا بقتل الأشخاص عشوائيا لكي يكون هناك دم وتصعب المعادلة هذه الوسائل.

        http://www.sana.sy/ara/2/2011/04/01/pr-339278.htm

        وختم الرئيس الأسد كلمته بالقول.. أما أنتم يا بنات وأبناء هذا الشعب العظيم فإن غيرتكم على وطنكم التي تعبرون عنها كل يوم وبشكل أكثر وضوحا في أوقات الشدة وعبرتم عنها بالأمس من خلال التظاهرات الحاشدة غير المسبوقة في أنحاء القطر تشعرني بمزيد من الثقة وتمدني بالعزيمة.. وإن تلاحمكم في مواجهة الفتنة يشعرني بمزيد من الإيمان بالمستقبل.. وإن كنتم قد هتفتم بالروح بالدم نفديك يا بشار فالسليم هو أن الرئيس بشار هو الذي يفتدي وطنه وشعبه.

        وأنا أرد عليكم بأن أقول الله سورية شعبي وبس وهو الذي أي أنا سيبقى الابن البار بشعبه والأخ والرفيق الوفي لأبنائه يسير معهم وفي مقدمتهم لبناء سورية التي نحبها ونفخر بها.. سورية العصية على أعدائها.. المقاومة والمقاومة والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته.

        Allah Souriya Bachar wbass

        • L'étrangère dit :

          @ souriya ya habibati

          Tout dépend du sens que l’on accorde, dans ce cas précis, au terme « décalé ».

          Voici, dans son intégralité, le plan sioniste pour un nouvel Moyen-Orient » de Oded Yinon, intitulé : « A Strategy for Israel in the Nineteen Eighties », traduit de l’hébreu par Israel Shahak.
          http://members.tripod.com/alabasters_archive/zionist_plan.html

          Plan mis en échec en 1982 par Hafez el-Assad. Plan remis à l’ordre du jour aujourd’hui…

          Que Louis Denghien et les rédacteurs de ce site soient traités de désinformateurs sous l’effet du matraquage médiatique, ou d’un conditionnement à usage unique, est attendu. Mais que l’ensemble des intellectuels, politiciens, historiens, journalistes… de ce pays puissent l’ignorer est du domaine de l’impossible. Les visiteurs bien ou malintentionnés de ce site pourront le découvrir ou le redécouvrir.

          Le Président Bachar el-Assad, son gouvernement, l’armée syrienne, et maintenant le peuple syrien sont des « défenseurs de la patrie » et ils n’ont jamais autant mérité cette définition coutumière propre à la Syrie en perpétuel danger d’agression.

          En voici une présentation et une traduction partielle empruntées au site antrefilets.com
          http://www.entrefilets.com/destabilisation_syrienne.htm

          En 1982, La Revue d’Etudes Palestiniennes avait publié un article d’Oded Yinon, intitulé : « [I] Stratégie pour Israël dans les années 80 », qui lui avait été adressé, avec une courte préface, par le regretté professeurIsraël Shahak, ancien président de la Ligue israélienne des droits de l’homme. Dans sa préface, Israël Shahak avait attiré l’attention des lecteurs sur la proximité entre cette « stratégie pour Israël » et la pensée néo-conservatrice américaine, la même qui présidera à la politique étrangère des Etats-Unis depuis l’accession de George W. Bush au pouvoir. L’éclatement de l’Irak, les tensions communautaires dans la plupart des pays arabes, l’annexion aussi de Jérusalem et d’une bonne partie de la Cisjordanie dotent l’article d’Oded Yinon, vingt-cinq ans après sa publication, d’une funeste actualité.

          Stratégie pour Israël dans les années 80

          (…) Le mythe de l’Egypte, homme fort du monde arabe, ébranlé en 1956, n’a pas survécu à 1967 ; mais notre politique et la restitution du Sinaï ont fait d’un mythe un « fait ». Mais sur le plan réel, la puissance égyptienne, comparée à celle d’Israël seul, et à celle du monde arabe, a diminué de 50 % depuis 1967. L’Egypte n’est plus la première puissance politique du monde arabe, et elle est à la veille d’une crise économique. Sans aide extérieure, la crise va se produire incessamment. A court terme, grâce à la reprise du Sinaï, l’Egypte va marquer quelques points, mais seulement jusqu’en 1982 ; et cela ne modifiera pas à son avantage le rapport de forces mais pourrait même entraîner sa ruine. L’Egypte, dans sa configuration intérieure actuelle est déjà moribonde, et plus encore si nous prenons en compte la rupture entre Chrétiens et musulmans qui va croissant. Démanteler l’Egypte, amener sa décomposition en unités géographiques séparées : tel est l’objectif politique d’Israël sur son front occidental, dans les années 1980. L’Egypte est effectivement déchirée. L’autorité n’y est pas une mais multiple. Si l’Egypte se désagrège, des pays tels que la Lybie , le Soudan et même des Etats plus éloignés ne pourront pas survivre sous leur forme actuelle et accompagneront l’Egypte dans sa chute et sa dissolution.On aura alors un état chrétien copte en Haute Egypte, et un certain nombre d’Etats faibles, au pouvoir très circonscrit, au lieu du gouvernement centralisé actuel ; c’est le développement historique logique et inévitable à long terme, retardé seulement par l’accord de paix de 1979.

          Le front ouest qui, à première vue, semble poser plus de problèmes, est en fait plus simple que le front est, théâtre récent des évènements les plus retentissants. La décomposition du Liban en cinq provinces préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier, y compris l’Egypte, la Syrie , l’Irak et toute la péninsule arabe ; au Liban, c’est déjà un fait accompli. La désintégration de la Syrie et de l’Irak en provinces ethniquement ou religieusement homogènes, comme au Liban, est l’objectif prioritaire d’Israël, à long terme, sur son front est ; à court terme, l’objectif est la dissolution militaire de ces Etats. La Syrie va se diviser en plusieurs états suivant les communautés ethniques, de telle sorte que la côte deviendra un Etat allouite chiite ; la région d’Alep, un Etat sunnite ; à Damas, un autre Etat sunnite hostile à son voisin du Nord : les Druzes constitueront leur propre Etat, qui s’étendra sur notre Golan peut-être, et en tout cas dans le Haourân et en Jordanie du Nord. Cet Etat garantira la paix et la sécurité dans la région, à long terme : c’est un objectif qui est dès à présent à notre portée.

          L’Irak, pays à la fois riche en pétrole, et en proie à de graves dissensions internes, est un terrain de choix pour l’action d’Israël. Le démantèlement de ce pays nous importe plus encore que celui de la Syrie. L ’Irak est plus fort que la Syrie ; à court terme, le pouvoir irakien est celui qui menace le plus la sécurité Israël. Une guerre entre l’Irak et la Syrie ou entre l’Irak et l’Iran désintègrera l’Etat irakien avant même qu’il ne puisse se préparer à une lutte contre nous. Tout conflit à l’intérieur du monde arabe nous est bénéfique à court terme et précipite le moment où l’Irak se divisera en fonction de ses communautés religieuses, comme la Syrie et le Liban. En Irak, une distribution en provinces, selon les ethnies et les religions, peut se faire de la même manière qu’en Syrie du temps de la domination ottomane. Trois Etats -ou davantage- se constitueront autour des trois villes principales : Bassorah, Bagdad et Mossoul ; et les régions chiites du sud se sépareront des sunnites et des kurdes du Nord. L’actuel conflit irano-irakien peut radicaliser cette polarisation.

          (…) La Jordanie ne peut plus survivre longtemps dans la structure actuelle et, la tactique d’Israël soit militaire, soit diplomatique, doit viser à liquider le régime jordanien et à transférer le pouvoir à la majorité palestinienne. Ce changement de régime en Jordanie résoudra le problème des territoires cisjordaniens à forte population arabe ; par la guerre ou par les conditions de paix, il devra y avoir déportation des populations de ces territoires, et un strict contrôle économique et démographique – seuls garants d’une complète transformation de la Cisjordanie comme de la Transjordanie. A nous de tout faire pour accélérer ce processus et le faire aboutir dans un proche avenir. Il faut rejeter le plan d’autonomie et toute proposition de compromis, de partage des territoires ; étant donné les projets de l’OLP et des arabes israéliens eux-mêmes (voir le plan de Shefar’ham) il n’est plus possible de laisser se perpétuer ici la situation actuelle sans séparer les deux nations : les Arabes en Jordanie et les juifs en Cisjordanie. Il n’y aura de véritables coexistence pacifique dans ce pays que lorsque les arabes auront compris qu’ils ne connaîtront ni existence ni sécurité qu’une fois établie la domination juive du Jourdain jusqu’à la mer.Ils n’auront une nation propre et la sécurité qu’en Jordanie.

          En ce qui concerne Israël, la distinction entre les régions acquises en 1967 et les territoires qui les prolongent, ou les zones acquises en 1948, n’a jamais eu aucun sens pour les arabes, et s’est maintenant effacée pour nous aussi. Il faut voir le problème dans son ensemble, sur la base de la situation depuis 1967. Quelle que soit la situation politique ou la situation militaire dans l’avenir, il faut qu’il soit clair que le problème des Arabes autochtones ne recevra de solution que lorsqu’ils reconnaîtront que la présence d’Israël dans les zones de sécurité jusqu’au Jourdain indirectement et au-delà constitue pour nous une nécessité vitale, dans l’ère nucléaire que nous allons vivre maintenant. Nous ne pouvons plus vivre avec trois-quart de la population juive concentrée dans une zone côtière, particulièrement vulnérable à l’âge nucléaire.

          Il faut désormais disperser les populations, c’est un impératif stratégique. Faute de cela, nous ne pouvons survivre, quelles que soient les frontières. La Judée, la Samarie, la Galilée sont nos seules garanties d’existence nationale et si nous ne nous implantons pas de façon à être majoritaires dans les zones montagneuses, nous ne gouverneront pas le pays ; nous y vivrons comme les croisés, qui perdirent ce pays – un pays d’ailleurs qui n’était pas le leur, dans lequel ils étaient des étrangers. Notre but premier, le plus essentiel aujourd’hui est de rééquilibrer le pays sous le triple aspect démographique, stratégique et économique. Il faut coloniser tout le versant de la montagne qui s’étend depuis Birsheba jusqu’en Haute Galilée ; c’est un objectif essentiel de notre stratégie nationale : coloniser la montagne qui jusqu’à présent est vide de juifs.

          • Mohamed Ouadi dit :

            Le jour où tous les secrets seraient levés sur les « Pourquoi » de cet aliénation derrière le mensonge et l’injustice pour certains, la trahison et la cupidité pour d’autres, et … sera catastrophique pour bien des politiciens, des journalistes, des intellectuels et des traîtres … et ce sera un « jour du grand jugement », ici-bas, en attendant … !

          • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

            L’étrangère dit

            « …Mais que l’ensemble des intellectuels, politiciens, historiens, journalistes… de ce pays puissent l’ignorer est du domaine de l’impossible. Les visiteurs bien ou malintentionnés de ce site pourront le découvrir ou le redécouvrir. »…

            « En 1982, La Revue d’Etudes Palestiniennes avait publié un article d’Oded Yinon, intitulé : « [I] Stratégie pour Israël dans les années 80″.

            Richard Labévière, grand journaliste et connaisseur de la Syrie, (persécuté par RFI pour un entretien que lui avait accordé Bashar alAssad) a abordé cet article à diverses reprises, notamment dans « Le Grand Retournement » (Grasset, 2003).
            Les intellectuels, politiciens, historiens, journalistes… de ce pays ne peuvent l’ignorer.

  2. david cameroun dit :

    allah ou syria bachar ou bass

    • Samy Drissi dit :

      C’est «allah, sourya, Bachar w bass»

      • Cécilia dit :

        Mais finalement, Samuel n’est pas si bête comme tout le monde le pense ! ;)

        • Samy Drissi dit :

          Au fait Cécilla, je ne sais pas si vous avez finalement accepté que Bachy a déjà dit qu’il était près à créer le chaost pour rester au pouvoir ? Je me suis renseigné, c’est en 2006.

          • Louis Denghien dit :

            Il avait donc prévu la crise syrienne cinq ans à l’avance? Il est encore plus fort que nous le pensions ! Merci Samy !

            L.D. & Infosyrie

          • Samy Drissi dit :

            Non, mais qu’il était près à jouer ce jeu peut importe les événements.

          • Samy Drissi dit :

            Il a dit ceci après l’invasion israélienne au Liban de 2006. Il laissait sous entendre qu’il était près à fouttre le chaost pour demeurer au pouvoir.

          • Cécilia dit :

            Mais c’est merveilleux, cher Samuel !

            Tu viens de m’apprendre que Bachar non seulement est très fort, mais un plus est un prophète !

            Tu vois Samuel, toi et moi, nous pouvons très bien nous entendre. J’ai toujours pensé que tu n’es pas si bête comme tout le monde le pense. Tu as bien interprété mes trois jolies têtes « Allah, Sourya, Bachar w bas » et te voilà maintenant tu as dépassé toute mes espérance en m’apprenant que Bachar avait déjà prédit le chaos depuis 2006.

            Rien que pour cette bonne nouvelle, Bachar est prophète, je t’embrasse très fort et tant pis pour le rouge à lèvres sur ton visage. A toi, de débrouiller pour l’effacer !

          • BWANE dit :

            Cloporte,
            allez d’abord lire ce que je vous réserve avant de continuer de baver votre prose indigeste, connaissant d’expérience votre balourdise, j’en mets le lien ci-dessous :
            http://www.infosyrie.fr/actualite/quelques-violences-supplementaires-pour-linformation-de-ban-ki-moon/
            C’est fini. Allez ailleurs, nous vous méprisons, vous et vos clones.

          • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

            M. Samy Drissi :
            Créer le chaos est la méthode préférée des Ultra-Sionistes-Associés.
            Ils l’ont appliquée ou tenté de l’appliquer au Liban, en Iraq, en Syrie.

  3. Marie-Christine dit :

    Excusez-moi chers amis infosyriens, ce n’est pas le sujet, mais c’est TOO MUCH.
    Donc, une petite intrusion dans la campagne électorale française avec cet appel impayable de Tariq Ramadam à voter Nicolas Sarkozy.
    C’est une réponse du berger à la bergère NS, qui dans sa quête forcenée du vote FN islamophobe, l’a choisi comme « tête de Turc », on pourrait maintenant dire « tête de musulman » – Voir le dernier article d’Alain Gresh dans son blog du Diplo, La chasse aux musulmans est ouverte, qui permet de comprendre la chronologie de la réplique…

    Votez Nicolas Sarkozy
    Tariq Ramadan
    Vendredi 27 avril 2012
    En visite à Berlin, je me suis entretenu avec des politiques et des membres du gouvernement de Mme Angela Merkel. Je les ai écoutés m’expliquer la force et l’avenir glorieux de l’axe Sarkozy-Merkel. Une incroyable chance pour l’Europe. Les parfums de cette Allemagne conquérante qui fascine tant le Président Nicolas Sarkozy m’ont fait prendre conscience de la mesquinerie qui anime et agite le débat politique français entre les deux tours de l’élection présidentielle. Mes interlocuteurs allemands m’ont profondément convaincu que l’actuel Président français est la chance, la gloire et la bénédiction ultimes de la France et de l’Europe. J’ai entendu – de la même façon – les appels répétés de Nicolas Sarkozy à la mobilisation, au soutien, à l’aide. Comment ne pas entendre les appels des leaders qui font l’Histoire et sacrifient leur être à la noblesse de leur cause.
    C’est pourquoi depuis Berlin, convaincu par les arguments allemands, je lance un appel solennel à tous les Français, tous sans exception, partisans et électeurs de François Hollande ou de Marine Le Pen, de Jean-Luc Mélenchon ou de François Bayrou, voire même de Philippe Poutou… Pour sauver la France :
    PEUPLE DE FRANCE
    Le 6 mai
    VOTEZ NICOLAS SARKOZY
    Nicolas Sarkozy, c’est la dignité, Nicolas Sarkozy la sécurité ! En France, en Allemagne et à l’étranger !
    NB : un de mes interlocuteurs allemands, en essayant de me convaincre du bien-fondé du choix du candidat Nicolas Sarkozy, était étonné du caractère obsessionnel de la relation que Nicolas Sarkozy entretenait avec moi. « La haine et le ressentiment sont farouches, profonds et incontrôlés », me confiait-il. Avec un sourire amusé, il ajouta en murmurant : « J’espère pour vous qu’il n’arrive aucun drame en France et que l’on vous y associe en tant que maître à penser ou autre… Un accident, un dérapage, un acte terroriste, une horreur… » Je l’ai regardé, surpris, j’ai souri… Et j’ai murmuré à mon tour en levant les yeux vers l’horizon des dignes comportements présidentiels … »Aucun doute….IL FAUT VOTER SARKOZY » … ;-)

    • Marie-Christine dit :

      Tiens, moi qui ne sais pas comment introduire les smileys d’habitude, celui-là, il est arrivé tout seul, fort à propos…
      Eh bien sûr, cette ‘diversion’, ne fait pas oublier la Syrie qui, oui, toujours et plus que jamais, reste dans nos coeurs.

    • réalité dit :

      Sarkozy et Ramadan se comportent comme deux gamins à l’école primaire !
      Et Ramadan a écrit des abominations sur Bachar el-Assad, Ramadan est un imposteur financé par l’émiRAT du Qatar…

      Que Dieu protège la Syrie et son peuple

      • Marie-Christine dit :

        C’est possible, réalité, en fait je ne connais pas vraiment Ramadan, ni ne m’intéresse particulièrement à lui ; et à vrai dire j’aurais même été plutôt étonnée qu’il ait une position juste vis à vis de la Syrie…
        Bon, si cet hors sujet drolatique dans le contexte électoral français, vous parait déplacé, excusez-moi encore…

        • réalité dit :

          Bonjour Marie-Christine, je reconnais que j’ai été un peu sévère envers vous et je suis sincèrement désolée; mais Ramadan a écrit plusieurs articles diffamatoires envers Bachar el-Assad et ma colère a pris le dessus, excusez-moi et bien à vous.

          Que Dieu protège la Syrie et son magnifique peuple

          • Marie-Christine dit :

            Ne soyez pas désolée réalité ce n’est pas grave, et je peux même comprendre votre réaction.
            Si Tarik Ramadan est un communicant et un polémiste, la plupart du temps, brillant, mais un peu trop « jésuite » à mon goût, je suis personnellement plutôt allergique à ce rôle de porte-parole-guide éclairé, qu’il s’est donné, de la religion musulmane et des musulmans en Occident et d’une hyper médiatisation. J’avoue me garder en fait beaucoup des « maîtres » à penser, en tout cas, ceux qui s’instituent un peu trop ostentatoirement comme tels : voilà pourquoi je ne suis pas assidue à le suivre dans ses écrits et déclarations diverses…
            J’ai pris connaissance superficiellement de sa position sur la Syrie que j’ai trouvée très ambigue… Qu’il soit au départ profondément anti-Bachar en est certainement l’explication, et n’est sans doute pas, hélas! pour nous étonner étant donné la famille des frères musulmans à laquelle il appartient, du moins à l’origine.
            Comme vous, je conclue, bien que me refusant à appartenir à aucune religion instituée:
            Que Dieu protège la Syrie et son magnifique peuple !

  4. caius gracchus dit :

    l’appel à voter Sarkozy est bien présenté comme « ironique » sur le site de Ramadan…

  5. AVICENNE dit :

    Aidez-moi à positiver, j’en ai besoin.

    Je ne comprends plus. Depuis mars, l’armée syrienne a semble-t-il porté des coups durs à cette soit-disant ASL.
    Des centaines d’hommes se sont rendus avec leurs armes.

    Et pourtant, je vois tous les jours :

    - Des manifestations qui, pour certaines rassemblent tout de même pas mal de monde et partout.
    - Des gens qui en toute impunité semble-t-il étalent leurs « forçes » (vidéo du soldat traîné par une voiture en pleine ville sans qu’aucune autorité n’intervienne).
    - Des manifestations désormais d’une frange de la population qui en a asser de cette situation et qui trouve que le gouvernement (et notamment bashar) n’en fait pas asser (la vie devient très chère en syrie).

    Je sais que l’on ne peut arrêter du jour au lendemain les violences (et, d’ailleur, paradoxalement, les attentats seraient plutôt en faveur d’un aveu de faiblesse des rebelles qui n’ont plus la main sur le terrain), mais tout de même.

    Merci pour votre éventuel réconfort.

    Bon WE

    • Jo dit :

      Moi aussi , j’aimerais en savoir plus

    • Charles dit :

      Durant la première année du conflit, l’OTAN-CCG a tenté de faire en Syrie ce qu’elle a fait en Libye : armer des mercenaires, établir une tête de pont (une zone échappant au contrôle de l’État), obtenir une résolution de l’ONU pour lancer une opération aérienne, détruire par des bombardements la plupart des infrastructures et faire chuter le régime.
      Cela a échoué : l’armée syrienne a démantelé l’émirat mercenaire de Baba Amr, la Russie et la Chine ont refusé la résolution qui aurait permis les bombardements de l’OTAN, et la Russie a fourni à la Syrie une défense antiaérienne redoutable qui dissuade Français, Anglais et Angloaméricains d’y aller. Il ne faut pas oublier que l’absence de résolution du Conseil de sécurité n’empêche pas forcément l’attaque : cas de l’Irak. Ce qui dissuade vraiment l’OTAN au bout du compte, c’est la certitude que l’agressé pourra se défendre efficacement, c’est-à-dire détruire bon nombre de bombardiers « humanitaires ».
      Du point de vue de l’OTAN-CCG, il faut à présent saper la Syrie, par le sabotage des infrastructures, les difficultés économiques, l’entretien d’un climat d’insécurité permanent, etc. qui usent la population, poussent les jeunes hommes à se réfugier dans les pays voisins pour échapper à la conscription, etc.

    • Marie-Christine dit :

      Je n’ai pas de réponses, cher Avicenne, sauf que l’usure, la lassitude des habitants, la difficulté de plus en plus grande de la vie quotidienne, font certainement partie de la stratégie des ennemis de la syrie et de leurs sanctions économiques…
      Quoi faire à l’intérieur pour y faire face ? Est-ce que les prochaines élections dans le cadre de la nouvelle constitution peuvent apporter un changement positif pour combattre le découragement devant des épreuves dont on a du mal à voir la fin ?
      Que peut-on faire à l’extérieur pour soutenir la population ?
      bien à vous, bon courage,
      Marie-Christine

      • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

        A Marie-Christine et à Charles :

        Les ennemis de la Syrie n’ont pas renoncé à leur objectif de détruire la Syrie, dans un plan plus large d’hégémonie.

        Le terrorisme, la destruction de l’économie, la guerre psychologique (« OSDH », propagande des TV et de la presse, attaques contre Madame Asma alAssad, par exemple) sont des procédés utilisés tour à tour ou simultanément, en fonction des circonstances.

        Les Autorités et les Responsables syriens, avec le Peuple syrien, montrent des qualités exceptionnelles de solidité intellectuelles et psychologiques.

        J’espère qu’ils surmonteront toutes les épreuves à venir.

    • Mohamed Ouadi dit :

      Salut Jo, Pour une énième fois :
      Rasmussen réaffirme que l’Otan n’a aucun plan pour intervenir en Syrie

      27 Avr 2012
      Rome / Le secrétaire général de l’Otan, Andréas Fogg Rasmussen, a réaffirmé aujourd’hui que l’Otan n’a aucun plan pour intervenir en Syrie.

      Cité par l’agence italienne de presse AKI, Rasmussen a estimé dans une conférence de presse après sa réunion à Rome avec le 1er ministre italien, Mario Monti, que la bonne voie pour régler la crise syrienne est le dialogue politique pacifique.

      A noter que Rasmussen avait affirmé à plusieurs reprises qu’aucune intervention militaire n’est prévue en Syrie.

      A. Chatta & T. Slimani

  6. Mohamed Ouadi dit :

    M. Juppé ne tousse pas me semble-t-il, mais il a l’air de quelqu’un qui a un syndrome occlusif « cérébral » et …. !?

    • Marie-Christine dit :

      Il me semble que c’est une paraphrase du sketch inénarrable de Fernand Renaud (mort dans un accident de la route dans les années 70), TONTON, DIS POURQUOI TU TOUSSES ?, qui met en scène, le coup de téléphone d’un neveu candide à son oncle, truand de la drogue, au sujet du paquet de bicarbonate dans les mains des douaniers, qu’il est chargé de transporter à New-York…
      Si on en a l’occasion, l’écouter en imaginant Juppé dans le rôle du truand (bien pire en fait) ; rire de toute façon garanti !
      Bon, peu verront sans doute ce mesage, car retour à un article « ancien » (l’actualité chargée fait « vieillir » vite les articles).
      Il est sûr que ce n’est pas déterminant pour la Syrie, mais rire fait du bien…

  7. jeanphil dit :

    Alain Juppé (UMP) 2007, condamné pour abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt.