• Actualité
  •  

Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, a haussé le ton dimanche matin, en déclarant que l'avion F4 turc abattu vendredi au large des côtes syriennes par la DCA syrienne volait finalement dans l'espace aérien international, était isolé et non armé, effectuant une mission de routine de vérifications d'installations de radars au sol. Et face à ce qu'il définit donc comme une agression délibérée de Damas, la Turquie consulterait cette semaine - mardi 26 juin - ses partenaires de [...]



Erdogan hausse le ton, et joue les Atatürk…

Par Louis Denghien,



Ahmet Davutoglu, compère d'Erdogan, veut porter l'affaire à l'OTAN, tandis que son patron tente une opération de politique intérieure de type "Union nationale"

Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, a haussé le ton dimanche matin, en déclarant que l’avion F4 turc abattu vendredi au large des côtes syriennes par la DCA syrienne volait finalement dans l’espace aérien international, était isolé et non armé, effectuant une mission de routine de vérifications d’installations de radars au sol. Et face à ce qu’il définit donc comme une agression délibérée de Damas, la Turquie consulterait cette semaine – mardi 26 juin – ses partenaires de l’OTAN. Rappelant au passage que l’article 4 de la charte du pacte atlantique prévoyait qu’un membre agressé ou menacé pouvait réclamer une convocation du conseil supérieur de l’OTAN. De son côté, Recep Tayyep Erdogan a annoncé qu’il s’exprimerait sur cette affaire devant le parlement turc mardi prochain.

Une opération de politique intérieure ?

Le gouvernement turc joue donc l’escalade. C’était à vrai dire prévisible vu ce qu’on connait du caractère de M. Erdogan et des orientations de sa politique régionale. Cette affaire, qui a tout de même, quelle qu’en soit la genèse, constitué un camouflet à son orgueil, peut aussi être un moyen de ressouder autour celui une majorité de l’opinion turque sur le thème, toujours payant, du nationalisme. Ce alors que toute l’opposition parlementaire a toujours vertement critiqué la ligne syrienne d’Erdogan. Qui a d’ailleurs annoncé des consultations ce dimanche avec les chefs de cette opposition

On voit bien qu’Erdogan joue une carte de politique intérieure autant qu’internationale autour de cet avion abattu, alors que le gouvernement syrien, contrairement à ce qu’avait d’abord annoncé le chef du gouvernement turc, n’a pas présenté d’excuses, estimant qu’il avait été confronté à une provocation et à une violation caractérisée de son espace aérien. Cette opération de type « union nationale face à la Syrie » peut-elle marcher ? On verra. Cela dépend aussi du sort des deux pilotes turcs, dont on est toujours sans nouvelles, malgré de recherches conjointes des marines turque et syrienne. S’ils sont morts, il y a aura évidemment une sérieuse pomme de discorde entre les deux pays, et l’on peut compter sur Erdogan pour envenimer les choses.

On verra aussi ce que dit l’OTAN. Mais quand à ce qu’il pourrait faire, c’est à notre avis tout vu : que M. Erdogan roule des mécaniques à longueur de communiqués, abrite le CNS, l’ASL et les « Amis de la Syrie » sur son territoire, c’est une chose. Se lancer dans une guerre aux conséquences incalculables, alors que la Turquie est confrontée à un regain de la guérilla kurde, que l’Irak est en conflit latent avec Ankara, et que la Russie et l’Iran sont vigilants, c’en est une autre, et les pontes de l’OTAN en sont bien conscients, en dépit de leur jactance anti-Bachar.

Et puis, il faut quand même rappeler que depuis au moins un an, le gouvernement turc mène contre son voisin une guerre non déclarée, en hébergeant, encadrant et laissant armer les bandes qui vont semer la mort et la désolation en Syrie. Qui aurait eu, de ce point de vue, mille raisons de déclarer la guerre à son voisin ! Alors cet avion perdu ne représente pas le centième des dommages et torts faits par Erdogan aux Syriens.

La tension entre la Syrie et la Turquie connait un nouveau pic, c’est incontestable. Mais les deux pays ont un égal intérêt à calmer le jeu, en principe.

 

Il ne faudrait pas qu'un avion turc fasse oublier le fond des choses : l'hébergement, l'encadrement et l'arment des bandes ASL par la Turquie depuis un an

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

80 commentaires à “Erdogan hausse le ton, et joue les Atatürk…”

  1. theflowerpower dit :

    Alerte !! 40 allemands arrêtés pour trafic d´armes !! : http://cort.as/28ez / http://cort.as/28ey / http://cort.as/28ex
    ________________________________
    http://cort.as/28fT / http://cort.as/27gs

    • Maurcich dit :

      Cela date de deux semaines, non ?

    • Mohamed Ouadi dit :

      Vladimir Poutine en tournée au Proche-Orient
      MOSCOU, 24 juin – RIA Novosti

      Le président russe Vladimir Poutine entamera lundi une tournée de deux jours au Proche-Orient au cours de laquelle il rencontrera les autorités israéliennes, ainsi que le chef de l’Autorité palestinienne et le roi Abdallah II de Jordanie.
      Le chef de l’Etat russe entamera son déplacement au Proche-Orient par une étape en Israël. Mardi, M.Poutine visitera les territoires palestiniens, puis la Jordanie.
      « Cette visite bien chargée au Proche-Orient souligne l’importance de cette région dans le système de priorités de notre politique étrangère, et elle vise à renforcer la position de la Russie dans cette partie du monde », a déclaré aux journalistes l’assistant du président russe Iouri Ouchakov.
      Lors de cette tournée, le président russe évoquera avec les autorités locales le développement des relations bilatérales ainsi que les questions d’actualité internationale, notamment le règlement palestino-israélien, la situation en Syrie et le nucléaire iranien.
      http://fr.rian.ru/world/20120624/195142250.html

    • Mohamed Ouadi dit :

      Le ministère turc des Affaires étrangères a démenti les informations sur des épaves d’avion trouvées

      24.06.2012, 22:54

      Le ministère turc des Affaires étrangères a démenti les informations sur ce fait que l’épave de l’avion de chasse F-4, abattu par la Syrie le 22 juin, a été retrouvée. Plus tôt, les médias turcs ont annoncé la découverte des épave dans la mer à une profondeur de 1300 mètres.

      Dans la journée du 24 juin, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Selcuk Unal a déclaré que seul les coordonnées du crash de l’avion sont connues. Ni l’épave ni les pilote n’ont pas été encore découverts. Unal a confirmé que les fragments hypothétiquement se trouvent dans la mer à une profondeur de 1300 mètres.
      http://french.ruvr.ru/2012_06_24/crash-d-avion-turc/

  2. Jo dit :

    A propos des 2 pilotes

    Combien de soldats Syriens sont morts a cause de Merdogan et sa clique ?

    Surement des centaines

  3. vilistia dit :

    Le cargo chargé d’hélicoptères pour la Syrie arrivé à Mourmansk .
    24 June, 2012 11:23:00
    image

    Le cargo MV Alaed qui a du faire demi-tour au large de l’Ecosse sans avoir pu livrer des hélicoptères militaires russes destinés à la Syrie a accosté dimanche dans le port de Mourmansk, dans le nord-ouest de la Russie.

    « Il est arrivé au port de Severomorsk (à Mourmansk) où il restera ancré », selon l’agence Interfax citant un porte-parole de la flotte russe du nord. L’autorité portuaire de Mourmansk a précisé que le MV Alaed n’accosterait pas pour décharger pendant qu’il change de pavillon.

    Le bateau navigait sous pavillon de l’île de Curaçao (Antilles néerlandaises) mais, selon une source diplomatique russe anonyme citée auparavant par Interfax, il devrait prochainement retenter de gagner la Syrie avec sa cargaison controversée, cette fois sous pavillon russe et escorté par un navire civil.

    Le changement de pavillon semble être dû à la volonté d’éviter les inspections lorsque le bateau vogue sous le pavillon d’un pays tiers.

    Selon la Russie, les trois hélicoptères Mi-25 datant de l’époque soviétique doivent repartir vers la Syrie selon un contrat signé en 2008 et qui doit être respecté. Ils ont été remis en état dans une usine de Kaliningrad.

    Le MV Alaed a été forcé de faire demi-tour mardi au large de l’Ecosse après des révélations sur sa mission. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a reconnu jeudi que le bateau transportait des moyens de défense anti-aérienne et trois hélicoptères Mi-25.

    Le Mi-25 est la version d’exportation du Mi-24, un appareil d’attaque utilisé notamment en Afghanistan (1979-89) et pendant les deux conflits en Tchétchénie. Des appareils de ce type ont été utilisés dans la répression des insurgés syriens par le régime de Damas ces derniers mois.

    Moscou maintient ne rien livrer qui puisse être utilisé contre les manifestants et n’enfreindre aucune règle ni embargo international. Sergueï Lavrov a déclaré vendredi que la Russie n’avait « pas l’intention de se justifier » auprès des Etats-Unis pour ces livraisons d’armes.

    M. Lavrov rencontrera dans les prochains jours la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton à Saint Petersburg pour discuter de cette cargaison.
    Algerie – ennaharonline
    ______________________________

    DEBKAFILES – SYRIE – Un missile anti-aérien russe Pantsyr-1 récemment fourni, a été utilisé pour abattre l’avion de chasse turc.

    http://goo.gl/U1W3q

  4. Cécilia dit :

    Le Point.fr – Publié le 23/06/2012 à 14:10 – Modifié le 23/06/2012 à 14:29

    Riyad aurait pour objectif d’encourager les défections dans l’armée de Bachar el-Assad afin d’accentuer la pression sur le régime

    Les Saoudiens sont prêts à payer les salaires de l’Armée syrienne libre (ASL) afin d’encourager les défections de membres de l’armée régulière et d’accroître la pression sur le régime de Damas, selon le quotidien britannique The Guardian samedi. Selon le journal, la décision a été prise après des discussions entre représentants saoudiens, américains et « du monde arabe ». Les Saoudiens auraient donné leur accord en mai, selon des sources « de trois pays arabes », indique le Guardian, au moment où des armes commençaient de passer en Syrie par la frontière turque, destinées à l’ASL.

    Le sénateur américain Joe Lieberman, qui soutient activement la rébellion en Syrie, a évoqué la question lors d’un récent voyage au Liban et en Arabie saoudite, selon le quotidien. « Le sénateur Lieberman soutient l’idée que les combattants de l’opposition armée reçoivent une paye suffisante et régulière, bien qu’il ne pense pas nécessaire que les États-Unis fournissent eux-mêmes ces fonds », a indiqué le porte-parole du sénateur, Wayne Phillips, cité par le journal.

    Tension croissante entre Ankara et Damas

    Le Guardian assure en outre qu’un centre de commandement de 22 personnes, pour la plupart des Syriens, a été mis en place à Istanbul pour coordonner les livraisons d’armes avec les dirigeants de l’ASL en Syrie. Le journal dit avoir été témoin d’un transfert d’armes au début du mois en Syrie près de la frontière turque. « Cinq hommes habillés comme dans les pays du Golfe » et porteurs de fortes sommes d’argent auraient réceptionné 50 boîtes de fusils et de munitions ainsi que des médicaments provenant de la ville turque de Reyhanli.

    Ankara a démenti, vendredi, l’envoi d’armes aux rebelles syriens, après des informations du New York Times jeudi, selon lesquelles des agents de la CIA surveillaient en Turquie les livraisons d’armes aux rebelles syriens pour s’assurer qu’elles ne tombent pas entre les mains de membres d’al-Qaida. La Turquie abrite des camps de réfugiés et de déserteurs syriens, provoquant l’ire de Damas qui l’accuse d’armer les rebelles.

    Le régime de Bachar el-Assad a reconnu samedi avoir abattu un avion de chasse turc, envenimant encore les relations entre les deux pays. La révolte contre le régime syrien a coûté la vie à plus de 15 000 personnes en 16 mois, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

    http://www.lepoint.fr/monde/les-saoudiens-prets-a-payer-des-salaires-a-l-armee-syrienne-libre-23-06-2012-1476832_24.php

  5. Cécilia dit :

    Après le Qatar: Ryad prêt à armer l’opposition syrienne
    le Quotidien d Oran
    Samedi 23 juin à 21:40

    Après le Qatar: Ryadh prêt à armer l’opposition syrienne

    Après le Qatar, qui a appelé à une intervention militaire internationale en Syrie pour renverser Bachar El Assad, c’est l’Arabie Saoudite qui se distingue dans cette nouvelle forme d’ingérence dans les affaires d’un pays arabe, même si le régime en place à Damas est coupable de plusieurs griefs, dont celui d’assassiner ses propres citoyens.

    Selon le quotidien britannique ‘’The Guardian’’, l’Arabie Saoudite est prête à payer les salaires de l’Armée syrienne libre (ASL) afin d’encourager les défections de membres de l’armée régulière et d’accroître la pression sur le régime de Damas. Cette décision de Ryadh aurait été prise après des discussions entre représentants saoudiens, américains et «du monde arabe».

    Le soutien financier direct de l’Arabie Saoudite à l’opposition armée syrienne a été décidé, selon le Gardian qui cite des sources ‘’arabes’’, en mai, au moment où des armes commençaient de passer en Syrie par la frontière turque, destinées à l’Armée Syrienne Libre (ASL). Toujours selon le quotidien britannique, un centre de commandement de 22 personnes, pour la plupart des Syriens, a été mis en place à Istanbul pour coordonner les livraisons d’armes avec les dirigeants de l’ASL en Syrie.

    Le journal dit avoir été témoin d’un transfert d’armes au début du mois en Syrie près de la frontière turque. «Cinq hommes habillés comme dans les pays du Golfe « et porteurs de fortes sommes d’argent auraient réceptionné 50 boîtes de fusils et de munitions ainsi que des médicaments provenant de la ville turque de Reyhanli.

    Sur ce registre, la Turquie a démenti vendredi l’envoi d’armes aux rebelles syriens, après des informations du New York Times jeudi, selon lesquelles des agents de la CIA surveillaient en Turquie les livraisons d’armes aux rebelles syriens pour s’assurer qu’elles ne tombent pas entre les mains de membres d’Al-Qaida.

    Le soutien direct de l’Arabie Saoudite et des monarchies du Golfe à l’opposition armée syrienne s’explique sur plusieurs registres, et pas seulement celui confessionnel, et qui oppose les sunnites, proches des pays arabes, au chiites du pouvoir Baath à Damas.

    Le fait est que si ces informations étaient confirmées, l’Arabie Saoudite et d’autres pays arabes du Golfe créeraient un précédent dangereux dans la crise syrienne, et outrepasseraient délibérément les protocoles en vigueur au sein de la Ligue arabe, même si celle-ci n’a pas été très présente dans la crise syrienne.

    A Damas, le pouvoir a annoncé par ailleurs samedi la formation d’un nouveau gouvernement, un peu plus d’un mois après des élections législatives boycottées par l’opposition qui les a qualifiées de ‘’mascarade’’.
    UN NOUVEAU GOUVERNEMENT

    Le nouveau gouvernement est composé de 34 ministres, dont sept ministres d’Etat et dirigé par l’ancien ministre de l’Agriculture Riad Hijab.

    Dans ce nouveau cabinet, trois anciens ministres conservent leur poste: les ministres des Affaires étrangères Walid Mouallem, de l’Intérieur Mohammad Ibrahim al-Chaar, et le ministre de la Défense Daoud Rajha, nommé en août 2011 en pleine révolte. Une nouveauté pourtant : le président Bachar El Assad a décidé de créer le portefeuille de ministre d’Etat pour les «Affaires de la réconciliation nationale» et confié à Ali Haïdar, un membre de l’opposition tolérée par le régime.

    Un autre opposant, ancien communiste, Qadri Jamil, est devenu vice-Premier ministre pour les Affaires économiques et ministre du Commerce intérieur et de la Protection des consommateurs. MM. Haïdar et Jamil sont coprésidents du «Front populaire pour le changement et la libération» créé en juillet 2011 et qui, tout en soutenant la contestation pacifique, n’appelle pas expressément au départ du régime et refuse toute intervention étrangère.

    Ces deux opposants basés à Damas ne sont pas membres du Conseil national syrien (CNS), principale formation de l’opposition basée à l’étranger, qui réclame avant tout le départ du régime de M. Assad. Pourtant, les massacres continuent Sur le terrain, au moins cinq civils ont été tués samedi par les troupes gouvernementales, dont trois dans la région de Homs (centre), au lendemain de manifestations anti-régime qui ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes à travers le pays.

    Bilan : 96 personnes ont péri durant ces manifestations réprimées par le régime, dont 50 civils, 15 soldats et 26 partisans du régime dans une embuscade dans la province d’Alep (nord), selon un nouveau bilan de l’OSDH publié dans la nuit de vendredi à samedi.

    De son côté, le représentant du SG de l’ONU Kofi Annan a appelé la communauté internationale à augmenter la pression sur les parties et souhaité que l’Iran participe à une prochaine réunion sur la crise. M. Annan a fait le point à Genève avec le chef de la mission des observateurs de l’ONU en Syrie, Robert Mood, sur l’avenir de la mission des observateurs, dont le mandat expire le 20 juillet mais dont les opérations sont suspendues depuis une semaine.

    http://www.algerie360.com/algerie/apres-le-qatar-ryadh-pret-a-armer-lopposition-syrienne/

    • suchite dit :

      Il se fiche vraiment de nous. Depuis le debut de cette « revolution » ils arment les rebelles et au vu de la quantite d’armes trouves par l’ armee loyaliste, je pense que le trafic d’armes a commencer bien bien avant.
      Souvenez vous quand bush disait quil fallait apporter la democratie dans les pays arabes et que les dictateurs tomberaient comme des dominaux. Cest peut etre a ce moment que la militarisation a commencee.
      Le debut des revoltes etaient simplement un enclenchement d’un processus prepare bien avant.

  6. Tarico dit :

    M. Erdogan est en train de saboter le bel essor économique qu’a connu son pays au cours des dernières années.
    Si l’Europe ne veut pas de la Turquie, vers qui se tourner? Vers ses voisins évidemment!
    Mais M. Erdogan, par pure idéologie, choisit la confrontation avec la Syrie, l’Irak, l’Iran, la Russie. Il durcit son rapport à l’opposition et relance la guerre avec ses kurdes.
    En choisissant cette voie, il est obligé de renforcer l’armée turque… qui ne rêve que de le renverser.
    Voilà les limites d’une politique atlantiste quand on se trouve à 15000 km des côtes américaines!
    Tout cela à la veille de la saison touristique. Iriez-vous en vacances dans un pays où se produisent des incidents militaires sur la côte méditerranéenne, avec des combats à l’est et des bandes armées islamistes au sud?

    Par ailleurs, l’épisode de « rendez-vous avec X » consacré au Qatar est disponible en streaming sur franceinter.fr ou en téléchargement sur iTunes. Dans les archives, deux épisodes très instructifs sur la Turquie d’Erdogan.

  7. Cécilia dit :

    Georges CORM : Entretien réalisé par Pierre Barbancey

    «L’instrumentalisation du religieux, poison récurrent du Moyen-Orient »

    Les peuples acteurs du printemps arabe se trouvent maintenant confrontés à une contre-révolution dans laquelle s’investissent le triptyque Arabie saoudite-Qatar, États-Unis-
Union européenne et les mouvances islamistes. C’est ce qu’explique Georges Corm, spécialiste de la région. L’économiste et historien libanais revient aussi sur la complexe situation syrienne

    Quel bilan tirez-vous de ce que l’on appelle les printemps arabes  ?

    Georges Corm. Il s’est effectivement passé de grands événements depuis un an et demi. Ce que j’ai appelé révolte arabe, plutôt que révolution, s’est déroulé en plusieurs phases. D’abord lorsque toutes les sociétés arabes, au cours de janvier, février et début mars 2011, se retrouvent dans la rue, toutes tranches d’âges et toutes classes sociales confondues, pour contester les pouvoirs en place. Elles dénoncent tout à la fois l’autoritarisme politique et le manque de liberté mais, surtout, les conditions socio-économiques et, notamment, le très fort taux de chômage qui caractérise les économies arabes. Celui-ci atteint les 30 % chez les 15-24 ans. Il y avait donc à la fois une demande de dignité sociale et une demande de libéralisation politique. Ces mouvements, qui se sont pratiquement déroulés d’Oman jusqu’à la Mauritanie, ont inspiré aussi différents mouvements européens contestant le néolibéralisme, les politiques d’austérité, la montée du chômage, la précarité de l’emploi des jeunes… On a eu là un très beau moment où les deux rives de la Méditerranée se sont mises à l’unisson pour contester des pouvoirs en place.

    Dans une deuxième étape, malheureusement, va se réaliser ce qu’on peut appeler la contre-réaction. L’acte le plus extraordinaire, même si les médias occidentaux en ont très peu parlé, a été l’entrée des troupes saoudiennes à Bahreïn, pour mettre au pas les manifestants qui campaient sur la principale place de la capitale, Manama. Il y a un second dérapage qui a lieu au Yémen (où il faut saluer le rôle capital des femmes dans les manifestations), avec un président, Ali Abdallah Saleh, manifestement soutenu par l’Arabie saoudite. Par la suite, la situation va dégénérer à la fois en Libye et en Syrie. En Libye, il y a l’intervention de l’Otan, avec des bombardements massifs dont on peut se demander s’ils étaient vraiment nécessaires pour chasser le dictateur libyen.

    Que se passe-t-il exactement en Syrie ?/

    Georges Corm. En Syrie, la bataille se déroule sur trois niveaux. Il y a des questions purement locales avec, là aussi, une détérioration des conditions socio-économiques, notamment dans les campagnes. Mais le pouvoir s’est mis dans une posture de déni de ce qui se passe chez lui. La question va ensuite devenir régionale avec des interventions extrêmement brutales de la part du Qatar, de la Turquie et de l’Arabie saoudite. Des pays qui entendent donner des leçons de démocratie au régime syrien ! Enfin, le niveau international où brusquement la Chine et la Russie se révoltent contre l’instrumentalisation du Conseil de sécurité de l’ONU par les États-Unis et leurs alliés. À ce moment-là, la bataille pour la Syrie devient emblématique d’une volonté de briser l’unilatéralisme américain, européen et des pays de l’Otan dans la gestion de la planète. Donc, la situation syrienne devient extrêmement compliquée.

    Où se trouve la solution ?

    Georges Corm. Aujourd’hui, il n’y a pas de solution au problème syrien ! Vous avez une guerre médiatique, une guerre des images qui est presque sans précédent dans l’histoire des médias où l’on n’a que la thèse du Qatar, de l’Arabie saoudite, des États-Unis, de la France et des autres pays européens. Ce que peut dire le régime politique n’est pas entendu du tout. Bien sûr, même si l’on n’a pas de sympathie pour le régime syrien, ce que je comprends parfaitement, il faut quand même, dans une situation qui est déjà une guerre civile ouverte, écouter ce que disent toutes les parties et pas une seule, si on veut aller vers l’apaisement. J’ai dit déjà qu’il fallait distinguer les plans local, régional et international concernant le problème syrien. Au niveau local, vous avez deux types d’oppositions qui sont très différentes l’une de l’autre et qui s’écartent de plus en plus. Vous avez l’opposition dite de l’intérieur, qui est constituée de très nombreux militants de la première heure opposés au régime, qui ont pu faire parfois plus de dix ans, quinze ans ou vingt ans de prison, tel l’ancien dirigeant communiste Riad Al Turk qui a passé dix-huit ans en isolement. Cette opposition intérieure ne se laisse pas prendre dans les filets des diplomaties occidentales, comme le fait l’opposition de l’extérieur. Le régime a fait des ouvertures, timides, insuffisantes, mais il en a fait. Il a même organisé une séance de dialogue national qui, malheureusement, est restée sans lendemain. Puis, à l’automne dernier, il a permis à l’opposition de se réunir dans les faubourgs de Damas sans que personne ne soit emprisonné.

    L’opposition externe est composée de réfugiés politiques ou tout simplement de Syriens établis à l’étranger qui ne se sont pas – pour certains – directement frottés à la rugosité du régime puisqu’ils étaient dehors, et qui se sont tout de suite laissé prendre dans les filets, notamment de la diplomatie turque puis de la diplomatie française, puisque deux figures majeures de cette opposition de l’extérieure sont Burhan Ghalioun, universitaire bien connu en France, et Basma Kodmani, qui a été chercheur à l’Ifri pendant de longues années. Et vous avez des Frères musulmans et des personnalités très hétéroclites, dont souvent on entend parler pour la première fois, qui n’ont pas vraiment de passé politique. Vous avez un Observatoire des droits de l’homme qui s’est mis en place à Londres et qui n’est pas directement sur le terrain. Vous avez cette impression de désordre extraordinaire. On a bien vu aussi de quelle manière ils étaient instrumentalisés avec la constitution d’un groupe dit des « amis de la Syrie », qui s’est réuni en Tunisie d’abord puis en Turquie, maintenant aux États-Unis et bientôt en France. Le Conseil national syrien (CNS), qu’a créé cette opposition à l’étranger, est paralysé aussi par les querelles internes. Par ailleurs, il semble n’avoir aucune influence sur ce qu’on appelle l’Armée syrienne libre (ASL) qui reçoit massivement des armes et une bonne partie d’entre elles à partir du Liban.

    Le deuxième volet est évidemment le volet régional. Il n’est un secret pour personne que la diplomatie de l’Otan a un objectif majeur et massif, dissuader l’Iran d’enrichir de l’uranium, couper les liens de la Syrie avec l’Iran et du Hezbollah avec l’Iran. Et, évidemment, assurer la sécurité d’Israël puisque le Hezbollah, par deux fois, a réalisé des exploits militaires contre l’armée israélienne, l’obligeant à se retirer du sud du Liban après vingt-deux ans d’occupation, en 2000, et l’empêchant de revenir réoccuper cette même zone en 2006. Le Hezbollah est d’une certaine façon une puissance militaire considérée comme extrêmement dangereuse pour l’État d’Israël. Donc, l’objectif de la bataille pour la Syrie au niveau régional est évidemment, en cas de changement de régime, de couper l’approvisionnement en armes du Hezbollah à partir de l’Iran, de séparer la Syrie de l’Iran, et donc d’affaiblir considérablement l’Iran en attendant qu’on puisse opérer un changement de régime à Téhéran.

    L’aspect international maintenant. La Russie et la Chine estiment que le Moyen-Orient est un carrefour géographique et stratégique trop important – il représente le plus grand réservoir d’énergie du monde – pour qu’ils le laissent à une gestion exclusive des États-Unis et des membres de l’Otan. Ils ont donc décidé de miser le tout pour le tout pour saper l’unilatéralisme américain et européen au Moyen-Orient. En tout cas, ils ne veulent pas les laisser mettre la main sur l’ensemble de la région parce qu’on sait très bien, ici, que les mouvances de type Frères musulmans et fondamentalistes ont donné plus d’un signal aux gouvernements occidentaux sur le fait qu’ils n’étaient pas hostiles à l’Occident. Ils ne parlent pratiquement pas de la question palestinienne, de la souffrance des Palestiniens. Ils sont très souvent néolibéraux en matière de doctrine économique. Vous avez donc cette alliance qui est en train de se cimenter très fortement : Arabie saoudite-Qatar, États-Unis-Europe et forces islamiques diverses sur le terrain dans les pays qui ont connu des révolutions. Voilà où nous en sommes.

    La crise syrienne va-t-elle affecter durablement le Liban ?

    Georges Corm. Il était clair qu’il serait affecté, notamment à partir du moment où la Turquie ayant largement fait marche arrière par rapport aux positions d’avant-garde qu’elle avait prises sur la question syrienne, on s’est tourné vers le Liban. Pays où les mouvements dits djihadistes ou takfiristes sont en train de prospérer, toujours avec des aides en provenance d’Arabie saoudite et du Qatar, et qui a une frontière commune avec la Syrie, notamment au nord du Liban, qui est à moins de 30 kilomètres de la ville de Homs. On savait, depuis des mois déjà, que des combattants en armes partaient vers les éléments armés syriens anti-régime. Ce qui explique que la bataille de Homs ait été aussi longue. Il est clair que le nord du Liban sert de couloir pour ravitailler en armes les insurgés syriens.

    Quel est le rôle du Qatar et de l’Arabie saoudite ?

    Georges Corm. Dans le cadre de la contre-réaction, on a une constellation qui est très claire : les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), à la tête desquels se trouvent la très puissante Arabie saoudite et le très dynamique Qatar qui, brusquement, est partout. Cette coalition est composée de ces États qui financent très généreusement, depuis des décennies, toutes les mouvances de type fondamentaliste (salafistes, Frères musulmans…), qui vont les pousser à l’occasion des élections, en Tunisie puis en Égypte. Finalement, on assiste au rapt de ces deux révolutions. C’est d’ailleurs au moment de cette opération de contre-révolution que le Conseil de coopération du Golfe invite les deux autres monarchies arabes, la jordanienne et la marocaine, à devenir membres du CCG. C’est ainsi que, finalement, s’organise toute cette contre-réaction qui rassemble Arabie saoudite, Qatar, Frères musulmans, États-Unis et Europe, là pour confisquer les révolutions. On a d’ailleurs vu, au mois de mai 2011, le sommet du G8, qui s’est tenu à Deauville, consacrer une grande partie de ses délibérations à soi-disant appuyer les révoltes arabes. Ce sommet est passé assez inaperçu alors que tout le monde aurait dû lire attentivement le document du Fonds monétaire international (FMI) qui y a été soumis et approuvé. Il prévoit 30 milliards de dollars d’aide aux deux révolutions, égyptienne et tunisienne, lesquelles aides sont conditionnées, comme d’habitude, par encore plus de réformes de type néolibéral, c’est-à-dire les réformes mêmes qui ont fini par mettre les Égyptiens et les Tunisiens dans la rue !

    Peut-on dire que la stratégie des États-Unis est une stratégie pragmatique, prête à composer avec qui prendra le pouvoir pour autant que leurs affaires continuent ?

    Georges Corm. La stratégie américaine est toujours dans le sillage de la politique néoconservatrice de George W. Bush. C’est un remodelage du Moyen-Orient qui convient et tranquillise les États-Unis et sécurise définitivement l’État d’Israël sans que ce dernier n’ait à faire des concessions douloureuses. Quiconque aurait écouté attentivement le discours de Barack Obama au Caire, en juin 2009, aurait compris que, en dépit de la citation de quelques versets du Coran et de quelques paroles aimables sur la souffrance des Palestiniens et sur la protection des minorités, il continuait sur la même ligne que son prédécesseur, à part sur l’Irak où il a accéléré le retrait pour mieux se concentrer sur l’Afghanistan. Le rêve d’un Moyen-Orient totalement soumis aux intérêts géostratégiques et économiques de l’Occident politique, qui est incarné par l’Otan, est toujours là. La politique des États-Unis est une politique visant à créer le maximum de dissensions entre sunnites et chiites à l’échelle régionale. Nous en souffrons au Liban, en Syrie, à Bahreïn, partout où vous avez des groupes musulmans qui ne sont pas sunnites mais qui peuvent être alaouites, chiites de différentes obédiences. Au Moyen-Orient, malheureusement, l’instrumentalisation du religieux est installée depuis bien longtemps.

    Une voix originale

    La voix de Georges Corm, économiste et historien libanais, est d’autant plus intéressante qu’elle tranche souvent avec le politiquement correct de nombreux analystes, qu’ils soient américains, européens ou même arabes. Auteur de nombreux ouvrages de référence sur la question moyen-orientale – citons l’indispensable Proche-Orient éclaté (Gallimard) et Orient-Occident, la fracture imaginaire (La Découverte). De Beyrouth, où il enseigne à l’université Saint-Joseph, dans un pays multiconfessionnel, il ne pouvait que s’intéresser également à la Question religieuse au XXIe siècle (La Découverte). On lui doit aussi le Nouveau Gouvernement du monde. Idéologies, structures, contre-pouvoirs, toujours aux éditions La Découverte. Il vient d’actualiser un ouvrage là encore indispensable à qui veut comprendre le pays du Cèdre, le Liban contemporain : histoire et société (La Découverte, 2012), où il analyse finement les évolutions récentes de ce pays, 
les tensions auxquelles il est soumis et surtout, 
au regard de l’histoire, ébauche les chemins possibles, 
hors des impasses actuelles où mène le confessionnalisme omniprésent.

    http://www.humanite.fr/monde/georges-corm-%C2%ABl%E2%80%99instrumentalisation-du-religieux-poison-recurrent-du-moyen-orient%C2%BB-498175

    • Djazaïri dit :

      A mon humble avis, ce texte à une très haute portée politique:
      - le PCF se positionne sur une ligne anti-mainstream,
      - il existe sur la place publique un texte anti-interventionisme provenant d’un parti politique français.

      Ce texte peut ainsi servir de base à une campagne d’information militante.
      Il s’agit de s’en saisir et de le diffuser largement avec l’aide des militants PCF, Front de gauche.

      Des initiatives militantes personnelles de diffusion de ce texte peuvent être prises en le faisant par exemple au nom « Des Amis de l’Humanité ».

      Vos avis SVP.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      Merci, Cécilia, pour nous avoir communiqué cette interview.

      J’ai une très grande estime pour Georges Corm.

      Et une totale confiance dans sa rigueur intellectuelle.

      Cet homme nous a donné des ouvrages de référence sur le Monde Arabe qu’il affectionne, à l’évidence, peuples, histoire, civilisations et géographie, avec une grande pudeur.

  8. Cécilia dit :

    Syrie

    Le rejet de la militarisation s’affirme

    Une partie de l’opposition interne autour du Comité national pour le changement démocratique craint une guerre civile et prône une solution pacifique

    Depuis le début de la révolte en Syrie, près de cinquante milices armées ont fait leur apparition. Opérant sous l’ombrelle fictive de l’Armée syrienne libre (ALS), ces milices ont transformé le mouvement populaire en une insurrection armée, au grand dam des opposants de l’intérieur. Le 1er avril, l’Arabie saoudite s’est engagée à payer des salaires aux rebelles de l’ALS, alors que Washington promettait de fournir du matériel de communication aux rebelles.

    « Nous nous opposons à la violence en général », explique à l’Humanité Hassan Abdel Azim, chef du Comité national pour le changement démocratique (CNCD), la principale coalition de partis laïcs de l’opposition, basée en Syrie. « La répression exercée par le régime a poussé certains à avoir recours aux armes, cela est justifiable. Par contre, nous sommes contre la militarisation de la révolte et nous rejetons les appels lancés par des pays étrangers à armer l’opposition. »

    Le Qatar et le régime théocratique d’Arabie saoudite, qui sont les plus importants soutiens financiers des mouvements islamistes et salafistes dans le monde, ont réitéré le 30 mars leurs appels à armer l’opposition. « Il s’agit de propos dangereux qui font planer sur la Syrie le spectre d’une guerre civile », estime Abdel Azim.

    Ceux qui lancent de tels appels « sont des apprentis sorciers, déclarait récemment Haytham Manaa, vice-président du CNCD. Ils prétendent parler au nom de l’islam. Qu’ils restent en dehors de la Syrie. Nous ne voulons pas la guerre civile dans notre pays. Que ceux qui appellent au djihad islamique aillent le mener en Arabie saoudite et au Qatar ! (…) D’ailleurs, plus de cent corps d’étrangers tués au combat ont été retrouvés en Syrie. Nous ne voulons pas devenir une autre Bosnie ». D’autre part, Haytham Manaa estime que les groupes armés qui revendiquent leur appartenance à l’ALS « sont éclatés et hétérogènes aussi bien au niveau politique qu’idéologique. Ils ne sont pas centralisés, ne peuvent être liés à un commandement centralisé et s’apparentent par conséquent à des milices plutôt qu’à une armée unifiée ». Plusieurs membres du Conseil national syrien (CNS), qui est dominé par les islamistes, ont reconnu avoir transmis des armes aux milices de l’ALS qui prolifèrent dans certaines provinces.

    Pour leur part, les autorités syriennes accusent les intégristes de la mouvance salafiste ainsi que les membres d’al-Qaida d’être à l’origine de plusieurs attentats suicides sanglants qui ont visé Damas et Alep. Selon le patron du renseignement américain, James Clapper, des djihadistes d’al-Qaida ont réussi à « infiltrer les groupes de l’opposition » qui « dans de nombreux cas ne sont pas au courant de leur présence ».

    Pour sa part, le CNS a appelé le 12 mars à « une intervention militaire internationale et arabe urgente », à la mise en place « d’une zone d’exclusion aérienne » et à des « frappes » contre l’armée syrienne. Dans sa déclaration, le CNS demande la mise en œuvre de « corridors sécurisés » et de « zones tampons », ainsi qu’une « action rapide et organisée pour armer l’Armée syrienne libre ». Mais hormis les cercles islamistes, ces appels suscitent l’hostilité de la majorité des Syriens. La veille, des responsables du Pentagone avaient déclaré que toute intervention militaire en Syrie requerrait plusieurs semaines de frappes aériennes intensives que seuls les États-Unis seraient capables de mener.

    « La force de la révolution réside dans son caractère pacifique, explique Hassan Abdel Azim. La militarisation de la révolte la détourne de ses objectifs en la transformant en une insurrection armée qui provoquera une guerre civile interconfessionnelle et menacera l’unité nationale de la Syrie. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous rejetons également toute intervention militaire étrangère. La sauvegarde du caractère pacifique du soulèvement garantira à terme sa victoire. » Quant à la porte de sortie, Abdel Azim estime qu’« il n’existe qu’une solution politique à la crise. Celle-ci passe par le retrait de l’armée des villes, la libération des prisonniers et l’autorisation de manifester ».

    L’ancien prisonnier politique Kamal Labwani, qui s’est récemment retiré du CNS, a violemment critiqué les islamistes, les qualifiant de « fanatiques » qui se dissimulent derrière des « libéraux stupides. Les Frères musulmans essayent de monopoliser l’argent et les armes pour bâtir une base populaire, cela représente un danger sérieux (…). Ils constituent la force dominante du Conseil et posent des conditions pour armer la rébellion, en exigeant des opposants qu’ils soient islamistes ou pratiquants »

    http://www.humanite.fr/monde/le-rejet-de-la-militarisation-s%E2%80%99affirme-493848

  9. jo dit :

    Ci cela est vrai , c’est une mauvaise nouvelle

    http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/196446-f4-turc-la-grande-bretagne-pr%C3%AAte-%C3%A0-attaquer-la-syrie-aux-c%C3%B4t%C3%A9s-d-ankaraIRIB- Le crash d’un avion turc provoqué par la DCA syrienne semble, désormais, donner le prétexte à une action militaire contre la Syrie.

    Le ton n’est plus à l’apaisement, depuis que l’OTAN s’en est mêlé et affirme vouloir enquêter sur l’incident. Le « Daily Star Sunday » rapporte que les avions de combat britanniques sont en état d’alerte, pour participer à une riposte anti-syrienne, si celle-ci est décidée par la Turquie.

    qu’en pensez vous ?
    gesticulation ou réelle volonté d’une action militaire ?

    Merci

    • jo dit :

      Finalement, cette histoire d’avion n’avait pas pour but une provocation de la Turquie d’emmener une action militaire ?

      Merci

      • Kévin dit :

        possible, de toute façon, faut attendre au moins qqs jours pour savoir ce qu’il se passera

      • Charles dit :

        L’apaisement n’est pas souhaitable. L’apaisement c’est la manière de Sadam et de Khadafi, c’est voué à l’échec. Bachar fait du Fidel.

        • Cécilia dit :

          Exact Charles !

          Il faut montrer ferme, fort et prêt à l’affrontement.
          Il ne faut pas subir les événements, mais montrer qu’on est même capables de modifier leur cours.

          Bachar n’est ni Kadafi, ni Sadam.
          La Syrie n’est ni la Libye, ni l’Irak.

    • hakim dit :

      commentaire très interressant sur le figaro. les francais ont compris le jeu

      «  »Daniel BESSON
      Cit : « D’après nos conclusions, notre avion a été abattu dans l’espace aérien international, à 13 milles nautiques de la Syrie .
      Bigre ! L’artillerie anti-aérienne Russe fait VRAIMNT des miracles ! Que ce soit l’hypothèse  » Shilka » ( canon de 23 mm ) ou Pantsyr ( 30 mm) , cela voudrait dire que cette artillerie AA a une portée de …24 Km ( 13 nautical miles ) ! »"

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      Quand Israël assassine des Turcs pacifiques, sur des bâteaux voulant apporter aux Gazaouis un peu de réconfort et de l’assistance humanitaire, la Turquie d’Erdogagnerien hurle son mécontentement, mais ne mord pas.

      Quand la Syrie neutralise un avion militaire turc qui viole son espace aérien, dans une zone infestée de sous-marins otaniens et israéliens, on veut lui déclarer la guerre ?!

      Alors même que les pilotes sont sains et saufs et qu’il s’agit d’une perte uniquement matérielle d’un avion usagé.

      Et, si ces pilotes sont introuvables, c’est qu’ils ont été repêchés par l’un ou l’autre de ces sous-marins, rigoureusement coordonnés dans leurs manoeuvres avec les avions turcs.

  10. L'étrangère dit :

    Syrie : Il est temps que l’Europe retrouve la sagesse !
    Défendant la Syrie, la Russie défend ses propres intérêts qui ne sont pas contraires à ceux de l’Europe ou d’ailleurs…
    ITV Marat Moussine

    […] 13’17’’
    Question – La Russie fournit légalement des armes à la Syrie. Est-ce qu’une pression internationale pourrait lui interdire d’exercer ce droit ?

    Réponse – La Russie a ce droit en effet, mais actuellement le problème se situe plutôt dans un contexte d’immoralité de l’Occident… Ainsi, il y a à peine une heure nous étions à Homs et sur les lignes de l’armée régulière… il est faux de dire que la Syrie utilise des armes lourdes alors qu’elle est parfaitement capable de dégager ces groupes armés autrement… Le problème se situe au niveau de ceux qui sont derrière ces « combattants » : les USA… Un coup énorme sera porté contre l’Europe, la Chine et la Russie. Il est indispensable que la sagesse revienne parmi les Européens.

    Question – On dirait que les sentiments chaleureux reviennent dans notre région en pleine guerre froide, la Russie et les USA armant leurs camps respectifs. Est-ce là une manière de réchauffer des plats qui datent de la guerre froide ?

    Réponse – Nous sommes sur une ligne brûlante, mais tous les plans de partition ne se réaliseront pas. Les USA et par l’intermédiaire de leurs alliés dans la région ; le Qatar, l’Arabie Saoudite et à un moindre degré la Turquie, voudraient morceler la Syrie et la transformer en petits cantons. Leurs plans passant par l’ASL et le CNS ont complètement échoué. De plus, la semaine dernière, ils ont pratiquement humilié leur alliée turque et lui ont fait sentir qu’elle était perdante lorsqu’ils ont choisi un Kurde, Mr SIDA, comme président du CNS. Nous n’avons pas besoin d’être particulièrement intelligents pour comprendre que désormais la question ne se pose plus qu’autour de l’unité du territoire syrien, mais aussi autour de celle du territoire turc… Nous pouvons dire que les Américains tentent de mettre en œuvre leurs plans qui consistent à créer l’état du Luchistan et du Kurdistan; ce qui devrait pousser les Saoudiens à étudier la nouvelle carte américaine dessinée en 2006 par Ralph Peters [1]. Si cette carte devait se concrétiser, l’Arabie saoudite serait déchirée en quatre… une partie du territoire de la Turquie reviendrait au Kurdistan… une partie du Nord de l’Iran étant promise à l’Azerbaïdjan, alors qu’une importante population azerbaïdjanaise est présente dans de nombreuses villes russes.

    Si nous considérons sérieusement la politique actuelle du Qatar en Asie – qui déclare que des « combattants » ont été introduits en Syrie et qui manoeuvre pour que le Tadjikistan et le Turkménistan fassent partie du plan global destiné à affaiblir la Russie en visant ses champs gaziers de Sibérie et du débouché de la Volga – nous pouvons dire que les Américains sont capables d’appliquer à la Russie le même modèle que nous observons en Syrie. L’agression de l’économie russe et son encerclement ont d’ailleurs déjà commencé. Dès Octobre dernier, certains spécialistes ont publié des articles parlant de plans américains qui feraient baisser le prix du pétrole cet été, ce qui s’accompagnerait de gros problèmes en Russie et entrainerait une baisse de sa monnaie. Il n’est donc pas injustifié d’imaginer que ce qui se passe en Syrie pourrait très bien se passer en Russie !

    L’un des organisateurs ou supporters du terrorisme international, le Premier ministre qatari Hamad ben Jassem, pointe son doigt sur la ville russe d’Urengoy et continuera à financer l’afflux de terroristes salafistes venant du Tadjikistan et du Turkménistan. C’est ce que nous constatons quotidiennement en Syrie et dans les villes du Nord de la Russie où le gaz se trouve à profusion, mais qui sont complètement isolées du reste du territoire russe du fait du climat neigeux et des vastes forêts enneigées ; le seul moyen de transport passant par les aéroports. Proportionnellement, chaque 110000 citoyens Russes cohabitent avec 29 000 habitants originaires des États d’Asie centrale, ce qui correspond à environ le quart de la population totale. Ces derniers ont d’ores et déjà leurs mosquées et pratiquent leur religion d’une manière qui ne correspond pas à celle de L’Islam modéré. Parmi eux, tout comme en Syrie, nous trouvons des chômeurs et des prédicateurs et propagateurs de la foi wahhabite. C’est précisément l’occupation de ces villes qui devrait s’accompagner de la baisse du prix du pétrole… Il y a deux semaines, l’un des représentants de la Direction qatari chargé de l’entrainement idéologique de ces « combattants » wahhabites et salafistes en Syrie, a même déclaré que la Russie était devenue sa cible. Le lendemain eut lieu l’attaque du bus transportant des experts russes à Damas.

    Question – Il y a quelques jours les présidents Poutine et Obama se sont entretenus à Los Cabos au Mexique et ont déclaré qu’ils partageaient certains points de vue [18 juin]. Aujourd’hui c’est au tour de deux anciens ministres, Primakov et Kissinger de se rencontrer à Saint-Pétersbourg. En substance, Primakov a dit à Kissinger : « vous nous avez trompés en Libye en décidant d’une exclusion aérienne qui s’est transformée en autre chose… Nous avons retenus la leçon et nul ne pourra nous tromper sur la Syrie ». Kissinger a répondu qu’il refusait de comparer la situation en Syrie à celle de la Libye, et qu’il n’était pas judicieux de voir ce qui se passe en Syrie comme une querelle entre les USA et la Russie. Il a ajouté : « nous devons coopérer sur ce terrain, mais si vous me demandez comment, je ne vous donnerai pas une réponse précise… il faut savoir, qu’avant les événements, 95% des Américains ne savaient même pas où se trouvent la Libye et la Syrie ». A votre avis, où est-ce que ces deux grandes puissances voudraient en venir en ce qui concerne notre région, le monde et l’équilibre des puissances ?

    Réponse – C’est une chance qu’Obama et Poutine ne se soient pas entendus vu les fuites qui ont dévoilé certains projets des Américains calqués sur le modèle libyen. Ils voudraient concrétiser trois opérations : liquider physiquement le Président Bachar al-Assad, ce qui sèmerait le trouble et une très grande panique ; provoquer au maximum le Hezbollah en cherchant à asséner un coup fatal au Liban, comme par exemple l’assassinat de chrétiens pour en accuser les chiites selon un scénario semblable à ce qui s’est passé à Houla ; initier les opérations militaires contre l’Iran. L’Arabie saoudite et Israël ont signé des accords permettant aux avions américains l’utilisation de leurs aéroports. Au moment où nous diffusions ces informations, la France a demandé que l’espace aérien syrien lui soit ouvert et, à peine quelques jours après, la mission des observateurs a suspendu sa mission. Ce sont là des moments qui furent très dangereux pour la Syrie.

    Le plan des américains est d’une extrême simplicité, l’idée étant que s’ils réussissent à multiplier les massacres et à ce que les syriens s’entretuent, les « combattants » radicaux islamistes se dirigeront ensuite vers l’Europe et la Russie à la recherche de travail ou autre chose et là, les pressions économiques aidant, ils obtiendraient le résultat hallucinant escompté. Le 9 juin 2012, le Washington Post a publié un article d’Anne-Marie Slaughter, ancienne directrice du Département d’Etat de la planification des politiques, qui justifie l’intervention en Syrie et suggère que les USA passent outre l’ONU et le système du veto au Conseil de sécurité de l’ONU [2]. Plusieurs commentateurs, institutions et personnalités hauts placés lui ont adressé des rapports désapprobateurs, mais il semble que la majorité des Américains partagent son point de vue… et ils sont en période pré-électorale ! Il n’empêche que, toujours aux USA, il existe de nombreuses forces politiques contraires à cette tendance, et il faut espérer qu’elles puissent arriver à stopper cet aventurisme américain. Mais nous devons rester vigilants sur tout ce qui se passe en Syrie.

    Nous devons rester vigilants devant l’horrible silence des médias officiels sur ce qui passe réellement en Syrie… devant les nouvelles provocations du gouvernement turc … devant les mouvements de la flotte américaine et de l’OTAN… Ce qui se passe risque d’aboutir à une catastrophe en Europe d’abord, en Russie et en Chine ensuite !
    […] 42’36’’

    Marat Moussine [vice-président du Comité de solidarité avec les peuples syriens et libyens]

    Extrait transcrit et traduit de l’arabe pour « Infosyrie » [24/06/2012]

    Source : Émission « L’heure Libre » Addounia. TV du 22/06/2012
    http://www.youtube.com/watch?v=hKxiI12ytRU&list=UULYpSZx78coVKI8VuiSBWg&index=3&feature=plcp

    Références évoquées :

    [1] La nouvelle carte américaine du Proche-Orient
    par Charles Saint-Prot (octobre 2006)
    http://www.etudes-geopolitiques.com/editorial_contents5.asp

    [2] Syrian intervention is justifiable, and just
    By Anne-Marie Slaughter, Published: June 9
    http://www.washingtonpost.com/opinions/syrian-intervention-is-justifiable-and-just/2012/06/08/gJQARHGjOV_story.html

  11. Aa dit :

    Apparement , y’en a qui disent que ces avions devaient bombarder une base pas tres loin , et les medias devait dire que ces 2 avions avaient fait defection apres avoir bombarder la base….

  12. jo dit :

    Avion abattu : l’Iran appelle à la retenu
    L’équipe du site

    L’Iran a demandé à Ankara et à Damas de faire preuve de « retenue » après que la Syrie eut abattu un avion de chasse turc qui avait violé l’espace aérien syrien, ont rapporté dimanche les médias iraniens.

    Téhéran « demande aux deux parties de faire preuve de calme et de retenue et espère que la question sera réglée pacifiquement par le dialogue et la tolérance et que la stabilité et le calme seront préservés dans la région », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, lors d’un entretien téléphonique samedi soir avec son homologue turc Ahmet Davutoglu.

    Tout autant, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue turc Ahmet Davutoglu se sont entretenus samedi au téléphone au sujet de l’avion de chasse turc abattu le 22 juin par la Syrie, lit-on sur le site Web officiel de la diplomatie russe.

    « Au cours de la discussion, les parties ont évoqué la situation autour de la Syrie, notamment l’incident avec le chasseur turc », rapporte le ministère.

    L’entretien téléphonique s’est tenu sur l’initiative de la partie turque.

    Un avion d’attaque F-4 turc a disparu vendredi des écrans radar au large des côtes syriennes, une heure et demie après son décollage.

    Damas a déclaré que l’avion avait été abattu après être entré dans l’espace aérien syrien, mais n’a pas tardé de présenter ses excuses à Ankara. Le porte-parole de la diplomatie syrienne a annoncé samedi que cet incident ne devait pas être considéré comme une action hostile, ajoutant que la Syrie avait juste défendu sa souveraineté.

    Le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon a appelé les deux parties à la retenue et a exprimé sa profonde préoccupation quant aux conséquences que pourrait avoir cet incident.

    http://www6.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=69729&cid=20&fromval=1&frid=20&seccatid=28&s1=1

  13. Mohamed Ouadi dit :

    La Turquie a tort, elle a violé la souveraineté syrienne, elle a été traitée comme il se doit. C’est la déclaration du général pilote, retraité égyptien, à la chaîne Almayadeen, dans le journal d’informations de midi GMT.

    Uglu a accusé la Syrie d’avoir abattu l’avion de combat turc, alors qu’il était dans les eaux internationales. Mais les informations diffusées par des TV turques, par la suite, ont fait savoir que les forces de secours sont parvenues à l’endroit de l’épave de l’avion turc, dans les eaux syriennes, à une profondeur de 1300 mètres. Uglu, a prétendu que la DCA syrienne a attaqué l’avion qui était en vol de reconnaissance et de tests de radars locaux turcs » !
    Mais selon le général pilote retraité, Ahmed Mansouri, expert stratégique, du Caire, « l’agression turque, sur les eaux territoriales syriennes, est un acte de violation de la souveraineté syrienne, qui devait faire l’objet d’une réponse logique de la défense anti-aérienne. L’avion turc s’est introduit dans les eaux territoriales syriennes, en face du port de Lattaquié, pour une durée de 15 mn, et les turcs ont supposé qu’il était possible d’avertir cet avion de s’éloigner, mais cet avion a été abattu par un système de défense, de haute qualité, du genre SS9 soviétique, (et non intercepté par des avions militaires), et il n’était pas possible, après que cet avion s’était mis pendant 15 mn, à détecter les radars, les fréquences et les communication sans fils syriennes, et tâter le pouls des forces syriennes, en particulier après la défection de pilote(s) syrien(s) en Jordanie, il était alors impératif à ce que les forces de défenses anti-aériennes syriennes répondent avec cette logique, disponible et non interdite, pour défendre la souveraineté syrienne, à l’intérieur de ses eaux territoriales. L’épave de l’avion a été trouvée à l’intérieur des eaux territoriales syriennes, et la Turquie n’est absolument pas en droit de prétendre à chercher à répondre par un appel à l’OTAN, parce que c’est elle l’agresseur, les turcs ayant dit dans un premier temps que l’avion, du fait de sa grande vitesse, a pu pénétrer pour un moment, mais elle est restée 15 mn, ce qui est un acte non réglementaire qui nécessite la réponse stricte de la DCA syrienne, et la Turquie doit se respecter en respectant les relations internationales ..
    Quant à la demande à l’OTAN d’appliquer l’article 5, la Turquie n’a pas été agressée, mais c’est elle l’agresseur qui a violé la souveraineté et qui a été traitée comme il se doit.
    Le général ne croit pas que l’OTAN va exploiter cet incident pour intervenir contre la Syrie.

    • Mohamed Ouadi dit :

      Lien de la déclaration du général pilote retraité Ahmed Mansouri à Almayadeen, sur l’incident de l’avion de combat turc :
      http://www.youtube.com/watch?v=1iDUm-9B-Bs&list=UUZ-8I5p6mxrzchZuMpTbLWg&index=1&feature=plcp

    • Mohamed Ouadi dit :

      Avion turc/Syrie: provocation capable de déclencher une guerre (expert)
      VLADIVOSTOK, 24 juin – RIA Novosti

      L’incident de l’avion de chasse turc abattu par la DCA syrienne pourrait être une provocation capable de déclencher une guerre, a déclaré le président de l’Académie des problèmes géopolitiques de Moscou Leonid Ivachov dans une interview à la chaîne de télévision « Russie-1″.
      « Ils ont utilisé cette tactique en Libye et en Yougoslavie. (…) Il est fort probable qu’il s’agit d’une provocation », a indiqué l’expert.
      « Si le gouvernement turc ne cède pas à cette pression américaine, cet incident sera résolu (…) par la voie pacifique. Mais s’ils profitent de cette provocation pour contourner les forces de sécurité de l’Onu et pour attaquer, la guerre sera inévitable », a estimé M.Ivachov.
      Un avion d’attaque F-4 turc a été abattu le 22 juin par la Syrie au-dessus de la Méditerranée orientale. Damas assure que le chasseur en question a violé son espace aérien. Pour sa part, Ankara affirme que le chasseur a été abattu dans l’espace aérien international lorsqu’il effectuait des tests sur un système de radar national.
      L’épave de l’appareil a été localisée dimanche dans les eaux syriennes à une profondeur de 1.300 mètres.
      http://fr.rian.ru/world/20120624/195143609.html

  14. El Fel dit :

    Les militaires au sol, n’est pas censé savoir si l’avion était armé ou non.
    Alors cessez de jouer des épaules, et de prendre des airs. L’avion n’avait pas à s’approcher de la frontière même en exercice de routine, vous savez que vos voisins les syriens sont en état d’alerte, donc la moindre des choses est d’éviter ces limites frontalières, ou des bavures et autres erreurs sont possibles.
    Le fait donc d’avoir autorisé cet avion de voler dans un espace aérien sensible, est à prendre comme une provocation des autorités turques , sachant que vous êtes partie prenante comme membre de l’Otan, et membre de la coalition Occidentale qui est en train de crée des troubles en Syrie.

    Votre jeu et tout ce que vous faite n’est pas si innocent que cela le laisse supposer.

  15. Anonyme dit :

    Il y a, il me semble, une contradiction dans ce qu’affirment les officiels turcs…

    - Ils admettent que l’avion a « momentanément » fait une incursion dans l’espace aérien syrien.
    - L’avion serait retourné dans les eaux internationales en volant à vive allure et à basse altitude.
    - Il se serait fait abattre peu après.
    - L’épave a été retrouvée et se situerait dans les eaux territoriales syriennes.

    Comment l’épave peut-elle se retrouver dans les eaux territoriales syriennes alors que l’avion est supposé les avoir juste quittées?

  16. lafleuriel dit :

    Ah enfin réjouissez vous oh les Clinton,Cameron Fabius, et oh vous les medias branchés siur OSDH;;;les frères musulmans enfin à la tête de l’Egypte.La CIA qui les a toujours soutenus va pouvoir opérer tranquille y compris en Jordanie, Syrie et ailleurs. Erdog..mais pourceux qui aiment la plongée en mer rouge pour regarder lspetits poissons, vaudra mieux installer un baquet d’eau chaude dans vos jardins…

    • lafleuriel dit :

      la suite sorry :… Erdogan aussi se réjouit ? Chi lo sa ?
      Ah à Rue 89 les fins(fines ) journalistes sont énervés ! le sujet qui les gratte en ces temps de résultat sensible d’élections égyptienne et de possible clash entre armée et Frères et comme en Algérie le tee shirt de la premiere dame syrienne et ce vers qui y est imprimé ! ben avec la première dame égyptienne comme la première dame turque et les premières dames saoudiennes et « golfiennes » en général, Rue 89 n’aura pas besoin d’envoyer sa journaliste en première ligne…

  17. Jo dit :

    La carcasse de l’avion aurait été retrouvé dans les eaux Syriennes

  18. vilistia dit :

    Avion Américain de La Turquie Abattu en Syrie _ No Joke Here VIDEO EN ARABE

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=m0JXEMg5dEM

  19. antarès dit :

    Que pensent les turcs de Merdogan actuellement? Si quelqu’un pouvait me répondre. Est-ce cette merde abjecte doit affronter des élections prochainement? Merci d’avance

    • Louis Denghien dit :

      Un sondage publié vendredi 15 juin par un think tank de géostratégie turc a donné les résultats suivants :

      -11,7% favorables à une intervention ;
      -57% contre une intervention, dont 41,1% absolument opposés à une intervention et 15,9% considérant qu’une condamnation politique du régime syrien suffit.

      (enquête réalisée du 5 mai au 5 juin auprès de 1 500 personnes.

      L.D. & Infosyrie

      • aldebaran dit :

        merci bcp Louis, y a t-il des échéances électorales prochainement en Turquie. Les syriens devraient jouer sur la minorité kurde du pays pour déstabiliser ce gouvernement pro-yankee.

        • Louis Denghien dit :

          Malheureusement, Erdogan a obtenu sa majorité parlementaire (et 49% des voix, je crois) en juin 2011. Encore 4 ans à attendre, sauf accident et dissolution…

          L.D. & Infosyrie

  20. Christian dit :

    Faire comme les americains: « shoot first, ask questions later »

    Il me semble que les turcs voulaient tester l’espace aérien syrien, sûrement après avoir pris connaissance des codes d’identification que les jordaniens ont récupéré lors de la défection du pilote avec son MIG 21. L’identification, friend or foe (IFF) (identification ami ou ennemi) est un système d’identification crypté mis au point pour le commandement et le contrôle. C’est un système qui permet aux radars d’approche civils ou militaires de reconnaitre des avions « amis » et de déterminer leur cap ainsi que leur distance. Ils ne s’attendaient pas à ce que l’armée syrienne le change en moins de 24 heures. Ce F4 a été perfectionné par les ingénieurs militaires turcs et israëliens et le fait que la DCA syrienne l’ai abattu en utilisant un canon anti-aérien et non un missile, cela a emmerdé plus d’un.

  21. AVICENNE dit :

    Je voudrais revenir sur la video ci-dessous :

    http://www.youtube.com/watch?v=4Xyay21IMAo&feature=relmfu

    Si on y regarde de plus prêt, il n’y a pas de sang sur la chaussée ce qui prouve qu’ils n’ont pas été tué à cet endroit.

  22. edouard dit :

    L’OTAN c’est les USA et le traité de l’Atlantique Nord c’est un traité fait pour les ricains, surtout son article 5 qui n’est pas : si un membre se fait agresser les autres lui viennent automatiquement en aide mais les USA sont les seuls juges de la réponse à apporter…
    Suivant la parole fameuse de Chirac : les promesses n’engagent que ceux qui les croient.
    Or les States ne veulent pas, avec leurs forces dans ou hors OTAN, se confronter au système antiaérien syrien, ils préfèrent courageusement laisser les turcs se battre au sol, sans couverture aérienne efficace, pour gagner une partie du territoire syrien et destabliser le régime.
    Encore plus courageusement les turcs qui ne veulent pas se faire hacher menu ont imaginé la provoc du F4…
    Dans un premier temps leurs agents ont corrompu un colonel d’aviation syrien qui a donné son mig et ses codes aux turcs pour ensuite pénétrer comme dans du beurre dans l’espace aérien de Damas et prouver au Pentagone que fallait pas avoir peur… le résultat fait peine à voir
    Que va-t-il se passer?
    L’OTAN va missionner Hercule Poirot qui va prendre immédiatement le yacht de la Reine et enquêter sur zone, rappeler en service actif Superman Batman et Spiderman pour bloquer les S 300 syriens
    L’Empire a perdu cette guerre et il ne veut pas l’admettre, mais il y a des dizaines de victimes innocentes qui meurent pour rien chaque jour… Erdogan, Obama, les émirs, Netanyaou…devront en répondre

  23. Jo dit :

    Vrai ou faux ?

    IRIB- La Russie a lancé un plan secret, pour sauver le Président syrien, Bachar al-Assad, écrit le journal « The Sunday Times », ce dimanche. Le plan vise à organiser des élections anticipées, en Syrie.

    Un diplomate anonyme russe a raconté au journal que l’organisation d’élections anticipées a été proposée à Assad, car, au moins, un tiers de la Syrie est contrôlé par les rebelles, et il sera de plus en plus difficile, pour lui, de rester au pouvoir. Dans un avenir prévisible, cette élection sera considérée comme un pas envers l’opposition et cela rendra l’intervention des pays occidentaux impossible. Dans le même temps, la même source a déclaré au journal que la partie russe n’est pas sûre que Bachar al-Assad va recourir au conseil proposé.

    http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/196488-le-«-plan-secret-»-de-moscou-pour-sauver-assad

    Les rebelles qui controlent un tiers du pays comme dit dans cet article , je n’y crois pas une seconde

    • marocain-tangérois dit :

      les rebelles ne contrôlent rien en Syrie. leur stratégie est de créer la zézanie et le chaos pour quelques minutes et filmer cet evénement et l’envoyer aux chaines de la propgande wahhabite et de là aux autres chaines pro-occidentales.

      • Cécilia dit :

        Faux, ils ne contrôlent qu’une partie de Jabal al-Zawyeh dans la région d’Idleb à la frontière turque, une partie de Homs (moins que le tiers car l’armée syrienne a déjà libéré une partie) et un peu vers Qussayr côté Rastan à la frontière libanaise, mais l’armée syrienne est en train de faire le nettoyage.

        Ces bandes de terroristes n’arrêtent pas de se filmer et raconter de mensonges.
        Leur dernière tentative d’établir un émirat musulman était à Haffef, mais ils étaient écrasés et ASL a parlé de retrait tactique (rappelez-vous j’ai été la première à parler de Haffeh avant tous les médias en Frace).

        C’est Homs ou plutôt une petite partie qui pose des problèmes car le groupe takfiris, Khaled ibn al-Walid proche de l’Arabie et Qatar ainsi que al-Ansar proche de Nosrat d’Al-Qaïda, ont pris autour de 800 à mille civiles en otage et toutes les tentatives ont échoué pour les libérer même celle de la croix rouge internationale.

        Certes, ils essayent toujours d’un village à un autre, mais cela ne dure pas longtemps, souvent quelques heures, rarement quelques jours. Il ne faut pas oublier qu’ils sont infiltrés par le renseignement syrien, en plus, la population aide beaucoup l’armée. La Syrie est un petit pays mais très dense au niveau démographique.

        Ils seront éradiqués définitivement bien avant la fin de l’année. L’armée qui les combat n’est pas le dixième de l’armée syrienne.

        Vive l’armée arabe syrienne patriote !
        Gloire à nos martyres !

        • jo dit :

          Merci Cecilia

        • Etudiant dit :

          Quid de Deir Ezzor ?

          • kegan dit :

            Dans mon commentaire ci apres (Arabi press; en arabe , traduis cheze google si tu veux ) plus de 50 terroriste morts dans deux affrontements à Deir Ezzor …
            On peut pas dire que ces saletés de terroristes controlent qq chose mon petit niaiseux …

          • Cécilia dit :

            « Quid de Deir Ezzor ? »

            Ce n’est pas la même chose que Haffeh, Bab Amr ou Idleb.
            Ces terroristes ne contrôlent rien à Deir Ezzor, ils se cachent pour tendre des embuscades à l’armée ou attaquer un poste par ci-par là, mais l’armée frappe d’une de fer depuis que le délais donné aux terroristes pour se rendre a expiré.
            Et tant mieux !

  24. kegan dit :

    Belle cueuillette

    في سياق العمليات التي يقوم بها الجيش السوري في مدينة ديرالزور بهدف إعادة الأمن للمدينة وتطهيرها من المجموعات المسلحة، تمكنت اليوم وحدات الجيش من تصفية عدد من المسلحين بينهم قادة مجموعات مسلحة.
    وعلمت مصادر صحفية أن قوات الجيش تمكنت من تصفية مجموعة مسلحة تضم 40 مسلحاً، بعد أن نصبت لها كميناً بجانب مقبرة الشهداء، وذلك بعد ورود « معلومات دقيقة » عن أن هذه المجموعة تخطط للقيام بهجوم مسلح على كازية عسكرية في المنطقة، ما استدعى تدخل وحدات الجيش التي نصبت كميناً محكماً وتمكنت من تصفية أفراد المجموعة المسلحة بالكامل.
    وفي الجبيلة تمكنت وحدات الجيش من تصفية 50 إرهابي من أخطر الإرهابيين المطلوبين في المحافظة.
    وفي داخل مدينة ديرالزور، كذلك تمكنت وحدات الجيش من تصفية مجموعة مسلحة تتألف من 15 مسلحاً، يقودها المسلح خضر العافص، كما تمكنت من قتل المسلح بدوي حسون الذي كان يقود سيارة «بيك آب» عليها رشاش متوسط، كما قامت بتدمير السيارة بالكامل.
    وفي سياق منفصل اختطفت مجموعة مسلحة مساء اليوم الشيخ عبد القادر الراوى مفتي ديرالزور, فيما تتعقب وحدات الأمن السوري الفاعلين وعلى رأسهم المسلح قيصر هنداوي

  25. Christian dit :

    Il parait que les moukhabarats syriens étaient au courant que le pilote allait défecter car des membres de sa famille sont partis en Jordanie le 19 juin et qu’ils sont logés dans un hôtel 5 étoiles. Les moukabarats ont donc laissé la défection prendre son cours car ils avaient besoin de dénicher des cellules dormantes en Syrie. Ils ont joué le jeu jusqu’au bout allant même à négocier le retour du MIG… il parrait qu’il y avait de officiers israëliens en Jordanie attandant l’arrivée du MIG pour prendre les codes d’identification et les amener en Israël pour les décrypter. Ils ont par la suite donné ces codes à la Turquie et les deux F4 turcs venaient en Syrie pour bombarder des installations militaires et Al Jazira et Al Arabia étaient prêts à montrer que, grâce à un montage truqué, d’autres pilotes syriens sont en train de bombarder leurs propres installations… ils auraient digitalement remplacé les F4 par des MIG 21.
    Les moukabarats militaires ont ainsi donné l’ordre à l’aviation syrienne de ne faire aucune sortie ce jour la et que la DCA détruise tout avion entrant dans l’espace aérien syrien. Une fois que leur plan a échoué, les cellules dormantes ont été contactées, et j’espère qu’elles seront localisées très rapidement.

    • AVICENNE dit :

      Si cela est vrai, c’est magnifique !.

      Je suis fiers d’être à moitié syrien.

    • kegan dit :

      les syriens (mes frères) ont adoré cette nouvelle; merci Christian ;
      J’y donne d’autant plus de crédit que; au Canada (Vancouver), ils ont entendu à la télé que deux autres pilotes avaient fait défedction…

      • kegan dit :

        Ces abrutis (les canadiens) n’ont pas compris que le plan avait échoué !!!

        • Souriya ya habibati dit :

          http://www.dampress.net/?page=show_det&select_page=7&id=21087

          عملية اصطياد الغراب عملية مخابراتية سورية محكمة كللتها دفاعاتنا الجوية بالنجاح والأردن ينفي فرار 7 طيارين سوريين إليه

          C’est l’histoire complète de l’opération « La CHASSE au au corbeau » qui relate point par point, le début et la fin.. depuis la défection du traitre vers Amman jusqu’à la tombée du F4 sur l’espace syrien..
          Souriya Allah hamiha

          (AVIS aux traducteurs, c’est en arabe et c’est dommage que nos AMIS Infosyriens non-arabophones ne puissent pas suivre le fil d’Ariane point par point)

    • Cécilia dit :

      Merci Christian

      Cela répond aussi à certaines de mes questions posées sur la règle dans l’armée de l’air à savoir par deux, raison de plus, depuis octobre 1989 à l’époque où Bassam al-Adl, un autre pilote, est parti en Israél.

      il y a aussi la question de 5mn, un temps assez convenable pour que le système inti-aérien réagisse. La preuve, F4 américain a été abattu sans problème.

      Il faut souligner que le Mig 21 est trop vieux, seulement quelques rare exemplaires sont en état de voler en Syrie, il n’est plus utilisé pratiquement dans l’aviation que pour l’entrainement et encore.

  26. Christian dit :

    Hors sujet… « Le Qatar procède à l’acquisition de la France  »

    http://www.french.moqawama.org/essaydetails.php?eid=7241&cid=287

  27. Christian dit :

    Quatre messages syriens derrière la chute du chasseur turc:

    http://www.french.moqawama.org/essaydetails.php?eid=7238&cid=287

  28. BWANE dit :

    Vive la Syrie.

    • BWANE dit :

      Une bouteille à la mer. J’ai essayé 10 fois d’envoyer un commentaire sans aucun résultat. Il n’apparaît jamais en modération et je puis affirmer qu’il était des plus corrects. Puis-je savoir de quoi il retourne ?

      • Mohamed Ouadi dit :

        Bonjour Bwane,
        Cela m’arrive aussi, et j’ai relevé que Cécilia a soulevé la question aussi, si je ne me trompe, et je n’ai pas encore compris pourquoi ? Une fois, c’était à cause de liens que j’ai du supprimer, avant que ça ne prenne. Mais d’autres fois pour des raisons inconnues !
        Quand vous jetez une bouteille en mer, vous la voyez s’éloignez, là c’est pire, votre post disparaît dans le néant !?
        Cela n’a rien à voir avec la modération du site, je pense, à moins que ce ne soit un caprice de la technique informatique, au niveau de l’administration du site, ou en relation avec le débit du jus internet. Il faut essayer, ou tenter plus tard !
        Avec mes amitiés.

        • Charles dit :

          Cela m’est arrivé aussi hier (dimanche). J’ai pu envoyer un autre commentaire après plusieurs tentative avec le rejeté. Il y a quelques semaines, cela m’est arrivé plusieurs fois, des jours différents, avec un même commentaire. Comme s’il y avait un filtrage automatique sur certains mots…

      • Cécilia dit :

        Bonsoir BWANE

        Vous n’êtes pas le seul dans ce cas car il m’arrive à moi aussi de plus en plus.
        Je l’ai déjà mentionné ici une fois ou deux. Il faut dire que ce n’est pas de tout ni agréable ni pratique, il m’arrive même de m’… et de laisser tomber.
        Cependant, j’ai remarqué que si je déplace le commentaire ça marche.

        Je ne sais pas ce que Louis en pense ?

        • BWANE dit :

          Merci chers ami(e)s pour vos réponses, mais la chose demeure pour moi obscure (normal, je suis complotiste), ça doit être un caprice de ce savoir absolu appelé informatique et autres tics. Cela est d’autant plus étrange que mon post n’était qu’une sorte de réflexion autour des récents déboires des Merdogan en Syrie et ne contenait aucun lien. Mais bon, l’informatique a ses raisons que la raison ignore, et le chant des matelots est ailleurs. Bien à vous et VIVE LA SOUVERAINETÉ.

  29. Cécilia dit :

    Cécilia dit :
    24 juin 2012 à 3 h 52 min

    Lattaquié, village Kansabba au Sud Est de Lattaquié faisant ainsi la frontière entre Lattaquié et Idleb, donc très proche de la Turquie.

    Il y a trois semaines, les démocrates pacifistes étaient à l’œuvre dans ce petit beau village tranquille à majorité chrétienne orthodoxe et comme d’habitude, ils filment fièrement leurs exploits dont je cite quelques merveilles de leurs propres vidéos :

    1- l’attaque de la gendarmerie de Kansabba avec des mains nues (merci Juppé):

    http://www.youtube.com/watch?v=dXOgWZ43w-I&feature=share

    2- une fois à l’intérieur, ils cassent tout question de se calmer :

    http://www.youtube.com/watch?v=IO1YyR9lAMI&feature=relmfu

    3- l’attaque de la municipalité de Kansabba avec Allah Akbar. Vous n’avez pas besoin de comprendre l’arabe, les images parlent d’elles mêmes.

    http://www.youtube.com/watch?v=arbL0DUTpLA&feature=relmfu

    4- dans leur retrait tactique, ils ont mis le feu dans les fermes et la forêt en intitulant leur vidéo : « Opération de l’ASL contre la gendarmerie de Kansabba »

    C’est le village de la grande-mère maternelle de mon amie syrienne d’Avignon, âgée et malade, elle refuse de quitter son village, la famille prend de ses nouvelles par le curé de paroisse. La maison de la tente de mon amie fait partie des maisons brûlées par les terroristes.

    De même, on est toujours sans nouvelle de 17 policiers et gendarmes enlevés par les terroristes ce jour-là.

    http://topnews-nasserkandil.com/topnews/share.php?sms_id=18188

    Le gouvernement a été obligé d’envoyer un hélicoptère car les terroristes ont tendu un embuscade aux policiers qui ont essayé de venir en aide à Kansabba causant une perte importante parmi les policiers.
    Kansabba est un village un peu isolé géographiquement.

    D’après ma copine, l’armée est présente dans les environs depuis ce jour-là.

    Le reportage de la télévision syrienne sur place et à l’hôpital de Lattaquié avec les blessés :

    http://www.youtube.com/watch?v=w_9IpPqyzpA&feature=related

    http://www.youtube.com/watch?v=ANLay9hgtnw&feature=related

    Le correspondant d’arabi-press à Lattaquié, Sami Zarqa parle de Jalal Kadoum, un fermier de ce village, Kansabba, qu’un chauffeur du taxi l’a trouvé en plein sang au bord de la route et qui se trouve toujours dans le coma homme, il appelle le secours mais en attendant, il trouve avec lui, un papier sur lequel il était écrit « C’est le sort réservé à vous et à votre gouvernement ».

    A Saryoun, dans un village à côté et toujours selon le correspondant d’arabi-press, ils ont tué Qassem Kahilah avec sa femme épargnant leur petit garçon Ahmad en lui coupant tous ses doigts alors que la grande soeur, Jumanah, âgée seulement de 7 ans a pu s’échapper et se cacher dans le bois tout proche où personne n’a de ses nouvelles depuis. J’imagine la pauvre enfant terrorisée d’assister à ce rite barbare dans lequel les parents massacrés et les doigts du petit frères coupés. Quelle Clémence !

    Et à Salma, un petit village tombé aux mains des salafistes, l’émir réclame l’argent aux habitants pour ASL, celui qui refuse la première fois, on lui l’oreille, la deuxième c’est la mort découpé en morceau dont aucun animal sera le faire aussi bien !

    http://www.arabi-press.com/index.php?page=article&id=30813

    Un article en arabe et une photo du village Kansabba :

    http://www.shukumaku.com/Content.php?id=41628

    Quelques photos du village :

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=218033051551567&set=a.218032604884945.56918.217045554983650&type=3&theater

    Kansabba, un mot qui vient du syriaque qui signifie le nid de l’aigle, fait référence à sa position haute dans la montagne à 750 mètres d’altitude sur la mer, deux à trois milles habitants environs qui sont restés silencieux et à l’écart des événements en Syrie où toutes les communautés vivent en paix et harmonie. Cela dérange les diables salafo-takfiris, amis du Golf et les démocrates de BHL et consorts.

    Allah Akbar alekom ya mujrimin w ya irahbiyien !
    Allah est grand contre vous criminels et terroristes !

  30. Cécilia dit :

    Je n’ai pas pu résister devant cette vidéo !

    Des jeunes bénévoles syriens, filles et garçons, autour de leur armée quelque part à Damas où ils l’ont apporté aussi à manger et à boire, un peu de chaleur, de soutien et d’amour avec un grand merci à l’armée qui protège la patrie et le peuple.
    Magnifiques images !

    http://www.youtube.com/watch?v=cSZyNHdQqlc&feature=plcp

  31. vilistia dit :

    Voila les secrets de l’avion Turc et la fuite du pilote Syrien avec le MIG
    Ce n’est qu’une opération de contre espionnage de la part des renseignements militaire Syrien,(Nom de l’operation: “LA CHASSE DU CORBEAU”
    Apres avoir constater que le pilote Hamada avait des relation avec des Jordaniens le renseignement Syrien a poursuivi la surveillance,le 19/06 la famille Hamada quitte le Syrie pour un hôtel 5 étoiles en Jordanie,la poursuite des Agents Syrien continue,et elle constate une rencontre entre Agents israéliens Turc et Jordaniens.Tout est clair,reste pour les renseignements Syrien deux solutions arrêter Hamada et le MIG ou laisser l’opération se poursuivre,ils ont laissé l’histoire se poursuivre sous leur

    La suite est en arabe

    http://www.shamtimes.net/news_de.php?PartsID=1&NewsID=2645contrôle…

  32. hezbollah dit :

    Savez vous que le nom de Jésus est cité dans le Coran 500 fois de plus que le nom du prophète Mohammed (saw).

    http://youtu.be/3sbKQw4kYoc

    Que dieu bénisse la Syrie et maudisse les sionistes et les wahhabites.

    http://youtu.be/9sdmP9nWnV4

  33. Marie-Christine dit :

    Hors sujet, mais l’information et la vidéo méritent vraiment d’être diffusées !

    Andrey Pschenichnikov, 24 ans, a décidé de renoncer a sa citoyenneté israélienne et veut prendre la nationalité palestinienne.

    http://www.dailymotion.com/video/xrmz8u_press-tv-andrey-pshenichnikov-fr_news

  34. RoyL dit :

    Brillante (comme d’habitude) analyse de Pierre Khalaf:

    http://silviacattori.net/article3371.html
    Des messages à la Turquie et à ses maîtres
    25 juin 2012

    Avion turc:

    ** [... A]près avoir laissé entendre, par la bouche du président
    Abdallah Gul, que le F4 avait peut-être violé l’espace aérien
    syrien, la Turquie a fait marche arrière dimanche soir.

    [... C]es deux sons de cloche montrent l’existence de divergences
    au sein du haut commandement turc, entre ceux qui veulent éviter
    l’escalade qui risque de provoquer un conflit armé régional, et
    ceux qui n’hésitent pas à jouer avec le feu, quelles qu’en soient
    les conséquences.

    Tout à fait d’accord. De plus, il me semble qu’ils (les amis de
    l’OTAN) ne connaissent pas le sort des pilotes du F-4 abattu, un
    diagnostique précis étant rendu encore plus difficile à cause du
    fait que l’épave de l’avion se trouve en eaux territoriales
    syriennes et à grande profondeur. Ça ne serait ainsi impossible
    qu’ils essayent maintenant de forcer la main: [hypothèse] un ou
    deux pilotes survivants — capturés — par les syriens
    apparaissant soudainement et déclarant ceci ou cela. (Il n’y a
    que les vivants qui puissent parler; et il ne serait pas à
    exclure que les syriens détiennent quelques atouts — des
    prisonniers compromettants — dans leurs mains.)

    • RoyL dit :

      http://www6.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=69809&cid=18&fromval=1
      L’histoire complète de la chute du F4 turc
      25-06-2012

      ** l’avion ayant survolé à très basse altitude (ou les radars
      sont généralement moins efficace), il ne pouvait pas aller à une
      vitesse trop élevée; pour d’autres raisons aussi, mais aussi
      parce que des avions de chasse volant a très basse altitude sont
      assistés ACTIVEMENT par des ordinateurs dans leur navigation a
      cause des turbulences qui rendraient un pilotage manuel presque
      impossible.

      Pour se faire un idée: 1 Ma = 340 m/s

      avec 1 Ma (mach) la vitesse du son; imaginez vous une déviation
      de quelques degrés en survolant à une cinquantaine de mètres
      qu’est-ce que ça peut apporter.

      S’éjecter aussi dans ce conditions — en supposant de ne pas
      avoir été blessé ou tué sur le coup — ça ne doit être rien.

  35. Labaykyabashar dit :

    Si je pouvais choisir ma nationalité j aurais choisi la Syrie et je serais fière de mourir sous les balle des terroriste pour mon pays .