• Actualité
  •  

La nomination de Laurent Fabius comme ministre des Affaires étrangères n'est, a priori, pas particulièrement bonne pour la Syrie et ses amis. L'homme qui fut le plus jeune Premier ministre de la Ve République en 1984, et qui anima le "non" de gauche au référendum sur le projet de constitution européenne en 2005, avant d'incarner, un peu avant Arnaud Montebourg et Benoît Hamon,, la "gauche" du PS n'est pas - litote - un tiermondiste ni un adversaire déclaré d'Israël et [...]



Fabius au Quai d’Orsay : on a changé de Juppé ?

Par Louis Denghien,



Fabius entre Bernard et Bernard lors du meeting germanopratin "pro-syrien" de BHL, le 4 juillet 2011

La nomination de Laurent Fabius comme ministre des Affaires étrangères n’est, a priori, pas particulièrement bonne pour la Syrie et ses amis. L’homme qui fut le plus jeune Premier ministre de la Ve République en 1984, et qui anima le « non » de gauche au référendum sur le projet de constitution européenne en 2005, avant d’incarner, un peu avant Arnaud Montebourg et Benoît Hamon,, la « gauche » du PS n’est pas – litote – un tiermondiste ni un adversaire déclaré d’Israël et des États-Unis. En revanche, il s’est nettement positionné comme un ennemi de la Syrie telle qu’elle est : en avril 2011, au tout début de la crise, il s’était bruyamment déclaré en faveur d’une intervention de l’ONU, demandant même à Sarkozy de « durcir le ton » vis-à-vis de Bachar al-Assad, qu’il menaçait déjà de la Cour pénale internationale. Tout en reconnaissant que la situation en Syrie était « particulière » (par rapport à la Libye ?)

Avec BHL  contre Bachar

Mieux, c’est-à-dire pire, en juillet de l’année dernière, Fabius a participé au meeting-manip’ de Bernard-Henri Lévy sur la Syrie, un sommet de l’escroquerie intellectuelle et politique atlanto-sioniste (voir notre article « Escroquerie : Infosyrie était au meeting « pro-syrien » de BHL », mis en ligne le 5 juillet), y prenant même la parole : après avoir salué son ami « Bernard« , il y avait notamment dit que ne pas intervenir en Syrie reviendrait à délégitimer l’intervention en Libye. Mais il avait eu aussi une phrase ambigüe et alambiquée sur le risque de voir des pressions s’exercer depuis des pays limitrophes de la Syrie, et qui permettraient de ressouder l’opinion syrienne autour de ses dirigeants. Songeait-il à la Turquie ? Et notre homme de proposer plutôt des pressions « directes ou indirectes » sur la Russie et les membres des BRICS. Plus au niveau de l’Europe un renforcement des sanctions  sur les entreprises et intermédiaires financiers de Syrie ou travaillant avec la Syrie. Et Fabius avait conclu sa péroraison par une élégante pirouette historique, citant Hérodote, et accusant Bachar de « faire la guerre à son propre peuple« .

Bref, rhétoriquement et politiquement, Fabius faisait de la surenchère sur Juppé, et un concours d’interventionnisme et d’ingérence avec lui !

Plus récemment, au début de février dernier, François Hollande l’a envoyé en mission au Proche-Orient pour y faire mieux connaître celui qui était déjà son champion pour la présidentielle. Et certes, Fabius n’avait pas fait, alors, escale à Damas. Préférant rencontrer les responsables israéliens et qataris – et aussi palestiniens de Cisjordanie. Le futur successeur d’Alain Juppé était revenu « enchanté » de son périple. On espère que ce n’était pas parce que Shimon Peres et Ehud Barak lui avaient alors confiés que les Israéliens étaient prêts à intervenir en Iran ! Sans surprise, dans une interview accordée le 5 février au site israélien JSS News, Laurent Fabius, agent électoral de François Hollande, s’était déclaré un « ami d’Israël« . Une figure imposée des personnalités issues des forces politiques mainstream.`

À la limite, sa visite d’amitié au Qatar est plus inquiétante, car rechercher l’ »aboubement »  de son candidat auprès des pétro-potentats wahhabites et pro-OTAN, déstabilisateurs forcenés du monde arabe, n’est guère plus sympathique que de quémander le parrainage israélien.

Il n’y aura donc guère de changement à attendre de lui sur la crise syrienne : comme le veut depuis trente ans au moins les dures lois de l’alternance française, on a changé d’atlantiste et de sioniste. Il devrait faire « aussi bien » que Juppé en termes de déclarations médiatiques et de positionnement diplomatique. Oui, mais dans les actes ? Sa coloration de gauche socialiste – pour artificielle qu’elle puisse être – l’obligera – peut-être – avec une certaine prudence, et à ne précéder ni l’OTAN ni surtout l’ONU. Et la prudence de son présidentiel patron le contraindra peut-être à réfréner ses ardeurs. Et puis il y a la modification des rapports de forces depuis l’été dernier avec la solidité du régime, l’accélération de la dérive terroriste de l’opposition et l’apparition d’al-Qaïda dénoncée par l’ »ami américain ». Et puis bien sûr le renforcement du pôle international pro-syrien, qui a réduit l’Occident à une relative impuissance. Tout cela peut obliger le tandem Hollande-Fabius à une plus grande retenue – dans les faits – que le binôme Sarkozy-Juppé. C »est tout ce qu’on peut espérer dans l’immédiat.

Pour finir cet article, disons que, du point de vue pro-syrien qui est le nôtre, Laurent Fabius, en dépit de tout ce qu’on sait déjà de lui, ne pourra probablement pas être pire – quand bien même il le voudrait – qu’Alain Juppé.

ci-dessous, le lien vers l’intervention de Fabius à la réunion de BHL, le 10 juillet 2011 :



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

23 commentaires à “Fabius au Quai d’Orsay : on a changé de Juppé ?”

  1. Mohamed Ouadi dit :

    N’a-t-il pas revu son appréciation à la baisse après une année de deux poids deux mesures sur la couverture médiatique et le traitement politique des faits syriens : Bahrein et Syrie par exemple ? Et après une année de deux Syrie, une virtuelle et une autre réelle ?

    • Mohamed Ouadi dit :

      F.Hollande/Syrie: Assad espère un changement de la position française
      MOSCOU, 16 mai – RIA Novosti

      Le président syrien Bachar al-Assad espère que François Hollande prendra soin des intérêts de la France au Proche-Orient.

      « La mission de chaque président est de travailler pour le bien et dans l’intérêt de son pays », a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Rossia 24.

      Le chef de l’Etat syrien répondait à la question de savoir si la position de Paris changerait après la défaite de Nicolas Sarkozy.

      « Qu’est-ce que la France a gagné cette dernière année dans le cadre sa position envers la Syrie et la Libye? », a demandé M. Assad.

      « Vous savez que la France a participé à l’attaque militaire [opération internationale de l'Otan, ndlr] contre la Libye et qu’elle est responsable de la mort de centaines de milliers de Libyens », a indiqué le président syrien.

      Selon lui, le chaos qui règne actuellement au Proche-Orient constitue une menace pour les pays d’Europe du sud, dont la France.

      « J’espère que le nouveau président songera aux intérêts de son pays. Je suis persuadé que ces intérêts ne consistent pas à attiser le chaos et la crise au Proche-Orient et dans le monde arabe », a conclu le président Assad.
      http://fr.rian.ru/world/20120516/194726718.html

  2. Le phoenix syrien dit :

    Il ne faut rien attendre de François Hollande !
    Et c’est tant mieux que les syriens en soient conscients.

    • Purpan dit :

      Il y a les paroles et les actes.
      Avec la pression des médias, je vois mal Hollande changer d’opinion envers le régime de Bachar el-Assad.

      Mais ce qui serait indispensable, ce serait de quitter l’OTAN car je vous le rappelle, dans la charte de l’OTAN, lorsqu’un l’organisation entre en conflit, il est obligatoire de la soutenir militairement.

      Donc s’il vient a l’esprit de la Turquie d’attaquer la Syrie ou bien si Israël décide d’attaquer l’Iran, les USA peuvent engager l’OTAN et donc obliger la France a intervenir !

      La priorité, c’est donc de sortir de l’OTAN.

      Après les paroles restent des paroles et les sanctions sont Européennes (avec quoi qu’il en soit une pression britannique).

      Quitter l’OTAN c’est une question d’indépendance ! DeGaulle l’a bien compris !

  3. Souriya ya habibati dit :

    Nasser Kandil, dans une de ses interventions télévisées, a évoqué le périple oriental de Fabius, qui avait fait une escale à Beyrouth, avait rencontré son ami joumblatt, il lui a dit noir sur blanc « AL Assad ne tombera pas »; Fabius se basait, dans son assertion, sur plusieurs rapports de services secrets du monde entier.. Tous parlaient de la cohésion du régime autour du Président Bachar…

    « il y avait notamment dit que ne pas intervenir en Syrie reviendrait à délégitimer l’intervention en Libye », dites-vous, cher Louis?

    Attendons voir.. C.Powell et ses preuves légitimant l’invasion de l’Irak.. sont déjà dans les poubelles de l’Histoire…La mort ignominieuse de Kaddafi – le qualificatif est de Poutine – n’a pas encore livré tous ses secrets.. n’est-ce pas?!

    Je garde ma confiance à nos amis Français..

    Souriya Allah hamiha

    • Cécilia dit :

      « La mort ignominieuse de Kaddafi – le qualificatif est de Poutine – n’a pas encore livré tous ses secrets.. n’est-ce pas?!
      Je garde ma confiance à nos amis Français.. »

      Vous avez dit plus haut ce que je pensais tout bas. Merci Souriya !

      Dans les coulisses syriennes, certains parlent d’une valise qui a fait le voyage de Tripoli à Damas portant les derniers secrets de Kaddafi. Ce sont peut-être les Mémoires d’outre-temps de notre XIXème siècle.

      Souriya Allah hamiha !

      • Cécilia dit :

        A lire :

        « notre XXIème siècle »

      • Souriya ya habibati dit :

        « Dieu est Grand » disent nos amis musulmans.
        Allah yehmi Souriya

        • hezbollah dit :

          Légendaire discours de Kadhafi à l’ONU .

          Les médias occidentaux n’ont rapporté que le côté folklorique de Kadhafi en passant sous silence le contenu de son discours se limitant à ironiser sur la séquence où il déchire la charte des Nations Unies, acte pourtant extrèmement symbolique. Seule France 24 en Arabe a dans son premier journal aprés le discours de Kadhafi, déclaré  » Kadhafi a prononcé un discours historique devant l’Assemblée Générale des Nations Unies » avant de se rétracter le journal suivant et de se mettre au diapason; mais entre temps il y a eu un débat sincère sur le fonds du discours, tandis que sur France 24 en français et sur les autres chaînes françaises, Kadhafi est décrit comme « un terroriste »; pourtant, même décousu, même improvisé, le discours de Kadhafi est réellement historique dans le sens où il met l’accent sur l’injustice dans le monde et les abus des grandes puissances qu’il juge de terroristes.

          1603361-2152195.jpgPour sa première apparition officielle à l’Assemblée générale des Nations unies en 40 ans de pouvoir, le Colonel libyen Mouammar Kadhafi s’est éternisé à la tribune en prenant la parole durant plus d’une heure et 35 minutes, alors qu’il n’avait droit qu’à 15 minutes comme tout chef d’Etat.

          Le leader libyen s’en est pris au Conseil de Sécurité en particulier et au Monde occidental en général. L’ONU telle qu’elle est ne nous intéresse pas. Depuis la création de l’ONU, il y a eu environ 65 guerres que non seulement l’Organisation n’a pas pu empêcher mais certaines grandes puissances en ont contribué voire même directement participer.

          Le colonel libyen a stigmatisé le Monde occidental, condamnant son exploitation du droit de Veto dans le Conseil de sécurité, accusant les membres de déclencher la plupart des guerres pour préserver leurs intérêts. Pour lui, le droit de veto est contraire à la Charte de l’ONU, et a été utilisé par 3 ou 4 pays pour éviter les guerres en Europe à un moment où la plupart des pays du Sud étaient colonisés. Il a mis en doute la légalité des pays membres permanents (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine et Russie) . « Qui a donné à ces pays le droit de véto » s’est il exclamé. « Il est dit dans la Chartre que nous sommes tous égaux, sommes nous égaux ? » s’écrit il.

          Il a brandit un livret du texte constitutionnel des Nations Unis et l’a déchiré devant les chefs d’état étrangers présents dans la salle. Je voudrai savoir comment les quatre pays ont obtenu ces sièges permanents au Conseil de Sécurité des Nations Unies ? Qui les a élus ? C’est dictatorial et illégal et par conséquent nous ne reconnaissons pas cela.

          Le Colonel libyen qui a même menacé de se retirer a exigé que les prérogatives du Conseil de Sécurité doivent être transférées à l’Assemblée Générale des Nations Unies. « Vous êtes comme des décors, on se moque de vous. Vous êtes faits pour prononcer seulement des discours et pas plus », s’est adressé le colonel libyen aux chefs d’état présents, qui l’ont vivement applaudi. « ils ont besoin de nous s’ils veulent nous exploiter pour blâmer un pays faible, autrement dit, on nous marginalise, ils s’en foutent de nous (…) soit nous sommes égaux, soit nous nous retirons pour en créer une autre organisation (…) Nous ne pouvons pas accepter qu’on nous impose des sièges permanents, utilisés pour nous combattre.
          «Le Conseil de sécurité depuis sa création ne nous fournit pas la sécurité mais au contraire nous donne la terreur et les sanctions », a t-il dit. « Il est utilisé contre nous. Il ne devrait pas être appelé Conseil de Sécurité, il devrait être appelé « Conseil de la Terreur. »

          Le Conseil de Sécurité n’a jamais condamné un de ses membres (…) Par le passé, nous l’avons accepté parce que nous n’étions pas présents et nous a fait porter les vêtement datant de 1940 quand trois ou quatre pays ont voulu se protéger contre l’Allemagne. mais plus jamais maintenant. Il est hors de question d’accepter ce dictat », a ironisé le colonel libyen.

          « L’Afrique mérite un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies », a répété le Colonel libyen sous l’applaudissement, avant de demander aux pays qui ont colonisé les pays africains de verser une indemnisation de 777 milliards de dollars. Le colonel libyen a proposé des sièges permanents au Conseil de Sécurité à toutes les organisations régionales comme les pays Non Alignés, l’Union Africaine, la Ligue Arabe, l’Union des ex-union soviétique, l’Union Européenne, l’Amérique Latine.

          Mouammar Kadhafi a proposé le transfert du siège de l’ONU ailleurs en suggérant Vienne, Pékin, New Delhi et pourquoi pas Syrte en Libye. Il a mis en garde contre le risque d’un attentat contre le siège des Nations unies à New-York. Il a dit détenir des informations sûres livrées par des membres d’Al-Qaïda en prison en Libye. « Le siège de l’Onu est la cible d’Al-Qaïda », a insisté le leader libyen.
          Il a qualifié de terroristes les grandes puissances qui utilisent des bombes atomiques. Le leader libyen s’est dit rassuré par la nouvelle politique du président américain. Il a admis que l’actuel président Obama a changé de langage par rapport à ses prédécesseurs qui utilisaient un langage de peur et de terrorisme.

          Kadhafi a proposé une enquête sur toutes les guerres provoquées par les grandes puissances comme en Iraq, en Afghanistan, à Gaza, à Grenade, au Vietnam, à Panama. Il s’est posé la question sur les circonstances de l’exécution de l’ex-président irakien Saddam Hussein. Qui a exécuté Saddam Hussein le jour de la grande fête? Pourquoi étaient ils masqués les exécutants? S’est interrogé le leader libyen.

          En ce qui concerne le conflit entre l’Inde et le Pakistan sur le Cachemire, le colonel Kadhafi a déclaré la solution serait un Cachemire indépendant qui agirait comme un État tampon entre l’Inde et le Pakistan.

          Notant qu’aucune Afghan n’a attaqué les États-Unis le 11 Septembre 2001, Kadhafi a dit que l’objectif des talibans de constituer un Etat islamique n’était pas une menace. « Si les talibans veulent instituer un état religieux, d’accord, comme le Vatican, le Vatican ne constitue pas un danger contre nous? Non, » dit Kadhafi. « Si les talibans veulent créer un émirat islamique, qui a dit qu’ils sont l’ennemi ? » dit-il.

          Il a demandé la libération immédiate de l’ex-président panaméen Noriega et a condamné l’invasion de Panama par les Etats-Unis d’Amérique.

          Il a accusé le sionisme d’être derrière l’assassinat de Kennedy et demandé pourquoi des dossiers de crimes n’ont jamais été élucidés et purquoi leurs commanditaires n’ont jamais été inquiétés notamment ceux concernant des chefs d’Etat et des leaders politiques tels que Patrice Lumumba du Congo.

          Pour une solution en Palestine, Khadafi propose un seul pays démocratique dans lequel vit les deux peuples israélien et palestinien. Créer deux pays est une erreur a déclaré le leader libyen. Il a accusé le Monde occidental de haïr le peuple israélien ; ce n’est pas le Monde arabe qu le hait, au contraire c’est lui qui a apporté son soutien à ce peuple à l’époque où il était persécuté, selon le leader libyen. « Les Arabes, eux, ont abrité et protégé les Juifs à l’époque romaine et lors de leur expulsion d’Andalousie et à l’époque des fours crématoires d’Hitler », a déclaré le Colonel libyen.

          Pour la crise au Darfour, il a appelé à la transformation de l’aide internationale en projets de développement réels. Il a accusé l’occident d’avoir compliqué la situation dans le Darfour en défendant ses intérêts égoïstes.

          Il a qualifié tous les pays qui pèchent dans les eaux territoriales somaliènnes de « véritables pirates ».

          Il a fustigé l’AIEA la taxant de partialité et rapportant la réponse de son Directeur Général Mohammed El Bardaï selon lequel le contrôle de l’Agence ne s’éffectue que dans certains pays et pas d’autres auxquels les inspections sont « interdites ». Il a milité pour un Moyen-Orient dénucléarisé sans nommer précisémment Israël.

          Sans surprise, le colonel Kadhafi a également critiqué la justice internationale et, en particulier la CPI, la Cour pénale internationale: « Il est facile d’envoyer Charles Taylor et Hissène Habré à La Haye. Et pourquoi pas ceux qui sont responsables de la guerre en Irak ? ». Il a demandé la traduction devant le Tribunal Pénal International des responsables israéliens pour crimes de guerre à l’encontre des palestiniens à Gaza, en territoires occupés et à Dabra et Chatilla. Pourquoi seuls comparaissent ceux dont vous avez détruit les pays ? Regardez la Yougoslavie, elle était unie sous Tito, et vous l’avez balkanisée, ensuite poussée les conflits ethniques.

          Sur les Droits de l’Homme et les Conventions de Genève, il a soulevé le cas des prisons de Guantanamo à Cuba et Abou Ghaib en Irak.

          Il a pointé du doigt les industries pharmaceutiques coupables selon lui de la prolifération de virus comme une arme pour ensuite produire l’antidote; il réclame à ces firmes de distribuer gratuitement le vaccin et prédit que le prochain virus sera « marin » et proviendra de la consommation de poisson.

          Dans son intervention, le Colonel Kadhafi s’est plaint des tracasseries qu’ont rencontrées certains Chefs d’Etat pour arriver à New-York. « certains chefs d’Etat m’ont informé de leurs difficultés à obtenir des autorisations d’entrée pour leurs délégués… un copilote d’un chef d’état empêché de rentrer en Amérique puisqu’il est persona-non-grata! Un garde corps d’un autre s’est vu refusé le visa! Un chef d’état est arrivé sans son médecin empêché de l’accompagner! « On se permet même de nous limiter le périmètre à ne pas dépasser lors de notre séjour à New-York! Nous ne sommes pas dans la prison de Guantanamo », s’est insurgé le leader libyen qui semble avoir perdu son sang froid quand il a lancé un livret blanc à la figure de son représentant au Conseil de sécurité des Nations Unies, le Dr. Ali Abdelsalam Tireki.

          Depuis l’invasion de l’Irak par l’armée américaine sans mandat de l’ONU, celle-ci a perdu de sa crédibilité; Kadhafi n’a fait que rappeler ce fait; son discours, ironisé par les médias occidentaux est pourtant applaudi par tous les pays du Sud et des non alignés, ceux qui ont souffert de la colonisation et du vol de leurs richesses, c’est à dire 4 habitants sur 5 de cette planète si injuste et si déséquilibrée. Kadhafi a osé dire tout haut ce qu’aucun chef d’Etat n’a osé dire à l’ONU sur le diktat des « puissances », mais que tout le monde pense tout bas.

          Allah yarhmou

          Concernant Laurent Fabius,il ne faut pas se faire d’illusion, la politique étrangère de la france sera sioniste.

          C’ est le CRIF qui décide en France .

  4. Mohamed Ouadi dit :

    Les leaders de l’OTSC ont adopté une déclaration sur les approches communes envers la sécurité, annonce RIA Novosti. Les leaders de l’Organisation du traité de sécurité collective ont adopté une déclaration reflétant les approches collectives envers les problèmes-clé de la sécurité internationale, a déclaré le président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev pendant une réunion élargie du sommet de l’OTSC à Moscou. Nazarbaïev a annoncé que les leaders de l’OTSC ont discuté des questions du développement des mesures collectives pour résister aux menaces et aux défis qui proviennent du territoire de l’Afghanistan. Outre cela, la situation au Proche-Orient, les événements en Syrie et le programme nucléaire iranien étaient aussi au titre du jour. Actuellement l’OTSC se compose de sept pays : l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, la Kirghizie, la Russie, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan.
    http://french.ruvr.ru/2012_05_16/74902542/

    • Mohamed Ouadi dit :

      L’OTSC préoccupée par la situation en Afghanistan et en Syrie
      MOSCOU, 15 mai – RIA Novosti

      L’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC: Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Russie et Tadjikistan) est préoccupée par la situation en Syrie et en Afghanistan, ont déclaré mardi les chefs d’Etat de l’OTSC réunis dans la capitale russe.
      « Nous préconisons un règlement rapide de la crise par le peuple syrien et le respect de la souveraineté de la Syrie », lit-on dans une déclaration adoptée par les dirigeants de l’OTSC. Les dirigeants ont appelé à ce que le plan proposé par l’émissaire spécial de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie Kofi Annan soit appliqué.
      L’OTSC s’est en outre dite prête à coopérer avec toutes les institutions internationales, y compris avec l’ONU, l’OTAN, l’OSCE et l’OCS (Organisation de coopération de Shanghai: Chine, Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Russie, Tadjikistan).
      Le prochain sommet de l’OTSC se tiendra à Moscou fin 2012, a annoncé le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev à l’issue de la rencontre.
      http://fr.rian.ru/world/20120515/194713953.html

  5. Mohamed Ouadi dit :

    Syrie: Moscou et Pékin défendent la stabilité et non le régime (Assad)
    MOSCOU, 16 mai – RIA Novosti

    La Russie et la Chine ne défendent pas le régime syrien mais la stabilité au Proche-Orient, a déclaré mercredi le président syrien Bachar Assad dans une interview à la chaîne TV Rossia 24.
    « Ils ne me défendent pas en tant que président. Ils ne défendent pas le régime, quoique je n’aime pas ce terme, mais la stabilité dans la région. Ils comprennent bien l’importance géopolitique et le rôle de la Syrie (au Proche-Orient) », a indiqué M.Assad.
    L’absence de ce soutien provoquera un chaos qui, « après la Syrie, peut se propager partout. Ce n’est pas de la Syrie qu’il s’agit, mais de la stabilité internationale », a ajouté le président.
    Depuis la mi-mars 2011, la Syrie est secouée par un mouvement de contestation du régime de Bachar Assad. Selon l’ONU, la confrontation armée y aurait déjà fait plus de 9.000 morts et quelque 230.000 réfugiés. Damas affirme pour sa part que plus de 2.500 policiers et soldats syriens, ainsi que plus de 3.200 civils ont été tués dans des affrontements contre des bandits financés de l’étranger.
    Préoccupées par une possible réédition du « scénario libyen », la Russie et la Chine ont bloqué à deux reprises l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant la répression en Syrie. Plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis, ont appelé la communauté internationale à pousser Moscou et Pékin à changer de position sur la crise syrienne.
    http://fr.rian.ru/world/20120516/194726646.html

  6. lafleuriel dit :

    Voila c’est BHL !Bon la lutte continue !

  7. Marie-Christine dit :

    ATTENTION, ATTENTION, BHL n’est pas mort et tente un come-back nauséabond sur la Syrie, à la tribune hautement médiatisée du Festival de Cannes, par l’intermédiaire de son film (les avatars de notre philosophe sont décidément bien multiples…), « Le printemps arabe », qui y est affiché en toute non-discrétion.
    Notre nouveau ministre des Affaires étrangères, laurent Fabius et BHL : le rapprochement n’est pas complètement fortuit…
    pour plus de détails sur l’opération, ce lien :

    http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Dina_Chamseddine.160512.htm

    • Marie-Christine dit :

      Erreur : le nom du film de BHL, « Serment de Tobrouk » (séance programmée pour le 25 mai), et c’est à l’occasion de l’hommage (?) que le Festival de Cannes veut rendre au « printemps arabe ».

    • Romain dit :

      Heureusement qu’il y a un film de guerre russe ( « Dans la brume ») pour avoir autre chose que de la pleurniche et des bons sentiments à ce festival !

  8. chb dit :

    Cette aventure syrienne, décidément un bâton merdeux ? Ce doit l’être pour le pauvre Fabius… Car le souci exprimé à plusieurs reprises par A. Juppé de ne pas pouvoir unifier l’opposition à B al Assad (autour de Galioune par exemple, oint représentatif par les Amis de la Syrie au moment même où des dissensions enflaient entre ASL, CNS etc.) va poser un problème à notre nouveau ministre des AF : va-t-il le reprendre à son compte ? Il mettrait ainsi ses pas dans ceux de la droite, après avoir bouffé son chapeau sur le TCE pour rentrer dans le giron socialo-européiste : pas très confortable, quand même, à la remorque d’un Hollande qu’il méprisait ostensiblement.
    Or, l’unité éventuelle des opposants armés + intellos expatriés « syriens », si elle est extérieurement un obstacle à la victoire des révolutionnaires, ne ferait qu’affaiblir ce qui reste de cette opposition : il leur faudrait alors être représentés valablement auprès de K Annan (et donc participer à la fois au cessez le feu et à des négociations), afficher un programme de gouvernement, envisager une sorte de démocratie avec des élections où le peuple « libéré » leur ferait sentir douloureusement la détestation qu’ils inspirent…

    La dispersion de forces rebelles, mercenaires mais incontrôlables, est essentielle à la continuation de la déstabilisation de la Syrie par le chaos maximum, et très pratique pour la « crédibilité » de la propagande qui accuse en bloc le régime pour quasiment tous les morts constatés (ou inventés).
    Pour autant, les acrobaties « diplomatiques » de Juppé ne pouvaient durer, se situant dans une fuite en avant nécessaire pour cacher les magouilles Otan/CCG… ONU. Une solution (simple?) serait, à l’occasion du raout de Chicago, de saisir LA raison humanitaire – qui ne manquera pas de se présenter miraculeusement – d’utiliser les troupes internationales massées en Jordanie pour prendre l’armée syrienne en tenaille. Et d’en finir presto avec le régime sanguinaire qui a le mauvais goût de mettre en place une démocratie non adoubée.

    Evidemment, les medias aux ordres ont bien du mal à maintenir à flot la description officielle de la situation, en particulier quand les USA admettent leur implication renouvelée dans le soutien aux insurgés après avoir reconnu la présence d’al Qaeda sur le terrain.

    Evidemment, l’écrasement éclair prévu de la dictature Kadhafi n’avait été ni assez rapide ni totalement justifié aux yeux des citoyens / contribuables (tiens, cela pourrait être un élément du bon score de LePen, Marine et surtout son père ayant eu, astuce, le discours le plus clairement anti impérialiste du lot…). Plusieurs mois d’une guerre, encore plus destructrice contre Bachar al Assad que contre le guide lybien vu la configuration des lieux et le soutien annoncé des russes, feraient du dégât aussi dans l’opinion française. Sans parler de probables débordements du conflit, et élargissement dans cette zone si sensible : quel sort pour l’Israël, pas encore prête à l’Apocalypse du messianique Netanyahou ? Quid de la stabilité des pétromonarchies, qui jugulent encore les printemps chez elles ?

    Pauvre Fabius…

  9. Christian dit :

    Fabius est en train de lire les propos de BHL… meme racailles.

    • lafleuriel dit :

      Oui mais on va le voir à l’oeuvre sur le problème palestinien et sur les différents problèmes au Moyen Orient et la montée des islamistes …sur ce sujet les socialistes ont une position qui ne peut être entièrement sioniste ! surtout pour une France qui après tout n’est de gauche qu’à moitié… et malgré tout il ne peut pas représenter que sa propre orientation et s’afficher avec son ami BHL dont, à par lui et Moscovici, tout le monde se moque… Mais quand même, mettre à ce poste ce Fabius qui traitait son futur président et employeur de » Fraise des bois », il y doit y avoir chez Hollande qui n’a pas l’air d’avoir la mémoire courte et la rancune à zéro(voir son adieu très fielleux à Sarko) un calcul qui se dévoilera à la longue.A mon avis, il est là parce qu’il était moins nocif que dehors mais il peut ensuite être viré. Fabius est quelqu’ un qui a un passé de grosses casseroles et il est l’auteur de ratés récurrents et d’erreurs coupables. Il y a pas mal de morts derrière lui, victime du sang contaminé plus les morts du Rambo (deux je crois ou …mais j’ai oublié..); ET bon les Sarkozystes vont les avoir à l’oeil et les électeurs de le Pen aussi..Il va falloir suivre les législatives et décoder.
      Et bon pour Hollande on peut toujours utiliser pour dénoncer les écarts, les petits noms agréables que li donnaient ses proches amis (et groupi(e)s de DSK tout est lié…

  10. Djazaïri dit :

    Quelques remarques:
    - Fabius n’est pas ministre d’Etat. Il n’est pas donc une sorte de vice-Président. Cela réduit son influence.
    - FH souhaite sortir d’Afghanistan, cela montre:
    — son moindre tropisme atlantiste,
    — son analyse réelle de la puissance militaire et économique de la France. La France est exsangue; elle est « en faillite » (dixit FILLON).

    Conclusion: La France de FH devrait moins être tentée par l’aventurisme. Cela laisse un temps précieux à la Syrie laïque. Ceci dit, la société française doit se mobiliser contre toute velléité guerrière de Fafa. Vigilance et mobilisation.

  11. bodobodo dit :

    une ordure qui remplace une autre ordure

  12. RoyL dit :

    > Avec BHL contre Bachar … ne pas intervenir en Syrie
    > reviendrait à

    « Quelle meilleure année pour un Château Cheval Blanc »?!, comme
    déclarations *plus sages* (et matière de discussions dont ils
    poudraient être même compétents, pour une fois)?

    http://www.voltairenet.org/La-guerre-de-Libye-aurait-pu-mal
    La guerre de Libye aurait pu mal tourner pour les Alliés
    9 novembre 2011

    [U]n rapport des services de l’Institut des forces royales
    britanniques [...]

    [L]es forces franco-britanniques, aussi bien aériennes que
    navales, ont été rapidement épuisées et n’auraient pas pu
    poursuivre l’opération un mois de plus (ce qui a conduit les
    états-major à attaquer Tripoli fin août quel qu’en soit le prix
    humain). Le vaste déploiement maritime allié était mal coordonné
    et se serait avéré très vulnérable si les Libyens l’avaient
    attaqué. [...]

    La Libye, MM.!!!