• Actualité
  •  

Nous avons déjà eu l'occasion de signaler les prises de position hétérodoxes, au sein de l'opposition syrienne, d'Haytham Manaa, qui a condamné en termes très nets le bellicisme et l'instrumentalisation par les Occidentaux du CNS. Opposant chevronné à Bachar - dont il demande le départ - Haythan Manaa a notamment boycotté avec ses camarades de la Comité national de coordination pour le changement démocratique (CNCD) l'imposture politique de la conférence des "Amis de la Syrie " de Tunis, laquelle conférence [...]



Haytham Manaa dénonce le Qatar, et les mercenaires étrangers

Par Louis Denghien,



Haytham Manaa appelle un chat un chat, et les bandes armées des assassins et des fanatiques

Nous avons déjà eu l’occasion de signaler les prises de position hétérodoxes, au sein de l’opposition syrienne, d’Haytham Manaa, qui a condamné en termes très nets le bellicisme et l’instrumentalisation par les Occidentaux du CNS. Opposant chevronné à Bachar – dont il demande le départ – Haythan Manaa a notamment boycotté avec ses camarades de la Comité national de coordination pour le changement démocratique (CNCD) l’imposture politique de la conférence des « Amis de la Syrie  » de Tunis, laquelle conférence trustée par les Etats-Unis, la France et les pays du Golfe a reconnu le CNS comme principal représentant du peuple syrien. Manaa conteste cette représentativité du CNS, dont tout l’organigramme est exilé, quand la plupart des membre de la CNCD sont en Syrie (voir notre article « Sommet de Tunis : boycotté cette fois par la partie la plus patriotique de l’opposdition radicale », mis en ligne le 24 février). Et il conteste aussi, avec encore plus de force, l’option de l’intervention militaire étrangère – de l’OTAN pou être précis – agitée depuis des mois par les gens du CNS, comme celle de l’armement direct des insurgés, réclamé à l’ONU et à Tunis par le Qatar et l’Arabie Séoudite.

« Dehors les djihadistes et les tueurs étrangers ! »

Dans un entretien accordé à une chaîne arabe et diffusé sur You Tube, Haytham Manaa s’en prend, de façon véhémente, et apparemment depuis Paris, à cette dernière revendication des « Golfistes » : pour Manaa, cet appel qataro-séoudien est tout simplement irresponsable, surtout émanant de gens qui répriment les chiites chez eux. Par ailleurs, la figure de proue du CNCD dénonce l’existence des combattants étrangers en Syrie : « Nous avons plus de cent cadavres étrangers » sur le terrain dit-il au journaliste. Et il affirme que les récents attentats d’Alep et de Damas sont le fait par ces combattants étrangers : « Nous sommes certains de cela ! » martèle Haytham Manaa. Qui, à l’intention des combattants étrangers de Syrie, lance : « S’ils veulent faire le djihad, qu’ils aillent en Arabie ou Qatar, mais qu’ils ne viennent pas chez moi. Nous refusons que la Syrie devient une nouvelle Bosnie ! »

Que ceux « qui viennent en Syrie pour tuer au nom de Dieu les alaouites et nossairites (une secte chiite) restent à l’extérieur de la frontière syrienne« , a encore le temps de crier Manaa qui stigmatise « ces appels de fous, de charlatans qui pensent parler au nom de l’Islam« . « Qu’ils restent hors de la Syrie car cela va détruire non seulement la Syrie, mais également toute la région ! »

En une minute, tout ou presque est dit par cet opposant, universitaire sur-diplômé et auteurs de dizaines de livres, dont le patriotisme et l’honnêteté intellectuelle le distinguent définitivement de Burhan Ghalioun et des tristes sires du CNS. Il faut vraiment souhaiter que lui et ses amis acceptent le dialogue avec le gouvernement, quels que soient les griefs accumulés, les torts commis. Pour l’apaisement et la reconstruction de la société syrienne. Pour l’indépendance et le bien de la Syrie.

 

Ci-dessous le lien vidéo (nous remercions – une fois de plus – Cécilia pour la traduction) :

http://www.youtube.com/watch?v=_MRNVCDnAmo&feature=channel



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Vous pouvez répondre, ou faire un lien depuis votre site.

52 commentaires à “Haytham Manaa dénonce le Qatar, et les mercenaires étrangers”

  1. l'ingenue dit :

    Voila un vrai opposant respectable.Honnete envers lui meme et envers la Syrie .Il n’est pas pret à s’allier avec le diable pour arriver au pouvoir ,comme ces gens du CNS

  2. machiavel dit :

    Enfin,les choses se clarifient.J’avais beaucoup d’estime pour Mr Haytham Manaa pour ses prises de positions en matière de droits de l’homme puis, un moment donné, cette image de l’homme intellectuel,humaniste et droit a été brouillée dans mon esprit à cause de la confusion induite de par sa relation aussi confuse avec les divers cercles de l’opposition syrienne par rapport aux événements dramatiques provoqués en Syrie.L’Homme,après tant de mois de malheurs et de souffrances dues à l’action de terroristes téléguidés par les plus ignobles des régimes qui puissent exister sur terre,se rend finalement compte que l’euphorie et la confusion qui l’a accompagnée lors du lancement des hostilités en plein coeur de Syrie, n’ont pas atteint les objectifs que les tireurs de ficelles en attendaient.Force de noter que ni Bachar al-Assad ni l’administration syrienne ne sont partis parce qu’il y a quelque chose et il reste quelque chose,reconnaissons-le,de sérieux et de crédible dans ce régime tant décrié.Mais,ne dit-on pas que ce qui est grave chez l’homme,c’est que tout en étant conscient de ses erreurs, il persiste dans son aveuglement et son égarement;mais lorsqu’il prend l’initiative de redresser et de corriger ce qui devrait l’être, cet homme fait preuve de courage et d’honnêteté intellectuelle que l’histoire saura lui reconnaître.Cette maxime,avec toute ma modestie et tout le respect que je dois aux uns et aux autres,s’appliquerait parfaitement d’abord au Président Bachar el-Assad qui a, dès son élection,contestée certes,à la présidence de la République, fait preuve de bonne volonté pour réformer le régime que la Syrie a hérité de contextes historiques et géopolitiques déterminés.Il a en outre juste au début des événements en 2011, mis en oeuvre toute une batterie de mesures tendant à démocratiser le pays, ce que les ennemis de la Syrie ont ignoré et même empêché qu’elles soient réalisées.Les déclarations franches et nettes de mr Haytham, empruntes de dignité et de responsabilité et sachant faire le tri entre les bassesses des régimes rétrogrades du Golfe et de leurs maîtres à penser de l’occident ainsi que de leurs voisins sionistes,et entre les grandes visions de l’intérêt supérieur de son pays la Syrie,visions en somme du parfait démocrate,ces déclarations et ces prises de position de mr Haytham sont venues à point nommé pour faire échec à ces meurtrières et vaines tentatives de déstabilisation de la Syrie et partant,conforter les efforts du pouvoir syrien dans son plan de redressement du pays.De ce point de vue,on ne peut qu’applaudir mr Haytham ainsi que tous les citoyens syriens,du CNCD ou citoyens lambda,et les encourager à s’impliquer ouvertement et sans hésitations,dans cette grande oeuvre de démocratisation que tous appellent de leurs voeux.Pour conclure,et si je peux faire un rêve pour la Syrie,le Président Bachar el-Assad ferait un geste historique et hautement symbolique s’il ouvrait la porte du pouvoir aux personnalités de l’opposition intérieure dont mr Haytham, pour mener et piloter elles-mêmes,ces projets de réforme qui,faut-il le rappeler,ne sont pas faciles à réaliser dans le contexte et l’environnement qui sont ceux de la Syrie.

  3. Merrick dit :

    Comme vous le précisez « tout ou presque est dit par cet opposant ». Il a bien analysé les tenants et les aboutissants de la déstabilisation de son pays !
    Cela étant dit, demander le départ de Bachar n’est pas très démocrate … normalement c’est par les urnes que cela se décide !

    • Syrienne Libre dit :

      Cela dit, avoir le fils d’un homme arrivé au pouvoir par un coup d’état militaire , n’a rien de démocrate… normalement c’est par de vraies élections que ça se décide!

      • joska dit :

        SL parlez à vos chefs de file au Qatar si la démocratie est de mise et que font-ils des opposants chiites dans ce pays et en Arabie Saoudite? De quoi faire vomir avec votre démocratie à l’envers!

        • Syrienne Libre dit :

          joska
          c’est comme si je vous disais « Allez voir les victimes libyennes des bombes démocratiques que votre pays otnaesque a lancées! » sous prétexte que vous êtes en France…
          De quoi faire vomir, en effet…

      • Merrick dit :

        Que cette opposition qui se dit « démocratique » le soit jusqu’au bout ! Mais apparemment cette opposition souhaite également prendre le pouvoir par un coup d’état militaire !

  4. Charles dit :

    Pour complément d’information (et peut-être ne pas trop de faire d’illusions), voici la traduction de l’italien de l’interview de Haytham Manna par Geraldina Colotti pour Il Manifesto, daté du 01/03/12, (http://www.ilmanifesto.it/attualita/notizie/mricN/6661/)

    Question : Selon quelques sources, un groupe de soldats français a été arrêté en Syrie pendant qu’il instruisait l’opposition armée fondamentaliste. Un schéma déjà vu dans les évènements libyens.
    Haytham Manna : Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé ne supporte pas les filles voilées dans les lycées de l’Hexagone, mais il n’a aucun scrupule à financer la droite islamique et néolibérale en Syrie. Peut-être croit-il être encore en 1940 et avoir toujours le mandat sur notre pays. Disons clairement que ni les conseils ni les aides intéressées ne nous servent, seulement la solidarité concrète des mouvements progressistes arabes et dans le monde. Avec son attitude répressive et sécuritaire, le régime est le premier responsable de l’envenimement, même armé, du conflit. Mais il existe des interventions extérieures qui nous nuisent : elles éloignent de nous une grande partie des masses pacifiques et créent des divisions avec les autres communautés existantes dans le pays. Nous sommes allergiques à l’exemple libyen.
    Q : Selon le quotidien israélien Haaretz, 49 officiers turcs auraient été arrêtés en Syrie tandis qu’il apportaient des armes aux rebelles islamiques, épaulés par le Mossad. À quoi vise cette ingérence, à “balkaniser” le pays ?
    HM : Nous sommes le troisième pays au monde pour le nombre de réfugiés à l’intérieur, surtout palestiniens. Le régime les a accueillis parce que notre peuple a toujours appuyé les Palestiniens. Pour le reste, nous repoussons toute manœuvre extérieure, nous ne voulons pas de la soi-disant médiation de la Turquie, repoussée tant par les chrétiens que les Kurdes et les Arméniens, lesquels ont menacé de prendre le maquis si la version turque prenait pied. Nous avons demandé au CNS des garanties précises sur le refus de l’intervention militaire et sur la désacralisation de la vie civile et de l’État. Ghalioun a signé. Nous ne voulons pas de couloirs humanitaires qui masqueraient l’intervention de soldats étrangers. La Syrie ne doit pas devenir une arène politique pour les grandes puissances. Nous avons forgé un slogan : merci à la Turquie, mais la solution est syrienne. Notre révolution — basée sur les principes progressistes de dignité et de liberté — est authentique.
    Q : Le référendum de dimanche a dit oui à la nouvelle constitution. Un pas en avant vers la détente ?
    HM : Rien en fait. Ce sont des modifications de façade, il n’y a pas de vrai processus constituant. Sur la base de ces normes, les dirigeants de l’opposition pourraient au maximum devenir maires de leurs propres villages, non avoir des charges politiques ou administratives au niveau national. Nous voulons un processus de transition de A à Z. Nous voulons un État démocratique qui réponde aux besoins de la population et ne la réprime pas, qui ait de bons rapports tant avec la Russie et la Chine qu’avec les États-Unis. Pour cela nous soutenons le plan de la Ligue arabe, qui a été accepté par tous, même par le régime. Nous demandons à la Russie et la Chine de se démener pour aboutir à une conférence entre les parties. Pour en finir avec la famille Assad.
    Q : Une solution sur le modèle yéménite ?
    HM : Non, sur le modèle syrien.

  5. Maroquino dit :

    respect

  6. sirènelibre dit :

    je trouve que manaa est un homme honnête ,courageux ,surtout il dénonce
    l’ingérance du qatar et de l’arabie-saoudite dans les affaires de la syrie,
    et le désaccord avec le cns de ghalioun qui sont soutenus ,financés par le pays du golf !

  7. Ulpien dit :

    A mon avis, Haytham Manna devrait se rendre compte, qu’au moment donné, ce serait suicidaire pour lui et pour la Syrie, de suivre son propre chemin, contre le gouvernement et contre le CNS. Comme nous le savons, les gens du CNS et toute la canaille occidentalo-golfiste exploitent toutes les possibilités et tous les moyens – même les plus criminels – pour détruire la Syrie. Il devrait donc s’aligner au processus de réformes proposées par le gouvernement, s’appuyant aux efforts de la Russie et de la Chine, pour sauver la souverainité et la laicité de la Syrie, des principes qui lui aussi, il défend. Le gouvernement syrien, par contre, devrait enfin garantir, que Manna et des autres opposants peuvent s’exprimer et se donner un profile en vue des élections législatives. La vraie démocratie en Syrie ne s’effectuera pas par une révolution octroyée par l’extérieur, mais par des élections.

    • mécréante dit :

      J’aprouve à 100 %

      • Byblos dit :

        Attention aux propos angéliques. Personne ne peut être contre la vertu. Encore faut-il que la vertu soit opérationnelle. Manaa veut avoir de bons rapports avec les USA. Hafez el Assad les voulait aussi. Les USA lui ont même donné (de quel droit?) un mandat sur le Liban en 1990, en contrepartie de sa participation à la première guerre d’Iraq. Bashar a tout fait pour séduire les USA. Il a libéralisé le système économique pour plaire au padrino US. Mais en 2005, les USA ourdissaient tout un plan pour sortir la Syrie du Liban, après l’y avoir invitée. Il fallait à nouveau l’isoler comme en 1973.
        Il existe, tout le monde le sait, un vaste plan pour provoquer le «chaos constructif» en vue de redessiner la carte du Grand Moyen Orient depuis le Maroc jusqu’au Pakistan.
        Manaa ne pipe mot de toutes ces questions. Il veut le départ d’Assad. Na!
        C’est quelque peu infantile. L’infantilisme n’a jamais bâti une politique. Et surtout pas dans des temps troubles comme ceux que nous vivons.

        • mécréante dit :

          Oui mais son intelligence sera utile pour le pays…
          C’est vrai que bien que brillant intellectuel le bord politique de Mannaa n’est pas claire, pour moi. En même temps, c’est le cas des politiciens syriens, à part pour le parti communiste et les frères musu.

        • Marie dit :

          absolument d’accord avec vous Byblos

  8. amical dit :

    Haitam l’ingmatique

    Cette figure de proue de l’opposition interne, dite patriotique suscite, des interrogations quant à son attitude et celle de son mouvement.
    En effet d’un coté ce personnage durcit, de plus en plus le temps, vis à vis l’opposition inféodée aux puissances étrangères, d’un autre coté, il refuse jusqu’à maintenant de s’inscrire dans un dialogue interne pour casser le complot contre son pays.
    En refusant de dialoguer directement avec le gouvernement, il donne l’impression de cautionner implicitement l’action des comploteurs, autrement comment expliquer cette attitude.
    Quelque part, j’ai l’impression qu’aussi bien l’opposition de l’extérieur que celle de l’intérieur ne veulent pas prendre le risque de se présenter devant le peuple pour accéder aux pouvoir car ils savent qu’il y a de très fortes chances d’être désavouer face à un président qui reste le personnage le plus populaire en Syrie.
    Pour éviter un éventuel camouflet les deux oppositions attendent que le président soit destitué par le complot des armes pour les uns ou par le complot des institutions internationales pour les autres. Vu sous cette angle, il me semble que l’opposition radicale de l’intérieure rejoint celle de l’extérieur.
    Il est temps que monsieur Haitam Manaa se débarrasse de quelques uns de ses fantasmes pour être à la hauteur des exigences du moment. Il ne faut pas que ce monsieur et les seins attendent que le président Bachar fasse tout le sale boulot (ce qu’il est entrain de faire courageusement) pour se décider enfin à dialoguer. Il faut que ces gens sachent qu’après l’heure ce n’est plus l’heure et la mémoire du peuple n’oublie rien.

    • Charles dit :

      C’est bien ça : finalement les deux oppositions se retrouvent du même côté de la barricade. Haytham Manna fait partie, quoiqu’il dise et qu’on veuille, des vaincus de Baba Amr. Ils les innocente et incrimine Bachar al-Assad (qui serait responsable du conflit armé). Il rame pour essayer de se rattraper, mais il est sans doute déjà trop tard pour lui.

  9. klashin dit :

    La CNS est financée par la racaille du Golfe : c’est vrai
    M.Manaa est financée par qui ??????Vivre a Paris c ‘est pas bon marché
    Merci pour l éclairecissement …

    • mécréante dit :

      Entre autres qualifications Mannaa est médecin (de l’université de Damas) spécialiste (de l’université de Paris), ce qui en générale permet de gagner sa vie Monsieur Klashin. De plus le CNS achète des armes et pas Manaa !
      A 61 ans il peut très bien être retraité en plus !!!

      • Loubnan dit :

        C’est juste. M. Mannaa est un opposant politique à Bachar Al-Assad. Depuis le début des évènements actuels qui secouent la Syrie, Haytham Mannaa est l’un des rares opposants politiques à s’être opposé à une intervention militaire étrangère en Syrie (occidentale ou arabe). De plus cet homme est en relation avec des opposants politiques qui vivent et travaillent en Syrie. Je pense honnêtement que Bachar Al-Assad doit trouver un moyen de s’allier à l’opposition interne et pacifique. Cela mènera vers une coalition politique large (des politiques du régime actuel et des opposants politiques qui acceptent les réformes et le dialogue). Cette transition juste doit permettre d’aboutir jusqu’aux élections que Bachar Al-Assad a annoncé et par la suite les syriens s’exprimeront. En fin, à l’issu des résultats des élections, le président élu par la majorité du Peuple syrien (Bachar Al-Assad ou un opposant patriote) aura une réelle légitimité nationale. Il faut reconnaître que le régime de Bachar Al-Assad tient ses « promesses » et mène des réformes politiques très importantes. Ensuite, aux dernières nouvelles, le cns (fabrication franco-britannique-turque) refuse le dialogue et appelle à une intervention étrangère en disant que c’est la seule manière de mettre un terme aux violences (Ridicule. Ce cns est pathétique et malade de sa haine. Je demande au cns d’aller en Libye et de constater la situation de crise qui prévaut dans ce pays. Nous assistons malheureusement à un démembrement de l’état nation Libyenne puisque la Cyrénaïque veut déclarer son indépendance juridique, politique et militaire vis à vis des instances légales de l’état Libyen.). Je pense que ce foutu cns n’a pas son mot à dire et que les réformes politiques et la transition jusqu’aux élections doivent se faire sans ces esclaves à l’impérialisme mondialiste.

    • Nikoum dit :

      Tot ou tard bachar tombe, voila, voila

      Qui finance qui ? c’est comme qui tue qu

      Vive le Qatar vive les mercenairtes de tout bord a bat les medecin te bachar et manaa

  10. Marie-Christine dit :

    Bachar et Haytham semblent sur la même longueur d’onde en ce qui concerne la souveraineté de la Syrie, et ce dernier dénonce avec plus de force que Bachar, car il n’a pas les mêmes contraintes de gouvernance que lui, le complot contre la Syrie et la mascarade sanglante ASL/bandes armées. Il ne peut être qu’en accord avec la combat courageux de l’armée syrienne.
    Il faudrait peut-être que ces deux là commencent à se parler…

    • Charles dit :

      Pour Haytham Manna, Bashar al-Assad est le premier responsable du conflit, y compris du conflit armé, ce qu’InfoSyrie dénonce depuis des mois comme un mensonge. Il s’est donc situé du côté de la propagande couvrant les tueurs contre lesquels lutte l’armée syrienne régulière. Il essaie maintenant de rejeter toute la faute sur le Qatar & compagnie, mais il porte une part de responsabilité des meurtres. On ne peut si facilement passer l’éponge à la place des victimes.

      • Syrienne Libre dit :

        Parce que le gouvernement syrien est innocent?

      • mécréante dit :

        Absolument on ne peut pas : « si facilement passer l’éponge à la place des victimes »
        Mais on ne peut pas non plus : NE PAS passer l’éponge à la place des victimes

        • Charles dit :

          Haytham Manna vit en France depuis 1978, un bon tiers de siècle donc. Il vote en France, à gauche. Il est aussi Français que Ghalioun ou Eva Joly. Il refait le Syrien aujourd’hui, comme Ghalioun, mais il n’est rien en Syrie. Il s’est beaucoup trompé (comme la plupart des ex-communistes). Les Libyens et les Syriens peuvent pardonner à Sarkozy, Juppé ou Haytham Manna. Mais moi, en tant que Français, j’ai aussi le droit de ne pas trouver la moindre excuse à ces Français.

          • mécréante dit :

            Merci Charles pour ce résumé,

            Alors Manna est en France depuis aussi longtemps que moi !
            Moi aussi je suis française et je ne suis plus rien en Syrie (ni en France d’ailleurs), c’est peut être pour cela que ses réactions me semble parfaite !?
            Néanmoins je pense que ferais tout pour qu’on ne touche pas à la Syrie et si je peux être utile je serai présente.

            Je ne connaissais pas Manna avant ce cauchemars
            Il s’est trompé à propos de quoi ? C’est grave ?

        • Marie-Christine dit :

          Bien dit, mécréante;

    • mécréante dit :

      j’ai très envie qu’il discutent ces deux la (Haytham et Bachar) !

      Je ne sais pas, peut être écrire une lettre a H Manaa ?

      • mécréante dit :

        Lettre ouverte à Bachar et à Haytham ?
        oui !?

      • Marie dit :

        est ce que vous pensez vraiment que Manaa le veuille , jusqu’à présent il ne voulait pas.

        • mécréante dit :

          Si on lui demande gentiment poliment et qu’on insiste en plus, il devra au moins argumenter son comportement.

        • Marie-Christine dit :

          Il reste peut-être à Haytham de devenir maintenant démocrate. Il est absolument légitime de sa part, de penser que la Syrie a besoin de réformes plus radicales (Lesquelles plus précisément ? personnellement, je l’ignore) et qu’elle se porterait mieux sans Bachar. mais il doit être convaincu, que ce n’est pas d’abord à lui ou à un groupe, mais au peuple syrien de le décider : c’est le b.a. BA de la démocratie. Débats il doit y avoir et il doit participer au débat.

  11. zidane dit :

    mefiez-vous des jolies mots

  12. George Spiropoulos dit :

    J’ai un grand respect pour Dr. Mannaa et son groupe d’opposants du « National Coordination Body for Democratic Change » (NCBDC).

    Je n’ai aucun doute sur son patriotisme et son intégrité personnelle et intellectuelle.

    Afin de mieux comprendre leur refus catégorique de négocier avec le gouvernement sans conditions préalables, j’ai inséré quelques commentaires sur le site du NCBDC. Je dois, malheureusement, avouer que les réponses du NCBDC étaient loin d’être convaincantes.

    Je crois que l’opposition syrienne à l’étranger souffre d’un manque sérieux de politiciens et, surtout, de diplomates. En plus, le NCBDC excepté, de grands doutes planent sur les sources de financement de cette opposition, donc sur son patriotisme et intégrité. Finalement, à l’exception d’une guerre similaire à celle de la Libye ou même de l’Iraq, elle m’a l’air de n’avoir aucune carte gagnante lui permettant d’atteindre son but déclaré de « Changement du régime ».

    Oubliant Léon Gambetta et son fameux dicton « La politique est l’art du possible », cette opposition s’est fixée un but avant d’étudier les moyens de l’atteindre ! Elle m’a l’air d’être dans un désarroi total. Elle n’a réussi à convaincre la majorité silencieuse du pays ni de son savoir-faire, ni de sa capacité de diriger le pays mieux que le régime actuel. En d’autres termes, si on propose au peuple aujourd’hui même de voter pour un nouveau président, je ne vois aucune personnalité de l’opposition qui pourrait obtenir plus que 40% des votes contre Mr. Assad.

    A part la guerre qui, si elle éclate, serait dévastatrice pour le peuple syrien et pousserait la Syrie cent ans en arrière, la seule solution pour sortir de cette impasse serait qu’au moins une partie de l’opposition prenne la décision courageuse de négocier avec le gouvernement afin d’améliorer les réformes déjà entreprises et de se fier aux urnes pour arriver au pouvoir.

    S’il veut survivre et participer à la construction de la nouvelle Syrie libre et démocratique, le NCBDC devrait se doter des arguments nécessaires pour faire marche arrière et redémarrer sur de nouvelles bases axées sur la négociation et la réconciliation nationale. L’admission par Dr. Mannaa de l’existence de terroristes étrangers dans notre beau pays est un grand pas nécessaire qui ouvre la voie pour atteindre ce but.

    • mécréante dit :

      J’aime (comme on dit) votre intervention G Spiropoulos
      Il est vrai que cette opposition ne sait pas bien ce qu’elle veut (quoique le cns veut la guerre)
      Mais je me dis que cet intellectuel patriote intègre et respectable (sans devenir forcement président) peut drainer des opposants, peut être intelligents comme lui, vers la négociation…

      « L’admission par Dr. Mannaa de l’existence de terroristes étrangers dans notre beau pays est un grand pas nécessaire qui ouvre la voie pour atteindre ce but. »
      Vous savez qu’il a bien admit cela ?
      il a même dit « que celui qui veut faire le djihad aille le faire dans la maison de son père »

      • George Spiropoulos dit :

        A mécréante,

        Dr. Mannaa est certainement un intellectuel patriote et intègre. Il pourrait bien être un bon politicien mais je ne le connais pas assez pour donner une opinion fiable.

        Son point faible est son impulsivité qui donne l’impression qu’il est nerveux et, quelquefois, même agressif. Il ne me semble pas être un bon diplomate.

        C’est moi qui ai dit : « L’admission par Dr. Mannaa de l’existence de terroristes étrangers dans notre beau pays est un grand pas nécessaire qui ouvre la voie pour atteindre ce but. » Dans son intervention télévisée, Dr. Mannaa a admis l’existence de ces terroristes et il a bien dit qu’il y a une centaine de cadavres de ces terroristes en Syrie.

        Dr. Mannaa a un choix très clair : Ou bien il s’aligne au CNS, ou bien il négocie avec le gouvernement. Si j’étais à sa place je prendrais la deuxième option quitte à perdre quelques uns de mes collègues du NCBDC parce que je gagnerais une partie assez importante de la majorité silencieuse et indécise qui ne demande qu’à être bien guidée vers un but clair et accessible. C’est un pari patriotique à grands risques mais qui pourrait, si gagné, rapporter de grands dividendes au peuple syrien et à Dr. Mannaa personnellement.

        Alors, ce que j’ai voulu dire ci-dessus est que Dr. Mannaa pourrait utiliser l’argument de l’existence de terroristes étrangers en Syrie pour faire un volte-face brusque et s’éloigner rapidement du CNS pour pouvoir entamer une négociation sérieuse avec le gouvernement.

        • Marie dit :

          Sa condamnation des groupes armés a tardé à venir…
          Sa distanciation du CNS ne l’exonère pas d’une certaine compromission.
          Quels sont ses alliés étrangers, quelle est sa légitimité?
          Il ne faut rien espérer d’un homme providentiel, on ne gouverne pas seul, on
          peut être tout au plus un symbole autour duquel le peuple se rassemble et lui a vécu en France pays qui rassemble aujourd’hui pas mal de traîtres( syrien( que la Syrie a rejeté) et français). La politique de la France est entachée du sceau de l’infamie.Aussi il va falloir montrer patte blanche pour renouer des liens de confiance et prétendre au trône depuis notre pays.
          Il est plus aisé de rompre la confiance que de la renouer….

          • George Spiropoulos dit :

            Bonjour Marie,

            Vous avez raison sur le premier point. Il a tardé mais « Mieux vaut tard que jamais »

            Je ne cherche pas à faire de Dr. Mannaa un grand leader syrien ou un futur président mais je pense que, parmi les opposants déclarés de l’étranger, on aurait du mal à trouver mieux.

            En outre, bien que cette opposition de l’étranger, à l’exception des Frères Musulmans, n’ait aucune base populaire ou une organisation efficace en Syrie, elle demeure très chouchoutée par ce qu’on a pris l’habitude d’appeler la « Communauté Internationale » et que j’appellerait plutôt la « Mafia Colonialiste Internationale » (MCI) qui n’est en fait que le G8 moins la Russie. La MCI représente plus que 50% du PNB du monde ! Il est clair que la MCI exerce une pression immense sur la Syrie pour qu’elle change ses alliances et, pour arriver à ses fins au moindre coût, elle a sous traité une partie de la mission au Qatar et à l’Arabie Saoudite. Les dirigeants de ces deux pays, intéressés uniquement à garder le pouvoir, savent très bien, qu’en cas d’échec, ils n’auraient qu’à ranger leurs valises et demander l’asile politique en Afghanistan. Ils jouent donc le tout pour le tout et ne comptent pas arrêter leur projet de déstabilisation de la Syrie.

            Une Syrie démocratique aurait eu beaucoup moins de mal à contrecarrer ce plan que la Syrie totalitaire d’aujourd’hui. Si l’opposition n’existait pas, il faudrait la créer. Maintenant qu’on sait qu’elle existe, il faudrait traiter avec elle et lui préparer le cadre légal qui lui permettrait d’exercer ses droits.

            L’opposition de l’étranger devrait pouvoir rentrer en Syrie en toute sécurité pour exercer ses droits démocratiques sur le terrain en toute liberté. C’est uniquement à ce moment là que le peuple pourrait faire la différence entre les « Opposants Patriotes » et les « Opposants du Dimanche ». En d’autres termes, il faudrait bien préparer le terrain au sein du pays pour inciter les opposants honnêtes et patriotes à se distancer du CNS qui est clairement à la solde du MCI et de ses sbires arabes. C’est en vidant l’opposition de l’étranger de ses éléments valables, qu’on déjouera le plan du MCI.

            Je vous demande, ainsi qu’au gouvernement syrien, d’imaginer l’impact qu’aurait un parti politique établi par Dr. Mannaa, Georges Kilo et d’autres opposants patriotes, sur le CNS et le MCI.

        • mécréante dit :

          OK, la je suis 100% d’accord.
          En fait, son impulsivité me rappelle celle d’une grande partie de syriens je me demande pourquoi ?

          • George Spiropoulos dit :

            Bonjour mécréante,

            Tout simplement parce que la majorité des Syriens sont d’origine profondément méditerranéenne. Ceux sont des excités tout comme les Grecques ou les Italiens du sud. Ils prennent tout à cœur, ils ne savent pas parler sans gesticuler et hausser la voix et, fréquemment, ils pensent à ce qu’il ont déjà dit au lieu de penser à ce qu’ils vont dire.

          • mécréante dit :

            George Spiropoulos, votre analyse me semble très juste, je vous nommerais bien médiateur si je pouvais…

          • mécréante dit :

            Pour les méditerranéen, au moins il ne sont pas hypocrites !

    • NO PASARAN dit :

      Merci pour votre message, la première partie est une information en soi.

Commenter zidane