• Actualité
  •  

Au cours de la journée de ce vendredi, c’est  la ville d’Alep qui a été la cible de plusieurs engins explosifs qui ont, pour le bonheur de ses habitants, fait plus de peur que de mal : le premier a été perpétré par un kamikaze qui tentait de se faire exploser dans un taxi piégé de marque Mazda, dans le quartier Chaar. Selon l’agence syrienne Sana, il avait percuté deux policiers avant de se faire exploser, succombant sur le champ. [...]



Inconséquence : les Européens réagissent aux attentats de Damas par de nouvelles sanctions

Par Mohamed,



À Alep, un nouveau kamikaze s'est fait sauter, mais est mort seul...

Au cours de la journée de ce vendredi, c’est  la ville d’Alep qui a été la cible de plusieurs engins explosifs qui ont, pour le bonheur de ses habitants, fait plus de peur que de mal : le premier a été perpétré par un kamikaze qui tentait de se faire exploser dans un taxi piégé de marque Mazda, dans le quartier Chaar. Selon l’agence syrienne Sana, il avait percuté deux policiers avant de se faire exploser, succombant sur le champ. La voiture contenait, d’après les constatations, quatre grandes bouteilles remplies d’explosifs.

Le second, (selon le site en ligne Syrian Documents qui répertorie tous les évènements liés à la crise syrienne) a explosé dans le quartier Hanano, blessant trois civils, tandis qu’un troisième bombe a explosé au milieu d’une rue dans le quartier Seif Ed-Dawlé, sans faire de victime ; enfin, un dernier (?)engin a explosé dans un autre quartier causant seulement des dommages matériels.

Une quinzaine de militaires tués en 48 heures

En revanche, d’autres attentats ont causé des pertes chez les forces de l’ordre : sur la route reliant Alep à la ville côtière de Lattaquié, un engin explosif a tué un membre des forces de l’ordre et a blessé six autres.
Ce même vendredi, du côté de de la province de Homs (village Nawa), un bus militaire a fait l’objet d’une attaque armée au cours de laquelle ont péri trois membres de l’Académie militaire, un membre des forces de l’ordre tandis qu’un 5ème a été blessé.
La veille, jeudi, l’explosion d’un engin visant un véhicule de l’armée régulière syrienne dans le gouvernorat de Souwayda (ou Soueida) avait couté la vie à un officier et six militaires.

Enfin, ce samedi, un colonel de l’armée a été tué – et son frère, également colonel, blessé – dans une attaque perpétrée par un groupe armé, à al-Hajar-al Aswad au sud de l’agglomération de Damas. Le colonel blessé a pu riposter et blesser un des agresseurs. À Artouz (5 kilomètres au ud-ouest de l’aérodrome militaire d’al-Mazzeh de Damas), un adjudant-chef a été abattu par de terroristes. Autre attaque, ce samedi matin, à Qatana (à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Damas, et à moins e 5 kilomètres à l’ouest d’Artouz)), qui a fait un tué et quatre blessés civils.

Et puis Sana signale que l’armée a mis en échec une énième tentative d’infiltration d’une bande armée depuis la Turquie, dans le secteur de Kherbet al-Joz au nord d’Idleb : plusieurs insurgés ont été atteints et les survivants ont regagné le sanctuaire turc.

À ce propos, le site Syrian Documents donne un décompte  de 2 610 tués parmi les militaires et les forces de l’ordre depuis le début de la crise.

Et puis, selon le correspondant de la chaine de télévision iranienne Al Alam, l’armée syrienne a fait face à un groupe armé insurgé sur la frontière avec le Liban et de violents accrochages ont eu lieu dans la ville frontalière Kseir.

Sana a également fait savoir que 175 insurgés dans les derniers événements et dont, selon la formule usuelle, « les mains n’ont pas été entachées par le sang » se sont rendus aux services compétents dans les deux gouvernorats de Hama et de Homs.

Opposition : les femmes – et surtout – les enfants d’abord !

Concernant les « traditionnelles » manifestations anti-régime du vendredi, Syrian Documents fait état de plusieurs petits rassemblements dans trois villages de la province de Damas.

Dans les images diffusées par la chaine de télévision qatarie Al Jazeera sur des manifestations assez importantes dans la région de Kfarzita, de Cobani (Rif d’Alep) et Has (rif Edleb), force est de constater qu’une grande partie des manifestants sont des enfants. Il est également question dans un article écrit du site de cette chaine de 11 tués ce vendredi, sans toutefois montrer des images à l’appui.
( voir : http://www.aljazeera.net/news/pages/c650199e-b302-4cca-91c7-f559ef3edacb?GoogleStatID=1 )

La version « OSDH-AFP » sur la mobilisation de vendredi est nettement plus « lyrique », comme souvent. Citant l’OSDH, l’AFP signale plusieurs manifestations réclamant la chute du régime dans plusieurs villes de Syrie.
L’agence rapporte aussi ces slogans oppositionnels glanés sur une page Facebook : « (Le régime) n’hésitera pas à tuer tout le peuple pour atteindre son objectif (…). Qu’attendez-vous? » « Il n’hésitera pas à détruire Damas ».
Il est également question de soi-disant « nombreux manifestants qui ont défilé ailleurs dans le pays, à la sortie des mosquées après la prière du vendredi : dans plusieurs quartiers de Deir Ezzor (est) et en province, à Idleb (nord-ouest) ».
L’OSDH précise que les rassemblements ont eu lieu en présence d’un déploiement massif des forces de l’ordre dans les villes côtières de Lattaquié, Jableh et Banias, notamment aux abords des mosquées.
Dans ses différentes dépêches, l’agence, hébergée par le gouvernement britannique, des opposants radicaux  ne signale pas les incidents dus aux engins explosifs cités par le site Syrian Documents, ni ne parle des militaires tués ou blessés jeudi et vendredi.

UE : après les attentats terroristes, les sanctions continuent !

Et puis dans un timing quelque peu louche, l’Union européenne compte prendre lundi 14 de nouvelles sanctions contre la Syrie en gelant les avoirs de deux entreprises et de trois personnes, considérées pour la plupart comme des sources de financement du président Bachar al-Assad.
Selon des sources diplomatiques, les personnes sanctionnées seront également interdites de visa pour l’UE.
Actuellement, 126 personnes et 41 sociétés sont touchées par les sanctions européennes. Celles-ci visent notamment la banque centrale, le commerce de métaux précieux ou les vols de fret. Un embargo pétrolier et un embargo sur les armes et le matériel pouvant servir à la répression viennent compléter la palette de sanctions de l’Union européenne à l’encontre de la Syrie.
Puisque nous parlions de timing, rappelons quand même que cette décision européenne survient au lendemain de l’attentat le plus meurtrier perpétré en Syrie et qui a causé la mort d’au moins 66 personnes et 372 blessés.

ci-dessous, lien vers le site d’al-Manar :
http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=63659&frid=18&seccatid=37&cid=18&fromval=1



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

22 commentaires à “Inconséquence : les Européens réagissent aux attentats de Damas par de nouvelles sanctions”

  1. Luc Lepropre dit :

    C’est normal. En démocratie on punit d’abord l’innocent. Il faut s’y faire. :-)

  2. Rensk dit :

    Et pourtant… même Le Monde DOIT transmettre la revendication de l’attentat :
    Le Monde.fr avec AFP | 12.05.2012 à 15h52 • Mis à jour le 12.05.2012 à 15h54

    Le groupuscule extrémiste Le Front al-Nosra, inconnu jusqu’à l’éclatement de la révolte en Syrie il y a 14 mois, a diffusé samedi 12 mai une vidéo revendiquant le double attentat qui a fait jeudi 55 morts à Damas.Ce groupe obscur dont on ignore les affiliations, dit avoir mené une « opération militaire à Damas contre les repaires du régime, ayant visé la branche Palestine des services de sécurité » et une autre branche des services de sécurité. Ces bâtiments ont été soufflés jeudi par les attentats les plus meurtriers depuis le début de la révolte en Syrie en mars 2011.La vidéo diffusée sur le site Syria Politic est datée du 10 mai, le jour où le double attentat a eu lieu à Damas. Le groupuscule dit avoir mené ces attaques « en réponse au bombardement du régime des quartiers résidentiels des provinces de Damas, d’Idleb, de Hama, de Deraa, et autres ».
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/05/12/un-obscur-groupuscule-revendique-l-attentat-sanglant-de-damas_1700428_3218.html

  3. Romain dit :

    Les résultats officiels ne sont pas encore annoncés que les législatives de lundi font des mécontents : http://fr.rian.ru/world/20120512/194676894.html

    En même temps, s’ils n’ont obtenu aucun siège, je comprends qu’ils fassent la gueule. Affaire à suivre…

  4. Mohamed Ouadi dit :

    Importante analyse de Anis Annakach, diffusée par Addounia TV, le 11 mai 2012, mise en ligne sur la chaîne « tamadonte » à youtube. C’est en huit morceaux de moins de 15 mn, classés : 11.05.12.01 jusqu’à 11.05.12.08 :
    http://www.youtube.com/watch?v=L6krQxlAMcI&list=UUZ-8I5p6mxrzchZuMpTbLWg&index=6&feature=plcp

  5. claudia dit :

    Gregorius III: « une dictature de la presse sur le conflit syrien »

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/gregorios-iii-une-dictature-de-la-116548

    • Rensk dit :

      Une autre plainte ici et là aussi, je trouve qu’il en vaut la peine de lire tout l’article…

      Diocèse grec-catholique de Homs
      Qâra, Province de Damas, Syrie. 11 mai 2012

      http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=30818

      • Cécilia dit :

        Merci Rensk et voici une copie collée de ce lien si important qui reflète une réalité plus que dramatique de la situation syrienne, c’est la vécue quotidienne loin de la vécue virtuelle de facebook :

        Témoignage: Une expérience vécue de la situation sécuritaire actuelle en Syrie

        Mondialisation.ca, Le 12 mai 2012

        Centre Catholique d’information Vox Clamantis
        Diocèse grec-catholique de Homs

        Qâra, Province de Damas, Syrie. 11 mai 2012

        Les chrétiens de Qâra sont des habitants de souche. Ils sont au nombre de 500 pour une population de 25000 sunnites. Bien que minoritaires ils sont très respectés et ont toujours vécu en bonne entente avec leurs frères musulmans étant donné le fait que beaucoup de familles musulmanes sont issues de familles chrétiennes qui ont embrassé l’Islam au temps des Mamelouks.

        Après la chute de Baba Amr et d’autres quartiers de la ville de Homs et sa province, des familles entières de confession sunnite se sont repliées à Qâra où les révolutionnaires les ont accueillies dans des locaux publics, gymnases, mosquées ou centres culturels ou dans des lieux privés. L’higoumène du Monastère Saint Jacques l’Intercis a visité ces familles et en a recensé plus de 600 dont au moins le tiers compte des combattants à l’intérieur de « l’Armée Libre de la Syrie ».

        La présence de ces familles « combattantes » a rapidement transformé le quotidien paisible du village de Qâra. Des larcins ont été commis mais aussi des enlèvements contre rançons : mode qui se propage partout en Syrie pour renflouer les caisses vides de la révolution ou pour remplir les poches d’anciens contrebandiers qui ne peuvent plus continuer leur commerce illicite à cause de la vigilance de l’Armée régulière syrienne. Tel est le cas dans les villages environnants du Qalamoun où nous nous trouvons : Yabrud, Nebek, Deir Attieh. Des bandes armées kidnappent les citoyens et réclament une rançon pour leur libération. Ce sont les leaders de l’opposition locale qui font la médiation entre les ravisseurs et la parenté de la victime. Les rançons varient de un à plusieurs millions de livres (entre 20 000 et 40 000 Dollars) pour les chrétiens et plusieurs centaines de milliers de livres pour les musulmans (1000 à 5000 Dollars). Les ravisseurs appartiennent à des tribus belliqueuses des villages de Flitta, Baqaa, Maaret Yabrud ou Yabrud. Souvent il y a des rixes armées parmi eux pour se partager le butin ou pour asseoir une suprématie.

        Nous avons donc relevé la présence de personnes étrangères au comportement louche à Qâra. Des voitures fumées sans plaque d’immatriculation circulent la nuit comme le jour. Les responsables de l’opposition sont devenus plus autoritaires. Ils apparaissent désormais armés et ont reçu dernièrement des uniformes flambant neufs de « l’Armée Libre de Syrie ». Ils font la pluie et le beau temps. Ils décrètent la grève, le couvre-feu ou la tenue de manifestations. Gare à celui qui ne collabore pas. Ils peuvent décider d’exécuter tel ou tel « collaborateur », comme ce colonel sunnite qui a été froidement abattu et dont on a interdit les funérailles. Ils disent qu’ils sont là pour « protéger la population civile des Shabbiha, c’est-à-dire des forces de l’ordre ». En réalité ils créent un vide sécuritaire qui laisse la place vacante à des bandits et à des terroristes.

        Malgré les déclarations tranquillisantes des leaders de l’opposition locale nous avons fait face plus d’une fois à des tentatives de voler nos récoltes, de faire pénétrer abusivement des troupeaux en clôture pour profiter de nos pâturages. A chaque fois la réponse des contrevenants était : « les choses ne sont plus comme avant », autrement dit: « les forces de l’ordre ne vous seront d’aucun secours, nous pouvons faire impunément ce que nous voulons ». Beaucoup d’objurgations furent nécessaires pour dissuader de telles velléités. Mais un jour la vengeance est arrivée, sans doute créée par le dépit. Notre culture de peupliers fut totalement saccagée. Un matin, ces grands et beaux arbres gisaient à terre affreusement coupés. Depuis quelques mois le même sort avait été réservé à des dizaines arbres de la réserve naturelle dont nous nous occupons avec le ministère de l’agriculture. La raison donnée par l’opposition a été « le peuple vous en veut d’avoir planté des arbres là où les bergers amenaient leurs troupeaux pour paître ». Or, la plaine alentour compte des millions d’hectares qui sont libres pour tous.

        Nous n’avons rien dit en pensant : «d’autres souffrent autrement plus que nous ».

        Cependant la pagaille sécuritaire arriva à son comble aujourd’hui même. A peine remis de l’horrible attentat du 10 mai 2012 qui coûta la vie à des dizaines de citoyens et fit des centaines de blessés (notre frère Jean Baudoin qui partait ce jour même à l’aéroport était sur les lieux du drame quelques minutes auparavant et l’autobus de l’école grecque catholique y passait quelques minutes plus tard), voilà que nous parvient la nouvelle bien grave de l’agression dont fut victime le cher Père Georges Louis, curé célibataire de notre paroisse grecque catholique de Saint Michel, dans le centre historique de Qâra.

        A l’aube du 11 mai deux hommes armés cagoulés sont entrés chez le Père Georges Louis qui dormait dans sa cure. Ils le menacèrent de leurs pistolets et demandèrent les clés pour inspecter les lieux. Craignant qu’ils ne s’introduisent dans l’église le Père essaya de parlementer à l’amiable. Ils le ligotèrent et lui intimèrent l’ordre de donner les clefs. Devant son hésitation l’un d’entre eux le frappa sur la tête avec une bouteille en vitre qui se brisa lui occasionnant une grande blessure qui saigna abondamment. L’un d’entre eux ricana : « nous t’avons imprimé une croix sur ta tête ! », la lésion était en effet cruciforme. Le Père essaya de les raisonner mais il n’obtint qu’un terrible coup de poing qui lui brisa une dent. Après avoir volé la caisse de l’église, l’ordinateur et le portable du prêtre, les bandits obligèrent avec mépris ce dernier à entrer dans la salle de bain où ils l’attachèrent au siège des WC. Ils lui fermèrent la bouche avec un adhésif. Ils cherchèrent de l’étrangler avec un tuyau mais, répondant à un signal, ils se retirèrent avant d’avoir terminé leur besogne. Le Père mit plus de deux heures à se dégager. Les mains encore liées il put appeler une de ses paroissiennes au secours. On l’amena tout ensanglanté chez le chirurgien : sa blessure nécessita cinq points de suture.

        Un tel incident aurait été impensable quelques mois plus tôt. Les slogans confessionnels des chaînes satellitaires séoudiennes et quatariotes ont finit par rendre les chrétiens –jadis respectés en vertu du droit à la protection des minorités- une cible facile. Pauvre Syrie. Des groupuscules surgissent un peu partout. Ils savent que, dans la conjoncture actuelle leurs actes resteront impunis.

        Après avoir connu la nouvelle le village s’attroupa autour du curé. Les dignitaires religieux et civils, chrétiens et musulmans désapprouvèrent fermement l’agression. Les leaders de l’opposition sont attendus demain pour une réunion à la municipalité avec l’higoumène du monastère. Il faut éviter le clivage confessionnel.

        Sa Béatitude Grégoire III Laham, Patriarche grec melkite d’Antioche et de tout l’Orient nous a téléphoné pour nous exprimer sa profonde tristesse et sa solidarité paternelle. Après les attentats criminels de la veille qui ont secoué la ville de Damas et fait soixante dix morts et quatre cent blessés, Sa Béatitude déjà ébranlé a été très ému en s’informant des détails de l’agression subie par le Père Georges Louis. A cette occasion notre Patriarche a déclaré que « le drame dans notre Syrie bien-aimée c’est la dissolution de la société, le banditisme et le manque total de la sécurité. Tel est le sentiment du plus grand nombre de citoyens syriens qui ne savent plus quel est le lieu sûr pour s’y réfugier. La violence aveugle et sauvage frappe partout. Les éléments qui constituent un danger pour tous- mais spécialement pour les chrétiens et les autres minorités- sont le chaos insidieux, l’opposition incontrôlable et super armée et le banditisme. Tous sont des éléments qui affaiblissent l’Etat et créent une situation de peur, voire de terreur ainsi que des situations psychologiques très graves dans notre population. A chaque moment nous sommes dans l’insécurité totale. Aujourd’hui en Syrie il ne s’agit plus d’un clivage gouvernement-opposition. Il y a un troisième élément : c’est le banditisme qui règne et qui profite de la situation, qui se cache derrière l’opposition et qui exploite le manque de présence de l’armée et des observateurs des Nations Unies.»

        Commentant la mention de la croix faite par le malfaiteur Sa Béatitude opina : « A vous dire franchement, moi je n’ai pas peur des musulmans, je n’ai pas peur de l’islamisme, je n’ai pas peur du salafisme. Je peux m’arranger avec eux tous car je sais à qui j’ai à faire. Mais devant le banditisme je suis absolument démuni et sans aucune défense. »

        Nous confiâmes au Patriarche que les forces de l’ordre, contactées par les dignitaires musulmans et chrétiens du village hésitèrent à venir à Qâra car, comme chaque vendredi, il y avait une manifestation devant la grande mosquée qui est située à quelques mètres de la paroisse et que cette opposition est encadrée par des hommes armés. Les forces de l’ordre ne voulurent pas venir pour ne pas occasionner d’effusion de sang parmi la population civile en affrontant les miliciens.

        Sa Béatitude répondit : « Tant que le gouvernement est là il doit gouverner : c’est une règle internationale. On ne peut empêcher un gouvernement de gouverner. On ne peut empêcher un gouvernement de protéger les citoyens. Et le gouvernement ne doit pas démissionner de cette tâche. La révolution, en mettant l’opposition contre le gouvernement a paralysé ce dernier. On dirait qu’il n’y a plus de gouvernement. Le gouvernement syrien est lié et balayé à cause de la politique internationale, à cause des accusations continuelles qui l’accusent sans enquête sérieuse de perpétrer des massacres et de bombarder les civils alors que des actes barbares de la part d’insurgés sont passés sous silence. C’est pour ces raisons que les gens crient au secours : ils demandent qu’on les aide. Il y a un gouvernement, un gouvernement légitime qui doit gouverner. Il faut aider le gouvernement. Si ce gouvernement tombe un jour il n’y aura plus rien à faire. Dans quel vide nous serons sans alternative viable ? Malheureusement nous constatons une volonté internationale qui vise à l’exacerbation des différences et à la provocation des conflits en Syrie. En armant et en appuyant par divers moyens des forces incontrôlables on pousse le pays à plus de violence, à plus de terrorisme, à plus de versement de sang. Je m’adresse à la communauté internationale : sauvez la Syrie. Sauvez la convivialité exemplaire entre musulmans et chrétiens. Pour ceux à qui elle est précieuse je crie : Sauvez la présence chrétienne en Syrie : les évènements dramatiques poussent les chrétiens à l’exode par peur du chaos et du banditisme ».

        Sa Béatitude a terminé par une prière : Damas, la plus ancienne capitale peuplée au monde, a accueilli Saul le persécuteur. Il s’est transformé en ses murailles en Paul, Apôtres des nations. Damas est le lieu de la rencontre avec le Persécuté. Avec l’aide du ciel, de Celui qui est ressuscité d’entre les morts et qui est à jamais solidaire avec nos détresses, Damas peut redevenir le lieu de la conversion, de la transformation intérieure et de la grande réconciliation. Seigneur regarde du ciel et vois et agis par miséricorde, toi l’Ami des hommes »

        Ces évènements doivent faire nous faire réfléchir toute personne de bonne volonté : un pays est déstabilisé par des insurgés qui acceptent d’abriter parmi eux des bandits et des terroristes. Ils instaurent un état de non-droit dont les conséquences sont désastreuses et dramatiques pour la population civile. Comment rester les bras croisés ?

        http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=30818

  6. RoyL dit :

    > force est de constater qu’une grande partie des manifestants
    > sont des enfants

    Ce qu’on pouvait remarquer déjà dans la période pre Bab Amr. Dans
    des vidéos que Cécilia avait sélectionnes, on distinguait mêmes
    dans des scènes tournées un peu moins adroitement que ces
    *manifestants* — avec des enfants en premier plans typiquement
    – venaient incités et animés par quelques individus devant eux
    et agitant leurs bras comme des directeurs d’orchestre; des
    individus qui cessaient d’agiter leurs bras immédiatement dès
    qu’ils s’apercevait que la camera pouvait — bingo, en effet —
    être en train de les filmer (la *qualité* du montage des vidéos
    témoignant de celle des ses réalisateurs).

    En Suisse même, quand on est en service à l’armée en *position*
    – on loge dans des villages: des étables, des granges, des
    écoles, des dépôts vides, des refuges pour la protection civile,
    etc. — on est constamment entourés par des gamins curieux et
    demandant invariablement des biscuits, des chocolats de nôtres
    rations personnelles (c’est standard de en amener toujours en
    quantité pour en leurs donner).

    Je me demande qu’est-ce que on promet à ces *manifestants* en
    Syrie: quelques sous, des cigarettes, des coupons, etc.

    • Mohamed Ouadi dit :

      Dans l’écrasante majorité de ces manifestations de la Cyber-opposition, on peut aisément remarquer que, non seulement il y’a recours aux enfants qui participent car, en plus de ce qui leur est donné comme argent ou cadeau, il y’a l’atmosphère festive, chanter et danser, mais aussi qu’on garde un espace entre les manifestants qui est rempli par les mouvements de ces derniers, histoire de donner l’allusion qu’il s’agit de manifestations imposantes. Et puis cela ne dure que quelques secondes, le temps de les filmer en jouant du zooming !

    • mécréante dit :

      Bien plus que des cigarettes RoyL, d’après ce qu’on m’a dit, de vrai équivalent-salaires qu’on leur donne…
      Au point que certains préfère manifester 1 heure que travailler toute une journée !

  7. Jo dit :

    A quand la DERATISATION COMPLETE du pays ??

    • Charles dit :

      En retour des gages donnés à la « communauté internationale » à travers l’acceptation du plan Annan, la Syrie obtient des massacres et un surcroît d’actes d’hostilité. Donc, oui, la dératisation s’impose. Mais l’affaire ne doit pas être facile : quand on apprend, par exemple, que les rats du CNS viennent de faire un accord avec d’autres rats terroristes professionnels, ceux de l’Assemblée de la résistance cubaine, sous l’égide de la CIA, du Mossad, du MI6 et autres organismes du même tonneau (voir http://www.rebelion.org/noticia.php?id=149480)…

  8. BWANE dit :

    Assurément, les événements qui adviennent en Syrie sont dramatiques, et le magnifique peuple syrien n’est pas au bout de ses peines, mais il faut garder à l’esprit, que grâce à sa résistance, à ses sacrifices, à sa loyauté, il a évité le pire, c’est à dire ce qui est advenu en Irak, en Libye, en Yougoslavie, au Soudan…; une intervention « humanitaire » en Syrie aurait causé au moins dix fois plus de victimes, et la destruction totale du pays, peut-être même son démembrement, comme le prévoit le projet néo-conservateur et sioniste, de ce pseudo « nouveau moyen-orient ». Donc, malgré tous les malheurs que les impérialistes ont infligé au peuple syrien, on peut considérer que leur plan diabolique a échoué sur tous les plans : militaire, diplomatique, social et économique. Bien plus, l’intervention musclée de l’ambassadeur de la Syrie à l’ONU, cette assemblée de brigands (dixit Lénine parlant de la Société des Nations), marque le début de la contre-attaque syrienne, son offensive salvatrice, qui menace tous ces pseudo-régimes compradores du Golfe et d’ailleurs de disparition pure et simple, nous verrons certes alors un nouveau moyen-orient, c’est à dire l’exact opposé de celui concocté par les néo-colonialistes, tels ce Sarkozy et sa jupette, aucun Mohamed Merhat ne peut plus les sauver des conséquences de leurs actes, de la faillite de leurs noirs complots en tous points identiques à ceux des voyous de la mafia. Vive la dialectique.Pour finir ce post, trois citations :
    1)la première, pour caractériser nos menteurs assermentés, c’est à dire les journalistes :
    « Et sans doute notre temps … préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être (perte de l’esprit qui suit la ligne suivante : être – avoir – paraître, note de BWANE) … Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi pour lui le comble du sacré » (Feuerbach).
    2) La seconde est relative aux sentiments des citoyens du Bahreïn :
    « O gentilshommes, la vie est courte …Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. » (Shakespeare).
    3) La troisième est destinée à nos amis syriens :
     » Vous ne direz pas que je surestime le présent, et si
    pourtant je n’en désespère pas, c’est uniquement parce que sa situation désespérée me remplit d’espoir. » (Marx).

      • RoyL dit :

        Ils ont ZÉRO sur quoi pouvoir s’accrocher en dehors de la
        propagande — en faillite aussi, d’ailleurs — mainstream,
        claquant de ses coups de fouets à droite et à gauche en
        agonisant. Pas des moyens pour se confronter militairement — et
        compter de s’en sortir; pas assez de criminels, fous, *généraux*,
        *cols blancs*, laquais, mercenaires, *escadrons*, et autre
        méprisable chaire à canon. Rien!

        Ils en sont à essayer de — plan B, C, D, E, …? — synthétiser,
        et vendre, un simulacre de *guerre civile*: ça ne marchera pas,
        comme les russes et les chinois l’on fait comprendre bien aussi:
        qui sera si stupide de l’acheter?

        Ça ne peut durer non plus:

        http://www.infosyrie.fr/actualite/la-russie-accuse-loccident-de-saboter-le-plan-de-paix-et-les-insurges-de-violer-la-treve/#comment-40468

        [Amin Hoteit -- libanais, analyste politique, expert en stratégie
        militaire, et Général de brigade à la retraite:]

        5.2. Deuxième éventualité : échec de la mission [...] Il ne
        restera plus aux agresseurs qu’à se débattre dans leurs
        misérables opérations terroristes qui leur permettront de
        continuer à assassiner pendant encore quelques semaines ou
        quelques mois, mais ils resteront sans effet sur la suite de la
        crise dont l’image finale confirme l’échec de l’agression sur la
        Syrie.

  9. betehem dit :

    A propos des nouvelles sanctions, vous constaterez qu’elles sont bien évidemment financières. Puisqu’on n’a pas réussi à abattre la Syrie, on agit autrement : on va faire comme pour la Lybie auparavant : geler ses avoirs, abattre sa banque, ruiner le pays entier (les gens, on s’en fout). Même schema, sauf que le gel a eu lieu après le massacre de la Lybie, et qu’il commence avant en Syrie vu que la Syrie se défend bien mieux que prévu.
    Certains ont été étonnés de mes commentaires parlant fric. Faire payer financièrement ceux qui font tant de mal. Je reviens donc sur le sujet, vu l’actualité de ces « sanctions ».

    Je parle beaucoup des pays arabes à ma fille, lui répétant : « à qui profite le crime ? «
    Elle me juge un peu parano. Mais elle a changé d’avis quand je lui ai parlé de l’émission que je vous poste Et regardé avec moi différents trucs sur internet. J’estime que c’est toujours une affaire de gros sous, peu importe les victimes, leur nombre, leurs souffrances…

    Grâce à votre site et vos infos, j’ai appris à lire, regarder, écouter autrement, chercher d’autres infos, dépassant la Syrie, d’abord vers d’autres pays arabes, puis en Europe, puis partout dans ce monde si diablement mondialisé. Je peux bien vous rendre la politesse.
    Cette adresse peut sembler déplacée sur le site d’Info Syrie, pourtant, je crois qu’il faut regarder un environnement plus général qui englobe et a mené aux massacres en Syrie et à la propagande belliciste de politiques et de medias

    La première partie de cette (longue) émission (en rediffusion, passée hier soir) porte sur la triche des grandes entreprises, histoire de payer un minimum d’impôts.Signalant la détermination de Sarkozy et Obama, parfaitement au courant, d’éradiquer ces procédés. Ils n’ont rien fait, bien sûr (à qui profite un tel laisser faire ?) Ca intéressera les français à qui on demande de se serrer la ceinture à tous les niveaux, alors qu’on laisse courir, en toute connaissance, les vrais et gros voleurs.
    La deuxième partie porte sur les Yes Men et leurs actions époustoufflantes. Ca paraît rigolo au premier abord, mais très vite, on si dit : oh ! mais c’est vrai, et les fautifs n’arrivent pas à se dédouaner. C’est toujours des questions de fric, finalement, où certains s’enrichissent énormément en tuant délibérément , directement ou indirectement, énormément de personnes.

    Je suppose que ceux qui veulent écraser la Syrie cherchent tout simplement à agrandir leur pouvoir sur les terres et gens qu’ils veulent exploiter. Avec leur montagne de fric, ils peuvent offrir des montagnes d’obus et armes et formations criminelles avec lavages de cerveaux à de petits crétins, qui deviennent terroristes obtus et se « sacrifient » non pour Allah, comme ils le croient, mais pour le Capital.
    Allah n’a franchement rien à voir là dedans.
    Pour ceux que ça intéresse, asseyez vous à l’aise, ça prend un bout de temps et on ne peut pas zapper.

    http://www.pluzz.fr/cash-investigation-2012-05-11-22h25.html

    • dragon des mers dit :

      Je crois aussi que c’est une histoire de gros sous donc de pouvoir (l’argent n’étant qu’un outil de manipulation pour avoir le pouvoir). Je pense qu’une oligarchie cherche à avoir le pouvoir suprême en contrôlant les ressources, les terres et donc toutes les sources de vie. Ils ont été corrompus par le pouvoir et en veulent plus. Ils veulent tout contrôler et nous voir ramper devant eux comme des esclaves. A force de réussir quasiment tout ce qu’ils entreprennent ils sont devenus fous et rêvent d’être des dieux. Ils sont aussi déments qu’Icare et comme pour lui plus dure pourrait être leur chute. En attendant des millions de gens, des dizaines voire des centaines de milliers d’autres meurent à cause de ces fous. Ces fous qui sont corrompus savent que les humains sont corruptibles donc ils ont corrompu politiciens, gens de médias bref tous ceux qui peuvent avoir une influence sur la plèbe. Mais ces assoiffés de pouvoir savent que s’ils chutent leurs victimes et leurs adversaires n’auront aucune pitié pour eux. Ils sont donc aussi dans une fuite en avant permanente mais m’est avis que le cul de sac n’est pas loin.

  10. claudia dit :

    Est-ce légal pour les Etats-Unis ou l’Union Européenne de sanctionner une autre nation? Quelqu’un a une idée?

    Ce qu’on veut, par ces embargos écomiques, est tout simplement d’étouffer une nation et la mettre à genou et ce, comme bon leur semble.

    Est-ce légal en vertu du droit international (s’il existe encore – pfft!!)

    • Akyliss dit :

      la légalité ils en font ce qu’ils veulent, ils sanctionnent qui bon leurs semble tout en aidant et soutenant qui ils veulent
      exemple : israel qui massacre depuis 60 ans les palestiniens, libanais et qui détruisent des infrastructures palestiniennes payés par l’Europe genre l’aéroport de Gaza,n’a jamais été sanctionné pour ses crimes et destructions tandis que les pays récalcitrant à obéir aus états unis et à israel sont systématiquement sanctionné boycotté avant de se faire détruire et massacré démocratiquement !

      le droit ils le prennent comme ils l’entendent les occidentaux !

    • Rensk dit :

      Pas vraiment vu que les États n’ont pas dénoncés leurs condition de membres.

      Article 2

      L’Organisation des Nations Unies et ses Membres, dans la poursuite des buts énoncés à l’Article 1, doivent agir conformément aux principes suivants :

      L’Organisation est fondée sur le principe de l’égalité souveraine de tous ses Membres.
      Les Membres de l’Organisation, afin d’assurer à tous la jouissance des droits et avantages résultant de leur qualité de Membre, doivent remplir de bonne foi les obligations qu’ils ont assumées aux termes de la présente Charte.
      Les Membres de l’Organisation règlent leurs différends internationaux par des moyens pacifiques, de telle manière que la paix et la sécurité internationales ainsi que la justice ne soient pas mises en danger.
      Les Membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies.

      http://www.un.org/fr/documents/charter/chap1.shtml