• Actualité
  •  

Bachar à la télévision allemande : les États-Unis soutiennent activement le terrorisme en Syrie...   ... Hillary C. à Tokyo : elle met en garde contre l'agression dont elle rêve Les dernières 24 heures ont vu un duel médiatique au sommet syro-américain : dimanche, alors qu'Hillary Clinton appelait, depuis Tokyo, à accélérer la transition politique en Syrie pour éviter "une agression catastrophique" "dangereuse pour le pays mais aussi pour la région", et assurait que les "jours de soutien au régime du [...]



La guérilla médiatique d’Hillary – et la contre-guérilla de Bachar

Par Droits réservés,



Bachar à la télévision allemande : les États-Unis soutiennent activement le terrorisme en Syrie…

 

… Hillary C. à Tokyo : elle met en garde contre l’agression dont elle rêve

Les dernières 24 heures ont vu un duel médiatique au sommet syro-américain : dimanche, alors qu’Hillary Clinton appelait, depuis Tokyo, à accélérer la transition politique en Syrie pour éviter « une agression catastrophique » « dangereuse pour le pays mais aussi pour la région« , et assurait que les « jours de soutien au régime du président Bachar étaient comptés« , ce dernier, dans un entretien accordé le 5 juillet (et diffusé dimanche soir 8 juillet) à la télévision allemande ARD accusait les États-Unis de soutenir les bandes terroristes à l’oeuvre en Syrie : les Américains, a dit le chef de l’État syrien, « sont partie prenante au conflit. Ils offrent une protection et un soutien politique à ces bandes ». Et même un peu plus, un journal comme le New York Times ayant récemment révélé le secret de Polichinelle de l’implication de la CIA dans la distribution des armes, en Turquie, aux groupes de l’ASL. « Tant que vous offrez une aide quelconque aux terroristes, vous êtes leur partenaire. Que ce soit par un envoi d’armes, d’argent ou un soutien politique aux Nations-Unies » a souligné le président syrien, qui s’exprimait en anglais.

Bachar al-Assad a réaffirmé qu’il bénéficiait du soutien des Syriens et que la conscience de ses responsabilités vis-à-vis de ce peuple lui faisait obligation de « faire face » à ce « défi national« .

La guerre de mots d’Hillary Clinton

À quelle « agression catastrophique » faisait allusion la secrétaire d’État américaine ? À une intervention militaire américaine,, avec ou sans l’OTAN ? Bluff américain typique : Washington ne fera évidemment rien avant l’échéance présidentielle de novembre 2012. Et même un excité pro-israélien comme Mitt Romney, s’il était élu président, devrait hésiter à ajouter la Syrie à l’Afghanistan dans la liste des problèmes militaires et politiques américains.

De toute façon, l’administration américaine préférerait, comme en Libye, laisser partir les premiers ses partenaires européens et arabes. Et puis, la situation au Conseil de sécurité étant durablement bloquée, de leur point de vue, les Américains, en dépit d’une certaine tradition de gangstérisme géostratégique, vont hésiter à se mettre une nouvelle fois hors la loi internationale, surtout alors qu’autour des BRICS s’est constitué, à la faveur de la crise syrienne, un puissant « contre-pouvoir » géopolitique.

Par ailleurs, l’OTAN n’a pas bougé lors de l’incident de l’appareil turc abattu par la DCA, qui constituait pourtant, du point de vue de l’Alliance atlantique, une « occasion en or » pour intervenir contre la Syrie. Quant au binôme franco-britannique, le plus en pointe sur le dossier au sein des Européens, pas question, en dépit des effets de manche et de voix, de s’embarquer dans un nouvel Afghanistan, bien plus dangereux et coûteux que l’Afghanistan de l’avis général des experts.

Une agression militaire occidentale serait donc bien évidemment « catastrophique » pour l’administration américaine aussi : Hillary Clinton le sait très bien, mais ses déclarations ont pour but de maintenir une pression  psychologique sur la Syrie et ses alliés. Des alliés qui ne cessent de réaffirmer, jour après jour, leur soutien à Damas et leur refus des manoeuvres, directes ou obliques, du camp occidental. La responsable de la diplomatie américaine fait donc de l’intox à la petite semaine, refusant de perdre la face sur un dossier bien mal engagé. Elle livre, jour après jour, une guerre, ou une guérilla, de mots et de menaces contre la Syrie et ses alliés. Les seules munitions qu’elle puisse tirer avant longtemps. Mais elle devrait savoir qu’à trop employer certains mots, à trop proférer certaines menaces sans passer à l’acte, on s’expose à la décrédibilisation : son ami turc Recep Tayyep Erdogan en sait quelque chose…

Le nouveau chemin de Damas de Kofi Annan

Ce lundi 9 juillet, Kofi Annan arrive à Damas pour y rencontrer Bachar. Dimanche, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian a déclaré que son pays avait « fourni des suggestions » à l’émissaire spécial des Nations-Unies. Il a aussi estimé qu’une intervention militaire en Syrie « n’est pas probable » et que si jamais elle devait arriver, elle « serait stupide« . C’est le moins qu’on puisse dire, même en se plaçant 5 minutes du point de vue occidental. Kofi Annan, on le sait, s’oppose aux Euro-américains et aux pétro-monarques en défendant la participation de l’Iran aux négociations internationales sur la Syrie. Ce faisant, il prend vraisemblablement en compte l’établissement d’un nouveau rapport de forces moins favorable au camp occidental qu’au début de la crise.

En tous cas, et c’est plutôt bon signe, la visite de M. Annan à Damas a suscité la colère du CNS. Qui lui reproche en outre sa non participation au récent raout parisien des « Amis de la Syrie ». Décidément, l’émissaire de l’ONU, qui a récemment déploré dans un entretien au Monde le soutien militaire et financier de puissances (occidentales) à l’opposition armée,va se faire « mal noter » à force par ceux qui pensaient l’utiliser comme une marionnette de type Ban Ki-moon. On verra comment tout cela évoluera, mais les contradictions diplomatiques semblent s’exacerber  du côté de l’Ouest…



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

48 commentaires à “La guérilla médiatique d’Hillary – et la contre-guérilla de Bachar”

  1. Aa dit :

    Si kofi annan arrive encore a imposer un cessez le feu a la syrie et que c’est accepté , alors que le gouvernement syrien s’en fou des militaires et civils qui meurt en syrie.Un cessez feu n’est que bénefique pour les terroristes.Suffit de regarder le timming , la sorciere clinton s’exite , annan l’agent des USA se rend en syrie pour imposer un cessez le feu pour sauver les terroristes , ils veulent que le terrorisme dure durablement

    • vilistia dit :

      Aa

      En termes militaires, un cessez le feu est au moins bilatérale.

      Bachar n’acceptera pas de baisser les armes unilatéralement.

      • vilistia dit :

        L’opposition syrienne critique la visite de Kofi Annan à Damas
        09 July, 2012 10:26:00

        Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l’opposition, a critiqué lundi la visite à Damas de l’émissaire international Kofi Annan, estimant que l’échec de sa mission appelait une action internationale urgente « sous le chapitre VII » de la charte de l’ONU.

        Dans un communiqué publié tôt lundi, le CNS accuse M. Annan d’avoir choisi, au moment où les tueries se poursuivent dans le pays, « de rencontrer des symboles du régime tout en ne participant pas à la conférence des Amis du peuple syrien à Paris à la grande surprise des pays participants ».

        Les Syriens « ne peuvent justifier ces pas faits par l’émissaire alors qu’il a affirmé que sa mission n’était pas illimitée dans le temps », poursuit le CNS.

        Par ailleurs, la coalition estime que M. Annan a reconnu que « son plan n’avait ‘pas réussi’ ce qui appelle une action urgente au niveau international pour arrêter les meurtres en série perpétrés par le régime ».

        Les manquements du régime à son engagement au plan Annan « exigent que la communauté internationale (…) adopte des résolutions au Conseil de sécurité sous le chapitre VII et prennent des sanctions contraignantes à l’encontre du régime », poursuit le communiqué.

        Le chapitre VII de la Charte des Nations unies prévoit des mesures coercitives en cas de menace contre la paix, allant de sanctions économiques à l’usage de la force militaire.

        M. Annan, auteur d’un plan de sortie de crise resté lettre morte, est arrivé à Damas dimanche soir pour sa troisième visite en Syrie dans le cadre de sa mission.

        Il doit notamment y rencontrer le président Bachar al-Assad. A la veille de son arrivée, l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe avait reconnu qu’il n’avait « pas réussi » sa mission et plaidé pour associer l’Iran aux discussions, dans un entretien au quotidien français Le Monde.

        Le CNS a critiqué cette invitation faite à Téhéran, qualifié de « complice » du régime Assad.

        Début juillet, plus de 100 pays arabes et occidentaux (note perso : sur 226 onu ) ont demandé au Conseil de sécurité de l’ONU d’adopter une résolution contraignante comportant une menace de sanctions contre Damas lors de la réunion à Paris des Amis du peuple syrien.

        En Syrie, la répression du mouvement de contestation populaire et les combats qui ont suivi entre forces gouvernementales et opposants armés ont fait plus de 17.000 morts depuis mars 2011, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

        Algerie – ennaharonline

      • Rensk dit :

        Là je suis moins sûr que toi vilistia,

        Je pense qu’il a demandé que les casques/bérets bleu accompagnent l’armée qui va prouvée qu’elle n’intervient pas/plus… du tout…

        Sitôt attaqué, l’armée attendra le « OK » des hommes avec couvre-chef en bleus, suis sûr que ces derniers ne vont pas attendre trop longtemps pour crier très fort : OK, DÉFENDEZ-vous / NOUS !!! ;-)

  2. vilistia dit :

    les atrocités commises par les rebelles « syriens » S/T

    VIDEO EN FRANCAIS :

    http://www.dailymotion.com/video/xs1nkw_les-atrocites-commises-par-les-rebelles-syriens-s-t_news
    ___________________________________________

    • Mohamed Ouadi dit :

      Au sujet des atrocités commises contre les syriens par les terroristes wahhabites-israélites-néosionnites, il est étonnant de remarquer que les plateformes d’hébergement, tel youtube, pilulent de vidéos d’égorgements jusqu’à séparer complètement la tête du corps, ce qui est en faveur d’un gommage du passé criminel d’Israël de la mémoire arabe et palestinienne, et l’on entend de plus en plus : « même israël ne fait pas ça … !!? »
      Bien sûr qu’Israël n’est pas loin de tout ce qui se passe en Syrie, la mort de hauts dignitaires militaires et scientifiques et politiques en témoigne, elle est même au milieu de cette toute nouvelle façon de faire la guerre à la Syrie (et à la résistance) par des bras syriens et arabo-mulumans, et par de l’argent arabe ….

  3. vilistia dit :

    Paroles d’Annan
    http://www.dedefensa.org/article-paroles_d_annan_09_07_2012.html
    __________________________

    Les nerfs florissants d’Hillary l’hallucinée

    http://www.dedefensa.org/article-les_nerfs_florissants_d_hillary_l_hallucin_e_07_07_2012.html
    ________________________________

  4. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    C’est le nouveau chewing-gum yankee qui envahit l’Occident.
    On ne mâche pas ses mots, mais on remâche la chapitre sept et on propse à Bachar des vacances tranquilles à Las Végas.

    Bachar et ses compatriotes ne jouent pas à ce jeu de pervers.

    Ce serait à mourir de rire, si des patriotes Syriens et tant d’innocents ne mouraient pas des mains cruelles des terroristes.

  5. sowhat dit :

    On voit bien que cette pauvre hilarante se décompose de jour en jour. Elle en a fait une histoire personnelle de la chute de Bachar probablement pour compenser tant d’humiliaton et d »ambition frustrée et cela est certainement très fatiqant. Elle va finir par s’affaisser comme une vielle baudruche.

    • Byblos dit :

      Nous allons être obligés de la subir jusqu’en novembre. Après cela, c’est la retraite de toute façon.

      Qu’Obama perde son élection, et elle est finie. Qu’Obama gagne ses élections, et elle est remisée dans le placard des vieilles dentelles… Tout près des pots d’arsenic. Hilarant!

    • Dumuzi dit :

      Depuis que Bill ne la satisfait plus, elle se défoule comme elle peut !

      • Marie-Christine dit :

        Sexiste Dumuzi ! Cela apporte quoi ?
        Jamais de tels propos ne sont tenus vis à vis des ses corollaires « mâles », abominables -ils sont pléthore -, de la coalition !?

  6. vilistia dit :

    Kofi Annan attendu à Téhéran lundi, selon les medias officiels

    TEHERAN – L’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, est attendu à Téhéran lundi après-midi après sa visite à Damas, ont annoncé la télévision d’Etat iranienne et l’agence officielle Irna.

    M. Annan se rend aujourd’hui à Téhéran (…) à la fin de sa visite de deux jours en Syrie, ont indiqué Irna et la télévision sans citer de sources, tandis que la chaîne iranienne en arabe Al Alam annonçait l’arrivée de l’émissaire international dans l’après-midi.

    M. Annan, auteur d’un plan de sortie de la crise syrienne resté jusqu’à présent lettre morte, a effectué dimanche et lundi sa troisième visite à Damas dans le cadre de sa mission.

    Il a eu lundi avec le président Bachar al-Assad une rencontre qu’il a qualifiée de constructive, et qui aurait permis de dégager un accord sur une approche pour la sortie des violences qui doit maintenant être soumise à l’opposition armée.

    M. Annan a toujours plaidé, en vain, contre les Occidentaux pour que l’Iran soit associé aux discussions internationales sur la Syrie, estimant que Téhéran pourrait influer sur le régime de Damas dont il est le principal allié.

    Le vice-ministre des Affaires étrangères iranien Hossein Amir Abdollahian a déclaré dimanche que l’Iran avait fourni des suggestions à Kofi Annan, et qu’il pourrait être une partie de la solution au problème syrien.

    L’émissaire international avait annoncé son intention de rendre compte aux dirigeants iraniens des résultats de la réunion du groupe d’action sur la Syrie qui a rassemblé fin juin à Genève les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, plusieurs pays représentant la Ligue arabe, et la Turquie.

    M. Annan a reconnu samedi, dans une interview au quotidien français Le Monde, qu’il n’avait pas réussi à stopper la crise syrienne, qui a fait plus de 17.000 morts depuis le début de la révolte contre le régime de Damas en mars 2011.

    Il a à nouveau plaidé pour que l’Iran, qui a de l’influence en Syrie et ne peut pas être ignoré, soit associé à la recherche d’un règlement.

    Téhéran a toujours fermement soutenu le régime du président Assad depuis le début des troubles, tout en se défendant de l’aider militairement dans sa lutte contre les insurgés ainsi que l’en accusent l’opposition syrienne et les Américains.

    L’Iran, qui a officiellement appuyé le plan Annan, accuse de son côté les Occidentaux et certains pays arabes de soutenir militairement l’opposition pour renverser le régime de Damas.

    (©AFP / 09 juillet 2012 13h00)
    ______________________________

  7. Charles dit :

    Selon l’ambassadeur angloaméricain en Suisse, les misères de l’économie des USA excluent la guerre contre l’Iran (http://www.strategic-culture.org/news/2012/07/08/us-economy-too-weak-for-war-against-iran-american-diplomat.html). Donc aussi une intervention militaire contre la Syrie, puisqu’elle ne serait que le début d’une guerre régionale, sinon plus.

  8. Mohamed Ouadi dit :

    Tout ce que les Etats Unis peuvent faire, ils le font, à travers leurs pions et surtout les terroristes qui arrivent de partout, et que l’armée syrienne est en train de décimer et de chasser, les poussant à fuir vers les frontières essentiellement turcs et libanaises.
    La visite de Mac Cane au Nord liban, la seconde en peu de temps en dit long : les terroristes seront plutôt concentrés au nord Liban qui, si les responsables libanais ne prennent pas les mesures nécessaires, va se transformer en un véritable Benghazi qui servira de point de départ des attaques contre la Syrie mais aussi pour essayer de pourrir la situation au Liban et y provoquer et y entretenir une situation chaotique, vers une confrontation intercommunautaire essentiellement sunni-chiite, dans l’espoir de créer les conditions propices à une intervention ultérieure, après les élections américaines, qui briserait à la fois et la Syrie résistante, et la résistance islamique libanaise …. dans la logique continuation du deuxième acte de la deuxième guerre israélienne de 2006 contre Hezbollah. Tout cela c’est dans les rêves usraéliens-ottoman-golfique, bien sûr, car les choses ne sont pas statiques, la dynamique en cours en Syrie peut changer la donne …

  9. Cécilia dit :

    NON à la mission d’Anan en Syrie car sa mission est pour sauver les terroristes et tuer nos civils et soldats.
    Clinton, la sorcière cherche à gagner du temps espérant que le régime temps à force des coupes répétés à petites doses.
    Chaque fois la Syrie accepte la présence des observateurs arabes ou étrangers elle donne une chance supplémentaire aux terroristes pour massacrer plus, détruire plus et occuper plus du terrain. L’armée a commencé le nettoyage et il faut qu’elle le finisse une fois pour toute.

    Alors, cher Kofi Anan, vous êtes prié de plier vos bagages et renter aux USA.
    Cel n’est pas seulement la volonté de Cécilia, mais la volonté de la grosse majorité des Syriens qui veulent vivre et retrouver la paix et la sécurité d’avant.

    Quant à la question que Bachar doit partir, c’est un problème syrien interne et c’est aux Syriens seuls d’en décider car la Syrie est un pays SOUVERAIN et elle n’est pas sous tutelle, alors fichez-nous la paix !

    En plus, les Syriens ont un dirigeant qui travaille beaucoup et parle peu, mais quand il parle, la planète entière le prend au sérieux contrairement à vos dirigeants clowns qui sont là à nous répéter depuis un an que le régime syrien va tomber. Avec ceux-là, c’est la montagne qui a beaucoup travailler pour accoucher une souris. En effet, ces dirigeants-là n’ont plus aucune crédibilité aux yeux du monde entier sauf pour les imbéciles car ils l’ont perdue avec la crise syrienne.
    Par contre, la crise syrienne a servi à accoucher d’un nouveau monde et d’un nouvel ordre mondial qui n’a rien à voir avec le Nouvel Ordre Mondial imaginé et voulu par Bush.

    C’est la Syrie tout simplement.

    • claude dit :

      merci Cécilia pour ce commentaire que je fais mien tout simplement

    • AVICENNE dit :

      Cécilia,

      Je pense au contraire que le gouvernement syrien accepte cet énième « plan de cessez le feu ». Pourquoi ?.

      Parceque Bachar El Assad sait pertinemment que ces fameux rebelles, CNS et tutti fruti n’accepteront jamais (le CNS à déjà dit non !).

      Ainsi, la bonne volonté du côté du soit-disant « tortionnaire » et le « non » infatiguable du côté des « rongeurs ».

      Sur le terrain, rien ne changera, l’armée continuera (on n’arrête pas une affaire qui commence à « rouler »)à porter ses coups méthodiquement.

      Les deux seules choses pouvant faire basculer la situation à mon avis:

      - Le basculement massif de l’armée (j’ai du mal à y croire plus de 16 mois après).
      - L’assassinat de Bachar El Assad.

      Cette dernière option me fait asser peur car les « cowboy », acculés et vexés comme des poux, peuvent très bien entreprendre ce genre d’opération.

      • Tarico dit :

        Depuis le retrait des observateurs et le reprise des opérations militaires, les « amis » de la Syrie sont coincés. Bachar enregistre succès diplomatique (accord de Genève), stratégique (le F14 turc) et militaire (l’ASL se fait tailler en pièces).
        La seule riposte possible dans l’immédiat, ce serait effectivement son assassinat. Rappelez-vous de Nasser et Khadafi, entre autres dirigeants contre lesquels les occidentaux, la France en tête, n’ont pas hésité à monter des tentatives d’assassinat, qui n’ont échouées que par miracle. (tout de même 81 morts à Ustica en 1980).
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Trag%C3%A9die_d%27Ustica
        J’espère que le Président et sa famille prennent les précautions nécessaires. Il n’en va pas seulement de sa vie.

      • Marie-Christine dit :

        Cher Avicenne, ne vous faîtes pas de nouvelles peurs, nouvelles angoisses inutiles !
        « L’option » de l’assassinat de Bachar est une option première depuis le début de « leur » printemps syrien sanglant, et même avant. Jusqu’ici, ils n’y sont pas arrivés.
        Bachar est un soldat : il sait qu’il peut mourir (ce que bien sûr, nous ne souhaitons pas!!!).
        Il sait aussi, je pense, qu’il n’est pas irremplaçable, mais donne et donnera le maximum de lui-même, jusqu’au bout de la fonction qu’il occupe pour défendre la souveraineté de la Syrie et le peuple syrien.
        Face à l’agression « mondiale » (c’est à dire le monde atlantico-sioniste et acolytes régionaux qui prétend à la toute puissance) à la quelle est confrontée la Syrie, il s’est révélé et continue de le faire, un homme d’Etat remarquable pour son peuple et son pays.
        Son assassinat fait partie de leurs rêves : un de ceux auquel ils doivent de plus en plus renoncer !
        Longue vie à Bachar al-Assad et au peuple syrien !

      • Cécilia dit :

        AVICENNE

        Rassurez-vous que vous n’êtes pas ni le premier ni le dernier à parler de telle ou telle éventualité, il parait même très logique que cela avait été étudié dès le début. Les dirigeants syriens jouent bien même très bien avec la politique surtout étrangère, ils sont passés maitres en la matière.
        Et s’il y a une seule armée dans le monde qui peut résister aux tentations diaboliques pour un « basculement massif » comme vous dites, c’est l’armée syrienne. Même le seul grand général qui a laissé tomber son uniforme comme Manaf Tlass n’a pas rejoins les ennemis de la Syrie comme le CNS et il n’a pas déclaré la guerre contre sa propre armée non plus en s’alliant avec l’ASL. Pour moi et en toute absence d’une déclaration de sa part, il a laissé tomber son uniforme militaire pour profiter de la belle vie civile, « un enfant gâté » comme il l’a bien décrit notre Louis. Cela dit, je n’exclue pas une autre possibilité civile.

        A méditer !
        Tranquillisez-vous !

    • Rensk dit :

      Ah, là « je te vois enfin » Cécilia…

      Me semblais bien que tu n’a plus que le pays en vue… grrrr… et toi tu vis comment ?

      Je sais que tu as raison dans le fond de l’histoire… mais pense à toi aussi… (inspirer, expirer)

      Tu est tellement impliquée, et le Président et ouvert aux grands changements… Toi, tu dois avoir une idée pour changer les choses, impossible de « flinguer » tout le monde…

      Comment utiliser la nouvelle constitution au bénéfice de la majorité des citoyens mais aussi de ses minorités ?
      Ici, chez-moi, ont en est arrivé a crée un État dans l’État…

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      J’approuve.
      Sans réserve, les prémisses et les conclusions.
      Merci Cécilia.

    • mecreante dit :

      « Quant à la question que Bachar doit partir, c’est un problème syrien interne et c’est aux Syriens seuls d’en décider car la Syrie est un pays SOUVERAIN et elle n’est pas sous tutelle, alors fichez-nous la paix ! »

      Bravo Cécilia ça résume tout !

      • Cécilia dit :

        Cela fait quelques temps chère mécréante !
        J’ai été absente d’infosyrie deux ou trois jours.
        Je ne suis pas du tout bien ! la fille de voisins s’est jetée au 9ème étage (les appartements sont en duplex). Elle avait un pantalon blanc et un haut avec beaucoup de bleu, le ciel et le linceul.
        Elle est restée par terre des longues heures avant que le service compétent vienne la chercher, mais des policiers étaient là pour surveiller le corps.
        Depuis, avant de dormir, je vois toujours une jeune femme blonde, habillée en pantalon blanc, par terre. Cela me renvoie aussi à une autre histoire de ce genre.
        Je ne sais pas comment faire pour oublier !

        • Marie-Christine dit :

          Très difficile Cécilia ! Ce sont des traumatismes, des épreuves, que l’on oublie pas, qui restent enfouis, même si la vie, avec ses joies et ses peines semblent les recouvrir…
          Paix à l’âme de cette jeune-fille si désespérée qu’elle a commis l’irréparable… Combien de ces désespérés, dont on ne parle pas assez, dans nos sociétés ?
          Bon courage chère cécilia. La vie, dont cette jeune-fille s’est retirée avec une telle violence, doit toujours la plus forte…

          • Marie-Christine dit :

            Lire « doit toujours rester la plus forte. »

          • Cécilia dit :

            En effet, Marie-Christine, « ce sont des traumatismes, des épreuves, que l’on oublie pas ». On n’oublie rien mais on s’habitue plus au moins.
            Bon, ce n’est pas toujours facile d’aimer une laideur comme les sept péchés capitaux !

            Voir tant de morts en Syrie m’est largement suffisant, mais que faire ?
            Aller sur une île déserte dans nul part loin de l’Homme-Animal et du destin cruel est une idée merveilleuse, d’ailleurs mon rêve est de finir en ermite dans la montagne syrienne proche du ciel étudiant les traditions ésotériques chez les druzes, chez les chiites ou chez les alaouites, mais en attendant, je me suis mise à la kabbale.

            In chaa Allah !
            Allah Kbir, Dieu est grand !

            La vie et le bon sens m’ont appris que ni le néant, ni le hasard n’existe pas.

          • Marie-Christine dit :

            « d’ailleurs mon rêve est de finir en ermite dans la montagne syrienne proche du ciel étudiant les traditions ésotériques chez les druzes, chez les chiites ou chez les alaouites,  »
            C’est tout un programme Cécilia ! en attendant…, l’étude de la Kabbale (j’avoue n’en connaître pour ainsi dire rien), le combat du peuple syrien jusqu’à la victoire, et la vie.
            Je vous embrasse

  10. STRATÈGE dit :

    Cécilia a dit :
    « la crise syrienne a servi à accoucher d’un nouveau monde et d’un nouvel ordre mondial qui n’a rien à voir avec le Nouvel Ordre Mondial imaginé et voulu par Bush ».
    Espérons-le de tout coeur et que la suite vous donne raison.

  11. joseph cotton dit :

    Les bruits courent que Annan proposera à Bashar al Assad et à l’opposition une élection présidentielle anticipée, tel que l’avait suggeré James Baker dans un entretien récent avec Charlie Rose et que Hillary avait considéré comme fort plausible.
    L’opposition, convaincue de son support populaire, ne devrait y voir aucune objection et montrerait sa mauvaise volonté si elle s’y refusait. Cependant l’absence d’un candidat ‘populaire’ leur pose un sérieux problème. Ni Ghaliun, ni Siada, ni Kilo ne font le poids ( sans jeu de mot) en face de Bashar Al Assad, certainement critiqué pour ses erreurs au début des troubles qui ont causé la mort de beaucoup d’innocents mais admiré par sa persistance à tenir tête aux ennemis traditionnels de la Syrie et aux alliés d’Israel.
    Davutoglu admet sur France 24 que la politique de la Turquie en Syrie s’est fourvoyée. En effet la Turkey recoit camouflets sur camouflets. l’Otan a minimisé l’attaque de l’avion-espion et la conférence de Genève a affirmé l’intégrité du territoire syrien, écartant la suggestion de la Turquie d’une zone protégé ou de corridors ‘humanitaires’

    • Charles dit :

      Ces bruits sont ridicules, comme tout ce que Mme Clinton trouve plausible, comme tout ce qui ne part pas du fait simple et clair : la victoire de Bachar sur les mercenaires, désormais en phase terminale de liquidation.

    • sowhat dit :

      Ils ne le feront jamais car ils savent que Bachar recueillera AU MOINS 60% et plus probablement 80% des suffrages et que l’opposition fera tout pour saboter les élections. Bachar ira jusqu’au bout de son mandat et les élections présidentielles auront lieu en 2014. D’ici là il peut y avoir de nouvelles élections législatives pour élargir la représentativité de l’Assemblée du Peuple sur les nouveaux partis et dans le sillage un remaniement ministériel pour un gouvernement d’union nationale. La révolution nationale que conduit la direction syrienne est en marche et rien ne l’arrêtera.

      • Rensk dit :

        When the elder Assad died in 2000 was elected president unopposed in what the regime claimed to be a massive popular support (97.2% of the votes), on 27 May 2007, Bashar was approved as president for another seven-year term, with the official result of 97.6% of the votes…

        Tout est VOTÉ… par le peuple de Syrie ! :-)

        • Rensk dit :

          PS: en Suisse le peuple ne peut pas élire son/sa Président/e ce sont les élus qui s’en occupent (une fois élus ils font ce qu’ils veulent est une chose connue dans notre « démocratie »)…

        • sowhat dit :

          cher ami nous somme en 2012 et non en 2000 et pas mal de choses ont changé depuis 2000 et en grande partie grâce à Bachar. Bachar a été désigné par le système c’est vrai qu’il n’a pas été élu démocratiquement, c’est le système qui s’est perpétué en la personne de Bachar. L’essentiel n’est pas là. Du reste on ne peut pas comparer la Suisse et la Syrie. Comparez plutpot la Syrie et l’Egypte. La Syrie n’est pas un état failli, Bachar et sa famille n’ont pas détourné des milliards de l’économie nationale et placé des milliards à l’étranger sur des comptes privés. Permettez-moi d’ajouter de vous à moi et sauf votre respect qu’on se fiche un peu de la Suisse …

    • Tarico dit :

      Surtout pas d’élection présidentielle. Ou il l’assassineront à la faveur de ses déplacements de campagne ou ils nieront le résultat comme ils l’ont fait pour Poutine.

  12. Luc Lepropre dit :

    Si la Syrie est encore libre. C’est bien grâce à Bachar.

    • Marie-Christine dit :

      Oui, qui pourrait en douter, et à son peuple qui le soutient et continue de résister.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      @Luc Lepropre :
      « Si la Syrie est encore libre. C’est bien grâce à Bachar. »

      Oui, et à tous les patriotes, civils et militaires.
      Ils reconnaissent en lui un grand homme d’Etat et un patriote incorruptible, tel qu’il s’est révélé dans l’épreuve.

  13. Tarico dit :

    Accuser frontalement les USA (ou Israël d’ailleurs) est contre-productif.
    On sait très bien que ces deux pays font exactement ce qu’ils veulent sur la scène internationales, en toute impunité depuis 1945, pour ne parler que de la période contemporaine.

    La bonne stratégie, à mon sens, consiste à désigner le Qatar comme seul responsable, comme le méchant qui aurait abusé les gentils occidentaux dans sa guerre de religion et son rêve fou de domination du monde islamique.

    Quand l’ennemi est trop puissant, il faut lui laisser une porte de sortie, un lot de consolation qui fera les frais de la « réconciliation ».
    Dans certains conflits de ma vie personnelle, j’ai expérimenté cette stratégie qui consiste à accuser non pas mon adversaire mais son roquet, un tiers ayant pris partie pour lui. Quand le rapport de force l’impose, le roquet sert de fusible et, à part lui, personne ne perd la face.

    Or le fusible Qatar constitue un bouc émissaire idéal, il est immensément riche et sa richesse est concentrée entre quelques personnes physiques facilement identifiables, il ne fait pas partie du cercle fermé des états voyous intouchables, même s’il l’a cru dans son délire de puissance, et enfin il existe tant de preuves pour l’incriminer du pire des crimes : le soutien et même la direction du terrorisme international. L’œil du Dragon Al-Qaïda est à Doha, tout le monde le sait, et quand on veut affronter un dragon, il faut lui crever les yeux !

    Scénario idéal pour une sortie de crise en Syrie :
    - Que l’armée taille en pièce les mercenaires djihadistes et finalement, offre une amnistie au membres ASL de nationalité syrienne qui rendraient les armes, et collaboreraient à l’éradication des derniers enragés, combattants, trafiquants, religieux, crime organisé.
    - Que les débris de l’ASL refoulent vers la Turquie où ils ne pourraient s’empêcher de provoquer des troubles propres à scandaliser l’opinion turque, causant la chute du gouvernement Erdogan.
    - Que la Russie, la Chine, et tous les BRICS, pesant de tout leur poids économique, exigent la comparution du Qatar au conseil de sécurité sur la base d’accusations extrêmement documentées.
    - Que la responsabilité retombe uniquement sur l’émir et sur la petite clique qui l’entoure, précisément ceux qui détiennent en nom propre la quasi totalité des actifs qataris. L’Arabie Saoudite ne serait pas inculpée, mais c’en serait fini de sa suprématie régionale et la monarchie resterait sur la sellette.
    - Que cette clique soit condamnée et dépouillée de ses avoirs au bénéfice de leurs victimes, au premier chef, et des pays où sont investis ces avoirs (entre 3 et 5000 milliards de dollars). Presque tous les pays du monde en bénéficieraient. Le braquage du siècle.
    - Qu’un accord international contre le terrorisme permette une lutte accrue contre tous les groupes précédemment soutenus par le Qatar, où qu’ils se trouvent, du Nigeria aux Philippines et sonne enfin le glas d’Al Qaïda après 20 ans de guerre.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      @Tarico dit

      Je ris volontiers à la lecture de votre thèse.
      Ca se voit que vous connaissez les Ultra-Sionistes-Associés !
      La fable de la Fontaine des animaux malades de la peste vous trotte encore dans la tête.
      C’est bon d’avoir la mémoire fraîche.
      Mais, ne vous arrêtez pas en si bon chemin ; je suis sûr que vous ferez des progrès.

  14. Rensk dit :

    Question « poeple » saviez-vous que :

    Une princesse saoudienne demande l’asile au Royaume-Uni
    Mis à jour le 08.07.2012

    La princesse Sara Bint Talal Ibn Abdel Aziz Al Saoud, surnommée la «princesse Barbie» en raison de son éducation très choyée, a également demandé l’asile pour ses quatre filles.

    «J’ai été agressée physiquement», a-t-elle confié au journal. «Ils m’ont accusée de comploter contre eux avec l’Iran. J’ai très peur», a-t-elle souligné.

    La validité de son passeport a expiré deux ans après son arrivée en Grande-Bretagne et elle risque l’expulsion, son visa étant périmé…

  15. Marie-Christine dit :

    Rêvons, rêvons, il en restera toujours quelque chose !
    C’est cette paraphrase qui me vient en tête, Tarico, quand je lis votre post « génial », en tout cas qui offre une perspective stratégique (digne de Machiavel !?) de « sortie de crise » inédite : commencer par le Qatar ! Premier dindon de cette « farce » macabre pour permettre au maître de « s’en sortir » en sauvant la face…
    C’est vrai que l’on ne doit pas l’oublier celui-là : le gros travesti en baleine et sa clique, zémir d’un confetti qui a troqué ses sympathiques chameaux contre des barils de pétrole et foyer de nuisance avec ses pétrodollars, incommensurable, en sous-traitance.
    Quelques réflexions qui ne portent pas sur les détails de votre plan d’action :
    – De toute façon le Qatar, La grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf, a toutes les chances de connaître tôt ou tard (et peut-être plus tôt que l’on ne pourrait le supposer) le même sort que le batracien de la fable de La Fontaine.
    – Les conséquences de son éclatement ? Une onde de choc ? En toutcas une oeuvre de salubrité régionale et mondiale certaine !
    – « S’attaquer au roquet » plutôt que frontalement à son maître… Certes, et quand ce roquet est un pion important dans le jeu, l’échiquier du maître,le mettre à terre, est aussi commencer à affaiblir le maître…

    Donc, en conclusion de votre brillant exposé, à défaut du Qartier Général, Feu sur le Qatar (qui est de toute façon une cible juste !)!?

  16. betehem dit :

    Le Qatar et les Qataris agacent de plus en plus de monde. Me semble-t-il. Les USA aussi, mais il faut reconnaître qu’en partie grâce à eux, l’Occident et beaucoup d’autres pays n’ont plus ni les moyens ni l’envie de faire la guerre. Et puis ça bouge beaucoup encore dans les pays musulmans, pas nécessairement en faveur de l’islamisme terroriste.
    Mais peut-être que je rêve, ou que simplement, j’ouvre autrement les oreilles ?

  17. fatima dit :

    Le ministre des affaires étrangères turc a déclaré que « La Turquie a échoué dans sa démarche pour faire tomber le régime syrien » !!! .
    Il s’est enfin réveillé ce petit-homme..
    C’est que maintenant qu’il a remarqué ce constat ??!! ..
    Le régime turc a peur, car il y a sur son territoire beaucoup des gangs armés ? une fois, la crise syrienne commence à se résoudre , ces gangs vont aller où ?
    De plus, le PKK vient de menacer le régime turc de « transformer Istanbul un Homs N° 2 « ..
    Cela a mené erdogan et compagnies à réfléchir !! que leur politique est catastrophique pas seulement pour eux, mais aussi pour la Région..
    De toute façon, un homme politico-religieux est incapable de raisonner correctement, c’est toujours la religion et le communautarisme qui prennent le dessus..c’est les cas d’erdogan.
    Quant à la politique syrienne est une politique laïque les décisions prises sont bien réfléchies et servent tout le peuple syrien..
    La Syrie est protégée par Allah son peule courageux, sa très Grande Armée et par la sagesse de ses politiques.
    Nous allons s’en sortir de cette crise, et nous allons rester toujours fier de notre appartenance à ce Grand Pays « La Syrie ».