• Actualité
  •  

Pendant les premières visites des premiers observateurs des Nations-Unies, à Homs et Hama hier et dans la région de Damas aujourd'hui, les violences continuent. Dimanche, selon les chiffres suspects de l'OSDH, 17 personnes sont mortes, dont six civils tués par les forces du régime dans la province de Homs. Bombes, assassinats à domicile, guet-apens : c'est la guerre de l'ASL L'OSDH recense 200 victimes des violences depuis la proclamation du cessez-le-feu par le gouvernement à l'aube du 12 avril. Nombre de ces [...]



La violence, messieurs de Reuters et de l’AFP ? En voilà encore !

Par Guy Delorme,



Le médecin Adnan Tawfiq al-Smeit, assassiné (en tant que notable ?) à Deraa ce 23 avril : mais Reuters ou l'AFP ne sont pas au courant des meurtres d'origine opposante

Pendant les premières visites des premiers observateurs des Nations-Unies, à Homs et Hama hier et dans la région de Damas aujourd’hui, les violences continuent. Dimanche, selon les chiffres suspects de l’OSDH, 17 personnes sont mortes, dont six civils tués par les forces du régime dans la province de Homs.

Bombes, assassinats à domicile, guet-apens : c’est la guerre de l’ASL

L’OSDH recense 200 victimes des violences depuis la proclamation du cessez-le-feu par le gouvernement à l’aube du 12 avril. Nombre de ces victimes sont des soldats, des policiers et des civils victimes des bandes armées, mais l’OSDH préfère les noyer dans un « flou statistique ».

Justement, l’agence Sana donne des informations assez précises sur le bilan quotidien de l’activisme ASL-salafiste, qui se poursuit imperturbablement, en effet, depuis le 12 avril. Sana décomptait une trentaine de victimes de ces bandes pour la journée de vendredi. Et dimanche, un sergent a été tué et 42 soldats blessés dans l’explosion d’une bombe au passage de leur bus,sur la route al-Raqqa-Alep ; six employés des chemins de fer ont été blessés par un autre engin explosif dirigé contre leur train de fret dans la banlieue d’Idleb, attaque qui a fait des dégâts importants et perturbé l’acheminement du carburant à Alep. Toujours dimanche, deux employés du Centre de recherches scientifiques de Hama ont été selon le même mode opératoire : un engin qui a explosé au passage d’un bus de travailleurs, à  Moukhtarieh dans la banlieue de Homs, 10 autres passagers étant blessés. Toujours à Homs, Issa Moussa, professeur de médecine à l’Université al-Baas, avait été assassiné dans la nuit de samedi à dimanche a proximité de son domicile, dans le quartier de Sakan al-Chababi. Un adjudant a été tué à Mayadine près de Deir Ezzor, et un adjudant a été tué d’une balle dans la tête à Boukama. Dans la banlieue de Hama, deux enseignants et leur chauffeur ont été enlevés. Et dimanche matin, à Hama même, le corps d’un inconnu a été retrouvé avec une balle dans la tête, dans le quartier de Janoub al-Malaab. Et plus tard dans la journée de dimanche, un lieutenant-colonel était assassiné à son tour à al-Mussemyeh, dans la banlieue de Deraa.

Et pour le lundi 23 avril, l’agence syrienne d’information énumère : l’assassinat d’un médecin devant sa maison du quartier d’al-Qossour de Deraa ; une jeune fille de 14 ans blessée dans une attaque à al-Noheimeh dans la banlieue de Deraa ; la mort d’un colonel et d’un adjudant ciblés place al-Sibahi à Hama ; l’attaque d’un commissariat à Izraa, dans le gouvernorat de Deraa, qui a fait un blessé parmi les policiers ; une embuscade contre un véhicule au rond-point de Lirmouk à Alep, qu a coûté la vie à un militaire et à un employé civil ; la découverte du cadavre d’un civil enlevé quelques jours plus tôt dans la localité de Kark.

Mais tout ce que retient une agence de presse comme Reuters, ce sont les affirmations des rebelles : ainsi, l’OSDH annonce, cet après-midi, des tirs de chars et de canons sur le quartier d’Arbaïne à Hama, qui n’aurait pas fait moins de 28 morts et de 60 blessés. Le tout reposant, comme d’habitude, sur un appel téléphonique d’opposant. Cette partialité en est à un point qu’on souhaîterait presque qu’il s’agisse en l’espèce de paresse intellectuelle.

A toutes ces attaques, à ces harcèlements, l’armée répond. Au risque d’être accusée par les médias de violer la trêve, comme lors d’une visite récente de bérets bleus de la mission Annan à Hama . C’est un risque de leur mission, mais ces observateurs sont pris politiquement en otages par les opposants, ainsi qu’on a pu le voir tout récemment à Homs, où le chef local de l’ASL, rescapé de Bab Amr, le désormais fameux Tlass, encadre avec quelques uns de ses hommes des casques bleus, se présentant comme le maître politico-militaire des lieux. Le gouvernement peut difficilement s’opposer à ce genre de happening propagandiste, filmé par les caméras du monde entier. Mais après tout, les bérets bleus rencontrent aussi, à Homs, des partisans du régime. Le problème principal est, comme toujours, la partialité des médias français et occidentaux.

Dans ces conditions, les obsèques de militaires se poursuivent, jour après jour : lundi un commandant, un caporal et deux conscrits, auxquels a été associé un civil, ont été portés en terre. Ils étaient tombés à Homs, Hama, Alep et dans la banlieue de Damas.

Dans un registre plus optimiste, Sana rend compte de nouvelles « redditions » de rebelles repentis : 322 d’entre eux se sont rendu dans les postes de police de Hama pour s’y faire enregistrer et remettre leurs armes ; plusieurs centaines d’autres les ont précédés dans cette démarche ces dernières semaines : 248 par exemple le 20 avril. Le gouvernement avait promulgué une amnistie pour tous les hommes armés n’ayant pas participé à des crimes de sang. Ces redditions peuvent-elles « tarir » le recrutement de des bandes. Celles-ci sont cependant alimentée par un « sang nouveau », celui des volontaires djihadiste étrangers arrivés en Syrie depuis les pays limitrophes. L’armée, trêve ou pas, n’a d’autres ressources que de porter des coups décisifs à ces bandes, qui se situent en dehors de tout cadre, même onusien.

 

 

 

De nouvelles victimes de la non-trêve de l'ASL & co, ce 23 avril

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

31 commentaires à “La violence, messieurs de Reuters et de l’AFP ? En voilà encore !”

  1. claudia dit :

    Derrière l’écran de fumée du cessez-le-feu de l’ONU et de Kofi Annan, les plans se finalisent pour l’intervention, y compris la participation des Etats-Unis sous les auspices de l’OTAN.

    Article à lire:
    http://www.alterinfo.net/L-OTAN-discute-d-une-intervention-militaire-en-Syrie_a75061.html

    • machiavel dit :

      Vouloir aménager une zone tampon entre la Syrie et la Turquie est une vieille histoire déjà et qui ne peut être mise en oeuvre parce que les syriens exercent la souveraineté de l’Etat sur leur territoire;cela n’empêche pas les infiltrations en Syrie de bandes terroristes armées avec le soutien de Merdogan;cette mauviette qui sollicite l’appui de satanotan est incapable de régler les problèmes internes à la Turquie,problème notamment des kurdes qu’il n’a fait qu’assassiner depuis son intronisation; alors il trouve dans ses nuisances envers la Syrie un exutoire, qui reste provisoire vaille que vaille et Merdogan se réveillera mal, face à la réalité du bourbier dans lequel il fourré la Turquie.Le scénario donc de l’intervention armée en Syrie,modèle libyen, est écarté parce que la situation prévisible dans ce cas de figure,est plus qu’explosive et plus qu’immaîtrisable et ne serait pas dans l’intérêt des monarchies du golfe ni de l’entité sioniste pour laquelle tout ce bazar est mis en branle.

    • RoyL dit :

      Est-ce que vous lisez l’anglais? (En attente d’une traduction en
      français.)

      http://www.voltairenet.org/China-s-Land-Bridge-to-Turkey
      China’s Land Bridge to Turkey creates new Eurasian Geopolitical
      Potentials
      by F. William Engdahl
      23 April 2012
      http://www.voltairenet.org/China-s-Land-Bridge-to-Turkey
      China’s Land Bridge to Turkey creates new Eurasian Geopolitical
      Potentials
      by F. William Engdahl
      23 April 2012

      La Chine … Ajoutez la Russie, l’Iran et les autres. Il vaut
      mieux pour Erdogan — je n’ai pas lu l’article au lien que vous
      avez donné, franchement, ça ne m’intéresse pas: « les plans se
      FINALISENT, » mon dieu, encore de ça, est-ce que vous êtes
      familière avec la notion de inertie?!! — d’essayer de se refaire
      la figure au plus vite — [sarcasme] *bonne chance* — s’il ne
      veut pas, pour parler joliment, être défenestré ou jeté à la mer
      par les turcs eux mêmes (on a déjà vu, sur une vidéo, un *crash
      landing* de Erdogan avec un chute de cheval).

  2. machiavel dit :

    L’occident tout entier n’est au courant de rien. Au lieu de s’en prendre avec acharnement et dans un but de propagande noire contre la Syrie à la première dame Asmae, il ferait mieux de revenir à la raison et de voir ce que les monarchies et les principautés du « grand golfe démocratique » font des pétrodollars de leurs peuples,outre l’esclavage des domestiques mis au service de leurs caprices.S’il y a bien un endroit par où commencer,c’est bien par ces pouvoirs médiévaux.Mais comme l’occident est complice,il ne reste pour les Syriens que de se défendre becs et ongles pour maintenir le cap de la dignité.(voir lien ci-après concernant les frasques de ces pétromonarchies):

    http://nawaat.org/portail/2008/08/08/les-vacances-des-emirs-du-golfe-et-leurs-suites-desclaves/

    • BWANE dit :

      Cher machiavel,
      bien d’accord avec vous, sauf qu’il est inutile de parler en mal du monde médiéval, je suis d’accord avec vous à propos de l’occident contemporain et de ces minables monarchies du Golf, mais on ne peut-à mon avis- extrapoler ce jugement à tout le moyen-âge occidental, même tardif, lisez par exemple Bossuet, quelle grandeur tranquille et indépendante ; sans vouloir rentrer dans beaucoup de détails, je dirai en somme que le classique occident doit faire partie de notre esprit et de notre chaire aussi bien que notre mystérieux Orient, les deux n’en faisant qu’un, je finis par une citation de ce même Bossuet « Bernard, que prétends-tu dans le monde ? Y vois-tu quelque chose qui te satisfasse ? (…)combien dure cette félicité ? Elle fuit, elle fuit comme fantôme qui, nous ayant donné quelque espèce de contentement pendant qu’il demeure avec nous, ne nous laisse en nous quittant que du trouble. Bernard, Bernard, disait-il, cette verte jeunesse ne durera pas toujours (…) la vie nous manquera, comme un faux ami, au milieu de nos entreprises ».

      • Charles dit :

        En effet, les dictatures wahhabites ne sont pas médiévales : leur idéologie a commencé à prendre forme au milieu du 18e siècle (il y a moins de deux siècles et demi).
        Quant au « Panégyrique de Bernard de Clairvaux », il n’appartient pas non plus au moyen âge, mais au 17e siècle : il a été prononcé par Bossuet en 1656, soit un siècle et demi après la fin du moyen âge (qui s’achève avec le 15e siècle).

        • BWANE dit :

          j’ai écrit moyen-âge tardif, par ailleurs, faire coincider la fin du moyen-âge avec le début de la renaissance en France relève à mon avis d’un point de vue pr trop esthétique, du reste seul le terme de féodalisme en tant forme tertiaire de la succession des formes de production et de société est rigoureux, et celui-ci finit en France en 1789, mais la Bourgeoisie ne vaincra définitivement l’ancien régime qu’en 1871.

          • BWANE dit :

            J’aimerais ajouter que je me situe personnellement du coté de Saint-Bernard, dans la querelle des Universaux, qui l’a opposé à Abélard, premier intellectuel moderne, émasculé de fait et de raison, et traître à l’amour (cf. ses lettres à Héloïse) et qui n’a osé affronter Saint-Bernard je ne sais à quel concile. L’on comprend dès lors l’existence de nos Botul.

      • machiavel dit :

        Bonjour Cher BWANE,
        Je suis tout à fait en accord avec votre assertion selon laquelle tout appartient à l’humanité,que nous soyons d’Occident ou d’Orient;même la période sombre de l’esclavage fait partie intégrante de notre « inhumanité » et qui continue encore de nos jours de perdurer un peu partout de par notre monde actuel.Permettez-moi toutefois de vous préciser que mon emploi de l’expression « pouvoirs médiévaux » ne signifie en aucune façon dans mon esprit, une insulte du passé historique,ce passé où il y avait aussi de l’amour,sinon comment expliquer la perpétuation de notre espèce pour simplifier.En taxant ces pétromonarchies du golfe de moyenâgeuses, j’ai plutôt agi en référence à quelque société surannée, dépassée et qu’il n’est plus admissible aujourd’hui, d’en retrouver les pires aspects dans des contrées qui se veulent au top de la modernité et qui donnent dans le cas qui nous préoccupe,des leçons de morale et de démocratie à des sociétés comme la Syrie,civilisation vieille de près de 10 000 ans,avec une parenthèse de 8 siècles de lumières et de tolérance en Europe ibérique.
        Vous avez cité Bossuet et là nous sommes déjà sorti du haut moyen âge pour nous approcher des siècles des lumières européens.Ce même Bossuet,théologien qu’il était,n’avait-il pas pris certaines positions qu’on qualifierait aujourd’hui d’atteintes graves aux droits de l’Homme?, en écrivant dans ses controverses avec les protestants que: « De condamner cet état-l’esclavage-, ce serait non seulement condamner le droit des gens, où la servitude est admise, comme il paraît par toutes les lois; mais ce serait condamner le Saint-Esprit, qui ordonne aux esclaves, par la bouche de saint Paul, de demeurer en leur état, et n’oblige point leurs maîtres à les affranchir ». Remarquez,on a fait dire à Jésus(paix soit sur lui),de nombreuses contre-vérités. Mais ce fut une époque, où les horizons de la pensée n’étaient pas aussi étalés ou libres comme aujourd’hui et encore mois admis par la société dans son ensemble. En revanche,vos interrogations cher BWANE, m’ont amené à fouiner un peu dans la nuit des temps et j’ai le plaisir de vous faire partager avec moi,les délices de certains textes écrits par des penseurs issus des sociétés musulmanes du moyen âge(XIè et XIIè siècles de l’ère chrétienne, en l’occurrence certains quatrains( ROBAIYYATES ) de Omar al Khayyam, persan, soufi et mathématicien qui était en avance sur son temps et dont faut-il le préciser,je ne partage pas toutes les affirmations et les convictions,tant elles revêtent par certains aspects, des attitudes bien éloignées de mon crédo et de celui de bien des croyants aujourd’hui même.Cela ne veut pas dire que je me place en situation d’inquisiteur par rapport à ses écrits et encore moins de censeur.Je trouve même que le lecteur pourra trouver dans ses écrits un certain régal,et pourquoi l’en priver alors! Alors cher BWANE, humez et régalez-vous à travers ces quelques quatrains sélectionnés pour nos amis de ce site:

        « Quand je vois comme vont le monde et ses affaires,
        je sens bien comme tout est vain et sans valeur.
        Dieu soit loué, pourtant, car, au fond de mon cœur,
        je sais combien je suis déçu sur cette terre. »

        « Contente-toi de savoir que tout est mystère :
        la création du monde et la tienne,
        la destinée du monde et la tienne.
        Souris à ces mystères comme à un danger que tu mépriserais. »

        « Tu peux sonder la nuit qui nous entoure.
        Tu peux foncer sur cette nuit… Tu n’en sortiras pas.
        Adam et Ève, qu’il a dû être atroce, votre premier baiser,
        puisque vous nous avez créés désespérés ! »
        La réflexion suivante,j’ai trouvé qu’elle était bien meilleure,car pleine de générosité et de volonté de vivre dans la joie et la dignité:

        « Si je pouvais saisir les tablettes du Sort,
        comme j’y inscrirais tout ce que je désire !
        J’effacerais toutes les peines, tous les torts,
        je lèverais la tête et me mettrais à rire. »

        amitiés à tous

        • BWANE dit :

          Cher Machiavel,
          je me trouve en grande sympathie avec ce que vous écrivez, et je vous remercie pour les magnifiques quatrains d’Omar Khayyam dont je suis aussi un modeste amateur (je possède la traduction de Charles Grolleau qui date du début du 20 siècle, et de celle de Farzaneh et Malaparte qui date de 1993). Quant à Bossuet, ce que vous en citez se situe plutôt dans une sphère théorique, à savoir la guerre doctrinale que livrait l’église catholique, apostolique et romaine, contre le protestantisme. Historiquement, le christianisme-comme l’Islam- a lutté et a abouti à l’abolition de fait de l’esclavage antique. Bien plus, lors de la conquête des Amériques par la civilisation de l’homme blanc, seuls des prêtres catholiques ont dénoncé ces massacres innommables, pendant que les puritains anglicans ou autres justifiaient le génocide des indiens, allant jusqu’à comparer leur entreprise à la conquête par le fer et le feu du pays de Kanan (Palestine)effectuée par les juifs, comme relaté dans l’ancien testament. Par ailleurs, Monsieur Arouet, c’est à dire Voltaire avait des intérêts dans le commerce du trafic d’esclaves, lui l’auteur du traité de la tolérance et le champion de ces lumières dont nous commençons à être lassés, ce qui ne peut aucunement reprocher à Bossuet. Bref, cher ami, continuons notre combat pour la vérité et nos échanges. Vive la Syrie. Amitiés.

  3. Suchite dit :

    Une question qui me trote la tête? Pourquoi le président Poutine est silencieux sur le dossier syrien? Sont engagement ttimide ou inexistant ne cache t’il pas quelque chose??? Je sent la Russie quand même un peut timide. Va telle pouvoir freiner les attaques des ennemis de la Syrie?

    • BWANE dit :

      Cher Monsieur, la géopolitique n’est pas précisément une discussion de café de commerce, ou bien encore une une sorte de tchat interactif animé par le psychopathe Jupette, assisté par cet ignoble Botul, le tout sous les approbations de nos sioni-citoyens aux anges ! Non certes, Poutine est et restera aux cotés des syriens, et Infosyrie vous l’a dit et répété mille fois, tenez-vous à ce fait intangible, et prenez confiance en notre force, qui est celle de la résistance.

    • machiavel dit :

      Je crois qu’il n’y a pas d’inquiétude à se faire puisque c’est le chef de la diplomatie russe qui est en charge du dossier et qui ne laisse passer aucune occasion sans qu’il remette les pendules à l’heure; et puis plus qu’un signal, les manoeuves militaires sino-russes en cours sont là aussi pour exprimer le sérieux avec lequel ces deux géants prennent la question syrienne.En tout état de cause,les autorités syriennes savent ce qu’elles ont à faire et notamment envisager tous les scénarios possibles.

    • Merrick dit :

      Voilà l’analyse de Jacques Borde sur la résolution de l’ONU et sur la Russie. Il n’est pas tendre avec les Russes et leur stratégie des observateurs onusien !
      http://french.irib.ir/analyses/interview/item/183668-jacques-borde-sp%C3%A9cialiste-des-questions-internationales

    • Romain dit :

      D’un autre côté, on pourrait aussi dire que le Président Assad est « timide » puisque contrairement à Juppé et compagnie, il ne fait pas une déclaration aux médias toutes les trois secondes et demie avec des trémolos dans la voix ! je pense que la discrétion de Poutine sur le dossier tient au fait que d’une part il n’est pas encore président (donc pas habiliter à parler des Affaires étrangères, « domaine réservé » comme en france d’ailleurs) et que d’autre part il y le MAE Sergueï Lavrov dont c’est devenu il semblerait le job à plein temps !

  4. Mohamed Ouadi dit :

    Des centaines de syriens qui ont rendu leurs armes ont été amnistiées. Et je crois avoir compris que l’expression « n’ayant de sang sur les mains », signifie ceux qui ne sont pas accusés et poursuivis par les familles des victimes, et que même dans ces cas lorsque la famille « partie civile » accorde son pardon, l’Etat, « partie publique » relâche ces « induits en erreur » s’ils s’engagent à ne plus récidiver. Quelle générosité de la mère Syrie envers ses fils !!

  5. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    Le gaullisme avait remis la France à une place éminente, conforme à son génie, à son histoire et aux ressorts profonds des fondateurs de la République.
    Je me souviens du courage de de Gaulle et de son Discours de Phnom Penh, le 1er septembre 1966.

    http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAF94060215/discours-du-general-de-gaulle-de-phnom-penh-accueil-et-fete.fr.html

    Extrait du discours original :

    1er septembre 1966 : discours à Phnom Penh du général de GAULLE Au cours d’un voyage officiel au Cambodge, le général de GAULLE prend la parole au complexe sportif national de Phnom-Penh, au cours d’une réunion populaire à laquelle assistent 100 000 personnes. L’exposé des vues du Président français sur le conflit vietnamien – à savoir la non-issue des combats et la necessité de régler le conflit par la voie politique et donc par un retrait des forces américaines – a eu d’autant plus de retentissement dans le monde (et bien évidemment aux Etats-Unis) qu’il a été prononcé à proximité des frontières du Vietnam en guerre et au lendemain de l’audience que le général de Gaulle a accordé à une délégation Nord-Vietnamienne : « Eh bien ! La France considère que les combats qui ravagent l’Indochine n’apportent, par eux-mêmes, aucune issue. Suivant, s’il est invraissemblable que l’appareil guerrier américain vienne à être anéanti sur place, il n’y a, d’autre part, aucune chance pour que les peuples de l’Asie se soumettent à la loi de l’étranger venu de l’autre rive du pacifique, quelles que puissent être ses intentions et si puissantes que soient ses armes. Bref, pour longue et dure que doive être l’épreuve, la France tient pour certain qu’elle n’aura pas de solution militaire ». – Applaudissements de la foule. – De GAULLE poursuivant : « Dès lors, à moins que le monde ne roule vers la catastrophe, un seul accord politique pourrait donc établir la paix. Comme les conditions de ce règlement sont bien claires, et bien connues, on peut encore espérer. »

    Je le transpose au drame syrien :

    « Eh bien ! La France considère que les combats qui ravagent la Syrie n’apportent, par eux-mêmes, aucune issue. Suivant, s’il est invraissemblable que l’appareil guerrier USA (Ultra-Sionistes-Associés) et ses mercenaires venus du Qataristan, Séoudistan, Salafistan, Lybiestan, Erdoganistan et Diabolistan, vienne à être anéanti sur place, il n’y a, d’autre part, aucune chance pour que le Peuple syrien se soumette à la loi de l’étranger venu de l’autre rive de la Méditerranée ou de l’Atlantique, ou de la Mer rouge ou de la Mer morte, quelles que puissent être ses intentions et si puissantes que soient ses armes. Bref, pour longue et dure que doive être l’épreuve, MM. Sarkozy, Juppé et Hollande, devraient tenir pour certain qu’il n’auront pas de solution militaire. Dès lors, à moins que le monde ne roule vers la catastrophe, un seul accord politique pourrait donc établir la paix. Comme les conditions de ce règlement sont bien claires, et bien connues : élections parlementaires libres et loyales, dans le cadre de la nouvelle Constitution syrienne, pluraliste et laïque, on peut encore espérer. »

    • machiavel dit :

      BRAVO Syrie.Eternelle,sauf que le Général de Gaulle était un géant de la politique et un visionnaire,tandis que ceux d’aujourd’hui qui se prétendent de sa lignée, ne sont que des petits criquets nuisibles mais sans grande portée.Le grand Larousse n’en écrira que quelques lignes pour l’histoire, bien vite oubliées, vous verrez.Mais encore une fois,votre transposition de ce texte gaullien à la situation syrienne est bien réussie.Amitiés.

      • Charles dit :

        Oui, mais 20 ans avant De Gaulle massacrait les Syriens.
        Voir http://lepetitblanquiste.hautetfort.com/archive/2012/03/12/quand-la-france-martyrisait-la-syrie.html :
        « De Gaulle tergiverse, envoie des troupes et, le 30 mai 1945, donne l’ordre à l’aviation française de bombarder Damas pendant 36 heures d’affilée. On dénombre 500 morts dont 400 civils et des centaines de blessés. Une partie de la ville est détruite dont le parlement syrien.
        Mais De Gaulle doit finalement accepter l’arrêt des combats et abandonner ses prétentions. En avril 1946, les derniers soldats français quittent le Levant. »
        Voir aussi http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/francois-guillaume-lorrain/quand-la-france-envahissait-et-bombardait-la-syrie-09-02-2012-1429339_505.php?google_editors_picks=true :
        « Autre épisode intégralement oublié des relations franco-syriennes, et même de l’histoire de notre pays : le 29 mai 1945, alors que la lutte du parti Baath pour l’indépendance s’intensifie, le gouvernement français, sous la présidence du général de Gaulle, donne l’ordre au général Oliva-Roget de bombarder Damas. Une partie de la ville est détruite, on dénombre des centaines de morts. Événement comparable à la répression de Sétif en Algérie, qui a eu lieu trois semaines plus tôt, mais dont on ne parlera presque jamais […]. »
        De Gaulle a mis du temps à comprendre. Et ce sont les luttes et les victoires des peuples colonisés qui l’ont amené au discours de Phnom Penh.

        • machiavel dit :

          Vous avez raison de rappeler tous ces faits mais c’était dans l’air du temps des empires coloniaux et des remodelages des influences post-colonisation.Cela ne signifie guère que l’on doive dédouaner le chef du gouvernement français de l’époque.Mais de Gaulle a été aussi l’homme du fameux »je vous ai compris » et aussi celui qui a fait avorter le putsch des généraux en Algérie et conduit celle-ci à l’indépendance;et encore une fois,sous la contrainte et des rapport de forces avec les mouvements d’indépendance comme vous dites.Lorsque le Président français Jacques Chirac et son ministre des affaires étrangères de Villepin ont refusé de suivre le cow-boy Bush dans son entreprise guerrière en Irak,j’ai retrouvé un peu cette grandeur de la France,disparue hélas depuis 2007.

      • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

        C’est vrai. L’intérêt de la France, à mon avis, n’est jamais aussi bien défendu que par le respect de ses idéaux de Liberté, Egalité, Fraternité, Droits de l’Homme (les vrais, pas ceux de l’Organisation Stipendiée Des Hypocrites (OSDH).
        Mais, de Gaulle eu des égarements dus à la mentalité colonialiste de l’époque et aux vicissitudes de l’Histoire.
        Amitiés

  6. Raphael Babin dit :

    Désolé d’avoir à vous le dire, mais un article de ce genre ne sert malheureusement qu’à rappeler la mauvaise foi originelle des responsables de ce site qui, autrement, semblent on ne peut plus sérieux. Quand on lit par exemple quelque chose comme ceci : «Mais tout ce que retient une agence de presse comme Reuters, ce sont les affirmations des rebelles [...]. Cette partialité en est à un point qu’on souhaîterait presque qu’il s’agisse en l’espèce de paresse intellectuelle. » C’est pourtant si simple de comprendre que tant que les journalistes étrangers ne peuvent pas circuler librement dans un pays qui se trouve au coeur de l’action internationale, ils ne vont pas tomber dans le piège d’une information qu’il leur est interdit de contrôler eux-mêmes. On peut voir cela comme sorte de vengeance : vous (le régime syrien) ne nous laissez pas faire notre travail, ne nous faites pas confiance, eh bien voici le prix que vous devrez payer : seule l’information qui ne vient pas de vous, quelle qu’en soit la crédibilité, sera agréée par nous… C’est une guerre des nerfs, tout bêtement.

    À part ça, je n’ai que des compliments à vous faire. Pour qui veut se faire initier à la notion de « propagande », il n’y a pas mieux que de vous lire. Ça fait un an que je vous visite et je ne me lasse pas. Grâce à vous, quel suspense ! Le camp otanien, dans cette histoire, il n’est pas beau à voir. Horripilant. Je suis devenu tout à fait allergique à la moindre parole bien-pensante ou bienveillante de quelque politicien que ce soit chez nous. Et je comprendrais facilement que le Syrien moyen, quand elle s’adresse à lui, en soit outré.

    • Louis Denghien dit :

      Il y a, notamment en France, une pensée unique géopolitique qui se retrouve dans pratiquement tous les articles et émissions consacrés à la Syrie depuis un an : il y a la « direction idéologique » de la gauche BHL/Le Monde/Libération, qui donne le ton à presque tous les « confrères », et dont les mots d’ordre sont aussi ceux du gouvernement atlantiste (et sioniste) français. Ajouter à cette ligne officielle, l’inculture, le conformisme intéressé ou automatique des journalistes -etaussi la paresse intellectuelle – et cela donne ce que nous devons subir de nos médias sur la Syrie (avant c’était l’Irak, la Yougoslavie et la Libye, et c’est aussi l’Iran).

      Certes,le gouvernement syrien est « psycho-rigide » vis à vis des médias étrangers.. Mais force est de constater que la plupart des journalistes français entrés librement ou clandestinement en Syrie se sont transformés en autant de propagandistes des opposants (cf Edith Bouvier). Les Anglo-saxons sont sans doute moins formatés que leurs collègues français…

      Donc, nous maintenons que Reuters et AFP font plutôt du journalisme militant (ou »citoyen », pour prendre la jargon en vigueur).

      Amitiés

      Louis Denghien & Infosyrie

      • Merrick dit :

        Ne pas oublier également le rôle des « journalistes » en Libye.
        « Le général Bouchard admet que les informateurs de l’OTAN en Libye étaient des journalistes » : http://www.voltairenet.org/Le-general-Bouchard-admet-que-les

      • ourika dit :

        et je rajouterai que les médias en France ne sont nullement des médias d’information, mais des médias d’opinion, et pas seulement pour la question syrienne, mais dans bien d’autres domaines. donc je ne les pas, je cherche l’info… et dur dur….pour la trouver!

    • jibril dit :

      Babin a dit:
      « C’est pourtant si simple de comprendre que tant que les journalistes étrangers ne peuvent pas circuler librement dans un pays qui se trouve au coeur de l’action internationale, ils ne vont pas tomber dans le piège d’une information qu’il leur est interdit de contrôler eux-mêmes »

      Alors les médias ne tombent-ils pas dans le piège des informations quotidiénnes ‘incontrôlées’ et fournies par l’OSDH?

      et Babin enchaîne:
      « On peut voir cela comme sorte de vengeance : vous (le régime syrien) ne nous laissez pas faire notre travail, ne nous faites pas confiance, eh bien voici le prix que vous devrez payer »

      Jouer à ce jeu de gamins sans mesurer les conséquences néfastes d’abord sur le plan politique interne français et ensuite sur l’appui moral que cherche à avoir l’oppostion c’est le moins qu’on puisse dire un appel au meurtre!

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      J’adhère parfaitement à la réponse que vous fait M. Louis Denghien.

      Je suis sûr que le limogeage scandaleux et la mise à l’écart d’Alain Ménargues et de Richard Labévière par exemple, vous avaient scandalisé.

      Qui dirige les journaux français actellement ?

      Qui sont les propriétaires de l’immense majorité de la presse et de l’audiovisuel ?

      Les patrons du CAC 40 (CACA RENTE-pour les citoyens qui leur ont fait confiance en achetant des actions, des fonds d’investissements…fonds souvent perdus…ou percés, et ont été quasimenbt ruinés, dont les économies ont été englouties par les rémunérations astronomiques et les stocks options, les subprimes etc..) possèdent l’essentiel de la presse et de l’audiovisuel et tiennent l’essentiel des fonctions réelles, officielles ou occultes, du PAF et de la presse.
      On fait des lois contre le délit d’ingérence et de la prise illégale d’intérêts, on sépare les fonctions de contrôleur et de contrôlé, mais les grandes fortunes peuvent faire main basse sur l’Information ET avoir la haute main sur nos formateurs péremptoires d’opinion.
      M. Louis Denghbien, merci de tout coeur, pour l’existence et le fonctionnemlent de votre site Infosyrie.

    • BWANE dit :

      Monsieur Raphael Babin,
      pour vous, d’un coté, cet article « ne sert malheureusement qu’à rappeler la mauvaise foi originelle des responsables de ce site », et de l’autre , vous nous assenez tranquillement que « À part ça, je n’ai que des compliments à vous faire ». Pouvez-vous m’expliquer, je vous prie, comment vous pouvez complimentez des gens que vous jugez de mauvaise foi ? Il y a d’autres paralogismes indignes d’un porte-parole de gouvernement sarkozyste dans votre post, mais je vais arrêter là de relever vos exploits dans l’illogisme, je pense que cette dose suffit.

  7. FreeSyria dit :

    Dommage que l’AFP/OSDH ne nous montre pas ces sympathiques pacifistes

    http://youtu.be/eowRTAnquDI

    • ourika dit :

      cette vidéo correspond à un crime prévu dans le code pénal français: incitation au crime. ce qui est interdit et réprimé. je ne vous citerai pas les procès au sujet des livres publiés sur la guerre d’Algérie.
      les médias en France?, un exemple: Que ferait la presse française si le représentant des religions en France donnait une ligne de vote? On crierait à la violation de la loi sur la laïcité. Mais la presse ne réagit pas sur la ligne de vote fournit par le représentant des musulmans en France. Au contraire, la presse en fait ses gros titres. Voilà un exemple étonnant! la presse ne défend même plus les règles républicaines de son pays! serait-elle devenu un paillasson? et personne ne semble en être choqué. Donc Benoît XVI peut conseiller ses catholiques pour voter et ce publiquement! brrrrr, je frissonne devant les réactions….