• Actualité
  •  

Sergueï Lavro, incarnation actuelle la plus convaincante d'une sorte de "force tranquille" diplomatique, sur laquelle est venue se briser l'hystérie occidentale... Toujours soucieuse d'enfoncer des coins imaginaires entre la Russie et la Syrie, la presse française titre sur la "mise en garde" de Sergueï Lavrov contre une possible "tragédie" à Alep, mise en garde qui viendrait pour une fois à l'unisson, des clameurs euro-américaines sur l'imminence d'un "massacre" perpétré dans cette ville par l'armée de Bachar al-Assad. Bon sens & ironie [...]



Lavrov redoute une tragédie à Alep, mais comprend le gouvernement syrien

Par Louis Denghien,



Sergueï Lavro, incarnation actuelle la plus convaincante d’une sorte de « force tranquille » diplomatique, sur laquelle est venue se briser l’hystérie occidentale…

Toujours soucieuse d’enfoncer des coins imaginaires entre la Russie et la Syrie, la presse française titre sur la « mise en garde » de Sergueï Lavrov contre une possible « tragédie » à Alep, mise en garde qui viendrait pour une fois à l’unisson, des clameurs euro-américaines sur l’imminence d’un « massacre » perpétré dans cette ville par l’armée de Bachar al-Assad.

Bon sens & ironie diplomatique…

Sauf que, bien évidemment, le ministre russe des Affaires étrangères ne dit pas ça, ou pas que ça. Voici sa citation exacte : « Lorsque l’opposition armée occupe des villes comme Alep, où une autre tragédie se prépare, à ce que je comprends (…) il n’est pas réaliste de compter qu’ils (le gouvernement syrien) l’accepteront« .

Et avec un gros bon sens non dénué d’arrière-pensées désobligeantes pour l’hypocrisie occidentale, Lavrov ajoute : « Comment peut-on espérer que dans une telle situation, le gouvernement puisse simplement se résigner et dire « d’accord, j me suis trompé. Venez et renversez moi ! »« . En effet, mais les Occidentaux espéraient à peu près ça.

Fidèle à sa « ligne » de défense de la diplomatie russe dans ce dossier, Lavrov, dont la conférence de presse était retransmise par la télévision publique russe, a tiré la morale suivante de cette attitude occidentale : « Ce n’est tout simplement pas réaliste – pas parce que nous sommes attachés à ce régime – mais tout simplement parce que ça ne marche pas ! »

La Russie ne défend pas un régime mais la souveraineté de la Syrie, et refuse ingérence et logique de guerre. Mais au-delà de cette pétition de principe diplomatique, la Russie est résolument contre l’opposition armée soutenue par l’OTAN et le Golfe à des fins qui n’ont rien à voir avec la liberté. Et parce que Poutine et Lavrov se piquent de « réalisme », ils savent bien que l’actuelle direction syrienne est la seule carte à jouer pour préserver l’équilibre du pays et de la région, et  l’influence russe dans le monde arabo-musulman.

Jeudi, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov s’est élevé contre l’imposition de nouvelles sanctions contre la Syrie et s’en est pris plus précisément à l’initiative séoudienne de porter devant l’Assemblée générale de l’ONU un projet de résolution (non contraignante) sur la transition démocratique à Damas, texte que Gatilov juge « inacceptable« , « déséquilibré » et relevant de toute façon des compétences du seul Conseil de sécurité.

« Déséquilibré » : le mot n’est pas trop fort. Aucun commentateur de la presse française ne semble vouloir relever que ce texte en faveur d’un gouvernement « démocratique » en Syrie est présenté par l’autocratie la plus rigide et la plus obscurantiste du monde arabe. Il est vrai que la presse française est fâchée non seulement avec l’honnêteté intellectuelle, mais avec le simple réalisme, pour parler comme M. Lavrov…

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

36 commentaires à “Lavrov redoute une tragédie à Alep, mais comprend le gouvernement syrien”

  1. Souriya ya habibati dit :

    Qu’il est beau notre Sergueï!!
    Que Dieu protège la Syrie

    • Akyliss dit :

      pendant que les dirigeants faux musulmans (Turquie et pays du golf) et les hypocrites de la démocratie d’occident (France, GB, USA) tentent de « sauver » les civils syrien en racontant plein de mensonge et en diffusant de la propagande anti gouvernement syrien, en Birmanie depuis un mois les musulmans se font massacrer sans que personne de ses messieurs ne réagissent ou ne braque les caméras du monde entier sur la Birmanie… après tout ce ne sont que des musulmans qu’on massacre. même la plouc Navi Pilay n’est pas venu présenter un rapport au nation unis à ce sujet …il n’y a que la Syrie qui mérite toute l’attention des donneurs de leçon, à moins que la Birmanie ne soit pas intéressent niveau pétrole, gaz et emplacement géostratégique… à part un pipeline ou deux qui traverse ce pays, il n’y a rien d’autre…

    • Marie-Christine dit :

      chère Souriya ya habibati
      « Qu’il est beau notre Sergueï »
      Sur la photo, il me semble surtout soucieux et ses traits sont creusés… Les manoeuvres harcelantes incessantes du camp otano-sioniste doivent, entre autres, le mettre à rude épreuve…
      « Que Dieu protège la Syrie »
      Et aussi notre Serguei !

      • balpiz dit :

        Elle parlait de la beauté intérieur…

        • Marie-Christine dit :

          Je le comprenais bien, et je suis d’accord avec elle. Mais là, il m’a l’air préoccupé, je dirais tendu, ou en tout cas pas mal fatigué… C’est vrai que c’est juste une photo.

          • Souriya ya habibati dit :

            C’est NORMAL qu’il soit PREOCCUPE ma chère Marie-Christine, nous vivons un instant MAJEUR.. La bataille d’Alep est DECISIVE.. Toute notre ATTENTE pour le moment ressemble à celle TERRIFIANTE que nous avions vêcue en Juin 2011 lors de la prise de Jisr Al Choughour.. l’étape que les ennemis de la Syrie pensait dupliquer sur celle de la prise de Benghazi.. avec tout ce que cela impliquait comme zone d’exclusion et autres joyeusetés promises par l’OTAN… Nous avons attendu une dizaine de jours.. une attente infernale.. 120 soldats et policiers périrent dans l’assaut barbare des bandes armées par merdogan et ses sbires.. 120 policiers et soldats donnèrent leur VIE pour SAUVER la SYRIE.. L’Armée arabe syrienne avait fini par faire son entrée à Jisr Al Choughour.. et le rêve du néo-ottoman merdogan fut enterré A JAMAIS..
            Je fais CONFIANCE à l’Armée arabe syrienne, la VICTOIRE est toute PROCHE.

            Allah Souriya Bachar wbass.

          • Babayan dit :

            Merdogan est descendant de Bachi-Bouzouk (comprenez pas très intelligent ) et tout ce qu’il entreprend
            est automatiquement voué à l’échec

  2. LeParia dit :

    Evidemment que les russes ne défendent que leurs intérêts en Syrie, avant poste de leur stratégie arabe.
    Mais grâce à eux, et à leur opposition à toute ingérence en Syrie, on évite certainement un massacre (une bombe est une bombe, elle tue même quand elle est intelligente, chirurgicale et lâchée par l’OTAN. 20 000morts en libye imputable à l’OTAN !), on évite une déstructuration de l’economie syrienne (l’une des classes moyennes les plus importante au monde, comme tous les Etats partisans de la troisième voie, ici : le socialisme arabe (rien à voir avec les sociaux-démocrates ou les cocos !).
    Enfin, on évite la création d’un Etat théo-libéral sur modèle etatsunien.

  3. Ibrahim dit :

    La Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite ont ouvert une base militaire secrète pour aider les rebelles syriens !

    http://lejournaldusiecle.com/2012/07/27/la-turquie-le-qatar-et-larabie-saoudite-ont-ouvert-une-base-militaire-secrete-pour-aider-les-rebelles-syriens/

  4. Cécilia dit :

    Terreur avant la bataille à Alep : un imam et des partisans du régime massacrés

    Les renforts militaires et miliciens affluent à Alep, la capitale du nord syrien, en préparation à la Mère des Batailles, l’offensive qui décidera de l’avenir de la Syrie. Celle tant attendue par les occidentaux et les Turcs pour créer une zone tampon qui s’étend de cette ville jusqu’en Turquie qui se trouve à près de 40 km.

    Le journal saoudien publié à Londres AlHayat a affirmé pour sa part que le Conseil national syrien dont le bureau exécutif s’est réuni à Doha dans la nuit de jeudi à vendredi se prépare pour annoncer la création d’un gouvernement transitoire.

    Sa présidence, estime le Guardian ballotte entre l’opposant Riad Seif et le général qui a fait défection Manaf Tlass. Ce dernier se trouvait en Turquie jeudi et y a rencontré son chef de la diplomatie. Le directeur du centre des études sociales et politique en Russie, Vladimir Yevseyev a quant à lui estimé que Tlass a tenté d’unir sous sa coupe l’opposition syrienne mais a échoué. « Les 6 milles militaires et les 22 généraux qui ont fait défection de l’armée régulière n’ont pas formé le noyau d’une unité unifiée mais certains d’entre eux ont rejoint d’autres groupuscules, dont Al-Qaïda », a-t-il expliqué.

    7 mille miliciens vers Alep

    Sur le terrain, entre 5 et 7 milles miliciens du régiment du Tawhid et des brigades des Libres du Levant (affiliées à Jabhat-Nusrta d’Al-Qaïda) , équipés d’armements ultra modernes . Des miliciens semblent affluer de toutes les autres régions syriennes, surtout de la province d’Ildeb avoisinante du gouvernorat d’Alep. Il est question d’une supervision de la bataille de la part des renseignements américains et turcs qui travaillent dans une cellule d’opération mise en place dans la localité frontalière turque de Killis.

    La terreur avant la bataille

    Cheikh Abdullatif ChamiDans la nuit de jeudi à vendredi, les milices syriennes Tawhid ont enlevé, torturé et tué un imam de mosquée et commis un massacre dans le quartier de Salaheddine.

    le cadavre de Cheikh ChamiLe révérend religieux est cheikh Abdel-Latif Chami, proche du mufti cheikh Ahmad Badr Hassoune (dont le fils a été tué par les miliciens l’année dernière). Dans la soirée, des miliciens ont investi la mosquée « Amina Bint Wahab » située dans le quartier Seif-ed-Dawlé. Ils l’ont attaqué, en pleine prières de Ramadan, ouvrant le feu contre les fidèles qui tentaient de le protéger, avant de l’enlever et de l’emmener vers le quartier de Salah Eddine, qui se trouve sous l’emprise des milices de l’ASL. Son cadavre fut retrouvé dans le parc de Seif-ed-Dawlé. Selon Arab-Press révèle que la victime est le fils de Cheikh Mohammad Chami qui avait été tué par les miliciens des Frères Musulmans à Alep en 1980.

    Par ailleurs, plusieurs médias syriens dont la télévision syrienne et le site Syria Truth pnt indiqué que 23 cadavres exécutés sommairement ont été retrouvés criblés de balles aux confins avec les murs d’une école et d’une mosquée avoisinante du quartier de Salaheddine.

    Comme de coutume, la milice de l’ASL a accusé les forces gouvernementales de les avoir tués dans un pilonnage de l’artillerie. Selon Syria Truth, citant des témoins sur place, le massacre a été perpétré à un moment où il n’y avait pas d’accrochages entre l’armée régulière et les miliciens. Ces derniers ont rassemblé les civils syriens répertoriés dans une liste préparée à l’avance en fonction de leur loyauté au pouvoir. Alors que Taht-l-Mijhar assure que les auteurs du massacre portaient les tenues de l’armée régulière, pour lui en imputer la responsabilité. Un témoin a révélé pour le site que certains des auteurs du massacre parlaient un dialecte arabe non syrien et d’autres parlaient des langues étrangères.

    Les miliciens ont aussi tué deus éboueurs dans ce même quartier et détruit leur camion d’un tir d’un RPG. Ces derniers jours, une vingtaine de ces véhicules ont été incendiés dans la mairie du quartier Hanano.

    En parallèle, un haut officier du bureau de l’immigration et des passeports et quatre autres officiers qui l’accompagnaient ont été kidnappés alors qu’ils se rendaient vers un village situé au nord d’Alep. Une vidéo mise en ligne su You Tube montre que c’est l’ASL qui est l’auteur du rapt.

    A l’aube de ce vendredi, une explosion a eu lieu au siège des examens dans le quartier périphérique d’Alep, Jamiliyyé, sans faire de victimes, selon le site aleppin Taht-l-mijhar.
    Dans la région Jisr-Haj, c’est le bâtiment de la poste qui a fait l’objet d’un incendie et il est question d’un groupe commandos de l’armée régulière qui a fait une descente dans le quartier avoisinant de Salihine.

    Interrogé par la chaine AlManar, un analyste politique syrien qui habite à Alep Zakaria Chahoud a assuré que certaines régions de la métropole sont particulièrement chaudes, et d’autres sont très calmes. Il a dit avoir effectué une promenade jeudi soir et a été sidéré de voire de jeunes adolescents portant des armes. Selon lui, les miliciens ont investi certains quartiers populaires, afain de prendre les civils comme bouclier, parce qu’ils savent selon lui que l’armée régulière évite de porter atteinte aux civils.

    Ailleurs, dans la province de Damas, les forces gouvernementales ont tué quatre éléments de l’ASL dans une embuscade tendue à Jermana alors qu’ils se rendaient vers le quartier de sayyed Zaynab, au nord-est de la capitale.

    Dans le gouvernorat de Homs, c’est le chef de la milice Brigade d’al-Farouk qui a été abattu dans une contre-offensive menée contre la localité de Kseir l’officier dissident Mohammad Idriss. Selon le communique de la milice, il est mort dans un pilonnage intensif contre Kseir.

    Arabiyya épinglée encore une fois

    La chaine de télévision officielle Ikhbariyya a démenti les informations véhiculées par la chaine satellitaire saoudienne AlArabiyya selon lesquelles les miliciens de l’ASL se sont emparés du bâtiment de la mairie de Deraa et de son centre de sécurité.
    Anas Chami : Dans le même contexte, l’information de la défection du député Anas Chami annoncée jeudi par cette chaine et d’autre medias s’est avéré être un mensonge. Chami l’a lui-même démentie.
    Ce vendredi, il est question de la défection d’une députée femme Ikhlass Ahmad Badawi qui serait arrivée en Turquie jeudi.

    Version AFP-OSDH

    Miliciens ASL dans le quartier Salaheddine(( Plusieurs quartiers d’Alep étaient mitraillés vendredi par les hélicoptères des forces gouvernementales syriennes, désormais « quasiment au complet » en vue d’un assaut décisif contre les rebelles dans la deuxième ville de Syrie, selon une ONG syrienne et une source de sécurité.
    La répression et les combats ont fait 28 morts vendredi dont 17 civils, neuf soldats et deux rebelles, selon un bilan provisoire de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
    Les forces de l’armée massées depuis jeudi aux abords d’Alep « sont quasiment au complet. Les rebelles quant à eux sont installés dans de petites ruelles, ce qui rendra difficile la bataille », a indiqué la source de sécurité syrienne à l’AFP.
    Le président de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, avertit que si les troupes du régime ont recours à « un usage excessif de la force (…) il y aura des centaines de morts ».
    Les quartiers de Salaheddine (sud-ouest), al-Azamiyé (sud-ouest), Boustane el-Kasr (sud), al-Machad (sud) et al-Soukkari (sud) étaient mitraillés par les hélicoptères, selon l’OSDH.
    Des combats se sont déroulés à al-Jamiliyé et à Mahatat Baghdad, dans le centre d’Alep, et sur la place Saadallah al-Jabiri, principale place du centre-ville. Quatre civils ont péri notamment dans le bombardement du quartier Firdaws dans le sud.

    Dans le quartier de Salaheddine (sud-ouest), des centaines de rebelles se préparent à une offensive majeure de l’armée.
    « Les civils ont quitté le quartier », affirme à l’AFP un combattant à Salaheddine joint au téléphone. « L’armée n’a pas tenté de rentrer, elle est aux abords du quartier », a ajouté ce rebelle qui se fait appeler Moulhane.
    Ailleurs dans le pays, de violents combats se déroulent depuis plusieurs heures à Maaret al-Noomane, dans la province d’Idleb (nord-ouest), où une femme et son garçon ont été tués par des obus qui se sont abattus sur la ville.
    Jeudi, la répression et les combats ont fait 164 morts dont 84 civils, 43 soldats et 37 rebelles.))

    http://www3.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=72939&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

    • claude mag dit :

      Bonjour, toutes ces nouvelles me consternent et m’inqiétent à la fois/
      Pourquoi l’armée de bachar ne met-elle pas le ‘paquet’ avec son aviation pour détruire les terroristes qui affluent apparemment de la turquie voisine ??? avant qu’ils n’aillent s’infiltrer dans alep où le rése

    • Marie-Christine dit :

      Merci, merci énormément Cécilia pour toutes ces informations !!

    • hakim dit :

      merci Cecilia, voici le rapport d’aujourd’hui

      L’armée syrienne a lancé son offensive à Alep
      L’équipe du site

      Les forces gouvernementales ont lancé l’assaut contre les quartiers d’Alep occupés par les miliciens de l’insurrection syrienne. Quelques quartiers sont particulièrement visés : Salaheddine en tête, situé au sud-est et où des milliers de miliciens sont entassés. Sakhour et Hamdaniyyé, Ansari et Soukkari (sud) aussi sont particulièrement concernées. Ainsi que Ferdous et Bustane al-Kasr.

      Un char se dirigeant à AlepLes renforts des deux antagonistes se massent depuis des jours aux abords de cette métropole située à 355 km au nord de Damas.

      Il est question d’une centaine de chars selon l’AFP et de milliers de miliciens, estimés entre 5 et 7 milles selon plusieurs sites syriens. Selon la CNN, les 18 brigades sur les 22 de la milice de l’Armée syrienne libre se trouvent sur place. Cette chaine de télévision américaine assure sur son site que 30 membres de la révolution libyenne se sont rendus en Syrie pour assister les rebelles syriens. Ils sont conduits par Al-Mahdi Al-Harithi et ont formé une milice baptisée la brigade de la Oumma.

      Selon le Haaretz, la Turquie a installé une base secrète sur son frontière sud, en collaboration avec le Qatar et l’Arabie saoudite, à travers laquelle une aide militaire et logistique est acheminée aux miliciens. Citant des sources médiatiques occidentales, à la foi d’un responsable qatari, le journal israélien précise que cette base secrète se trouve dans la ville d’Adana située à 100 Km au nord de la frontière avec la Syrie. Le journal en conclut l’importance de l’immixtion arabe et turque dans les évènements syriens.

      Camp d’entrainement pour les miliciensPlusieurs sites syriens s’accordent à dire que l’assaut a été lancé à l’aube de ce samedi. « Un pilonnage de l’artillerie a bombardé les lieux de rassemblements des terroristes à Salaheddine, Ansari et Soukkari », signale le site aleppin en ligne Taht-l-mijhar. Pour la première fois des avions Mig 21, en plus des hélicoptères verticaux sont entrés en action. Selon des témoins cités par le site, l’armée régulière a r6alisé une avancée du côté du quartier Sukkari. 5 chefs de la milice régiment Tawhid (Unification) ont été tués et leurs noms ont été dévoilés, et quatre miliciens qui étaient à bord d’une voiture ont été arrêtés, alors qu’ils emmenaient le cadavre de l’un des leurs et un blesse à l’hôpital Al-Hayat.

      Selon le correspondant de la chaine de télévision iranienne arabophone, Al-Alam, les forces régulières ont infligé de lourdes pertes aux insurgés dans le quartier de Saif-ed-Dawlé. Des miliciens dans le quartier Ansari ont été tués et leur équipement de communication satellitaire ont été saisis. 2 miliciens ont aussi été tués dans le quartier Jamiliyyé et trois autres dans celui de Maydane. Une tentative d’assaut contre le commissariat de police du quartier Zabadiyyé a aussi été avortée dans des accrochages qui ont duré trois heures durant lesquels trois miliciens ont été tués, des véhicules, des appareils de communication et quelques fusils ont été saisis.

      Miliciens dans un quartier d’AlepSelon la chaine américaine CNN, les Comités de coordination locaux (LCC) parlent de bombardement intensif et de 10 tués depuis le matin.

      Dans la nuit de vendredi à samedi, les forces gouvernementales avaient assiégé la ville de son frontière Est, la séparant de sa province. elles ont aussi contrôlé les régions nord, en particulier la localité d’Azzaz , pilonnant les groupes de miliciens qui y affluaient.
      Selon Arab-Press, de nombreux miliciens dont des turcs et des Irakiens se sont rendus aux forces de l’ordre. L’armée a attroupé ses forces spéciales au sud de la ville, et déployé dans son ouest des groupes d’attaque et de mission spéciales. Arab-Press assure que des tactiques et des moyens sont utilisés pour la première fois par ces dernières dont entre autre les descentes aériennes, des sièges collégiaux et individuels des bâtiments et des blocs. Le site signale que les traques des miliciens s’étaient poursuivis vendredi dans les quartiers nord de la ville et au cours desquelles le chef d’une milice, « brigade d’al-Bara’ » (Brigade de la répudiation), Ala’ Kaddad et six de ses hommes ont été abattus.
      Taht-l-mijhar rapporte que plus de six civils ont été tués vendredi dans le quartier Seif-ed-Dawlé, lorsqu’un obus s’est abattu sur leur maison, sans préciser l’origine du tir. Sachant que ce quartier avait été nettoyé par les forces régulières ce jour-là.

      Version AFP-OSDH

      Accorchages à AlepSelon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), instance accréditée à Londres qui s’acharne contre le pouvoir en Syrie, et unique source de certaines agences occidentales l’armée a lancé l’assaut contre le quartier Salaheddine, « qui compte le plus grand nombre de rebelles »,
      « On peut dire que l’assaut a commencé », a dit le chef de cette ONG basée en Grande-Bretagne Rami Abdel Rahmane qui s’appuie selon l’AFP sur un réseau de militants sur place. « Ce sont les combats les plus violents depuis le début de la révolte » en mars 2011, d’après l’ONG.
      Selon un correspondant de l’AFP sur place, ce quartier du sud-ouest était encerclé et bombardé depuis 08H00 (05H00 GMT) par l’armée qui y dépêchait des soldats à pied.
      ((Une centaine de chars ont été déployés aux abords de Salaheddine et des combats se déroulaient aux entrées du quartier, ainsi que dans plusieurs autres quartiers bombardés et survolés par des hélicoptères, selon des militants et insurgés.
      « Les forces du régime ont tenté de prendre d’assaut Salaheddine mais les héros de l’Armée syrienne libre (ASL) ont repoussé l’attaque » pour le moment, a déclaré à l’AFP un commandant rebelle local à Alep, Abdel Jabbar al-Oqaidi.
      Au moins dix soldats et six rebelles ont été tués dans les combats depuis le début de l’assaut, selon l’OSDH.))
      Citant une source de sécurité, l’AFP signale que les rebelles se sont installés dans des ruelles très étroites, « ce qui rendra difficile la bataille » qualifiée par le journal Al-Watan, proche du pouvoir, de « Mère de toutes les batailles ».

      La solution militaire définitive

      Youssef Assaad

      Selon le parlementaire syrien Youssef Assaad, « le peuple syrien veut un règlement militaire définitif car la solution politique s’est avérée inutile ». Expliquant pour la chaine Al-Alam les raisons pour lesquelles les insurgés voudraient s’emparer d’Alep, il a répondu: « c’est pour y créer une zone d’exclusion entre la Syrie et la Turquie ».
      Youssef a fustigé violement la confrérie de Frères Musulmans en Syrie : « ce parti arrogant des Frères musulmans, criminel et sanguinaire a dès sa création entretenu des liens étroits avec les forces rétrogrades arabes et mondiales, voire avec la Grande Bretagne qu’il l’a fondé ainsi que l’entité sioniste ». Et de conclure : « le peuple en a pâti avec eux à la fin des années 70 et au début des années 80 du siècle dernier »

      Khalaf MouftahSelon un journaliste syrien également interrogé par Al-Alam, une éventuelle défaite des miliciens à Alep devrait ouvrir la voie à une solution politique. S’exprimant sur la bataille d’Alep, Dr. Khalaf Mouftah qui est le directeur général de la Société de presse et d’édition assure « qu’elle sera décisive et ne laissera aux mains des miliciens plus aucune carte après leur perte à Damas , ce qui pourrait ouvrir la voie à la solution politique ». Khalaf a accusé l’Occident sous le commandement des Etats-Unis et leurs alliés régionaux de mener une guerre contre la Syrie en envoyant des mercenaires étrangers et l’organisation d’Al-Qaïda en Syrie pour frapper l’Etat syrien et y renverser le régime, parce qu’il est hostile aux Etats-Unis et Israël.

      Pour sa part, l’expert russe pour le Moyen Orient Saïd Goforev considère que la direction syrienne n’a pas été très affectée par « l’acte terroriste qui a couté la vie aux hauts-officiers sécuritaires. S’exprimant pour la chaine de télévision russe Russia 2, il a estimé que cette opération a affaibli la position de ceux qui prônaient le règlement politique, et a permis aux partisans de la solution militaire d’exécuter des opérations incessantes contre les groupes armés. Selon lui, ces opérations devraient se poursuivre encore entre deux et trois semaines.

      Cette bataille est cruciale pour les deux parties. « Pour le régime, c’est une ville dans laquelle il a beaucoup d’alliés, notamment parmi les hommes d’affaires sur lesquels il compte pour financer une partie de son effort de guerre », a souligné pour l’AFP Ignace Leverrier, ex-diplomate français en poste en Syrie, alors que les rebelles cherchent à créer une zone protégée dans le Nord.

      Condition des civils, selon l’AFP

      L’agence française a rapporté par ailleurs l’avis d’un syrien qu’elle présente sous le nom de Amer et de porte-parole d’un réseau de militant à Alep, rejoint par Skype et selon lequel « il y a des milliers de personnes dans les rues fuyant les bombardements, elles sont terrorisées par les hélicoptères volant à basse altitude ».
      « Un très grand nombre de civils se sont rassemblés dans les jardins publics dans des secteurs plus sûrs, mais la majorité se réfugient dans des écoles. Ils ne peuvent pas sortir de la ville et il n’y a plus de lieu sûr pour eux en Syrie », a-t-il ajouté.
      Selon le correspondant de l’AFP, les habitants ont de grandes difficultés à se ravitailler en pain. De nombreux civils ont trouvé refuge dans les sous-sols des maisons, tandis qu’un mouvement d’exode était noté dans certains quartiers comme Soukkari .

      La Russie refuse que ses navires soient inspectés et accuse les Occidentaux d’attiser la violence

      navire russeLa Russie a averti samedi qu’elle ne coopérerait pas à la mise en œuvre d’une nouvelle série de sanctions de l’Union européenne contre la Syrie et qu’elle n’accepterait aucune inspection de ses navires.
      « Nous n’envisageons pas une quelconque participation à la mise en œuvre des décisions de l’Union européenne dirigées contre la Syrie », a déclaré dans un communiqué Alexandre Loukachevitch, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.
      « Entre autres choses, nous ne tiendrons pas compte des requêtes et nous ne donnerons pas notre accord à la fouille de navires naviguant sous pavillon russe, ni au recours à d’autres mesures restrictives », a-t-il ajouté, dans ce texte publié sur le site internet du ministère.
      La Russie avait condamné mercredi les nouvelles sanctions imposées lundi par l’UE à la Syrie, les qualifiant de « blocus ».
      Ces mesures comprennent notamment de nouveaux gels d’avoirs, ainsi que l’obligation de contrôle des navires et aéronefs soupçonnés de transporter des armes à destination du régime de Damas.
      « De fait, les mesures prises par l’Union européenne peuvent être considérées comme un blocus aérien et maritime », avait réagi le ministère russe des Affaires étrangères.
      La Russie est hostile aux sanctions unilatérales qu’elle juge « contre-productives ».

      Par ailleurs, son chef de la diplomatie a accusé les Occidentaux d’inciter l’opposition syrienne à combattre le régime syrien.
      « Le conseil des Droits de l’homme des Nations Unies a exposé les faits commis par les groupes armés de l’opposition comme acte de torture et d’exécution sans jugement, c’est pour cela qu’il faut faire pression sur tout le monde , c’est ce que nous sommes en train de dire depuis plusieurs mois »
      « Hélas, nos partenaires occidentaux préfèrent faire autre chose. Avec l’aide de pays voisins de la Syrie, ils encouragent, soutiennent et dirigent l’opposition armée contre le régime», a dit Serguei Lavrov.
      « Comment concevoir dans des circonstances pareilles m (lorsque l’opposition envahit les villes), que le gouvernement accepte tout bonnement la réalité, et vienne dire oui j’ai eu tort, allez renversez-moi et changez de régime, ce n’est pas réaliste », a-t-il ajouté. Et de conclure : « Nous assurons que le gouvernement doit faire le premier pas, mais lorsque l’opposition armée occupe des villes comme Alep, une autre tragédie se prépare ».

      Pour sa part, la Chine a insisté et par la voix de son attaché militaire en Turquie sur « le règlement pacifique, comme voie unique pour résoudre la crise en Syrie, en concluant un accord sur le plan internationale »
      Alors que Paris et Washington ont exprimé leur profonde inquiétude avant cet assaut.
      « Bachar s’apprête à commettre de nouvelles tueries contre son peuple », a accusé la France. Les Etats-Unis ont dit redouter un « massacre » et condamné par avance une « agression répréhensible contre un centre de population civile ».

      Terrain ailleurs

      Des miliciensAilleurs dans le pays, le plus grand nombre des miliciens tués a été enregistré à Homs.

      Selon le correspondant d’Al-Alam, 34 d’entre eux ont succombé dans des combats intestinaux entre deux milices dans la région de Tal Kalekh, proche du Liban. Selon Syrian Documents, la cause de ce conflit est liée à des problèmes d’argent. Plusieurs véhicules et maisons de la région ont été incendiés.
      Des miliciens ont aussi été tués dans un pilonnage contre Rasten ou les forces gouvernementales ont décelé deux groupes de miliciens et les ont bombardés . Vendredi, plusieurs miliciens avaient été tués et blessés alors qu’ils tentaient de piéger la rue Chawader dans le quartier Khalidiyyé à Homs.

      A Deir Ezzor, des affrontements dans son quartier Jablé ont couté la vie à plusieurs miliciens.
      A Deraa, les miliciens se sont retirés de la ville après avoir détruit le commissariat de police du camp des déplacés et tué les policiers.
      A Idleb, un élément de l’ASL a été blessé dans une attaque contre un barrage de l’armée régulière
      Dans la province de Damas, deux techniciens italiens, qui travaillaient pour un sous-traitant du groupe énergétique italien Ansaldo en Syrie, ont été libérés après avoir été portés disparus pendant une semaine, a indiqué samedi l’agence officielle syrienne Sana.
      Lundi, le ministère italien des Affaires étrangères avait dit être sans nouvelles de deux de ses ressortissants arrêtés selon lui le 20 juillet par la police syrienne sur la route entre Damas et l’aéroport alors qu’ils devaient quitter le pays.
      « Lors des opérations destinées à nettoyer certaines régions (des rebelles, ndlr) dans la province de Damas, les troupes syriennes sont parvenues à libérer les deux experts italiens qui avaient été enlevés par des groupes terroristes », écrit l’agence Sana.
      « Les deux hommes ont affirmé avoir été enlevés par un groupe d’une quinzaine de terroristes qui les ont maltraités », a-t-elle ajouté.

      Version AFP-OSDH

      ((L’armée tentait de prendre d’assaut la région de Lajjate dans la province de Deraa (sud). Près de Hama (centre), la localité de Karnaz était assiégée et pilonnée par l’armée qui bombardait également des quartiers de Homs (centre), selon l’OSDH.
      Outre les 16 morts à Alep, 36 personnes ont péri dans les autres régions.))

      Et version CNN

      La CNN qui parle de 100 tués ce samedi donne un bilan différent : 30 tués à Deraa, 23 dans la province de Dama, 15 à Alep, 11 à Deir Ezzor, 10 a Homs, 5 à Idleb, 2 à Lattaquié et 1 à Rekka
      (À noter qu’aucun de ces chiffres ne peut être confirmé)

      http://www4.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=73031&frid=18&seccatid=37&cid=18&fromval=1

  5. Cécilia dit :

    Problèmes avec addounia, essayez ce-ci :

    http://addounia.tv/index.php?page=live

  6. vanda dit :

    Tout comme Llavrov je pense qu’ une tragédie est à craindre à Alep. Combien de morts des 2 cotés et mème si je « souhaite » la victoire des troupes régulières de Syrie , la mort de centaines d’ opposants ne me fait pas rire du tout! Dans une guerre il faut rappeler qu’ il n’ y a jamais de gagnants ! Mais on peut dores et déja décerner la palme de l’ exécrabilité à la clique occidentalo pétromonarchique qui aura armé des pauvres bougres , les a payé aussi afin qu’ il réalisent leur objectif : Renverser el assad , parce que c’ est un géneur pour leur petit machiavélisme ! Et ils croyaient peut etre que El Assad allait partir comme ça! Aucun gouvernement au monde n’ aurait accepte ce que les occidentalaux pétromonarchiques exigent de El Assad ! Alors oui un bain de sang est à craindre et les seuls rsponsables de cette tuerie sont à chercher du coté de Ryad, Doha, Washington , Paris ,Londres ….Honte à vous hypocrites de tout poil qui aprés avoir ruiné l’ Irak, la Lybie avez tout fait pour que la Syrie connaisse le mème sort!

    • Auda dit :

      Ce langage pondéré me semble plein de réalisme et je le partage aussi.
      Puisse maintenant l’armée syrienne, la vraie, débarrasser la Syrie de tous les rapaces étrangers qui sont indûment sur son sol et n’ont d’autre but que la dépecer.

  7. lina dit :

    vive la russie je lance un appel a tous les peuples levez vous contre les pays du golf car se sont la source de tous les probleme dans le monde arabe avec leurs chien usa and co vive la syrie libre a sa tete el assad

    • Marie-Christine dit :

      lina, si vous permettez, on écrit « pays du Golfe », à la différence du « golf », le sport pour riches (en tout cas, le plus souvent). Cela dit je suis d’accord que ces pays du Golfe et non pas, où on joue au golf, sont la principale source « intérieure » des problèmes du monde arabe, et on aurait envie de dire au-delà…

    • Ibrahim dit :

      Se soulever contre les dirigeants arabes du Golfe ne résoudra rien et entrainera encore plus de malheurs dans la région.

  8. Christophe Aufront dit :

    J’ai reçu cet article par e-mail. Pas de source…
    Je me permets de le copier/coller sur votre site d’information.
    Merci et bravo pour votre travail. Pour que vivent les Nations Libres !

    « La SYRIE se trouve sur la+colossale plaque de réserve de GAZ du monde ! D’où la guerre. »

    « > > Nous verrons qu’il existe aussi l’argument énergétique.
    >
    > Le témoignage d’une Française, épouse d’un Franco-Syrien, qui a séjourné en Syrie
    du 19 mai au 12 juin 2012, est édifiant: «Alors que ce pays offrait une totale sécurité,
    les «Amis de la Syrie» y ont semé la violence. À Alep, des bandes armées ont fait leur
    apparition dans le 2e semestre 2011: kidnapping, demandes de rançons… Une mafia très
    lucrative. Nous avons eu connaissance de nombreux récits d’enlèvements à toute heure et à
    tout endroit à Alep à un rythme quasi quotidien. Les enfants ont pris l’habitude de
    téléphoner à leurs parents dès leur arrivée et départ de l’école. Les militaires et
    policiers sont les cibles privilégiées pour ceux qui sont payés pour tuer. Ainsi, un
    commandant de 35 ans a été abattu de 2 balles dans la tête un matin à 8 h 30 alors qu’il
    achetait du pain. Les commerçants ferment sur ordre d’hommes armés qui menacent de brûler
    leur boutique. Ainsi, le 2 juin, à la Médine (anciens souks) tout était fermé.
    >
    > Les médias français parlent alors de grève générale anti-régime. Lors de
    manifestations pro Bachar, des hommes armés s’infiltrent et se mettent à tirer dès que la
    foule est dense. Ceci est filmé et envoyé aux chaînes de télévision. Le pouvoir conseille
    de ne pas faire de manifestations de soutien pour éviter ces tueries. La population, qui
    est confrontée aux kidnappings, bombes, asphyxie des commerces, connaît des difficultés
    d’approvisionnement en fuel, essence et gaz. Il n’y a pas pénurie en Syrie, mais les
    véhicules de transport sont attaqués et brûlés sur les routes.» (1)
    > >
    > > «Pour ceux qui à l’étranger souhaitent apporter leur aide, il est impossible de
    virer de l’argent et impossible d’en retirer sur place (d’un compte en France par
    exemple). À Damas, tout semble comme avant, vie diurne et nocturne, malgré la menace des
    bombes. Cependant, beaucoup d’hôtels ont fermé, le tourisme est inexistant. À Homs, un
    seul quartier reste occupé par les rebelles. Les habitants se sont réfugiés dans les
    villages alentour chez la famille ou des amis. Sur les grands axes routiers, l’ASL
    effectue des contrôles et abat sur le champ un militaire présent. (…)
    >
    > Il n’y a pas de guerre civile en Syrie, les communautés continuent de vivre en
    harmonie. Il y a des actes de barbarie et de violence de la part de mercenaires et de
    l’ASL contre des minorités pour provoquer une guerre civile. (…) Monsieur Sarkozy a en
    son temps exprimé au patriarche maronite venu le rencontrer que les chrétiens d’Orient
    devaient laisser leur pays aux musulmans et que leur avenir était en Europe. L’Occident
    applique en Syrie le même scénario qu’en Irak et en Libye. (…) L’opposition en Syrie
    participe de façon légale au changement. Les gens sont écoeurés par le manque
    d’objectivité des médias français. La seule source, l’Osdh, basée à Londres, est animée
    par un Frère musulman, payé par les services secrets britanniques.»(1)
    > >
    > > L’argument énergétique
    > > Le professeur Imad Fawzi Shueibi analyse les causes et les conséquences de la
    récente position de la Russie au Conseil de Sécurité de l’ONU. Le soutien de Moscou à
    Damas n’est pas une posture héritée de la Guerre froide, mais le résultat d’une analyse
    en profondeur de l’évolution des rapports de force mondiaux. La crise actuelle va
    cristalliser une nouvelle configuration internationale, qui d’un modèle unipolaire issu
    de la chute de l’Union Soviétique, va évoluer progressivement vers un autre type de
    système qui reste à définir. Inévitablement, cette transition va plonger le monde dans
    une période de turbulences géopolitiques.
    >
    > L’attaque médiatique et militaire à l’encontre de la Syrie est directement liée à
    la compétition mondiale pour l’énergie, ainsi que l’explique le professeur Imad Shuebi:
    la Syrie, centre de la guerre du gaz au Proche-Orient. C’est ainsi que Imad Fawzi Shueibi
    analyse la situation actuelle. Il écrit: L’attaque médiatique et militaire à l’encontre
    de la Syrie est directement liée à la compétition mondiale pour l’énergie, ainsi que
    l’explique le professeur Imad Shuebi.(2)
    > >
    > > «Avec la chute de l’Union soviétique, les Russes ont réalisé que la course à
    l’armement les avait épuisés, surtout en l’absence des approvisionnements d’énergie
    nécessaires à tout pays industrialisé. Au contraire, les USA avaient pu se développer et
    décider de la politique internationale sans trop de difficultés grâce à leur présence
    dans les zones pétrolières depuis des décennies. C’est la raison pour laquelle les Russes
    décidèrent à leur tour de se positionner sur les sources d’énergie, aussi bien pétrole
    que gaz. (…) Moscou misa sur le gaz, sa production, son transport et sa
    commercialisation à grande échelle. Le coup d’envoi fut donné en 1995, lorsque Vladimir
    Poutine mis en place la stratégie de Gazprom. (…) Il est certain que les projets Nord
    Stream et South Stream témoigneront devant l’Histoire du mérite et des efforts de
    Vladimir Poutine pour ramener la Russie dans l’arène internationale et peser sur
    l’économie européenne puisqu’elle dépendra, durant des décennies à venir, du gaz comme
    alternative ou complément du pétrole, avec cependant, une nette priorité pour le gaz.
    >
    >
    >
    > À partir de là, il devenait urgent pour Washington de créer le projet concurrent
    Nabucco, pour rivaliser avec les projets russes et espérer jouer un rôle dans ce qui va
    déterminer la stratégie et la politique pour les cent prochaines années. Le fait est que
    le gaz sera la principale source d’énergie du XXIe siècle, à la fois comme alternative à
    la baisse des réserves mondiales de pétrole, et comme source d’énergie propre.(…)
    Moscou s’est hâté de travailler sur deux axes stratégiques: le premier est la mise en
    place d’un projet sino-russe à long terme s’appuyant sur la croissance économique du Bloc
    de Shanghai; le deuxième visant à contrôler les ressources de gaz. C’est ainsi que furent
    jetées les bases des projets South Stream et Nord Stream, faisant face au projet états-
    unien Nabucco, soutenu par l’Union européenne, qui visait le gaz de la mer Noire et de
    l’Azerbaïdjan. S’ensuivit entre ces deux initiatives une course stratégique pour le
    contrôle de l’Europe et des ressources en gaz. Le projet Nord Stream relie directement la
    Russie à l’Allemagne en passant à travers la mer Baltique jusqu’à Weinberg et Sassnitz,
    sans passer par la Biélorussie. Le projet South Stream commence en Russie, passe à
    travers la mer Noire jusqu’à la Bulgarie et se divise entre la Grèce et le sud de
    l’Italie d’une part, et la Hongrie et l’Autriche d’autre part.»(2)
    > >
    > > «Pour les États-Unis, poursuit le professeur Imad, le projet Nabucco part
    d’Asie centrale et des environs de la mer Noire, passe par la Turquie et devait à
    l’origine passer en Grèce, mais cette idée avait été abandonnée sous la pression turque.
    Ce projet, écrit le professeur Imad, bat de l’aile. À partir de là, écrit-il, la bataille
    du gaz a tourné en faveur du projet russe. En juillet 2011, l’Iran a signé divers accords
    concernant le transport de son gaz via l’Irak et la Syrie. Par conséquent, c’est
    désormais la Syrie qui devient le principal centre de stockage et de production, en
    liaison avec les réserves du Liban. C’est alors un tout nouvel espace géographique,
    stratégique et énergétique qui s’ouvre, comprenant l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban.
    Les entraves que ce projet subit depuis plus d’un an donnent un aperçu du niveau
    d’intensité de la lutte qui se joue pour le contrôle de la Syrie et du Liban.
    >
    >
    >
    > Elles éclairent du même coup le rôle joué par la France, qui considère la
    Méditerranée orientale comme sa zone d’influence historique, devant éternellement servir
    ses intérêts, et où il lui faut rattraper son absence depuis la Seconde Guerre mondiale.
    En d’autres termes, la France veut jouer un rôle dans le monde du gaz où elle a acquis en
    quelque sorte une «assurance maladie» en Libye et veut désormais une «assurance-vie» à
    travers la Syrie et le Liban. (…) L’empressement de la coalition Otan-Etats-Unis-France
    à mettre fin aux obstacles qui s’élevaient contre ses intérêts gaziers au Proche-Orient,
    en particulier en Syrie et au Liban, réside dans le fait qu’il est nécessaire de
    s’assurer la stabilité et la bienveillance de l’environnement lorsqu’il est question
    d’infrastructures et d’investissement gaziers. La réponse syrienne fût de signer un
    contrat pour transférer vers son territoire le gaz iranien en passant par l’Irak. Ainsi,
    c’est bien sur le gaz syrien et libanais que se focalise la bataille, alimentera-t-il.»
    (2)
    > >
    > > «De plus, poursuit le professeur Imad, la coopération sino-russe dans le
    domaine énergétique est le moteur du partenariat stratégique entre les deux géants. Il
    s’agit, selon les experts, de la «base» de leur double veto réitéré en faveur de la
    Syrie. Parallèlement, Moscou affiche sa souplesse concernant le prix du gaz, sous réserve
    d’être autorisé à accéder au très profitable marché intérieur chinois. (…) En
    conséquence, les préoccupations des deux pays se croisent au moment où Washington relance
    sa stratégie en Asie centrale, c’est-à-dire, sur la Route de la soie. (…)
    >
    >
    >
    > Cet aperçu des mécanismes de la lutte internationale actuelle permet de se faire
    une idée du processus de formation du nouvel ordre international, fondé sur la lutte pour
    la suprématie militaire et dont la clé de voûte est l’énergie, et en premier lieu le gaz.
    La «révolution syrienne» est un paravent médiatique masquant l’intervention militaire
    occidentale à la conquête du gaz. Quand Israël a entrepris l’extraction de pétrole et de
    gaz à partir de 2009, il était clair que le Bassin méditerranéen était entré dans le jeu
    et que, soit la Syrie serait attaquée, soit toute la région pourrait bénéficier de la
    paix, puisque le XXIe siècle est supposé être celui de l’énergie propre. Selon le
    Washington Institute for Near East Policy (Winep, le think tank de l’Aipac), le Bassin
    méditerranéen renferme les plus grandes réserves de gaz et c’est en Syrie qu’il y aurait
    les plus importantes. La révélation du secret du gaz syrien fait prendre conscience de
    l’énormité de l’enjeu à son sujet. Qui contrôle la Syrie pourrait contrôler le Proche-
    Orient.» (2)
    > >
    > > L’argument religieux: sunnite versus chiite
    > > Un autre argument de basse intensité est le conflit artificiel sunnite-chiite.
    Le conflit en Syrie est devenu, écrit Bernard Haykel spécialiste du Moyen-Orient à
    l’université Princeton, une guerre par procuration entre Riyadh et Téhéran. Pendant de
    longues années, le salafisme a été le vecteur d’influence de l’Arabie Saoudite. Mais
    cette doctrine a créé des monstres, notamment Al-Qaîda, qui se sont retournés contre le
    régime des Al Saoud. Aujourd’hui, l’anti-chiisme et le discours contre l’Iran sont
    utilisés par la monarchie pour que les Saoudiens, à 90% sunnites, fassent bloc derrière
    le régime. Cela pourrait devenir aussi la nouvelle base des relations avec les États-
    Unis. Il a montré comment le régime saoudien tente de tirer son épingle du jeu dans le
    grand chambardement du printemps arabe.» (3)
    > >
    > > «Mais c’est la Syrie qui est au centre de l’attention de l’Arabie Saoudite. Le
    roi s’est prononcé contre le régime de Bachar Al Assad. Il a rappelé son ambassadeur à
    Damas. Les Saoudiens estiment que l’Iran est aujourd’hui une menace réelle pour leur
    pays. Ils jugent que si Bachar Al Assad est renversé, ce sera un revers important pour
    l’influence de l’Iran dans la région. Il y a donc un flot d’argent saoudien qui vise à
    radicaliser les sunnites syriens, comme en 2006-2007 au Liban quand il s’agissait de
    radicaliser les sunnites locaux contre le Hezbollah. Riyadh ne considère plus qu’un
    changement dans la région est mauvais. «Enfin, elle tente de promouvoir cette approche à
    Washington.» L’Arabie Saoudite est sous protection militaire des Etats-Unis», conclut
    Bernard Haykel.» «Ces deux pays entretiennent aussi des relations commerciales fortes,
    dominées par les hydrocarbures et les ventes d’armes.» (3)
    > >
    > > Le résultat de cette anomie
    > > Quels sont les perdants et quels sont les gagnants?
    >
    > Le grand perdant est d’abord et avant tout le peuple syrien qui paie le prix fort
    d’une guerre qui le dépasse. Il devient clair que la clé de la réussite économique et de
    la domination politique réside principalement dans le contrôle de l’énergie du XXIe
    siècle: le gaz.
    >
    > C’est parce qu’elle se trouve au coeur de la plus colossale réserve de gaz de la
    planète que la Syrie est sur une plaque tectonique énergétique. Une nouvelle ère
    commence, celle des guerres de l’énergie.
    >
    > Le grand gagnant dans tous les cas est Israël qui réussit – sans y participer – à
    affaiblir ses adversaires, l’Iran, les pays arabes qui ne comptent plus et le Hezbollah.
    On l’aura compris, la paix en Syrie n’est pas pour demain. Hélas!

    > >
    > > 1. http://www.afrique-asie.fr/nous-ecrire/27-actualite32/3216-desinformation-
    mais-que-se-passe-t-il-en-syrie.html3/07/12
    > > 2. Imad Fawzi Shueibihttp://www.voltairenet.org/La-Syrie-centre-de-la-guerre-du
    8 mai 2012
    > > 3. Bernard Haykel: Le conflit en Syrie est devenu une guerre par procuration
    entre Riyadh et Téhéran. Conférence École des Hautes études en sciences sociales, Paris,
    mardi 22 mai 2012
    > >
    > > Professeur émérite Chems Eddine Chitour
    > > Ecole Polytechnique Alger enp-edu.dz « 

  9. Abdelkader dit :

    D’un Algérien sunnite de France à mes frères de la Grande et vaillante SYRIE.
    J’ai hontes actuellement d’être sunnite, même si les conditions pour les sunnites n’étaient pas parfaite en Syrie,en aucuns cela ne peut justifier l’injustifiable!, l’impardonnable!!
    Comment ces « Etats » se disant de culture arabe et/ou musulmane peuvent ils se fourvoyer avec autant de lâcheté dans leur collaboration avec les u.s.a, israël…
    Honte à les pseudos « Etats » :turque,qatari,saoudien…
    Tous esclaves ,harkis d’un nouvel (des)ordre mondial!!
    J’ai hontes de la position neutre de mon pays d’origine l’Algérie,notre histoire,notre identité est faite de combats face à l’injustice,le colonialisme..nos dirigeant non plus rien à voir avec les véritables Chouhadas Algériens!!
    Je ne soutiens pas Bachar El Assad,ceci ne regarde que les Syriens,je soutiens ce grand Peuple lâcher par les siens,comme on avait lâcher l’Algérie pendant ses 10 années de tragédies,de massacre…dans le silence international!
    La c’est la manipulation internationale qui active et cela me rend fou!
    Fou! de voir une Nation comme la SYRIE qui réussissait tant bien que mal ,à faire cohabiter,vivre ensemble:sunnites,chiites,kurdes,chrétiens…
    Tous ceci pour les intérêts d’israel et d’un « Etat » turque devenu caniche des u.s.a,qui veut devenir dominant en trahissant les autres et en menant une politique étrangère sournoise!
    Le miracle économique et militaire turque est un mirage (cheval de troie)des laboratoire C.I.A and CO
    En effet la ‘réussite » de la turquie fait partie du scénario qui à été réfléchie il y a de cela plusieurs dizaine d’année par les manipulateurs de la géopolitique.
    Il fallait fabriquer un pays musulman à l’émergence économique spectaculaire pour les masses arabes crédules mais aussi qui garantissent une totale loyauté aux u.s.a et donc israel!
    Erdogan est en ordre de mission comme la été en son temps mustapha kamal!!
    Il suffit de regarder sa politique étrangère qui n’a pas de cohérence vis à vis de son voisinage,il mène la politique du grand chaos!
    Construisant « la dominance turque » sur le massacre des autres Etats arabes,leur déstabilisation.
    Cet homme est un ignare politique malgré toutes la com faite autour de lui,il n’existe que par les u.s.a and co

    • Martopilon dit :

      C’est certainement un autre débat, mais vous nous expliquez que l’Algérie a vécu l’enfer et le sang en raison du colonialisme (colons certes, mais bien souvent de pauvres gens qui n’aspiraient qu’à vivre aussi en paix) et vous nous dites que vous êtes un Algérien …de France ? Comment arrivez vous à accepter de nous faire subir ce que vous nous repprochez ? J endis cela sans aucune animosité (je suis d’origine étrangère pour 37% de mon patrimoine génétique, donc aucun tabou là-dessus en ce qui me concerne).

      Bien à vous et cordialement,

      Marto.

  10. Abdelkader dit :

    Vive la Nation Syrienne!!Vive son PEUPLE!VIVE DAMAS!!
    Que Dieu protège tous ces braves!!
    Je suis un militant Démocrate sincère mais pour moi la lutte démocratique passe d’abord et avant tous par l’Indépendance VÉRITABLE de la Nation.

    • Maroquino dit :

      Démoncratie tu voulais sans doute dire. Moi je pense qu’il existe un système beaucoup plus égalitaire que la démocratie, la démocratie tel qu’on la connais aujourd’hui est un système qui peux beaucoup trop facilement être manipulé, le nouvel ordre mondial qu’ils veulent imposer aux peuple en est le parfait exemple.

    • Martopilon dit :

      A remarquer que les sultans avaient toujours su marier ces communautés du Levant. A en faire un Etat en somme. Et maintenant il faudra que cela change. Comme disaient les romains… »cui bono »?

      • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

        @Martopilon a dit :

        « ….les sultans avaient toujours su marier ces communautés du Levant. »

        Mariage d’oraison….funèbre ?

        « …Un Etat en somme… »

        Un Etat en sommeil ?
        Ah les sultans des mille et une nuits !

        Ou un état de bêtes de somme ?
        Leurs sujets donnaient de gré ou de force, leur sang au service de ces sultans.

        Bon, mais tout ça n’a pas d’importance.

        Ce qui compte, aujourd’hui, c’est les jours qui restent avec Ogredan au pouvoir à Ankara

  11. RoyL dit :

    > 7 mille miliciens vers Alep

    Et voilà, maintenant ils seraient en train de devenir 7 mille,
    avant on parlait de 2-3 mille; des incréments Fibonacci style.

    > Des miliciens semblent affluer de toutes les autres régions
    > syriennes,

    Plus osé encore que avec les aventures du Baron de Münchhausen;
    et comment feraient ils: pickups!!!, ça on connait; puis, ça ne
    suffisant pas: patins à roulettes?!

    Les russes, par exemple, devraient faire une quinzaine de voyages
    avec leurs (GRANDS) navires de débarquement (environ 500 hommes
    de soldats de capacité = un bataillon) pour transporter 7 mille
    hommes.

    Combien miliciens peuvent prendre place sur un pickup comme
    passagers: six, huit (et attention au virages)? Ça fait quoi:
    mille pickups?

    Qui a croisé une fois déjà, le long d’une route, ou d’une
    autoroute, un convoi d’autocars de l’armée (disons 30-40 hommes
    par autocar) qui se déplace? (À noter qu’ils — les chauffeurs –
    doivent maintenir des distances minimales entre eux: 50, 100 ou
    plus mètres, ça dépend — deviner pourquoi.) Ça avait pris du
    temps avant de voir finalement défiler le dernier véhicule (plus
    remorques etc.), eh?! Et pourtant, probablement il ne s’agissait
    que d’un *maigre* bataillon.

    ***

    En suite, ou même avant?! (n’importe) dans la série des aventures
    du Baron de Münchhausen, on entend aussi un des généraux des
    contras expliquer qu’ils vont perdre toute belle-mère, tante, et
    grand-mère des batailles ensemble parce que — attention à ne pas
    (serpent dans l’histoire de Pinocchio qui se déchire une veine du
    cou et meurt) rire trop — ils n’auraient pas assez des
    munition!!! *:o)

    Grotesque.

    • RoyL dit :

      [correspondant de la BBC] « Le commandant d’une des plus grandes
      brigades opérant à Alep envisageait même un retrait de ses
      hommes, car il ne recevait pas assez de munitions ».^1

      ***

      – Hé, gibier de potence (je ne sais pas comme on s’appelle entre
      contras; surement pas mon commandant), vermine, on n’a plus/pas
      de balles!!! –

      (Ça ne va pas faire plaisir aux vierges.) 8-)

      1. http://www.infosyrie.fr/actualite/alep-suite/

      • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

        A défaut de balles, ils font des trous à rats, pour se ravitailler.
        Et les troupes ASL en rats-folles.
        La peste !

  12. Depositaire dit :

    La position de la Russie est sans équivoque, et ce, depuis le début du conflit. Quels sont ses intérêts ? Il est bien évident que la question stratégique a une part importante. La Russie tient à conserver son port d’attache en Syrie. Par ailleurs, elle sait, aussi bien que le Chine, que si elle laisse faire, tôt ou tard, le problème viendra dans son pays, dans les républiques musulmanes où il est très facile d’instrumentaliser les islamistes, comme il y a peu en Tchetchénie.

    Ceci dit, plus globalement, ce conflit obei à la stratégie Us/sioniste de domination du monde et du pillage généralisé des ressources du sous sol des pays concernés.

    Honnêtement, il parait absurde, au vu et au su des derniers évenements, que l’on puisse croire encore à une intervention « humanitaire » ou en vue de restaurer la démocratie. Ces arguments n’ont plus aucune justification de la part de ceux qui les profèrent !

    L’objectif est toujours le même : intaurer le Nouvel Ordre Mondial pour l’oligarchie subversive mondiale, dominée par les plus grandes multinationales, les plus grandes banques, telles Goldman Sachs, et la City de Londres dominée par les Rotschild. Ce qu’ils veulent c’est dominer le monde, avec une population réduite des deux tiers, et le restant en esclavage pour eux. C’est dans cet esprit là qu’il faut comprendre le conflit syrien, comme hier celui de la Libye, et demain, si on les laisse faire, l’Iran, suivi par la Chine et la Russie.

    Tous les grands discours plus ou moins vertueux de la part des médias et des politiciens occidentaux, ne sont, pour employer le mot le plus juste, que du « baratin »!!! Surtout quand ils parlent d’humanitaire et de démocratie, notions qui sont inconnues quand il s’agit du droit des palestiniens, par exemple .

    Maintenant il est évident qu’il ne nous est pas possible d’intervenir physiquement pour arrêter ce genre de conflits. Mais ce que nous pouvons faire, c’est ne plus être dupe de cette clique d’individus menteurs, hypocrites et corrompus. Si les militaires, en bloc, refusent d’aller massacrer des gens sans défense, dans des pays avec lesquels nous ne sommes pas en guerre, les employés de banques refusent de bloquer les opérations bancaires de ces pays, refusent de transferer de l’argent pour des mercenaires qui vont massacrer les populations civiles, en un mot, la désobeissance civile et le boycot là où c’est possible, alors, que peuvent faire les politiciens, si personne n’obéi à leurs ordres criminels ? Rien ! Et ils seront forcés, malgré eux, d’agir pour la paix et la concorde entre les peuples.

    Ce n’est pas aussi facile à faire que de le dire. Il faut du courage et de la volonté. Mais surtout, il faut créer un véritable réseau international d’hommes et de femmes de bonne volonté pour catalyser ce genre de mouvement. Il importe, pour ce faire, de ne plus se laisser lobotomiser par les discours mensongers politico/médiatiques. le rôle des médias alternatifs, comme infoSyrie et bien d’autres, est primordial pour obtenir des informations objectives sur tous les problèmes de l’humanité, et surtout, sur les solutions de remplacement qui existent, et Dieu sait qu’il y en a.

    Par ailleurs, je l’ai déjà rappelé lors d’autres commentaires à propos d’autres articles parus sur ce site, il est très important de ne se laisser porter par la haine. Certes, concernant la Syrie, on ne peut qu’être en colère devant ces massacres organisés par ces mercenaires de l’ASL et équivalents, mais la haine engendre du désordre et ce désordre est voulu, organisé, instrumentalisé par cette oligarchie subversive mondiale. Il leut faut instaurer le chaos et dans ce désordre, ils peuvent s’insérer et instaurer plus facilement ce qu’ils veulent faire.

    En ce sens, on peut comprendre que même si le conflit syrien échoue du fait de la résistance très bien organisée de l’armée syrienne et du peuple qui soutient son gouvernement, l’agenda de cette oligarchie subversive, continuera. Ils utiliseront d’autres stratégies. Sauf si une force pacifique des peuples se lève et leur dit stop, et les renvoient dans les poubelles de l’histoire. Ces peuples batiront uns ociété non pas asé sur la compétition de tous contre tous, la cupidité et la domination, mais sur la solidarité, la concorde , la fraternité, le partage et le respect de tous les règnes de la nature.

    Utopie ? Peut-être, pour l’instant. Mais si vous attendez que les choses changent, simplement parce que vous le souhaitez, vous pouvez attendre longtemps. Rien ne bougera.

    Pour conclure, voici un verset du Coran qui exprime une grande sagesse, même si on n’est pas croyant, ou non musulman : Dieu ne changera pas la situation d’un peuple, tant que celui-ci ne se sera pas changé lui-même !