• Actualité
  •  

Pour les Euro-américains du Conseil de sécurité, les bombes qui tuent (des civils) à Alep sont excusables et en tous cas pas condamnables "Quand les attentats sont politiquement utiles pour l'Occident, ils sont donc acceptables. Je serais heureux que nos partenaires dissipent mon soupçon, mais pour le moment je n'ai d'autre choix que m'y tenir". Voilà ce qu'a inspiré à Sergueï Lavrov le refus de "certains" États membres du Conseil de sécurité de condamner les attentats récents d'Alep et de [...]



Pour l’Occident, il y a bombes et bombes

Par Louis Denghien,



Pour les Euro-américains du Conseil de sécurité, les bombes qui tuent (des civils) à Alep sont excusables et en tous cas pas condamnables

« Quand les attentats sont politiquement utiles pour l’Occident, ils sont donc acceptables. Je serais heureux que nos partenaires dissipent mon soupçon, mais pour le moment je n’ai d’autre choix que m’y tenir« . Voilà ce qu’a inspiré à Sergueï Lavrov le refus de « certains » États membres du Conseil de sécurité de condamner les attentats récents d’Alep et de Damas. La Russie a déposé dimanche deux projets en ce sens, l’un relatif aux attentats en Syrie, l’autre à ceux d’Irak (qui ont fait une centaine de morts en une seule journée, dimanche). Or les Occidentaux n’ont accepté de soutenir que le seul texte sur l’Irak.

La dialectique des « deux côtés » s’impose à tous

Américains et Européens ont expliqué pour justifier leur refus de condamner le terrorisme en Syrie par le fait que les attentats s’inscrivaient dans un contexte général de violences. En attendant, le double attentat à la voiture piégée de dimanche à Alep a fait 47 morts et plus d’une centaine de blessés. Qui seront intéressés de savoir que les explosions qui les ont frappés étaient donc moins condamnables que celles qui ont ensanglanté le même jour (avec probablement le même genre de responsables) l’Irak voisin. Moscou a condamné tous les attentats de dimanche, rappelant qu’en Syrie comme en Irak ce sont des civils qui ont été frappés, non des militaires.

La réalité d’un terrorisme d’opposition est tellement évidente que dans sa dernière intervention le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé à la punition des responsables de crimes en Syrie « des deux côtés« , sa préposée aux droits de l’homme Navi Pilllay, connue pour sa hargne anti-Bachar, ayant dû adopter la même position « impartiale » – et donc assez nouvelle de la part de ces hauts responsables internationaux, très longtemps polarisés sur les crimes, réels ou supposés, des partisans du gouvernement. Et c’est un succès de la diplomatie russe – facilité par certains faits récents – qui a toujours dénoncé la partialité des analyses diplomatiques et médiatiques  occidentales sur la situation en Syrie, et demandé la condamnation de toutes les violences.

Européens cherchent gouvernement syrien anti-Bachar présentable

La reconnaissance de plus en plus générale du caractère barbare de nombreux groupes armés n’empêche pas les pays de l’Union européenne de réfléchir à une autre reconnaissance, celle d’un gouvernement en exil syrien. Les Européens préfèrent appeler ça le « futur » gouvernement syrien. Où l’on constate qu’au fur et à mesure que les événements démentent leurs analyses et invalident leur politique, les Occidentaux, et singulièrement les Européens, Français et Britanniques en tête, se réfugient dans la surenchère verbale, pratiquent une fuite en avant rhétorique, comme si leurs mots avaient valeur de fait ou pouvaient entraîner des faits.

La question de ce gouvernement – un gouvernement d’avenir et qui le restera pour paraphraser de Gaulle – a notamment été examinée lors d’une réunion « informelle » des représentants des 27 États membres de l’U.E., samedi dernier à Chypre. Cela dit ce gouvernement « futur » euro-compatible n’est décidément pas encore sur les rails. Les Européens aimeraient en effet que ce shadow cabinet – dont on ignore évidemment la composition – garantisse le non-recours à la violence, le respect des minorités et les droits des femmes. L’opposition politique demeurant dominée par les Frères musulmans, et l’opposition armée par toutes les couleurs de l’arc en ciel islamiste, ce n’est pas gagné. Mais pour les responsables européens à la remorque de Washington, sinon du Qatar, il s’agit, semaine après semaine, de suppléer par des déclarations et des mouvements diplomatiques leur impuissance. On leur souhaite que leurs petits protégés ne commettent pas de tueries trop voyantes dans les jours qui viennent, car leur position de délicate deviendra insoutenable.

Israël reconnait un secret de Polichinelle

Sinon, un membre de l’actuel gouvernement israélien, le ministre de l’Environnement Gilad Erdan, a reconnu sur une radio la frappe perpétrée le 6 septembre 2007 par l’aviation de son pays contre le réacteur nucléaire syrien d’al-Kibar. L’État hébreu n’avait jamais reconnu officiellement ce raid, pourtant connu de tous, à commencer par le président George Bush jr qui y fait allusion dans ses mémoires. Mais si Gilad Erdan a « mangé le morceau », c’est pour donner une base jurisprudentielle à une éventuelle frappe israélienne contre les installations nucléaires iraniennes. En effet, en 2007, Tsahal avait frappé le site syrien, non seulement sans autorisation de l’ONU, mais sans feu vert de Washington. Pour Erdan, et sans doute son patron Netanyahu, ce qui a pu être fait contre Damas pourrait l’être contre Téhéran.

Rappelons que dans la nuit du 5 au 6 septembre 2007, quatre F15 et quatre F16 israéliens avaient pu lâcher 17 tonne de bombes sur le site d’al-Kibar, supposé abriter un réacteur nucléaire, dans la région de Deir Ezzor, après avoir réussi à brouiller les systèmes radar syriens. Dix ingénieurs nord-coréens avaient été tués dans cette « opération Orchard« . Pyongyang avait très vite nié être impliqué dans un programme nucléaire syrien, et les premiers rapports effectués par l’Agence internationale de l’Énergie atomique n’avaient décelé aucune preuve qu’on travaillait à des armes nucléaires à al-Kibar. Le gouvernement israélien avait agi sur la base d’un rapport du Mossad, dont des agents avaient trouvé des photos du site en « visitant » l’appartement d’un diplomate syrien à Vienne.

Aujourd’hui, Washington tente de calmer Netanyahu dans son obsession anti-iranienne : Hillary Clinton a notamment réaffirmé que la négociation avec Téhéran assortie de sanctions demeurait la meilleure approche du problème. Mais on sait bien qu’Israël bénéficie d’une certaine « compréhension » pour ses actions illégales. Et d’un privilège : l’État hébreu a bien la bombe, lui.

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

40 commentaires à “Pour l’Occident, il y a bombes et bombes”

  1. karanga dit :

    L’ambasseur Américain en Libye et 3 de ses compatriotes ont été tués dans l’attaque de leur consulat à Benghazi par les islamistes (ceux-là même qu’ils ont mis au pouvoir). Source France Info.

    • nacera dit :

      Les gens qui avaient un tantinet de bon sens avaient bien remarqué que cette « libération » de la libye reposait sur une fausse alliance, où chacune des deux parties s’était promis de garder des cartes secrètes pour la fin du jeu. Je savais sans être une politicienne que les « fournisseurs d’aide » allaient livrer leur cheval de troie en plusieurs modèles pour planter leur clou en libye, et je savais que les libyens comptaient fermer petit à petit la porte au nez de leurs « sauveurs » au grés d’évènements flagrants dés la fin de kadafi.
      En fait tout enfant connaissant les deux mentalités pouvait faire cette conclusion, mais j’étais sûre que les libyens allaient se faire b. et j’ai eu raison. Maintenant il ne sert à rien d’assassiner des diplomates et de jeter l’huile sur le feu, mais de trouver un plan intelligent, loin des belligérences, pour contrer cette nouvelle forme de colonisation avant qu’elle ne paralyse tout le pays.

    • Marie-Christine dit :

      (Reprise)

      Le film à l’origine des violences : communiqué d’Assawra.

      Libye et Egypte : le film à l’origine de violences signé par un Israélo-Américain

      mercredi 12 septembre 2012, par La Rédaction

      Le film à l’origine des manifestations et attaques anti-américaines, mardi en Egypte et en Libye, est signé par un Israélo-américain qui décrit l’islam comme un « cancer », selon le Wall Street Journal.

      Le film, « Innocence of Muslims » (« L’Innocence des musulmans »), a été réalisé et produit par Sam Bacile, un promoteur immobilier israélo-américain de 54 ans originaire du sud de la Californie, qui affirme que l’islam est une religion de haine.

      « L’islam est un cancer », déclare M. Bacile au Wall Street Journal.

      Mardi, des manifestants ont déchiré un drapeau américain devant l’ambassade américaine au Caire, tandis qu’un groupe armé a attaqué le consulat américain à Benghazi, en Libye, et mis le feu au bâtiment, tuant un Américain et en blessant un autre.

      Sam Bacile a dit au WSJ qu’il était l’auteur du film, précisant qu’il l’avait produit avec cinq millions de dollars levés auprès d’une centaine de donateurs juifs, qu’il a refusé d’identifier.

      Il assure avoir travaillé avec 60 acteurs et une équipe de 45 personnes pour réaliser en Californie, en trois mois, ce film de deux heures. « Le film est politique. Pas religieux », dit-il.

      Le long métrage a été défendu par le pasteur très controversé Terry Jones, qui s’est attiré de nombreuses critiques par le passé, notamment pour avoir brûlé un exemplaire du Coran et s’être résolument opposé à la construction d’une mosquée près de Ground Zero à New York.

      Le pasteur a précisé qu’il comptait montrer un extrait de 13 minutes du film, mardi soir, dans son église de Gainesville, en Floride (sud-est).

      « C’est une production américaine, qui n’a pas pour objectif d’attaquer les musulmans mais de montrer l’idéologie destructive de l’islam », explique-t-il dans un communiqué publié par le WSJ.

      Une porte-parole de Terry Jones a indiqué que le film était aussi diffusé sur le site Internet du mouvement du pasteur américain.

      (12 Septembre 2012 – Avec les agences de presse)

      • Marie-Christine dit :

        On peut s’interroger sur ce film qui semble bien d’abord de propagande sioniste !? A travers les « islamistes », n’est-ce pas les musulmans, la religion musulmane elle-même, qui sont visés ?
        Je crois que les USA peuvent « dire merci » à ses alliés, les « islamistes » lybiens d’un côté et les sionistes de l’autre : pris en sandwich…

        • Fares-dz dit :

          « On peut s’interroger sur ce film qui semble bien d’abord de propagande sioniste !? A travers les « islamistes », n’est-ce pas les musulmans, la religion musulmane elle-même, qui sont visés ? »

          Je me disais la même chose quand j’ai vu l’appel à la manif du 16. Trop ambigu …La formulation est malheureuse. Il y a milles manières de formuler ça autrement… quand on veut. Un alors, est-ce simplement un effet de la sionisation des esprits ?
          Je sais, un peu HS…dsl.

    • Francois dit :

      Cela commence avec un film anti-musulman fait par un américo-juif. Ensuite des manifs anti-US en Egypte et en Libye. Puis tous les « bons-penseurs » qui vont se rebeller pour la liberté d’expression.
      Et encore les musulmans qui seront montrés du doigt!!!
      tout cela, c’est téléguidé!!!

      • antioche dit :

        Bien vu François.
        c’est de la manipulation. depuis que la guerre en Syrie a commencé les gens se sont rendu compte de qui dirigeait vraiment les terroristes d’al-Qaïda.
        pour éviter que l’opinion publique américaine se réveille et demande les comptes, ils(les américains) ont lancé une vaste campagne de désinformation.
        pour preuve: al-Qaïda menace encore les USA d’attentat. http://fr.rian.ru/world/20120912/196024851.html. Les américains doivent vraiment être des sardines sans pour se laisser berner comme ça tout le temps!!!
        On ne sait pas encore exactement pourquoi est ce qu’ils se lance dans cette manœuvre. les anti-nouvel ordre mondial doivent se réjouir car la victoire n’a jamais tété aussi proche. Il faut pousser encore plus dans la ré-information. c’est la première fois depuis dix ans que les américains sont obligés de justifier leurs actes.

      • Jean-Dominique dit :

        absolument François.

      • Marie-Christine dit :

        Hum, hum, mais là, ils commencent à jouer avec le feu : gare aux ambassades… pour commencer.

      • sasha dit :

        tout à fait !!

    • Jacques Borde dit :

      je note que ceux qui « pleurent » sur le sort de ce « diplomate » (sic) yanqui étaient bien silencieux lors de l’assassinat d’un chef d’état, tout aussi férocement assassiné par des activistes « hitléro-takfiri »: celui de la libye, kadhafi! alors, à moins d’être: a/ un proche de ces gens, b) us citizen, ce qui n’est pas mon cas, sachons raison garder & évitons de nous vautrer dans le pathos bon marché & une sensiblerie qui n’a pas sa place icic ! par ailleurs, attention à la provoc, toujours possible, de l’employeur du boucher de jean moulin, klaus barbie, que fut cette bonne vieille « cia »!

    • vanda dit :

      Le christ avait dit : » si tu tues par le glaive ,tu périras par le glaive » ! Aujourd’ hui on est obligé de penser à cette prédiction lorsqu’on voit les évènements de Benghasi ! Pour moi ce sont les memes qui ont assassiné Kadhafi et qui ont assassiné le consul américain. Je pense que les occidentaux et les pétromonarchies devraient etre mis en accusation car indirectement ce sont eux qui ont poussé au crime en Lybie ,en Syrie en utilisant le sectarisme religieux afin de renverser des dirigeants génants . Personnellement je suis athée , mais je ne comprends pas tellement que l’ on se livre à des provocs pas toujours de bon gout quand on sait que des personnes sont sensibles et sont capables de tels actes. Pour revenir à la Lybie les médias nous cachaient soigneusement la situation …du coup ils ont bien été obligés d’en parler mais ils se gardent bien de faire des analyses sérieuses!

    • Khodr dit :

      On récolte ce qu on sème !
      Les américains sème les terroriste salafiste wahhabite, ils les récoltes.
      Je crois qu’ils n ont pas bien comprit le sens de la vie!

  2. Abbas dit :

    La Syrie à l’épreuve du ‘False flag’, de la subversion, de la force et de la résistance !

    De mensonge en mensonge, de manipulation en manipulation l’occident, à sa tête les États-Unis, ne cesse son offensive sur le reste du monde pour assouvir sa cupidité et rester le dominant, le référent idéologique, politique et économique. Il ne cesse un mensonge et une manipulation que pour en créer d’autres plus subtils ou plus stupides. Le mensonge raté d’hier est vite modifié par celui d’aujourd’hui et ainsi de suite jusqu’à le rendre ‘vérité’ permettant d’atteindre l’objectif visé. « En politique, on ne flétrit le mensonge d’hier que pour flatter le mensonge d’aujourd’hui » (Jean Rostand).

    Agression planifiée, mensonge et manipulation.

    La guerre à la Syrie n’est planifiée, depuis longtemps, que sur cela. La Syrie serait le «pont», le «dernier verrou» pour atteindre le redoutable Iran qui constitue, avec la Syrie et le Hezbollah, l’axe farouche de résistance. Ce puissant Iran que les israéliens veulent attaquer en s’employant à impliquer les États-Unis. Mais ces derniers ont vite passé, discrètement, un message aux iraniens les rassurant qu’ils n’entreraient pas en guerre demandant, en retour, de ne pas frapper ses sites stratégiques du Golfe persique. Est-ce sincère ? Surtout quand le général Dempsey, président du comité des chefs d’état-major des forces armées US, a annoncé qu’il «ne voulait pas que les États-Unis soient « complices » d’une attaque israélienne» après les certitudes réitérées de Netanyahu affirmant que les États-Unis n’avaient pas «d’autre choix que de se laisser entraîner dans une autre guerre …». Comme le roi d’Arabie Saoudite a tenté de les entrainer en les rassurant que le prix du pétrole ne flambera pas et qu’il serait prêt à financer une éventuelle attaque de l’Iran.

    Même si les déclarations du général sont importantes par leur «effet» seulement, elles restent un avertissement sur les dangers graves que provoquerait une telle aventure. Les avis contradictoires de hauts responsables israéliens sur cette question ‘sécuritaires’, aussi graves qu’importantes, nous interroge sur si ce n’est pas le fondement d’Israël qui est en train de se délayer.
    Après avoir usé de tous les subterfuges, rumeurs, mensonges, tromperies, manipulations, sanctions, assassinats aveugles, destruction des infrastructures de bases, le tout appuyé par une formidable propagande – dont une foule de médias visuels et écrits, dits «mainstream», transformés en vils instruments de guerre psychologique qui ‘fabriquent’ les évènements, déforment la réalité – ce pays, symbole des dynasties musulmanes, résiste toujours en restant opiniâtre et fidèle à ses valeurs. Même le problème des réfugiés a été instrumentalisé de façon abject pour faire croire à une persistance de la répression, pour en faire une couverture afin d’héberger les groupes armés ou pour en faire, en les provocant, un motif de pression et une source d’enrichissement. Si la Jordanie demande déjà 700 millions de dollars au lieu des 400 prévus pour «ses 120 mille réfugiés»; que dire alors de la Turquie. Rappelons que pour le million d’irakiens qui avaient fui pour la Syrie, ce pays n’avait pas érigé de camps des réfugiés, il n’avait pas sollicité l’ONU pour une aide. Les EU usent de tous les moyens pour exacerber la crise et éviter les solutions. Dans une interview accordée à la chaîneal-Mayadine, Maqdissi affirme que les «pays occidentaux ne peuvent jouer le rôle de pompiers et de soucieux du peuple syrien tout en continuant avec l’apport des pays voisins à faire passer les armes et les combattants en Syrie, tout en les accueillant et en les entraînant » ajoutant que «Certains pays …œuvrent à miner la voie de Brahimi via une tentative de changer ses références en dehors de l’ONU, mais la Russie souhaite réaffirmer la déclaration de Genève en coupant la route à ces parties»

    L’évolution en Syrie montre qu’ils n’ont réussi ni la division entre musulmans et chrétiens, ni entre musulmans sunnites et chiites, ni entre ethnies, ni la déliquescence de l’armée !

    Voyant leur échec imminent, les revoilà relancer, avec fracas, un énième mensonge, le même qui a justifié l’invasion de l’Irak ; «l’emploi d’armes chimiques» éventuel par le «régime Assad» contre sa population. Ce nouveau mensonge vient juste après la débâcle de leurs troupes terroristes islamo-jihado-salafo-wahabistes – après leur anéantissement à Damas et sur le point de l’être aussi à Alep, selon les témoignages de leurs propres médias – dans leur tentative de semer le chaos et la désolation.

    Israël, le meneur

    L’idée, de faire revenir subitement au-devant de la scène ces armes chimiques, est venue d’Israël pour se voir propulsée depuis les EU. La France, la GB et les autres valets Turcs et arabes du Golfe, c’est-à-dire ceux qui entrainent, abritent, financent, arment et recrutent les mercenaires arabes, n’ont fait que suivre l’orientation des maitres.

    C’est le ministre Ehoud Barak qui a lâché ce mot d’ordre au Golan: «l’armée israélienne ne permettrait en aucun cas le transfert d’armes de destruction massive syriennes… au Liban. Nous surveillons étroitement … le Hezbollah qui pourrait essayer de tirer avantage de la situation…nous allons agir…». Son Chef d’état – major, Yaïr Naveh, confirme en argumentant «la Syrie a accumulé le plus important arsenal d’armes chimiques … et dispose de missiles et de roquettes capables d’atteindre n’importe quel point du territoire israélien …». «C’est une chose inacceptable pour nous, pour les EU et nous devrons agir pour l’empêcher» a averti Netanyahu.

    La réponse de la Syrie, par le ministre des AE, est venue tout aussi claire que menaçante «aucune arme chimique … ne sera utilisée contre nos propres citoyens … ces armes ne seront utilisées qu’en cas d’agression étrangère». Ce n’est qu’après que Barak Obama saisi le message israélien pour le relayer ainsi «nous avons été très clairs … une ligne rouge serait de voir un arsenal complet d’armes chimiques en train d’être déplacées ou utilisées. Cela changerait mes calculs … nous ne pouvons pas nous trouver dans une situation dans laquelle des armes chimiques ou biologiques tombent entre les mains des mauvaises personnes».

    François Hollande renchérie: «…nous restons très vigilants … pour prévenir l’emploi d’armes chimiques par le régime (syrien), qui serait pour la communauté internationale une cause légitime d’intervention directe». Tout cela pour passer outre le triple véto doublé sino-russe comme le confirme l’autre relai déchu Alain Juppé : «se passer d’un feu vert onusien … au cas où le risque de prolifération d’armes chimiques se dessinait».

    Le prétexte est donc ‘adopté’ pour une nouvelle phase de mensonges que leurs valets et leurs médias-fous devront rabâcher à la nausée. Comme cette débile ‘info’ selon laquelle les services de renseignement occidentaux seraient «persuadés que ces armes sont dispersées sur une vingtaine d’arsenaux à travers le pays». Pourquoi pas une… trentaine! Veulent-ils qu’elles soient concentrées sur un seul endroit ?

    L’arme chimique, un False flag !

    Cette histoire «d’arme chimique» ne peut être qu’un autre «False flag», c’est-à-dire des opérations secrètes exécutées de façon qu’elles apparaissent comme si elles sont menées par d’autres. Les “falses Flags” sont «de gros mensonges, une déformation grossière et délibérée de la vérité utilisée comme tactique de propagande» (Wikipédia). D’où cette «Préparation d’une attaque ‘fausse-bannière’ à l’arme chimique, prétexte à une intervention armée de l’OTAN» que révèle Paul Joseph Watson.

    Il s’agit d’une attaque par l’ASL à l’arme chimique de la ville de Deraa, proche de la Jordanie, dans le but de piéger le président syrien en le poussant à utiliser la même arme qui justifierait une intervention militaire extérieure.

    Selon la télé syrienne Eddounia, une source aurait révélée qu’une entreprise saoudienne avait équipé 1400 ‘ambulances’ avec des systèmes anti-gaz et anti-chimique en préparation d’une attaque à l’arme chimique qui serait effectuée par l’ASL utilisant des obus de mortier bourrés de phosphore blanc, de gaz sarin et gaz moutarde. Un autre groupe de 400 véhicules auraient été préparés pour le transport de troupes. Les ambulances, en fait remplies de soldats, sont prévues comme «couverture» pour «secourir les populations» dans l’esprit humanitaire avec des slogans «aide au peuple syrien». Les véhicules seront utilisés pour créer une «zone tampon» qui mènera à une intervention militaire de l’OTAN sous le prétexte de punir Assad pour les atrocités soi-disant commises, selon la source. En somme des objectifs ‘nobles’ par des moyens ‘immoraux’ ?

    Pendant ce désordre et ces diversions, Israël accentue sans être inquiété l’occupation d’Al Qods et les assassinats.

    Déroute des groupes armés et indices d’échec

    On se moque bien du monde à vouloir ‘démontrer’ que ‘Bachar’ utiliserait des «armes chimiques contre sa population» après avoir soutenu qu’il les «massacrait» peu de temps avant et surtout au moment où leurs renégats sont exterminés ou fuient en débandade. En fait de «population» c’est à leur ASL qu’ils comptent venir au secours sinon pourquoi insiste-t-on sur cette «zone d’exclusion aérienne» et ce «couloir humanitaire» qu’ils envisagent imposer en équipant leurs groupes de ‘Stinger’, selon certaines ‘infos’.

    La Syrie serait-elle stupide au point d’utiliser une telle arme contre une ASL, qui se sert de la population comme bouclier, alors qu’elle lui inflige des pertes considérables avec un minimum d’homme engagés ?

    Le communiqué de l’armée syrienne, qui avait pourtant décidé de ne plus en faire, a annoncé récemment «nous avons engagé, à Alep, 3000 soldats. Nous avons déjà éliminé près de 2000 terroristes, sur les 7000 présents dans la ville et, nos opérations se poursuivent, à l’intérieur de la ville comme à l’extérieur. La prise de leur bastion de Salaheddine leur a été fatale. Ceci a contribué à leur dispersion. Néanmoins, il nous faut 10 jours … [depuis le 03-09-2012] pour reconquérir l’entièreté de la cité et ses environs». En effet, chaque jour voit son lot, toujours plus important (par certaines), de terroristes abattus, blessés ou arrêtés et ce, dans toutes les villes qu’ils annoncent avoir conquis, se retrouvant souvent dans le choix entre la reddition, les attentats à la bombe contre les civils ou les attentats-suicide; la fuite étant périlleuse car, l’armée tient toutes les issues y compris celles qui mènent aux frontières. Voici que les ministres italien et français des Affaires étrangères, Giulio Terzi et Laurent Fabius, dans une lettre, lors d’une réunion à Paphos (Chypre), avertissent que «Si nous échouions en Syrie, la stabilité du Moyen-Orient serait compromise et la sécurité de l’Europe… du terrorisme à la prolifération des armes …serait gravement menacée».

    L’intelligence et les méthodes opératoires de l’armée syrienne ont permis des exploits tels que même le ‘bateau espion’ allemand qui fournit des renseignements militaires aux groupes armés a permis des diversions et des tactiques fatales aux groupes et leur dislocation. Même les fameux téléphones Thuraya qu’ils utilisent sont devenus des «balises» permettant leur localisation et leur anéantissement.

    Les dirigeants occidentaux dont l’échec se constate bien à l’aune de leurs actions de plus en plus stupides et insensées – la dernière étant l’arrêt de diffusion des chaînes télés syriennes qui réalisent, par l’image, des succès éclatants dans la mise à nu de leurs mensonges et au même moment où Président syrien a donné de vérités affligeantes aux comploteurs lors d’une interview par la chaine Eddounia – sont-ils devenus aussi aliénés pour mettre à exécution ce genre d’attaque chimique ? Réagir déraisonnablement traduit souvent un état d’échec ou de faiblesse.

    Les syriens, les russes, les chinois et les iraniens sont-ils aussi stupides pour croire à cette «fausse bannière» justificatrice de guerre «humanitaire» ? L’Empire, en percevant son plan satanique s’écrouler face à la constance adverse et son entêtement, ira-t-il à une guerre totale ? Elle serait couteuse, destructrice et inutile quand on sait que le premier à en pâtir, au risque de disparaitre, est Israël !

    Main des lobbies sionistes

    Les ‘soutiens’ à Israël ne peuvent le demeurer indéfiniment en cas de guerre totale sachant qu’ils savent qu’il est, par son sionisme et ses lobbies, le facteur premier de déstabilisation des États, le promoteur des guerres directes ou par «procuration», qu’il vise à instaurer son hégémonie mondiale en dominant les gouvernements, les ONG et institutions internationales par l’infiltration en accaparant les principaux médias du monde, qu’il use de tous les moyens de pression, par occident interposé, pour faire plier n’importe quel pays pour atteindre ses objectifs en instrumentalisant même le judaïsme et la Shoah.

    A propos des ONG – dont les plus importantes trouvent leurs financements dans la fondation du sioniste Georges Soros, l’Open Society Institute ou la NED – si le parlement russe a adopté, récemment, une loi dite «ONG, agents de l’étranger» c’est que ces organisations présentent bien un danger par leurs actions subversives cachées.

    Ce sont bien les lobbies sionistes, en particulier l’AIPAC, qui ont de solides soutiens au Congrès Américain, qui dictent au monde ce qui doit être bon ou mauvais. «C’est l’organisation de lobbying la plus influente en matière de politique étrangère», affirme son site Internet.

    Le Rabbin new-yorkais Y. Dovid Weiss, membre de Neturei Karta disait bien que «Les tentacules du sionisme sont tels que les pays occidentaux sont ses laquais … les hommes politiques américains sont soumis à des pressions ou menaces de toutes les calomnies s’ils ne sont pas suffisamment loyaux… à Israël… Ils leur font faire des guerres et organiser des embargos en fonction des retombées éventuelles sur Israël». Il ajoutait «Ils ont créé des organisations juives qui prétendent contrôler les peuples, les nations et les autres religions, sous prétexte de défendre les intérêts juifs…La terreur et la contre-terreur, les expropriations, la guerre dès qu’une guerre se termine, voilà ce qu’est devenue la vie quotidienne des Juifs et des Arabes».

    Rappelons l’affirmation de Freeman lorsqu’il assénait : «La stratégie du lobby israélien touche le fond du déshonneur et de l’indécence, et comprend la diffamation, les citations sélectives inexactes, la déformation volontaire d’un dossier, la fabrication de mensonges, et un total mépris de la vérité. L’objectif de ce lobby est le contrôle du processus politique par l’exercice d’un droit de véto sur la nomination des personnes qui contestent le bien-fondé de son point de vue, la substitution d’une justesse politique de l’analyse , et l’exclusion de toutes les options pour la prise de décisions par les américains et notre gouvernement autres que celles qu’il favorise».

    De là, qui domine, en fait, qui manipule qui dans cette lutte d’influence. Le monde a acquis assez d’expérience et de faits historiques pour ne pas se voir duper. C’est bien le sionisme mondial ! Rappelons aussi cette citation d’Ariel Sharon à Shimon Pérès «Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela …Je vais vous dire quelque chose de très clair : Ne vous préoccupez pas de la pression de l’Amérique sur Israël, nous, les juifs, contrôlons l’Amérique, et les américains le savent ».

    Jusqu’à quand ?

    Jusqu’à quand ? Pendant que certains abrutis croient à «l’après Assad» d’autres planifieraient «un Moyen-Orient sans Israël» selon un rapport intitulé : «Preparing For A Post Israel Middle East» (se préparer pour un Moyen Orient post Israël) qui aurait été réalisé «à la demande de la communauté du renseignement américain regroupant pas moins de 16 agences dont le budget annuel dépasse les 70 milliards de dollars». Cette communauté regrouperait les départements de la marine, de l’armée de terre et de l’air, des corps de Marines, des gardes côtes, le ministère de la défense et agence de renseignement, les départements de l’Energie, la sécurité intérieure, le trésor, l’agence de lutte anti-drogue, le FBI, l’agence de sécurité nationale, l’agence de renseignement géo-spécial, l’agence de reconnaissance nationale et la CIA ; rien que cela ! Ce document conclut que «les intérêts nationaux américains et israéliens divergent fondamentalement….Israël est actuellement la plus grande menace pour les intérêts nationaux américains car, sa nature et ses actions empêchent des relations normales entre les US et les pays arabes et musulmans et dans une mesure croissante avec la communauté internationale.»

    En voici quelques extraits (de Mireille Delamarre; planetenonviolence) :

    «Israël compte tenu de son occupation brutale sa bellicosité ne peut pas être sauvé tout comme le régime d’apartheid de l’Afrique du Sud…» ; «La direction israélienne est de plus en plus éloignée des réalités politiques militaires économiques du Moyen Orient» ; «Le gouvernement de coalition … Likud est … complice et influencé … par des colons et devra faire face à … plus de soulèvements civils domestiques avec lesquelles le gouvernement US ne doit pas s’associer ou s’impliquer» ; «Le pouvoir arabe et musulman qui s’étend rapidement …et la montée en puissance de l’Iran … avec le déclin de la puissance et de l’influence américaine à un Israël belliqueux et oppressif devient impossible à défendre … compte tenu des intérêts US … avec les 57 pays islamiques» ; «L’énorme ingérence d’Israël dans les affaires intérieures des US par l’espionnage et des transferts illégaux d’armes…» ; «Le gouvernement US n’a plus les ressources financières ni le soutien populaire pour continuer à financer Israël …» ; «Les infrastructures d’occupation ségrégationniste d’Israël sont la preuve d’une discrimination légalisée …» ; «Israël a échoué comme état démocratique auto proclamé et le soutien financier et politique américain ne changera pas sa dérive comme état paria international» ; «Les colons juifs manifestent de plus en plus un violent racisme rampant en Cisjordanie…» ; «De plus en plus de Juifs américains sont contre le Sionisme et les pratiques israéliennes, inclus les assassinats et les brutalités à l’encontre des Palestiniens…» ; «L’opposition internationale à un régime de plus en plus Apartheid …»

    En tout cas, voilà des vérités enfouies qui ne peuvent se manifester que quand le rapport de force balance irréversiblement ailleurs et quand la perte des intérêts risquent de vous mettre face à des conséquences d’ordre existentielle.

    Déchéance des pantins arabo-musulmans

    Que comptent alors ces Émirs vassaux des pétromonarchies du Golfe, ces chancres purulents, avec leurs centaines de milliards de dollars qu’ils ne contrôlent pas ou cette Turquie d’Erdogan, ce dindon de l’Otan qui a renoncé à faire sa prière à El Qods pour la promettre à Damas, qui prend son rêve impérial farfelus pour une réalité. Elle est passée de la stratégie «zéro problème» à «zéro amis» disent ses détracteurs avec en plus les terroristes importés sur son sol. Que comptent ces autres arabo-musulmans obséquieux, par faiblesse d’esprit ou opportunisme qui passe vite de supplétifs à l’impérialiste aujourd’hui – comme joindre leur voix à l’agression contre la Syrie, abreuvés d’inepties d’imams-d’égouts aux idées diaboliques – à partisans, demain, des causes anti-impérialistes, anticolonialistes et vice versa.

    Quand on voit Morsi et sa clique, une fois arrivé au pouvoir, adopter l’inverse de ce qu’ils ne cessent de claironner depuis des années sur l’Amérique, les sionistes, l’occident, les opprimés et les palestiniens – poussant la servilité jusqu’à s’ingérer en demandant aussi « le départ de Bachar » – on comprend parfaitement les séquelles, de l’argent corrupteur, sur les consciences . C’est le cas aussi de la Tunisie d’Ennahda, des guignols libyens, du Liban de la coalition du 14 mars, du roitelet de Jordanie et d’une multitude d’associations, de journaux et d’intellectuels ‘khobsistes’ (*) – du Maghreb au Machrek – obéissant à leurs mécènes islamo-libéraux du Golfe. Quant à la Ligue des «États arabes», cet attrape-nigaud, qui n’ose même pas agir au dernier bombardement, par l’aviation israélienne, de Gaza qui a fait des morts civils ou le massacre des 21 palestiniens du camp des réfugiés de al-Yarmouk à Damas par les terroristes, préoccupé qu’elle est par ‘le régime de Bachar’, mieux en rester à ce qualificatif et à ce constat.

    Mais avec ces pantins-là, une seule déclaration de retraite de leur maitre-penseur et tous changeront de cap le jour-même !

    L’avenir très proche nous révèlera comment les deux anciens «blocs» d’influence trouveront, par le Moyen-Orient, la région nodale, l’équilibre nécessaire à la coexistence pacifique des idéologies et des intérêts, pour un monde plus sécurisant et moins oppressif, sans recourir aux moyens extrêmes et inutiles.

    La Russie et la Chine tiennent à leurs principes de non-ingérence dans les affaires des États et d’un monde multipolaires pour plus d’équilibre. Dans une interview avec la chaîne Russia Today, Poutine a précisé «qu’il y a des parties qui veulent employer al-Qaïda et autres organisations extrémistes pour réaliser leurs buts en Syrie, ce qui est une politique très dangereux aboutissant normalement à des graves répercussions». Il a ajouté, à propos d’une modification de la position de la Russie que ce n’est pas «à la Russie seule de réévaluer ses positions, qu’il faut aussi que nos partenaires … réévaluent leurs positions» estimant «que ce qu’il faut faire, c’est arrêter les livraisons d’armes… Lorsque je me remémore, précise-t-il, ce qui s’est passé ces dernières années, je m’aperçois que plusieurs initiatives prises par nos partenaires n’ont pas abouti aux résultats escomptés ».

    L’issue et l’orientation se décideront sur le terrain des combats, en Syrie, par une armée nationale structurée, expérimentée ayant une doctrine face à un ramassis hétéroclite, baptisé ASL, composé de mercenaires bon marché, de bandits, de frustrés, de revanchards et d’intégristes abrutis !

    L’évolution des choses au plan militaire et diplomatique préfigure déjà le «nouveau rapport de force» qui se dessine.

    DJERRAD Amar

  3. Baki dit :

    Reportage de Channel 4 sur un groupe rebelle salafiste. A voir vers le milieu du reportage (7:10), un barbus qui compte ses liasses de dollars toutes fraiches arrivant de Riyad…

    On the ground with the Farouk brigade
    http://www.channel4.com/news/battle-for-syria-on-the-ground-with-the-farouk-brigade

  4. Marie-Christine dit :

    Liens :

    Le Liban, plaque tournante du trafic d’armes et
    de matériel d’espionnage vers la Syrie
    Ghaleb Kandil
    http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Ghaleb_Kandil.100912.htm

    Les services spéciaux ont aidé un général à fuir le pays
    La Voix de la Russie
    http://www.palestine-solidarite.org/actualite.La-Voix-de-la-Russie.110912.htm

    Un nouveau crime de guerre des protégés
    de Hollande & Fabius
    Louis Denghien
    http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Louis_Denghien.100912.htm

    L’art de la guerre
    Et vole l’économie de la mort
    Manlio Dinucci
    http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Manlio_Dinucci.110912.htm

  5. joseph cotton dit :

    14 minutes du film ‘Mohammed’ en question: Un parodie très mal faite mais qui voudrait ressembler à La Vie de Brian des Monthy Python parodiant la vie du Christ.

    http://www.youtube.com/watch?v=qmodVun16Q4&feature=youtu.be

  6. joseph cotton dit :

    Les USA et les EU vont hésiter encore plus à laisser la Syrie tomber dans les mains d’islamistes qui ferment les yeux sur les actes terroristes perpétrés par éléments extremistes parmi eux.
    Ou bien les fréres musulmans devront décimer les salafistes, ou bien ils seront rapidement jetés dehors du pouvoir par l’Occident.
    L’Arabie seoudite, discrete financiere des salafistes devra réagir.
    En tous cas, ces problémes en Libye, Egypye et Tunisie servent beaucoup plus le gouvernement syrien, séculaire plutot que l’opposition foncierement islamiste.
    Obama devra réagir energiquement à la mort de l’ambassadeur dans un pays dit ami. Sa réélection est maintenant en jeu

    • Louis Denghien dit :

      Tout à fait d’accord…

      L.D. & Infosyrie

    • Nestor dit :

      @ joseph cotton

      tu m’étonne cotton.
      c’est romney qui doit se frotter les griffes en ce moment. Mais je ne sais pas si de notre point de vue (non-américain) Obama ou Romney changes quoi que ce soit a la politique étrangère des USA.
      Comme tu le dît si bien Joseph « Obama est un conquérant »: http://www.youtube.com/watch?v=9-Y-RfwDt70

    • joska dit :

      @joseph cotton,
      je suis tout à fait de votre avis mais malgré la réaction d’O'Bama ou autre dirigeant occidental ou israélien voire même turc ou des pays du Golf, ils ont créé cette masse terroriste qui va se retourner contre eux et là que dira-t-on que c’est Bashar qui est à l’origine des futurs attentats que dieu protège tous les peuples mais montre du doigt ces dirigeants fous et dangereux car ils ne mesurent même pas la mesure de leurs actes ou inactes (ils ont du sang arabes dans leurs mains) heureusement pour eux qu’ils n’en n’ont que deux, j’aurais imaginer le pire

    • Ulpien dit :

      A mon avis, ce sont aussi les Sios qui profitent de cette attaque…

  7. Fares-dz dit :

    wow si l’info se confirme c’est énorme… Je m’attendais à un retour de flamme mais pas aussi vite, de manière aussi violente et aussi symbolique. Quand on joue avec le feu ça ne pardonne pas.

  8. Nestor dit :

    Toutes mes excuses, je viens de réaliser que les gesticulations bruyante de cet énergumène a propos d’Obama sont apologétiques!

    Le terme « conquérant » se référant au « lion de Judée » ;)

    On a les lions qu’on mérites…

  9. RoyL dit :

    > Voilà ce qu’a inspiré à Sergueï Lavrov

    J’ai été plus impressionné par:

    http://sana.sy/fra/55/2012/09/12/441114.htm
    Lavrov: L’Occident accepte les actes terroristes conformément à
    ses propres intérêts politiques
    12 Sept 2012

    [... P]ar ailleurs, le ministre russe a **MIS EN GARDE** à
    nouveau contre le **DANGER** de toute ingérence dans la crise en
    Syrie pour soutenir une partie au détriment de l’autre,
    soulignant que la crise est DEVENUE L’UNE DES QUESTIONS
    INTERNATIONALES LES PLUS URGENTES. [...]

    ***

    Avec *devenue une question des plus urgentes* en langage
    diplomatique = ligne rouge à ne pas dépasser stupidement en
    langage plus terre à terre; et le *danger* = à qui de droit (to
    whom it may concern en anglais).

    Pour rappel, en observant que les Russes ne bluffent généralement
    pas:

    http://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2006-1-page-51.htm
    Le conflit en Ossétie-du-Sud : la Géorgie contre la Russie
    Tracey C. German

    [...]

    La guerre des mots [lire]

    [...]

    ***

    Le message que un homme averti en vaut deux doit surement être
    arrivé aux oreilles auxquelles il était destiné (to whom it may
    concern). >:)

  10. Marie-Christine dit :

    Angélina Joli en service pour les guerres de l’OTAN

    Médiamensonges & propagande :
    Hollywood s’en va-t-en-guerre !
    Luc Michel
    http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Luc_Michel.110912.htm

  11. EAUX TROUBLES dit :

    http://french.china.org.cn/autreshorizons/2012-09/12/content_26507318.htm

    « La Russie choquée par l’attitude de l’Occident envers les attaques terroristes en Syrie

    Les pays occidentaux ont adopté deux poids deux mesures dans leur évaluation des actions terroristes en Syrie, a déclaré mercredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Gennady Gatilov.

    L’Occident a classé les terroristes comme « bons » et « mauvais », et pense vraiment que la communauté internationale va fermer les yeux sur les attaques commises par ces « bons terroristes », a déclaré M. Gatilov sur Twitter.

    La Russie a présenté deux projets de déclarations au Conseil de sécurité de l’ONU lundi condamnant les attentats terroristes en Syrie et en Irak.

    « C’est curieux qu’en raison de la position non constructive d’un certain nombre des membres du Conseil de sécurité, le projet de déclaration sur les attaques terroristes dans (la ville syrienne d’Alep) n’a pas été adopté », a souligné le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, ajoutant les arguments occidentaux signifiait une rupture avec le principe de l’ONU qu’aucun acte terroriste pourrait être justifié.

    « Une telle situation favorise le terrorisme et facilite l’escalade de la violence en Syrie », il a dit.

    Toujours mercredi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a qualifié l’attitude occidentale de « regrettable » et « choquante ».

    Le Conseil de sécurité a toujours condamné les attaques terroristes et souligne que tout acte de terrorisme n’est inacceptable, quelque soit son but. Cette fois-ci, certains pays occidentaux ont rejeté cette position après un attentat à la bombe contre les locaux des services de sécurité syriens, a déclaré M. Lavrov aux journalistes dans la capitale kazakhe d’Astana.

    « L’Occident a expliqué que ce n’était pas une attaque terroriste au sens complet du mot. J’ai été choqué par cet attitude », a-t-il dit.

    Une voiture piégée a explosé mercredi près d’un poste de contrôle du gouvernement dans la province syrienne d’Idlib. Dimanche dernier, trois attentats à voiture piégée se sont produits à Alep, tuant 47 personnes et blessant plus de 100 autres. »

  12. EAUX TROUBLES dit :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120912.REU5753/deboussoles-les-chretiens-de-syrie-pensent-a-fuir.html

    par Dominic Evans

    BEYROUTH (Reuters) – La venue du pape au Liban n’a pas réussi à redonner l’espoir aux quelque deux millions de chrétiens présents en Syrie et déboussolés par la guerre civile qui s’éternise.

    Peu de chrétiens soutiennent ouvertement les insurgés qui tentent depuis un an et demi de renverser le régime de Bachar al Assad, car ils craignent pour leur avenir si la majorité sunnite du pays choisit à la place un gouvernement islamiste.

    « Je pense à quitter le pays si les islamistes gouvernent la Syrie », confie un antiquaire chrétien à Damas. « Je m’attends à des représailles contre les chrétiens. »

    Ce sujet agite un groupe réuni autour d’une église du quartier de Bab Touma, dans le vieux Damas. Ici, la communauté chrétienne existe depuis 2.000 ans, mais le conflit et le sort qu’ont connu les chrétiens dans d’autres pays du Moyen-Orient les font réfléchir.

    « Nous espérons que notre destin ne sera pas celui des chrétiens d’Irak, mais rien n’est garanti », dit un homme qui dit s’appeler Rami. « Maintenant, nous nous réunissons à l’église plutôt qu’au café, parce qu’on a peur d’être bombardés. »

    Les violences religieuses qui avaient agité l’Irak après la chute de Saddam Hussein, en 2003, avaient forcé la moitié des chrétiens à s’enfuir. Et le retour en grâce des islamistes sunnites en Tunisie, en Libye et en Egypte au lendemain du « printemps arabe » ne rassurent pas la communauté chrétienne de Syrie.

    Celle-ci représente moins de 10% des 23 millions d’habitants du pays, et est divisée en orthodoxes grecs, maronites, melkites et orthodoxes syriaques. Des milliers d’entre eux ont quitté le pays, comme de nombreux autres Syriens fuyant les combats.

    « NOUS FORCER À ÉMIGRER »

    Si beaucoup de chrétiens rechignent à afficher leur soutien aux insurgés, d’autres à l’inverse défendent ouvertement pour le régime en place. Dans certains quartiers de Damas, des chrétiens se sont ainsi alliés à des Druzes et des chiites pour former des groupes de défense armés alliés à Bachar al Assad.

    « Ils veulent nous forcer à émigrer comme en Irak. Vider la région des chrétiens », dit Youssef devant l’église de Bab Touma. « Au début du conflit nous étions neutres, même si, en privé, nous étions favorables au régime. (…) Mais maintenant, nous voulons prendre les armes pour nous défendre. Nous avons des proches qui ont été tués. »

    Paolo dall’Oglio, un prêtre jésuite italien expulsé de Syrie en juin après y avoir vécu pendant trente ans, affirme que des prêtres et des évêques ont subi des pressions pour soutenir Assad, mais que d’autres le font volontiers.

    « Il y a beaucoup de chrétiens qui sont contre le régime et qui travaillent beaucoup, surtout à un niveau humanitaire dans la rue, pour le peuple », dit-il par téléphone. « (Mais) pour des raisons culturelles et de sécurité, nos dirigeants religieux se sont rangés du côté du régime et s’y trouvent toujours. »

    Ces liens avec le pouvoir syrien pourraient alimenter la rancoeur des insurgés à l’encontre de la communauté chrétienne.

    « J’ai dit au Vatican il y a un an et demi : ‘Si nous ne faisons rien, nous allons être chassés’. Et c’est ce qu’il se passe », déplore-t-il. « Il n’y a donc pas à être étonné. On peut être extrêmement contrarié, chagriné et amer, mais pas surpris. »

    Baptiste Bouthier pour le service français, édité par Gilles Trequesser »

  13. [...] Source: infosyrie Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clef(s) armes nucléaires, Israel, Syrie, terrorisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien. ← La leçon de Benghazi [...]