• Actualité
  •  

Washington et Paris – villes jumelées diplomatiquement depuis cinq ans – ont vivement réagi à l’assassinat, vendredi 7 octobre, du dirigeant kurde syrien Mechaal Tamo. Agé de 53 ans, Tamo était une figure du récent « Conseil national syrien » (CNS) qui tente de fédérer, depuis la Turquie et avec l’appui des Occidentaux, divers courants de l’opposition radicale à Bachar al-Assad (voir notre article « Les contradictions internes du président Ghalioun… », mis en ligne le 3 octobre). Il animait le « Courant du Futur », [...]



Qui avait – vraiment – intérêt à tuer Mechaal Tamo ?

Par Louis Denghien,



On sait pas qui a tué Mechaal Tamo, mais on voit bien à qui profite ce crime

On ne sait pas qui a tué Mechaal Tamo, mais on voit bien à qui profite ce crime

Washington et Paris – villes jumelées diplomatiquement depuis cinq ans – ont vivement réagi à l’assassinat, vendredi 7 octobre, du dirigeant kurde syrien Mechaal Tamo. Agé de 53 ans, Tamo était une figure du récent « Conseil national syrien » (CNS) qui tente de fédérer, depuis la Turquie et avec l’appui des Occidentaux, divers courants de l’opposition radicale à Bachar al-Assad (voir notre article « Les contradictions internes du président Ghalioun… », mis en ligne le 3 octobre). Il animait le « Courant du Futur », formation kurde se présentant comme « libérale », et il avait récemment été libéré de la prison où il avait passé trois ans et demi – encore un geste de Bachar, soit dit en passant. Ce qui n’avait pas empêché Tamo de rejeter une proposition de dialogue émanant du pouvoir.

D’après ce que l’on sait, Tamo a été abattu à son domicile de Qamichli, dans le nord-est du pays par « quatre hommes armés et masqués », qui ont également blessé son fils et une collègue, affirme depuis Londres l’OSDH, tandis que Sana prétend que Mechaal Tamo a été victime d’un commando opérant depuis une voiture, et qui a ouvert le feu sur le véhicule où avait pris place le dirigeant kurde.

Toujours est-il que l’annonce de sa mort a jeté dans la rue des milliers de Kurdes, jusque-là assez en retrait du mouvement de contestation. Et l’OSDH chiffre à 50 000 le nombre de ceux qui l’ont porté en terre samedi. La communauté kurde représenterait avec 2 millions de membres environ 10 % de la population syrienne, essentiellement présente dans la pointe nord-est du pays, avec des concentrations autour d’Alep et dans certains quartiers de Damas. Cette communauté, pour une part importante, est d’origine turque mais elle est considérée comme bien intégrée à son pays d’accueil et, en juin dernier, Bachar al-Assad a décidé d’accorder la nationalité syrienne à plusieurs dizaines de milliers d’entre eux, rompant avec la politique de mise à l’écart de son père Hafez al-Assad. Dans un contexte régional explosif, où la question kurde pèse non seulement sur la Syrie, mais aussi la Turquie, l’Iran et l’Irak, ce qui s’est passé vendredi équivaut donc à allumer un briquet auprès d’une citerne d’essence.

Un meurtre qui « tombe bien », à plusieurs égards

 Naturellement, les chancelleries occidentales ne sont pas les seules à avoir récupéré le cadavre encore chaud de Mechaal Tamo : la porte-parole du CNS, Bassma Kodmani, a accusé le pouvoir syrien d’avoir armé les tueurs, déclarant qu’il avait « franchi une nouvelle étape dans la stratégie de répression ». « Tous les leaders de l’opposition doivent se protéger » a encore mélodramatisé Bassma Kodmani, qui faisait aussi allusion à l’agression à Damas, dans des conditions non éclaircies, de l’opposant et ancien député Riad Seif, roué de coups par des hommes présentés par les médias étrangers comme les « agents de sécurité » d’une mosquée.

Si l’on s’en tient à l’adage romain « Is fecit cui prodest » – qu’on peut traduire par « à qui profite le crime ? » – on ne voit pas pourquoi Damas aurait fait abattre un dirigeant d’une communauté plutôt « neutre » jusque-là, alors qu’il était en train de gagner la « bataille de la rue ». Or ce meurtre est survenu vendredi matin, de quoi relancer le processus de manifestation, bien affaibli depuis des semaines. Et de fait, c’est sous l’égide du CNS que plusieurs milliers de personnes seraient descendues dans la rue, notamment autour de Damas, à Homs et à Deraa.

Ensuite, ce crime permet opportunément de faire oublier – à ceux qui le veulent bien – que jusqu’à présent, les meurtres ciblés de personnalités visaient des partisans et notables du régime, professeurs, généraux, ingénieurs (voir notre article « La nouvelle stratégie « serial killers » des opposants radicaux à Homs », mis en ligne le 29 septembre). Et ceux qui à Washington ou à Istambul stigmatisent la dérive criminelle du régime se sont bien gardés de réagir à l’assassinat ô combien symbolique du fils du Grand mufti (sunnite) de Syrie (voir notre article « Plus qu’un crime, une faute : le fils du Grand mufti de Syrie assassiné », mis en ligne le 3 octobre).

En conséquence de quoi, et nous en sommes désolés pour nos opposants « à nous », cette histoire nous paraît cousue de fil blanc. Un fil qui, si on le tirait, ne nous conduirait pas, à notre avis, aux « services » syriens, qui ne sont pas payés, a priori, pour créer des difficultés supplémentaires à leur employeur ! Dans cette tragédie syrienne, il y a, depuis le début, trop de gens, syriens ou non, qui sont prêts à tout pour obtenir la peau de Bachar et son régime. Des professionnels pour qui la provocation est un « outil de travail » comme un autre.

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

42 commentaires à “Qui avait – vraiment – intérêt à tuer Mechaal Tamo ?”

  1. Etudiant dit :

    Vous êtes vraiment désopilant, voir désespérant.
    Mais bon. Si vous ne voyez pas le bras du régime dans ces crimes et tabassage d’opposants que vous ne pouvez absolument pas qualifier de « radicaux », vous êtes loin d’être tiré d’affaire…
    D’ailleurs vendredi, jour de la mort de Mr Tammo et du tabassage de l’ancien député Riad Seif, la journée de protestation portait le nom du « soutien au CNS ». Quoi de plus clair comme message pour le régime que de s’en prendre à 2 de ses membres les plus éminents ?

    Le régime n’accepte pas l’opposition réelle à son pouvoir.
    Il lui préfère l’opposition soumise.
    Relisez Etienne de la Boetie.

    • Chamaco dit :

      Un « étudiant » bien sectaire.
      N’avez-vous pas encore appris qu’un problème ne peut se résoudre qu’en envisageant des hypothèses ? La presse dans son ensemble, sans enquête, sans recoupement, sans analyse, a déjà rendu – comme vous – son verdict.
      Oui mais :
      - il existe déjà 4 versions de l’endroit et de la manière dont il a été tué, cela vous a sans douté échappé.
      - il est l’un de ceux qui refusait toute intervention étrangère en Syrie, peut-être l’ignoriez vous
      - les relations Turco-Syriennes n’étant pas au zénith, pourquoi la Syrie aurait-elle commis l’erreur de s’aliéner le peuple Kurde.

      quand on « étudie » il est souhaitable de ne pas dormir pendant les cours, sous peine de passer à côté des notions basiques.

    • Syrienne libre dit :

      « il avait récemment été libéré de la prison où il avait passé trois ans et demi – encore un geste de Bachar, »
      un geste de Bachar?
      Vous sous entendez qu’il aurait amnistié un criminel?

      Je rappelle, pour ceux qui ne connaîtrait pas Mechaal Tamo (paix à son âme), que c’était un homme syrien kurde, ingénieur de formation.
      Il était l’un des dirigeants du courant du futur crée en 1999, un des fondateur du Comité de la Societé civile syrienne, et également l’un des fondateurs du Printemps de Damas, crée en 2005.
      Je vous rectifie Mr Louis :
      Mechaal Tamo, a été arrêté le 15 août 2008 , condamné à 3 ans et demi de prison, il sort le 5 juin 2011.
      Il intègre le Conseil National Syrien dès sa libération.
      Il ne fait pas parti des indépendantiste kurde, c’est un unionniste (terme qui était utilisé pour les protestants Irlandais).

      Il a refusé toute négociation avec le pouvoir, même durant sa détention.
      Un Syrien kurde lui a demandé pourquoi, et il a répondu :

      « Comment voulez vous que je négocie avec ce régime, pendant que nos enfants à Deraa se font assassiner? Nous sommes tous Syriens, que nous soyons d’origine kurde, arabe, circassienne, assyrienne, etc »

      Donc exit la probabilité qu’il s’agisse « concurrents » Kurdes!

      Je résume, Mechaal Tamo, impliqué dans la société civile syrienne, ni extrémiste salafiste, ni indépendantiste kurde, démocratique, unionniste, refusant toute négociation avec le Baas et surtout membre du Conseil National Syrien…

      Posez-vous à nouveau, la question Mr Denghien, à qui profite le crime?

      « Bachar al-Assad a décidé d’accorder la nationalité syrienne à plusieurs dizaines de milliers d’entre eux,  »

      Je vous rappelle juste, qu’il existe près de 300 000 Kurdes privés de la nationalité syrienne, alors quelques dizaines de milliers, ne règle en rien cette injustice.

       » Or ce meurtre est survenu vendredi matin, de quoi relancer le processus de manifestation, bien affaibli depuis des semaines. Et de fait, c’est sous l’égide du CNS que plusieurs milliers de personnes seraient descendues dans la rue »
      Faux, le vendredi pour le CNS avait été décidé AVANT son assassinat.
      Belle tentative de manipulation, ne croyez pas tout ce que vous lisez sur SANA, Mr Denghien.

       » Un fil qui, si on le tirait, ne nous conduirait pas, à notre avis, aux « services » syriens, »

      Ben voyons, comme je disais hier, la Syrie, est le seul pays au monde qui voit ses opposants attaquer et assassiner ses camarades, dans le seul but de faire accuser le gouvernement!
      Parce que bien évidemment, ils sont plus utiles morts que vivants?

      Vive la liberté d’expression!

      Azadi, Azadi!
      liberté, liberté!
      horriyé, horriyé!

      • sowhat dit :

        mais pourquoi les kurdes ne se sont pas soulevés, pourquoi la plupart des représentants kurdes ont claqué la porte du CNS, pourquoi la majorité des kurdes reste favorable à Bashar ? et pourquoi la direction syrienne prendrait-elle le risque d’attiser le ressentiment des kurdes ?

        • sowhat dit :

          le CNT

        • Etudiant dit :

          La majorité des Kurdes favorables à Bachar ?
          Vous êtes marrants sowhat.
          Les Kurdes ne seront jamais avec ce régime. Rappelez vous 2004 à Qamichli, le pogrom anti-kurdes ? Qui a laissé faire ? Qui a tiré sur la foule en plein match de foot ?

          Les Kurdes syriens ne soutiendront jamais Bachar. S’ils ont des désaccords avec l’opposition (il y en a un certain nombre) cela ne veut en rien dire qu’ils soutiennent le régime.

    • stephane dit :

      Qui décide des noms des vendredi?
      Et pourquoi le vendredi au fait? pourquoi pas tous les jours de la semaine?
      Tabassage d’opposants? vous étiez témoin?
      Pourquoi le régime ne tue-t-il pas alors ghalioun et tous les membre de ce conseil fantoche?
      Vous êtes ridicule comme d’habitude et vos théories du complot sont des plus grotesques.
      En gros tous ce qu’il ya de mal vient du « régime » et donc comme dans l’affaire hariri il s’autodétruit en tuant des gens pour se faire accuser juste après.

      • Candide dit :

        « vos théories du complot sont des plus grotesques »

        Je ne te le fait pas dire Stéphane, c’est une théorie. Une théorie (du grec theorein, « contempler, observer, examiner ») désigne couramment une idée ou une connaissance spéculative et vraisemblable, souvent basée sur l’observation ou l’expérience, donnant une représentation idéale, éloignée des applications.

        C’est une des théories, et il y en a bien d’autres. Celle qui fait état du complot extérieur est-elle moins grotesque?

      • Syrienne libre dit :

        Non non , Hariri n’est pas mort, il sera bientôt interviewé par la chaîne syrienne, pour démentir son assassinat!

    • Akyliss dit :

      « Vous êtes vraiment désopilant, voir désespérant. »
      ben excuse nous, on a oublié d’utiliser le prisme unique que tu possèdes, voir tous les problèmes de la Syrie c’est à cause du « régime » de Bachar !
      même les accidents de voiture, de bus, les chats et chiens écrasés aussi également c’est à cause du régime ! quelle bande d’aveugle nous sommes !

      oulala

      • Etudiant dit :

        Mais non Akyliss.
        je bois pas assez de Lactel c’est pour ça.
        Je digère pas le lactose alors que veux tu, ça me rend aigri (pas aigre).Je préfère l’ayran.

    • Byblos dit :

      Il faut être férocement aveugle pour ne pas comprendre que si Mechaal Tamo dérangeait le régime Assad, il suffisait à ce dernier de le garder derrière les barreaux.

      Quel intérêt l’État a-t-il à soulever les Kurdes alors qu’il fait tout pour neutraliser les manifestations. Le dernier à avoir intérêt à allumer des incendies, c’est celui qui s’évertue à les éteindre.

    • al-Malik an-Nâsir Salâh ad-Dîn Yûsuf dit :

      Mechaal Tamo était un participant du dialogue national et était par conséquent contre cette mascarade de CNT.
      D’ailleurs, Monsieur Manae a bien divulguer toute la supercherie de ce CNT et de ses participants.
      Manae qui rappelons-le est une figure de l’opposition.

      PS : Iyad, oui on vous a appris à lire Etienne de la Boetie à sciences-po mais est-ce vraiment la peine de le sortir ici et de faire l’arrogant ?
      Mais bon, comme on dit, la culture c’est comme de la confiture, moins on en a et plus on l’étale.

    • malja dit :

      hé l’Étudiant as tu étudié les indépendances des anciennes colonies tu te serais aperçu que la plupart de ceux qui ont amené l’indépendance de leur pays ont été supprime ou emprisonné par les nouveaux maitres du pays désignés par les USA Dernièrement au sud soudan ce fut Garland descendu dans un hélico En Afghanistan on a été plus prévoyant dans le planning on a descendu Massoud avant de l’envahir et désigné comme président un ex employé d’UNOCAL…. Alors il ne serait pas étonnant qu’on procède de même en Syrie
      1 on en accuse le gouvernement
      2 on nettoie les concurrents possibles pour le serviteur qu’on a prévu de mettre au pouvoir si on réussit a faire chuter le gouvernement actuel.
      Problème Le peuple syrien est plus éduqué et nationaliste que prévu par les stratèges de ce peuples de crétins qui se prêtant la 1ere démocratie du monde

    • Alexandra BIHAY dit :

      Je ne puis que vous conseiller de lire Aristote, cher Etudiant… Un petit cours de logique peut s’avérer être très utile…

  2. Mohamed dit :

    Selon Nasser Kandil, fondateur d’une nouvelle chaîne « Top News – Nasser Kandil », à Damas :
    « Un rapport du journal the Guardian britannique, selon son correspondant au nord de Bagdad, qui s’est assuré de sources vérifiées, qui sont en possession de la rédaction en chef du Guardian à Londres, que les services de renseignements turcs ont assassiné l’opposant kurd Michaal Tammou, ce que les syriens ont le droit de connaître, et le monde le devoir de suivre ».

  3. Etudiant dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=5mjomfMQqPc&feature=channel_video_title

    Message du respectable cheikh syrien, Moahammad Sabuni

  4. Hamed dit :

    #Le post

    Publié par
    MaximeAzadi

    Syrie: l’assassinat de Meshaal Tamo serait une conspiration!Le chef du principal parti kurde et le vice-président de la Coordination Nationale en Syrie a évoqué des « forces obscures » derrière l’assassinat de l’opposant kurde Meshaal Tamo, tué vendredi à Qamishli, afin de pousser les kurdes syriens à s’engager dans le conflit sanglant.

    Mechaal Tamo, 53 ans, le membre du Conseil national syrien (CNS), soutenu par les occidentaux et la Turquie et qui comprend notamment les frères musulmans, a été tué le 7 octobre à Qamichli, ville kurde, par des inconnus à bord d’un véhicule. Deux autres kurdes ont été tués le lendemain lors des funérailles de Tamo qui ont rassemblé 50 000 personnes à Qamishli. Les Etats-Unis, l’Union européen et la France ont condamné l’assassinat.

    « Nous pensons que cet assassinat a été commis par des forces obscures qui veulent pousser les kurdes à s’engager dans le conflit sanglant » a affirmé à l’agence kurde Firat et au blog de Maxime Azadi sur Mediapart, le chef du parti de l’unité démocratique (PYD), principal formation kurde en Syrie qui jouit d’un soutien populaire.

    LES KURDES NE SERVIRONT PAS LES FRÈRES MUSULMANS

    « La position pacifique des kurdes dérangent certaines parties » a ajouté Saleh Muslim, pointant du doigt la politique anti-kurde du gouvernement turc qui tente de réprimer les réalisations kurdes. Selon lui, les occidentaux et la Turquie veulent que les kurdes servent les frères musulmans.

    LE CNS MANQUE DE SOUTIEN DES PEUPLES

    Les kurdes manifestent pacifiquement depuis début de la révolte, démarrée le 15 mars, alors que plus de 2900 personnes ont été tuées ailleurs en Syrie, selon les Nations Unis.

    « La position pacifique du mouvement kurde a évité une guerre sanglante entre les arabes et les kurdes » a souligné le chef du PYD, affirmant que le Conseil national syrien (CNS), crée à Istanbul, manque de soutien des peuples dans le pays.

    Réagissant sur les menaces des interventions militaires, il déclare que le Coordination National, composé de 15 partis dont le PYD, est contre toute intervention étrangère.

    LA VRAIE OPPOSITION EST A L’INTÉRIEUR DU PAYS

    Pour Saleh Muslim, les occidentaux essaient de remplacer le régime de Bashar al Assad par l’islam politique. « Nous ne l’accepterons pas » a-t-il dit, indiquant que le Coordination National a un immense soutien en Syrie et c’est pourquoi le pouvoir en place évite d’une confrontation, notamment avec le PYD.

    La Coordination National a tenu son premier congrès au cours du mois de septembre et a choisi le 6 octobre son conseil de 26 membres. L’avocat Hassan Abdoul Azime a été élu à la tête de cette coordination, tandis que Saleh Muslim a été devenu le vice-président. « Nous représentons les peuples syriens » a affirmé le chef du PYD, précisant que trois autres partis kurdes sont parmi les membres de la coordination aux cotés des arabes et des assyriens.

    CNS REFUSE DE RECONNAITRE LA NATION KURDE

    Le Conseil soutenu par les occidentaux refuse de reconnaitre les kurdes en tant que nation, alors que la Coordination National envisage une reconnaissance officielle garantie par la nouvelle constitution.

    Trois membres de la direction de cette coordination ont été enfermés par le régime syrien, ajoute le chef du PYD, qui refuse de dialoguer avec le pouvoir Assad, sans la libération des prisonniers politiques, le retrait des soldats dans les villes et l’autorisation pour les manifestations pacifiques.

    Les kurdes, représentant environ 10% de la population en Syrie, soit au moins 2 million de personnes, réclament la reconnaissance de leur langue, de leur culture et de leurs droits politiques dans une région autonome.#

    Il me semble que M. Ghalioun devrait s`inquieter de ses allies au sein du CNS, les assassinats ont un air de deja vue dans ces Conseils Nationaux de type « libyien » (pour memoire n`y at-il pas eu un leader lybien du CN lybien assassine, dont on a fait porter le crime au gouvernement khadaffi avant d`avouer que c`etait un reglement entre factions).

  5. Candide dit :

    On a l’impression que ce meurtre arrange toutes les parties, sauf bien entendu les kurdes et la pauvre famille.

    Je n’ai lu, dans cet article, aucune compassion pour cette malheureuse victime, aucun regret concernant la déliquescence de la situation. Je n’ai lu que de la justification… Oncroirait lire du SANA.

    Bachar avait pourtant l’opportunité de tirer parti politiquement de la situation, et parcequ’il est aussi le Président de tous les syriens, en s’élevant publiquement contre cet assassinat. Il a su pourtant se rendre populaire en allant visiter des bacheliers, pourquoi ne pas être allé visiter la famille ou bien la recevoir dans son palais?

    Toute démocratie a besoin d’une opposition pour faire des progrès, mais il est vrai qu’une vrai opposition modérée n’est pas encore reconnue en Syrie…

    • al-Malik an-Nâsir Salâh ad-Dîn Yûsuf dit :

      Il y a une opposition interne (dont Mechaal Tamo faisait parti d’ailleurs) qui appelle les opposants basés à l’étranger à se rallier à elle pour construire ensemble la Syrie de demain.
      Mais l’opposition de l’étranger juge plus avantageux de rester dans les hôtels 5 étoiles de l’émir du Qatar plutôt que de revenir parmi le peuple.
      De l’étranger elle travaille pour la destruction de ce pays qu’elle ne connaît apparemment plus…

      • sowhat dit :

        d’un château l’autre, quel étrange parcours : Istanbul, Stockholm, Paris, le Caire … Ryad et Doha bientôt, peut-être Tripoli. Il parait que les jordaniens ont décliné.

  6. Mohamed dit :

    Moi je suis de plus en plus enclin à voir dans les attentats en cours en syrie, un modèle à l’irakienne, pour ce qui est de la liquidation des cerveaux, et du modèle libanais pour ce qui est des assassinats visant attiser la haine, entre composantes, tels assassinats de Hariri, et autres personnalités mortes sur l’autel de servir un agenda désormais bien clair pour ceux qui veulent bien ouvrir leurs yeux et leurs cerveaux.
    Pour ceux qui soutiennent cet agenda néo-colonialiste, il n’y a rien à faire, il ne se seraient rendu à l’évidence qu’une fois que les choses ait été trop tard.
    Il n’y a qu’à méditer la démocratie apportée à l’Irak, combien de dégâts en vie humaines, en ressources, et en infrastructures … C’est un pays dévasté qui sombre dans l’analphabétisme … bref un enfer pour ces habitants, et une désolation pour toute personne humaine bien sensée ! Ou autre somalisation en cours en libye !

  7. Joseph Cotton dit :

    Certains mouvements kurdes purs et durs ont reproché à Tamoo de donner la priorité au renversement du régime actuel au dépens de la demande d’autonomie des Kurdes.
    En effet, le renversement du régime actuel risque de voir l’influence de la Turquie devenir plus importante en Syrie. Les Kurdes haissent la Turquie qui refuse toute demande d’autonomie pour les turcs kurdes et ont la même attitude envers les syriens kurdes..
    De plus ils n’augurent rien de bon d’une opposition chapeautée par la Turquie.
    Sous cette optique, ils ne désirent probablement pas la chute de Bashar mais ils souhaiteraient faire un marché avec le régime Syrien pour obtenir la promesse ferme d’une forme d’autonomie en échange de leur support ou neutralité dans le conflit. Il n’est donc pas impossible que le régime puisse céder à cette pression.
    Cependant la Turquie verrait d’un tres mauvais oeil tout succès des kurdes syriens qui provoquerait les mêmes demandes chez les kurdes turcs.
    Les syriens ont un jeu delicat à faire. En cédant aux kurdes ils vont obliger Erdogan soit à menacer encore plus la Syrie, soit au contraire à baisser le ton pour convaincre la Syrie de na pas donner trop de droits aux Kurdes.
    Les kurdes turcs sont le talon d’achille de la Turquie. Il n’est pas étonnant de le voir entrer dans l’équation.
    L’assassinat de Tamo est plus probablement un acte de ces groupes kurdes( probablement secondés par le PKK) qui pensent que la connivence de Tamo avec l’opposition sous l’égide de la Turquie risque de desservir la cause kurde et l’assujettir à la Turquie dans le cas de la chute du regime syrien.

  8. Byblos dit :

    Lire ceci, et en particulier l’inséré à droite de la page. : http://www.entrefilets.com/destabilisation_syrienne.htm.

    Ce qui se passe dans notre région, ce sont les Israéliens eux-mêmes qui l’avait prévu… Au moins depuis 1982.

    Après ça, on est livre de se fermer les yeux. Mais pas de dire qu’on ne savait pas.

    • Mohamed dit :

      Merci,
      Byblos pour le lien.
      Que nos ennemis planifient et mettent en oeuvrent les moyens nécessaires pour réaliser les objectifs qu’ils ont fixé, cela ne m’étonne aucunement.
      Moi ce qui me chagrinent, ce sont nos intellectuels de l’opposition qui sont menés par le bout du nez pour servir de logistique à la réalisation des plans ennemis. A se demander que leur est-il arrivé ? Et comment sont ils arrivé à ce point d’inconscience, de je mon foutisme, d’ignorance politique, de baisse des valeurs, si ce n’est religieuses, humanistes, nationalistes, patriotistes, à ce stade de la trahison, qui fait qu’ils mettent la main dans celle des ennemis et les appellent à agresser leur pays, à tuer leurs concitoyens, et peut-être leurs familles, à disloquer leur pays, à le ramener à plus de dix années en arrière, sous prétexte de vouloir changer de régime et édifier un Etat de droit libre, et démocratique. Qu’y aura -t -il à gérer et à gouverner après la guerre ou après la répartition ?
      N’ont – ils pas de yeux pour voir où en sont les pays qui ont été exposé à la démocratie occidentale ? N’ont – ils pas des esprits pour analyser et juger comment les pays démocratisés à l’occidentale en sont arrivés là où ils sont ?
      Envient – ils, pour leur pays, la Syrie, un sort de démocratisation à la somalienne, à l’afghane, à l’irakienne, à la libyenne, ou à la palestinienne, tout près ? Avec de tels intellectuels, à l’esprit borné / non-illuminé, les arabes sont vraiment mal barrés et ils sont parti pour davantage de misère, d’obscurantisme, et d’autodestruction.
      Pour quel modèle de régime vont – ils troquer la syrie, unique en son genre, et même et surtout, dans cette opportunité qui lui est offerte de s’auto-réformer, en se débarrassant de ce qu’elle a de mauvais, tout en conservant ce qu’elle a de positif, et en améliorant au mieux !

  9. Fed Up dit :

    Qui avait – vraiment – intérêt à tuer Mechaal Tamo ?

    Les Fouteurs des troubles!

    Après beaucoup de réflexion, je ne vois pas de tout l’intérêt des autorités syriennes de l’éliminer. Ni la personne, ni le moment, ni l’environnement, ni les réactions ne plaident pour un tel acte de barbarie contre un citoyen syrien opposant.

    Cela me fait penser à l’assassinat de Me. Rafic Hariri. Deux minutes après l’attentat, on a crié la Syrie. La folie totale. Cet affaire a porté une atteinte à l’image du pays et a emprisonné 4 hauts officiers libanais pendant 4 ans pour rien.

    En condamnant cet acte, Il faut être prudent, Me. Jonathan Steele, le correspondant du journal britannique « The Guardian » dans le nord de l’Irak, a mis cette affaire sur le compte des RG turc, pour plusieurs raisons dont certaines ont évoquées dans l’article principale plus haut.

    Les partis kurdes, sont apparemment conscients de la finalité noire voulue par cet assassinat. C’est la raison pour laquelle, ils ont pleinement raison d’appeler au calme. Il va falloir trouver les fouteurs des troubles. Une tâche difficile dans le contexte actuel.

  10. khodr dit :

    Qui l a tuer?????
    c est une farce ou quoi???
    tous le monde sait que c est ou les turques ou le CNS
    dans les deux cas ils ont leurs interets :
    les turques se servent des evenement en syrie pour l eleminé et le CNS s en sert pour monté la communaut kurde contre le president syrien!!
    et ca a pas marché!!!!!
    la comunauté Kurde n est pas conne!!!