• Actualité
  •  

Ali Akbar Salehi, chef de la diplomatie iraniene : en allant le voir à Téhéran, Kofi Annan consacre la montée en puissance du pôle anti-ingérence dans le dossier syrien Alors que Kofi Annan, venant de Damas où il  trouvé un nouveau terrain d'entente avec Bachar al-Assad, est arrivé à Téhéran hier pour renforcer le consensus régional sur le processus de paix syrien, le ministre iranien des Affaires étrangères a accordé un entretien à l'agence Reuters. Rien de nouveau ni de [...]



Sens & conséquences de la visite d’Annan à Téhéran

Par Louis Denghien,



Ali Akbar Salehi, chef de la diplomatie iraniene : en allant le voir à Téhéran, Kofi Annan consacre la montée en puissance du pôle anti-ingérence dans le dossier syrien

Alors que Kofi Annan, venant de Damas où il  trouvé un nouveau terrain d’entente avec Bachar al-Assad, est arrivé à Téhéran hier pour renforcer le consensus régional sur le processus de paix syrien, le ministre iranien des Affaires étrangères a accordé un entretien à l’agence Reuters. Rien de nouveau ni de surprenant, à vrai dire, dans la position exprimée, au nom de son pays, par Ali Akbar Salehi : soutien au plan Annan sur la base du refus de toute ingérence étrangère et de l’autodétermination du peuple syrien.

Dénonciation appuyée, aussi, des vrais fauteurs de violence : pour le chef de la diplomatie iranienne, « une bonne partie » des rebelles sont ni plus ni moins que des « terroristes » soutenus par l’étranger. « Beaucoup de gens de pays différents affluent (en Syrie) et prennent les armes contre le gouvernement« , « beaucoup d’armes arrivent illégalement en Syrie« .

Pas surprenant non plus la façon dont les gens de Reuters interprètent et utilisent les paroles d’Ali Akbar Salehi. Parce que celui-ci, interrogé sur l’avenir politique de Bachar fait cette réponse de bon sens : « Aucun dirigeant n’est éternel donc, dans le cas de M. Bachar al-Assad, il y aura une élection présidentielle en 2014« , Reuters titre son article « Aucun dirigeant n’est éternel, déclare Téhéran à propos d’Assad » ! Sous-entendu : Téhéran prend ses distances avec Bachar.

Les mois passent, les journalistes français ne changent pas : par conformisme ou par conviction, ils continuent d’orienter – quitte à la déformer – l’actualité syrienne pour la faire aller dans le sens de l’Histoire, du moins celui qu’ils imaginent inéluctable. Combien de fois les moindres déclarations de responsables russes ont été elles aussi sollicitées, tronquées, surinterprétées pour faire croire au lâchage tant espéré de Bachar par son principal allié, comme pour obliger ce dernier à se conformer lui aussi à la doxa médiatique ! À chaque fois nos fabricants d’opinion sont démentis par les intéressés et par les faits, mais, apparemment, ils sont incapable de « décrocher » de la désinformation atlantiste, un drogue dure !

Qui défend, au fait, le dialogue et la paix, et qui veut la guerre ?

Revenons au vrai monde, et à ce qu’a vraiment dit le chef de la diplomatie iranienne. Des choses assez raisonnables, plus raisonnables que les menaces et roulements de tambour des Américains et de leur suite : « Mon message à tous les pays susceptibles de jouer un rôle dans ce contexte est d’être très prudents pour ne pas aggraver la situation« . Mais « aggraver la situation« , Américains, Britanniques, Français, Wahhabites ne font que cela depuis des mois !

Ali Akbar Salehi a d’ailleurs envoyé un autre signal d’apaisement, du côté du détroit d’Ormuz dont certains responsables iraniens avaient laissé entendre qu’ils pourraient le fermer au trafic de pétrole issu du Golfe, en réaction à l’embargo européen sur les exportations pétrolières iraniennes : « Si l’Iran se voit interdire l’accès au Golfe persique pour quelque raison que ce soit, alors il réagira de manière appropriée. Mais je ne pense pas qu’une telle situation se produira » a dit le responsable iranien.

Comme quoi la mesure, le dialogue, la désescalade ne sont pas vraiment du côté que suggèrent fortement les médias d’ici. Au contraire, et depuis au moins vingt ans, qui conditionne l’opinion occidentale pour la préparer à des guerres contre un adversaire diabolisé à longueur de temps ? Et qui, hier ou avant-hier, a attaqué, bombardé, ravagé l’Irak, la Serbie, l’Afghanistan, la Libye, qui a imposé par la fore u autre président à la Cote d’Ivoire, qui a imposé la partition du Soudan ? Qui a encouragé les provocations anti-russes du gouvernement géorgien ? Et qui aujourd’hui menace et déstabilise par activistes interposés la Syrie, mais aussi le Liban ? Et qui cherche toujours la confrontation avec l’Iran ?

Avec nos médias on est plus que jamais dans la « novlangue » du 1984 de George Orwell : la paix c’est la guerre. Et Hillary Clinton c’est le droit des peuples !

Une visite qui est aussi une défaire de l’Ouest

Pour en revenir à l’Iran – et à la Syrie – Kofi Annan doit donc s’entretenir ce mardi 10 juillet avec Ali Akbar Salehi mais aussi avec Saeed Jalili, secrétaire  général du Conseil suprême de la Sécurité nationale. « Je suis ici pour voir comment nous pouvons travailler ensemble pour aider à régler la situation en Syrie » a déclaré l’émissaire de l’ONU à son arrivée à Téhéran. Cette visite est déjà en elle-même un sacrilège aux yeux de l’administration Obama et de ses suiveurs européens, ni Washington, ni Londres, ni Paris ne voulant entendre parler d’une entrée officielle de Téhéran dans le jeu diplomatique autour de la Syrie. Pas étonnant dans la mesure où c’est l’Iran qui est visé derrière la Syrie par ces mêmes capitales occidentales.

La visite d’Annan en Iran est donc un signe objectif – peut-être ponctuel- d’autonomie des Nations-Unies vis-à-vis des États-Unis. Et c’est aussi un signe supplémentaire que la « main », dans cette affaire, est plutôt passé du côté du pôle anti-OTAN et anti-Washington.

Que va dire Annan aux dirigeants iraniens ? Déjà, il leur donnera officiellement, comme il l’avait annoncé, un « compte rendu » des négociations et décisions obtenues à Genève le 30 juin par le « Groupe d’action sur la Syrie« , groupe dont l’Iran avait été exclu, malgré l’appui russe et chinois, à cause du « véto » occidental. De ce point de vue, on imagine qu’une Hillary Clinton doit pratiquement considérer Kofi Annan comme coupable d’ »intelligence avec l’ennemi » !

Ensuite, certainement, Annan demandera aux dirigeants iraniens de peser de tout leur poids sur leur allié syrien, telle une « Russie régionale », pour lui faire accepter concrètement les points du plan de paix . Mais là, outre que ce sera quand même le gouvernement syrien qui décidera en dernier ressort, les Iraniens exigeront certainement d’Annan des assurances sérieuses, officielles, écrites et signées des inspirateurs syriens et étrangers des bandes armées. Et là, répétons-le, ce n’est absolument pas gagné.

Mais incontestablement le centre de gravité de la décision géostratégique sur la Syrie s’est nettement déplacée vers l’Est, ces derniers temps. Comme quoi il peut y avoir une morale, même dans ce domaine !

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

45 commentaires à “Sens & conséquences de la visite d’Annan à Téhéran”

  1. amical dit :

    ALAKHBAR du 10/07/12

    اتفاق الأسد وأنان: هدنة جديدة وعملية سياسيّة

    على مدى ساعة ونصف، امتد لقاء الرئيس السوري بشار الأسد بمبعوث الأمم المتحدة كوفي أنان. ومنذ
    أنان. ومنذ اللحظات الأولى ساد الانشراح أجواء الاجتماع. لا كلام عن فشل المهمة الأممية، ولا ذكر لتصعيد مؤتمر باريس. تحدث الجانبان عن الوضع الميداني، «لوضع آلية محددة لوقف إطلاق النار»، وعن الحوار السياسي المنشود بين النظام السوري ومعارضيه
    جان عزيز
    بدماثة الرجلين المعروفة عنهما، بدأ السلام بين الرئيس السوري بشار الأسد والمبعوث الدولي كوفي أنان، بحضور رئيس بعثة المراقبين التابعة للأمم المتحدة الجنرال روبرت مود، والمستشار السياسي لأنان، مارتن غريفيث. واستهل الموفد الأممي حديثه بإشارة إلى اطّلاعه على الإطلالات الإعلامية الأخيرة للرئيس السوري من التلفزيون الألماني إلى صحيفة «جمهورييت» التركية، معقّباً: «يبدو سيادة الرئيس أنكم تكثفون ظهوركم الإعلامي هذه الفترة». فردّ الأسد مبتسماً: «هذا صحيح، وذلك لسببين. أولاً أنا من الناس الذين يفضّلون الفعل ومن ثم الكلام. وثانياً لأننا لاحظنا تعتيماً كبيراً على الحقائق، وتشويهاً وتحريفاً للكثير من الأمور والوقائع.
    لذلك رأيت من واجبي أن أتكلم». فهم أنان الإشارة، فردّ بأنه يدرك تماماً الفارق بين ما هو حاصل على الأرض، وبين الصورة المظهّرة في أكثر من مكان للسيناريوات المتخيّلة على مستوى أكثر من أجندة وانطباع، ليبدأ بعدها كلامه المعدّ الرسمي: «سيادة الرئيس وجدت من واجبي بعد المؤتمر الذي عقدناه في جنيف، وقبل أيام من موعد الإحاطة المفترض أن أقدمها إلى مجلس الأمن في 20 و21 تموز الجاري، أن آتي إليكم وألتقي بكم وأعرض معكم ما قمنا به وما علينا متابعته».
    كان واضحاً من العبارة الأولى أن أنان قصد عدم الإشارة، لا من قريب ولا من بعيد، إلى مؤتمر باريس، ولا إلى الكلام التصعيدي الذي تضمّنه وتلاه. لا بل ذهب أنان أبعد من ذلك، إذ اغتنم تكرار تمسّكه وتمسك المنظمة الدولية بمبادرته الأساسية وببنودها الستة، ليؤكد لمضيفه الرئاسي أن ما صدر عن مؤتمر جنيف يصبّ في إطار الحرص على هذه المبادرة لا غير، مضيفاً في موقف لافت: «تعلمون لا شك سيادة الرئيس أن حقيقة ما جرى في جنيف مختلفة عن بعض التأويلات والاجتهادات التي حاولت إضافة أمور لا علاقة لها بالمؤتمر أو تحريف ما أقرّ فيه». وهو ما بدا متطابقاً تماماً مع الموقف الروسي من المواقف الغربية التي أعقبت المؤتمر.
    بعدها انتقل أنان إلى الحديث عن الأوضاع الميدانية في سوريا ومهمة المراقبين الأمميين، لافتاً إلى أنّ مأساوية الظروف في بعض المناطق، وبالتالي ضرورة التوصل إلى تطبيق جوهر مهمته، ولا سيما بندها الأول لجهة وقف أعمال العنف. وردّ الأسد متفهّماً ومتجاوباً بالكامل، وقدّم لضيفه عرضاً مقتضباً لمسار مهمته منذ انطلاقها في 12 نيسان الماضي، وكيف تمّ التوصل إلى وقف لإطلاق النار، التزمت به القوات المسلحة الرسمية طيلة 24 ساعة، قبل أن يخرقه المسلحون، بتأكيد تقارير المراقبين الأمميين. وفيما كان الأسد يعرض تلك الوقائع، كان رئيس بعثة المراقبين الجنرال روبرت مود يومئ برأسه أكثر من مرة موافقاً على ما يسمعه. استوعب أنان كلام الأسد، وانطلق منه ليشير إلى أن صحة ما ذكر تؤكد مرة جديدة ضرورة العمل أيضاً على وقف النار، وخصوصاً أن الوضع المتفجّر بدأ ينتقل إلى خارج سوريا، قبل أن يسمّي لبنان كساحة مقلقة لجهة تداعيات الأوضاع السورية. «فلنحاول مجدداً، ولنضع آلية محددة لوقف النار تبدأ بمنطقة معينة من المناطق الأكثر سخونة، ثم تنتقل إلى أخرى»، قال أنان. مرة أخرى أبدى الأسد تجاوباً كاملاً، قبل أن يسأل ضيوفه: «نحن دولة وحكومة وسلطات رسمية، وبالتالي إذا اتفقتم معنا وأعطينا كلمتنا بوقف النار، فنحن مسؤولون عن ذلك، ويمكنكم مراجعتنا حيال التنفيذ. لكن مع من ستتفاوضون في الجهة الأخرى؟». هنا ردّ أنان وتدخّل مود في الكلام، ليشرحا أن المراقبين الأمميين تمكنوا خلال فترة مهمتهم من إجراء نوع من مسح شبه شامل للمجموعات المسلحة العاملة في تلك المناطق، «بتنا نعرف المجموعات الأساسية على الأقل، كما أصبحنا نعرف المسؤولين عنها. صحيح أن لا قيادة موحدة ولا هيكلية واضحة، لا بل هناك فوضى مسلحة كبيرة لديهم، لكننا صرنا على دراية بالمفاصل. ولذلك نعتقد أنه يمكننا العمل معهم للسير خطوة خطوة»، قال أنان ومود. وفي سياق كلامهما، بدا واضحاً أن المسؤولين الأمميين باتا يصنّفان الجهة المعارضة للسلطات السورية على أنها «معارضة مسلحة»، وهو ما ظهر لاحقاً في البيان الرسمي الذي أصدره أنان.
    عند هذا الحد، جرى تذكير أنان كيف أن المسلحين هم من أجهضوا أكثر من مرة محاولات مماثلة، وخصوصاً في حمص: «قبل مدة كان مراقبوكم شهوداً على محاولة بعض المسلحين الخروج من حي الخالدية في حمص وتسليم أسلحتهم وأنفسهم، لكنّ مسلحين آخرين منعوهم من ذلك. كذلك كان مراقبوكم شهوداً على منع المسلحين محاولة لإجلاء بعض السكان المحاصرين في حي الديان والحميدية من حمص». وهذا ما أكده غريفيث الذي كان شاهداً على وقائعه.
    ولم ينفِ المسؤولون الأمميون كلام مضيفهم، لكن أنان تابع قائلاً: «مع ذلك، ولأن الوضع على هذه الحال، فلنحاول مجدداً. مراقبونا سيتوصلون إلى اتفاق مع المجموعات المسلحة في أي منطقة نتفق على العمل فيها. وفي المقابل نريد منكم بادرة حسن نية في أي نقطة نتوافق على الانطلاق منها. بادرة من قبلكم تتمثّل في وقف إطلاق النار من جهتكم ومن طرف واحد قبل وقت قليل من سريان وقف النار المتبادل، ولو لمدة 4 ساعات مثلاً».
    هنا جرى تذكير أنان بأن وقف النار، في مبادرته وضمن بنودها الستة، مرتبط بوقف التسليح والتمويل وتهريب الأسلحة. وكان الموفد الأممي ينصت باهتمام إلى هذه المسألة الحساسة، لكنّ اكتفاءه بالإنصات انقطع حين وُجّه إليه سؤال مباشر: «ما رأيك بكلام وزيرة الخارجية الأميركية هيلاري كلينتون، قبل يومين، لجهة دعوتها المجموعات المسلحة إلى الهجوم عسكرياً على القوات الحكومية؟ هل ينسجم موقف كهذا مع مضمون مهمتكم؟». سكت أنان لثوان قبل أن يرد: «طبعاً لا. هذا كلام خطير. لكن فلنحاول. فلنتفق على هذه الآلية، ولننطلق إلى محاولة تطبيقها على الأرض، خطوة خطوة».
    أما عن الإطار الزمني الممكن لعملية كهذه، فقد تبادل الطرفان أكثر من فكرة ورأي واقتراح، قبل أن تستقر الخلاصة على موعد أوّلي، هو ثلاثة أشهر، بدءاً من الخطوة الأولى التي تنفذ في سياق هذه الخطة. وفي هذه الأثناء يعمل الطرفان على إصدار بيان مشترك بشأن تقدم العمل مرة كل أسبوعين.
    انتقل أنان، بعد الشق الميداني، إلى الحديث عن مسألة الحوار السياسي بين الحكم والمعارضة. وبلهجة متراوحة بين الواقعية والتشكيك، سأل الموفد الأممي مضيفه: «إذا تقدمنا في حلحلة البند الأمني وبلغنا مرحلة الحوار، هل يمكنكم تسمية ممثل لكم في هذه العملية ليكون مفاوضاً لممثل المعارضة؟ نوع من ضابط اتصال لمواكبة القسم الثاني من مهمة الأمم المتحدة». ابتسم الأسد قبل أن يجيب فوراً: «نحن قررنا ذلك قبل أن تسألونا. منذ تأليف الحكومة الحالية سمّينا شخصاً مسؤولاً عن هذا الموضوع. وهو نفسه سيكون ممثلنا لديكم في هذه العملية. إنه وزير الدولة لشؤون المصالحة الوطنية الدكتور علي حيدر». حاول أنان الاستفسار عن حيدر، فشرح له الأسد أن هذا الاختيار وقع على حيدر لعدة أسباب، «أولاً لأنه ليس من الفريق الموالي، لا بل هو فعلياً من المعارضة. ثمّ إنه رئيس لأحد الأحزاب المعروفة بصدقيتها في سوريا خارجها. ثالثاً لأنه من الذين أصيبوا في هذه الأحداث الدامية، فابنه قتل على أيدي المسلحين، ومع ذلك تسامى على جرحه وأقبل على هذه المهمة من أجل مشروع مصالحة وطنية حقيقية». تفهّم أنان شروحات الأسد، قبل أن يعقّب: «لكننا كنا نفضّل أن يسمّى شخص قريب منكم، بحيث يكون على اتصال مباشر معكم لمواكبة العملية الحوارية». ابتسم الأسد وهو يقول لضيفه: «أنا والدكتور علي حيدر كنّا على مقعدين متلاصقين طيلة دراستي الجامعية لطب العيون. هل تريدون شخصاً أقرب من ذلك؟». ووسط ابتسامات الحاضرين، أضاف الأسد: «على كل حال أعتقد أن الصعوبة ستكون لديكم في الجهة الأخرى، لا عندنا. فهل ستقدرون على الحصول على اسم يمثّل المعارضين؟». هنا لم يتوان أنان عن إطلاق ضحكة، مزكّياً كلام الأسد، ومضيفاً: «أفهم تماماً هذه الصعوبة، فلقد رأيتهم في مؤتمر القاهرة الأخير».
    انتهى الاجتماع الرسمي، وكان لا بدّ من عبارات ختامية، فسأل أنان مضيفه، وهو يهمّ بالنهوض: «إلى متى تعتقد أن هذه الأزمة يمكن أن تستمر؟». ابتسم الأسد مجيباً بسرعة: «ما دام نظام (…) يموّلها». لم يفاجأ أنان بالإجابة، بل أردف مستوضحاً: «وهل تعتقد أنهم خلف كل التمويل الحاصل؟». أجاب الأسد «بل هم خلف أمور كثيرة تحصل في منطقتنا، فهم يعتقدون أنهم قادرون على زعامة العالم العربي راهناً ومستقبلاً»، قبل أن يختم الموفد الأممي الحديث معلّقاً: «لكن يبدو لي أنه ينقصهم عدد السكان اللازم لطموح كهذا». فضحك جميع الحاضرين.
    وفيما كان الموفد الأممي يغادر دمشق إلى طهران، كانت بعض المعلومات تتأكد لـ«الأخبار»، منها أن أنان سيزور موسكو مجدداً منتصف هذا الشهر، وهو الذي انتقل من دمشق أمس إلى طهران، وأن الجنرال مود وصل إلى بيروت لإجراء مباحثات مع سفراء الدول الخمس الدائمة العضوية في مجلس الأمن، والذين انسحب نظراؤهم من دمشق قبل مدة، علماً بأنه لم يُعرف الهدف الفعلي من هذه الخطوة. فهل هي في سياق التمهيد لإحاطة مجلس الأمن بعد حوالى عشرة أيام، أم المسألة مرتبطة بإشارة أنان إلى خطورة تداعيات الوضع السوري على الساحة اللبنانية؟
    الحرارة في دمشق، بعد انتهاء الاجتماع في القصر الرئاسي، لامست الأربعين درجة مئوية. إشارة من الطبيعة قد تسهّل تحديد «المناطق الساخنة» المفترض الانطلاق منها «لبلورة حوار يقوده السوريون»، كما أكد أنان.

    • L'étrangère dit :

      Merci à « amical » :

      Cet article, intitulé « Accord Annan/Assad : nouveau cessez-le feu et processus politique », concerne la dernière entrevue du Président Bachar al-Assad accordée à Mr Annan en présence du Général Mood et, si je ne me trompe, de Monsieur Al- Arabi ; ce que ne dit pas l’auteur. En effet, Mr Michel Samaha, ancien ministre libanais de l’information et ancien député, a abordé cette question hier sur Al-Manar regrettant que certains journaux aient omis d’en rapporter l’essentiel… je vérifierai sitôt la vidéo disponible. Si je traduis un extrait, c’est parce que je lis ici une information émouvante que les Infosyriens aimeraient probablement recevoir.

      Mohamed, que je remercie, nous a communiqué des liens vidéo en rapport avec les premiers pas du ministre de la réconciliation nationale : Monsieur Ali Haydar.
      http://www.youtube.com/watch?v=uM8i6N7Kolw&list=UUZ-8I5p6mxrzchZuMpTbLWg&index=4&feature=plcp
      http://www.youtube.com/watch?v=dijIAuRsDGE&list=UUZ-8I5p6mxrzchZuMpTbLWg&index=3&feature=plcp

      Voici ce qu’en dit le Président syrien :

      Abordant la question du dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition sur un ton oscillant entre réalisme et scepticisme, Mr Annan a demandé à son hôte : «Si nous réussissons à progresser sur le point du plan concernant la sécurité et en arrivons à celui du dialogue, pouvez-vous désigner une personne qui vous représenterait lors de ce processus pour négocier avec son homologue issu des rangs de l’opposition ? Une sorte d’officier de liaison qui accompagnerait la deuxième partie de la mission de l’ONU ? ». Assad a souri avant de répondre : « Nous en avons décidé avant même que vous ne posiez la question. Dès la formation du gouvernement actuel, nous avons désigné une personnalité chargée de cette fonction, et c’est elle qui nous représentera auprès de vous. Il s’agit du Ministre d’Etat pour la Réconciliation nationale, le Docteur Ali Haydar ». Mr Annan ayant demandé des renseignements sur Mr Haydar, Mr Assad lui a expliqué que le choix s’était porté sur lui pour plusieurs raisons : « Premièrement, parce qu’il n’appartient pas au camp des supporters, mais plutôt à celui de l’opposition déclarée. Deuxièmement, parce qu’il est le président d’un parti connu pour sa crédibilité aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Syrie. Troisièmement, parce qu’il est de ceux qui ont été particulièrement atteints par les événements sanglants ; son fils ayant été tué aux mains des gangs armés. Malgré cela il a transcendé sa blessure et a accepté de travailler pour un véritable projet de réconciliation nationale ». Mr Annan s’est montré compréhensif avant de rétorquer : « Mais… nous aurions préféré la désignation d’une personnalité proche de vous, de sorte qu’elle puisse être en contact direct avec vous tout en accompagnant l’opération du dialogue ». Toujours souriant, Mr Assad a répondu : « Le Dr Ali Haidar et moi-même occupions deux sièges adjacents tout au long de mes études à l’université d’ophtalmologie, voudriez-vous de quelqu’un d’encore plus proche que cela?… En tout cas, moi je pense que la difficulté pour vous viendra d’un autre côté que le notre. Réussirez-vous à trouver un nom qui représenterait les opposants ? ». Là, Mr Annan aurait éclaté de rire et aurait ajouté : « Je mesure parfaitement la difficulté, nous les avons vus lors de la dernière Conférence du Caire !».

      Moralité de l’histoire :
      Tant qu’il y aura des hommes de cette trempe, la Syrie et les Syriens résisteront face à l’adversité !

      • L'étrangère dit :

        Je viens de constater [voir l'article suivant : L’armée manoeuvre et l’armée combat] qu’ »amical » excellait dans la « langue du Dhad »… il est évident qu’on ne peut plus suivre… je le remercie encore pour sa sélection de cet article.

      • Mohamed Ouadi dit :

        Voilà un petit compte rendu sur la commission nationale de la réconciliation populaire que j’ai posté ci-dessus en réponse à Marie-Christine :
        http://www.infosyrie.fr/actualite/sens-consequences-de-la-visite-dannan-a-teheran/#comment-60560
        Et voilà l’entretien de Michel Smaha avec Al Manar, hier :
        http://www.youtube.com/watch?v=QuCb9QY-hrA&list=UUZ-8I5p6mxrzchZuMpTbLWg&index=6&feature=plcp

      • Mohamed Ouadi dit :

        Dans son entretien M. Smaha fait allusion à l’adjoint de Koffi Annan, Ahmed Faouzi, qui dès la fin de l’entretien entre l’émissaire onusien et le président syrien, s’est écarté pour téléphoner à ses maîtres Qataris et ?(!) pour leur rendre compte de la réunion. Al Arabi , le non noble, n’était pas présent à la réunion. Jean Aziz, l’auteur de l’article d’Al Akhbar a d’ailleurs signalé que Kofi Annan n’a pas manqué de remarquer cet écartement de Faouzi du cortège et lui a dit de souligner dans la déclaration que la « rencontre était constructive et positive ».

        • L'étrangère dit :

          En effet, Mohamed : Monsieur Samaha a plus exactement dit : « il y avait un arabe [kan fi Arabi] qui n’a pas beaucoup apprécié ce qui se disait », sans le nommer à ce moment précis. D’après ce que vous écrivez, ce serait donc Ahmad Faouzi. Merci.

          • Mohamed Ouadi dit :

            Voilà la suite de l’article de Jean Aziz, sur Al Akhbar :

            فوزي على قارعة القصر

            فور انتهاء اللقاء مع الرئيس بشار الأسد، بدا كوفي أنان متلهفاً لمتابعة التفاصيل التنفيذية في اجتماع سريع اتفق على عقده مع الوزير وليد المعلم، في وزارة الخارجية السورية. فانطلق موكبه مسرعاً لموافاة الأخير في مكتبه. وهو ما جعل الوفد الأممي ينسى الناطق باسم أنان، أحمد فوزي ، وحيداً في قصر الشعب، باحثاً عن سيارة متوجهة صوب الوزارة. غير أن مصادر أممية مطّلعة أفادت بأنه ليست سرعة انطلاق موكب أنان ما خلّفت فوزي على قارعة رصيف القصر، بل السبب هو أن فوزي، وهو من المصنّفين ضمن مدرسة عمرو موسى في العمل السرّي المتعدد، اتّجه بعد الاجتماع نحو أحد أروقة القصر لإجراء بضعة اتصالات هاتفية، وهو قصد التخابر بعيداً عن « الآذان » في سيارات الموكب الأممي. لكن الأمر لم يفت أنان، الذي فور رؤيته فوزي، لاحقاً، حرص على إعطائه تعليماته بأن يؤكد البيان أن الاجتماع مع الأسد كان « بنّاءً وإيجابياً ».

            الاخبار – جان عزيز

            A propos, je vous ai posté l’émission de Michel Smaha sur Al Manar.

        • BWANE dit :

          Merci Mohamed pour cet entretien passionnant. Il me plaît d’en traduire ce passage savoureux à propos de la grenouille qui voulait se faire bœuf (i.e le Qatar):
          « C’est pourquoi je vous dis que cette grenouille possédée, qui, considérant qu’elle dispose du gaz et d’une base américaine se regarde comme une grande puissance. Je veux vous dire ce que lui a répondu-c’est à dire à Hamad Ben Jassem- Lavrov lors des discussions du congrès de Genève. Ce Hamad n’avait que les vocables ingérence, chapitre sept…etc à la bouche, comme s’il représentait un pays plus important que la Russie et l’Amérique elles-mêmes. Lavrov lui a répondu -sans le nommer- selon la logique qui sied à une grande puissance. Et Hamad de répondre qu’il se demandait la réponse de Lavrov ‘adressait au Qatar et ce en tant que petit état. Lavrov répondit :  » Monsieur le Ministre, selon la charte des nations-unis, tous les représentants des états sont égaux, qu’ils représentent de petits ou de grands états. Le problème est est que dans certains états, il y a des petits esprits, et que dans d’autres, il y en a des grands. » Ceci résume la situation du Qatar et de ses voisins.

  2. Mohamed Ouadi dit :

    Le correspond d’Addounia : la commission de réconciliation nationale a pu évacuer 24 personnes, dont des femmes et des enfants, de l’ancien Homs et Al Khaldyeh.

    • Marie-Christine dit :

      Encore plus d’informations sur cette commission de réconciliation nationale SVP. Mais peut-être que j’ai manqué certains articles que vous avez déjà postés Mohamed…? Si c’est le cas, merci de me redonner la référence…

      • Mohamed Ouadi dit :

        Commission nationale de réconciliation nationale !

        L’une des caractéristiques du nouveau gouvernement syrien, est d’inclure des personnalités de l’opposition, en les personnes de Qadri Jamil, vice-premier ministre chargé des affaires économiques et Al Haydar, ministre de la réconciliation nationale. Une petite parenthèse, Ali Hayder a perdu dernièrement son fils en compagnie d’un de ses camarades du parti, victimes d’assassinats par des terroristes, en Syrie.
        Dans la foulée de l’institutionnalisation et de la structuration de son tout nouveau ministère, une commission nationale de réconciliation nationale populaire a été créée comportant des notables qui travaillent sur le terrain avec les leaders politiques, religieux, et communautaires, et des ong pour se réunir avec les différentes communautés pour les sensibiliser au pardon et à la réconciliation, en les exhortant de libérer les personnes enlevées qu’ils détiennent en représailles aux enlèvement des leurs, comme ils prennent également contact avec les groupes de syriens qui portent des armes, pour servir d’intermédiaires entre eux et les services compétents d’un côté pour transmettre leurs doléances et pour les convaincre de remettre leurs armes en échanges de leurs amnistie.
        Les efforts de ses différents contacts et réunions, ont été des groupes qui ont déposé leurs armes et des personnes enlevées qui ont été libérées de part et d’autres, et des réconciliations locales qui ont été effectuées. Des réunions ont eu lieu, pour commencer, à Homs, ensuite dans d’autres villes et provinces. C’est une vraie dynamique salvatrice qui est en cours, et je crois que l’optimisme d’Annan, en visite à Damas, a été en partie à cause de ces mécanismes qui sont susceptibles d’arriver à un cessez le feu et à instaurer un climat favorable au dialogue.
        Selon le ministre et la commission nationale, les efforts investis à Homs, qui est un point noir, doivent s’étendre en tâche d’huile, au niveau du reste des points chauds, pour ramener la sécurité et instaurer un climat de confiance, tellement érodé pendant ces longs mois de la crise syrienne. La commission nationale a choisi son siège au niveau de la ville de Homs. Cette commission part du constat que les syriens dans leur majorité, et quelle que soit leur communauté, ne veulent absolument pas tomber dans le piège qui leur est tendu, mais dans lequel certains sont malheureusement tombés, de la guerre civile intercommunautaire et interconfessionnelle.
        L’une des dernières réalisations de cette commission est la libération de ces 24 personnes retenues, dont des femmes et des enfants

        Voilà un entretien du Dr Ali Heyder, ministre de la réconciliation nationale avec la TV syrienne :
        http://www.infosyrie.fr/actualite/les-dessous-de-la-convergence-kofibachar/#comment-60345
        Activités de réconciliation nationale :
        http://www.infosyrie.fr/actualite/un-savant-syrien/#comment-60119

      • Mohamed Ouadi dit :

        Voir aussi le post de notre amie l’étrangère ci dessus, en réponse à l’article posté par notre ami Amical :
        http://www.infosyrie.fr/actualite/sens-consequences-de-la-visite-dannan-a-teheran/#comment-60516

        • Marie-Christine dit :

          Merci infiniment cher Mohamed pour toutes ces informations, ainsi que le post de l’étrangère.
          A voir avec grand intérêt la dynamique que peut impulser cette Commission nationale de réconciliation nationale.
          Avec mon amitié,
          Marie-Christine

        • ourika dit :

          merci Mohamed
          je trouve tout cela passionnant pour l’avenir de l’Histoire de la région et admire la personnalité de Al Assad. Il a beaucoup de crans et peut-être nous en montrera encore plus dans l’avenir. Je ne pense pas que mes amis syriens qui l’ont vu arriver après la mort de son père ont pu imaginer une telle force de caractère. Ah! Flanby quelle différence….!
          je fais le maximum pour enrgistrer dans mes archives tout ce que vous avez écrit, pour l’avenir, comme j’ai l’habitude de le faire quand un grand fait de l’Histoire se déroule devant nous. Pour la postérité…
          je l’envoie à mes amis au consulat… à Paris!

  3. jibril dit :

    On devrait appeler à une grande manifestation qui aura lieu en même temps dans toutes les grandes villes européennes pour dénoncer l’ingérence du Qatar et de l’Arabie Saoudite dans les affaires des pays souverains et appeler les populations de ces pays à se soulever pour exiger plus de liberté. Une telle manifestation aura plus d’effet et ralliera beaucoup plus de citoyens européens qu’une simple manifestation de soutien à la Syrie. Beaucoup de Français révoltés par toutes les acquisitions qataris des dernières mois et leur mainmise sur les médias et les finances et surtout la main basse qu’ils font sur le patrimoine immobilier historique parisien (hôtel Lambert…) se joindront à coup sûr à cette manif. ( Au moins il y aura qqes supporters de chaque équipe de foot autre que le PSG ;-)

    • Djazaïri dit :

      Incontestablement un sentiment anti-Qatar semble poindre dans la population française.

      • ourika dit :

        c’est tout à fait normal lorsque le Français découvre le pouvoir du pétroldollars chez et et comment la France lui est vendue en rondelles…
        mais je remarque depuis quelques jours parci et parlà des petites affiches très discrètes portant la couleur du drapeau syrien (le vrai) collées sur les poteaux, réverbères dans les rues avec la mention « faisons cesser les massacres en syrie ».

  4. Homsois dit :

    Salut,

    juste un peux de mathématique. Combien votre candidate a-t-elle remporté de votes populaires à la dernière présidentielle ? Votre mouvement et idéologie est plus que marginale dans la société française, donc vous perder votre temps. Votre site internet vous fait vivre dans un mensonge qui laisse croire que vous faites la révolution,or c’est faux. Vous allez jaamis remporter d’élection.

    Merci.

    • Homsois dit :

      Et j’y pense, Le Penn a toujours été dans l’embarras lors de la campagne présidentielle. Pourquoi vous pensez ? Parce que votre mouvement est très marginale dans la société.

      Bien à vous.

      • Louis Denghien dit :

        Marine Le Pen (puisqu’il s’agit d’elle) n’était pas la candidate d’Infosyrie, même si nous apprécions les positions qu’elle a exprimées sur la Syrie durant sa campagne. Sa marginalité est par ailleurs relative dans la société française. La seul consigne qu’on ait jamais donné était de faire battre Sarkozy.
        À part tout ça, quel rapport avec le sujet qui nous occupe principalement « Homsois » ?

        L.D. & Infosyrie

      • joska dit :

        Homsois, quel rapport avec les évènements en Syrie, et Marine est française, non? Mais vous? Qui êtes vous? Un homsi ou un sioniste ou un qatari? J’en ai vu des imbéciles venir critiquer le site mais vous remportez la palme! Si infosyrie ne vous convient pas dégagez, espèce d’abruti et au fait, saluez BHL, Samy, candide, sl et le plus niais des 5 étudiant! Prenez un bon bain d’eau fraîche ça vous remettra les neurones en place! Par la même occasion, lâchez la grappe à Louis, c’est un réinformateur constructif mais vous vous êtes un désinformateur propagandiste de l’immoralité

    • Louis Denghien dit :

      Notre candidate ? Bachar n’est pas une femme, et n’était d’ailleurs pas candidat en France… C’est particilier, les mathématiques à Homs !

      L.D. & Infosyrie

    • AVICENNE dit :

      Homsoi,

      Ce site fait la révolution ?. Ou ?, en Syrie ?, en France (merde, je croyais qu’elle avait déjà été faite )?.

      Prenez ce site comme un site d’information. On adhère ou pas mais ne dites pas n’importe quoi et ne mélangez pas tout.

      Vous êtes ridicule.

      • ourika dit :

        là, je n’ai pa suivi
        j’ai relu les articles en revenant en arrière, j’ai pas trouvé de candidate à quoi? ni de révolution où?
        y a -t-il un chapitre qui a sauté?

    • BWANE dit :

      Il ne manquait plus que les salapistes nous causent de mathématique. Allez vomir votre pituite ailleurs, vous ne comprendrez jamais ni la matthématique, ni la géopolitique, ni rien. Je ne vous salue pas.

    • BWANE dit :

      Texte d’une conférence d’Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE (et auteur d’un livre intéressant autour de l’islamisme, le « printemps » arabe…etc : Au cœur des services spéciaux, La Découverte, Paris, 2011), tenue fin Juin. A lire toutefois avec prudence (par exemple, pour l’auteur, la Syrie serait en guerre civile depuis …des décennies):
      http://www.afrique-asie.fr/component/content/article/75-a-la-une/3244-syrie-l-eventuel-depart-d-assad-ne-changerait-strictement-rien-a-la-realite-des-rapports-de-pouvoir-et-de-force-dans-le-pays.html

      • Tarico dit :

        Merci pour ce lien. Encore un retraité que le Qatar a oublié de payer.
        A la DGSE, beaucoup doivent penser comme lui, et nos diplomates aussi, pour le peu qu’on en sait par le Canard Enchaîné.

        • chb dit :

          Le Canard enchaîné daté du 11 juillet note une forte présence (et une bonne santé malgré la disparition de ben Laden) du réseau al Qaïda en Syrie, et d’autres terroristes. Ce journal satirique nous met cette fois un peu moins de dessins fustigeant le vilain B al Assad, mais ne va pas jusqu’à dénoncer l’Empire. Faut pas rêver.
          Quant à la stigmatisation des réinformateurs, V Dedaj a publié un article intéressant, lié à ses déboires avec la mouvance « anti fa » : http://www.legrandsoir.info/tasers-r-ideologiques-contre-une-gauche-automnale-l-hiver-s-annonce-rude.html. De quoi répondre à la chasse aux sorcières hystérique qui se déclenche dès qu’on déclare ne pas vouloir bombarder Damas.

          • ourika dit :

            et pire je n’ose pas dire que je pars à Damas
            encore mieux, je ne peux plus prononcer le groupe de mots » mes amis en Syrie, à Homs ou Damas » sans être regardé comme une étrange bête hors du temps…
            bref, la Syrie, c’est comme l’affaire Dreyfus, en France, faut pas en parler sauf si c’est pour tuer.

    • Cécilia dit :

      Homsois

      Vous êtes nul en mathématique.
      Vous êtes nul en géopolitique.
      Vous êtes nul en français.

      Notre candidat pour la Syrie est Bachar.
      Quant à la France, il fallait choisir entre le mauvais et le moins mauvais.
      Quant à votre « révolution » est made in USA, sent le pétrole et le gaze, avec la couleur du sang rouge d’Al-Qaïda, c’est une « révolution » sans base populaire, morte-née. Il faut être dénoué de tout sens pour croire à son existence. Mon pauvre Homsois, il faut savoir distinguer entre le monde virtuel et le réel et ne pas prendre ses désirs pour une réalité !

  5. NAULLAY dit :

    Le changement de comportement de K. Annan m’a beaucoup, et heureusement surpris, et sa visite et ses dialogues avec l’Iran semblent montrer qu’il fait preuve à la fois de pragmatisme : l’Iran est partie de la solution au conflit Syrien, mais au delà, il reconnaît la respectabilité de la vieille et noble nation Iranienne (qui a signé le Traité de non prolifération nucléaire, dès 1968, rappelons le).
    Quand on sait par exemple, que Israël qui détient des centaines de bombes atomiques, refuse que la Commission des Droits de l’Homme enquête sur les violations des droits de l’homme en Israël, on se rend compte que petit à petit, l’ONU tendrait à se détacher de l’Axe fasciste et de ses marionnettes comme Ban Ki Moon.

    Plus que jamais, la résolution des problèmes internes d’un pays ne doit pas passer par une ingérence financière ou armée de pays tiers (comme nous l’avons constaté en Lybie et en Syrie…) mais par une médiation impartiale, conciliante et éthique. Jusqu’ici, cette médiation par l’ONU était biaisée à cause du noyautage par les agents au service de l’Axe. Mais cette époque peut être en train de s’achever, avec l’émergence d’une conscience élargie au sein de l’humanité, et par de nouvelles grandes nations non alignées qui prennent petit à petit, du poids.

    • ourika dit :

      une petite précision historisque. Avant son assassinat, Kennedy avait demandé une enquête ou quelque chose de ce style sur Israël qui avait l’arme nucléaire sans autorisation et puis il est mort… où est passée cette demande?
      quant à Kofi Anann, il avait ce même état d’esprit au début de sa mission lorsqu’il est allé en Syrie pour y rencontrer tous les représentants ou chefs religieux; il avait constaté que tous soutenaient la Syrie et refusaient l’ingérence de l’Occident.

  6. BWANE dit :

    Les mystères de l’informatique : impossible d’envoyer ce post sur la page commentaires du dernier article de Louis. J’essaie ici.
    Merci pour cet excellent article, l’Otan et le CGC ont bel et bien perdu
    la bataille diplomatique, et leur surenchère verbale ne traduit que leur échec flagrant et leur dépit mal dissimulé. Même Annan leur a infligé successivement deux camouflets, en boudant cette cour des miracles qui s’est récemment tenue à Paris-on y a vu un mort discourir devant cette assemblée de zombis-brigands enragés-, puis en allant à Téhéran pour discuter avec les dirigeants iraniens la crise syrienne. La dernière phrase de l’article « On a coutume de rappeler qu’on fait dire aux chiffres ce qu’on veut : l’OSDH sait ce qu’il fait et pourquoi il ment. » me fait penser à Mark Twain attribuant au Premier ministre britannique Benjamin Disraeli cette réflexion : « Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les satanés mensonges, et les statistiques ».

    • Louis Denghien dit :

      Il y avait du temps de Hegel les aventures de la dialectique, il ne nous reste plus aujourd’hui que les impondérables de la technique…Merci en tous cas, Bwane.

      L.D. & Infosyrie

  7. Raphael Babin dit :

    « ils sont incapables de « décrocher » de la désinformation atlantiste, une drogue dure ! »

    C’est avec des trouvailles comme ça, « une drogue dure », que j’apprécie la qualité de votre langue et de votre inspiration…

  8. Cécilia dit :

    Mille et un mercis, Louis !

    Vous êtes parfait lorsque vous décrivez les imperfections de ces incapables en géopolitiques et qui ne sont que des suiveux.
    Votre analyse est parfaite lorsque vous décryptez la situation événementielle ou géopolitique.
    Votre langue aussi est parfaite lorsque vous exprimez vos idées.
    Vous avez toujours réussi à joindre l’utile à l’agréable.

    Parfaitement parfait, cher Louis !

    Chapeau !

    • Louis Denghien dit :

      Merci pour vos encouragements Cécilia, et aussi pour votre aide très concrète, qui nous est fort utile, n’ayant ni la connaissance de la langue arabe ni les mille yeux d’Argus !

      Louis D.

      • Cécilia dit :

        « Merci pour vos encouragements Cécilia, et aussi pour votre aide très concrète, qui nous est fort utile, n’ayant ni la connaissance de la langue arabe ni les mille yeux d’Argus ! »

        Je ne fais que mon devoir, Louis.

        Cependant, pourquoi dans votre article d’aujourd’hui vous avez remercié toutes les personnes pour leur lien alors que s’agissant d’un autre article sur les otages de Salquin aucune mention n’y figure bien que c’est moi qui ai posté, traduit et commenté la vidéo à 4h45 du matin comme le prouve la copie-collée ci-dessous ?
        Pourquoi cette différence de traitement, Louis ?
        La seule différence que je constate qu’ils sont tous des hommes et je suis la seule femme.

        Cécilia n’est pas capricieuse, Louis, mais elle est pour l’égalité entre les sexes !

        Bien à vous

        Cécilia dit :
        11 juillet 2012 à 4 h 45 min

        Les otages de Salquin

        Cher Louis,
        Chers infosyrie,

        Il y a quelques jours, nous avons parlé de Salquin, un village dans le Nord dans le gouvernorat d’Idleb et de ses pauvres habitants dot une centaine pris en otages par des groupes salafo-wahhabites, accusés d’être des « chabbihas ». Mais voilà, ces révolutionnaires démocrates montrent fièrement ces « chabbihas » en train de se présenter un par un en disant « ana chabbih » avouant que la sécurité « lui a donné une arme pour tirer sur les manifestants » excepté le dernier qui nous ne pouvons entendre ses aveux pour la simple raison qu’il sourd. Cependant, cela n’empêche ces révolutionnaire démocrates de le compter parmi les autres comme « chabbih ». Même Hollywood devrait s’inspirer de révolutionnaires syriens !

        La vidéo a été postée hier le 10 juillet sous le titre « Les aveux de chabbihas de Salquin et l’ASL leur coupe la moustache ». Que c’est chevaleresque de la part de l’ASL qui se contente cette fois-ci de couper la moustache aux chabbihs au lieu de couper la tête comme c’est l’habitude !

        http://www.youtube.com/watch?v=oVIM28Ku5Ro&feature=youtu.be

        http://www.infosyrie.fr/actualite/10177/#comment-60655

        • Cécilia dit :

          Vous ne m’avez pas répondu, Louis !

          • Louis Denghien dit :

            Cécilia, je ne peux, à chaque fois, mentionner les contributeurs ; soit je l’oublie ‘ »dans le gfeu de l’action », soit j’estime ne pas avoir à le faire à chaque fois : je vous ai remerciée à plusieurs reprises quand votre contribution me semblait le justifier. Désolé si j’ai « fait défaut » cette fois…

            N’oubliez jamais qu nous sommes tout juste deux rédacteurs – et encore pas toujours – pour faire Infosyrie, et que par ailleurs nous n’avons pas que ça à faire dans nos vies ! Je n’ai, nous n’avons pas le temps d’être sexistes ou discourtois, et à peine celui de remplir cette tache de réinformation.

            En toute amitié, et en vous remerciant de vos contributions passées et à venir…

            L.D. & Infosyrie

          • Cécilia dit :

            Merci Louis pour votre réponse.
            Merci aussi pour votre travail formidable pour la Vérité.
            Merci aussi à l’équipe d’infosyrie pour leur travail.

            Très Cordialement

            Cécilia

  9. BWANE dit :

    La rue assourdissante autour de moi hurlait.
    Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
    Une femme passa, d’une main fastueuse
    Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;

    Agile et noble, avec sa jambe de statue.
    Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
    Dans son oeil, ciel livide où germe l’ouragan,
    La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

    Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté
    Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
    Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?

    Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
    Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
    Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

    • Marie-Christine dit :

      Merci à Baudelaire de s’inviter sur le site !

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      A Marie-Christine et BWANE :

      S’il est vrai, que notre France n’avait pas ménagé Baudelaire, de son vivant, je me demande, avec un effroi tout théorique, ce que les Qaïdingues, les Salafous, les Takfiristes, les Wahhabistes et autres idéalistes du diable, auraient fait comme destin à ce poète, grand parmi les grands.