• Actualité
  •  

Il nous faut revenir au front militaire, qui ce week-end a semble-t-il, connu une relative accalmie si l'on fait la synthèse des agences de presse occidentales et de l'OSDH, ainsi que de Sana. Dans le secteur de Deir Ezzor (est du pays, sur l'Euphrate et non loin de la frontière irakienne), Reuters, renseignée par les inévitables "militants", rend compte d'affrontements dans la nuit de samedi à dimanche entre militaires et bandes armées : celles-ci auraient attaqué à la roquette RPG [...]



Un relatif recul de la violence ce week-end : l’ »effet bérets bleus » ?

Par Droits réservés,



Une équipe de l'ONU à Mhadaya entre Damas et la frontière libanaise, le 6 mai : les bérets bleus intimident-ils l'ASL ?

Il nous faut revenir au front militaire, qui ce week-end a semble-t-il, connu une relative accalmie si l’on fait la synthèse des agences de presse occidentales et de l’OSDH, ainsi que de Sana. Dans le secteur de Deir Ezzor (est du pays, sur l’Euphrate et non loin de la frontière irakienne), Reuters, renseignée par les inévitables « militants« , rend compte d’affrontements dans la nuit de samedi à dimanche entre militaires et bandes armées : celles-ci auraient attaqué à la roquette RPG des positions de l’armée à l’est de Deir. Pas de bilan à la mi-journée de lundi, mais selon les mêmes sources les combats avaient baissé d’intensité dimanche matin. Voici peu, un site oppositionnel avait parlé d’une masse de 5 000 combattants prêts à fondre sur la métropole de l’est syrien : mais  cette armée virtuelle semble se résumer à bien peu de choses, quelques centaines – au plus – de combattants, qui ne peuvent que harceler les forces régulières, mais absolument pas mettre durablement le pied dans un quartier de la ville.

Sinon, le bilan de l’attentat à la voiture piégée , dans une station de lavement automatique d’automobiles du quartier d’al-Sekari à Alep, est, selon Sana, de trois victimes civiles – dont un enfant de 10 ans – et de 21 blessés ; l’OSDH avance le chiffre de 5 morts. À noter que selon Reuters, l’attentat a été expressément revendiqué par l’ASL, qui a expliqué que l’endroit était couramment utilisé par des miliciens pro-régime. Le membre de l’ASL qui a revendiqué par téléphone la responsabilité de cet attentat, un certain Ali al Halabi, affirme s’être rendu sur les lieux de l’attentat et avoir compté sept corps étendus.

Par ailleurs l’université d’Alep est toujours fermée suite aux incidents sanglants provoqués par un commando activiste, le 3 mai, mais il n’est pas question, même dans les communiqués de l’OSDH, d’un quelconque mouvement étudiant anti-régime.

En résumé, le niveau de violence globale semble continuer à baisser, donnant raison aux discours relativement optimistes du général norvégien Robert Mood, chef de la mission d’observation de l’ONU et de la Ligue arabe. Les observateurs continuent de visiter les points plus ou moins chauds : samedi, les bérets bleus étaient notamment à Douma, dans l’agglomération nord de Damas, où des combats avaient opposé naguère ASL et soldats réguliers. Dimanche, une autre équipe visitait Zabadani, ville résidentielle située dans un secteur montagneux le long de la frontière libanaise et à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale, et un temps « occupée » par des groupes ASL ; puis les bérets bleus se sont rendus à Mhadaya, à 4 ou 5 kilomètre au sud de Zabadani. Le même jour, un autre groupe s’est rendu à Homs, plus particulièrement dans les quartiers d’al-Zara, de Bayyadha et d’al-Khaldeeye, théâtres d’échanges de tirs, puis à Talbissa. D’autres hommes de l’ONU visitent les secteurs d’Idleb et de Hama.

Pour la journée de dimanche, on signale des visites de bérets bleus dans plusieurs secteurs de l’agglomération damascène : Dawwar al Baïtara, al-Sinaa, al Mazzeh (ou Mezzeh, ouest de la ville) ; une autre équipe a continué de visiter des secteurs de Homs.

Les effectifs de la mission s’étoffent progressivement et seraient actuellement de 70, en attendant que soient réunis sur le terrain les 300 prévus par les dispositions du Conseil de sécurité. La multiplication de ces patrouilles peut-elle vraiment être une antidote à l’activisme meurtrier des groupes radicaux, en quelque sorte « gênés » par ces « yeux » de la communauté internationale ? Même si le week-end parait plus calme, moins sanglant, il est encore prématuré de l’affirmer.

P.S. : l’agence Sana rend néanmoins compte des obsèques, ce week-end, de 16 nouvelles victimes du terrorisme : un lieutenant, deux adjudants-chefs, trois sergents-chefs, quatre sergents, quatre homes du rang, un employé civil, et un civil, tués dans la banlieue de Damas, à Hama, Idleb, Homs et Alep. C’est quand même moins que naguère, mais cela reste malgré tout un niveau de violence trop élevé pour garantir, comme le dispose le projet Annan, la « bonne volonté » de l’ASL et consorts.



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

26 commentaires à “Un relatif recul de la violence ce week-end : l’ »effet bérets bleus » ?”

  1. Mohamed Ouadi dit :

    Voilà un dépouillement exhaustif des premières données qui sont publiées par le site dampress, concernant les martyrs des forces de l’armée arabe syriennes; elles sont très significatives et révèlent l’ampleur de la guerre menée sur la Syrie.

    Et pour une première appréciation voilà le nombre de décès dans l’armée selon le grade :
    - Général de brigade : 12
    - Colonel : 20
    - Lieutenant-colonel : 20
    - Commandant : 22
    - Capitaine 8
    - Lieutenant : 29
    - Sous – lieutenant : 13
    - Adjudant – chef : 160
    - Adjudant : 45
    - Sergent – chef : 88
    - Sergent : 99
    - Caporal : 78
    - Soldat 1er classe : 2
    - Soldat : 6
    - Appelés : 246

    Comme on peut le constater aisément le bilan est lourd. Or, si l’on y ajoute les pertes des forces de sécurité et des autres administrations de l’Etat, les scientifiques, les personnalités académiques et scientifiques, les dignitaires, les civils, et les pertes matérielles les bâtiments publics brûlés et saccagés, les infrastructures de bases sabotées, dont les pipelines, les biens mobiliers de l’Etat, les biens privés, bâtiments et véhicules etc …

    • L17 dit :

      Bonsoir

      Ces terroristes sont trop bien renseignés pour agir d’eux-mêmes.
      Les victimes à tuer sont désignées par l’Étranger (US, Israël, etc. ) et les tueurs sont soutenus du point de vue logistique de l’extérieur ou par des mercenaires occidentaux, ou arabes, infiltrés…
      La Syrie doit éradiquer et éliminer physiquement tous les fauteurs de troubles et laisser ses ennemis « piailler ».

      Exit Sarkozy et Juppé, ce sera plus facile, espérons-le ! D’autre part Obama va entrer en campagne.
      Et le Président Bachar Al-Assad et les Syriens loyaux vont gagner les élections… Russie et Chine et les pays du BRICS continuent de soutenir la Syrie… Les Observateurs ONU sous la direction du Général norvégien Mood semblent honnêtes…
      Que La Syrie retrouve la Paix !

      Cordialement

      • RoyL dit :

        @ L17

        > Les victimes à tuer sont désignées par l’Étranger

        Notez que, en Suisse, jusqu’au capitaine (hiérarchie
        décroissante), ils auraient droit — pendant le service (armée de
        milice encadrée de militaires professionnels, les grades les plus
        élevés n’étant assignés qu’aux ces derniers de toute façon) — à
        une voiture *personnelle* plus chauffeur comme minimum (un major,
        lequel pourrait — mais pas nécessairement encore — être un
        professionnel de l’armée, pouvant déjà être déplacé par
        hélicoptère militaire pendant ses *tours* entre A et B en
        dépendance des circonstances et lieux).

        Dans les grades militaires *inférieurs* il y a (en Suisse
        toujours au moins) les adjudants: que des professionnels,
        exclusivement. Eux aussi ont droit à une voiture personnelle –
        mais sans chauffeur.

        L’adjudant est celui qui, typiquement, n’avait pas de
        *curriculum* scolaire suffisant pour faire carrière (comme
        professionnel) dans les grades supérieur de l’armée au moment de
        l’appel au service (école recrue = entrée dans l’armée): une
        sorte de *self-made man* militaire; un homme autrement de TRÈS
        GRANDE qualité et expérience; en effet, il s’agit de l’homme
        (adjudant instructeur) le plus important dans une compagnie en
        phase d’instruction et entrainement; l’homme lequel même les
        officiers des grades élevés doivent écouter dans ses ordres,
        instructions, conseils et recommandations; celui qui supervise le
        travail d’une compagnie.

        Un autre homme FONDAMENTAL dans une armée — et tous ceux qui
        sont passé par un service militaire le savent — est le caporal
        (grade le plus bas), un véritable mulet qui travaille le double
        d’une recrue normale et sans lequel on pourrait faire peu.

        Pour tout adjudant assassiné c’est comme s’ils auraient tué un
        capitaine plus quelques lieutenants à la fois. (A part le fait
        que ça devrait être plus *facile*, *techniquement* en parlant,
        d’atteindre des adjudants.)

    • Candide dit :

      Finalement, les capitaines sont des planqués et il vaut mieux ne pas accepter d’avancement quand on est adjudant.

      • BWANE dit :

        Allez raconter à vos amis criminels de l’ASL d’être démocratiques dans leurs assassinats, puis écrivez un livre intitulé  » L’assassinat démocratique : le cas exemplaire des salafistes en Syrie ».

      • RoyL dit :

        *Shalom* Candide, est-ce que il n’y a pas de conscription chez
        Tzahal aussi, de quels fabuleux avancements parleriez vous? La
        carrière d’un adjudant est LIMITÉE du départ par rapport aux
        possibilités ouvertes aux officiers des grades supérieurs.

        Un officier des grades supérieurs peut faire *carrière* dans
        l’armée comme un académicien le pourrait dans sa vie civile
        aussi; un adjudant ne peut *avancer* dans sa carrière beaucoup
        plus loin autant que l’artisan ou l’ouvrier qualifié ne le
        peuvent non plus, en général, dans leurs vies civiles.

  2. Souriya ya habibati dit :

    Pour la photo: Bachar et Asma rendent visite aux enfants de martyrs; les enfants, de retour d’un camp de scouts ont eu l’agréable surprise de voir le couple présidentiel débarquer!!

    http://www.dampress.net/index.php?page=show_det&select_page=5&id=19958
    الرئيس الأسد الأب والقائد والسيدة عقيلته يزورا مدرسة أبناء الشهداء

    دام برس – اياد الجاجة

    كعادته الأب القائد السيد الرئيس بشار الأسد كان بين أبنائه في مدرسة أبناء الشهداء، حيث فاجئ السيد الرئيس والسيدة عقيلته، أبناء الشهداء بحضوره بينهم بعد أن كانوا في مخيم كشفي وقد كان لحضور سيادته أثرا كبير على الحضور حيث جلس بينهم وبادلهم الحب بالحب مقدراً تضحيات آبائهم الذي ضحوا بأغلى ما يملكون ليبقى الوطن صامداً مقاوماً ومنيعا .

    Allah Souriya Bachar wbass

  3. Rensk dit :

    Presque partout dans le monde « libéré » ( :-) ) je lis toujours la même chose : affrontements dans la nuit de samedi à dimanche entre militaires et bandes armées…

    Jamais le contraire ; affrontements dans la nuit de samedi à dimanche entre bandes armées et militaires…

    C’est con comme truc car sur le NET vous pouvez voir, lire et entendre.
    Cela me fâche de plus en plus car il y a eu en effet des changements : selon des sources ayant peur… c’est le contraire qui se passe aujourd’hui, les soldats ne tirent que pour riposter !!!

    A part les attaques, il y a aussi souvent des réactions a des descentes de police, bien pire que celle de Mohamed Merah !

    • sowhat dit :

      « c’est le contraire qui se passe aujourd’hui »

      parce qu’avant c’était la troupe qui tirait la première ?

      c’est faux – bien qu’indiscutablement il y ait eu des bavures au début des troubles. Des preuves concordantes ont établi que les tirs des voyous pseudo-révolutionnaires dissimilés dans les manifestations ou autour d’elles sont responsables de la plupart des victimes civiles que les médias de la désinformation ont attribué aux forces de maintien de l’ordre.

      • Rensk dit :

        Euh… oui.

        Mais c’est vrai, pas très longtemps, Chevalier a été retiré et il a dit a un con qu’il est vraiment très con de prendre autant de risque de vies humaines alors que lui signale depuis toujours que la « chose » s’était calmée de « par elle-même »… Il a même pris a témoins celui envoyé par Élysée pour contrôler Chevalier (pas con ce diplomate).

        Renseignez-vous encore un poil plus que ça et vous trouvez des articles qui parlent que « la Syrie est tombée dans le traquenard »… (traduction très « libérale »)

      • Candide dit :

        « indiscutablement » « preuves concordantes »

        Allez Sowhat, montre nous tout ça.

        • NO PASARAN dit :

          Tiens, Candide, j’ai beaucoup pensé à vous, aujourd’hui… c’est la saison des sarsour !!!

        • Rensk dit :

          Plus précise que moi, quelque chose me dérangeait et vous y mettez le doigt dessus :-)

  4. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    J’ai lu :

    « Le membre de l’ASL qui a revendiqué par téléphone la responsabilité de cet attentat, un certain Ali al Halabi, affirme s’être rendu sur les lieux de l’attentat et avoir compté sept corps étendus. »

    Comment cet homme peut-il aller compter le nombre des victimes de son crime ?
    Halabi ? Il est d’Alep !?
    Non, Mossadi, CIA-i, Qatari-i, assassins et cie.

  5. RoyL dit :

    > l’ »effet bérets bleus » ?

    Je ne le crois pas trop. Je crois plutôt à une combinaison de
    (ordre décroissant d’importance):

    ** ‘résignation apprise’ ou ‘acquise’ (voir google): plus d’une
    année maintenant de défaites encaissées

    ** phase de cyclicité — du genre: épidémies/pandémies se
    résolvant bien que aucun véritable remède aie été trouvé — ici
    le *game over* et pic de la crise/cycle ayant été Bab Amr, avec
    la liquidation de son *califat*

    ** ‘rope-a-dope’^1 par le syriens (vous êtes — Dieu merci –
    indestructibles)

    Ça ne veut pas dire encore que ça soit complètement terminé déjà,
    mais le *projet*, si ainsi on peut parler, des impérialistes est
    *ruiné* définitivement. (Le terrorisme est terriblement
    douloureux et affreux à subir, mais sa recrudescence n’a signalé
    autre que les assassins — et les think tanks qui les guident,
    les financent et envoient — manquent de toute prospective et
    possibilité et qu’ils touchent à leur fin dans leurs
    *stratégies*.)

    Donc: »effet bérets bleus », moi je dis non, que je n’y crois pas
    (je parlerai d’effet *placebo* dans le meilleur des cas); mais ça
    n’a pas d’importance *di per sé* d’autre part.

    1. http://www.thefreedictionary.com/rope-a-dope
    a method of tiring out a boxing opponent by pretending to be
    trapped on the ropes while the opponent expends energy on punches
    that are blocked (voir Muhammad Ali)

    • RoyL dit :

      En précisant:

      > bien que aucun véritable remède ait été trouvé

      Je parle des GRAPHES DES FONCTIONS, les courbes décrivant ces
      cyclicités (épidémies, etc.) en général, les syriens eux-mêmes
      ayant trouvé leur *médecine* (anti-impérialiste) véritable — et
      sachant où la chercher et prendre toutes les fois qu’il
      s’avèrerait nécessaire.

  6. Gallus dit :

    A lire sur Atlantico un excellent article de Frédéric Pichon sur le cessez-le-feu. Ne vous laissez pas impressionner par le titre, qui est choisi par la direction du blog et obéit donc aux consignes données aux médias : le contenu dit le contraire du titre.

  7. L17 dit :

    Bonsoir

    Je suis scandalisée par l’attitude des journalistes de France Inter !
    Ceux-ci parlent de l’élection présidentielle en France, c’est normal… des élections en Grèce et encore de je ne sais plus quel pays…
    Rien sur la Syrie, sauf une fois tôt ce matin, pour dire que c’est une mascarade ! Puis plus rien !

    La bonne nouvelle : Exit Sarkozy !

    Cordialement

    • Rensk dit :

      Regardez ce que Romandie.com donne comme info, ils font en faite le tour du monde des « Reuter, AFP et compagnies »… très limité mais condensé…

      - BEYROUTH – Sept civils ont été tués lundi en Syrie où se déroulent des élections législatives organisées par le régime du président Bachar al-Assad mais boycottées par les villes rebelles, rapportent une ONG et des militants.

      Trois jeunes hommes ont été tués à l’aube dans une embuscade tendue par les forces armées avec l’aide d’éléments pro-régime dans le village de Zoubiane, dans la province de Deir Ezzor (est), selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

      Dans la région d’Idleb (nord-ouest), deux civils ont été tués par les tirs des forces du régime, et dans les provinces de Hama et de Homs, dans le centre du pays, deux civils ont été tués par des tireurs embusqués, de même source.

      De plus, cinq explosions ont retenti dans la ville d’Idleb et dans la même province, des combats entre soldats et déserteurs ont eu lieu près d’Ariha, où des coups de feu étaient entendus en provenance de barrages des forces gouvernementales.

      Parallèlement, les forces du régime bombardent à la mitrailleuse lourde depuis des heures la ville de Dmeir, dans la province de Damas, où des explosions étaient entendues.

      En outre, des combats entre soldats et déserteurs ont eu lieu dans la nuit dans plusieurs quartiers de Hama, où un enfant a été blessé dans la matinée par des tirs des forces gouvernementales.

      D’autre part, plusieurs localités de la province de Hama ont fait grève pour protester contre l’organisation de législatives, a ajouté l’OSDH.
      http://www.romandie.com/news/n/_Syrie_7_morts_les_legislatives_boycottees_dans_les_villes_rebelles17070520121707.asp

      • Jo dit :

        Ca se trouve , les terroristes ont obligé a fermer les magasins et ont inciter les gens a ne pas voter sous peine de mort

  8. Djazaïri dit :

    Espérons que la violence baisse.
    Encore aujourd’hui le pro-israélien Bernard Guetta a parlé sur Fr Inter du plan mort-né Annan.
    A mon humble avis, une baisse du compte rendu des morts et des blessés sur les ondes occidentales montreront à la population que ce plan avance. Que la normalisation est en cours.
    C’est le meilleur de contrer le plan de la propagande occidentale.