• Décryptage
  •  

À Alep sous la loi ASL, un simple contrôle de véhicule peut changer radicalement votre existence.... Nous devons à notre infatigable collaboratrice et militante Cécilia de pouvoir visionner cette courte mais édifiante vidéo sur la justice ASL : dans une cellule improvisée quelque part à Alep, un de ces terroristes religieux reconverti en juge de tribunal révolutionnaire islamique est en train de présenter une bonne douzaine de "prévenus", accusés du crime suprême (et passe-partout), appartenir à la milice chabiha, au [...]



La vraie nature des insurgés transpire de plus en plus fort dans la presse française

Par Louis Denghien,



À Alep sous la loi ASL, un simple contrôle de véhicule peut changer radicalement votre existence….

Nous devons à notre infatigable collaboratrice et militante Cécilia de pouvoir visionner cette courte mais édifiante vidéo sur la justice ASL : dans une cellule improvisée quelque part à Alep, un de ces terroristes religieux reconverti en juge de tribunal révolutionnaire islamique est en train de présenter une bonne douzaine de « prévenus », accusés du crime suprême (et passe-partout), appartenir à la milice chabiha, au service du « régime traitre et corrompu ». Ces hommes, assez jeunes pour la plupart, ont les mains liées dans le dos et subissent silencieusement le réquisitoire du « magistrat » ASL. Dans la deuxième vidéo, ils déclient leur identité, ce qui empêchera que leur éventuel assassinat soit oublié, sinon impuni. On imagine en effet quel sort leur réserve la « jurisprudence » de ces gens-là. Il est décidément  urgent de débarrasser la Syrie de ces Fouquier-Tinville ou Béria salafistes, et de leurs exécuteurs des basses oeuvres.

http://www.youtube.com/watch?v=Ic9hdnwybJ4&feature=youtu.be

http://www.youtube.com/watch?v=2cAoqxj7YVQ&feature=youtu.be

 

La justice et la gestion ASL en question

Ce caractère assez peu « cool démocrate » de la plupart des rebelles syriens d’Alep et ailleurs est devenu très difficile à cacher pour les médias français, surtout depuis la diffusion de la vidéo de l’exécution des membres du clan Berri à Alep. Des journalistes du Système se sentent obligés donc de « lâcher un peu de lest », et de donner dans quelques articles un nouvel éclairage, un peu moins valorisant, sur les intentions et actions des insurgés. Ainsi Hadel al-Saachi correspondant du Nouvel Observateur signe-t-il le 4 août sur le site de l’hebdomadaire un reportage peu flatteur sur l’ASL à Alep :

-le papier commence par une visite à un centre de détention installé par les insurgés dans une école, dont on ne sait pas trè bien si elle est située à Alep ou à Azaz, ville située à une cinquantaine de kilomètres plus au nord, et tout près de la frontière turque, et tombée sous la coupe de l’ASL : on entend, dit le journaliste, « des coups et des cris » venant d’un sous-sol ; les détenus sont des suspects de « chabbihisme » mais aussi des « petits délinquants« . Plus tard, Hadel al-Saachi assiste « tout au long de la journée » à l’arrivée au « commissariat » d’hommes aux yeux yeux bandés qui son envoyés vers une salle de bains transformée en salle d’interrogatoires musclés : « un homme, écrit le journaliste, tient son estomac douloureux après une séance de coups« .

-Le responsable des « opérations de police » du secteur, un certain commandant Abou Ali, âgé de 40 ans environ, explique que sa troupe remplit aussi des missions de répression de la délinquance, et s’efforce même de se substituer à l’administration locale, en payant par exemple les employés de la voirie. Et il se veut rassurant quant au sort de ses prisonniers, même ceux ayant été convaincus de soutien au gouvernement, même les « chabihas » si ceux ci rejoignent les rangs de l’ASL.

Mais la suite des explications d’Abou Ali est moins rassurante : « Nous utilisons la charia pour juger nos prisonniers », dit-il, et cette loi stipule qu’ »un tueur doit être tué« . Les individus suspectés d’avoir tiré contre la rébellion sont envoyé à Azaz (ville à kilomètres au nord-est d’Alep) où siège un tribunal présidé par un certain Ahmed, par ailleurs commandant de la brigade rebelle Amr bin al-Aas.

Arbitraire & arrogance

-Al-Saachi a recueilli des confidences de Syriens vivant dans dans zones contrôlées par l’insurrection, qui se plaignent du caractère de vengeance communautaire et politique que revêt la répression ASL, dont le combattants sont décrits comme « arrogants et envahissants« .

Mais il n’y a pas que ces désagréables traits de caractère : le journaliste dit que les « signes de rivalité et les luttes intestines parmi eux inquiètent certains habitants ». L’un d’eux, Abou Ahmed, pourtant pro-opposition, confie que l’ASL « nous donne maintenant mal à la tête (…) Les gens que les rebelles n’aiment pas sont battus et arrêtés« . Ce témoin, qui a déjà rencontré à Azaz des journaliste occidentaux, ajoute que « les conflits de personnalité entre les membres de la brigade (Amr bin al-Aas) sont résolus par de enlèvements et par la force ». Et toujours le grief récurrent : « Ils sont suffisants et nous ne sommes pas contents de cela« . Le correspondant du Nouvel Obs cite un étudiant en droit, Abou Zayd qui dénonce le caractère « envahissant » (c’est bien le cas de le dire) des rebelles à Azaz : « Ils ont commencé à nous donner des ordres dans nos quartiers ». Zayd, plutôt opposant lui aussi, se plaint des passe-droits que s’autorisent les nouveaux maître d’Azaz, ces miliciens armés qui profitent de leur position de force « pour s’accorder des traitements de faveur les uns aux autres« . Et le jeune homme d’envisager des manifestations de rue contre l’ASL. On verra si c’est seulement envisageable, les révolutionnaires ne semblant guère ouverts à la contestation : on les imagine même moins patients ou prudents que les militaires syriens face aux manifestants pro-opposition du vendredi.

Du moins Abou Ahmed et ses proches ne sont-ils pas arrêtés, battus ou tués, ou simplement inquiétés. Car les ennuis peuvent commencer pour bien peu de choses : Abou Ahmed cite le cas d’un habitant d’Azaz arrêté pour… avoir vendu des légumes à des Kurdes. Or, « parce que les Kurdes n’ont pas été à nos côtés dans la révolution et que l’ASL ne les aime pas, ils ont décidé de l’arrêter et ont également demandé une rançon de 400 dollars pour le laisser partir » : les voies du Djihad sont parfois « obliques »…

On se demande où sont passés les gentils garçons « conservateurs » d’Adien Jaumes du Figaro, ou les beaux jeunes gens courageux de Florence Aubenas du Monde : ont-il seulement jamais existé en dehors de l’imagination de journalistes militants et propagandistes ?

Ci-dessous, le lien vers l’article du Nouvel Observateur :

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120804.REU2861/a-alep-les-rebelles-controlent-aussi-la-vie-civile.html

 

Ce que voient les téléspectateurs syriens

Restos sur le terrain médiatique.Voici, à titre indicatif, l’intégralité de la version anglaise du journal de la télévision d’État syrienne du samedi 4 août, long d’une durée d’un peu moins de vingt minutes. C’est ce que voient les téléspectateurs syriens, qu ont sans doute droit aussi en plus à des nouvelles de portée pls locale ou moins politique t sécuritaires : au menu, la réaction du délégué syrien à l’ONU après l’adoption par l’Assemblée générale d’un texte d’origine séoudienne et de contenu anti-syrien ; la réaction, également désapprobatrice, des Russes et des Chinois à ce texte ; les « lourdes pertes » infligées aux insurgés à travers le pays et le sort du journaliste syrien Karim al-Shibani, objet d’une tentative d’assassinat mais seulement blessé ; le préjudice causé à la population par les sanctions européennes et américaines ; et l’agitation chiite et sa répression en Arabie séoudite.

Sur Alep par exemple, le présentateur lit un communiqué de l’armée apparaissant à l’écran : un démenti sur la prise des bâtiments de la radio et de la télévision par les rebelles, et un rappel des pertes que ceux-ci ont subi au cours de leur tentative. Le communiqué fait état des pertes subies vendredi par un groupe armé à Khan al-Assal, à l’ouest d’Alep. Pas d’images ou de reportages cette fois. Mais ensuite on a des images sur la découverte d’un tunnel à Homs.
Et puis des articles de médias occidentaux sont cités : cette fois c’est une dénonciation de l’hypocrisie et les mensonges  occidentaux sur la Syrie par le journaliste indépendant britannique Robert Fisk.
À côté des grands titres, un reportage sur la visite à Moscou d’une délégation économique syrienne.Il s’agit de monter que la Syrie n’est pas seule et que la Russie, non contente de défendre diplomatiquement, veut apporter une aide économique au pays.
Bien sûr, la télévision syrienne ne pouvait manquer de signaler les troubles qui repartent dans l’est de l’Arabie séoudite, et la répression qui s’en suit.
Ci-dessous, le lien (attention, le journal se répète) :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=Fb3F65sbHNc

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

45 commentaires à “La vraie nature des insurgés transpire de plus en plus fort dans la presse française”

  1. Souriya ya habibati dit :

    Allah est Grand disent mes amis musulmans, c’est LUI qui protégera la Syrie de tous ses ennemis.

    • LafleurJs12 dit :

      horreur, sur France info: une interview prise en route mais où une journaliste était allé discuter pendant trois heurs (tout fière en plus de se retouver dans un salon du 16e) avec : et dites moi chers collègues de France info avec qui je suis allée pour vous prendre enfin le thé : Avec… .Rifaat al Assad dont elle nous dit qu’il se présente comme l’homme providentiel de la Syrie ! c’est incroyable que ces journaleux sans éthique en soient à aller fouiller dans les poubelles pour ressortir ces personnages et les médiastiser!.
      Question parmi les questions deFrance info : « Vous a t-il parlé des responsabilité à Hama ? -. »pas indirectement- et etc.
      j’ai aussitôt essayé dé poser une question mais bien sûr personne pour vouloir répondre au cher auditeur et.. quand même sur le répondeur au temps de réponse très limité, je laisse ma question à moi :Cette dame s’est-t-elle entre deux gorgées de thé intéressée au montant de la caisse en bon argent du peuple syrien et en lingots d’or, qu’il avait emporté, allant directement au coffre de la banque, quand il avait été prié de quitter laSyrie ? On va encore souffrir beaucoup avec ces médias abjects

  2. Abdel dit :

    Il y a une chose qui me pose problème,normalement si on désire voter sans subir de pression l’idéal est que celui-ci reste anonyme,pourquoi l’ONU continue encore de nos jours(2012) a imposer d’afficher le choix des pays.Quand un pays est très dépendant d’un autre il est impossible pour lui de donner un avis impartial si toute la salle connais ses positions.Quand nous en occident voyons la Corée du nord voter a main levée nous avons le chic pour se moqués d’eux par contre quand on le pratique a l’ONU tous le monde trouvent cela normal.Il serait grand temps de réformer cette institution qui ne sert plus qu’a agresser les pays qui résistent à Wall Street.Dans le premier reportage on peut lire la haine sur le visage du combattant de la liberté,un juge? non moi j’y vois un assassin en puissance.

  3. Shami dit :

    Le Figaro présente Abou Hajjar sympathique « chouan » francais qui affiche clairement ses ambitions syriennes decidé à ce «l’extérieur ne décide pas à notre place». sic ! LLOOOOOOOL

    « Abou Hajjar et ses amis viennent d’ouvrir un «bureau de la prédication» dans le village de Sarjeh »

    «Est-ce qu’un non-musulman pourra être président de la République? Non. Mais en revanche, les minorités chrétiennes ou alaouites seront représentées au Parlement». Monsieur est trop bon !

    http://www.lefigaro.fr/international/2012/08/03/01003-20120803ARTFIG00528-abou-hajjar-combattant-francais-en-syrie.php

    Les bobos de Labération se posent eux la question de savoir si « la Syrie est devenue une terre de Djihad ». A la lecture de l’article la reponse est des plus claire .

    http://www.liberation.fr/monde/2012/08/03/la-syrie-nouvelle-terre-du-jihad_837570

  4. Shami dit :

    Le bilan des « defenseurs de la liberté » laisse sans voix

    - Des journalistes syriens enlevés et assassinés ..

    -Un journaliste japonais forcé de se convertir
    http://www.youtube.com/watch?v=46zL75ECsaE

    - Des journalistes occidentaux (John Cantlie / Jeroen Oerlemans) menacés de mort, d’etre decapités et blessés par balles par des djihadistes.
    http://www.guardian.co.uk/world/2012/aug/03/syria-islamists-capture-john-cantile
    « Those bastards constantly threatened us with death, always cocking their weapons, getting us to stand as though we were being led out for execution, sharpening knives for a jihadist beheading and generally playing with our minds »

    - Un journaliste français tué à coup de mortier

    http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/17/01003-20120717ARTFIG00525-jacquier-l-enquete-francaise-pointe-les-rebelles-syriens.php

    - Des journalistes anglais envoyés dans des pieges mortels

    A senior British journalist has claimed Syrian rebels tried to lead him and his team into a death trap so they would be killed by gunfire from government forces in a bid to discredit the Assad regime

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/syria/9321068/Channel-4-journalist-Alex-Thomson-says-Syria-rebels-led-me-into-death-trap.html

    Des journalistes menacé de mort pour effacer les images d’exactions de l’ASL ( Mars 2012 !!)

    « Another difficulty is that the opposition too seeks to control the media.

    A Western photographer who asked not to be identified said some rebels were furious at him for taking pictures of dead soldiers who appeared to have been summarily executed.

    The rebels demanded he erase the photos or be killed, he said.

    In another incident, rebels threatened to kill a cameraman after he mistakenly filed a video of a rebel officer, who didn’t want his face to be shown for fear of reprisals against him or his family.

    After tense discussions, the rebels relented after being promised that the video would be pulled off the air immediately. »

    http://www.khaleejtimes.com/DisplayArticle09.asp?xfile=data/middleeast/2012/March/middleeast_March201.xml&section=middleeast

    Reactions de RSF ? rien ou presque..

    • AVICENNE dit :

      Excellent résumé de la liberté de la presse « made in syrian revolution » !.

      Malheureusement, pour les occidentaux et leurs petites mains, c’est à l’heure actuelle « le bon camp ».

      Cet épisode syrien aura au moins démontré une chose (qui était évidente pour certains déjà) : collusion, corruption, intimidation sont les postulats de « la feuille de route » de l’ensemble des institutions occidentales et/ou Internationales de tous poils.

      Quant aux médias, ce ne sont que des valets aux ordres de ces institutions.

      Et on ose me parler de démocratie et de droits de l’homme ?.

      A vomir.

  5. unknownsoldier dit :

    Le martyr du peuple syrien face à cette guerre, livrée par l’empire des marchands, brillamment analysé par Evola, a, entre autre, le mérite de laisser apparaitre un peu plus clairement le vrai visage du dit empire !
    Du courage, des sacrifices et du sang il en faudra encore pour se débarrasser de cette gangrène définitivement. Parce que à soif de domination mondiale répondra un châtiment mondial ! Quand leur étoile sombrera, nulle part sur cette terre ils seront pardonnés !!

  6. Souriya ya habibati dit :

    Je suis en train de suivre le journal sur la TV Syria.. On NOMME clairement les bandes armées oeuvrant à Alep: « Les milices TURCO-GOLFISTES »..

    Allah est Grand

    • Souriya ya habibati dit :

      Pour nos AMIS Français: Le journal en français est diffusé vers 14h30 ou 14h45 (tout dépend de la longueur du journal en arabe) heure française.. Il n’y aura pas d’images de cadavres parsemés.. MAIS le nettoyage se fait.. Allah est Grand.

      • hakim dit :

        les forces armées poursuivent la traque des résidus des miliciens du Golfe et turcs à Alep

        05 Août 2012

        Alep et Homs/ les forces armées poursuivent la traque des résidus des miliciens du Golfe et turcs dans des quartiers à Alep.

        Les citoyens de la région de Sayyed Ali confrontent et chassent des miliciens terroristes du quartier .

        A Homs, un entrepôt d’armes employé par les groupes terroristes armés près de la mosquée d’al-Fateh à Jourat al-Chyyah à Homs a explosé aujourd’hui.

        Une source officielle a déclaré au correspondant de Sana que l’explosion de l’entrepôt, qui contenait des munitions et des engins explosifs, a fait des dizaines de tués et de blessés entre les terroristes.

        La source a jouté que les services compétents avaient intercepté la nuit dernière des groupes terroristes armés qui agressaient les forces de l’ordre à al-Qosseir dans la banlieue de Homs.

        L’accrochage a fait des tués et des blessés entre les rangs des terroristes, alors qu’autres ont été arrêtés.

        Par ailleurs, et toujours à Homs, les services compétents se sont accrochés aujourd’hui avec un groupe terroriste dans la région de Jossieh dans la banlieue d’al-Qusseir.

        Citée par le correspondant de Sana, une source du gouvernorat a souligné que l’accrochage a fait des tués et blessés dans les rangs des terroristes et causé la destruction de leur voiture dotée d’une mitrailleuse Douchka.

        d’ailleurs sur SANA aussi c’est pareil
        http://208.43.232.81/fra/55/2012/08/05/434849.htm

  7. yann dit :

    Que je sache, Fouquier-Tinville ou Béria n’étaient pas des fanatiques religieux, mais plutôt Torquemada ou la justice royale. Et, tout compte fait, le comportements des rebelles syriens rappellent plus ceux des armées blanches en Russie ou des chouans. C’est l’armée syrienne qui pourrait être comparée à celle de Valmy contre les émigrés et les puissances qui les soutenaient …Evitez les comparaisons historiques hasardeuses et rapides serait plus approprié !

    • Louis Denghien dit :

      Beria et Fouquier-Tinville n’étaient certes pas des fanatiques… religieux : c’étaient des fanatiques révolutionnaires qui ont bien plus de morts que Torquemada et ses successeurs (en tous cas le premier) sur leurs consciences respectives. Quant aux armées blanches russes elles n’étaient pas plus – et pas moins- impitoyables que les rouges. Idem en ce qui concerne les Bleus et les Blancs de 1793/95. Évitons surtout le manichéisme rapide, hasardeux et « progressiste ».

      L.D. & Infosyrie

      • yann dit :

        évitons le manichéisme, mais ne faisons pas de contre-sens historiques. Il y a des crimes commis dans tous les conflits et sous tous les régimes en guerre, mais les mobiles ne sont pas les mêmes et la base sociale de chaque régime n’est pas la même. Et donc les comparaisons historiques, toujours hasardeuses, doivent éventuellement se faire, mais en tenant compte des parallèles possibles, sans contre-sens. (Pour Torquemada, si l’on prend tout son système et donc le génocide massif des Indiens d’Amérique, direct ou indirect – alcoolisme, famines, morts au travail, etc.- …le nombre dépasse sans doute celui de Béria d’après les historiens …mais ici ce ne devrait pas être la question)
        Pour l’heure, la question qui mobilise ici c’est la Syrie et il faut rassembler sur le plus petit dénominateur commun : la non ingérence dans les affaires syriennes de la part de l’étranger et le droit des Syriens à choisir eux mêmes leurs modes de gouvernement, par n’importe quel moyen, c’est à eux de décider. Donc ne pas heurter les sensibilités de droite ou de gauche, chrétiennes ou musulmanes, sunnites ou chiites, marxistes ou nationalistes, républicaines ou royalistes, etc …dès lors qu’elles se retrouvent sous ce plus petit dénominateur commun.

        • Louis Denghien dit :

          Certes…

          L.D. & Infosyrie

        • Avic dit :

          Je n’ai pas perçu de comparaisons historiques dans le texte de Louis. Je n’y vois qu’un appel à une référence commune à tous les français. Tout tribunal révolutionnaire envoyant arbitrairement, des dizaines ou centaines de gens à la mort, sera automatiquement comparé à celui où Fouquier-Tinville s’illustra par son zèle. C’est plus de la littérature qu une thèse Historique.

        • schedir dit :

          si les allegations de ton dernier paragraphe, yann, pouvait avoir encore quelque chance de reussir! je crois malheureusement que la syrie (ou n’importe quel pays dans sa situation) n’en a pas ou plus la possibilite sans l’aide de ses allies. l’article d’escobar que je viens de lire (et je crois qu’il soit veridique), nous laisse bien peu d’espoir. comment expliquer a TOUT un peuple, independamment de sa religion ou de sa couleur politique, ce qui se trame derriere son dos et lui faire comprendre qu’il doit (devrait) s’allier pour refouler l’emprise des attaquants atlantico-sionistes? il se dit tellement de mensonges dans les medias de ces derniers qu’il peut etre difficile de faire le point. a moins que chacun ne soit connecte a internet et fasse des recherches sur la « vraie » verite, celle que je crois avoir trouve sur ce site et plusieurs autres.

          (http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=32208)

        • AVICENNE dit :

          « je ne suis ni de droite, ni de gauche, bien au contraire… »

        • vanda dit :

          Pleinement d’ accord avec vous Yann!

        • BWANE dit :

          La gravité de la situation m’oblige encore une fois de dire des choses désagréables.

          Vous êtes forts tous les deux. Le sinistre contre-révolutionnaire Béria devient sous votre plume un révolutionnaire. Ce stalinien maudit, indigne de Staline lui-même, pourtant criminel notoire, constitue en soi et pour soi une insulte à la double révolution russe, et à son chef historique Lénine, Honte sur vous. Marinez dans vos digests culturels et consultez les dictionnaires pour le sens de certains mots.

  8. Lordjohn dit :

    Compilation de documents prouvant la violence des insurgés sur un blog corse :

    http://1000ideespourlacorse.wordpress.com/2012/08/03/idee-n97-debusquer-le-mensonge-le-cas-syrien/

  9. Cécilia dit :

    Alep

    Une nouvelle vidéo « Arrestation de Zeno Berry » qui montre le traitement infligé à Zeno Berry avant qu’il soit exécuté par les démocrates pacifistes amis des démocrates occidentaux.
    Cet Alepin est accusé, je cite : »de détruire la Syrie avec Bachar » et d’être un « chabbih » (sic). Zeno et Bachar ont détruit la Syrie, et vous démocrate-fanatiques, l’avez-vous améliorée ou l’avez-vous reconstruite ?

    Attention, Images dures !

    http://www.youtube.com/watch?v=IX1Gwrd-Ci4&feature=youtu.be

    • hakim dit :

      cet homme est resté jusqu’à la fin au service de son pays dans la videos, malgré qu’on l’est torturer, on lui redemande qu’est ce qu’il a fait, et sa reponse est toujours: je n’est rien fait. paix à l’ame de ce martyr, c’est avec le sacrifice d’homme comme toi que le peuple syrien va gagner.

  10. Cécilia dit :

    Damas

    Hier, 48 pèlerins iraniens ont été enlevés sur la route de l’aéroport de Damas vers Sayda Zainab, la petite fille du prophète, aujourd’hui, la chaine pro-saoudienne, al-Arabyah diffuse leurs images en possession de l’ASL qui les accusent d’être membres de Conseil de la Révolution Iranienne.
    Un soi-disant ASL demande l’un d’eux de montrer ses papiers, mais comme vous constatez, on ne distingue pratiquement rien qui prouve sur ses papiers la prétendue appartenance. Jugez vous-même :

    http://www.youtube.com/watch?v=Z7oxlnOrU7Y&feature=plcp

  11. Caligula dit :

    La france à toujours été un pays de cons!

  12. Zarathoustra dit :

    Le cancrelat asl a gauche de l’image semble porter un HK G3, une arme en dotation dans l’armée turque…

  13. hakim dit :

    L’armée syrienne contrôle tout Damas, se mobilise à Alep..
    L’équipe du site

    L’armée syrienne a repris un quartier aux mains des insurgés à Damas et contrôle désormais l’ensemble de la capitale, au moment où à Alep, capitale économique du pays, les renforts de l’armée régulière se poursuivent en préparation à la bataille finale.
    « Nous avons nettoyé tous les quartiers de Damas, de Midane à Mazzé, Qadam, Hajar al Aswad et Tadamoun », a affirmé le général en charge des opérations dans ce dernier quartier, dans le sud de la capitale, en le faisant visiter aux journalistes.
    « La situation à Damas est excellente et stable. Il n’y a plus de présence de groupes armés, à l’exception de quelques individus qui se déplacent d’un endroit à un autre pour prouver qu’ils existent », a affirmé le général.
    Plus tôt dans la journée, l’OSDH avait fait état d’un « bombardement d’une intensité jamais atteinte jusqu’à présent » à Tadamoun, où étaient retranchés de nombreux rebelles. De violents combats s’en étaient suivis.
    Samedi, selon l’AFP, ce quartier était totalement désert et dévasté. Les chaussées étaient éventrées, des magasins défoncés, avec des fils électriques qui pendaient.

    Massacre à Yelda

    Les cadavres à YeldaSamedi, les forces de sécurité ont indiqué avoir trouvé dans la décharge de Yelda dans la province de Damas des cadavres dont certains sont brûlées ou mutilés. Dans un premier moment l’AFP a parlé d’une quinzaine de cadavres alors qu’Arabs Press assurait qu’ils sont vingt. Par la suite, l’agence française a rapporté la version d’un responsable de l’ASL, selon lequel il s’agit de « 15 soldats ainsi que des partisans du régime, des alaouites et des chiites ». Alors que selon le général de l’armée régulière « ce sont des habitants du quartier qui ont été kidnappés et liquidés par les groupes armés ».

    Pour la énième fois, l’ASL tente de se démarquer de ce genre d’acte. Elle s’est défendu de l’avoir commis tout en le justifiant en disant que les victimes sont des partisans du régime « des chiites et alaouites ». Comme si le message était envoyé aux Syriens qui n’appartiennent pas à ces deux communautés pour les rassurer. Il en a été ainsi une première fois avec l’assassinat filmé du chef de tribu Berri à Alep et de ses trois fils, après le tollé soulevé par la diffusion sur la toile des images de leur exécution.
    Mais cette fois-ci, l’ASL incombe la tuerie au groupe d’Al-Qaïda Jundullah, « Jundallah est un groupe islamiste extrémiste qui a un discours religieux basé sur la haine des chiites et des alaouites », a précisé à l’AFP ce responsable qui n’a pas souhaité être identifié.
    C’est la première fois que l’ASL reconnait la présence de cette nébuleuse en Syrie, après avoir toujours refusé de le reconnaitre, accusant le régime de tisser cette propagande.

    Journaliste exécuté, journaliste enlevé

    Mohamad Said

    Une autre faction d’Al-Qaïda, Jabhat-Nusrat a pour sa part révélé avoir assassiné l’animateur de télévision Mohammad Saïd qui avait été kidnappé le 19 juillet dernier de Jdeidet-Artouze, dans la province de Damas.

    En même temps, un autre journaliste travaillant lui aussi dans le secteur audio-visuel le cameraman Tala Jankabli a à son tour été kidnappé.

    Iraniens enlevés

    Dans la région de Damas, 48 pèlerins iraniens qui se rendaient en bus à l’aéroport ont été enlevés samedi, selon les autorités syriennes et iraniennes. L’Iran a demandé à la Turquie et au Qatar, qui soutiennent les rebelles syriens, d’intervenir pour les faire libérer.
    Les rebelles ont affirmé que parmi ces otages figurent des membres des Gardiens de la révolution, armée prétorienne du régime iranien, selon une vidéo de la télévision satellitaire Al-Arabiya. ce que un opposant ayant requis l’anonymat a rejeté, signalant pour l’AFP que ce sont des extrémistes sunnites qui sont les auteurs du rapt des Iraniens, alors que l’ASL a revendiqué le rapt dans une vidéo diffusée peu auparavant.
    « Cela n’a pas de sens que les otages soient des Gardiens de la révolution. Si c’était le cas pourquoi seraient-ils dans un bus sans protection sur une route aussi peu sûre que celle de l’aéroport », a-t-il dit.
    « Jundallah est un groupe islamiste extrémiste qui a un discours religieux basé sur la haine des chiites et des alaouites », a précisé à l’AFP ce responsable qui n’a pas souhaité être identifié.

    Les renforts achevés pour la bataille d’Alep

    L’armée syrienne a achevé dimanche l’envoi d’importants renforts dans la ville d’Alep et est prête pour la bataille « décisive » qui risque de durer, a affirmé dimanche à l’AFP une source de sécurité syrienne.
    « Tous les renforts sont arrivés et encerclent la ville. L’armée est prête désormais pour lancer l’assaut décisif mais attend les ordres », a affirmé cette source. « Cependant la guerre risque de durer car il va y avoir des batailles de rues pour déloger les terroristes » de cette métropole du Nord.
    Un important responsable de la sécurité de la région d’Alep avait affirmé samedi que la véritable bataille d’Alep n’avait pas commencé pour le moment et que les bombardements n’étaient que des préparatifs.
    « Ce qui se passe actuellement n’est qu’un hors-d’œuvre et le plat principal viendra plus tard », avait-il dit. Il avait précisé qu’au moins 20.000 militaires se trouvaient sur le terrain. « De l’autre côté aussi, ils envoient des renforts », avait-il ajouté, en allusion à la rébellion.
    Le 28 juillet, l’armée avait lancé son assaut contre Alep après l’arrivée des premiers renforts.
    Selon le journal officiel Al-Watan, la véritable bataille d’Alep n’a pas encore commencé. « La mission actuelle (de l’armée) consiste à donner des coups durs aux terroristes, à resserrer l’étau et à renforcer le contrôle des entrées de la ville afin de les empêcher de fuir ».
    Le journal a ajouté qu’ »entre 6.000 et 8.000 terroristes » se trouvent à Alep et des « centaines d’entre eux ont été tués ou blessés », et fait état d’une « participation des habitants issus des tribus loyales (au régime) au combat aux côtés de l’armée qui est susceptible de modifier la donne sur le terrain ».

    Arrestation d’espions et perte de contact

    Plusieurs sites syriens ont révélé que « 7 terroristes qui travaillent pour la solde d’Israël » ont été arrêtés à Alep. Des sources ont assuré qu’ils entretiennent aussi des liens étroits avec le chef du courant libanais du Futur, Saad Hariri et le chef des Forces libanaises Samir Geagea.
    En même temps, des sources arabes à Doha pour le site « Almanar AlMakdessi » ont indiqué que les services de renseignements qataris ont perdu tout contact avec six de leurs membres à Alep.

    Tuée pour avoir dénigré la révolutionTuée pour avoir dénigrée l’insurrection

    Dans la deuxième ville de Syrie, c’est surtout la consternation à cause l’assassinat de la fille aleppine qui s’était fait remarquer aux tous débuts de l’insurrection pour avoir exprimé son mépris pour l’insurrection et affiché haut et fort son soutien au pouvoir. Son cadavre a été retrouvé 7 mois après sa disparition, dans un souk commercial, a révélé le site aleppin Taht-l-mijhar.

    La mobilisation des tribus et familles aleppines

    Ce dimanche, le correspondant de la chaine iranienne arabophone Al-Alam a assuré que les tribus d’Alep ont déclaré leur soutien à l’Armée syrienne dans sa lutte contre les insurgés. Ils ont également décidé de former une coalition armée qui a pour mission de défendre la ville des miliciens. Des habitants de quartiers aleppins se sont aussi mis à former des comités populaires pour le même objectif.

    Manifestation hostile aux miliciens

    Manifestation pour Bachar Assad en AustralieDes centaines d’habitants, dont des femmes, de la région Katerdji située à l’est d’Alep ont manifesté contre l’ASL et lancé des pierres en direction des miliciens qui avaient occupé par la force l’école du quartier pour en faire leur siège. « Les hommes armés ne jouissent d’aucun sympathie dans notre quartier ; nous refusons qu’ils le transforment en champ de bataille pour leurs maitres, les Arabes du pétrole et agents d’Israël », a dit Bakri Bakkari, habitant du quartier et membre de l’un de ses grandes tribus Bakkari pour le site Arab Press.

    En Australie, manif pour Bachar al-Assad

    Des centaines de personnes selon l’AFP, plus de 7000 mille selon Arab Press ont manifesté dimanche à Sydney, en Australie, en faveur du régime syrien de Bachar al-Assad, et contre toute intervention extérieure dans le conflit.
    A l’appel du groupe « Ne touchez pas à la Syrie », les manifestants appartenant à différentes nationalités, syrienne et arabes dont beaucoup de familles, ont traversé la ville, brandissant drapeaux syriens et pancartes clamant « La Syrie est notre pays, Bachar est notre dirigeant » ou remerciant la Russie et la Chine pour leur véto contre les projets de résolutions du conseil de sécurité.
    La marche a pris fin près du bureau du chef de la diplomatie australienne Bob Car ou les manifestants ont condamné les positions de son pays « hostiles à la Syrie ».

    Positions des opposants : Appels à l’extermination.. à l’État islamique

    Ce que les miliciens font tout bas, un opposant présenté comme étant une intellectuel syrien, Abdel Razzak Eid les a appelés tout haut à le faire avec méthodologie, exigeant l’extermination des partisans du régime.
    « Revenez à votre bon sens historique et national, lorsque les bandes d’Assad nous combattent sur notre terrain, nous devons les combattre sur le leur, quelque soient les séquelles qui en découlent sur les innocents », a-t-il dit. Selon lui, le fait de mener la bataille à la base de la loi du talion ne leur permettra ni géopolitiquement, ni démographiquement de la mener à bien sans qu’ils ne soient abolis ou exterminés », en allusion sans doute au fait que la communauté alaouite est minoritaire.

    D’autre part, un chef militaire de la brigade Farouk à Homs de la milice de l’ASL, et l’ancien officier de l’armée syrienne, le lieutenant Mohammad Kassem a déclaré que le but final du combat mené par les insurgés est d’instaurer un Etat islamique, fustigeant la laïcité qui selon lui n’a rien fait de bon pour son pays. Dans une lettre publiée sur des sites syriens de l’insurrection il écrit : « c’est quoi donc cette laïcité que vous prônez ? Vous voulez séparer la religion de la vie sociale et vous contenter de la vie ici-bas, et oublier l’Au-delà ? Nous n’avons pris les armes et offert tant de sacrifices et des milliers de martyrs que pour élever la parole d’Il n’y a de dieu que Dieu ».

    Un journaliste détenu en Syrie par des « jihadistes » britanniques

    Jeroen Oerlemans Un photographe britannique, John Cantlie, détenu dans un camp « jihadiste » en Syrie pendant une semaine avec un collègue néerlandais, a affirmé dimanche qu’une partie de ses ravisseurs venait du Royaume-Uni.
    « Ils étaient en tout environ 30, une douzaine parlaient anglais et neuf avaient l’accent londonien », écrit John Cantlie dans le Sunday Times.

    Le Britannique avait été enlevé le 19 juillet avec le photographe néerlandais Jeroen Oerlemans dans le nord de la Syrie. Tous deux ont finalement été libérés par l’Armée syrienne libre (ASL) le 26 juillet, selon leurs récits.
    Juste après sa libération, M. Oerlemans avait déjà indiqué qu’il n’y avait « aucun Syrien présent » dans ce camp jihadiste.
    « Ils venaient du Pakistan, du Bangladesh, du Royaume-Uni, de Tchétchénie », a détaillé John Cantlie sur la BBC, ajoutant que certains de ses ravisseurs britanniques étaient particulièrement « vindicatifs ».

    Interrogé, le Foreign Office a indiqué « prendre très au sérieux les affirmations et informations selon lesquelles des Britanniques sont parmi des combattants étrangers en Syrie ». « Nous surveillons la situation d’aussi près que possible », a indiqué un porte-parole du ministère.
    « La détérioration de la sécurité en Syrie laisse un espace dangereux », a encore indiqué ce porte-parole. « La solution réside dans une action internationale énergique pour résoudre la crise », a-t-il dit.

    Le photographe britannique, qui a été blessé au bras par des tirs de ses ravisseurs lors d’une tentative d’évasion, tandis que son collègue néerlandais était touché à la hanche, indique qu’il a finalement été libéré grâce à l’intervention de quatre membres de l’ASL.
    John Cantlie a également raconté avoir eu les yeux bandés et avoir été menacé de mort à plusieurs reprises. « A un moment ils ont même commencé à aiguiser des couteaux pour une décapitation. C’était terrifiant », a-t-il dit sur la BBC.
    Le photographe, entré en Syrie par la Turquie, décrit dans le Sunday Times ses ravisseurs comme des « jihadistes prêts à mourir dans une guerre sainte contre (Bachar al-) Assad, des islamistes fondamentalistes ayant la mission de convertir les mauvais musulmans à la charia ».

    Sur le terrain : Avancée à Salaheddine

    Les miliciens dans le quartier SalaheddineSur le terrain, la télévision arabophone Mayadine a assuré vers 16 heures (13H GMT) que l’armée syrienne est entrée dans la rue 15 du quartier Salaheddine, transformé en bastion pour les miliciens. L’information est confirmée par la télévision AlAlam qui signale pour sa part que l’armée régulière réalise des avancées dans ce quartier. Et par le site aleppim taht-l-mijhar selon lequel l’avancée s’est faite à partir du quartier Hamadaniyeh. Selon ce site, les miliciens tentent d’occuper la citadelle d’Alep où des accrochages violents ont lieu.

    Dans la nuit de samedi à dimanche des combats ont eu lieu à proximité de l’hôpital Martini qui avait été occupé par les milices de l’armée syrienne libre. Ayant été pris de court par l’armée régulière au barrage qu’ils avaient édifié à côté du centre hospitalier, les miliciens se sont retranchés dans l’hôpital même, semant la terreur et le chaos.

    Samedi, Arab Press a fait part de violents accrochages entre les forces gouvernementales et les miliciens dans le quartier Meridien pendant près de trois heures au bout desquelles les miliciens se sont retirés après avoir subi des pertes. Le site affirme que l’armée a bombardé le siège de « Jabhat-Nusrat » (Al-Qaida) situé dans le quartier Chaar à l’est d’Alep et a tué 5 miliciens dans la place Akioul, situé à la porte Hadid, quartier du vieux Alep. Les autres miliciens qui tentaient de s’emparer du siège du commandement de la police et des passeports ont pris la fuite, assure Arab Press. Il est également question d’un nombre indéterminé de miliciens tués dans les quartiers Hamadaniyyé, Sukkari, et aux alentours du siège de la radio et télévision syrienne que les insurgés ont tenté aussi d’occuper. Une source officielle a affirmé pour l’agence Sana que les informations sur la prise de ce bâtiment par les insurgés sont fausses.

    La télévision syrienne a pour sa part indiqué que des miliciens ont aussi été abattus dans le quartier Khan-Assal, sans en préciser le nombre.

    Version AFP-OSDH-ASL

    Selon l’OSDH, l’armée pilonnait dimanche le quartier Salaheddine, le principal bastion des miliciens et livrait combat aux insurgés dans d’autres quartiers de la ville. L’organisme fait état de 2 miliciens tués dans le quartier Zahraa, a proximité du quartier général des renseignements aériens.
    Pour sa part un colonel de la milice de l’ASL, rapporté par l’AFP, dit que « l’aviation et l’artillerie ont bombardé plusieurs secteurs tenus par les rebelles, notamment les quartiers de Chaar et Sakhour dans l’est et ceux de Salaheddine et Seif al-Dawla, dans l’ouest ».
    Ces bombardements sont les « plus violents (signalés) depuis le début de la bataille mais l’armée de Bachar (al-Assad) n’a pas réussi à avancer », a affirmé à l’AFP le colonel Abdel Jabbar Oqaidi, chef du commandement militaire de l’ASL (composée de déserteurs et de civils armés) d’Alep.
    Parallèlement aux bombardements, les combats faisaient rage à Salaheddine et Seif al-Dawla, deux quartiers tenus par les rebelles, qui affirment contrôler la moitié de la ville.
    Selon des journalistes de l’AFP sur place, « la situation semble figée. Les combattants de l’Armée syrienne libre (ASL, formée de déserteurs et de civils ayant pris les armes) et soldats loyalistes se battent certes violemment à Salaheddine mais chacun attend encore la grande offensive promise par le régime ».
    Après des opérations audacieuses leur ayant permis ces derniers jours de s’emparer de commissariats à Alep, les rebelles avaient attaqué pendant la nuit le bâtiment de la télévision d’Etat, avant d’être bombardés par l’aviation et de devoir se retirer, selon l’OSDH.
    L’agence Sana a confirmé l’attaque, rapportant que « les terroristes ont attaqué des civils et le bâtiment mais les soldats l’ont défendu ».
    L’OSDH a fait état de 129 morts — 76 civils, 36 soldats et 17 rebelles — à travers le pays. La majorité des civils ont été tués à Deir Ezzor (21), dans la province de Damas (20), à Hama (11) et à Alep (11).

    Révélations de la presse turque

    Un journal turc a révélé selon le journal libanais Al-Bina que « près de 5000 combattants ayant subi des entrainements intensifs dans la base américaine Engerlik dans le gouvernorat d’Adana au sud de la Turquie ont été dépêchés dans les territoires syriens pour y combattre l’armée régulière ».

    Ailleurs

    Justement du côté d’Idleb, limitrophe de la Turquie, une dizaine de miliciens ont été tués, dont leur chef connu sous le nom Akram Baghl alors qu’ils tentaient de s’infiltrer en Syrie, via la région Janoudiyyé, frontalière du 00 Iskenderun.
    Du côté de Homs, un dépôt d’armements et d’engins explosifs appartenant aux insurgés a explosé À l’aube de ce dimanche dans le quartier Jourte-Chiyah, tuant selon Arab Press un nombre indéterminé de miliciens et détruisant des bâtiments avoisinants.

    Juillet, mois le plus sanglant , selon l’AFP

    La plus grande partie de la province de Deir Ezzor, limitrophe de l’Irak, est entre les mains des insurgés et la ville-même de Deir Ezzor a été vidée de 70% de ses habitants, selon l’OSDH qui tire ses informations d’un réseau de militants et de témoins.
    Alors que juillet a été le mois le plus sanglant en 16 mois de révolte, selon l’OSDH, le Comité international de la Croix-Rouge a demandé aux belligérants de respecter « pleinement » le droit international humanitaire.
    L’Assemblée générale de l’ONU a adopté vendredi à une large majorité une résolution déplorant l’impuissance du Conseil de sécurité dans ce conflit, une critique implicite à l’égard de Moscou et Pékin qui y ont bloqué tous les projets de résolution condamnant le régime de Bachar al-Assad.
    Face à l’échec de la diplomatie ayant conduit le médiateur international Kofi Annan à jeter l’éponge, Paris a dit vouloir profiter ce mois-ci de sa présidence du Conseil de sécurité pour concentrer les efforts internationaux sur l’aide humanitaire.
    Le Premier ministre qatari Cheikh Hamad Ben Jassem Ben Jabr Al-Thani, dont le pays est très critique envers le président Assad, a indiqué pour sa part que les Etats arabes n’accepteraient pas de nouveau médiateur pour la Syrie si sa mission ne consistait pas à assurer un transfert du pouvoir.

    http://www4.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=74131&frid=18&seccatid=37&cid=18&fromval=1

  14. Ararat dit :

    Très intéressante vidéo. Très bonne analyse.

    http://www.youtube.com/watch?v=A-4T48llv7Q&feature=share

  15. Djazaïri dit :

    Rien sur la Syrie ce soir aux JT de FR3 et de TF1. La campagne médiatique contre la Syrie s’essoufflerait-elle?

    • Avic dit :

      Faut pas rêver. En pleine guerre, aucune désertion ne peut être tolérée. C’est juste un jour de permission avant de repartir au combat. Demain, ils retourneront au front comme les autres.

    • El Fel dit :

      Pourquoi veux-tu qu’il y ait quelque chose sur la presse française ou sur les TV.
      Les médias en France c’est la pétasse du sionisme ceci est connu.

  16. Cécilia dit :

    Alep

    Le renfort arrive pour secourir les terroristes de Liwa al-Tawhid à Salahdi comme le dit le terroriste de la vidéo qui se présente comme le chef de la katibat Anssar al-Sunnah (Défendeurs des sunnites).

    La vidéo est intitulée « Des nouvelles kataébes pour la brigade al-Tawhide » :

    http://www.youtube.com/watch?v=Wn00CTDIFEk&feature=plcp

    Et dans une autre vidéo, ils disent que le renfort arrive à Liwaa al-Tawhid à Salahdin :

    http://www.youtube.com/watch?v=zw-vxvTCgmw&feature=youtu.be

    • Cécilia dit :

      Alep

      Voilà comment Salahdin a été transformé par Liwaa a-Tawhid, non seulement un champ de bataille mais de ruine après avoir chassé les habitants pendant que d’autres par le menace et l’intimidation. Pourtant, la télé syrienne a lancé des appels aux habitants pour ne pas quitter chez eux.
      Salahdin est quasi vide de sa population. Par ailleurs, il n’est pas le seul quartier.
      Faute de pouvoir affronter l’armée syrienne, ces terroristes prennent position parmi les civiles.

      Sur les murs, on peut lire « liwaa al-Tawhid », Allah O Akbar » …

      La vidéo qui vient des rebelles de Tawhid est intitulée « Salahdin, excellent reportage de la première ligne du front »

      http://www.youtube.com/watch?v=x58C6TrzNIY&feature=youtu.be

  17. mécréante dit :

    Lundi 6 août 2012 à 8h15 sur France-Info :
    Intervention du Porte-parole du Collectif pour la Syrie, Monsieur Bassam Tahan

    Quelqu’un pour nous le raconter ? Je suis en déplacement pour le boulot !

  18. Mancuso dit :

    Bonjour à tous et longue vie à la Syrie et aux Syriens

    Je tenais à vous faire profiter de cette lecture, trouvée sur le site « COMITE VALMY » elle émane d’un prêtre Syrien, le Père Elias Zahlaoui.

    Edifiant même si cela risque de ne pas faire progresser d’un iota le destinataire.

    Je nourrissais le vague espoir de voir définitivement tournée, la politique de cirque de votre burlesque prédécesseur. À vous écouter, je me suis rapidement surpris à m’interroger sur le bienfondé de mon attente. Il m’a fallu vite déchanter. Je restais ébahi devant votre visage bon enfant, pendant que vous vous permettiez de prononcer des jugements péremptoires, sur tout et sur tous, sans la moindre nuance, ni hésitation.

    Mais quand je vous ai entendu parler de la Syrie et de son président, j’ai bien cru entendre la voix même des Maîtres qui vous ont juché sur ce premier poste de France, dans l’unique but de mener à bien le projet de destruction de la Syrie, que votre prédécesseur a été incapable de conduire jusqu’au bout.

    Pour une première à la Télévision, c’en était bien une ! Je vous attends de pied ferme, lors des tout proches désenchantements des français. Pour ma part, vieux connaisseur de la France et des français, je me suis surpris à me dire : quelle dégringolade, depuis le départ du Général de Gaulle !

    Mr le Président, Avant de poursuivre, il est une coïncidence historique que je me dois de vous signaler, et que vous ignoriez sans aucun doute. Sinon vous auriez évité de vous laisser interviewer, un 29 Mai ! En effet, il est un autre 29 Mai, au cours duquel la France s’est misérablement déshonorée.

    C’était en 1945. En ce jour même, la France « MANDATAIRE », s’est permis de bombarder le Parlement Syrien à Damas, pour, ensuite, laisser ses soldats noirs, assassiner les 29 gendarmes, en poste, dans ce haut-lieu de la démocratie. Le saviez-vous ?

    Mr le Président, N’est-il pas temps, pour la France, et, donc, pour vous-même, de réfléchir pour de bon sur cette ignoble politique qui, depuis 1916, année des accords aussi secrets que honteux, appelés depuis « Accords Sykes-Picot », la conduit sur les ordres du Sionisme, à détruire la Syrie et le Monde Arabe ? N’y avait-il de clairvoyant et de noble, dans toute la France d’alors, que Mr Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères, pour avoir donné à votre Consul Général à Beyrouth, Mr Georges Picot, en date du 2 Novembre 1915, en prévision de ces accords, cette consigne claire et perspicace : « Que la Syrie ne soit pas un pays étriqué… Il lui faut une large frontière, faisant d’elle une dépendance pouvant se suffire à elle-même » ?

    Pour une Syrie « se suffisant à elle-même », et telle que l’avait, déjà, tracée, en 1910, une carte géographique émanant de ce même ministère des Affaires étrangères, vous devez savoir ce qu’il en fut, après qu’elle fût amputée, au Nord-Ouest de la Cilicie, au Nord-Est de la région de Mardine, dans ce qui est l’Irak actuel, de Mossoul, à l’Ouest du Liban, au Sud de la Jordanie et de la Palestine, pour être décapitée, en 1939, d’Antioche et du golfe d’Alexandrette, offerts en cadeaux à la Turquie !

    [...]

    Mr le Président, Il est aussi une question capitale, que je me dois, en tant que citoyen arabe de Syrie, de vous poser, ainsi qu’à tous les « leaders » occidentaux : « Pourquoi vous faut-il systématiquement assassiner les peuples arabes et musulmans ? »

    Vous l’avez déjà fait en dressant, entre 1980-90, l’Irak contre l’Iran, cet Irak, dont le malheureux Saddam Houssein se faisait traiter de « Grand ami », tant par Donald Rumsfeld que par Jacques Chirac ! Ce fut aussitôt après, le guet-apens du Koweït, entraînant la guerre contre l’Irak, suivi d’un blocus de (13) ans, qui a causé à lui seul, d’après les rapports américains mêmes, la mort de 1.500.000 enfants irakiens ! Ce fut ensuite la chevaleresque « guerre contre le terrorisme »… en Afghanistan ! Aussitôt suivie d’une nouvelle guerre contre l’Irak.

    Quant à l’immortelle épopée de l’OTAN, en Lybie, conduite par « le général-philosophe », Bernard Henri Lévy, elle vint, à nouveau, compléter ces horreurs, sous prétexte de protection des droits de l’homme ! Et voici que, depuis 15 mois, tout l’Occident s’acharne contre la Syrie, oubliant une infinité de problèmes très graves, à commencer par le Conflit israélo-arabe, qui menacent, réellement, la survie de l’humanité !

    Or, toutes ces tragiques politiques occidentales, vous les pratiquez sans honte et sans vergogne, sous couvert de tous les mensonges, de toutes les duplicités, de toutes les lâchetés, de toutes les contorsions aux Lois et Conventions Internationales. Vous y avez en outre engagé ces Instances Internationales, que sont les Nations-Unies, le Conseil de Sécurité et le Conseil des droits de l’homme, alors qu’elles n’ont existé que pour régir le monde entier vers plus de justice et de paix !

    Seriez-vous donc, en Occident, en train de nourrir l’espoir stupide de mettre fin de cette façon à l’Islam ? Vos savants et vos chercheurs ne vous ont-ils pas fait comprendre que vous ne faites que provoquer un Islam outrancier, que vous vous obstinez d’ailleurs à financer, à armer et à lâcher avec nombre de vos officiers, un peu partout dans les pays arabes, et surtout en Syrie ? Ne vous rendez-vous pas compte que ce faux Islam se retournera, tôt ou tard, contre vous, au coeur de vos capitales, villes et campagnes ?

    Pour tout cela, laissez-moi vous rappeler, moi simple citoyen de Syrie, que cet Islam que vous armez et dressez contre le Monde Arabe, en général, et la Syrie, en particulier, n’a rien à voir avec le véritable Islam, celui-là même que la Syrie a connu, lors de la Conquête arabe, ainsi que l’Égypte et, enfin, l’Espagne. Faut-il vous rappeler que les historiens occidentaux, dont des historiens juifs, ont dû reconnaître que l’Islam conquérant s’est révélé être le plus tolérant des conquérants ?

    Ou ne seriez-vous, leaders occidentaux, dans vos différents pays, repus d’opulence et de « grandeur », que les vils exécuteurs des projets sionistes, depuis ces fameux Accords Sykes-Picot, et l’ignominieuse « Promesse Balfour », jusqu’à ce jour, et pour longtemps, semble-t-il, toujours empressés d’apporter à Israël, tous les soutiens possibles, connus et secrets, à tous les niveaux, aussi bien politiques et diplomatiques, que militaires, financiers et médiatiques ?

    Oui, pourquoi vous faut-il assassiner et détruire des peuples entiers, pour qu’ISRAËL, SEUL, puisse enfin vivre et survivre ? Est-ce de la sorte que vous cherchez à réparer votre terrible complexe de culpabilité vis-àvis des juifs, dû à un antisémitisme plus que millénaire et proprement occidental ? Vous faut-il le faire au prix de l’existence même de ces peuples arabes et musulmans, au milieu desquels les juifs avaient mené une vie quasi normale, faite de cordialité, voire, de riche collaboration ?

    Si mes interrogations vous paraissent exagérées ou outrancières, permettez-moi de vous prier de lire ce qu’ont écrit sur l’emprise du Sionisme aux États-Unis, des hommes comme John Kennedy et Jimmy Carter, et des chercheurs courageux et connus, comme Paul Findley, Robert Dole, David Duke, Edward Tivnan, John Meirsheimer, Stephen Walt, Franklin Lamb, et surtout Noam Chomsky.

    Pour ce qui concerne l’emprise du Sionisme en Europe, je m’en tiens aujourd’hui à la France seule. Vu la responsabilité qui est la vôtre, vous est-il permis d’oublier ou d’ignorer ce qu’ont, si courageusement, écrit : Roger Garaudy, Emile Vlajki, Pierre Leconte, Régis Debray, et surtout les juifs Michel Warshawsky, Stéphane Hessel, Serge Grossvak et le Professeur André Noushi ?

    Si par impossible, tous ces noms ne vous disaient rien, laissez-moi vous rappeler quelques noms si connus en Israël même, qu’il serait malhonnête de les ignorer et d’ignorer ce qu’ils ont osé dire depuis quarante, voire, cinquante ans, et certains bien avant la « création » d’Israël : Martin Buber, Albert Einstein, Yshayahou Leibowitz, Israël Shahak, Susan Nathan, Tanya Rheinhart.

    Pour finir, laissez-moi vous rappeler un texte trop connu pour passer inaperçu. Il date du mois de février 1982. À lui seul, il constitue et condense l’implacable dictat sioniste, imposé depuis des dizaines d’années, à toute la politique occidentale. Il a paru dans la revue sioniste « KIVOUNIM », publiée à Jérusalem. Il s’agit d’un article intitulé « Stratégie d’Israël dans les années 1980″, et il porte la signature de Mr Oded Yinon. Je me contente d’en citer un seul paragraphe, reproduit (p.62) dans un livre récent, intitulé « Quand la Syrie s’éveillera… », paru, à Paris, chez Perrin, en 2011. Ses auteurs sont Richard Labévière et Talal El-Atrache. On y lit textuellement :

    « La décomposition du Liban en cinq provinces, préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier, y compris l’Égypte, la Syrie, l’Irak et toute la péninsule Arabe. Au Liban, c’est un fait accompli. La désintégration de la Syrie et de l’Irak en provinces ethniquement ou religieusement homogènes, comme au Liban, est l’objectif prioritaire d’Israël, à long terme, sur son front est ; à court terme, l’objectif est la dissolution militaire de ces États. La Syrie va se diviser en plusieurs États, suivant les communautés ethniques, de telle sorte que la côte deviendra un État alaouite chi’ite ; la région d’Alep un État sunnite ; à Damas, un autre État sunnite hostile à son voisin du nord ; les druzes constitueront leur propre État, qui s’étendra sur notre Golan peut-être, et en tout cas dans le Hourân et en Jordanie du Nord. Cet État garantira la paix et la sécurité dans la région, à long terme : c’est un objectif qui est maintenant à notre portée ».

    [...]

    Mr le Président, Pour finir, laissez-moi vous prier vivement de chercher à vous rendre personnellement compte, de tout ce dossier, et à mesurer la responsabilité que vous y assumez, avant qu’il ne soit trop tard.

    Un ami, prêtre français, fin connaisseur de la Syrie, le Père Jean-Paul Devedeux, vient de vous écrire en ce jour même. Sa lettre est une invitation pressante qu’il vous adresse, pour une meilleure connaissance des Arabes, en général, et de la Syrie, en particulier. L’enjeu est de taille.

    Veuillez, donc, vous libérer du « rôle » que vous êtes en droit de rechercher, et, surtout, de celui que l’on cherche, immanquablement, à vous imposer.

    La Syrie, « seconde patrie de tout homme civilisé » comme l’a si bien dit votre grand savant « André Parot », et terreau de toutes les civilisations, mérite une visite. Elle ne manquera pas de vous étonner, et même de vous captiver. Ayez le courage de la connaître de près. Vous en reviendrez porteur d’un projet de politique nouvelle, clairvoyante et juste, faite d’équilibre humain, qui repose sur les droits et devoirs de TOUS, à l’égard de TOUS ! La vie, la liberté et la dignité sont, pour TOUS !

    Nouveau Président de la France, Je vous souhaite d’en prendre l’initiative. Vous n’y serez pas perdant autant que vous l’êtes, en ce moment, et moins que vous le serez demain, si vous vous défilez !

    Mr le Président, En vous confiant cet espoir, je vous dis mon respect.

    Pr. Elias ZAHLAOUI Église Notre-Dame de Damas Koussour – Damas

  19. Cécilia dit :

    Louis

    Un article assez important vient d’être publié le 5 août, par le magasine britannique Dailymail, intitulé « Britain secretly equipping Syrian rebels with latest satellite phones to help topple Assad », La GB fourni secrètement aux rebelles syriens les derniers téléphones satellites pour les aider à renverser Assad.

    je me permets de donner un bref résumé en français en attendant votre article.

    - Cette fourniture de la dernière génération de téléphones mobiles fait partie de la mission du Foreign Office et utilisés par le ministère de la Défense, sont conçus pour des environnements exigeants et sont résistants aux chocs, la poussière et l’eau.

    - Selon les experts militaires, la présence de fonctionnaires du Foreign Office et la fourniture de formation et d’équipement à l’opposition syrienne signifie que les forces spéciales britanniques sont susceptibles d’être installées en Syrie.

    - Les équipes de la SAS et SBS sont censés être en fonction dans un Etat voisin à la Syrie.

    - Richar Kemp, ex-commandant britannique de l’Armée et un ancien membre du Comité du gouvernement du renseignement interarmées dit: «Le gouvernement du Royaume-Uni ne peut pas apporter un soutien concret aux rebelles sans une présence à l’intérieur de la Syrie car les responsables du Foreign Office qui assurent la liaison avec l’opposition a besoin d’une protection rapprochée de forces spéciales.

    - « Après tant de sang versé, il est alimenté par une soif de vengeance » dit le journaliste en parlant d’un ASL.

    « le militant me dit que ce n’est pas seulement le président Assad qu’on veut tuer, mais tous ses amis les Alaouites », dit le rebelle.

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2183869/Britain-secretly-equipping-Syrian-rebels-latest-satellite-phones-help-topple-Assad.html

  20. Algerien dit :

    l’algerie est aussi infiltre par ces voyou, ils ont acheté plusieur maison a oran

    • Abbou dit :

      Cela m’étonnerait, car la loi algérienne interdit aux étrangers (mis à part les binationaux et les représentations diplomatiques) de posséder des biens immeubles en Algérie.

  21. EAUX TROUBLES dit :

    « Minoritaire au sein d’une rébellion éclatée, la mouvance islamiste sunnite profite de la radicalisation du conflit syrien pour avancer ses pions. Et le temps travaille pour elle. »

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/syrie-l-ombre-du-djihad_1151561.html