• Décryptage
  •  

Depuis deux jours, à la "faveur" - on ne voit pas quel autre mot utiliser en la circonstance - du drame de Houla, les médias sortent providentiellement de leurs tiroirs un "plan secret" de l'administration Obama de nature assure-t-on à assurer une issue politique à la crise syrienne. C'est parti du New York Times, un des organes centraux du néoconservatisme gauchard made in America, et cela a traversé l'Atlantique aussitôt. Le Point, par exemple, nous donne ainsi des éclairages sur [...]



L’intox grossière du plan « secret » Obama

Par Louis Denghien,



Camp David, le 18 mai 2012 : Obama sans doute en train de faire rire Medvedev avec son "plan secret" pour la Syrie

Depuis deux jours, à la « faveur » – on ne voit pas quel autre mot utiliser en la circonstance – du drame de Houla, les médias sortent providentiellement de leurs tiroirs un « plan secret » de l’administration Obama de nature assure-t-on à assurer une issue politique à la crise syrienne. C’est parti du New York Times, un des organes centraux du néoconservatisme gauchard made in America, et cela a traversé l’Atlantique aussitôt. Le Point, par exemple, nous donne ainsi des éclairages sur ce plan « secret » autant que miraculeux. En fait, il s’agirait de proposer aux Russes décidément incontournables le gentlemen’s agreement suivant : vous lâchez Bachar mais on garde à la tête de l’État syrien certaines personnalités du Baas, histoire de garantir une certaine continuité dans le changement, et aussi par la même occasion les intérêts militaires et économiques de Moscou dans le pays. Selon le NYT, c’est un conseiller d’Obama, Thoma Donilon, qui aurait été présenter cette option aux dirigeants russes, voici trois semaines. Et le projet aurait été ensuite testé sur  Dimitri Medvedev, devenu entre-temps Premier ministre du président Poutine, lors du récent sommet du G8 à Camp David. Le NYT cite un « haut fonctionnaire » américain qui assure que Medvedev se serait montré « réceptif » mais, s’inquiétant du sort de Bachar aurait de lui-même évoqué la situation peu enviable d’Hosni Moubarak enfermé « dans une cage » ; alors, Barack Obama, pour le rassurer ou étouffer ces scrupules, aurait préconisé pour le président syrien une exfiltration-exil sur le modèle expérimenté par l’ex-président yéménite Saleh. Simple, mais il fallait y penser !

Rien de nouveau – ni de sérieux – sous le soleil de Washington

Tellement simple d’ailleurs, qu’on y a déjà pensé : au début de l’année, la Ligue arabe avait remanié son plan de paix anti-syrien en proposant, toujours dans le but de vaincre l’hostilité russe au Conseil de sécurité, d’écarter du pouvoir Bachar – cantonné dans un vague rôle honorifique – et de donner la réalité du pouvoir à son vice-président,lequel conduirait des négociations avec le CNS. Naturellement, Medvedev, Poutine et Lavrov avaient vu la Ligue arabo-qatarie venir de très loin et celle-ci avait dû remettre son plan dan sa djellaba. Aujourd’hui, c’est à peu près le même scénario que propose le staff d’Obama à Poutine/Medvedev/Lavrov, et on ne voit pas comment ceux-ci pourraient faire à cette version-là un meilleur accueil. Parce qu’aujourd’hui comme il y a trois ou quatre mois, la ficelle atlantiste est trop grosse, et qu’aujourd’hui comme il y a trois, quatre, cinq, six mois ou un an, le départ de Bachar serait le signe de l’effondrement de l’État syrien et le top de départ à une subversion d’ampleur dans le pays et au-delà de ses frontières. Et que la Russie ne s’est pas engagée dans l’affaire syrienne comme elle l’a fait depuis des mois pour risquer de tout perdre sur une hypothèse aussi « aventureuse », et reposant sur l’honnêteté intellectuelle et politique des Américains !

Mais évidemment, la presse occidentale ne va pas chercher si loin et, à la suite du New York Times, véritable « autorité morale » de la corporation, Le Point assure que ce  » plan B » sera au menu des discussions entre Poutine et Obama lors de leur prochaine rencontre, en juin. Le président américain s’engageant à garantir le maintien d’une influence russe en Syrie, un fois Bachar parti. C’est tellement énorme que même Le Point se sent obliger de citer l’avis d’un spécialiste de la Russie, Philippe Migault, chercheur à l’IRIS,qui rappelle cette évidence : « Le rôle des États-Unis a toujours été de diminuer au maximum l’influence de Moscou au Moyen-Orient ». En effet… Mais Le Point va recueillir aussi l’avis « autorisé » de M. Ignace Leverrier, diplomate français en disponibilité – mais sorte de consul honoraire permanent de l’OTAN -, animateur d’un blog antisyrien hébergé par Le Monde, et pour qui la Russie, en acceptant enfin de voter une résolution condamnant le gouvernement de Damas, s’est « engagée dans un cycle de sanctions« . Sans doute pour mieux défaire ce qu’elle s’est acharnée à construire et à préserver depuis des mois en Syrie et au Proche-Orient. On peut dire qu’avec Leverrier, la « syriologie » a trouvé son M. Norpois (personnage de diplomate nul et pontifiant créé par Proust pour les besoins de sa Recherche du temps perdu) !

Tout ceci s’inscrit, sans complot aucun, dans une énième tentative américaine de contourner l’infranchissable obstacle russe sur la route de la Syrie – et donc de l’Iran. C’est de l’intox, de la guerre psychologique du registre le plus grossier. Comment croire que Poutine, qui a depuis la Libye et même bien avant, une perception aigüe du rôle et des ambitions de la thalassocratie américaine, va se « laisser avoir » par le numéro de charme et les « assurances » d’un Obama qui risque fort d’être supplanté à la Maison Blanche par un fou furieux républicain sioniste du calibre de Mitt Romney ? Lâcher la Syrie c’est, pour la Russie, « se griller »diplomatiquement aux yeux du monde entier, alliés comme ennemis.

Au fait, maintenant que ce « plan secret » s’étale sur tous le sites de la planète internet, que va dire Poutine à Bachar ?  Que c’est du sérieux ? Non, ce n’est pas sérieux, et il faut vraiment que les Américains soient à bout de ressources – et les journalistes européens  complètement lobotomisés – pour croire et faire croire à ce genre de « révélations ».



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

24 commentaires à “L’intox grossière du plan « secret » Obama”

  1. Rima dit :

    Ouf!!! Merci Infosyrie pour cet eclaircissement, bien qu’on soit devenu blinde a toute sorte d’intox depuis plus d’un, on ne peut pas s’empecher de s’inquieter a chaque fois et de craindre le pire.

    • Purpan dit :

      C’est bien. Continuez comme ça InfoSyrie !

    • RoyL dit :

      > Merci Infosyrie

      Tout a fait!!!

      Lire ici aussi:

      http://www.voltairenet.org/Syrie-que-dit-la-Conseil-de
      Les mécanismes de la propagande
      Syrie : que dit la Conseil de sécurité ?
      par Thierry Meyssan, 28 mai 2012

      [C]’est un artifice classique de propagande de présenter une
      opinion particulière comme une vérité consensuelle, de sorte que
      ceux qui la contestent ont l’impression de se marginaliser.
      Appliquant ce mécanisme à la Syrie, la presse occidentale et du
      Golfe attribue mensongèrement à l’ONU toutes sortes de positions
      qui ne sont pas les siennes. Décryptage… [...]

      • theflowerpower dit :

        « (…) Le fait de condamner le massacre de Houla ne signifie pas que l’on accuse le gouvernement syrien d’en être coupable. En ce qui le concerne, le gouvernement de Damas a été le premier à condamner ces atrocités qu’il impute à son opposition armée. Une manifestation contre les crimes des groupes armés a immédiatement été organisée dans la capitale par des pro-Assad. Pour le moment, tous les protagonistes ont condamné le massacre, aucun ne l’a revendiqué.

        Le fait d’affirmer que le gouvernement syrien est responsable du massacre ne signifie pas qu’on l’accuse d’être coupable. En vertu du principe d’indépendance et de souveraineté, un gouvernement est responsable de tout ce qui se passe sur son territoire. L’affirmation de cette responsabilité est une reconnaissance de ses prérogatives pour répondre à l’événement. Le propos du Conseil de sécurité signifie exactement l’inverse de ce que feignent de croire les médias : il affirme que le gouvernement syrien a le devoir d’intervenir pour protéger sa propre population, que l’usage de la force est légitime. (…) »
        http://cort.as/227-

  2. papyelian dit :

    M louis Denghien
    Nous sommes a Alep depuis une semaine et continuons a nous tenir informes grace a vous.Cela complete ce qui se dit ici.
    Pouvez vous transmettre notre e mail a no pasaran , nous serons dans son quartier a Damas les 10 et 11 juin et souhaitons la saluer si elle n y voit pas d inconvenient
    Merci a vous
    Clavier sans accent en Syrie….petit probleme mineur…

    • Akyliss dit :

      Bonjour Papyelian,
      je crois que NoPasaran se trouve en Belgique…

    • kegan dit :

      Cher Papyelian
      Parev yeghpayr djan
      Puis je vous demander quelle ligne aerienne vous avez utilisé pour vous rendre à Alep?

  3. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    Voilà la fibre démocratique qui se met à vibrer chez les Yankees.
    Les Syriens – pas plus que les autres peuples de la région – n’ont pas leur mot à dire.
    Les Yankees, après les Britanniques en 1917, veulent décider pour eux.
    Cela fait partie de leur mission civilisatrice. (pourquoi ne pas civiliser, d’abord, l’Arabie wahhabite ?)

    Cela fait un siècle que l’on a, dans la violence, imposé une tutelle sur les pays du Moyen-Orient.
    Pour le piller, le disloquer et y semer la discorde, puis la haine et le cancer du terrorisme.
    Puis offrir une terre sans peuple aux pauvres sionistes persécutés partout, qui ont la nostalgie du retour dans un pays désert où ils feront renaître un paradis, une nouvelle civilisation puis répandront la paix sur la Terre.

  4. Charles dit :

    Soulignons que le Conseil de sécurité n’a pas émis de résolution dans les dernières 24 h, mais a approuvé une simple déclaration de son Président, et que cette déclaration ne « condamne » pas le gouvernement syrien, en ce sens qu’elle ne lui attribue pas la responsabilité du massacre de Houla, comme voudraient le faire les ennemis de la Syrie. (Les citations au style indirect laissent parfois passer des choses inexactes qui seraient mieux entre guillemets.)

  5. sowhat dit :

    dans le roman de Proust Norpois était un diplomate borné et pédant – sous des dehors aristocratiques. Ignace Leverrier alias M. Glassman alias Candide était un obscur vacataire au ministère français des affaires étrangères qui a occupé un poste documentaliste à l’ambassade de France en Syrie à la fin des années 1990 et qui a été recyclé depuis le début de la crise syrienne dans l’intox et la désinformation moyennant dons généreux du Qatar. Il se prétend spécialiste de la Syrie et il est présenté comme tel par le quotidien Le Monde. Il ne faut guère plus de quelques secondes à un vrai spécialiste de la Syrie pour révéler ses mensonges.

  6. vilistia dit :

    20:16 28/05/2012
    MOSCOU, 28 mai – RIA Novosti

    Les opposants syriens résidant à l’étranger souhaitent qu’une force de paix soit déployée en Syrie, a déclaré dans une interview à RIA Novosti un ancien membre du Conseil national syrien (CNS), Walid al-Bounni.

    « Nous voulons qu’un contingent armé de maintien de la paix soit présent en Syrie, car le président Assad ne respecte ni règles ni accords. Il est indispensable d’exercer une pression sur lui par différents moyens afin de mettre un terme aux assassinats d’opposants », a indiqué M. al-Bounni.

    Les Nations unies n’envisagent pas pour le moment d’envoyer des « casques bleus » en Syrie.

  7. sowhat dit :

    Mais ce plan existe comme il existe d’autres plans. Les voyous-coalisés essaient alternativement ou simultanément plusieurs plans contre la Syrie … qu’ils sont les uns comme les autres impuissants à réaliser. Au final et toujours dans la logique perverse de cette guerre contre la Syrie qu’ils ne peuvent pas endosser, au final les intox ne font que montrer l’impuissance des coalisés à réaliser leurs plans. Plus ce genre d’intox se répète, plus ils seront discrédités. Tous les gens doués bon sens vont se dire : mais enfin on a eu 15 mois de révélations de ce genre (c’est-à-dire d’intox) et maintenant ? ET MAINTENANT IGNACE ?

  8. antarès dit :

    « … reposant sur l’honnêteté intellectuelle et politique des Américains ! »
    Mettant un message d’avertissement avant de balancer une phrase pareille, j’étais en train de boire un verre d’eau et j’ai failli m’étouffer de rire.

    • betehem dit :

      le principe de la souveraineté de l’Etat. Il ne doit pas être affaibli, même si ce serait commode pour la réalisation de certains objectifs politiques immédiats, y compris le but de gagner une élection. Se donner cela comme objectif revient simplement à mettre l’ordre mondial en danger.

      Et les exemples d’attaques sur le principe de la souveraineté ont été Extrait de votre article, Loubnan, que j’ai hautement apprécié :

      … « nombreux au cours des dernières années. Parmi elles, les opérations militaires contre des gouvernements étrangers contournant le cadre des Nations Unies, les déclarations sur la perte de légitimité de tel ou tel régime politique par des gouvernements étrangers et non pas par le peuple du pays, l’introduction de toutes sortes de sanctions collectives contournant les institutions internationales.

      Tout cela n’améliore pas la situation dans le monde ; les opérations militaires précipitées dans d’autres pays finissent généralement par provoquer l’arrivée de radicaux au pouvoir. » …

      Oh, que c’est vrai.
      Merci d’avoir posté cette ref.

  9. Souriya ya habibati dit :

    19:03 28/05/2012
    RIYAD, 28 mai – RIA Novosti
    http://fr.rian.ru/world/20120528/194863745.html

    Les insurrections populaires au Proche-Orient et en Afrique du Nord, baptisées « printemps arabe », dureront encore longtemps, a déclaré à RIA Novosti le vice ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, représentant spécial du président russe pour le Proche-Orient.

    « Les révolutions arabes se poursuivront pendant longtemps. Malgré le départ de certains chefs d’Etat, la situation dans la région ne s’est pas améliorée. La vie économique se dégrade, la production régresse, le chômage s’accentue, provoquant une nouvelle vague de protestations. Or, l’ancien président n’est plus là. Sur qui rejeter la faute? Les insurgés commencent à chercher des coupables parmi eux, et la révolution s’engage alors dans une nouvelle étape: celle de querelles intestines », a indiqué M. Bogdanov.

    Depuis le début du « printemps arabe », la Russie appelle à un règlement politique des conflits et à une réconciliation des belligérants, affirme le diplomate, soulignant que Moscou demeure fidèle à ses partenaires.

    « Notre approche n’est pas guidée par la conjoncture politique. Et quand nos partenaires occidentaux nous invitent à nous mettre du bon côté de l’Histoire, on a l’impression qu’ils vont eux-mêmes à l’encontre de la marche de l’histoire. Aujourd’hui ils soutiennent une partie; demain, ils soutiendront une autre. Je pense que nos amis arabes sont de plus en plus conscients que nous ne les trahirons pas », a déclaré l’émissaire du président russe.

    A titre d’exemple, il a cité la position des Etats-Unis, qui n’ont pas hésité à prendre parti contre le président égyptien Hosni Moubarak après l’avoir soutenu pendant des dizaines d’années.

    Ce qui me plaît surtout dans le propos de Bogdanov est :
    « Notre approche n’est pas guidée par la conjoncture politique. Et quand nos partenaires occidentaux nous invitent à nous mettre du bon côté de l’Histoire, on a l’impression qu’ils vont eux-mêmes à l’encontre de la marche de l’histoire. Aujourd’hui ils soutiennent une partie; demain, ils soutiendront une autre. Je pense que nos amis arabes sont de plus en plus conscients que nous ne les trahirons pas », a déclaré l’émissaire du président russe ».

    Allah est Grand

    • sowhat dit :

      constat lucide forcément eh oui car nous avons d’un coté des gens rompus au matérialisme dialectique et qui ont ont une solide culture historique étayée par une théorie puissante, l’anti-capitalisme marxiste, pas seulement les russes mais aussi les chinois et quantité d’autres et de l’autre coté nous n’avons en Occident guère mieux que le suprémacisme white crassement ignare, le « chaos constructeur » et le « choc des civilisations » …

    • betehem dit :

      Ah ! Donc il y a plein de bonnes raisons de garder espoir, malgré les atrocités actuelles, plutôt démoralisantes.

      • Souriya ya habibati dit :

        Mais bien-sûr betehem, il ne faut JAMAIS se démoraliser sur le dossier syrien.. Le problème pour les AMIS non-arabisants est qu’ils sont enfermés dans la bulle médiatique.. rouleau compresseur.. qui veut imposer une seule doxa criminelle…
        Heureusement qu’il y a Infosyrie – sans oublier, tous nos amis traducteurs (rices) qui font des efforts titanesques – et les autres médias alternatifs.
        Il faut faire confiance betehem, Souriya Allah hamiha = la Syrie est protégée par le Seigneur Dieu.

  10. Mohamed Ouadi dit :

    Voilà une vidéo qui montre ce qui semble s’être passé à Houlé, une explosion, des hommes armés de RPG qui se déplacent avec calme, au milieu des cris habituels d’Allah Akbar. Cette vidéo a été mise en ligne sur daylymotion, par Syriatruth, le site de l’opposition radicale, le 28.05.2012 :
    http://cort.as/224A

  11. RoyL dit :

    > C’est de l’intox, de la guerre psychologique du registre le
    > plus grossier

    C’est peut être même PLUS QUE de l’intox: ils sont en train
    d’*INSTRUMENTER*^1 l’entière infrastructure du soi-disant monde
    occidental — EN VUE aussi du prochain rendez-vous secret du
    Bilderberg Group, qui devrait avoir lieu en Virginie du 31 Mai au
    3 Juin.

    Et par Bildeberg, prière de comprendre ça: « le Bilderberg est une
    création de l’OTAN, » lire ici:

    http://www.voltairenet.org/Ce-que-vous-ignorez-sur-le-Groupe
    Ce que vous ignorez sur le Groupe de Bilderberg
    par Thierry Meyssan, 9 avril 2011

    Qu’ils

    > soient à bout de ressources

    C’est très probablement vrai — de là le danger pour nous aussi
    (pour faire une analogie, se sauver d’un bateau qui coule PENDANT
    QU’IL COULE, c’est un des moments les plus dangereux et choses
    difficiles a faire: il y a des débris et du cordage qui nagent
    dans l’eau partout, de l’huile qui flotte ou brule, le vent et
    les vagues qui les poussent et projettent contre les bords; le
    bateau est incliné — qui a déjà monté sur un bateau un peu de
    taille pour savoir comment ça peut faire de la hauteur? — les
    vagues, la tempête, le froid, etc.).

    ***

    1. http://jargonf.org/wiki/instrumenter
    Le Jargon Français 4.1 – dictionnaire d’informatique

    instrumenter – Ajouter à un système existant, souvent un
    logiciel, un instrument de mesure rendant compte, à mesure de son
    fonctionnement, de certains de ses états internes successifs.

    Cela consiste par exemple en l’ajout, dans un endroit du code
    source du programme à examiner où l’on souhaite connaître ce qui
    se trame lorsque la machine l’exécute, d’un appel à une fonction
    affichant un message révélant l’endroit où elle se trouve et le
    contenu, au moment de son exécution, de diverses variables.

    Voir aussi loger, capturer.

  12. sorisharif dit :

    Le Figaro change le lieu de naissance d’Assef Shawkat pour justifier son analyse sur une vengence des allaouites des villages voisins de Houla .
    Car pour information ,Shawkat,est originaire de village Madhaleh à quelques km de la frontière Libanaise dans le gouvernorat de Tartous à 100KM de Houla .
    Le Figaro :>>Ce nouvel acte de vengeance peut être relié également aux rumeurs d’empoisonnement d’Assef Shawkat, le beau-frère de Bachar el-Assad, qui est originaire d’un village voisin de Houla. «Houla est entourée de villages alaouites (la minorité qui soutient le régime, NDLR), poursuit Balanche. Il ne faut pas exclure que, comme après la tentative d’assassinat de Hafez el-Assad (le père de Bachar) au début des années 1980, qui avait été suivie d’une tuerie ordonnée contre une prison de Palmyre, des miliciens pro-régime aient voulu, cette fois encore, se venger.»

    • fatima dit :

      Le figaro a des analyses bizarres qui mènent toujours à la discrimination et à la communautarisme !! Ce n’est pas nouveau, sa façon d’agir est la même depuis la guerre du Liban.
      Par contre, le journaliste n’a pas visionné le video sur le site de « syriatruth » qui montre claire et net que ce sont les gangs armés qui ont commis cette atrocité.!! . De plus, Al Houla est bourrée des gangs, aucune personne ne peut y entrer ? comment un alaouite peut entrer dans une zone bien protégée par les criminels des golfistes et des occidentaux.
      Il fallait que ce con journaliste réfléchisse un peu ? mais il est bloqué comme la majorité dans ce pays.
      Je tiens à vous signaler que les gangs de « farouk » a brulé la citadelle des Cracs des chevaliers!!! sur le site « syriatruth »!! suite au massacre de Houla !!!

  13. farah dit :

    Bonsoir,
    Il est temps maintenant que l’armée syrienne prennent les choses en mains.
    Ce jeu a assez duré