• Décryptage
  •  

  L'AFP et ses pairs sont bien obligés de le reconnaître : avec 21 tués, l'armée syrienne a connu mercredi 2 mai ses plus lourdes pertes depuis l'instauration du cessez-le-feu le 12 avril. 15 militaires, dont deux colonels, ont péri dans une embuscade dans la province d'Alep, et six autres dans des affrontements ou attaques dans la région de Damas. À partir de là, nos médias vont-ils continuer à mettre systématiquement le gouvernement syrien en accusation ? Probablement, car il n'entre [...]



Violence en Syrie : les petites diversions des médias d’ici

Par Louis Denghien,



Obsèques de 15 militaires, victimes des bandes armées, le 2 mai...

... mais pour les bobos d'I-Télé, seule l'"agression" toulousaine de l'agent qatari Anouar Malek mérite d'amples développements !

 

L’AFP et ses pairs sont bien obligés de le reconnaître : avec 21 tués, l’armée syrienne a connu mercredi 2 mai ses plus lourdes pertes depuis l’instauration du cessez-le-feu le 12 avril. 15 militaires, dont deux colonels, ont péri dans une embuscade dans la province d’Alep, et six autres dans des affrontements ou attaques dans la région de Damas. À partir de là, nos médias vont-ils continuer à mettre systématiquement le gouvernement syrien en accusation ? Probablement, car il n’entre pas dans leur « logiciel » éditorial de disculper, si peu que ce soit, Bachar al-Assad et de mettre en cause, même ponctuellement, ses opposants. D’ailleurs, la même AFP relaie aujourd’hui une accusation de l’ONG américaine Human Rights Watch selon laquelle l’armée aurait tué « au moins 95 civils » quelque part dans la province d’Idleb « peu avant l’instauration de la trêve » : on voudrait noyer le poisson de la violence des bandes armées, chaque jour plus difficile à nier, qu’on ne s’y prendrait pas autrement !

De son côté, I-Télé, décidément égale à elle-même, a consacré, jeudi 3 mai, dans une édition matinale de son journal trois minutes aux malheurs d’Anouar Malek. Ce nom ne vous dit rien ? Alors plongez dans les archives d’Infosyrie : Anouar Malek est cet Algérien participant, en décembre dernier, à la mission d’observation de la Ligue arabe en Syrie, et qui s’en était retirée avec fracas, accusant devant les micros empressés d’al-Jazeera ses collègues de servir la propagande de Bachar. La démission de Malek avait été bien sûr aussi très médiatisée ici, nos journalistes étant trop heureux de participer à la disqualification, planifiée par les Américains et leurs amis français et européens, d’une mission qui aboutissait à une mise en accusation des bandes armées de l’opposition.  Rappelons que la mission du général soudanais al-Dabi comptait 165 membres, et que M. Malek était assez isolé dans ses critiques, seulement trois autres observateurs ayant démissionné, pour raisons non politiques. Le général al-Dabi avait d’ailleurs accusé Anouar Malek d’être resté à l’hôtel pendant son séjour syrien, prétextant son état de santé. Par la suite, et comme par hasard, notre « juste », connu pour ses liens passés avec les terroristes du G.I.A. et condamné pour trafic de drogue dans son pays d’origine, s’était réfugié au Qatar, pour s’y faire « soigner« . Apparemment il est depuis revenu dans son exil français, à Toulouse où, nous raconte I-Télé, la haine vigilante et tenace des Bacharistes l’a rattrapé : l’homme s’est plaint d’avoir été agressé par un inconnu qui l’a accusé d’avoir menti sur la Syrie et d’être un traitre, l’a frappé au visage  et menacé de mort. Notre courageux défenseur de la démocratie a donc demandé une protection policière. Voilà de quel non événement les bobos atlantistes d’I-Télé prétendent nous informer, eux qui restent des plus évasifs sur la vraie violence, celle des bandes armées qui ont tué près d’une centaine de soldats et de policiers, et pas mal de civils, en trois semaines de cessez-le-feu !

Heureusement, l’expérience a montré que les journalistes français pouvaient travestir la réalité mais demeuraient impuissants à la modifier. À entendre les potiches ou les « spécialistes » d’I-Télé, Bachar al-Assad et pratiquement chaque jour depuis un an à la veille de fuir son pays. Et l’on peut être sûr que si, par extraordinaire, le président Hollande décidait de modifier la position de la France sur la Syrie, nos journalistes modifieraient à leur tour leur ton et leurs commentaires. Ca se passe comme ça dans le monde merveilleux de l’information continue d’expression française !



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

50 commentaires à “Violence en Syrie : les petites diversions des médias d’ici”

  1. lafleuriel dit :

    nuit de violence à Alep: Contacté par téléphone ce matin, la famille dont une partie habite dans l’avenue qui longe l’université et dont l’appartement surplombe le campus, et une amie dont l’appartement est situé non loin, Chabbah, sur l’autre face, nous racontent qu’ils ont vécu une fin de nuit d’angoisse et de peur. A 4 heures du matin des étudiants résidents à la Cité ont commençé à manifester aux cris de Allah wa Akbar et mon amie précise qu’un étudiant pour être martyr s’est jeté du 5e étage du bâtiment des garçons. Il y a eu ensuite des affrontement avec des tirs sans arrêt pendant au moins une heure, de quatre heures du matin à 5 heures…Tout le quartier a été réveillé par ces tirs et ce matin les ambulances passent ;.mais je n’ai pas plus de précision parce que les gens sont chez eux..Un autre parent qui habite plus près du centre , près de l’hôpîtal Al Razi dit qu’il y a eu aussi des explosions toute la nuit. Voilà les dernières nouvelles reçues d’Alep

    • Souriya ya habibati dit :

      Bonjour chère Madame,
      Je ne sais si quelqu’un a déjà posté ce lien, il s’agit de photos d’un terroriste qui était en train de préparer une charge explosive à Alep, quartier Al Azzamié.. La charge lui a explosé à la figure, précipitant son passage chez les houris fi aljanneh..
      Le lien relate les témoignages des gens; pour les non-arabisants, les photos suffisent
      http://www.arabi-press.com/?page=article&id=34438
      صُور حصرية لعربي برس: إرهابي ينفجر خلال تحضيره عبوة ناسفة في حلب

  2. Mohamed Ouadi dit :

    Bonjour Louis et Infosyrie,
    Excusez – moi cet écart, mais, malheureusement, force est de constater, qu’en matière de journalisme, de nos jours, il y’a des journalistes qui se respectent, malgré leur nombre limité, et des professionnels de la prostitution médiatique, et bien sûr des entremetteurs et des maisons closes, dans le domaine, à côté de criminels de l’opinion, car au lieu d’utiliser des armes à feu pour tuer, ils utilisent leurs stylos et leurs microphones, qui sont autant si ce n’est plus meurtriers ! Et je m’efforce de rester poli et respectueux, parce franchement beaucoup se sont fait traîner dans la boue de la honte, et dans la marre du sang syrien, et dans la bassesse et sont en passe de perdre tout mérite à être respectés si l’irrespect n’est pas d’ores et déjà consommé !!

    • Mohamed Ouadi dit :

      Traduction pour Infosyrie d’une analyse du Général Amine Hoteit :

      Quel nouvel plan américain en Syrie ? Et quel rôle pour le Liban ?
      Général Amine Hoteit / 03 Mai 2012

      Depuis la conduite états-unienne de l’agression contre la Syrie, en mars 2011, Washington se débat d’échec en échec, et les résultats sont à l’opposé des objectifs fixés par ses plans qui ont revêtu trois aspects :
      - Du plan de reproduction du scénario libyen, par la fabrication d’un mouvement populaire interne, sur lequel s’appuie la ligue arabe pour justifier une intervention otanesque, après une résolution du conseil de sécurité sous l’article 7 ;
      - Au plan des tâches d’huiles terroristes à instaurer dans des zones isolées et fermées, dans un premier temps, avant de s’étendre à l’intérieur syrien jusqu’à dévorer le pays, de long en large, et faire chuter le régime ;
      - A la menace d’une intervention de l’OTAN, en solo, en dehors du conseil de sécurité, sous prétexte de la bataille de la défense d’un de ses membres, la Turquie, après l’instauration de têtes de ponts, dans les zones voisines, et des couloirs sécurisés et protégés militairement, avec un feu vert international, explicite ou tacite, sans oublier la manœuvre de la provocation d’un coup d’Etat militaire qui va abréger le temps et réaliser les objectifs …
      Autant de plans adoptés par l’administration américaine, au long des quatorze derniers mois de l’agression contre la Syrie et qui ont été soldés par l’échec et n’ont, pratiquement, réalisé que la mort et la destruction, dans le territoire syrien, avec des pertes qui ont touché le peuple syrien, en entier, sans être qualifiés de victoire ou de réalisation de plans américains.

      Par contre, la fermeté syrienne, face à l’agression américaine a conduit à la chute du projet du nouvel ordre mondial unipolaire, sous direction américaine, (ce qui est une catastrophe stratégique que les Etats-Unis ne peuvent compenser), et a conduit à la mise en panne de la ligue arabe, considérée comme un instrument américain utilisé dans plusieurs affaires concernant sa politique relative à la question palestinienne et au conflit avec l’Iran, en passant par la question du Soudan, et autres, pour appliquer ses décisions à travers la ligue. En plus du recul de la capacité américaine à exercer des pressions dans des dossiers internationaux importants, par lesquels elle menace ses rivaux, tel que le dossier nucléaire pacifique iranien, la question des armes de la résistance au Liban, l’affaire de l’assassinat de Rafiq Al Hariri et le tribunal spécial pour le chantage au Liban, utilisé par Washington comme une brigade judiciaire « israélienne » de poursuite de la résistance, autant de pertes américaines à ajouter aux cas d’instabilité en Egypte, en Libye et en Tunisie, pays dont les dirigeants ont été chutés et où l’administration américaine est intervenue pour contenir le changement et l’orienter selon ses politiques, mais, jusqu’à présent, la perte n’est pas encore compensée et les choses restent ouvertes sur toutes les éventualités, dont celles qui ne sont pas favorables à la politique américaine.

      A la lumières des résultats, Washington considère que la résignation à l’échec est à la taille de la perte d’une troisième guerre mondiale, menée par l’occident, sous son commandement, une défaite dont les retombées ne se limiteront pas aux frontières syriennes, ni aux frontières du moyen orient, petit ou grand, mais elle va se traduire par la limitation de la place américaine, à l’échelon mondial, c’est pourquoi nous croyons qu’il est extrêmement dur pour Washington d’admettre sa défaite et d’accepter l’échec, en Syrie.

      D’un autre côté, l’administration américaine se rend compte que la solution pacifique, promue présentement par Annan, va consolider la position stratégique de la Syrie, avec des capacités supplémentaires, après concrétisation des pôles internationaux, qui dépassent l’axe de la résistance et de l’opposition auquel appartient la Syrie, ce qui signifie que la réussite de l’initiative pacifique d’Annan, sous les auspices de l’ONU, est une consécration polie de la défaite américaine. Car, Washington n’a pas mené son agression contre la Syrie pour la démocratie ou la réforme – qu’elle n’accepte d’ailleurs pas dans le tiers monde, parce que leur instauration signifie sa mise à la porte de ces pays – mais elle ne visait qu’un seul objectif : changer la position de la Syrie, politiquement et stratégiquement, et détruire l’axe de la résistance, et liquider la question palestinienne, selon les intérêts US-Sionistes. Si l’agression prend fin sans réaliser ses objectifs, la défaite serait signée et ne peut être réparée par une réforme dont profite le peuple syrien.

      Sur le plan des capacités américaines et des possibilités d’élaborer des plans de rechange, l’administration américaine se rend compte, parfaitement, qu’elle n’a pas une équipe sur place, en Syrie, sur laquelle elle peut parier pour prendre le pouvoir, à la lumière de l’effritement des oppositions, et de leurs luttes intestines, et de leurs carences populaire et directionnelle, comme il n’y a pas de capacités effectives ou de conditions objectives qui peuvent pousser le peuple syrien dans la guerre civile, en plus du fait que les forces militaires syriennes, cohérentes, sont à un niveau de force qui les rend capables de faire échouer tout pari sur leur contrainte à se plier, à se rétracter ou à renoncer à l’exercice de leurs fonctions de maintien de la sécurité et de l’ordre, et de la défense et de la protection des citoyens. A ajouter à cela que les américains sont entrés ou sur le point de l’être, dans les deux prochains mois, dans la dernière ligne de la course électorale présidentielle, qui ne va plus leurs laisser suffisamment de temps pour s’occuper de la gestion d’un dossier de l’ampleur et de la gravité de la question syrienne.
      C’est pourquoi il semble que Washington a adopté, en Syrie, un plan « B », dont les objectifs sont au nombre de trois, à réaliser en deux étapes :
      - La première par des opérations terroristes qui vont épuiser les forces militaires et les catégories populaires pour les user et les affaiblir ;
      - La seconde pour lui donner le coup de grâce, politiquement et militairement, au cas où la première phase réussisse.

      Alors que les objectifs de ce plan sont :
      1. Eviter de montrer les Etats-Unis dans l’apparence de la défaite et de l’échec ou incapable et à court d’initiatives.
      2. Empêcher la stabilité de la Syrie, parce que cette stabilité suggère le triomphe du régime existant et de son gouvernement dans sa bataille défensive, lui et ses alliés régionaux, et empêcher le succès du pouvoir syrien à assécher les cellules armées (compter sur la mission des observateurs), et l’empêcher de contrôler la rue et d’avancer dans le processus des réformes (entraver les élections).
      3. Empêcher le succès de l’initiative d’Annan dans la solution politique, tout en évitant la déclaration précoce de son échec, pour gagner du temps.
      4. Préparer les forces nécessaires à utiliser, en temps opportun, après les élections présidentielles.

      Quant à la traduction du plan sur le terrain, elle se fera par :
      1. La poursuite de la politique de distribution des rôles entres les composantes du front de l’agression contre la Syrie, pour montrer une équipe avec la solution pacifique et une autre équipe avec l’armement et l’action militaire.
      2. Intensifier les opérations terroristes d’assassinats et de destruction et de bombardements, pour punir le peuple syrien pour avoir adopté son régime politique et son mouvement de processus de réformes, et pousser le peuple à désespérer de la capacité du pouvoir à rétablir le contrôle sur la situation.
      3. Intensifier l’importation des mercenaires et des armes en Syrie, pour pouvoir ouvrir, ultérieurement, des fronts de combats et tracer des lignes d’affrontements internes qui vont justifier l’appel à des forces d’interposition et de dissuasion, à l’instar des forces de dissuasion arabes au Liban, en 1976, ou des forces étrangères en Yougoslavie ( A rappeler que le général Mood est expert en la matière, car il n’a pas tardé de déclarer qu’il a besoin de 5000 observateurs armés, avec des moyens de transports aériens et des véhicules blindés terrestres).
      4. Masser les forces militaires sur les frontières avec la Syrie, pour les impliquer au moment opportun à l’intérieur de la Syrie.

      Et, conformément à ce plan, se sont accrus les opérations terroristes contre les civils et se sont intensifiés les attaques contre les militaires syriens, et les opérations d’importations de mercenaires et de contrebande d’armes (dont la dernière a été le bateau arraisonné au Liban), et c’est ici que commence le rôle central du Liban dans le plan américain, étant donné l’importance du nord du Liban que Washington veut transformer en une base militaire, logistique et opérationnelle, pour recevoir les mercenaires et les armes de l’extérieur et les introduire en Syrie, et c’est la raison de la visite d’un expert dans la gestion des crises moyen orientales, Jeffrey Feltman, dans une mission d’intimidation et de sollicitation qui vise à :
      - Freiner l’intervention de l’armée libanaise dans les opérations de contrebandes d’armes, et soutenir l’opposition armée syrienne à partir du nord Liban, et clore le dossier du bateau d’armes saisi, et empêcher la récidive des opérations similaires, et éviter l’exploitation de la question du bateau à n’importe quel niveau, interne ou international, et particulièrement avec Annan (les fuites font état de la menace d’arrêter les aides américaines au Liban ou de les doubler selon la position de ce dernier).
      - Mobiliser l’équipe américaine au Liban (14 Mars), et organiser ses rangs pour tenir la zone nord et lui offrir les possibilités nécessaires au retour en force à reprendre le pouvoir après les élections de 2013, en empêchant l’adoption d’une loi électorale qui permettra une représentation correcte qui, inéluctablement, va maintenir l’équipe américaine en dehors du pouvoir exécutif (la première rencontre de Feltman avec Joumblatt qui refuse la proportionnelle dans la loi électorale est un message clair à ce sujet).
      Ainsi, Washington veut gagner du temps et entraver la solution et la stabilité en Syrie, et veut que le Liban la soutienne, et rendre le pouvoir à son équipe, et en un mot, Washington veut compenser ses défaites par la porte libanaise, et dit aux libanais « brûlez-vous pour me sauver », et bien que nous ne voyons pas de possibilités sérieuses pour la réussite du plan américain contre la Syrie, nous craignons les aventures risquées des fous du Liban qui pourraient obéir aux américains, et ce sera l’embrasement qui ne va épargner personne.

      Article d’Amine Hoteit, publié le 03 mai, sur facebook et traduit pour Infosyrie par Mohamed Ouadi
      Source : http://www.facebook.com/photo.php?fbid=406987609321304&set=a.279553445398055.69041.279535285399871&type=1

  3. lafleuriel dit :

    je veux ajouter à propos d’Alep comment la France amie on ne plus autodéclarée et avec force  » la meilleure amie du peuple syrien », traite ses chers amis. les Syriens qui veulent venir en France (dont de hommes d’affaires et d’autres « terroristes en puissance sans doute pour Mr Guéant (sic) doivent d’abord aller demander un visa à Beyrouth puisque le consulat d’Alep a été fermé…et que l’Ambassade est aux abonnés absents. ET ce visa leur est ….refusé…
    les franco syriens appellé
    Et à propos de l’Ambassade, les Franco syriens – frança voudraient bien savoir ce que devient Monsieur Chevallier (avec 2F !);..Avant de partir il a affirmé à mon amie qu’il continuerait à s’occuper d’eux et il ne la laisserait pas tomber elle et les locaux ex salariés au consulat mais encore et sans doute à Damas. Résultat;..aux dernières nouvelles elle n’était pas payée , ne saviat pas sce que deviendraient leurs emplois ?

    • lafleuriel dit :

      nouveau saut de mon ordi. et envoi incomplet :
      lire franco syriens-français de l’étranger et comme tous appelés et incités à aller voter, doivent se rendre à Beyrouth ou en Jordanie….
      et fin de phrase..ne savaient pas ce que deviendraient leurs emplois, ni ce qu’ils deviendraient…Ils ont pour certains passés le concours interne pour intégrer le corps diplomatique;..A Damas comme à Alep ces Franco syriens ont été tous (?) été ….. recalés . Difficile de croire qu’ils étaient tous ….incompétents (?) étant pour certains en place depuis une vingtaine d’années.
      Mais y a t-il encore un ambassadeur ou un responsable de la diplomatie en Syrie ? Mr Chevallier avec deux F pourrait peut-être expliquer ce qu’il va advenir à ces « amis » qu’ils avaient sous sa responsabilité. Mr Juppé tout en remplissant ses cartons et vidant son bureau, (nous l’espérons tous), a t-il- pensé au sort de ses »chers » employés, débarqués sans ménagement.
      A t-il transmis le job à Mr. Valéro sensé cour-circuité le travail de Mr Chevallier-deux-f. et jugé pas assez politiquement correct et dès le début de leur affaire syrienne ?

      • Rensk dit :

        cela date de 20 mars…

        Un extrait (qui montre l’intérêt de l’article).

        - Selon cette personnalité, l’ambassadeur de France à Damas, Éric Chevallier, dont l’ambassade vient d’être fermée et qui est rentré à Paris, a pris a parti son ministre devant ses collègues. Il a accusé Alain Juppé de ne pas avoir tenu compte de ses rapports et d’avoir falsifié les synthèses pour provoquer une guerre contre la Syrie.

        Au début des événements, en mars 2011, le Quai avait dépêché des enquêteurs à Deraa pour savoir ce qui s’y passait. Leur rapport, transmis à Paris, indiquait qu’après quelques manifestations, la tension était retombée, en contradiction avec les reportages d’Al-Jazeera et deFrance24 qui indiquaient à l’inverse que la ville était à feu et à sang. L’ambassadeur demanda la prolongation de la mission pour suivre l’évolution des événements. Furieux de ce premier rapport, le ministre des Affaires étrangères lui téléphona pour exiger qu’il le modifie et fasse état d’une répression sanglante. L’ambassadeur plaça alors le chef de mission à Deraa en conférence téléphonique avec le ministre pour lui redire qu’il n’y avait pas de répression sanglante. Le ministre menaça l’ambassadeur et la conversation se termina de manière glaciale.
        http://www.wikistrike.com/article-alain-juppe-accuse-par-sa-propre-administration-d-avoir-falsifie-les-rapports-sur-la-syrie-101969871.html

    • Mafalda dit :

      J’aimerai dire un mot sur la fa$con indigne avec laquelle sont traités les libanais demandeurs de visa au consulat français à Beyrouth.

      Tout d’abord, ce n’est même pas au Consulat que vous devez faire les démarches pour l’obtention du visa, mais chez un sous-traitant privé dont j’ai oublié le nom. Vous devez fournir un nombre illimité de documents que vous avez mis des semaines à rassembler. Mais le comble du comble, c’est qu’avant meme de commencer à présenter ces documents vous devez passer à la caisse, et l’addition est salée (je ne me rappelle pas non plus du montant), et cette somme ne vous est pas remboursée en cas de refus de visa. Vous ne pouvez même pas savoir, avant de payer, quels sont les critères qui déterminent la décision de vous accorder ou non un visa. Et vous ne le saurez pas non plus en cas de refus. C’est de l’arbitraire et de l’arnaque! Je trouve que c’est un scandale et j’aimerai savoir si le principe de réciprocité est appliqué au Consulat libanais en France. J’ai l’impression que pas du tout, et que les français peuvent entrer sans visa et gratuitement au Liban.

      • Etudiant dit :

        Aucune réciprocité sur les visas.
        Ce sont les règles des visas Schengen en réalité : le prix est identique pour toute les ambassades membre de l’espace Schengen, et il est exorbitant (60euros).
        Les Français peuvent eux rentrer au Liban sans visa pour 2mois, et à partir de là il faut renouveler le visa, en payant.

      • Rensk dit :

        Ont doit tous avoir un visa pour entrer au Liban mais, la différence c’est que nous avons des « facilitées » car nous pouvons l’obtenir à l’aéroport voir à la frontière terrestres… Mais sans visa d’Israël car sinon c’est « billet retour » sur le champs.

        Les condition de Suisse ne sont pas non plus « un rien » ( :-( )
        http://www.eda.admin.ch/eda/fr/home/reps/asia/vlbn/ref_visinf/visalb.html

        Même si vous : Les personnes effectuant un transit par un aéroport suisse sont priées de consulter le chiffre 2.1 dans l’Annexe 1, liste 2 sur le site internet de l’ODM pour déterminer si elles sont soumises à l’obligation de visa. = beurk

      • mécréante dit :

        Et bien la Syrie applique la réciprocité avec les français demandant visas !
        été 2010 on nous a demandé 3 quittances de loyer, certificat de l’employeur, billets aller retour, et je ne me souviens même plus tellement la liste était longue… Et nous ont annoncé 3 semaines de délai, alors nous ne sommes pas allés (je regrette maintenant).

        On s’était dit ils appliquent la réciprocité c’est tout.
        Ma belle Syrie rebelle qui dit non ;)

        • NO PASARAN dit :

          Mécréante, si tu veux, demande mon e-mail, je t’indiquerai 2-3 pistes pour entrer…

        • Cécilia dit :

          Mais pour nous franco-syriens, il suffit de se présenter à l’aéroport de Damas avec une pièce d’identité syrienne avec le passeport français sans visa.
          Quant à nos enfants ou au conjoint non syrien, comme dans mon cas, il peut demander le visa sur place et il est gratuit; il suffit qu’un seul parent soit syrien pour que la Syrie accorde le visa gratuit.
          Ma cousine mariée avec un Français fait la même chose, en plus c’est pratique et rapide car il y a un guichet spécial ce qu’il évite la longue file d’attente.
          Par contre, je ne sais pas s’il y a eu un changement dernièrement depuis le printemps dernier.

          • mécréante dit :

            C’est vrai ?
            pourquoi ils ne me l’ont pas dit à l’ambassade ?
            je regrette encore plus !!

          • Cécilia dit :

            Mais tu connais le dicton, « cordonniers sont les moins chaussés ! »
            Tu crois qu’ici à Marseille, le Consulat est mieux informé !!!

            J’ai de la chance d’avoir quelqu’un à l’ambassade bien informé ;) ;) ;)

          • mécréante dit :

            Héhé, moi aussi j’ai quelqu’une à l’ambassade mais j’ai pas osé l’embêter !

          • papyelian dit :

            Nous avons demandé un visa pour ma femme française au consulat de Marseille ,reçu par retour de courrier .Demande accompagnée d’une lettre précisant que je suis d’origine syrienne.Visa du 15 mai au 15 juin , nous partons le 19 avec syrianair.
            On peut leur téléphoner.
            Par le passé , nous avons pris le visa en arrivant à Damas ou Alep, cela prend au plus un quart d’heure.

          • papyelian dit :

            Petite erreur , visa du 15 avril au 15 juin

          • mécréante dit :

            Bon séjour papyelian !
            J’insisterai plus sur mes origines la prochaine fois !
            je voulais aussi prendre SyrianAir, j’avais remarqué qu’elle était mal référencé dans les agences de voyages..

  4. Sorisharif dit :

    Depuis trois jours , aucun article sur la Syrie dans Le Figaro , c’est bizarre , non !!
    En même temps ,aucune télé en France n’a montré l’attentat terroriste à Idleb .

  5. Rensk dit :

    Je ne sais si vous saviez déjà, moi je l’ai découvert qu’aujourd’hui et je pense que maryam (site d’Allain Jules)ne m’en voudra pas de copier et coller car perso : il faut que j’avale encore cette couleuvre…

    – Une incroyable vidéo d’une vente aux enchères d’un kamikaze pour un attentat-suicide contre la Syrie ! Cela se déroule dans une salle de conférence Hôtel à Djeddah, en Arabie saoudite. L’atmosphère est festive, et le public comprend des enfants. Mais la marchandise vendue aux enchères est de chair et de sang humain !
    La vidéo montre le père, Abu-Salah, participant à la vente aux enchères et qui offre son fils Khaled comme sacrifice.Le père reçoit 1,5 million de riyals saoudiens (400 000$) comme compensation pour la future disparition de son fils en Syrie. À un moment donné dans la vidéo, le père est exalté à un appel d’offres plus haut.
    Quel genre de père vend son fils ? Quel genre de personne paie pour avoir un étranger qui va se faire exploser lui-même ? Ce sont des questions aux quelles États de l’Arabie saoudite, le Golfe arabe, Obama, Hillary Clinton et les Européens doivent répondre en raison de leur soutien à ces terroristes en Syrie.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DuGhi-WlBEU

    • BWANE dit :

      Innommable et indicible. Merci Rensk.

    • lafleuriel dit :

      incroyable effectivement !Il faudrait envoyé cette video aux medias…

      • lafleuriel dit :

        envoyer, sorry !

        • Rensk dit :

          Je t’avais compris ;-) , je connais la règle ; si tu peu remplacer le truc par rôti où rôtir dans la phrase (ce qui va le mieux défini si c’est é (rôti) où er (rôtir)… mais je ne l’utilise pas toujours moi-même !

          • Rensk dit :

            PS: si aucun des deux « va bien dans la phrase », n’oubliez jamais le ez

          • lafleuriel dit :

            ben merci mais je connais les règles et tous les trucs..j’étais prof et j’écris.mais non le problème c’est que je tape à toute vitesse et tout aussitôt j’envoie par réflexe.Et on a tellement à lire et à répondre…il faut écrire et écrire sur les sites des partis dont maintenant le socialiste..j’ai eu enfin par mail une discussion avec un de leurs responsables de politique étrangère. Espérons que cela restera dans leur esprit embrumé.Il ne faut certes pas trop attendre des socialistes sur le Proche-Orient étant donné qu’ils ont encore (à défaut de DSK, de plus en plus enlisé- les Moscovici ( lui va traîner une nouvelle casserole en raison de son invitation dans le resto J’ose, ex sex-shop de la rue St denis), les Fabius et des autres. Mais ils (et Hollande en premier ) se sont tellement affichés avec morale, main sur le coeur et déclarations de bonne intention y compris avec les Palestiniens (y compris dans la réponse à mon mail) et la situation avec la montée des Frères partout et d’al Qaïda, qu cela va peut être les freiner dans leurs positions. Et puis les problèmes post élections vont les occuper.

    • Mohamed Ouadi dit :

      C’est une vidéo qui circule sur le net et qui doit connaître une plus large diffusion, c’est le retour aux temps des ténèbres, au XXI siècle :
      http://www.infosyrie.fr/actualite/les-terroristes-ont-cible-le-psns/#comment-43442

    • Rensk dit :

      Juste une tentative faite ce soir, ils disent que des enfants font partie du publique, oup’s, ce très « ancien matériel qui n’arrive pas a suivre un mouvement »… entre des mains de très riches… (suis con je sais)

      Une pareil chose arrive partout (la mise aux enchères) et partout il y a des gens qui sont « scotché » à leurs portable pour transmettre au bon moment l’ordre de miser plus… Là aussi c’est flou

      Comme ce site, je n’aimerais pas avoir été « baladé » et transmettre contre ma volonté un truc qui peu être un truc manipulé… Me manque encore trop d’info, c’est juste « la chose possible » qui m’a d’entré de jeux influencé.

    • Akyliss dit :

      je ne crois pas que ce soit vrai, ce n’est pas très logique et surtout i ly a des enfants présent et le type qui a le micro et syrien et non saoudien, c’est filmé bizaremment, on n’arrive pas à voir si les paroles qu’on entend correspondent au mouvement des levres du type au mirco, et ce serait trop beau pour être vrai ! avoir une preuve que les saouds recrute des kamikazes en faisant des ventes au encheres dans un hotel à Jeddah !!!

      cela ne me semble pas très logique

      il faut se méfier des vidéos, qui vous dit que la voix n’a pas été ajouté à cette vidéo d’une réunion qui n’a rien à voir avec un recretument de jihadiste ?

  6. Cécilia dit :

    Tunisie
    Aéroport de Carthage

    Une libanaise avec le drapeau de Hezbollah à la main et le drapeau libanais autour de cou est en colère contre les propos de Marzouqi contre Sayed Nasrallah et contre la visite du Mufti de l’OTAN, Qaradawi en Tunis.

    Elle crie aussi : Tunisie est libre, libre, vous les « urban » et traitres!
    Sayed Nasrallah est l’homme de la résistance arabe !

    il est à souligner que dans le milieu nationaliste arabe syro-libanais, Qaradawi est nommé ironiquement « mufti de l’OTAN » depuis qui l’a donné sa fatwa autorisant l’OTAN à faire la guerre en Libye allant jusqu’à dire que même le prophète allait demander l’intervention de l’OTAN contre Khadafi.
    Qaradawi a donné aussi une fatwa pour déclarer al-jihad en Syrie suivant les cheikhs d’Arabie et d’autres monarchies du gaze et du pétrole.

    http://www.youtube.com/watch?v=5qBg4eja-ss&feature=share

  7. Cécilia dit :

    « Allah Akbar », avec ce cri, les nouveaux démocrates de l’OTAN, détruisent une statue de Nasser à Beneghazi

    http://www.youtube.com/watch?v=WBei3G8ayBk&feature=related

  8. Cécilia dit :

    Alep

    L’université d’Alep est fermée jusqu’à nouvel ordre, la cité université a été évacuée aussi.

    Cela a été arrivé après une attaque d’un groupe armé contre un barrage de sécurité autour de la cité université dans la nuit de mercredi à jeudi suivie de vandalisme commis par certains étudiants à l’intérieur de bâtiment pour attirer l’attention.
    La sécurité universitaire est intervenue mais des personnes armées qui étaient dehors ont profité de la situation pour tirer de coup de feu contre les hommes de la sécurité et des étudiants tuant un étudiant et blessants d’autres. Des membres de la sécurité ont été blessés aussi.
    Pour assurer la sécurité des étudiants, la direction de l’université a décidé d’évacuer le site.

    Résumé de l’article arabi-press en date du 03 et ci-dessous, le lien :

    http://www.arabi-press.com/?page=article&id=34527

    Et un lien vidéo sur les dégâts à la cité universitaire d’Alep :

    http://www.youtube.com/watch?v=hAfgHlq4gP0&feature=channel&list=UL

    • Cécilia dit :

      Et une deuxième vidéo où dans la première partie, le service de l’ordre arrive, mais les étrangers voyous quittent l’université en toute vitesse comme nous voyons dans la deuxième partie de la vidéo :

      http://www.youtube.com/watch?v=PluATmsKuG8&feature=relmfu

      A Alep, on cherche toujours à perturber cette ville pro Syrie, pro Bachar qui est restée loin du mouvement de la contestation.

  9. NO PASARAN dit :

    Si, si ! On s’en souvient très bien d’Anouar Malek ! L’homme qui est allé « témoigner » à Al Jazeera avec son gilet fluo d’observateur !!! La seule chose qui le légitimait, en somme, ce gilet…

  10. Cécilia dit :

    Voici un article très intéressant, rédigé en arabe par Sami Kleib, sur Al-Qaïda en Syrie, ses liens avec l’opposition et les craintes des Occidentaux de son expansion.
    Citant des hauts responsables américains comme Martin Dempsey et James Cloppert, ou un grand journaliste comme Tony Btrison de l’Independent, Sami Kleib appuie sa thèse avec une analyse très fine en terminant son article par une question sur le danger de feu syrien sur le Liban, le maillon faible de la région.

    Quant à la destruction de la Syrie, les ennemis sont heureux de pouvoir battre la Syrie et l’Iran par usure.
    Si les occidentaux se trouvent dans telle position c’est parce qu’ils ont mis la barre très haut lorsqu’ils ont demandé à Bachar de partir.

    L’article a été publié dans le quotidien libanais d’Assafir, le 04 mai 2012

    Il est à souligner que Sami Kleib est un journaliste et analyste en géopolitique. Il a été rédacteur en chef du service arabe de radio France International. Il a aussi travaillé pour la chaine al-Jazeera pendant plusieurs années avant qu’il présente sa démission l’année dernière comme beaucoup d’autres.

    Et voici la traduction :

    Aujourd’hui, Al-Qaïda en Syrie, demain au Liban ?

    Si nous donnons raison aux Américains, les combattants d’Al-Qaïda sont devenus le plus dangereux en Syrie.
    Si l’on y ajoute le feuilleton des attentas de Damas à Alep qui portent la signature de cet organisme, nous pouvons dire que la guerre civile en Syrie est le but recherché et que par la suite, le Liban est menacé de devenir le champ de bataille pour les fuyllards combattants d’Al-Qaïda à travers les frontières.

    C’était la déclaration la plus claire de Hillary Clinton, ministre des Affaires Étrangères sur le BBC : »Nous savons que le chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, soutient l’opposition syrienne. Soutenons-nous donc Al-Qaïda en Syrie ?
    Hamas maintenant, soutient aussi l’opposition. Soutenons-nous donc Hamas en Syrie ?

    Madame Clinton n’allait jamais dire cela si l’un de plus célèbre chef militaire et expert dans le renseignement américain ne l’avait pas devancé dans ces analyses. Le directeur du renseignement national, James Clappert, a dit : « Les attentats d’Alep et Damas portent les empreintes d’Al-Qaïda car Al-Qaïda a infiltré l’opposition syrienne divisée ». Le général, Martin Dempsey, chef d’état-major des armées des États-Unis, a dit au CNN :  » Il y a des informations selon lesquelles Al-Qaida est impliquée et cherche à soutenir l’opposition ».

    Il y a quelques jours, des agences de presse internationales ont diffusé des propos d’un haut responsable du renseignement au Congres : « Des combattants d’Al-Qaïda luttent en Syrie au sein d’unités armées contre les forces gouvernementales ».

    Les services spéciaux syriens ont préparé des listes bien détaillées sur les membres arabes ou celles qui portent de double nationalité occidentale et arabe travaillant sous la panière d’Al-Qaïda et combattent sur le territoire syrien. Ces listes comprennent beaucoup de noms de personnes venues de pays arabe et en particulier, la Libye. Il y a, par exemple, Walid al-Bustani, membre de Fateh al-Islam, » il dirigeait un groupe terroristes » dans le village al-Husn, il a été tué par de membres de l’ASL qu’ils l’accusé d’avoir tué deux de leurs membres. Deux Libyens de Misratah ont été tué et un autre blessé au village al-Mayssar à Alep. De même, des manifestants à Douma (banlieue de Damas) ont brandi les drapeaux d’Al-Qaïda, la même choses est passé à Idleb. Et une voiture portant le slogan d’Al-Qaïda avait traversé le passage frontalier de Tal Abyad. A joutons à cela qu’après l’entrée de l’armée à Bab Amr, on a découvert des chambres et des prisons pour la torture avec des slogans appartenant à Al-Qaïda ou à des groupes qui ont des liens avec elle.

    Des sources à Damas disent que les services syriens possèdent plusieurs dossiers sur l’implication d’Al-Qaïda et que certaines informations ont été communiquées à certains pays arabes portant un message de mise en garde contre tels membres ou de les envoyer. On dit que le Liban fait partie de ces pays qui ont reçu directement cette mise en garde.

    Des proche de l’autorité syrienne vont jusqu’à dire que le service de renseignement syrien n’a pas coupé entièrement le lien avec de services de renseignements arabes ou turc pour une collaboration sur le danger de l’expansion d’Al-Qaïda en Syrie et l’infiltration de ses membres.

    Des sources occidentales ont vérifié la revendication d’Al-Qaïda de certains attentats en Syrie et c’était exacte. Pour ces sources, ce qui se passe en Syrie est une application à la lettre de l’appel de Zawahiri, intitulé « En avant, les lions de Damas ! » lorsqu’il avait appelé dans un enregistrement vidéo mis en ligne en février dernier, les musulmans de Turquie, l’Irak, Liban et Jordanie, à soutenir les Syriens qui affrontent les armées d’Assad.

    De même, les Russes ont aussi présenté des informations précises sur le danger d’Al-Qaïda en Syrie. Cela a été une des raisons qui a poussé le plus plusieurs pays parmi eux la France à renoncer à armer l’opposition à cela s’ajoute que l’opposition divisée ne donne aucune assurance à ces pays. Une source européenne sûre dit que cette opposition n’a pas pu donner un garantit sur sa capacité de contrôler les armes et les empêcher de tomber aux mains d’Al-Qaïda.

    Des dirigeants dans le CNS ont vite dénoncé Al-Qaïda considérant que les propos américains répétitifs sur l’infiltration d’Al-Qaïda pourront donner l’occasion en or au régime syrien pour en finir avec l’opposition, l’ASL et les groupes armés.

    Ce que dit l’opposition n’arrive sans doute pas aux oreilles de l’Occident sauf s’il s’accorde avec leurs propres intérêts. Les inquiétudes occidentales à propos d’Al-Qaïda ont un rapport avec les intérêts américains dans la région et avec Israël au point que certains ont déclaré que dans la région, il ne reste que l’armée syrienne et égyptienne pour faire barrage à l’expansion islamise. Il parait que ce sont les Russes qui ont suggéré à plusieurs reprises ce propos.

    Un coup d’oeil sur la presse occidentale de Washigton à Londres passant par Paris montre peut-être cette inquiétude croissante de l’Occidentale. En effet, Tony Batrison de l’Independent dit : « L’évolution de la situation en Syrie est très grave car Al-Qaaïda commence à montrer une force croissante dans une région centrale au Proche-Orient ce qui est différent dans le cas de régions isolées comme le Pakistan, le Yémen ou la Somalie et le printemps arabe peut de cette façon être influencé par les idées de Ben Laden ».

    Il y a ceux qui disent que la présence d’Al-Qaïda en Syrie rend service aux ennemis de Damas car ce n’est pas si grave que la Syrie soit noyée dans une guerre civile qui puise l’armée syrienne dans une longue guerre et faciliteras peut-être l’intervention internationale bien qu’elle exclue pour le moment sans oublier qu’avec sa dimension théologique sunnite, Al-Qaïda pourrait aussi participer à l’usure de l’Iran sur les territoires syriens. Cependant, quelques centres d’études occidentaux commencent à alerter sur de réels facteurs sur le danger de l’expansion des courants salafistes et qaïdits dans le monde arabe. Ils voient en ce qui se passe en Libye et Tunisie en passant par le Yémen et l’Egypte pour arriver en Syrie une alerte d’une probabilité que les choses soient un jour hors contrôle. Même si certains lisent les mises en garde américaines contre Al-Qaïda comme une volonté de la part de Washington de ne pas glisser dans la marais syrienne. Mais beaucoup d’autres commencent à parler d’une réelle préoccupation occidentale qui a donné à la Russie une couverture indirecte pour chercher une solution pour la crise syrienne avec ou sans Bachar à la tête de la Syrie

    le problème chez les Américains et les Occidentaux, c’ est qu’il ont mis la barre très haut en demandant à Bachar de partir et voulant faire chuter le régime syrien et ils sont devenus aujourd’hui incapables de reculer, peut-être, ils ne sont même pas satisfaits que le modèle remplaçant soit salafiste ou qaïdit. La situation sécuritaire en Syrie ne sera pas prête à terminer au jour et au lendemain; aucune solution politique à l’horizon, on veut maintenir la Syrie dans le sang et multiplier l’usure iranienne politiquement, économiquement et au niveau sécuritaire à travers la scène syrienne.

    Quant à la mission d’Anan, certains pensent qu’elle est vouée à l’échec, beaucoup d’autres attendent qu’elle échoue pour passer à une étape supérieure dans le maintien de la pression, d’autres mémorisent les opérations aériennes chirurgicales contre les Serbes de Bosnie et Paris évoque le septième article du Conseil de Sécurité de l’ONU malgré le solide barrage sino-russe.

    Ce-ci, ne sont que de mise en garde verbale pour passer le temps en attendant, en premier lieu, les élections françaises et les élections américaines par la suite et jusqu’à la découverte les nouvelles bases de relations entre les Russes et USA. Il y a plusieurs sommets et rencontres prévus entre les deux parties, les Russes vont armés d’une force intérieure et d’un grand soutien de BRICS. la seule situation qui suscite une grande inquiétude est la situation libanaise; l’armée syrienne ne peut plus reculer quelque soit le devenir de la mission d’Anan, elle va continuer ses opérations militaires contre les groupes armés qui ne vont peut-être trouver un autre chemin pour fuir que vers le Liban depuis que les frontières avec l’Irak est devenues plus contrôlables. De même, les communications avec le service de renseignements turc et jordanien ne sont pas arrêtées. Il est probable que les opérations militaires s’accentuent et s’accélèrent et dans le cas de l’échec de la mission d’Anan, il n’y a pas plus faciles et meilleurs que les territoires libanais pour les fouillards d’Al-Qaïda, mais la question qui se pose si le Liban peut gérer cette situation prochainement ?

    Dans le passé, des responsables dans le renseignement et la sécurité en Occident ont entendu déjà tels soucis de la part de leurs collègues libanais, certains parmi eux ont visité Beyrouth revenant avec un dossier détaillé sur telle probabilité extrêmement dangereuses. Le feu syrien s’approche de plus en plus du Liban mais les pompiers sont rares.

    Article de Sami Kleib, publié sur les colonnes d’Assafir, en date 04 mai 2012, et traduit de l’arabe par Cécilia pour infosyrie, le 05 mai 2012. Ci-dessous, le lien :

    http://www.assafir.com/Article.aspx?EditionId=2141&ChannelId=51163&ArticleId=334

  11. chb dit :

    Poignant témoignage d’un syrien en France (famille de Hama), pas du tout d’accord avec la propagande « révolutionnaire » sur RTL le 5 mai
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9U6_erVhd_k
    L’animateur Bourdin, qui ne s’y attendait pas, essaye de revenir à une description convenue du « régime assassin ». En vain pendant ces quelques étonnantes minutes.

  12. Cécilia dit :

    Juste un échantillon de révolutionnaires démocrates syriens et leur langage dignes de quartiers noirs pauvres de bidons villes à New York. Quant à leur programme, ils n’ont rien dans leur tête vide que d’insulte.
    Ces imbéciles avec le CNS, Qaradawi et Arour, ont rendu un grand service au peuple syrien sans le savoir. Et je continue à dire que c’est la révolution la plus stupide et la plus criminelle de l’Histoire :

    Rien à regretter pour les non arabophones car il ne s’agit que d’insultes et du vulgarité à l’encontre de Bachar, son père, sa mère, les alaouites, les chiites, les Iraniens sans parler de l’honneur chez les Arabes qui peut faire couler du sang !
    Mais à propos, mes amis démocrates, est-il autorisé en France ou USA d’insulter ainsi ?
    A ma connaissance, l’insulte et l’injure surtout à caractère racial ou religieux est un délit en France. Il faut que le gouvernement syrien instaure une loi en cette matière et imposer le respect à tout le monde pour toutes les confessions et les races en Syrie.

    http://www.youtube.com/watch?v=-ojXQ1k-D-c&feature=endscreen&NR=1