• Ré-information
  •  

Ces guerriers de l'Islam ont de l'ambition, et une fois Bachar renversé, ils s'occuperont sérieusement des "apostats" de l'ASL, avant bien sûr de régler leur compte aux croisés de Washington, de Londres et de Paris. Heureusement pour ces derniers que Bachar tient bon ! Le quotidien britannique The Guardian vient de consacrer (le 23 septembre) un long article à ces combattants islamiques étrangers qui contribuent à donner à la bataille d'Alep un caractère particulièrement inexpiable, épurateur, "djihadiste" en un mot. Apparemment, le correspondant [...]



Avec les djihadistes étrangers d’Alep (que n’a pas vus Florence Aubenas)

Par Louis Denghien,



Ces guerriers de l’Islam ont de l’ambition, et une fois Bachar renversé, ils s’occuperont sérieusement des « apostats » de l’ASL, avant bien sûr de régler leur compte aux croisés de Washington, de Londres et de Paris. Heureusement pour ces derniers que Bachar tient bon !

Le quotidien britannique The Guardian vient de consacrer (le 23 septembre) un long article à ces combattants islamiques étrangers qui contribuent à donner à la bataille d’Alep un caractère particulièrement inexpiable, épurateur, « djihadiste » en un mot. Apparemment, le correspondant du Guardian à Alep, Ghaith Abdul-Ahad, était moins distrait – ou un peu plus sérieux – que sa consoeur du Monde Florence Aubenas, qui dit n’avoir jamais rencontré de djihadistes étrangers pendant son séjour alépin. L’article est très éclairant sur les clivages entre combattants syriens et étrangers, sur la réalité des combats, et confirme globalement que la victoire de l’armée syrienne à Alep n’est qu’une question de temps.

Le reportage a dû être effectué dans la première quinzaine de septembre, et nous conduit d’Alep au poste-frontière de Bab al-Hawa, devenu lieu emblématique des (sanglantes) frictions entre ASL syriens et djihadistes étrangers.

 

 

 

Comment on devient djihadiste « syrien »

Ghaith Adul-Ahad nous présente d’abord  un chef de bande origine tchétchène, Abou Omar (dit d’ailleurs « al-Chechen ») qui commande une milice composée exclusivement d’éléments étrangers, «Les frères immigrés», lesquels œuvrent indépendamment des autres milices dirigées par les Syriens. Et sévissent dans le secteur de la cité universitaire. Parmi cette troupe, certains, selon le correspondant du journal britannique, parlent français. D’autres s’expriment en dialecte séoudien, en turc, tadjik et même en urdu (langue pakistanaise), le « basic arabic » servant de langue de commandement.

Le reportage débute alors que deux des hommes d’Abou Omar, deux frères turc viennent d’être abattus par des snipers de l’armée. Omar le Tchétchène ordonne le repli vers un abri à l’arrière du « front ». Parmi les combattants, le journaliste parle avec un Séoudien, arrivé sur les lieux voici une semaine, pour voir comment se passait vraiment le djihad en Syrie. L’homme explique qu’il lui a été facile de franchir la frontière turque à hauteur de la petite ville syrienne d’Atmeh. Lui et d’autres volontaires ont été réceptionnés, au milieu des oliveraies, par un Syrien qui gère un camp de djihadistes. Chacun des groupes de volontaires s’est vu attribuer un interprète arabophone et a eu droit à dix jours d’entraînement, portant plus sur les manoeuvres tactiques et la coordination que sur le maniement des armes, selon le Séoudien. Ensuite, les combattants ont été dispersés entre différents groupes ouvertement djihadistes, notamment Ahram al-Sham (« Les hommes libres de  Syrie ») et le fameux Jahbat al-Nusra (« Front pour l’Aide aux peuples du Levant »).

Mais certains, comme Abou Omar le Tchétchène ont été autorisés à constituer leurs propres unités. Tous ces volontaires étrangers sont désignés par les Syriens « de souche » comme les « frères turcs ». Ghaih Abdul-Ahad indique que les différence d’aptitude militaire ou paramilitaire parmi les djihadistes se sont vite imposées. De fait les « Tchétchènes » – appellation qui ne renvoie pas forcément à une appartenance ethnique mais à une expérience de combat dans cette région – sont globalement « plus vieux, plus grands », mieux équipés et plus à l’aise dans le combat. Plus à l’aise que les volontaires tadjiks ou pakistanais, avec leurs « pantalons trop courts » et leur chaussures ruinées. Le reporter britannique note que ces djihadistes entretiennent la confusion sur leur origine auprès de leurs camarades de l’ASL. Ainsi, un « blond francophone » raconte que lui et ses amis sont marocains, les Tchétchènes disent qu’ils sont turcs et les les Tadjiks qu’ils sont afghans. Il y a là aussi un groupe de Libyens arrivés de la veille, et qui ont déjà perdu un des leurs. Ils se disent étonnés par le manque de moyens militaires de la rébellion dans ce secteur : apparemment, les distributions d’armes supervisées depuis la Turquie par le CNS , l’ASL et la CIA sont bien sélectives.

Un volontaire jordanien,  jadis officier dans l’armée de son pays, ne disposerait que de 11 cartouches pour son fusil belge. Ce Jordanien assure qu’au moment de partir pour la Syrie il dirigeait une entreprise d’import-export en Europe de l’Est et qu’il a planté femmes et enfants sans dire où il allait. Il explique son engagement par ses origines… palestiniennes. Pour lui, en effet, la Syrie baasiste est responsable de la moitié des malheurs des Palestiniens – l’autre moitié étant assurée, quand même par Israël -, son armée ayant bombardé les camps de réfugiés palestiniens au Liban et ayant assassiné des dirigeants de l’OLP. Les faits incriminé remontent sans doute à fin 1976. Depuis, c’est plutôt l’armée de Hafez al-Assad qui a volé au secours d’Arafat et de l’OLP lors de l’opération israélienne « Paix en Galilée » en 1982, et c’est la Syrie qui a accueilli des dizaines de milliers de Palestinien sur son sol. Notre Jordanien va jusqu’à dire que la Syrie a  »détruit le monde arabe » depuis vingt ans. Que dire dans ces conditions des États-Unis et du Qatar ! Cette relecture aberrante de l’Histoire et de la géopolitique semble être la maladie la plus répandue chez ces djihadistes.

 

La lucidité désabusée d’un al-qaïdiste irakien

Le journaliste rencontre un autre chef de groupe djihadiste, qui bénéficie lui d’une expérience conséquente : Abou Salam est Irakien. Voici quelques années il a affronté les G.I.’s à Fallujah, une des plus rudes batailles de l’occupation américaine en Irak. Puis il a rejoint les rangs d’al-Qaïda en Irak et a mené la vie du résistant-terroriste dans plusieurs ville du pays, avant de gagner la Syrie… pour échapper à une arrestation en Irak !

Tout ce beau monde est soudain surpris par une pluie d’obus de mortier, annonciatrice d’une attaque de l’armée. Les mitrailleuses s’y mettent aussi. Abou Salam reçoit le rapport d’un Syrien qui dit qu’un lance-roquettes n’a pas fonctionné contre un char T72. L’Irakien lui rétorque qu’il ne sait pas se servir du RPG. et que lui a détruit avec la même arme en Irak des Abraham américain, bien supérieurs aux T72. Puis Salam dit à ses ouailles de faire attentions aux snipers et aux engins piégés. Avant de confier discrètement au reporter que le problème qui se pose à sa troupe ce n’est pas le manque de munitions, mais d’expérience.

Selon lui, les rebelles d’Alep sont braves mais ils ne connaissent pas la différence entre une balle de Kalashnikov et une balle de fusil à lunette. »Ils n’ont pas de commandement opérationnel, ni d’expérience ». Et Abou Salam de donner un exemple tout frais de ces dysfonctionnements rebelles : «  Les « frères turcs » ont combattu toute la nuit et à l’aube ils sont allé dormir, en laissant une ligne de  Syriens derrière eux pour se protéger. Quand ils se sont réveillés, les Syriens étaient partis et les snipers de l’armée s’étaient infiltrés. À présent, c’est trop tard. L’armée a envahi les rues du quartier et va nous submerger ».

Et très calmement, Abou Salam, le vétéran irakien d’al-Qaïda, d’expliquer : « C’est évident que l’Armée syrienne est en train de gagner cette bataille, mais on ne va pas le dire (aux rebelles). Il ne faut pas ruiner leur moral. On dira que nous tiendrons ici aussi longtemps qu’Allah nous en donnera la force et peut-être qu’il enverra une de ces puissances étrangères pour aider les Syriens ».

Retour au chef tchétchène Abou Omar. Qui tente une contre-attaque pour reprendre des positions perdues autour de la Faculté des sciences. Le reporter du Guardian indique que les soldats syriens ont suspendu leur mouvement offensif et retiré leurs blindés, déployant un rideau de tireurs d’élite. Des voitures brûlent ça et là…. Très vite, trois « Tchétchènes » sont touchés. Un quatrième, qui s’était dressé pour ajuster un blindé avec son RPG est fauché à son tour par les balles. Deux autres sont bloqués au milieu d’une place, abrités tant bien que mal derrière un mur de pierre. Après une rapide conférence, un groupe de rebelle syriens monte dans u appartement voisin pour tirer sur les snipers et dégager les Tchétchènes.Qui ne pourront regagner leurs lignes qu’une heure plus tard, à la faveur d’une accalmie, en rampant sur le sol. L’un des deux a pris un éclat d’obus dans la poitrine mais garde le sourire et le retire lui-même.

Mai Abou Omar ne sourit pas, lui : des 40 « Frères immigrés » (ou turcs) qu’il commandait quelques jours plus tôt, dix sont tombés en deux jours. Et le soir venu, le chef tchétchène adresse un ultimatum aux commandants locaux (syrien) de la rébellion : si ceux-ci ne sont pas capables de leur envoyer un nombre suffisant de combattants pour assurer leurs arrières, alors son unité pliera bagages. Quelques heures plus tard, les renforts ne s’étant pas manifestés, le groupe des Frères immigrés évacue son bout de front dans la nuit.

Le lendemain, Ghaith Abdul Ahad interroge un chef ASL à ce sujet : « Qu’ils s’en aillent, répond celui-ci, je ne leur ai pas tapé dans la main pour leur dire de venir faire le djihad et de tenir ce secteur ! » Abou Omar n’a pas obligé des ingrats !

 

ASL contre al-Qaïda à Bab al-Hawa

Dans la deuxième partie de son article, le journaliste anglais se trouve, quelques jours plus tard, au fameux poste-frontière de Bab al-Hawa, pris par des djihadistes étrangers courant juillet. Il y trouve des combattants de l’unité d’ »élite » de l’ASL, la brigade al-Farouq, rescapée de Homs, reconnaissables à leur uniforme complet et leur esprit de corps : l’unité dispose d’un certain nombre de blindés plus ou moins lourds pris à l’armée.

Non loin de là, un groupe d’une vingtaine de djihadistes fait bande à part autour d’un Égyptien barbu. Qui explique carrément à ses hommes qu’ils ont affaire à DEUX armée infidèles, l’armée syrienne et… l’ASL ! Et le barbu de dire tranquillement: : « Quand on en aura fini avec une, on s’occupera de l’autre » !

Les incidents ont débuté entre les deux tendances rebelles quand voici quelques semaines les djihadistes qui avaient pris Bab al-Hawa ont hissé le drapeau noir d’al-Qaïda sur le poste. Les hommes de la brigade al-Farouq, arrivés sur place, ont demandé à ce que ce drapeau soit amené car il déplaisait beaucoup aux Turcs, qui pourraient couper du coup une route de ravitaillement vitale pour la rébellion. Un salafiste d’al-Farouq, réglementairement barbu, a même expliqué aux fidèles de Ben Laden que leur seule présence mettrait fin à l’aide de l’OTAN. Il s’est entendu répondre que les djihadistes étaient là pour combattre l’OTAN.

Les négociations ont donc tourné court, et les djihadistes se sont déployés sur les colline surplombant Bab al-Hawa, encerclant les hommes d’al-Farouq, qui en retour ont menacé leurs « alliés » de faire usage contre eux de leurs moyens blindés. Depuis un statu-quo tendu prévaut.

Abdul-Ahad s’est entretenu avec avec le commandant local de la brigade al-Farouq, le lieutenant Abdullah Abu Zaïd. Celui-ci dit qu’il ne laissera pas se développer l’idéologie radicale islamiste, et que le régime syrien et al-Qaïda ont tous deux défiguré l’Islam. Il accuse en outre les djihadistes d’avoir pillé les bien des habitants de la région et rançonné les commerces locaux. Et dans la soirée, le lieutenant – peut-être à cause de la présence du reporter anglais – adresse un ultimatum au chef local des djihadistes, un Syrien du nom de Abu Mohammad al Abssi, lui enjoignant de vider les lieux sous peine de mort.

Le reporter rencontre ensuite Abu Mohammad, un homme d’un certain âge et peu disert, qui explique cependant qu’il combattait déjà l’armée des Assad en 1982, quand les officiers de l’ASL servaient encore le régime voici quelques mois. Il dit que c’est la « ferveur islamique » qui a fait les printemps arabes. Et que lui et ses hommes n’abandonneront pas leurs positions de Bab al-Hawa.

Épilogue : quelques jours plus tard, le corps d’Abu Mohammad a été découvert dans un fossé ; il avait été enlevé par des inconnus un peu plus tôt. Ghaithan Abdul-Ahad ne dit pas ce que sont devenus ses djihadistes. Les loups ont commencé à se manger entre eux à Bab al-Hawa.

 

Les djihadistes à Bab al-Hawa, fin juillet : ils ont assez vite ouvert un deuxième front contre l’ASL…

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

15 commentaires à “Avec les djihadistes étrangers d’Alep (que n’a pas vus Florence Aubenas)”

  1. Souriya ya habibati dit :

    Allah Souriya Bachar wbass

  2. beauvo dit :

    Reportage de la RTBF sur le ras-le-bol des Turcs frontaliers de la Syrie quant au soutien d’Ankara à l’ASL:

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=hs9mHEKrocE

  3. Charles dit :

    Ainsi donc des ASLimistes syriens se rendent compte qu’il y a en Syrie de dangereux islamistes étrangers ! Tels des Florence Aubenas, Édith Bouvier, Alain Juppé, Laurent Fabius, etc. ils ne les avaient pas vus jusqu’à présent. Et ils les découvrent, après que les médias occidentaux les ont eux-mêmes découverts. Même ceux de la brigade al-Farouq, rescapée de Homs, ne s’en étaient pas aperçu quand ils tenaient avec ces al-qaïdistes l’émirat islamique de Baba Amr.
    On ne serait pas en train de se préparer une petite porte de sortie, alors qu’on sait qu’on va perdre ? On n’essayerait pas de faire porter la responsabilité des crimes, commune à tous les combattants pour la démocratie, aux seuls frères étrangers ?
    Le 10 septembre, le chef du Haut conseil militaire de l’ASL annonçait que tout étranger portant les armes en Syrie serait traité comme un mercenaire, même s’il cherche à aider la rébellion ! Et il demandait aux combattants étrangers de quitter le territoire syrien. (Voir en espagnol http://www.rebelion.org/noticia.php?id=156546 et en arabe http://www.alwatan.com.sa/politics/News_Detail.aspx?ArticleID=112939&CategoryID=1)

    • sowhat dit :

      « Le 10 septembre, le chef du Haut conseil militaire de l’ASL annonçait que tout étranger portant les armes en Syrie serait traité comme un mercenaire, même s’il cherche à aider la rébellion »

      mais l’ASL sait très bien que l’Arabie Séoudite et le Qatar envoient via la Turquie et le Liban des milliers de combattants recrutés par leur soin dans le but de prêter assistance à l’ASL et à la pseudo-révolution syrienne. Par conséquent ce genre de déclaration n’a absolument aucun caractère sérieux et n’a aucune importance. De toutes les manières, les combattants étrangers sont piégés. A moins d’un plan d’évacuation de la part des turcs et des libanais du 14 mars, ils vont être exterminés.

  4. l'ingenue dit :

    L’islam instrumentalisé par les pires ennemis de l’islam .A savoir les potentats du golfe au service des USA et D’Israël. le réveil sera dur

  5. sowhat dit :

    cher Louis

    vous dites

    « Cette relecture aberrante de l’Histoire et de la géopolitique semble être la maladie la plus répandue chez ces djihadistes »

    pas que chez les djihadistes dont la plupart d’ailleurs ne savent ni lire ni à fortiori relire mais chez nos chers prébendiaires « républicains » qui se sont mis à vendre leur pays à l’encan à la pire racaille de la planète bien entendu en touchant au passage de grasses commissions, chez la grande majorité de nos élites qui ou se taisent ou sont complices de cette guerre ignoble contre la Syrie. Relecture aberrrante en effet.

  6. sowhat dit :

    les voilà les bachi bouzouk de la révolution syrienne !

    les corps francs turcs et les égorgeurs tchétchènes, ils sont beaux les amis des « prébendiaires perpétuels »
    vraiment ils font honneur à la France

  7. Marie-Christine dit :

    Vraiment on dirait bien que c’est une vraie foire d’empoigne chez les « frères » de la « rébellion ». Ce serait presque comique…si l’on était au cinéma…
    Vraiment que comptez-vous faire Hollade-Fabius avec de tels amis, à part entretenir le calvaire du peuple syrien ?
    Merci louis, vraiment merci pour ce compte-rendu détaillé de l’article du Guardian !

  8. Marie-Christine dit :

    La traduction complète de l’article par Mounadil al-Djazaïra

    Syrie : les combattants étrangers qui rejoignent la guerre contre Bachar al-Assad
    Ghaith Abdul-Ahad
    http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Ghaith_Abdul-Ahad.250912.htm

  9. l'ingenue dit :

    ew d’Andrej Iljitsch (…)
    Frappe contre la Syrie – cible : la Russie
    Interview d’Andrej Iljitsch Fursov
    vendredi 21 septembre 2012, par Comité Valmy

    Frappe contre la Syrie – cible : la Russie²
    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2808

  10. unknownsoldier dit :

    Ils ne savent pas ces braves gens que Tel Aviv est juste à coté ?!!
    Je dis cela dans le cas où ils voudraient en découdre !!
    Entre durs ce sera pas chose facile !! Qui tire dans le dos de l’autre !! :) ))

    Avec Aubenas ils pourraient faire de la pub pour Martini; avec eux, même sans alcool la fête est tellement folle !!! Et sans étourdissement, ni maux de têtes !!

  11. [...] Avec les djihadistes étrangers d’Alep (que n’a pas vus Florence Aubenas) [...]

  12. DIEUSWALWE dit :

    Il faudrait y mettre les instigateurs
    AUX CRAPULES EN COSTAR KENZO
    SUR MESURES
    UN CHÂTIMENT SUR MESURES

  13. ODIN dit :

    Je suis très attentivement les mouvements de guerre en Syrie. Que faut-il noter ?
    Tout d’abord la plus grande confusion dans l’organisation de rebellion au régime Syrien
    Ensuite le black-out complet, organisé par le couple Clinton/Fabius sur l’information des pertes infligées aux rebelles, ceci afin de ne pas démoraliser les combattants, et l’opinion publique occidentale.
    Il faut aussi noter l’énervement croissant des rebelles et de leurs supporters occidentaux au sujet des bombardements de l’armée syrienne. Cela signifie qu’ils (les bombardements) doivent faire très mal à la rebellion.
    Il reste quelques mystères . Par exemple, pourquoi l’armée syrienne de nettoie-t-elle pas les poches de rebelles hors des villes avec du napalm. Mode d’emploi voir US.
    Pourquoi les combattants étrangers ne sont-ils pas passés par les armes comme terroristes???(comme d’ailleurs les membres des services spéciaux occidentaux faits prisonniers.)
    Manifestement, les attentats sont réalisés par des explosifs extrêmement puissants qui à coup sûr sont livrés par les services spéciaux. Dans ce cas pourquoi ne pas rendre la monnaie de la pièce au domicile des envoyeurs ???
    Enfin que fait le FSB russe dans toute cette affaire et qu’attend – t-il pour court-circuiter les services occidentaux.??

  14. ODIN dit :

    Il est temps de dire  » Adieu à Madame CLINTON ». Si celle-ci s’etait un peu mieux occupée du Phallus casher de Bill , celui-ci n’aurait pas été obligé de solliciter Monica. Bon vent!