• Ré-information
  •  

On a longuement évoqué dans ces pages - et pour cause - l'appui diplomatique constant de la Russie à la Syrie telle qu'elle est. En espérant que cet appui politique et géostratégique trouverait un prolongement économique, à l'heure où la Syrie est atteinte à des degrés divers selon les secteurs d'activité par les sanctions et embargos divers décidés par les Occidentaux. Eh bien, cette coopération économique se structure : mardi 22 mai ont débuté à Moscou les entretiens du comité [...]



Damas et Moscou resserrent les liens économiques

Par Louis Denghien,



C'est à Alexandre Khloponine que revient de planifier la coopération économique russo-syrienne

On a longuement évoqué dans ces pages – et pour cause – l’appui diplomatique constant de la Russie à la Syrie telle qu’elle est. En espérant que cet appui politique et géostratégique trouverait un prolongement économique, à l’heure où la Syrie est atteinte à des degrés divers selon les secteurs d’activité par les sanctions et embargos divers décidés par les Occidentaux. Eh bien, cette coopération économique se structure : mardi 22 mai ont débuté à Moscou les entretiens du comité mixte syro-russe pour la coopération scientifique, technique et économique. Ces entretiens se déroulent par branches, au niveau d’experts de deux pays.La délégation syrienne est présidée par Mohammed al-Jleilati, ministre des Fiances, qui a pour interlocuteur principal Alexandre Khloponine, vice-premier ministre russe. Et ces discussions ne sont certes pas du « bla-bla » : outre le développement des relations et échanges déjà existant, les participants vont concrètement plancher sur des projets d’implantation russe en Syrie, dans les domaines de l’énergie, de l’irrigation, des télécommunications. Et à terme, il s’agit de l’adhésion de la Syrie à l’accord de libre-échange associant la Russie, le Belarus et le Kazakhstan.

Il était de toute façon logique que l’appui de Moscou et de Damas ne se limite pas à des ventes de matériel militaire et à des visites d’escadre : la Russie de Poutine est dans une logique de restauration de son influence internationale, dans le cadre d’une nouvelle guerre froide qui ne dit pas son nom mais est bien là. Défendre la Syrie contre les tentatives de subversion militaire de Washington et de l’OTAN, ça n’a de sens que si la Russie aide aussi à contrer l’agression économique.

Solidarité liquide du Venezuela

Autre manifestation de solidarité économique, de caractère plus symbolique, le Venezuela a envoyé à la Syrie un pétrolier chargé de 35 000 tonnes de mazout. Cette précieuse cargaison est arrivé à bon port le 22 mai. Le ministre du Pétrole syrien Soufian al-Allao, qui en a fait l’annonce, a indiqué qu’un deuxième navire vénézuélien, avec le même type de cargaison, partirait bientôt pour la Syrie.

Les embargos occidentaux et les attentats des activistes contre les gazoducs et oléoducs ont tendu le marché du mazout, et du gaz domestique, en Syrie, entraînant des problèmes dans le ravitaillement dans un certain nombre de régions, et ce en plein hiver. Soufian al-Allao s’est d’ailleurs étendu, dans sa conférence de presse, sur la question des approvisionnements énergétiques du pays, l’occasion pour lui de dévoiler de nouveaux partenariats en cours, avec l’Iran et l’Algérie. Il ressort des chiffre avancés par le ministre que la Syrie assure par sa production 50% de sa consommation de gaz. Al-Allao a déclaré que le gouvernement faisait tout ce qui était en son pouvoir pour garantir l’accès des « citoyens » au gaz. Concernant le pétrole, le ministre a confirmé que l’embargo européen sur les importations de brut syrien avaient coûté 4 milliards de dollars depuis septembre à l’économie syrienne. Mais là encore, dès l’annonce, à l’automne 2011, des mesures de l’Union européenne, le gouvernement syrien avait annoncé l’existence d’accords commerciaux « officieux » d’exportation de son pétrole avec la Russie et la Chine.

Il apparait donc que les pays qui ont soutenu diplomatiquement la Syrie pendant la crise, tendent à le soutenir économiquement, ce qui est d’ailleurs dans la logique d’affrontement international bi-polaire entre le bloc occidental et l’axe sino-russe.

On notera qu’un séminaire s’est tenu le 21 mai à la faculté de sciences économiques de Damas-Tichrine sur le thème « L’économie syrienne face aux défis ». Les professeurs planchant sur le sujet n’ont pas fait dans la langue de bois patriotique à propos du marasme frappant des pans entiers de l’économie, notamment ceux du tourisme et, bien sûr, de la production pétrolière. Ils ont proposé des pistes, notamment de nouvelles législations économiques, une réactivation de la Bourse de Damas, et aussi la lutte contre la corruption administrative.

On pourrait, pour résumer, appliquer à l’économie syrienne la devise de Paris : « Fluctuat nec mergitur » : elle tangue mais ne coule pas.



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

39 commentaires à “Damas et Moscou resserrent les liens économiques”

  1. Souriya ya habibati dit :

    Souriya Allah hamiha

  2. Etudiant dit :

    Pourtant la Russie n’a pas livré de diesel à la Syrie depuis plus d’un mois.
    Cela pose de nombreux problèmes, pour la population même. J’aurais bien mis un lien pour corroborer cela, mais j’ai pas le droit.

    • Louis Denghien dit :

      « Dura lex sed lex infosyrae »

      L.D. & Infosyrie

      • Cécilia dit :

        « La loi est dure, mais c’est la loi » !
        « Dura lex sed lex infosyrae », Magister dixit

        Merci Louis !

        Une règle pénible à laquelle Étudiant est forcé de se soumettre.
        C’est aussi valable pour « Ejusdem farinae » que vous comme Candide, Samy, Samantha, Samuel, Syrienne « libre » ou Semoule…

        Felix qui potuit rerum cognoscere causas ! »

    • Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة dit :

      Contre les voleurs de terres palestiniennes, geoliers sans vergogne, affameurs, assoiffeurs, on ne prend aucune sanction.
      Contre la Syrie, qui ne fait que maintenir, dans la dignité, le droit des gens, les plus fondamentaux, à leur patrie, à leur culture, à leur histoire, à leur liberté, on décrète des sanctions injustifiables.
      Voilà, Monsieur l’étudiant, un sujet de réflexion pour votre thèse.
      A moins que vous ne soyiez déja, Docteur horribilis causa de la maussade université de telle à vif.

      • Etudiant dit :

        Les Russes n’ont pas de sanctions contre la Syrie, alors pourquoi une cessation des livraisons c’est tout ce que je me demande.

        • Cécilia dit :

          « Les Russes n’ont pas de sanctions contre la Syrie, alors pourquoi une cessation des livraisons c’est tout ce que je me demande. »

          Pour nous, c’est un détail insignifiant.
          Pour vous, c’est une question vitale qui signifie que la Russie a changé sa politique en Syrie.
          Tout le monde a le droit de rêver, cher Etudiant, seulement, il ne faut pas prendre le rêve pour une réalité !

          Apprenez, mon cher monsieur, à regarder plus loin que votre nez !

          En attendant, je vous annonce la nouvelle suivante :

          Al-Allao: Arrivée d’un navire vénézuélien chargé de 35 mille tonnes de mazout en Syrie

          23 Mai 2012

          Le ministre du pétrole et de la richesse minière, Soufian al-Allao, a affirmé qu’un navire vénézuélien chargé de 35 mille tonnes de mazout est arrivé hier en Syrie

          « Le Venezuela est en train de préparer un nouveau pétrolier qui s’orientera bientôt vers la Syrie « , a-t-il souligné dans une conférence de presse tenue aujourd’hui.

          Abordant la question du gaz, M. al-Allao a indiqué que la production du gaz en Syrie satisfait 50 % des besoins locaux, faisant noter à cet effet que des discussions sont en cours avec l’Iran et l’Alger pour assurer cette matière. »Les parties concernées en Syrie déploient de grands efforts pour remplir le manque et assurer le gaz domicile aux citoyens », a-t-il mentionné.

          « Le secteur du pétrole syrien a perdu 4 milliard de dollars en raison des sanctions européennes et américaines dés le début du septembre dernier jusqu’aujourd’hui », a-t-il laissé entendre.

          Il a signalé que le comité mixte syro-russe, réuni à Moscou, examine la possibilité de signer un contrat à long terme avec la Russie pour exporter le mazout et le gaz vers la Syrie.

          Le ministre du pétrole a affirmé que le gouvernement syrien n’a épargné aucun effort ou somme d’argent pour assurer les dérivées pétrolières malgré l’arrêt des exportations du pétrole, signalant qu’il avait importé depuis le début de la crise des quantités arrivant à 3.5 milliards de $, mais depuis le 12 avril dernier aucun cargo de diesel et depuis le 1er du même mois aucun cargo de gaz domicile n’étaient arrivés en Syrie.

          Il a ajouté que le problème ne réside pas dans le paiement car l’argent est disponible mais dans l’accès des cargos du fait des sanctions imposées au peuple syrien.

          Il a fait noter aussi que les compagnies avec qui la Syrie avait signé des contrats ont été la cible des menaces et d’interdiction, ce qui les a obligé de ne pas respecter leurs contrats.

          http://www.sana.sy/fra/51/2012/05/23/420919.htm

          Le ciel est bleu, la mer est calme, ferme ta gueule p’is rame !

          • Etudiant dit :

            « Pour nous, c’est un détail insignifiant.
            Pour vous, c’est une question vitale qui signifie que la Russie a changé sa politique en Syrie.
            Tout le monde a le droit de rêver, cher Etudiant, seulement, il ne faut pas prendre le rêve pour une réalité ! »

            Ca je ne l’ai pas dit et je ne le dirai pas car je n’y crois pas.
            Par contre je ne crois pas que la Russie vend tel chose ou tel chose pour les beaux yeux de Bachar. Elle vend, pour vendre. Quand on peut plus payer, elle vendra plus.
            Mais pour l’heure non, je suis persuadé que la Russie a la même ligne que l’an passée. Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas Cécilia. Vous n’avez pas le don d’ubiquité.
            « Apprenez, ma chère madame, à regarder plus loin que votre nez »

          • Cécilia dit :

            « Vous n’avez pas le don d’ubiquité.
            « Apprenez, ma chère madame, à regarder plus loin que votre nez »

            Je n’ai jamais dit que je suis omnisciente ni omnipotente et je possède pas la mobilité+ non plus.

            Quant à votre dernière phrase, elle n’a pas sa place ici, raison de plus, c’est une copie-collée de ma phrase en remplaçant « monsieur » par madame.
            Notre faux Étudiant n’a-t-il pas la parole en bouche pour trouver un autre mot, une autre phrase ou une autre expression qui dit la même chose ?

            Bon, pouvoir changer son fusil d’épaule n’est pas donné à tout le monde.
            Cependant, je constate que vous faites la chasse avec un fusil sans plaque.

          • sowhat dit :

            « Vous n’avez pas le don d’ubiquité »

            Il ne faut pas employer des mots dont on ignore le sens … et la Providence punit qui mésuse des noms qui sont de ses attributs. N’oublie pas ça l’Etudiant. Va petit retourne à tes chères études et essaie de te trouver un job d’été car je me suis laissé dire que Hariri n’a plus de quoi nourrir tant de bouches

          • Etudiant dit :

            Si vous n’êtes pas omnisciente cessez d’interpréter à tout va !

    • Akyliss dit :

      Etudiant, ce n’est qu’un détail, tu vas voir que dans peu de temps, la Syrie s’en sortira économiquement et tout va repartir une fois mis en place le commerce avec les pays qui ne se soumettent pas à la dictature occidentale.

      avec ou sans lien, ta nouvelle n’est pas alarmante…

      du pétrole et des raffineries il y en a en Syrie et d’après des sources sûr le diesel et l’essence proviennent de la transformation du pétrole dans les raffineries ;)

      • Etudiant dit :

        Oui mais les raffineries marchent mal
        http://www.syria-news.com/readnews.php?sy_seq=148315 (lien de syria-news, pas du tout proche de l’opposition).
        Personnellement je crois peu à ces questions d’entretiens et de ménage…

        • Cécilia dit :

          Notre Faux Etudiant d’infosyrie, comme toujours, a du mal à mettre les pattes aux mouches :

          En effet, il m’écrit : « Vous n’avez pas le don d’ubiquité » sans même savoir le sens exact de ce mot et lorsque je lui réponds que « Je n’ai jamais dit que je suis omnisciente ni omnipotente et je possède pas la mobilité+ non plus. », il me répond :
          « Si vous n’êtes pas omnisciente cessez d’interpréter à tout va !

          Avec tels propos ou tels arguments, j’ai le regret de vous dire, cher monsieur, que vous avez encore le nombril vert et vous êtes loin d’une cent watts, aucune logique et aucune cohérence dans vos propos.

          Faut-il être « omnisciente » pour comprendre ou interpréter quelques choses, Faux Etudiant ?
          Si oui, êtes-vous un « omniscient » Faux Etudiant ?
          Tout comme Candide, votre double, vous ne faites que tomber dans les bleus.

          Déguisez-vous en courant d’air !
          Aucune odeur de sainteté !

      • Etudiant dit :

        Un autre article de syrian news (pas du tout de l’opposition, je le rappelle, sait on jamais) : http://www.syria-news.com/readnews.php?sy_seq=142968
        Il s’agit ici des problèmes de gaz et de la hausse du prix de cette ressource essentielle au quotidien des syriens.
        Les sanctions sont la cause de cela, je le sais bien, et c’est désastreux que les SYriens paient à la place du régime. La situation éco va de mal en pis…

        • sowhat dit :

          @Etudiant

          « La situation éco va de mal en pis… »

          pas tant que ça, le pays a vu pire. Et il y a de l’activité, les prix se sont stabilisés, la livre syrienne ne s’est pas effondré, la plupart des usines tournent, les affaires continuent, les syriens continuent de vivre malgré tout il y a même un surcroit d’activité dans certains secteurs et l’immobilier se porte très bien. Sinon est-ce que tes camarades de la pseudo-révolution auraient besoin d’assassiner des hommes d’affaires et de saboter les infrastructures ? bien sûr que non

          • sowhat dit :

            j’ai oublié de dire qu’il y a beaucoup d’argent en Syrie et qu’il y est resté, l’Etat est loin est loin d’avoir épuisé ses réserves et continue à investir dans les projets. De toutes les manières les alliés de la Syrie qui n’ont pas changé d’un iota leur position ne vont pas maintenant mollir et hésiter pour donner un petit coup de pouce. Et il en faudra relativement peu car la Syrie n’est pas endettée. Encore une fois tu as tout faux l’Etudiant, tu vas finir par convaincre Hariri que tu es une bouche inutile.

          • sowhat dit :

            encore laisse-moi te dire une chose l’Etudiant puisqu’il a été question de Hariri. Pourquoi Hariri et le ramassis de racailles islamistes qu’il conduit ne réussiront pas ? parce que pour réussir ils ont besoin d’un élement de poids sur la scène libanaise qui puisse conntre-balancer la puissance de feu du Hezbollah et de ses alliés. Or jusqu’en 2007 le facteur palestinien était présent peu ou prou sur toutes les scènes qui se sont jouées sur le territoire libanais. Depuis Nahr-el-Bared les palestiniens ne font plus partie de la donne – définitivement – et aujourd’hui Hariri et ses alliés ne peuvent plus compter sur une mobilisation palestinienne au Liban – ni ailleurs (ils ont essayé en Syrie à Lattakieh sans succès). Ils comptent donc sur leurs effectifs propres et sur les djihadistes. Il y aura donc un Nahr-el-Bared bis qui se terminera tout naturellemment de la même manière que le premier c’est-à-dire par la défaite des insurgés. Militairement Hariri est déjà mort. Politiquement c’est un cadavre ambulant, un dead-fish. Peut-être que ses patrons vont finir par l’assassiner comme ils ont assassiné son père.

        • Akyliss dit :

          Oui Etudiant, c’estsûr que l’économie ne va pas bien en Syrie et que le boycotte d’un pays ne touchera jamais les dirigeants et affaiblira la population mais ça les occidentaux le savent très bien et ce qui prouve encore une fois qu’ils n’en ont rien à cirer du peuple syrien et qu’ils sont toujours dans une stratégie de monter le peuple contre le gouvernement.

          si les occidentaux (dirigeants) étaient de grande ames qui ne cherchent qu’a proteger les peuples, le conflit palestino-sioniste aurait été réglé depuis bien longtemps, et le peuple irakien n’auraient pas perdu 1million 400 000 des leurs et sans parler des 160 000 libyens etc..

        • Etudiant dit :

          Tu es un peu optimiste sowhat. Hélas la situation économique ne va pas si bien. Tu dis que la Syrie n’est pas endettée ? Oui c’est vrai, elle n’est pas endettée à l’extérieur. Mais elle emprunte à l’intérieur, chez les banques. Or ces banques manquent de plus en plus de liquidités, parce que les gens ont retiré l’argent de leurs compte, par crainte de l’avenir. Aujourd’hui plus que jamais la Syrie s’endette sur un argent que les banques syriennes n’ont presque plus. Ca te fait penser à un pays en particulier tout ça ? Le Japon a vécu cette situation il y a qq années. Il s’en est sortie, difficilement. Mais l’alternance politique et la démocratie lui a permis de ne pas se mettre la ppulation complètement à dos. En SYrie, il y a de moins en moins de chose que le régime peut promettre… Connais tu le budget pour 2012 de l’Etat en Syrie : 59% de déficit prévu.

          • On savoure en connaisseur votre « hélas », Étudiant….

            Louis Denghien & Infosyrie

          • Etudiant dit :

            Louis,
            où est passé mon lien qui mène vers al-iqtisadi ?
            Ce n’est absolument pas un site de l’opposition, mais un journal opérant en Syrie.
            L’article vous dérangez (j’en doute il était en arabe) ?

          • sowhat dit :

            « Aujourd’hui plus que jamais la Syrie s’endette sur un argent que les banques syriennes n’ont presque plus » non sens. Il y a réserves d’or et d’argent pour deux ans et l’inflation reste raisonnable. Elle n’est pas pire quands certains pays qui n’affrontent pas les mêmes difficultés que la SYrie. La livre syrienne tient bon malgré tout même sur le marché noir, indice qu’il y a de l’argent et qu’il trouve à s’employer.

            « Le Japon a vécu cette situation il y a qq années. Il s’en est sortie, difficilement. Mais l’alternance politique et la démocratie  » … amalgame comme d’habitude

            « Connais tu le budget pour 2012 de l’Etat en Syrie : 59% de déficit prévu »

            et alors ? sur un budget de combien ?

            et si la Russie et la Chine ou d’autres pays prêtaient à la Syrie, quelques milliards ce n’est pas à leur portée. Il n’y a donc aucune fatalité à ce que l’économie syrienne s’écroule. Raison pour laquelle tes camarades de la pseudo-révolution assassinent des hommes d’affaires et détruisent les infra-structures du pays.

          • Cécilia dit :

            « Louis,
            où est passé mon lien qui mène vers al-iqtisadi ? »

            Faux Etudiant

            Mais Louis a déjà écrit « Dura lex sed lex infosyrae » et Cécilia a répondu « Magister dixit » et tout le reste est sous-littérature !

    • Christian dit :

      Vive Chavez! il a envoye du mazout en Syrie

      http://www.sana.sy/fra/51/2012/05/23/420919.htm

  3. Christian dit :

    Pourquoi blamer la Russie?

  4. Djazaïri dit :

    Suggestions:
    - développer le solaire,
    - demander aux universitaires de publier sur les sites de leurs universités et instituts des fiches techniques pour les jeunes désirant investir dans des productions locales.

    Bon courage Sourya. Avec la Palestine on ne vous oublie pas. Vous êtes dans notre coeur.

    • Frantz Fanon dit :

      Super, Djazaïri, tes propositions! J’espère que tu as les moyens de les communiquer aux responsables syriens. Faire de l’embargo une chance pour le pays!

  5. Christian dit :

    La Syrie est le seul allier russe au Moyen Orient et les russes ne peuvent pas se permettre de perdre la Syrie…

    Article interessant sur le Voltaire:

    http://www.voltairenet.org/L-OTAN-magnifie-son-declin

    • Etudiant dit :

      Cher ami, vous oubliez un autre allié de la Russie dans la région : Israël.

      • Akyliss dit :

        est vraiment sûr qu’ISrael est un allié de la Russie vue l’aide militaire fournie par les sioniste à la Georgie lors de la guerre de 2008 ?

  6. jibril dit :

    Mediapart annonce sur son site la « Mort probable de Maher Al-Assad »:
    http://blogs.mediapart.fr/blog/rachid-barbouch/220512/mort-probable-de-maher-al-assad

    Avez-vous des informations là-dessus?

    • sowhat dit :

      c’est juste un blog du site Mediapart d’un nommé Rachid Barbouch (déformation sans doute de barbouze) qui publie un commentaire un commentaire qui cite une rumeur répandue par un cheikh islamiste libanais du nom de Dimachkia (qui veut dite damascène au féminin soit dit en passant) laquelle rumeur se répand via les sites de l’opposition ou les sites affiliés qui prétend que Maher el Assad a été abattu à bout portant par un de ses gardes du corps qui l’a atteint de 30 BALLES (qu’on se le dise bien 30 BALLES tirées par un garde du corps autrement dit un presqu’intime). C’est tout ce qu’on peut dire pour l’instant.

  7. vilistia dit :

    J’en étais sûre que la Syrie allait rentrer dans l’union eurasienne !

    C’est du bonheur !

  8. betehem dit :

    Bien entendu que les blocus nuisent tout d’abord aux ressortissants, et aux plus humbles et fragiles. Tout le monde sait ça. Ce n’est pas ainsi qu’on peut aider le peuple syrien.
    Ni en lui déclarant la guerre. Ouf, elle n’est « que » médiatique, ce qui n’est pourtant pas à prendre à la légère. Un tel poison demande une capacité de résistance et un anti dote puissant : la confiance au président, au nouveau gouvernement que leur a donné, officiellement et légalement et démocratiquement, la majorité du peuple syrien.
    Certainement que la Syrie va redémarrer après tout ça. Et fort.

    J’espère bien que des réflexions pour évincer le dollar sont en cours entre la Russie, la Chine, le Vénézuela et d’autres.
    Comme ça, exit l’unipolarité et la si dangereuse planche à billet des USA.
    Quand aux divers endettements de la Syrie, ça ne fait pas rire, mais si on réfléchit bien à la situation de l’Europe et à son endettement, révélé et, disons intensifié par le système bancaire américain, ça fait relativiser et réfléchir.

    Pour les S. et Cie : il semble que Bashar n’ait pas fait main basse sur les richesses de son pays ! (Contrairement à pas mal de politico-financiers-escrocs d’Occident) Syrie où les citoyens ont bien plus de droits qu’aux USA et en Occident. L’éducation et la santé gratuites, ce n’est pas mince ! (C’était le cas en Lybie aussi).

    Et donc, bonne route à la Syrie. Ses citoyens, ses représentants légaux, son régime démocratique et laïque, et ses institutions, et à toutes ses différentes communautés.