• Ré-information
  •  

Infatigable collectrice d'informations et de vidéos généralement introuvables  sur les sites de nos grands médias français géopolitiquement corrects, notre amie Cécilia nous offre cette fois un diaporama de photos prises dans la ville de Haffé, après les violents combats qui se sont soldés, le 13 juin, par la fuite de l'ASL de cette ville située à une trentaine de kilomètres à l'est de Lattaquié. Le reportage photo est dû à l'équipe du journaliste Hussein Murtada, correspondant sur place de la [...]



Haffé après la bataille…

Par Louis Denghien,



Un béret bleu onusien à Haffé

Infatigable collectrice d’informations et de vidéos généralement introuvables  sur les sites de nos grands médias français géopolitiquement corrects, notre amie Cécilia nous offre cette fois un diaporama de photos prises dans la ville de Haffé, après les violents combats qui se sont soldés, le 13 juin, par la fuite de l’ASL de cette ville située à une trentaine de kilomètres à l’est de Lattaquié. Le reportage photo est dû à l’équipe du journaliste Hussein Murtada, correspondant sur place de la chaîne de télévision iranienne de langue arabe al-Alam. Et de fait on voit assez souvent Hussein Murtada dans la série d’une soixantaine de photos prises soit dans la ville même, soit dans les alentours : Murtada manoeuvrant un RPG, occupant un abri individuel creusé dans le sol et abandonné par son « locataire » ASL, ou inspectant des immeubles dévastés.

Et puis aussi tout de même, pas mal de vues de la ville, où les traces des combats sont encore bien visibles : voitures carbonisés, immeubles à moitié détruits, ou en partie incendiés, stores criblés de balles. Et puis, c’est semble-t-il une spécialité des insurgés syriens, des tunnels de conception artisanale, dont on voit des accès.

Et encore des arsenaux récupérés sur l’ennemi ASL : RPG, fusils d’assaut,pistolets-mitrailleurs,  fusils mitrailleurs, fusils à pompe et munitions en pagaille. Plus les jumelles téléphones de campagne du parfait guérilléro, des explosifs et, semble-t-il, des générateurs. Plus aussi une veste de treillis frappé de l’écusson jordanien : hasard des « assortiments » ou fourniture récente « par qui de droit » ?

Rien de sensationnel ni de vraiment inédit dans ces photos « après la bataille », mais elles permettent de rendre moins abstraite cette bataille d’al-Haffé dont nous vous avons entretenu deux ou trois jours , et qui s’est étendue sur plus d’une semaine, se soldant comme on sait par un échec caractérisé de l’ASL qui a laissé dans l’affaire, outre des dizaines ou des centaine des siens, un peu de ce qui lui restait de prestige.

Les ex-occupants de Haffé, ceux qui n’ont été ni tués ni pris, se sont réfugiés dans le secteur montagneux plus au nord, qui touche à la frontière turque, distante de moins de 40 kilomètres de la ville. Selon les communiqués de l’OSDH, les rescapés de l’ASL étaient encore 200 au moment où ils ont évacué les lieux. Combien pourront regagner le sanctuaire qu’Erdogan met à leur disposition ? On imagine que l’armée est sur leurs talons, et leur a déjà coupé une partie de la retraite.

La vue de ces photos, qui évoquent celles prises à Homs/Bab Amr, nous rappellent qu’une fois la victoire militaire acquise contre ces bandes « islamo-otanesques », restera à assurer, outre la réconciliation des Syriens, la reconstruction d’une partie notable des villes, bourgs et infrastructures du pays. Certes, la Syrie serait fondée à demander des dommages de guerre à pas mal de nations étrangères, notamment le Qatar, très en fonds à ce qu’il parait , et qui a beaucoup « investi » en Syrie. Il est douteux que les potentats islamo-affairiste de Doha acceptent de payer. On espère en revanche que leurs mise de fond en Syrie sera perdue.

Ci-dessous le lien vers le reportage photo d’al-Alam :



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

16 commentaires à “Haffé après la bataille…”

  1. Jo dit :

    l’armée Syrienne récupere des munitions , RPG et autres de l’ASL .

    Que deviennent ces munitions ?

    • Cécilia dit :

      L’armée syrienne récupère aussi d’argent en devise étrangères, notamment le dollar et le dinar et reyal, d’Arabie, de Qatar et de Koweït surtout que les gens du Golf mènent une campagne de collecte d’argent pour la Syrie sans parler de leur fatwa de réserver leur « Zakat » (le dîme) pour les révolutionnaires.
      Donc, de l’argent aux de révolutionnaires syriens n’est pas une légende.

    • Christian dit :

      Moi, j’en ferais cadeau au Hamas… vu que des armes israeliennes commencent à apparaitre à Lattaquieh…

      • Etudiant dit :

        L’armée syrienne a également trouvé le mois passé un combattant du Hamas dans les rangs de l’ASL.

        • mécréante dit :

          Misère, soit ils sont devenus fous soit il combattent pour celui qui paye le plus !
          C’est grave dans les deux cas…

  2. Christian dit :

    Hors sujet, mais voici les vrais terroristes et racistes de ce monde: IDF

    http://www.youtube.com/watch?v=SwxSW09PtYw&feature=youtube_gdata_player

    • BWANE dit :

      J’espère pour ma part qu’il s’agit de rumeurs et que la direction syrienne ne va pas procéder à des exécutions publiques, quelle que soit l’horreur des crimes commis par ces salafistes. Je dirai même que j’en suis certain. Si, selon le code pénal syrien, ces terroristes sont condamnés à certaines peines, il n’est nul besoin d’offrir ce spectacle lamentable au public, spectacle dégradant pour tout le monde. Ces gens doivent payer pour leurs forfaits, mais de là à reproduire des pseudo-scènes de place de grève, je crois la direction syrienne suffisamment sage pour ne pas tomber dans ce panneau qui ne manquera pas- à juste titre-, de se retourner contre elle et même contre le peuple syrien dans sa majorité. Il y a des chrétiens en Syrie, et souvenons-nous des paroles du Christ : « Si quelqu’un te frappe sur la joue droite,
      tends-lui aussi la gauche », paroles qu’il faut naturellement relativiser, mais qui nous incitent clairement à ne pas agir comme ces criminels et d’être capables de pardonner, toutes proportions gardées.

      • BWANE dit :

        A ce propos, j’ai toujours entendu la parole du Christ « il faut rendre à César ce qui appartient à César » comme suit : nous sommes étrangers à cette civilisation romaine inhumaine, nous voulons abandonner ce monde de César, et vivre selon notre façon de voir les choses, diamétralement opposée à icelle. Mais que dirait le Christ dans le monde d’Obama, le Prix-Nobel-De-La-Paix-Va-En-Guérre ? Ce monde peut-il produire une divine comédie, ou bien une comédie humaine ? Non certes, il est juste capable de produire en masse le malheur historique et des farces botuliennes. Misère.

    • sowhat dit :

      Ce n’est pas vraiment le style de la maison quoiqu’en pensent certains candides. La direction syrienne est trop intelligente pour faire une chose pareille et qui serait surtout contre-productive. Il est plus avantageux que ceux qui sont ou seront capturés syriens ou étrangers soient traduits en justice devant des tribunaux publics avec un maximum de couverture de la part des médias. L’effet de cette solution sera beaucoup plus néfaste pour tous ceux qui soutiennent les terroristes – d’où qu’ils soient. Il ne s’agit pas de pardonner, il faut châtier de manière efficace et faire en sorte que le châtiment atteigne les commanditaires véritables et les complices de ces crimes tout autant que leurs exécutants.

      • Luc Lepropre dit :

        Qu’il soient jugés en Syrie ou par le tpi , qu’elle importance. Mais qu’ils soient jugés. Peut on détruire un pays pour de mauvaises raisons et le quitter sans inculpation ?

  3. kegan dit :

    Finalement l’avion de reconnaissance était un mini helicopter !!

  4. loutm dit :

    Les fusils d’assaut alignés contre le mur à 2:43 sont ceux de l’OTAN (fusil-mitrailleur réglementaire de l’armée belge), exactement les mêmes que ceux distribués aux Libyens l’an dernier.

  5. Ayudante dit :

    « Et puis, c’est semble-t-il une spécialité des insurgés syriens, des tunnels de conception artisanale, dont on voit des accès. »

    Pas une « spécialité » des insurgés mais certainement la trace de spécialistes des unités de renseignement des Armées d’états étrangers, (En France par exemple le XIIème RDP ou le IIIème Hussard, ou les SEAL’S anglais, qui s’enterrent plusieurs jours, ou plusieurs semaines, avant l’action, pour baliser et approvisionner les site choisis pour les actions à venir.

    Le savoir faire pour ce genre de « terriers » ça ne s’invente pas spontanément. Pas plus que la façon d’y vivre sans se faire remarquer. Ni l’approvisionnement des impédimeta nécessaires au minimum vital des occupants.

    Ce qui est plus étonnant c’est qu’ils soient restés intacts. En principe on les détruit ou on les piège avant le retrait.

    Le professionalisme n’est plus ce qu’il était. ((-:

    Ayudante.