• Ré-information
  •  

Une photo récente d'une rue de Homs : des ruines désertées, où se terrent les derniers combattants de l'ASL, avec leurs otages civils   L'équipe de TF1 conduite par Patricia Allémonière continue d'adresser des reportages au journal télévisé de la chaîne. Le 12 juillet, les téléspectateurs ont pu prendre une mesure de la situation prévalant des les quartiers centraux de Homs, l'équipe accompagnant un prêtre catholique syrien, le père Michel Naaman, dans sa mission de négociation pour la libération de centaines [...]



Un nouveau reportage « équilibré » de TF1 à Homs….

Par Louis Denghien,



Une photo récente d’une rue de Homs : des ruines désertées, où se terrent les derniers combattants de l’ASL, avec leurs otages civils

 

L’équipe de TF1 conduite par Patricia Allémonière continue d’adresser des reportages au journal télévisé de la chaîne. Le 12 juillet, les téléspectateurs ont pu prendre une mesure de la situation prévalant des les quartiers centraux de Homs, l’équipe accompagnant un prêtre catholique syrien, le père Michel Naaman, dans sa mission de négociation pour la libération de centaines de civils encore retenus par les rebelles. Mission diligentée, avec l’appui du gouvernement, par l’association interconfessionnelle Mussahala, qui a pris en charge les négociations à Homs, en remplacement du Croisssant Rouge syrien, désavoué par l’ASL (voir notre article « Initiatives syriennes- et pro-syriennes – tous azimuts », mis en ligne le 11 juillet).

37 civils arrachés à l’ASL

On a d’abord une vision de ce qu’est devenu, pour une grande part, en plusieurs mois de guerre urbaine, une cité de plusieurs centaines de milliers d’habitants : une ville fantôme, désertée par ses habitants, et aux constructions ravagées. L’équipe de TF1 passe les derniers points de contrôle de l’armée avec  le prêtre – qui parle français. On entend des rumeurs de tirs. Puis on se retrouve dans une ancienne école transformée en poste de commandement par les forces gouvernementales. De là le religieux, un souriant sexagénaire barbu, entame au téléphone les pourparlers avec un responsable rebelle, un certain Abou Hader. Le père Naaman a un ton à la fois badin mais ferme : il demande à son interlocuteur de relâcher ses otages « pour le bien du pays« . Puis il explique aux gens de TF1 qu’il y a, à Homs (et ailleurs) des « opérations militaires des deux côtés » et qu »‘il faut en finir« , « faire taire les armes« .

Le négociateur s’est montré convaincant : on voit arriver les civils – 36 en tout – relâchés : essentiellement des femmes, de tous âges, vêtues à l’occidentale ou traditionnellement. On voit aussi un jeune homme. Une femme explique que la vie, entre pénurie de tout et tirs continuels, était « devenue très difficile » là d’où elle vient, et on la croit sans peine. Les miraculés sont soignés, nourris, des militaires vérifient leur identité et, précise le commentaire de Patricia Allémonière, personne ne sera arrêté.

Patricia Allémonière explique ensuite que les bombardements sont « intenses » dans ce secteur central de Homs, « totalement encerclé par l’armée« , qui ne s’y risque pas pour le moment afin d’éviter des pertes inutiles. Le reportage se conclut par une visite au gouverneur de la ville qui explique que ce sont les rebelles qui s’opposent à l’exfiltration des derniers civils du centre-ville. Combien sont-ils ? Apparemment 600 familles musulmanes et une centaine de familles chrétiennes. S’agit-il de familles ou d’individus, il y a une ambigüité. Quoi qu’il en soir, l’association Mussahala a déjà pu obtenir ces derniers jours de l’ASL la libération de quelques dizaines de civils. Qui sont, il faut le dire, une sorte d’assurance-vie pour les dernières bandes rebelles bloquées dans le centre de Homs. L’armée a prodigué des promesse d’amnistie à un groupe de combattants désireux d’arrêter les fis, mais on est sans nouvelles de cette négociation-là.

Au total, c’est un nouveau reportage équilibré de TF1, qui montre bien que ce sont les insurgés qui retiennent ces civils, et que l’armée et le gouvernement donnent carte blanche au père Michel et à ses amis du groupe. Une certaine objectivité dans le traitement de l’actualité syrienne est encore possible à la télévision française. Ou peut-être cette objectivité devient-elle enfin possible, le temps et les réalités de terrain érodant peu à peu, au moins en certains points du P.A.F., le « bétonnage » idéologique et sa langue de bois.

En tous cas, on se félicite que la Syrie puisse encore compter sur des hommes de la trempe du père Michel Naaman et de ses amis sunnites ou alaouites du comité Mussahala, qui maintient vaille que vaille, pour le bien des gens de Homs, la tradition identitaire syrienne de cohabitation des communautés.

Ci-dessous le lien sur le reportage de TF1 :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=2C46PBC0P5o

 

 

 

 

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

19 commentaires à “Un nouveau reportage « équilibré » de TF1 à Homs….”

  1. Aghiles Zitouni dit :

    Innfosyrie 1
    Medias mensonges 0000000000000000000000.
    Et ce n’est pas terminé, les merdias mainstreams connaîtront d’autres calvaires. Le pire est à venir pour eux et pour le plus grand bonheur des veritables pro reinformateurs.

  2. Ahmed dit :

    Une question me taraude : est-ce que TF1 ne réagit pas à l’encontre du rappel à l’ordre qu’elle a reçu après la divulgation des conversations dans l’affaire Merah ?

    • The Truth dit :

      Il a dû peut-être se passer quelque chose avec cette chaine. Est-ce que ses journalistes ont compris qu’ils participaient activement à la guerre médiatique et que maintenant ils rectifient un peu le tire? On ne sait pas. Mais moi j’ai peur qu’ils ne recommencent à parler comme avant ces derniers reportages. On l’a déjà vu avec certains journaux: ils écrivent tout le temps la même fable et puis un jour comme ça ils font un article qui dit plus la vérité que d’habitude.

      • Marie-Christine dit :

        Et puis attention, quand se manifestent des « déviances », il y a risques de rappel à l’ordre en « haut lieu » (où est ce « haut lieu », et la courroie de transmission hiérarchisée du « haut lieu de l’orthodoxie » dans chaque chaîne, chaque journal, etc. ?).
        Depuis aujourd’hui plus particulièrement, après un flottement médiatique sur le dernier « massacre » où des informations contradictoires et plus objectives passaient, on dirait qu’on assiste à une reprise en main drastique de l’information de propagande sur ledit « massacre » en faveur de leur guerre des résolutions à l’ONU.
        Va-t-il y avoir une suite sur TF1 aux reportages de Patricia Allémonière…? Je ne serais pas étonnée que ces premières bouffées d’ouverture sur une réalité syrienne occultée n’ait suscité une « révolution » (et contre-révolution) sur la chaîne…?

        • Marie-Christine dit :

          Cela s’améliore un peu ce soir sur RFI : plus « neutres » : renvoient dos à dos la version de « l’opposition » et celle du gouvernement et annoncent l’enquête de la mission de l’ONU…

        • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

          Je suis perplexe, ma Chère Marie-Christine,

          En effet, à une époque certes délicate, mais non paroxystique comme actuellement, des journalistes d’une qualité professionnelle et humaine unanimement reconnue, tels Richard Labévière et Alain Ménargues, avaient été honteusement sanctionnés, par les réseaux ultra-sionistes, pour avoir documenté objectivement au sujet des tensions au Moyen Orient Arabe.

          Les journalistes sont promus, récommpensés ou sanctionnés, en fonction de leur degré d’imprégnation et d’adhésion, réelles ou simulées, à la doctrine ultra-sioniste.

          Il se peut, également, que, se rendant compte qu’à mentir, systématiquement, aux Français, ils risquent d’être déconsidérés, pour de bon et donc d’être ridiculisés ; et les Français deviendraient résistants aux mensonges, ils « rechargent les batteries de leur crédibilité », par de reportages ponctuels moins hypocrites.

          Alors, pour aaujourd’hui, réjouissons de l’embellie, et veillons au grain !

          Amitié

  3. Mohamed Ouadi dit :

    La réconciliation nationale sur la bonne voie !

    Ali Haydar, ministre de la réconciliation nationale, a déclaré sa prédisposition à rencontrer des opposants syriens au Liban, soulignant que la crise syrienne est profonde, structurelle et sanglante, pour toutes les articulations de la vie nationale.
    Dans un entretien avec le journal libanais Al Akhbar, Ali Haydar a fait savoir que les acteurs du projet extérieur ont pu entrer sur la ligne de la crise syrienne et exploiter les énergies vives de la jeunesse syriennes et leurs revendications légitimes, pour imposer une image violente au mouvement politique.
    Haydar a souligné les grandes réformes qui ont eu lieu sur la scène syrienne, tels que la nouvelle constitution, les élections et la révision des lois, et la position négative des forces de l’opposition vis-à-vis de ces réformes.
    Haydar a souligné les divisions de l’opposition syrienne et la diversité de ses thèses, et l’appel de certains à l’intervention étrangère et leur rejet du dialogue national, considérant que les groupes armés de l’opposition sont de différentes catégories, dont certains servent d’instruments, et que les problèmes de la plus grande partie d’entre eux seront réglés avec le commencement du processus politique qui va satisfaire les revendications de l’opposition.
    Haydar a souligné que la communication a commencé avec certains groupes armés, affirmant que les portes du ministère sont ouvertes devant tous, soulignant la détermination du ministère pour arriver à de grands projets qui toucheront les groupes armés qui ont une présence effective sur le terrain.
    Autre action et main tendue, par le ministère des affaires de la réconciliation nationale, à tous les groupes armés pour s’inscrire dans un dialogue qui aboutit à une solution nationale rassemblante qui barre la route à tous les projets extérieurs qui ne veulent pas à la Patrie Syrienne de sortir de sa crise, et dont tout souci n’est que de voir l’effusion du sang syrien continuer à couler.
    http://www.youtube.com/watch?v=S2uJEGQXSmU&feature=youtu.be

    Entretien d’Ali Haydar avec le journal Al Akhbar, en date du 13 juillet 2012 :
    http://www.al-akhbar.com/node/97661

  4. Maurcich dit :

    L’armée Syrienne avance à Homs:

    « La mosquée Alnour dans le quartier alkhaldiyeh à Homs , que les terroristes ont transformé en QG , a été repris par l’armée syrienne ce matin. »

  5. Souria dit :

    A voir d’urgence et a sauvegarder Amnesty international qui reconnait que les insurgés commettent des crimes ca n’a pas de prix !!

    http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/4137008-syrie-la-guerre-civile-se-deroule-pratiquement-a-huis-clos-avec-tres-peu-d-images.html?

  6. Cécilia dit :

    Idleb

    L’émir du groupe de l’ASL, intitulé « Souqour schamal Idleb, Les Aigles du Nord d’Idleb, menace dses hommes et les habitants d’Idleb :

    « Je jure au nom d’Allah d’appliquer le même châtiment contre ceux qui traitent avec les chiites et alaouites même avec un graine de blé ou une baille, au nom d’Allah, celui qui traitera avec eux, je l’égorgerai devant la porte de la mosquée! »

    Quelqu’un ose nous dire encore qu’ils sont demandeurs de « liberté » ou de « démocratie » à part la liberté de tuer ceux qui ne sont pas comme eux ?

    http://www.youtube.com/watch?v=G4ExqiZFEis&feature=relmfu

    • Cécilia dit :

      L’inquisition continue :

      Dans la ville al-Bab (Alep), le groupe terroriste salafo-wahhabite, nommé « atibat Martyrs d’al-Bab » attaque des magasins du luxe à Alep (sûrement chez les chrétiens) pour les grandes marques de l’alcool pour les voler et bruler au nom de l’islam qui interdit sa consommation.

      Le bûché commence avec le rituel: « Takbir ! Allah O Akbar ! »

      http://www.youtube.com/watch?v=1OVNHn7BRr0&feature=relmfu

  7. salim dit :

    Estimez-vous heureux que la Syrie, vous donne l’occasion de vous refaire une virginité.
    Votre passé de manipulateurs de l’information, devenu une profession propre aux journalistes français depuis la guerre du Liban de 2006 et du massacres des civils palestiniens au phosphore.
    Vous êtes tous concernés, presse écrite, TV, radios, et autres moyens d’information. Vous avez tous tété à la mamelle du sionisme, qui vous a discrédité et jeté en pâture à l’opinion mondiale. Vous êtes la risée de l’information à travers le monde.

  8. Cécilia dit :

    Cadeau avant que je dorme, une manifestation en Israël pour soutenir les révolutionnaires syriens !

    takbir ! Allah O Abar !
    Chalom, chers compatriotes, il faut se mettre à apprendre l’hébreu !

    Allez, bonne journée et vive la Syrie !

    http://www.youtube.com/watch?v=xPhZrBPDc-g&feature=youtu.be

  9. betehem dit :

    Quelques réflexions, suite à ma lecture de tous vos commentaires, très intéressants (merci à nouveau) :

    Oui, me semble-t-il Bashar et son gouvernement ont fauté d’être si tardifs à prendre en compte les aspirations des Syriens.
    Oui, c’est aux Syriens de décider aux législatives qui ils choisissent pour président, et honneur à Bashar quand même, de sa fermeté, ses tentatives de négociations et sa présence réunissante auprès de son peuple.
    Oui, c’est les intérêts qui régissent les politiques;les droits de l’homme, on s’en fiche, et toutes les structures internationales ont été détournées de leur but affiché à l’origine.
    Oui, les occidentaux avalent les infos sans trop se poser de question sur leur véracité. Pour l’instant.

    Pour l’instant, car il me semble que l’air change d’odeur.
    On commence à se demander à qui profitent les crimes ? Les gens, (je parle des Européens) en ont marre de payer pour les mégalomanies et le banditisme effréné de gens qu’on encense en plus, voire décore !
    Ca ne concerne pas que les occidentaux, ici on est sur info Syrie. Le temps s’approche où même les Européens mettront en doute ce qu’on leur balance comme info véridique, depuis si longtemps et à tout propos, et se remettront à se poser des questions et à dire non.
    N’oublions pas cette folle guerre contre la Lybie. Le temps des comptes est venu, et le temps de mises au clair de certaines politiques, certaines décisions, et leur résultat réel sur la « Démocratie » prétendue exportable et niant toute civilisation; et aussi sur le coût réel sur les populations bombardées ainsi que sur les populations qui ont payé les bombes – qui ne sont pas tous des fouteurs de guerre, ni des sionistes !
    Tiens, en Israël, ça bronche, là aussi des oppositions grondent. La guerre, ça coûte cher. Et pour quoi, plus précisément : au bénéfice réel de qui ? Les Israéliens ne sont pas tous des sionistes sans foi ni loi. Mais il est vrai que ce régime est si militarisé.

    Je parle de sous, de bénéfice, encore, ça paraît minable ? Mais ça ne l’est pas tant que ça. Après tout, que cherchent les grandes puissances qui manipulent à qui mieux mieux ? Le pouvoir certes, et l’argent qui augmente le pouvoir.
    Et dans les grandes puissances, je n’exclus pas la Russie, la Chine, ni les pays émergents. Mais tant qu’à faire, je préfère qu’il y ait des contre-pouvoirs, un certain équilibre, des négociations (à défaut de réel respect).
    Des gens commencent à comprendre qu’on se moque d’eux. Tout comme les Syriens et d’autres malheureux peuples comprennent qu’ils font l’objet d’une razzia.

    Je trouve dommage que les arabes soient si longs à comprendre, en général. Tel pays, tel autre, les « révolutions », l’islamisme. Quand vont-ils comprendre ? Si effectivement l’occident a tout manipulé : quand comprendront-ils donc que là où on les pousse n’est pas nécessairement dans leur intérêt ? Sont-ils donc « cons » comme l’a dit quelqu’un, avec cependant humour et gentillesse ?
    Je devrais mieux regarder les sites d’autres nations arabes, mixtes ou non. Mais les Arabes eux, devraient-ils devenir une grande « nation » une grande culture (comme elle l’a d’ailleurs été) ou rester éparpillée et démunie ainsi ? Peut-être est-ce cela que veulent éviter les occidentaux ? Ce serait une telle puissance !
    Or, chacun sait qu’il faut diviser pour mieux régner, non ?

    Imaginons (la plaisanterie ne fera pas rire tout le monde) que le Quatar finance les démocraties arabes, ou tout simplement les écoles, hôpitaux, travaux publics, télécoms etc… Ah, quelle révolution ce serait là. Imaginons qu’ils comprennent un jour, les sheiks de tout bord, que des gens libres savent entreprendre, créer, irriguer, développer, faire fructifier; alors que les gens dont tous les mouvements sont entravés n’osent et ne se risquent plus à rien faire ! Qu’ils comprennent que mieux vaut élever, cultiver, que terroriser.
    Faut rêver un peu, parfois.

    Honneur aux courages. Respect aux véritables victimes. Je porte à leur nombre les pauvres jeunes utilisés et trompés. Et pleure pour toutes les familles concernées.
    Je prie pour que le dos de la Syrie reste droit et que ses yeux voient.
    Je prie pour que les peuples arabes ne regardent plus de mirages.
    Je prie pour que les croyants, quels qu’ils soient estiment que la foi est une richesse à offrir, pas à imposer, mais à partager, avec la Paix de Dieu. Qui donne vie à tant de bonnes choses et à tant de beaux êtres.

  10. Djazaïri dit :

    La « bataille de Damas » : entre la réalité et le virtuel !

    par Djerrad Amar Le Quotidien d’Oran ALGERIE
    Après avoir usé de tous les moyens économiques, politiques et de désinformation pour mettre à genoux cette Syrie qui constitue avec l’Iran, le Hezbollah et la résistance palestinienne le rempart à l’hégémonie américano-sioniste, les voilà, à l’approche de la réunion du Conseil de sécurité et comme toujours, redoubler de férocité en multipliant les massacres de civils, surtout dans les villages, pour les imputer à l’armée comme à Houla.

    Le dernier « massacre » médiatisé de Treimsa, à la veille aussi de la réunion du CS, semble selon les premiers éléments présentés n’être que mensonge et tromperie. Les corps d’hommes montrés par Aljazeera, présentés comme civils, ne sont en réalité que leurs terroristes mis hors d’état de nuire par les unités spéciales syriennes suite à un combat. On parle en Syrie de 37 hommes armés et 02 civils et d’une importante quantité d’armes récupérée, d’explosif set de moyens de communication sophistiqués.

    Les revoilà s’employer rapidement à faire d’une défaite une « victoire » par la désinformation et la diversion. La dernière trouvaille est cette « bataille de Damas » dont leurs médias dit « mainstream » essayent de présenter ‘décisive’ comme si leurs groupes n’enregistraient, jusque-là, que des succès pour arriver à la phase finale qui est Damas ! La réalité est qu’aucune ville particulièrement Daraa, Homs, Idlib, Hallab- qu’ils ont tenté d’occuper pour en faire des bases pour conquérir Damas – n’est tombée entre leurs mains.

    À chaque coup de boutoir que leur infligent les unités spéciales, leur propagande crie « au massacre de civils », à l’ouverture de « couloirs humanitaires », au « blocus aérien » ou à une intervention militaire extérieure. Leur déroute est arrivée à un point où ils n’arrivent plus à reconstituer leurs troupes ; les deux frontières d’avec la Turquie et le Liban étant rigoureusement contrôlée par l’armée syrienne. Comme la bataille diplomatique se gagne d’abord sur le terrain des combats par les armes, il ne restait à l’ennemi que la « victoire virtuelle » par la désinformation et la subvention sur une prétendue « bataille de Damas » en cours d’exécution.

    Il s’agit en fait d’une recomposition des résidus de leurs troupes par petits groupes qui ne dépassent pas la dizaine qu’ils ont programmé pour exécuter des opérations terroristes simultanées, sans effets spectaculaires, dans plusieurs endroits à Damas afin de créer chez la population un effet de panique générale et donc un sentiment d’insécurité, de frustration, de dégout pour briser l’unité et la confiance du peuple avec ses dirigeants et son armée.

    On veut faire croire aux syriens, par la désinformation, à une «victoire» de leurs troupes et à un échec de l’armée syrienne. Mais le monde sait que le virtuel ne peut se substituer à la réalité du terrain. La réalité est qu’ils ont été défait à Baba Amr considéré comme le bastion ‘imprenable’ et ce en l’espace d’une semaine avec des moyens militaires légers. Cette tactique par « bataille de Damas » à l’exemple de la « bataille de Tripoli », qu’ils croient reproduire, dévoile, en fait, le fiasco de toute leur stratégie sur le sol syrien depuis 17 mois !

    Aucune occupation permanente de portion de territoire n’est avérée à ce jour. Il y aura bien-sûr et encore une sorte de guérilla de quelques cellules rassemblées autour de la capitale dans sa banlieue qui se traduira par des assassinats ciblés et des explosions çà et là, qui indisposera une population préparée à cette éventualité, mais rien de consistant qui changerait le rapport de force resté intact. Dans une semaine la « bataille de Damas», comme toutes leurs manœuvres, ne sera qu’une autre tentative, peut-être l’ultime, aussi stupide et insensée qui annoncera l’échec effectif de la stratégie américano-sioniste baptisée « Nouveau Moyen-Orient ».

    Il ne leur restera que l’agression directe en passant outre le Conseil de Sécurité et les lois internationales ; et là il s’agira d’une autre logique, d’un autre sens de la politique internationale, d’un autre sens de l’histoire.

    En cas de guerre le destin se jouera bien en Syrie car, les conséquences seront existentielles. Il mettra sans aucun doute en conflit directement ou indirectement le BRICS, la Syrie, l’Iran, la Palestine, une partie du Liban, une grande partie du monde arabe contre les EU, une partie de l’Europe, le Qatar, l’Arabie Saoudite, Israël.

    Les EU prendront le risque de tout obtenir ou de tout perdre! Ils perdront alors le Qatar, l’Arabie saoudite, Israël, la Jordanie, leurs allies du Liban, leurs «acquis» en Tunisie et en Libye; avec toutes les conséquences géostratégiques dans le reste de Afrique, en Afghanistan, au Pakistan. Ce sera la fin de l’hégémonie Occidentale dans le monde. Prendront-ils ce risque majeur?

  11. Djazaïri dit :

    Trés beau discours de Nasrallah. Dommage j’ai dû couper des passages. Pour le lire en entier, voir le LIEN.
    Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a exprimé ses
    condoléances, à la direction syrienne et au peuple syrien pour « les
    martyrs- commandants » de l’armée syrienne, tués ce mercredi dans
    l’attentat perpétré contre le siège de la Sécurité nationale à Damas.

    Citation:

    « Durant la guerre de juillet, les missiles qui se sont abattus sur
    Haïfa, après Haïfa et qui étaient prêts à bombarder Tel Aviv sont des
    missiles qui ont été fabriqués par l’industrie militaire syrienne » a
    révélé Sayed Nasrallah pour la première fois, dans un discours prononcé
    dans une cérémonie organisée dans la banlieue sud, à l’occasion du
    sixième anniversaire de la victoire du Liban contre l’ennemi israélien.
    Selon lui, la Syrie était plus qu’un pont entre l’Iran et les
    résistances libanais et palestinienne.

    « La Syrie de Bachar Al-Assad est un soutien, un bras droit, un
    apport pour la résistance… la Syrie est le seul pays dans le monde
    arabe qui a développé une stratégie militaire qui l’a transformée en une
    puissance capable de contrer l’ennemi sioniste. Et c’est pour cela
    qu’il a fallu l’éradiquer », a-t-il expliqué. Selon lui, les
    commandants de l’armée syrienne sont des compagnons d’armes, des
    compagnons de route de la résistance libanaise et palestinienne et
    méritent tous les égards ».

    Sayed Nasrallah qui a aussi révélé des vérités inédites sur la guerre
    de juillet 2006, dont entre autre les aveux des commandants et
    dirigeants militaires, sécuritaires et politiques israéliens selon
    lesquels tout a été fait dans cette guerre, sans pour autant briser la
    résistance, a mis en garde contre les velléités du projet
    américano-israéliens de semer la zizanie entre les communautés et les
    ethnies de la région, « seul moyen pour affronter la résistance ».

    Pour éviter les dérives des uns et des autres, il a proposé un traité
    d’honneur qui stipule que les responsables de chaque communauté ou
    ethnie s’engagent à maitriser les éléments de leur groupe qui porte
    atteinte aux sacro-saints des autres communautés.

    Voici ci-dessous les principales idées du discours

    Je voulais parler de plusieurs choses mais les récentes évolutions
    surtout en Syrie nous incombe de consacrer une partie de cette occasion
    à la situation régionale. Le plan de mon allocution est le suivant : en
    premier je voudrais révéler des faits inédits de la guerre de juillet,
    et qui dévoilent la défaite israélienne et de l’autre côté un exploit
    réalisé par la résistance et qui n’a jamais été évoqué précédemment.
    Deuxièmement, j’évoquerai la situation qui a suivi la guerre, surtout
    sur le plan régional. Et en troisième, j’aborderai la situation sur la
    scène locale.

    Une révélation inédite

    En cette sixième commémoration, tout Israël, (dirigeants politiques,
    généraux militaires et sécuritaires, medias,..) est encore sous le choc
    de ce qui s’est passé en 2006. Nous ns ne sommes pas concernés parce que
    disent les gens ici, qui refusent de reconnaitre qu’une défaite a eu
    lieu, mais parce que les Israéliens disent, car ce sont eux nos
    ennemis.

    Les Israéliens ne cessent d’organiser des conférences, des études,
    des débats auxquels participent leurs grands dirigeants et tous parlent
    de défaite.

    En ce qui me concerne, il me suffit que le chef du Mossad, durant la
    guerre, le plus important, Meïr Dagan t dise son premier ministre qui
    était alors Olmert que la guerre a été une catastrophe nationale et
    qu’Israël a reçu un coup très dur ; et que celui qui a actualisé la
    théorie de la Sécurité nationale israélienne Dan Meridor, lui qui est
    l’un théoricien de la sécurité de l’entité sioniste vienne dire
    qu’Israël n’a jamais vu une chose pareille et « que nous sommes au fond
    du gouffre »…

    Lorsque les dirigeants de l’ennemi parlent d’une défaite cuisante et
    qu’ils sont dans la pire des situations et se mettent à chercher ce
    qu’ils ont réalisé de cette guerre, en vérité ils ne font que mentir…
    toute guerre peut avoir réalisé quelques objectifs tactiques, mais elle
    n’en demeure pas moins avoir été une défaite..

    Sur le terrain, le résultat final est que pour le dernier jour
    seulement de la guerre, quelques 250 missiles se sont abattus sur
    Israël !

    Lorsque ces dirigeants israéliens disent que leur situation est au plus bas, c’est suffisant pour moi !

    Entre temps, ils sont à la recherche de réalisations. L’année
    dernière, j’en ai évoqué deux, j’ai dit qu’elles sont modiques et
    stupides. Mais ils racontent des mensonges sur l’opération qu’ils ont
    baptisé « le poids de qualité ». Je vais expliquer de quoi il s’agit.

    Lorsque Tsahal tombe dans le piège du Hezbollah

    Pour les Israéliens, ils ont bel et bien effectué une opération le 14
    juillet 2006. devant le cabinet ministériel restreint réuni, les
    commandants militaires ont dit : (( nous avons collecté des informations
    délicates, dangereuses et très importantes et nous avons localisé les
    emplacements de tous les lance-missiles du Hezbollah, ceux des missiles
    iraniens Fajr 3 et 5, ainsi que leur data et nous avons effectué des
    manœuvres aériennes pour les bombarder et l’armée de l’air est prête si
    vous êtes d’accord à effectuer cette opération qui est capable de briser
    le dos de la résistance et mettre fin à la guerre)). Ils s’attendaient à
    ce que cette opération surprenne le Hezbollah et le rende incapable de
    lancer ses missiles de moyenne et longue portée. Le cabinet ministériel a
    donné son feu vert et en effet quelques 40 chasseurs bombardiers ont
    déclenché une attaque au cours de laquelle selon les Israéliens quarante
    cibles ont été bombardés. Le chef d’Etat-major qui était alors Dan
    Haloutz a alors téléphoné à Olmert et lui a dit : « ça y est, nous
    avons triomphé, la guerre est terminée ».

    Le lendemain, Shimon Perez est sorti pour dire qu’Israël a gagané et
    que le secrétaire général du Hezbollah s’est enfui à Damas, alors que
    j’étais dans la banlieue sud. Cela état l’opération « Poids de
    qualité ».

    Les dirigeants sécuritaires ont par la suite vanté les efforts
    intensifs le professionnalisme dans la collecte des informations , des
    manœuvres et le budget énorme ; ils ont même comparé cette guerre à
    celle de 1967 lorsque l’armée de l’air israélienne a détruit la force
    aérienne égyptienne et à l’attaque contre les Sam 6 syriens au Liban.
    Les israéliens ont cru ceci et Halotz leur a dit que 70 à 80% des
    capacités balistiques du Hezbollah ont été détruits. Mais la vérité
    historique est toute autre.

    « Le poids de qualité » devient « l’illusion de qualité »

    La résistance qui reste éveillée et dont le cerveau sécuritaire est
    en pleine action avait décelé les mouvements de l’ennemi sur les
    missiles et elle a joué son jeu et l’même aidé à collecter les infos
    qu’il voulait obtenir

    A un certain moment, ce cerveau sécuritaire et créatif qui est celui
    du commandant martyr Haj Imad Moughniyé et de ses compagnons savait que
    les israéliens réfléchissent en termes de guerre à la première frappe.
    (Les Américains ont agi ainsi en Irak, il en a été ainsi dans la Bande
    de Gaza aussi). Sans le faire sentir, et c’est là que réside l’exploit
    sécuritaire de la résistance, ce cerveau a su que les Israéliens
    cherchent à savoir l’emplacement de ces lance-missiles et les a aidés à
    les localiser. Le deuxième exploit de la résistance a été qu’elle est
    parvenue à évacuer les missiles de ces lieux sans que les Israéliens ne
    s’en rendent compte, alors qu’ils pensaient qu’ils y sont toujours.

    Lorsqu’ ils ont pris la décision de bombarder ces endroits, ils étaient tous vides sans lance-missiles

    Ce qui s’est passé par la suite est que les lance-missiles sont
    sortis de leurs emplacements et ont poursuivi leurs combats durant 33
    jours, contre le nord, contre Haïfa et après Haïfa et étaient prêts à
    frapper Tel Aviv.

    Cette opération « Poids de qualité » tant vantée par l’armée de l’air
    israélienne s’est avérée être l’opération de « l’illusion de qualité »
    et celle de « l’échec de qualité ». Les Israéliens sont tombés dans le
    piège que la résistance leur avait tendue.. La guerre n’est-elle pas un
    leurre ?

    70 à 80% des capacités de la résistance sont restées en action
    jusqu’au dernier jour et était capable de continuer encore plus. Si nous
    nous nous sommes contentés d’un certain nombre de missiles ce n’est
    parce que leur quantité était limitée, mais parce que nous envisagions
    l’hypothèse que la guerre puisse être plus longue

    Le lendemain, lorsqu’ils ont découvert la vérité, Halotz est entré
    au cabinet ministériel et leur a dit que l’opération sera longue. Ce
    jour-là, Shimon Perez a avalé sa langue

    Je dis à l’ennemi sioniste que nous savons qu’elle sera sa première frappe

    Alors que les gens ici sont préoccupés par les soucis internes,
    économiques, vitaux et autre (et c’est de leur droit), et dans tout ce
    bruitage, il y a une résistance dont les commandants et les combattants
    travaillent nuit et jour sur ce dossier de conflit avec l’ennemi et rien
    d’autre ne les préoccupe.

    Cet ennemi travaille pour collecter des infos sur les installations,
    sur les emplacements des lance-missiles et prépare la première frappe,
    je l’appelle à tirer des leçons des erreurs et des échecs qu’il a subis
    et lui dis que son « Poids qualité » n’a été qu’un fiasco.. Et je lui
    dis aussi que nous savons déjà très bien quelle sera sa première frappe
    et savons comment lui riposter. Nous promettons aux Israéliens une
    grande surprise..

    Je demande au peuple libanais et aux autres peuples de la région
    d’avoir confiance en la résistance et en ses capacités et son
    intelligence. Sachez que nous possédons dans cette région, dans le monde
    arabe et islamique des cerveaux, des cœurs, des volontés, et des
    capacités pour planifier, gérer, combattre et vaincre en fin de compte.

    Non notre destin n’est pas celui que la plupart des gouverneurs
    arabes, des régimes, des auteurs et des medias arabes tentent de nous
    inculquer que notre destinée est la défaite , que nous sommes
    impuissants et que ceci fait partie de nos gènes . Dans la guerre de
    juillet, puis dans celle Gaza le meilleur message a été que notre
    destinée est de triompher et non d’échouer. Comme nous avons réalisé les
    victoires en 2006 puis en 2008, nous serons capables de la faire dans
    les autres guerres.

    C’est le message que nous devons réaffirmer en cette occasion aussi.

    C’est la Syrie et non l’Arabie et non l’Egypte qui a aidé la résistance à gaza

    L’armement qui parvenait à la bande de Gaza et qui fait aujourd’hui
    peur à Israël et qui pour la première a permis aux Palestiniens de faire
    descendre dans les abris plus d’un million d’Israéliens, ce n’est pas
    le régime saoudien, ni le régime égyptien, ni les régimes arabes, qui
    l’ont acheminés, mais la Syrie et à travers la Syrie..
    Cette
    direction syrienne est celle qui a pris des risques, au détriment de ses
    intérêts et de son existence même pour que la résistance au Liban et en
    Palestine soit forte
    Quel régime arabe pourrait faire ceci ??
    Que veut dire pour les Américains que la Syrie donne des armes pour le Hezbollah, le Hamas et le jihad islamique ?
    lorsque
    ces régimes (arabes) interdisaient le pain et l’argent pour Gaza comme
    l’a fait l’Arabie saoudite, seule la Syrie a pris des risques pour le
    faire et pour envoyer des armes.. C’est la Syrie de Bashar el Assad, la
    Syrie des martyrs Assef Chawkatt, de Daoud Rajha, de Hassan Turkmani
    qui l’a fait !

    L’Armée interdite

    En ce jour, nous devons dire la vérité, qu’elle plaise ou déplaise, et que les insulteurs insultent !

    http://www3.almanar.com.lb/french/ad…ccatid=23&s1=1