• Ré-information
  •  

Le site du quotidien La Croix publie le 24 juin un article consacré à la couverture - française - des événements de Syrie qui fait date. On y trouve certes les critiques habituelles contre la politique de Damas vis-à-vis de journalistes étrangers. À ce sujet, sans nier la méfiance "atavique" du régime envers des médias qu'il soupçonne - à bon droit - d'hostilité systématique à son encontre, on dira que malgré tout, et même au plus fort de la crise, [...]



Un quotidien français s’interroge – enfin – sur la crédibilité de l’OSDH

Par Louis Denghien,



Au bout d'une quinzaine de mois d'exagérations et de bobards de guerre, cerains journalistes français se posent des questions sur la fiabilité de leur "fournisseur" et la qualité de ses "produits". Mieux vaut tard que jamais...

Le site du quotidien La Croix publie le 24 juin un article consacré à la couverture – française – des événements de Syrie qui fait date. On y trouve certes les critiques habituelles contre la politique de Damas vis-à-vis de journalistes étrangers. À ce sujet, sans nier la méfiance « atavique » du régime envers des médias qu’il soupçonne – à bon droit – d’hostilité systématique à son encontre, on dira que malgré tout, et même au plus fort de la crise, des journalistes ont pu entrer légalement en Syrie, par exemple Hala Jaber du Sunday Times, dès juin 2011, et d’autre encore (voir nos articles « Hala Jaber du Sunday Times : « Oui, il y a des terroristes islamistes en Syrie »" et « Pas de journalistes occidentaux en Syrie ? On en a quand même trouvé quelques uns », mis en ligne le 29 juin et le 5 août 2011). Et, bien sûr, ce mouvement s’est amplifié depuis un mois, dans le sillage de l’acceptation par Damas du plan de paix de Kofi Annan.

Les accusations précises de Fabrice Ballanche

Mas l’intérêt de l’article d’Agnès Rotival est ailleurs : dès la première ligne, elle aborde, seule de tous ses confrères français de puis longtemps, sur la nature et la fiabilité de l’Observatoire syrien des droits de l’homme qui, constate-t-elle, « s’est taillé une place démesurée« , reprenant ainsi les accusations de l’universitaire français Fabrice Ballanche, dont nous avons déjà relayé les analyses iconoclastes (voir notre article « L’universitaire F.Ballanche dit au Monde des vérités pas bonnes à entendre pour Alain Juppé, et bien d’autres », mis en ligne le 13 avril 2012 ). Ballanche, en effet, citée par la journaliste de La Croix, est très sévère pour l’OSDH dont il dit qu’il est financé par les médias panarabes du type al-Jazeera, et qu’il est ni plus ni moins « qu’un instrument de propagande favorable aux Frères musulmans syriens« .

Fabrice Ballanche, qui a quand même vécu dix ans en Syrie, pointe « l’incohérence » des chiffres avancés par l’officine de RamiAbdel Rahmane : « Les pertes de l’armée syrienne sont gonflées pour faire croire à la débandade, alors qu’il n’en est rien« . Et Ballanche de préciser son propos : « Lors du siège par l’armée de Haffé (début juin, près de Lattaquié), l’OSDH a écrit que l’ASL s’en était retirée pour protéger les civils. Or, il n’y avait déjà plus de civils. Les chrétiens avaient quitté les lieux depuis 20011, les sunnites et les alaouites avaient suivi ». Et bien sûr, ce qui est vrai de Haffé l’est, à une tout autre échelle, d’une large partie de Homs.

Mais, plus encore que l’OSDH qui est, après tout dans son rôle de propagandiste, Fabrice Ballanche s’en prend à la presse occidentale, française en particulier : « Personne ne questionne les sources de l’OSDH, sa façon de rapporter les faits« . Ce, estime-t-il à bon droit, en raison d’un « parti pris » (pro-opposition) de la « majorité » (litote et euphémisme) de la presse en Franc et aux États-Unis. Et là encore, Ballanche, interrogé par La Croix, donne un exemple archétypal de ce parti pris : « Pendant de jours, l’OSDH, relayé par les médias occidentaux, a tenu l’opinion publique en haleine sur le siège de Bab Amr à Homs, mais il n’a jamais mentionné les exactions et les assassinats d’alaouites par l’opposition dans cette région ».

La journaliste de La Croix pointe de son côté l’information « largement partisane » (formulation un peu jésuitique, si l’on peut se permettre) diffusée par les chaînes qatarie et séoudienne al-Jazeera et al-Arabiya, ce à des fins géopolitiques, pour brise l’axe Liban/Syrie/Iran. Et Agnès Rotivel de passer la parole au jésuite Paolo Dall’Oglio, clairement pas un thuriféraire de Bachar al-Assad – il a été récemment expulsé de Syrie – qui rappelle une évidence silenciée par la plupart des journalistes français : « Les informateurs syriens de ces chaînes sont des activistes révolutionnaires« .

Il y a d’autres choses intéressantes encore, d’autre spécialistes interrogés dans cet article qui sauve un peu l’honneur d’une corporation assez complètement « normalisée » idéologiquement. Un article qui n’est guère tendre non plus avec la propagande gouvernementale. Mais au moins il y a rééquilibrage de l’analyse.

Et puis, même, on a des informations exclusives – et pour cause – sur la personnalité de M. rami Abdel Rahmane : l’homme aurait donc 40 ans, serait un ex-entrepreneur sunnite exilé en Grande-Bretagne depuis 2000. Il travaillerait avec l’aide d’une traductrice. Encore Agnès Rotivel ne nous dit-elle rien de ses liens avec le Foreign Office britannique. Mais elle en dit toujours plus sur le sujet que Le Monde et Libération, de « bons clients » de R. A. Rahmane…



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

42 commentaires à “Un quotidien français s’interroge – enfin – sur la crédibilité de l’OSDH”

  1. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    Non, nous savons.
    Mais il est bon que les citoyens français commencent leur découverte de la réalité de la conjuration des politiciens de notre République avec les Ultra-Sionistes-Associés et avec les Zémirois esclavagistes du Golfe Salafo-israélien.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      « Non, nous savons. »
      Lire : Nous, nous savons.

      • Rensk dit :

        J’aime bien, peu savent et ceux qui savent ne sont pas reconnu… David contre Goliath… Une chose répandue en Europe…

    • Mohamed Ouadi dit :

      Homs : tout ce qui est raconté par les médias est à l’envers
      Un ancien kidnappé par les bandes armées syriennes témoigne

      par Silvia Cattori

      Mondialisation.ca, Le 24 juin 2012
      silviacattori.net

      En nous entretenant avec un habitant de Homs qui observe ce qui s’y passe au jour le jour dans son pays (*), nous avons appris que les forces gouvernementales n’ont pas bombardé la ville de Homs, ces dix derniers jours, comme rapporté par la presse internationale.

      Ainsi, tout ce qui nous est raconté par les médias est à l’envers. Il n’est pas vrai que Homs est pilonnée par l’armée gouvernementale. Il n’est pas vrai que les autorités syriennes empêchent le CICR d’accéder aux blessés et aux malades. Il n’est pas vrai que Homs est une ville assiégée par les forces gouvernementales. Ce sont quelques centaines de rebelles qui pilonnent, qui massacrent, qui maintiennent une partie de la ville de Homs et de sa population, sous siège.

      Silvia Cattori : Les images que nos médias nous présentent de Homs montrent une ville fantôme. Nous sommes inquiets pour vous. Que se passe-t-il dans votre quartier ? Pouvez-vous sortir normalement ?

      Réponse : Oui nous sortons tout à fait normalement.

      Silvia Cattori : Ce n’est donc pas pour vous à Homs la période la plus sanglante depuis le début des troubles, comme l’affirmait ce matin Valérie Crova sur France Culture ?

      Réponse : Non ce n’est pas la période la plus difficile car nous pouvons sortir, aller acheter le pain, sortir de Homs, voyager. Nous avons connu des périodes bien plus dures où nous ne pouvions pas sortir. Le plus dur et préoccupant c’est ce que subissent les familles qui sont séquestrées depuis des mois par les forces rebelles de l’Armée libre [Armée syrienne de libération].

      Silvia Cattori : Alors nos médias mentent quand ils affirment que Homs est toujours soumise aux bombardements intensifs de l’armée régulière [1] ? Ne vous sentez-vous pas en danger ?

      Réponse : Je ne me sens pas personnellement en danger. Premièrement, dans notre quartier tout est calme. Deuxièmement, il n’y a pas à Homs de bombardements de la part des forces du gouvernement. Il y a des tirs à l’artillerie lourde mais ce sont les rebelles qui tirent en direction précisément des lieux où il y a les forces de sécurité. Troisièmement, l’armée régulière n’intervient pas. Seules les forces de sécurité sont présentes.

      Silvia Cattori : Nous avons vu, hier encore des images impressionnantes de destructions d’immeubles à Homs que l’on attribue aux bombardements de l’armée ?!

      Réponse : Les vidéos que vous avez dû voir ne sont pas des destructions récentes. Ce sont des images d’immeubles qui ont été détruits pour la plupart avant la prise de Baba Amr. Ces destructions ne sont pas dues aux bombardements des forces de sécurité. Ce sont des destructions faites par les rebelles selon un procédé qu’ils utilisent depuis des mois. Ils minent un immeuble, ils le font exploser, ils allument des pneus, puis diffusent ces images qui font croire que l’armée du gouvernement bombarde en permanence. [2].

      Silvia Cattori : Cela, ils le font toujours ?

      Réponse : Ils font cela quotidiennement. En réalité il y a des quartiers où les gens vivent normalement. Par contre, notamment dans les vieux quartiers du centre de Homs où les rebelles se sont mêlés à la population sunnite et chrétienne, les gens pris en otage, sont en grand danger. Cela représente un carré qui n’est pas très grand mais difficile d’accès pour les forces de l’ordre. Les rebelles ont miné le pourtour de ce carré. C’est pourquoi les forces de sécurité ne se résolvent pas à envisager une intervention pour ne pas faire courir des risques aux familles que les rebelles armés utilisent comme boucliers. Ce carré comprend les quartiers de Khaldiye, Warche, Bustan Diwan, Akrama et Hamidieh, aujourd’hui vidé de ses habitants en majorité chrétiens, où les rebelles ont pris leurs quartiers et ont vandalisé et brûlé les églises [3]. Je tiens à préciser que nous n’avons pas été élevés en Syrie dans le confessionnalisme. Les forces de sécurité sont embarrassées pour intervenir car, lorsqu’elles interviennent, les rebelles se vengent sur les otages. Ils jettent les cadavres à l’extérieur des quartiers qu’ils maintiennent sous siège. Ils jettent les corps…Ils jettent les cadavres des victimes sur la voie publique. Les corps sont ligotés avec des chaînes…

      Silvia Cattori : Cela s’est-il produit récemment ?

      Réponse : Cela s’est produit trois fois la semaine passée. Onze corps ont été trouvés en une semaine.

      Silvia Cattori : Des femmes, des enfants ?

      Réponse : C’étaient des hommes qui avaient été enlevés dans divers quartiers par les rebelles.

      Silvia Cattori : La population de Homs n’est-elle pas impatiente de voir libérés ces lieux et leurs habitants ?

      Réponse : Oui bien sûr. Nous, en tant qu’habitants, nous sommes très perturbés par le fait que les forces de sécurité ne sont pas intervenues pour les déloger depuis longtemps. On voudrait qu’elles interviennent avec fermeté et que Homs soit totalement débarrassée de ces bandes armées. Si la décision était prise d’intervenir, les forces de sécurité pourraient les déloger en quelques heures. Elles ne sont pas intervenues jusqu’ici car elles courent le risque de causer, par les échanges de tirs avec les rebelles, des victimes innocentes parmi les quelques huit cent personnes qui servent de bouclier aux rebelles. Chaque intervention peut entraîner des victimes civiles, les rebelles se vengent sur elles, les exécutent.

      Silvia Cattori : Ces rebelles, combien sont-ils ?

      Réponse : Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est ce qu’ils m’ont fait subir.

      Silvia Cattori : Vous avez été vous-même enlevé. Comment aviez-vous pu en réchapper ?

      Réponse : J’ai été libéré dans le cadre d’un échange, deux mois après mon enlèvement.

      Silvia Cattori : Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

      Réponse : Je porte toujours les traces des tortures subies depuis qu’ils m’ont relâché [nous ne donnons pas la date pour protéger la sécurité du témoin].

      Question de l’interprète : Peut-on vous demander quel genre de tortures ?

      Réponse : Au début c’était de la torture physique. Ils me frappaient avec de gros câbles électriques ; ils me cisaillaient le cou, ils me menaçaient de m’égorger avec un couteau, ils m’aspergeaient d’eau froide, c’était l’hiver et il faisait très froid. Puis ça a été de la torture psychologique. J’avais tout le temps les yeux bandés sauf quand ils m’autorisaient à me rendre aux toilettes. J’étais toujours seul. Une seule fois j’ai pu voir un homme qui avait été torturé ; on lui avait arraché toute la peau du dos, il était sanguinolent jusqu’au coude, je voyais l’os sortir. C’était un simple employé de la municipalité. Le simple fait qu’il travaillait pour les autorités locales faisait de lui un allié du gouvernement el-Assad.

      Silvia Cattori : France Culture vient de dire que « la Croix rouge regrette l’intransigeance du régime syrien qui interdit au CICR l’accès à la ville de Homs où les blessés attendent des secours depuis 10 jours ». Frédéric Joli, porte parole du CICR en France, interrogé par France culture [22 juin, 12h30] n’a pas précisé, comme vous le faites, que les raisons qui empêchent l’accès aux quartiers tenus par les rebelles n’incombent pas aux autorités [4]. Tout ce cela serait faux ?

      Réponse : Tout cela est totalement faux. Si le gouvernement syrien ne voulait pas laisser les secouristes intervenir, pourquoi les aurait-il autorisés à entrer en Syrie ? Ce n’est pas uniquement à cause des mines placées aux alentours des quartiers où des gens sont pris en otage qu’il n’a pas été possible d’entrer aux membres de la Croix rouge internationale. Hier, j’ai vu les véhicules du CICR et du Croissant rouge endommagés par les tirs des rebelles. Par ces tirs ils les ont obligés à rebrousser chemin. Les autorités collaborent étroitement avec la délégation du CICR pour pouvoir accéder aux familles prises en otages par les rebelles.

      Silvia Cattori : Si je comprends bien, ce dont la Syrie a le plus besoin ce n’est pas de secouristes internationaux. Le problème de votre pays est de savoir comment en finir avec les actions violentes des groupes armés ?

      Réponse : Oui, effectivement. Nous n’avons besoin ni de la Croix rouge internationale, ni d’observateurs, ni d’aucune ONG venant de l’extérieur. En Syrie nous avons tout ce dont la population a besoin. La seule chose dont nous avons besoin, est que des forces extérieures cessent de ravitailler les rebelles de l’ASL, qu’elles cessent de leur envoyer des armes sophistiquées, des lunettes de vision nocturne, etc. Si le soutien qui est apporté aux rebelles depuis l’extérieur cesse, les choses vont se calmer. Le plus grand problème est que notre gouvernement, que l’on a tant accusé de blocage, ait accepté de laisser entrer des ONG qui nous créent plus de problèmes qu’autre chose. Il y a sans doute des gens honnêtes mais il y a aussi parmi eux des gens qui ne le sont pas, et dont le témoignage trahit la réalité et aggrave notre situation en rapportant les choses de manière à donner une image faussée du gouvernement et de ce qui se passe en vérité ici. Au milieu de tout cela, le plus dur pour nous est de savoir que ce sont les grandes puissances qui sont à l’origine de nos souffrances ; ce sont elles qui soutiennent la rébellion pour mettre à exécution leurs visées sur la Syrie. Elles savent que, compte tenu du refus de ces visées par le peuple syrien qui soutient sur ce point le gouvernement el-Assad, elles ne pourront mettre à exécution leur projet que si elles font tomber ce gouvernement.

      Image diffusée le 16 juin 2012 par l’opposition syrienne montrant une épaisse fumée au-dessus d’une mosquée à Homs disant qu’elle avait été bombardée par l’armée (Shaam News Network/AFP). En fait, cette mosquée n’a pas été bombardée.

      URL de cet article :
      http://www.silviacattori.net/article3370.html

      Entretien réalisé le 22 juin 2012 et traduit simultanément de l’arabe en français par Mme Rima ATASSI. Pour des raisons évidentes nous ne révélons pas le nom de notre témoin, un cadre indépendant, âgé de 61 ans, qui réside à Homs.

      [1] L’ensemble des médias montrent des images de bombardements récents par les forces d’el-Assad qui n’ont pas eu lieu. Voir ici quelques exemples :
      « Syrie : Homs toujours violemment bombardée », Le Nouvel Observateur, 14 juin 2012.
      http://tempsreel.nouvelobs.com/video/xrjs6r.VID/syrie-homs-toujours-violemment-bombardee.html
      « SYRIE. Homs de nouveau sous les bombes de l’armée », par Le Nouvel Observateur avec AFP, 17 juin 2012.
      http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120617.OBS8880/syrie-homs-de-nouveau-sous-les-bombes-de-l-armee.html
      « Syrie : la ville rebelle de Homs de nouveau pilonnée », Le Monde.fr, 17 juin 2012.
      http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/06/17/syrie-la-ville-rebelle-de-homs-de-nouveau-pilonnee_1720009_3218.html
      « Syrie : l’armée pilonne de nouveau la ville de Homs », RTL.fr, 17 juin 2012.
      http://www.rtl.fr/actualites/international/article/syrie-l-armee-pilonne-de-nouveau-la-ville-de-homs-7749629185
      « Syrie : l’armée s’acharne sur Homs et Deraa », Le Point.fr, 21 juin 2012 , un article de l’AFP repris par de nombreux médias.
      http://www.lepoint.fr/monde/syrie-l-armee-s-acharne-sur-homs-et-deraa-21-06-2012-1476209_24.php

      [2] Nous avons visionné quelques vidéos sur la Syrie présentées par les médias « d’amateurs » pour tester la véracité du stratagème décrit par notre témoin. Résultat : on comprend qu’il s’agit de vidéos fabriquées par des professionnels à des fins de propagande. On voit toujours un immeuble exploser, un panache de fumée, le tout ponctué par Allah akbar et des tirs de rafales. Voir :
      « Syrie : Homs violemment bombardée », vidéo de l’afp, 8 juin, reprise par Libération et de nombreux quotidiens. Il est dit en arabe : « À Homs…le quartier rebelle de Khaldiyé a subi son « bombardement le plus violent depuis le début de la révolte », avec une moyenne de 5 à 10 obus par minute depuis le matin, selon l’opposition ».
      http://www.dailymotion.com/video/xreq7w_syrie-homs-violemment-bombardee_news
      Le commentaire dit : « Incendie des maisons suite aux tirs des RPG, de l’artillerie, et des chars T72. Allah akbar, le vieux Homs, Allah akbar… la mosquée Khaleb bin al Walid est bombardée. Allah akbar, ou sont les observateurs ? Le vieux Homs, Khaldiye sont bombardes par les RPG et les chars ». Le 18 06 2012. Tout est faux.
      https://www.youtube.com/watch ?v=FCpvZjXtyiA&feature=player_embedded
      « Syrie : la province de Homs toujours pilonnée », 19 juin 2012, France 24, montage vidéo de date incertaine, mis sur YouTube et repris par l’ensemble des médias.
      http://www.france24.com/fr/20120618-syrie-internet-pilonnage-province-homs

      [3] Voir : « Églises vandalisées et désacralisées à Homs », par Silvia Cattori, 19 juin 2012 (dossier d’images transmises par Vox Clamantis)
      http://www.silviacattori.net/article3344.html

      [4] Voir :
      « À Homs, le CICR attend que les bombardements cessent pour accéder aux blessés », france24.com, 21 juin 2012.
      http://www.france24.com/fr/20120621-syrie-homs-comite-international-croix-rouge-croissant-bombardements-al-assad-insurges
      http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31581

      • Djazaïri dit :

        Merci pour cet article.
        Je le répercute immédiatement sur les forums auxquels je participe.
        Et j’invite chacun à en faire de même.
        Participez à cette intifadha elecronic pour dénoncer les menées du Qatar!

        • Rensk dit :

          @ Mohamed Ouadi,

          Moi aussi j’aime bien ma compatriote nationale… de journaliste…, métier sur la liste des « en danger d’extinction » (noir, rouge, orange… pire que pour les voitures :-) ) en péril de survie, les autres ayant tous attrapé le virus du mensonge…

          Elle avait réussi a faire plier l’ONU (la seule journaliste dans le monde au travail pour cette cause juste… mon pays y a été directement impliqué et donc aujourd’hui condamné comme « injuste »…

          Elle a dû par obligation devenir « indépendante » question emplois, un peu comme Thierry Meyssan pour la France… malheureusement, en réaction a ça… elle ne parle plus souvent du pays alors qu’elle pourrait-être la seule vraie informatrice du publique concernant nos votations-élections chaque année…

          • Rensk dit :

            J’ai trouvé mais c’est ancien déjà et donc j’ai droit à l’excuse du « j’ai souvenir mais je ne sais plus trop où »…

            Il s’agit de l’homme d’affaire Youssef Nada, 77 ans, citoyen italien d’origine égyptienne. Accusé par G.W Bush de financer Al-Qaïda.

            http://www.silviacattori.net/spip.php?lang=fr&page=recherche&recherche=Youssef+Nada&valide=Chercher

          • Rensk dit :

            Tiens, je viens de me rendre compte que deux personnes qui sortent du lot dans cet État qui compte : Canton du Tessin ; habitants: 333’753 ;
            Superficie: 2’812 km² = les salaire les plus bas du pays…

            Il s’agit de Dick Marti et Sivia Cattori, l’un prouvant qu’un des membre des plus important qui se permet de menacer l’ONU… par des coupures d’obligation financière !!! Puis elle, un grain de sable qui a fait flancher l’ONU et sa liste noire américaine…

    • Collin dit :

      Rassurez vous,de très nombreux Français,silencieux face à la propagande de nos « journalistes »,ont compris ce qui se passe dans votre pays.

      D’après un récent sondage,il y aurait près de 48% de l’opinion contre une intervention « armée » en Syrie.

      Alors, OK,cela peut paraître peu,face aux 52% autres qui « seraient »en faveur d’une intervention.

      Mais outre que l’on doit toujours se questionner sur l’honnêteté et la fiabilité de tout sondage,ces 48% sont des gens informés et qui ont compris,versus les 52% qui sont quotidiennement « lobotomisés » par le « journal » TV.

      La différence est qualitative.

  2. l'ingenue dit :

    Mais nous savons aussi que ce Rami Abderrahmane n’est autre chose qu’une couverture du MI6 britanique et de sa soeur CIA. Sinon comment croire que tous les journalistes prennent ce qu’il dit pour verité premiere
    Donc les journalistes sont soit pas vraiment libres de leur ecrits soit complices

    • lafleuriel dit :

      oui on s’est questionné dès le début et ensuite on a questionné tous ces médias de manipulation qui croyaient de nouveau qu’on pouvait gober leurs mensonges. ET dont Le Monde et France 24 et tous ceux qui ont suivi et se sont emparés de la bonne affaire ! Ils en sont coutumiers mais ne rendent jamais des comptes ; des journaux ? et des journalistes ? les auteurs « des Chiens de garde » sont finalement loin du compte. On ne touchera jamais le fond…ET juste pour le rictus….le déballage entre journalistes continue quand maintenant les uns accusent les autres à propos de la docilité dans le motus et bouche cousue de l’affaire DSK. Comment ils ont encensé BHL sans vergogne ? Mais avec l’OSDH c’est le sommet ! Et comment ces gens du Monde continuent leur chemin sans aucune morale et nous bassine avec leur « éthique » ? RAS Le bol et merci Monsieur Ballanche qui arrive à se faire entendre quand nous pour la plupart on est obligé d’affronter leur censure bien imprégnée de leur mépris (dont on se fiche d’ailleurs ) Et pour exemple un que j’envoie sur la simple mention  » la Turquie membre musulman de l’Otan et je eur demande si on doit précisé USA membre chrétien de l’Otan et etc.. le Parisien me censure car c’est contraire à la conduite éthique du journal ! Le Parisien: un journal qui tique sur la morale , on rêve non !

    • kegan dit :

      Alain Soral dit qu’ »un journaliste soit il est chomeur soit il est prostitué »..

  3. sowhat dit :

    Cette bande de crétins n’ont même pensé à créer plusieurs OSDH pour au moins créer l’illusion de l’objectivité de l’information et et de la diversité des sources. Ils ont mis tous leurs oeufs dans le même panier. Bien sûr maintenant, 16 mois après, c’est trop tard :)

    • salam dit :

      Un journaliste, Bahar Kimyongür, a écrit un article dans lequel il annonce la création d’un Observatoire turc des droits de l’homme (OTDH)
      http://www.michelcollon.info/De-la-torture-en-veux-tu-en-voila.html
      Il s’agit, bien entendu, d’un clin d’œil à l’OSDH…

      • sowhat dit :

        Mais ce n’est pas juste un clin d’oeil car la Turquie d’Erdogan s’illustre avec éclat dans le domaine des droits de l’homme (j’ironise de crainte qu’un candide ne passe tout près) , c’est le pays où il y a le plus de journalistes en taule. Les rapports signalant des violations graves et répétées sont accablants en ce qui concerne la Turquie.

    • Espoir dit :

      La Syrie a longtemps été un pays méconnu, inconnu. Dommage qu’il se fasse connaître comme ça. Vous avez raison Sowhat, c’est un peu tard pour rétablir la réalité dans la consience collective. Il va falloir beaucoup de temps et de patience aux Syriens pour se refaire une place dans le Monde. Une place qu’ils méritent.

      • Mohamed Ouadi dit :

        Mais les syriens ont déjà cette place de choix dans le monde. Quand depuis 15 mois ils ont préoccupé TOUT le monde, JAMAIS, et au grand jamais un pays n’a fait couler autant d’encre, et fait l’objet de tant de mensonges, et mobilisé autant de médias et de pays, et occasionné autant de réunions des instances panarabes et onusiennes, et divisé le monde en deux pôles et deux blocs, et fait transgresser toutes les chartes et les lois internationales, au point où des alliances même avec le diable terroriste se sont faites contre la Syrie, et que l’avenir du nouvel ordre mondial et du repartage de l’influence géostratégique passe par la Syrie …!

        • Marie dit :

          Que signifie avoir une place dans un monde où les rapports de forces dominent.
          La Russie est pour l’occident une dictature méprisable pour le reste du monde l’espoir d’un ordre international plus juste et le barrage à un empire dont la majorité des ressortissants estiment encore à la pointe de l’humanité.C’est un colosse aux pieds d’argile et qui possèdent une force idéologique telle qu’elle a la possibilité de recycler en sa faveur n’importe quel mensonge.
          L’occident présomptieux a fait et fait parler de lui mais c’est pour dominer.
          Aujourd’hui la Syrie est amenée malgré elle à servir de révélateur, c’est un cruel destin et l’issue de la guerre en dictera les conclusions.
          La Syrie n’était pas encore entré dans le monde virtuel et reste accroché à la réalité( en témoigne les informations concernant le prix des denrées alimentaires) .Elle a conscience de ses fragilités et a un sens exacerbé de ce qui fait sa force.
          Dans nos pays, on pense être protégés par des technocrates et un système basé
          sur la technologie.Mais on ne maîtrise rien.
          L’Occident n’a jamais vraiment évoqué la grandeur d’un pays hors de son idéologie mercantile si ce n’est pour son exotisme ou son retard industriel.
          Peu importe ce qu’en peuvent penser les pays nantis, ce n’est pas par rapport à eux que doivent s’affirmer nombre de pays qui n’aspirent qu’à exister sans chichi sans surmédiatisation sans marketing en continuant à utiliser leur bon sens et leur humanisme, ce dont on manque cruellement…

          • sowhat dit :

            « Aujourd’hui la Syrie est amenée malgré elle à servir de révélateur, c’est un cruel destin et l’issue de la guerre en dictera les conclusions. »

            absolument d’accord

          • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

            La « démocratie » américaine me fait rire.

            Les élections sont libres ?
            Oui, mais les candidatures ?

            Mais les candidats sont adoubés par les lobbies ultra-sionistes et les grands donateurs dollariâtres.

            Et 40 millions (soit, environ 10% du pays)se disent « chrétiens sionistes », comme qui dirait « ange démoniaque », et ont juré de défendre Israël dans ses ambition les plus extrêmes.

            Démocratie Cannibale.

            Hélas ! la France en prend dangereusement le chemin.

            Pas sionniste ?
            Pas admis !

        • Espoir dit :

          C’est vrai Mouhamed ( que je lis régulièrement). C’est vrai…
          On a passionné le Monde …et ce n’est pas fini.
          Je prie pour que ce soit dans le bon sens. Plus que jamais j’aime cette terre. Plus que jamais je me sens Syrienne. Plus que jamais je trouve notre armée noble, noble, noble.

  4. Dziri dit :

    En mars, je titrais déjà:
    Pourquoi il n’y a pas eu de désastre humanitaire à Homs

    http://mounadil.wordpress.com/2012/03/07/pourquoi-il-ny-a-pas-eu-de-desastre-humanitaire-a-homs/

  5. The Truth dit :

    La Croix, ils écrivent une fois de leur vie ce genre d’article qui dit un peu plus la vérité que d’habitude, mais après ils reprennent leur train-train quotidien et diffusent des centaines d’articles copié-collé de l’AFP et Reuters. Il n’y a pas plus de logique chez ces journalistes. De toute façon c’est comme les politiciens actuels. Ils disent tous un truc et font son contraire.

    • Marie dit :

      très juste , si bien que le lecteur ne s’y retrouve pas et que la vérité ponctuelle ne dure pas assez pour diluer l’enfumage.C’est d’autant plus tragique qu’on aurait pu penser que les magazines chrétiens seraient plus sensibles sur le sort des chrétiens d’Orient.
      Ce qui prouve bien que l’on ne peut rien attendre du système et que seuls sa dénonciation globale et son effondrement pourra faire émerger d’autres tendances.
      cela fait d’autant plus peur que la machine est puissante et l’absence de contre pouvoirs,( soupapes de sécurité) n’augure rien de bon….

      • djizehel dit :

        Pas d’illusions à se faire, toute la presse est sous contrôle sioniste, chrétienne ou autre et pas seulement en France, voire les atermoiements pour ne pas dire la schizophrénie de l’Agence Fides, l’agence du Vatican.

  6. Djazaïri dit :

    Exact, j’ai vu cette après midi dans un kiosque de gare en Une de la Croix l’annonce d’un reportage en pages 2 et 3 consacré aux mensonges des médias français.
    En page Une du Monde B.Barthe avait l’air d’être critique.
    Enfin le JT d’Arte 19h45 a été d’une violence contre le Qatar. Rarement j’ai vu une telle critique.

  7. Binze dit :

    Surtout pas d’indulgence.
    Les journalopes retournent leur veste quand leur manipulation de l’opinion publique a échoué.
    Il suffit de lire les commentaires des articles pour se rendre compte de la quantité de lecteurs qui ne sont plus dupes du parti pris de la propagandastaffel française collaboratrice.
    Pour garder un minimum de crédibilité aux yeux des lecteurs ils prennent leurs distances du discours géopolitiquement correct. Sans çà ils appelleraient à la guerre et au lynchage de la famille al assad.
    Ils doivent être condamnés pour crime contre la paix.

  8. joseph cotton dit :

    Paris est acheté à tour de bras par les Qataris. Je ne suis pas surpris de voir grandir une sérieuse antipathie de la part de parisiens pour ces bédouins arrogants qui se prennent pour des seigneurs.

    • Djazaïri dit :

      Mais de plus en plus d citoyens se posent des questions.
      C’est un contexte idéal pour dénoncer les menées politiques du Qatar dans le monde arabe et en Syrie.
      L’occasion d’intervenir sur la Toile et par divers moyens pour disqualifier le Qatar dans l’opinion publique.
      ps: les jeunes de banlieue n’ont pas eu les 50 000 000 d’euros promis par le Qatar (cela va faire de nouveaux mécontents).

    • sowhat dit :

      Compte tenu des nombreuses facilités et exemptions fiscales que les pourris incompétents qui sont au pouvoir en France ont octroyées aux qataris, on est légitimé à déduire que ces derniers achètent à vil prix, en tout cas en dessous du prix réél.

    • Anar dit :

      Mais les gars, vous avez voté, ou peut-être pas. Mais, si tel es le cas vous saviez que le PS a plus de potes au Qatar que les autres « grands » partis français. Le PSG est Qatari, ce n’est pas nouveau. Dans ma ville un centre commercial, hébergeant de très grandes marques – don MacDo – est Koweitien depuis sa construction. Et le Qatar a -ou veut – acheté de grans Palaces Parisiens. Brefs Nos dirigeants vendent notre pays à des milliardaires.

      • Rensk dit :

        Presque-ça… mais faut quand-même y faire des crrrections

        L’anarchisme est une philosophie politique qui présente une vision d’une société humaine sans hiérarchie, et qui propose des stratégies pour y arriver, en renversant le système social habituel.

        Plusieurs courant :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Anarchisme#Courants

        La Chaux-de-Fonds est une de ses « capitale » mondiale (le courant n’étant pas mentionné mais l’anar est dans l’histoire de la ville et de la région (voir Jura :-) )

  9. BWANE dit :

    Il devient clair comme la pure lumière du jour que tous nos journalistes officiels nous mentent en connaissance de cause. Bien, ils ont en travers de la plume ou de la consoles pas mal de cadavres, libyens, syriens, irakiens, yougoslaves, somaliens, ivoiriens, afghans…(je me limite à l’histoire récente), il faut reconnaître qu’ils sont internationalistes à leur façon très spéciale.

  10. Djazaïri dit :

    Le site anp dz (site de patriotes Algériens) met en ligne à la rubrique « Syrie » des photos d’islamistes qui étaient en Libye et qui sont maintenant en Syrie.
    On voit nettement leur visage. Ils sont reconnaissables.

  11. Rensk dit :

    Voici ce que disent les « sages » de la liberté de la Presse en Syrie :

    « Après avoir étudié les rapports médiatiques réalisés par des journalistes arabes et étrangers, dont certains se sont infiltrés et autres sont entrés en Syrie sans afficher leur profession, le conseil a trouvé que ces rapports ne prennent pas en considération les règles professionnelles qui prohibent l’incitation à l’assassinant et à la haine », a affirmé le conseil dans un communiqué publié aujourd’hui, soulignant que ces rapports exploitent l’information pour la falsification et l’incitation confessionnelle et s’éloignent de cette profession basée sur la transmission des faits et des informations sans falsification.

    Il s’est étonné de la violation par nombre de journalistes étrangers des plus simples des règles de l’action médiatique et des chartes d’honneur journalistiques en falsifiant les informations et les rapports relatifs à la crise syrienne.

    Le conseil a observé des pratiques non professionnelles de certaines agences de presse, et mis la main sur une implication flagrante d’une agence internationale dans la propagation des informations et des reportages incorrectes et non-objectives, basés sur l’incitation confessionnelle, la violence et la provocation de la guerre civile, la chose qui reflète leur manque des moindres règles de l’action médiatique et peut atteindre l’incitation au crime contre l’humanisme.

    Et un autre exemple qui avait fait scandale en Suisse puis, la démission de l’intéressé :

    Pour le Conseil de la presse, les médias ont joué leur rôle de «chiens de garde de la démocratie» dans l’affaire Hildebrand. Cela vaut aussi pour la «Weltwoche», dont les révélations ont finalement conduit à la démission du président de la Banque nationale.

  12. [...] Un quotidien français s’interroge – enfin – sur la crédibilité de l’OSDH [...]