• Actualité
  •  

Les combats se poursuivent ce lundi, de Deir Ezzor, Idleb, Homs et Rastan, selon l'OSDH. L'agence syrienne Sana signale  l'explosion de deux bombes ce lundi matin, dans le quartier de Barzeh à Damas, l'une placé sous une voiture devant l'hôpital de Hamich, l'autre près de l'école Abdel Ra'ouf Saïd. Le chauffeur de la voiture piégée, un militaire, a été tué, tandis que l'autre engin faisait deux blessés civils. Une autre voiture piégée a pu être neutralisée dans le secteur de [...]



220 soldats et policiers tombés en juin, dans une guerre d’agression étrangère et non pas civile

Par Guy Delorme,



Un cercueil parmi quelque 2 000 autres : pas d'autre alternative, pour que leur sacrifice n'ait pas été vain, que d'écraser leurs meurtriers

Les combats se poursuivent ce lundi, de Deir Ezzor, Idleb, Homs et Rastan, selon l’OSDH. L’agence syrienne Sana signale  l’explosion de deux bombes ce lundi matin, dans le quartier de Barzeh à Damas, l’une placé sous une voiture devant l’hôpital de Hamich, l’autre près de l’école Abdel Ra’ouf Saïd. Le chauffeur de la voiture piégée, un militaire, a été tué, tandis que l’autre engin faisait deux blessés civils. Une autre voiture piégée a pu être neutralisée dans le secteur de Jaramana, dans l’agglomération de Damas.

Un groupe d’insurgés a été anéanti au cours d’un raid de l’armée à Douma (banlieue nord de Damas) : l’opération a fait un victime chez les soldats. Un accrochage a par ailleurs eu lieu à Salma, (province de Lattaquié), qui a fait cinq morts chez les militaires et un nombre non précisé de tués et de blessés chez les terroristes.

Ces derniers ont renoué avec leur pratique de sabotages des installations énergétiques en coupant un oléoduc acheminant le gaz de Deir Ezzor à Homs : stratégie du chaos et de la misère, corollaire et complémentaire des attentats et de la guérilla. Sans doute, le CNS et l’ASl, pour ce qu’ils contrôlent de la situation, espèrent-ils que les pétro-monarques paieront les dégâts, après la « victoire ». Si la victoire, comme nous avons de bonnes raisons de le penser, revient au gouvernement, celui-ci sera fondé à établir des factures, et à les adresser à ces pays, et aussi à tous ceux, Turcs, Américains, Français, Britanniques, qui ont prodigué un assistance technique – au sens large – à ces bandes.

Guerre conduite de l’Étranger, faite par nombre d’étrangers

Trois jeunes volontaires islamistes libyen et tunisiens après leur capture en Syrie, en mai dernier...

... et trois de leurs collègues tunisiens, qui leur ont succédé quelqus jours plus tard à la télévision syrienne...

À propos  de participation étrangère à la destruction de la Syrie, le chef théorique de l’ASL, le « colonel » Ryad al–Asaad, a démenti la présence de combattants koweitiens dans ses rangs, ainsi d’ailleurs que celle d’étrangers. Al-Asaad a expliqué que l’ASL n’avait « pas besoin » de ce renfort : piquant de la part de quelqu’un qui pour sa survie et celle de son état-major, ainsi que de nombre de ses groupes, dépend du gouvernement turc et de deux ou trois services occidentaux, sans parler des dollars du Golfe. Al-Asaad a attribué ces accusations, qui « portent préjudice à la révolution » (pas plus que l’admiration de Shimon Peres pour l’ASL, NdlR) au gouvernement syrien. Sauf que l’information vient… d’un journal koweitien : le quotidien Al-Qabas a confirmé la présence de dizaines de Koweitis dans les rangs de l’insurrection syrienne. Et aussi de Séoudiens, d’Algériens et de Pakistanais ; le chiffre de 250 a été avancé. Par ailleurs, même la presse occidentale a reconnu l’entrée par la Turquie de plusieurs centaines de Libyens. Des volontaires tunisiens ont également été tués ou capturés par l’armée syrienne. Enfin , tout le monde sait que le gouverneur CNT de Tripoli – et ex-compagnon de Ben Laden en Afghanistan – Abdelhakim BelHadj, est entré en Syrie pour y poursuivre sa révolution sunnite assistée par l’Occident.

L’existence de ces brigades internationales islamiste est à en effet un secret de Polichinelle : en expliquant à ses lecteurs que les membres de l’ASL réceptionnaient ces aspirant-djihadistes à la frontière turco-syrienne (ou syro-libanaise), avant de les armer puis de les répartir dans des groupes combattants, al-Qabas ne fait que suivre des journaux français comme Le Figaro ou Valeurs Actuelles, pourtant plutôt dans la mouvance atlantiste. La seule question qui se pose est de connaître le nombre exact, en juin 2012, de ces volontaires, et leur proportion au sein de la mouvance activiste « syrienne ». Ce n’est pas forcément chose facile, même en cas de capture ou de mort, car comme l’indique al-Qabas, les « gentils organisateurs » de l’ASL prennent soin de munir les arrivants de faux papiers syriens. Toutefois, à Bab Amr, les services syriens ont recensé un certain nombre de ressortissants étrangers, parmi les morts et les prisonniers.

Rappelons que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a affirmé, samedi 9 juin, que son pays avait « suffisamment de preuves » quant à l’implication étrangère, sus toutes ses formes, en faveur de l’insurrection. Il a même confié aux journalistes qu’il avait pu constater, au cours d’entretiens privés,  que ses collègues de la diplomatie occidentale étaient parfaitement au courant de ces aspects « pratiques » de la « révolution » syrienne. La présence d’activistes étrangers dans les rangs de l’ASL a également été dénoncée par un opposant majeur (mais non inféodé au Qatar et au CNS) au régime, Haytham Manaa (voir notre article « Haytham Manaa dénonce le Qatar, et les mercenaires étrangers », mis en ligne le 9 mars) : bref al-Asaad peut encore convaincre par ses dénégations quelques abonnés du Monde, quelques « candides » occidentaux, mais le roi est nu, et la dimension étrangère de l’ASL est bien établie.

Sana continue par ailleurs de signaler les obsèques de soldats et policiers : 25 encore ce lundi, soit un colonel, deux adjudants-chefs, deux sergents-chefs, trois sergents, deux caporaux, treize conscrits et deux policiers ; un avocat assassiné a été associé à ces funérailles. Avec celles célébrées samedi et dimanche, cela fait 103 personnels de l’armée et la police portés en terre en trois jours. Qui s’ajoutent à environ 120 tombés au cours de la première semaine de juin : plus de 200 militaires et policiers sont donc tombés au combat, ou victimes d’attentats et d’assassinats, depuis le début du mois.

Cette escalade témoigne d’une véritable guerre. Mais pas d’une guerre civile :  l’ASL et les groupes de barbus à fort recrutement étranger ne représentent pas une partie significative du peuple syrien, mais une force disparate, encore qu’efficace à son niveau, sous perfusion financière, logistique et politique arabo-occidentale, de quelques milliers de combattants-terroristes. Une prolifération cancéreuse qu’il faut traiter de toute urgence, quoi qu’en disent Ban Ki-moon et Kofi Annan qui n’ignorent évidemment rien de cette réalité. Une réalité qui rend le plan de paix onusien chimérique en l’état.

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

75 commentaires à “220 soldats et policiers tombés en juin, dans une guerre d’agression étrangère et non pas civile”

  1. Aa dit :

    La turquie est le pays le plus responsable de la mort et du chaos en syrie , les turques entrainent les terroristes , leur donne des armes sophistiqués ect…Un journal proche du pouvoir syrien a dit que les turques avaient utiliser la mission de l’onu et le manque de securité pour infiltrer 2000 mercenaires arabes qu’ils avaient entrainés dans des camps !
    La syrie devra se venger de sa facon tres forte contre la turquie pour le sang coulé de l’armée et des civils innocents n’est pas coulé pour rien

    • sowhat dit :

      Ce ne sont pas les turcs en général mais le gouvernement Akp d’Erdogan qui est responsable de cela. La société civile turque est contre cette politique.

    • idriss dit :

      facile la syrie doit leur rendre la monaie de leur piece en armant et soutenant les kurdes turc.donner des armes anti char et anti aerien aux kurde et les turc auront un autre bien difficile digerer.

      • joska dit :

        idriss, je comprend votre raisonnement, le sens de la loi du talion, mais là n’est pas la question, le gouvernement n’est pas un gouvernement assassin comme le cns, l’asl et tous leurs amis, donc ennemis du peuple et pouvoir syrien! Erdogan est fini, et là ces jours sont compter, ce qu’il demandait avec l’otan, les pays du golf, « tu dois partir du pouvoir et du pays mort ou vif » mais le compliement se retourne contre ce traitre et ses alliés qui semble-t-il veulent faire la pluie et le beau temps dans la région, qu’ils ne connaissent vraiment pas, ni la mentalité des vrais syriens, l’histoire a parlé et parlera encore, Boulimie Hyper Loukoumé (bhl) va devoir réviser ses leçons et retenir sa pseudo hardiesse propagande de pacotille! J’ai confiance au peuple syrien, malgré ses craintes combattra jours et nuits les ennemis de la Syrie, même s’il faut verser leur propre sang sans épargner ces envahisseurs extrémistes assassins

      • Tarico dit :

        pas d’accord.
        On est plus dans les 70′s. C’est plus Hafez, c’est Bachar.
        Allumer des incendies n’éteint pas l’incendie.

  2. sowhat dit :

    GLOIRE A NOS MARTYRS

    • Mohamed Ouadi dit :

      Groupes armés syriens déçus et prêts à déposer les armes !
      Un groupe syrien armé ne ressemblant pas aux autres mouvements de combattants !

      La plupart des dirigeants de l’opposition syrienne armée et les officiers déserteurs ont une perception différente de l’avenir de la révolution. Ces derniers savent très bien que l’armement entre leurs mains ne peut affronter l’armée syrienne. « L’argent et l’armement que nous fournissent la Turquie, l’Arabie Saoudite et Qatar, ne suffisent pas pour renverser le régime ou pour battre une armée comme l’armée syrienne ; ils ne font qu’élever le nombre de martyrs ».
      Le sentiment de perte est une chose partagée par des factions combattantes. Le nombre de morts se compte par milliers, et est appelé à la hausse. Au milieu de cela, ces derniers déclarent, en privé, que lorsque le régime décidera de trancher, ils seront tous des projets de martyrs. Devant cette conviction, ces derniers cherchent une opportunité pour arrêter l’effusion du sang syrien. Ils appellent à un dialogue entre les forces de l’opposition armée, sous protection de l’ONU.
      Redouane Mourtada

      Les forces de l’opposition syrienne sont unanimes que les plus grandes brigades de combat, en Syrie, sont au nombre de trois :
      - Brigade « Rijals Allah » ;
      - Brigade « Khalid ibn Al Walid » ;
      - Brigade « Al Farouk ».
      Chacune de ces brigades a des orientations et des visions différentes de l’autre, puisque la brigade « Khalid Ibn Al Walid » relève du mouvement des frères musulmans qui les soutient, tandis que la plupart des membres de la brigade « Al Farouk », sont des salafites qui reçoivent l’argent et les armes de l’Arabie Saoudite, alors que la brigade « Rijals Allah » et les autres groupements tels que « Katibat Ali Ben Abi Taleb », sont quelque peu marginalisés parce qu’ils refusent de suivre des agendas extérieurs ».

      Le secrétaire général du mouvement « Al-Radif Al-Thaouri », connu sous le pseudonyme de « Abou Abdul Rahmane », a dit : « notre présence militaire s’étend au Rif de Damas, Damas, Rastane, Alep et Lattaquié », il parle de l’existence de 6200 combattants qui relèvent du mouvement, inscrits sur des listes nominatives, précisant le type d’arme en possession de chaque membre parmi eux, soulignant qu’ils sont prêts à déposer leurs armes, si on leur présente des gains politiques et une protection de l’ONU. Il parle de la brigade « Rijals Allah » qui était commandé par le capitaine dissident Amjad Al Hamid avant sa mort. Aujourd’hui, cette brigade est dirigée par le capitaine dissident Hudeifa Al Kacem. Il y’a aussi la brigade Omar Ibn Al Khattab dirigée par le capitaine dissident Faiz Al Abdullah, et la « katibat Abou Bakr Asseddik », dirigée par le lieutenant dissident Oqba Saad Eddine, et entre ces deux, les sources de l’opposition parlent de déploiement de groupes ayant une pensée takfiriste qui visent à faire échouer la révolution, et les mêmes sources révèlent le déclenchement de combats entre les groupes de l’opposition pour contrôler le terrain.

      L’un des dirigeants des factions combattantes en Syrie exprime sa déception sur l’état actuel de la révolution, le dirigeant qui se surnomme « Ibn Sham Al Thaer », qui dirige la katibat des martyrs de Rif de Damas, estime que la responsabilité de la détérioration revient aux dirigeants connus médiatiquement, tels que le colonel Mustapha Cheikh et le colonel Ryad Al Asaad et le colonel Kacem Saad Eddine. Il souligne que ces derniers ne cessent de proférer des menaces et des intimidations, sans que soit mis en œuvre aucune d’entre elles. De ce fait, souligne-t-il, une grande partie du peuple a perdu confiance en l’ASL. Par ailleurs, « Ibnou Sham Al Thaer » dit que, politiquement, il relève du mouvement du « Radif Al Thawri », dont il partage les mêmes convictions et objectifs, soulignant la nécessité de créer une brèche dans les murs entre les factions pour parvenir à une solution qui va épargner le sang du peuple syrien. Et, il parle des massacres attendus très prochainement, appelant à ce qu’une quelconque initiative soit trouvée par les amis du peuple syrien pour éviter leur mort. La position de ce révolutionnaire, situé dans la profondeur du territoire syrien, diffère de beaucoup de positions d’opposants qui se trouvent en dehors de la Syrie. L’un des membres des brigades de combat, connu sous le nom de « Alaa Al Cheikh », se trouvant en Arabie saoudite, confirme que la victoire sera l’alliée des rebelles. Il parle du moral élevé des combattants, en tranchant que ces derniers « voient le paradis au bout du canon de leur fusil, parce qu’ils se battent selon une doctrine ».

      L’ONU est responsable !

      En parallèle, des opposants du mouvement « Al Radif Al Thawri » concluent en disant que « le renversement du régime est inexistant compte tenu des armes entre les mains des rebelles ». Quant à leur objectif, le secrétaire général du mouvement répond « nous soutenons le renversement du régime dans le cadre des dispositions du plan Annan ». Il ajoute : « il y’a ceux qui disent qu’il faut laisser le pays se perdre pour 10 ou 15 ans, pour revenir par la suite, mais nous disons que nous voulons que le plan Annan arrête le versement du sang et nous éviter le chaos ». Le plan qu’il évoque n’existe pas encore, du moins à présent, mais il souligne qu’une feuille de route serait plus saine au milieu de la fragmentation au sein des groupes de l’opposition syrienne. Il souligne que le chaos de l’armement sera répercuté sur les rebelles eux-mêmes. C’est pourquoi, il propose des tentatives pour unir les rangs. Est-ce possible ? Question à laquelle il répond : « à Al Radeef Al Thawri », nous sommes capables de rassembler les différentes factions qui contrôlent le terrain ». Et, partant du fait que celui qui contrôle le terrain, contrôle les négociations, Abou Abdul Rahmane demande aux « Nations Unies d’assurer leur protection, au cours de leurs réunions, pour conduire un dialogue qui va les faire parvenir à une vision unifiée », à part « si les NU ne veulent pas de réussite de ce processus » ; Il révèle des tentatives de contact entrepris par des dirigeants du mouvement « Al Radif Al Thaouri » avec l’ONU sans recevoir de réponse. Il ajoute en disant : « nous, nous sommes capables de conduire un dialogue, nous voulons que Kofi Annan nous protège, pour nous réunir et dire ce que nous voulons ». Il s’étonne de la position du conseil national qui refuse le dialogue, s’interrogeant : « où est ce que nous allons ? ». Il conclut : « personne ne représente le peuple syrien, parmi ceux qui se trouvent en dehors de la Syrie »

      La plupart des dirigeants de l’opposition syrienne armée, et les officiers dissidents divergent dans la vision de l’avenir de la « révolution ». L’incertitude est suspendue entre deux incapacités. Une incapacité à renverser le régime et une incapacité à continuer la révolution sans résultats. Ces derniers privilégient que le régime va commencer à conclure dès l’annonce de l’échec du plan Annan. En plaisantant, l’un d’eux a dit : « nous serons tous des martyrs après la décision de conclure ». Ils s’efforcent à improviser des solutions pour épargner le sang du peuple syrien. Et, ils ne trouvent de solution que par un accord entre les forces de l’opposition armée, sous protection onusienne, en particulier, on ne peut compter sur un contrôle du terrain qui ne s’accompagne pas de gain politique.
      Devant cet accord, se dresse un obstacle que tous les dirigeants et les officiers déserteurs occultent de nommer. Chacun d’entre eux, ose dire, en privé : « il n’y a aucune chance devant nous pour affronter le régime ni même de le repousser », mais leur crainte de l’accusation de trahison, les empêche de le dire, publiquement. L’un d’eux a dit : « ils vont nous accuser de vendre le sang des martyrs qui sont tombés », et un autre répond : « nous conservons le sang des martyrs si nous évitons à notre peuple des massacres et en ne le poussant pas au malheur ».
      Ces derniers présentent une solution qui peut être une opportunité pour encadrer la révolution sinon il n’y aura de place ni pour un renversement du régime ni à l’acquisition des gains politiques. Jusqu’à tout récemment, il y avait deux espoirs qui pointaient à l’horizon … intervention militaire ou coup d’Etat qui renverse la direction actuelle, conduit par un officier qui réunit derrière lui le peuple et les factions armées. Le premier espoir s’est évanoui, et le second, les observateurs s’accordent pour dire que jusqu’à présent, il n’y a aucune personnalité qui présente ces caractéristiques, du moins à court terme. Il ne restera que le dialogue ou la chute de la Syrie. Une conclusion sur laquelle un grand nombre d’opposants se sont accordés.

      S’unir ou arrêter la révolution !

      « Nos objectifs sont défensifs, nous n’entreprenons pas d’actions offensives, dit le chef de la brigade Ali Ibn Taleb, le lieutenant dissident Faiz Abdallah, soulignant que le champ d’action de la brigade se limite à Rif de Homs. Abdallah révèle que le nombre des membres de sa brigade est de 140 combattants, soulignant que son groupe est « autonome » avec des motivations nationales et ne dépend de personne ». Le chef du groupe exprime son inquiétude sur la situation sur le terrain, soulignant que les « armes qui sont en leurs possessions ne sont pas efficaces pour faire face à l’arsenal du régime ». La déception d’Abdallah, ne peut être dissipée, sachant que c’est son groupe qui a affronté le régime lors de son entrée dans la ville de Rastan. Comme les autres, il porte la devise « la victoire ou le martyr », mais il ne rejette aucune initiative pour préserver le sang des syriens, à condition de ne pas sacrifier le sang des martyrs. De même, il parle des indications qui annoncent l’approche du moment de la conclusion de la solution militaire, que « le régime semble avoir décidé de poursuivre ». Il confirme son refus de négocier avec le régime, parce qu’il n’a jamais fait preuve de bonnes intentions. Il a ajouté : « nous voulons des garanties qui nous protègent », exprimant son soutien à un dialogue élargi et véritable avec toutes les factions combattantes. Abdallah révèle à « Al Akhbar » qu’un dialogue pour unir le front et la vision a commencé entre les factions combattantes depuis près de 10 jours. En cas d’échec, sans parvenir à un accord, l’officier dissident, est catégorique pour dire que lui et son groupe vont se retirer de la révolution et jeter leurs armes.

      Source : article en arabe du journal libanais Al Akhbar, publié le lundi 11 juin 2012, http://al-akhbar.com/node/95177 et traduit pour Infosyrie par Mohamed Ouadi

  3. Souriya ya habibati dit :

    Berroh beddam nafdika ya Bachar wa
    Souriya Allah hamiha

  4. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    La Turquie, de toute son histoire, a été une ennemie de la Syrie.

    Ses relations avec Israël étaient notoires, sauF l’épisode de Gaza, qui a amusé les couloirs de la presse occidentale.

    Depuis plus d’un an, La Turquie est vite retournée vers sers amours contre nature avec les Sihonnistes.

    Qu’espère-t-elle récolter, hors les faveurs des Etats-Unis et d’Israël ?

    Une politique responsable ne se fonde pas sur le crime.

    Les UIltra-Sihonnistes-Associés l’apprendront à leurs dépens, un jour ou l’autre, la Turquie de même.

    L’Erdogagnera RIEN.

    • joska dit :

      Syrie.Eternelle, des amis m’ont inviter à voyager pour la Turquie, et en réponse, sèchement, je leur ai répondu mais pourquoi aller dans un pays dirigé par un immonde opportuniste qui ne vise que l’adhésion à l’EUrope

      • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

        Je parle de la Turquie politique, dont les dirigeants furent les Ottomans, puis les dictateurs (Moustafa KAMAL, puis les généraux) et, maintenant les Islamistes de l’AKP.
        Le peuple turc, je ne le connais pas, mais il ne doit pas être aussi impérialiste que ses dirigeants

        • sowhat dit :

          Il faut insister sur le fait qu’il y a un nombre impressionnant de turcs hommes et femmes qui ont bravé les intimidations des nervis de l’Akp pour aller manifester en soutien à la Syrie et à son président et contre la politique d’Erdogan. Et qui sont ces turcs sinon les représentants les meilleurs de la société civile turque ? car manifestement ils appartiennent au classes moyennes éclairées éduqués et laïques et de surcroît européistes. Il ne faut pas se tromper d’ennemi et jeter des anathèmes collectifs. Et d’ailleurs ces turcs connaissent bien l’orient et ses réalités. Leurs problèmes c’est aussi quelque part ceux de la Syrie et de nombre de pays de la région …

          • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

            Bien entendu, ceux-ci sauvent l’honneur du peuple turc.
            Pour ce qui me concerne, je critique sa classe dirigeante, comme je le fais concernant la classe dirigeante de France.

      • Candide créateur du plan du même nom dit :

        « pourquoi aller dans un pays dirigé par un immonde opportuniste qui ne vise que l’adhésion à l’EUrope »

        Par contre ça ne te dérange pas de vivre en Europe, dans un pays qui critique les assassins qui dirigent la Syrie ?

  5. albert dit :

    Dans quelques jours, peut-être dès vendredi 15 juin à midi, les Syriens qui voudront regarder les chaînes nationales verront celles-ci remplacées sur leurs écrans par des télévisions créées par la CIA. Des images réalisées en studio montreront des massacres imputés au gouvernement, des manifestations populaires, des ministres et des généraux donnant leur démission, le président el-Assad prenant la fuite, les rebelles se rassemblant au cœur des grandes villes, et un nouveau gouvernement s’installant au palais présidentiel.

    Cette opération, directement pilotée depuis Washington par Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale des États-Unis, vise à démoraliser les Syriens et à permettre un coup d’État. L’OTAN, qui se heurte au double veto de la Russie et de la Chine, parviendrait ainsi à conquérir la Syrie sans avoir à l’attaquer illégalement. Quel que soit le jugement que l’on porte sur les événements actuels en Syrie, un coup d’État mettrait fin à tout espoir de démocratisation.

    Très officiellement, la Ligue arabe a demandé aux opérateurs satellitaires Arabsat et Nilesat de cesser la retransmission des médias syriens, publics et privés (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV etc.). Il existe un précédent, puisque la Ligue avait déjà œuvré à la censure de la télévision libyenne pour empêcher les dirigeants de la Jamahiriya de communiquer avec leur peuple. Il n’y a pas de réseau hertzien en Syrie où les télévisions sont exclusivement captées par satellite. Mais cette coupure ne laissera pas les écrans noirs.

    En effet, cette décision publique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Selon nos informations plusieurs réunions internationales ont été organisées cette semaine pour coordonner l’opération d’intoxication. Les deux premières, d’ordre technique, se sont tenues à Doha (Qatar), la troisième, politique, s’est tenue à Riyad (Arabie saoudite).

    Une première réunion a rassemblé les officiers de guerre psychologique « embedded » dans quelques chaînes satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV — On sait que depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP) ont été incorporés dans la rédaction de CNN ; depuis, cette pratique a été étendue par l’OTAN à d’autres stations stratégiques—. Ils ont rédigé à l’avance de fausses informations, selon un « storytelling » élaboré par l’équipe de Ben Rhodes à la Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point, chaque média devant citer les mensonges des autres pour les rendre crédibles aux yeux des téléspectateurs. Les participants ont également décidé de ne pas uniquement réquisitionner les chaînes de la CIA pour la Syrie et le Liban (Barada, Future TV, MTV, Orient News, Syria Chaab, Syria Alghad), mais aussi une quarantaine de chaînes religieuses wahhabites qui appelleront au massacre confessionnel au cri de « Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau ! »

    Le second meeting réunissait des ingénieurs et des réalisateurs pour planifier la fabrication d’images de fiction, mêlant une partie en studio à ciel ouvert et une partie d’images de synthèse. Des studios ont été aménagés durant les dernières semaines en Arabie saoudite pour reconstituer les deux palais présidentiels syriens et les principales places de Damas, Alep et Homs. Il existait déjà des studios de ce type à Doha, mais ils étaient insuffisants.

    La troisième réunion regroupait le général James B. Smith, ambassadeur des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, et le prince Bandar Bin Sultan (que le président George Bush père désignait comme son fils adoptif, au point que la presse états-unienne l’a surnommé « Bandar Bush »). Il s’agissait de coordonner l’action des médias et celle de « l’Armée syrienne libre » dont les mercenaires du prince Bandar forment le gros des effectifs.

    L’opération qui était en gestation depuis des mois a été précipitée par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis après que le président Poutine ait notifié à la Maison-Blanche que la Russie s’opposerait par la force à toute intervention militaire illégale de l’OTAN en Syrie.

    Cette opération comprend deux volets simultanés : d’une part déverser de fausses informations et d’autre part censurer toute possibilité d’y répondre.

    Le fait d’interdire des TV satellitaires pour conduire une guerre n’est pas nouveau. Ainsi, sous la pression d’Israël, les États-Unis et l’Union européenne ont successivement interdit des chaînes libanaise, palestiniennes, irakiennes, libyennes, et iraniennes. Aucune censure n’a été effectuée envers des chaînes satellitaires provenant d’autres régions du monde.

    La diffusion de fausses nouvelles, n’est pas non plus une première. Cependant, quatre pas significatifs ont été franchis dans l’art de la propagande au cours de la dernière décennie.

    • En 1994, une station de musique pop, la Radio libre des Mille Collines (RTML) a donné le signal du génocide rwandais en appelant à « Tuer les cafards ! ».

    • En 2001, l’OTAN a utilisé des médias pour imposer une interprétation des attentats du 11-Septembre et justifier les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak. À l’époque déjà, c’est Ben Rhodes qui avait été chargé par l’administration Bush de rédiger le rapport de la Commission Kean/Hamilton sur les attentats.

    • En 2002, la CIA a utilisé cinq chaînes, Televen, Globovision, Meridiano, ValeTV et CMT, pour faire accroire que des manifestations monstres avaient contraint le président élu du Venezuela, Hugo Chavez, à démissionner, alors qu’il venait d’être victime d’un coup d’État militaire.

    • En 2011, France 24 faisait de facto office de ministère de l’Information du Conseil national libyen, avec qui il était lié par contrat. Lors de la bataille de Tripoli, l’OTAN a fait réaliser en studio et diffuser par Al-Jazeera et Al-Arabiya des images des rebelles libyens entrant sur la place centrale de la capitale, alors qu’ils étaient encore loin de la ville, de sorte que les habitants, persuadés que la guerre était perdue, cessèrent toute résistance.

    Désormais, des médias ne se contentent plus de soutenir la guerre, ils la font.

    Ce dispositif viole des principes de base du droit international, à commencer par l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme relatif au fait « de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Surtout, il viole les résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies, adoptées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les guerres. Les résolutions 110, 381 et 819 interdisent « les obstacles au libre-échange des informations et des idées » (en l’occurrence la coupures des chaînes syriennes) et « la propagande de nature à provoquer ou encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ». En droit, la propagande de guerre est un crime contre la paix, le plus grave des crimes, puisqu’il rend possible les crimes de guerre et les génocides.

  6. Jo dit :

    Tlass aurait fuit , il aurait fait dans son pantalon

    http://www3.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=68049&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

    La brigade d’Al-Farouk, l’une des milices les plus terribles de l’insurrection syrienne semble avoir essuyé une nouvelle défaite à Homs, où elle a dû quitter son bastion à Khalidiyyé

    Plus de 2000 des membres de cette milice financée et armée par l’Arabie saoudite ont quitté depuis dimanche soir, assure Syria Truth. Des témoins oculaires ont fait part de violents accrochages qui ont lieu à Khalidiyyé et dans la vallée de Tel Do, Rasten, Talbisseh et AdDar al-Kabira. L’armée régulière y a fait preuve d’une rigueur sans merci dans les quartiers des milices. Syria Truth assure que les missiles et les projectiles utilisés par l’armée syrienne bombardent avec précision leurs cibles, grâce aux services du système GPS fourni par le satellite russe qui permet de cerner avec exactitude les endroits à partir desquels les viennent les coups de feu des milices.
    Le site assure que le quartier d’Al-Kossour a été évacué des miliciens et que les troupes gouvernementales ont déjà libéré entre 50 et 60% du quartier de Khalidiyyé . Selon des estimations militaires, ce quartier a besoin de quatre à six jours pour être libéré et purifié des charges explosives plantés dans les bâtiments publics et les maisons. Des sources ont assuré au site qu’il ne reste plus de la brigade d’AlFarouk, commandée par Abel Razzak Tlass que la quatrième unité seulement, alors qu’un grand nombre de miliciens ont été tués et d’autres ont pris la fuite, dont Tlass lui-même.

    Tlass Banni des siens

    Justement et concernant le chef de cette brigade, Syria Truth mentionne un communiqué émanant du clan Tlass originaire de Rastel, assurant qu’il a été banni, signalant qu’il a échoué dans ses tentatives de rallier d’autres officiers de sa famille qui en compte des centaines, hormis trois d’entre eux qui furent tués durant des accrochages précédents. Les frictions dans la famille avaient éclaté après l’assassinat de Mounaf Tlass, le fils du général Talal Tlass, ancien haut officier de l’armée syrienne.

    le carnage évité

    Dans la province de Damas (rif de Damas), un véritable carnage a pu être évité. Selon Sana, les forces de l’ordre ont désamorcé une voiture piégée contenant 700 Kg d’explosifs à proximité de Germana. Dans une localité avoisinante, Yelda, les forces de l’ordre ont perquisitionné une cache terroriste dans laquelle il y avait un atelier pour la fabrication de charges explosives
    Selon le journal libanais AlAkhbar, cette région de Damas a été ces derniers jours le théâtre de combats intensifs, et ce depuis vendredi dernier.

    A Damas: attaques simultanées

    Dans la nuit de vendredi à samedi, des centaines (600 selon certaines sources) miliciens fondamentalistes et salafistes œuvrant dans le cadre de la milice irrégulière de l’Armée syrienne libre (ASL) ont effectué plusieurs attaques simultanées : brûlant la centrale électrique du quartier AlQaboune, prenant d’assaut le siège des renseignements aériens de l’armée syrienne, à Harasta, alors qu’un troisième groupe s’activait dans la région de Roukn-Eddine. Des accrochages durant lesquels des obus RPG et des mitrailleuses ont été utilisés ont eu lieu dans le quartier de Kfar Soussa, quartier situé au cœur de la capitale. Le lendemain, un obus a frappé le siège du bâtiment du Conseil des ministres dans ce même quartier, et les dommages se sont limités aux dégâts matériels.

    Vendredi, Un bus d’ouvrier russes travaillant dans le secteur pétroler syrien avait été la cible d’une attaque des insurgés, tuant plusieurs d’entre eux, et en blessant d’autres.

    La riposte des forces de l’ordre fut imminente et violente. Des dizaines de véhicules militaires se sont rendus vers les lieux des attaques, et des échanges de tirs intensifs eurent lieu. Citant des sources de l’insurrection, plus de cent miliciens ont été tués, rapportent AlAkhbar .

    Dans la matinée du samedi, un pilonnage intensif a eu lieu dans la région d’Al-Qaboune et à Barzé, toujours dans la banlieue de Damas. 4 miliciens ont été atteints. Selon Sana, deux charges explosives ont explosé dans deux voitures à Barzé, tuant un conducteur de l’armée syrienne et blessant deux civils atteints dans l’explosion de la deuxième voiture.

    Une base aérienne a risqué de tomber

    Dimanche, une centaines d’hommes armés appartenant aux milices Khaled Ibn Al-Walid et Rijal Al-Llah (les hommes de Dieu) ont mené une offensive contre une base relevant des forces aériennes syriennes, à bord de motocycles. A peine l’avaient-elles contrôlé pendant une quinzaine de minutes, que l’armée régulière a mené sa contre-attaque pour récupérer la base. Selon des sources insurgées pour AlAkhbar, quelques 65 insurgés ont été abattus alors que d’autres ont pris la fuite.

    Evènements de Lundi

    Dans la région de Lattaquié, un groupe armé islamiste a pris d’assaut un village et kidnappé plusieurs de ses habitants qui refusent de soutenir l’insurrection. L’armée syrienne a riposté en bombardant les régions de stationnement des miliciens et des accrochages ont duré longtemps. Des sources ont assuré pour AlAkhbar qu’il y a plusieurs victimes des deux côtés. Et puis selon Sana, 5 éléments des forces de l’ordre et un grand nombre de « terroristes » ont été tués en répliquant à une attaque menée contre leur unité.

    A Deir Ezzor, une charge explosive a été actionnée sur le gazoline qui nourrit la région, provoquant une fuite de quelques 400 milles mètres cube, sans qu’il n’y ait d’incendie, selon Sana.
    A Edleb, une charge explosive a explosé dans la ville même au passage d’une unité des forces de l’ordre tuant quatre d’entre eux dont un officier et un civil. Des échanges de tir s’en sont suivis.

    Version OSDH-AFP

    Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, (OSDH) principale source d’information sur l’insurrection syrienne de certaines agences internationales, l’armée continuait lundi de bombarder plusieurs bastions rebelles et faisait face à une résistance farouche des rebelles en Syrie. et il est question d’au 55 syriens tués, dont 28 civils, 20 soldats et quatre rebelles.
    L’armée a bombardé avec l’aide d’hélicoptères Rastane, dans la province de Homs (centre), dont elle tente de reprendre le contrôle depuis des mois, a indiqué l’ONG. Quatre civils y ont été tués dont une fillette.
    A Qousseir, également dans la province de Homs, des rebelles ont attaqué un barrage de l’armée et deux civils ont été tués par les tirs des militants, selon même source.
    Les bombardements ont visé également la localité de Haffé dans la province de Lattaquié (nord-ouest), pilonnée depuis six jours, selon des militants. La situation y est « terrible et les chars de l’armée sont aux portes de la ville », a dit l’un d’eux Sema Nassar, joint par l’AFP via Skype.
    « Il n’y a qu’un seul médecin qui traite les blessés dans la ville » désertée selon lui par la majorité de ses 30.000 habitants. « Il y reste les rebelles et certains civils armés qui les aident à défendre la ville », a-t-il ajouté.
    Dans la province de Hama (centre), quatre civils ont trouvé la mort dans des opérations menées par les forces de sécurité, et un franc-tireur a été tué, selon l’OSDH. Des secteurs de la province ont été également bombardés par l’armée.
    Dans la province de Deir Ezzor (est), la localité d’Al-Achara était la cible d’un pilonnage de l’armée qui a coûté la vie à quatre civils et un déserteur. Des combats y ont en outre éclaté entre combattants rebelles et soldats dont six ont été tués, a poursuivi l’OSDH.
    Dans la province d’Idleb (nord-ouest), neuf civils ont été tués, dont cinq par la chute d’un obus sur leur champ, et 13 membres des forces de sécurité ont péri dans des attaques à l’explosif contre leurs patrouilles, a ajouté l’ONG. Trois autres civils ont péri dans la province d’Idleb.
    Dans la capitale syrienne, une bombe placée sous une voiture dans le secteur de Barzé a explosé faisant un mort, a poursuivi l’OSDH en disant ignorer pour l’instant s’il s’agissait d’un véhicule militaire ou civil.
    Ailleurs dans la région de Damas, un « responsable local » a été assassiné par des hommes armés dans la localité de Daraya.

  7. Mohamed Ouadi dit :

    Selon les informations diffusées par Al Mayadeen, citant une source officielle syrienne, Kofi Annan a demandé au gouvernement syrien d’autoriser les observateurs onusiens à entrer à Homs. Les autorités ont répondu qu’ils peuvent avoir accès à toutes les zones sécurisées, quant aux zones de combats, les observateurs assumeront leurs responsabilités propres.

  8. Leboninformateur dit :

    OPERATION «CORRIDOR EN SILENCE » DE L’ARMEE NATIONALE SYRIENNE

    Press TV et Debka rapportent que l’Entité sioniste aurait livré des armes chimiques aux bandes armées de l’ASL . Chaque terroriste dispose d’une quantité d’agent chimique en mesure de tuer jusqu’à 1500 personnes.

    Différences sources confirment également que les mercenaires possèdent désormais des missiles sol-air et anti-char ,avec des agents radioactifs. C’est la raison pour laquelle Damas utilise apparemment pour la première fois (et ce contrairement à la propagande atlanto-sioniste) et ce depuis près d’un an : l’artillerie lourde.

    Raison pour laquelle: un ultimatum de 24 heures a été donné vendredi 8 juin 2012 aux bandes armées afin qu’elles déposent les armes.

    Le nom de cette opération militaire de l’Armée Syrienne est:
    « Corridor en Silence »

    Les civils habitant les zones qui sont ciblées par l’artillerie Syrienne ont tous été évacués par le Gouvernement.

    L’utilisation de drones par l’Armée Syrienne semble également confirmée.

    On comprend donc pourquoi les atlanto-sionistes qui pensaient neutraliser l’offensive de l’Armée Syrienne via les observateurs de Koffi Annan et les sanctions de l’ONU sous chapitre VII soient en mode « hystérique » depuis 24heures.

    La thèse du « coup d’Etat virtuel » de Washington évoqué par Thierry Meyssan via les chaînes satellitaires arabes est donc à prendre très au sérieux.

    La victoire militaire probable de Bachar al Assad, va sonner le glas le l’influence américano-sioniste dans la région et va complètement redistribuer les cartes. Washington et Tel Aviv ne sont pas prêts à capituler

  9. Charles dit :

    Pour ce qui est de Haytham Manaa, voir la déclaration de son club (le CNCD), intitulée « A statement regarding the Syrian regime’s massacre in Hama » (http://syrianncb.org/2012/06/07/a-statement-regarding-the-syrian-regimes-massacre-in-hama/), qui attribue, sans la moindre réserve, le massacre de Mazraat al Kabir du 6 juin au régime, et qualifie celui-ci de fasciste. Ces gens-là ont clairement choisi leur camp, celui des ennemis de la Syrie.

    • jo dit :

      Merci Charles

      Vous avez raison , Manaa a bel est bien choisit le camp des RATS

      • AVICENNE dit :

        SVP, si possible, ne parlez pas de rats.

        Ce sont des rongeurs certe, mais ce mot me rappelle un moment ignoble en lybie. Le lynchage et le meurtre d’un chef d’état (quel que puisse être son passif)par ceux qu’il appelait « des rats ».

        Je ne sais pas ce que je serais capable de faire s’il arrivait la même chose en Syrie.

        • Candide créateur du plan du même nom dit :

          « Je ne sais pas ce que je serais capable de faire s’il arrivait la même chose en Syrie. »

          Ben, bachy a plus de chance de mourir violemment que d’avoir le Prix nobel de la Paix.

          Donc, prépare-toi au pire

    • Mohamed Ouadi dit :

      Rappel d’un article d’Infosyrie, du 10 janvier 2012, qui ne s’est pas trompé sur cette opposition :
      http://www.infosyrie.fr/re-information/panorama-de-lopposition-radicale-syrienne-hiver-2012/
      Cette opposition du CCNCD a malheureusement laissé se perdre l’occasion de marquer en lettres d’or, son rôle dans la résolution de la crise syrienne …

  10. claudia dit :

    Si les autorités syriennes ont des preuves concrètes à l’effet qu’il y a des éléments en provenance de l’extérieur pour y semer le chaos et commettre des massacres contre des civils innocents, il revient à la Syrie d’interpeler le CPI puisque ceci contrevient largement au Droit International.

    Il faut également condamner les journalistes pour leur connivence dans ces boucheries. Ces mêmes journalistes ont du sang sur les mains. Ils doivent être dénoncés haut et fort.

    Il faudrait voir comment ces mêmes journalistes réagiraient si leurs propres pays étaient aux prises avec ces criminels. Auraient-ils le même langage???

    Dégueulasse au plus haut point. Et j’ai bien peur que le pire reste à venir pour la Syrie. Ces charognards ne baisseront jamais les bras.

  11. Cécilia dit :

    « 220 soldats et policiers tombés en juin dans une guerre d’agression étrangère et non civile » C’est beaucoup trop ! Nous ne sommes que le 11 juin et je crains que le chiffre soit bien plus élevé ! Je pense, notamment au massacre des soldats à Atareb dans la province d’Idelb et à Haffeh (Lattaquié).

    Honte à l’opposition syrienne !
    Gloire à l’armée syrienne patriote !
    A bas les traitres !

    • claudia dit :

      Il est vrai, Cecilia, que c’est beaucoup trop. Cependant, je crois qu’ils sont tués par des tireurs expérimentés (soldats français, britaniques peut-être) et non pas par ces bouffons cagoulés. Et ceux qui sont capturés sont probablement remis entre les mains des rebelles pour y être froidement massacrés. Comme dans le cas de Kahdafi. Il devient ainsi plus difficile d’amener devant les tribunaux les « coupables ».

      Obama…. le prix Nobel de la Paix? Faites-moi rire. Cette organisation doit s’en mordre les doigts.

  12. Leboninformateur dit :

    Comme cela a été annoncé sur ce site il y a quelques jours, l’ultra -sioniste, Jeffrey Feltman, ancien ambassadeur US au Liban et jusqu’à ce jour, adjoint d’Hilary Clinton au Département d’Etat en charge du proche et moyen orient vient d’être nommé par Ban Ki Moon: Secrétaire Général Adjoint de l’ONU, reponsable des affaires politiques.

    Jeffrey Feltman devient conseiller de Ban Ki-moon

    Partager

    OLJ/AFP | 11/06/2012 | 21h43

    DIPLOMATIE
    L’ancien responsable de la diplomatie américaine pour le Moyen-Orient, Jeffrey Feltman, a été nommé lundi responsable des affaires politiques à l’ONU par le secrétaire général Ban Ki-moon.

    M. Feltman vient de quitter ses fonctions de sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires du Proche-Orient. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, il contribuera à élaborer la politique des Nations unies et ses efforts de médiation au Proche-Orient ou d’autres conflits.

    Il remplace un autre diplomate américain, Lynn Pascoe.

    M. Feltman parle arabe, français et hongrois et a par le passé été ambassadeur des Etats-Unis au Liban.

    • claudia dit :

      Et ce Feltman doit également parler le yiddish. Quelle mauvaise décision de Ban Ki-Moon. Le fait-il exprès? Abominable cet homme.

      • sowhat dit :

        « Et ce Feltman doit également parler le yiddish. »

        que voulez-vous dire exactement ? C’est pour le moins contre-productif. Arrêtez avec ces stupidités vulgaires on n’a pas besoin de ça.

      • Candide créateur du plan du même nom dit :

        « Et ce Feltman doit également parler le yiddish »

        Je me demande comment Louis peut laisser passer ce genre de commentaires. Ca frise la complicité…

    • sowhat dit :

      c’est énooorme. C’est un ennemi acharné de la Syrie. Cette nomination représente presque un coup d’état au sein de l’Onu. Les occidentaux déclarent explicitement vouloir la guerre et n’ont rien à fiche du coût humain. Les américains et leurs alliés néo-colonialistes l’ont déjà démontré ô combien de fois par le passé Vietnam Amérique Centrale Chili Angola Rwanda Cote d’Ivoire Iraq Lybie Afghanistant etc… etc… Rappelez-vous les propos de Mm Albright au sujet de la tragédie irakienne et du nombre d’enfants morts … et au final pour quel résultat ? Voilà la politique criminelle des génialissimes stratèges.

  13. Suchite dit :

    Je vais paraître un peut borne mais, Louis, ce colonel al assad est ce que tu la vu ou se sont des déclarations apportées ou une intervention sonore? Quelqu’un a t’il pût authentifier une vidéo prouvant son existence????

    • Cécilia dit :

      « Quelqu’un a t’il pût authentifier une vidéo prouvant son existence???? »

      Ce traitre que j’espère le voir bientôt aux mains de l’armée syrienne a apparu sur al-Jazeera jeudi 7 juin pour interpréter les missiles russes apparues dans le ciel de tout le Proche-Orient, en tant expert militaire, les qualifiant de « bombes chimiques lancées par l’armée syrienne contre son peuple » RIRE. RIRE. RIRE. LA STUPIDITÉ N’A PAS DE LIMITE.

      Et voici le lien :

      http://www.youtube.com/watch?v=D2E3O5ChOBA&feature=related

  14. Cécilia dit :

    HOMS

    Des centaines de terroristes ont quitté al-Khalidyeh libéré qui se trouve actuellement aux mains de l’armée syrienne.

    Espérant qu’ils ne vont pas ailleurs comme après Bab Amr où ils ont occupé les quartiers chrétiens, al-Hamidyeh et Dawar al-Bustan, les vidant de leur population, faisant de leurs églises des casernes.

    L’armée syrienne et pour la première fois tape bien fort car le gouvernement a donné un délais de 24 heures aux terroristes, mais c’est FINI.

    L’étape suivante, c’est al-Hamidyeh, mais je ne sais pas comment faire avec ces terroristes cachés à l’intérieur des églises Oum al-Zunnar et al-Arbaiin ?
    Et si savez comment elle est Oum al-Zunnar de l’intérieur, la plus ancienne église de Homs, construite en 24 de notre ère ? Un vrai chef-d’œuvre archéologique qui a résisté deux mille ans presque à tant d’invasions et tant de tremblements de terre !

    Bon, je fais confiance à l’armée syrienne, il faut qu’elle tape très fort pour éradiquer ce MAL, ce cancer une fois pour toute !

    Allah mhayy ijech !
    Que Dieu bénisse l’armée !
    Vive la Syrie !

  15. claudia dit :

    Selon l’analyste bien connu, Michel Chossudowski (GlobalResearch.ca), des changements de régime en Israel et aux Etats-Unis contribueraient à la cessation des crimes de guerre par ces deux pays depuis plusieurs décennies.
    http://www.presstv.ir/detail/2012/06/11/245654/regime-change-in-us-ends-war-crimes/

  16. Cécilia dit :

    La nouvelle chaine arabe al-Mayadine vient de voir le jour avec Ghasan Ben Jeddo à sa tête.

    Ghassan Ben Jeddo (père tunisien, mère libanaise) a été le plus grand journaliste, correspondant et analyste politique d’al-Jazeera avant qu’il démissionne suivi par beaucoup d’autres dont certains ont intégré la chaine avec lui.

    Et voici les premières minutes de son inauguration :

    http://www.youtube.com/watch?v=Lk2SqdoCZLU

    Donc, à propos de ce complot médiatique mondial contre la Syrie, rassurez-vous, la Syrie a beaucoup d’amis forts, très forts même contrairement à la pauvre Libye.

  17. Vanalic dit :

    Aa dit :
    11 juin 2012 à 17 h 52 min :

     » La turquie est le pays le plus responsable de la mort et du chaos en Syrie « …

    Tout à fait, Aa .

    L’ENFANT

    Les Turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
    Chio, l’île des vins, n’est plus qu’un sombre écueil,
    Chio, qu’ombrageaient les charmilles,
    Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
    Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
    Un choeur dansant de jeunes filles.

    Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis;
    Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
    Courbait sa tête humiliée.
    Il avait pour asile, il avait pour appui
    Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
    Dans le grand ravage oubliée.

    Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !
    Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus
    Comme le ciel et comme l’onde,
    Pour que dans leur azur, de larmes orageux,
    Passe le vif éclair de la joie et des jeux,
    Pour relever ta tète blonde,

    Que veux-tu ? Bel enfant, que te faut-il donner
    Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
    En boucles sur ta blanche épaule
    Ces cheveux, qui du fer n’ont pas subi l’affront,
    Et qui pleurent épars autour de ton beau front,
    Comme les feuilles sur le saule ?

    Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ?
    Est-ce d’avoir ce lys, bleu comme tes yeux bleus,
    Qui d’Iran borde le puits sombre ?
    Ou le fruit du tuba, de cet arbre si grand,
    Qu’un cheval au galop met, toujours en courant,
    Cent ans à sortir de son ombre ?

    Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
    Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
    Plus éclatant que les cymbales ?
    Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l’oiseau merveilleux ?
    - Ami, dit l’enfant grec, dit l’enfant aux yeux bleus
    Je veux de la poudre et des balles.

    Victor Hugo, Les Orientales

    • sowhat dit :

      mais il y a des turcs qui soutiennent la Syrie et ils sont admirables de courage et de détermination ! arrêtez avec ces jugements collectifs ! Nous parlons des turcs d’aujourd’hui pas des trucs de l’Empire ottoman.

    • marie dit :

      Merci pour ce moment de grâce….

    • Tarico dit :

      C’est très joli mais turcs et syriens ne sont pas ennemis.
      Après la Syrie, les turcs vont devoir se débarrasser de la racaille djihadiste qui va leur rester sur les bras.
      Espérons que erdogan dégage avec eux et que la Turquie renoue avec son passé laïque.

  18. Cécilia dit :

    Les missiles russes du jeudi 7 juin qui ont sollicité tant d’imagination au point qu’Al-Jazzera a accusé les avions syriens de lancer des armes chimiques, d’autres ont parlé d’étoiles filantes.

    Des images magnifique vues pratiquement dans tout le Proche-Orient :

    http://www.youtube.com/watch?v=rMscDvK7vkc&feature=relmfu

    http://www.youtube.com/watch?v=9g7mV7LoK6c&feature=relmfu

    Ryad al-Asaad, chef de l’ASL, en tant expert militaire les avait analysées en tant que bombes chimiques.
    Coordination de la révolution ont accusé ces « bombes chimiques » d’être responsables de 50 cas de problèmes d’allergie, brûlure et d’étouffement.

    Je vous laisse rire un peu, beaucoup, à la folie :

    http://www.youtube.com/watch?v=D2E3O5ChOBA&feature=related

  19. Cécilia dit :

    A New York

    Les manifestants pro Syrie, pro Bachar ont été agressé violemment par les opposants démocrates pacifistes, ils ont même frappé des femmes avec des bâtons et la police américaine a mis 45mn pour arriver d’après les femmes qui parlaient dont elle qui pleure en disant « nous n’avons que notre drapeau alors qu’eux viennent avec des bâtons. C’est ça la liberté qu’ils veulent ? Ils font cela ici en Amérique, imaginez seulement ce qu’ils peuvent faire en Syrie ? »

    Dans la vidéo, on voit des blessés par terre et la femme dit que la police a arrêté deux de ses collègues pour l’enquête.

    D’ailleurs, cette vidéo et son titre viennent de l’opposition qui l’ont posté fièrement avec le titre « Les chabihas de Bachar, traitre de la Syrie, ont reçu pleinement de coup de bâtons »

    http://www.youtube.com/watch?v=gl9P3tlfHVI&feature=related

  20. Cécilia dit :

    Un terroriste à al-Khaldyeh donne la date d’aujourd’hui, lundi 11 juin, dit qu’il capte de communications de l’armée syrienne avec Hezbollah :) :)

    Il n’a pas de tout l’accent de Homs.

    http://www.youtube.com/watch?v=ozyLI_qLBvM&feature=related

  21. Cécilia dit :

    La vidéo suivante montre bien le travail de haine de ces wahhabites contre les chiites d’al-Bayad (Homs) où ils ont détruit même les livres.

    Il est à signaler qu’en Syrie, les chiites se trouvent dispersés un peu par tout contrairement aux alaouites (à l’origine, les montagnes), les Druzes (mont de Druzes, actuellement mont des Arabes), ils sont moins nombreux que les chrétiens ou les alaouites alors qu’ils sont majoritaire au Liban. De même, l’Egypte était chiite à l’époque des Fatimides jusqu’à l’arrivée de Saladin qui a interdit le chiisme comme quoi, en Islam, religion et politique sont souvent liées.

    http://www.youtube.com/watch?NR=1&feature=endscreen&v=1SlDqAgI7uA

    http://www.youtube.com/watch?NR=1&feature=endscreen&v=1SlDqAgI7uA

    • sowhat dit :

      merci pour ces précisions Cécilia

      « De même, l’Egypte était chiite à l’époque des Fatimides jusqu’à l’arrivée de Saladin » de même que la Syrie, Saladin kurde de confession sunnite est arrivé depuis les marges nord-est de l’empire fatimide – lequel empire fatimide s’est distingué par sa civilisation brillante sa tolérance la douceur de ses moeurs eh oui ces infidèles jouissaient à tous égards d’un niveau de civilisation supérieur à celui des brutes croisés.

    • mécréante dit :

      « en Islam, religion et politique sont souvent liées »
      c’est exactement notre problème :(
      pas chez les druzes et les alaouites il me semble…

      • Etudiant dit :

        Si bien sûr que si. Regarder l’association ALi Murtade que Jamil Assad dirigeait dans les années 1980 ! C’était une association religieuse à but ouvertement politique !

        • mecreante dit :

          ça doit être Murtada plutôt si c’est la branche chiite.
          j’ai rien trouvé,
          mais bon d’un autre coté, pas de raison qu’ils soient plus …

  22. Cécilia dit :

    Haffeh/Clinton

    Washington redoute un «massacre» à Haffeh

    Mais comment et pourquoi alors que l’armée intercepte une communication venant d’un Syrien en Turquie avec un autre lui demandant de liquider les prisonniers pour accuser l’armée de commettre le massacre ?

    Vidéo en arabe sans sous-titre :

    http://www.youtube.com/watch?v=c37DMRXjDxA&feature=youtu.be

  23. Cécilia dit :

    Paroles d’enfants touchés dans leur propre école les attentats de Qazzaz à Damas, le 10 mai.
    La vidéo est sous-titrée en anglais :

    http://www.youtube.com/watch?v=fxaG4UQoTxo&feature=youtu.be

  24. Cécilia dit :

    En Syrie, tout citoyen travaille avec l’Etat est à abattre par les terroristes, médecin, enseignant, ingénieur, employer du bureau, agent d’entrtien, tout le monde.

    Un jeune homme a eu les deux jambes arrachées à cause d’une bombe mise sous sa voiture. Sa faute est un simple employer. Malgré cela, il dit « Je suis fière, je ne suis pas meilleur de tous ses Syriens, soldats et civiles, qui tombent. USA doit être fière de son soutien à ces terroristes ». Sa mère crie sa colère contre ces takfiris sans foi ni loi qui « tuent au nom de l’islam avec Allah Akbar, mais cela aucune se trouve dans aucune religion et aucun Dieu le tolère » dit-elle aux bérets bleus :

    http://www.youtube.com/watch?v=LjqWw0mbJIs&feature=channel&list=UL

  25. Cécilia dit :

    J’ai trouvé cette vidéo sur la page des opposants de Haffeh.
    Cependant, il y a un problème, le terroriste qui se pose fièrement et héroïquement devant une MISSILE menace Bachar, le président syrien de lancer cette missile sur le palais présidentiel si l »armée n’arrête l’attaque.

    Mais c’est incroyable, ce superman peut lancer une missile de Haffeh jusqu’à Damas et quelle missile ?
    Opposition stupide, révolution stupide, révolutionnaires stupides et à cela s’ajoute des alliés encore plus stupides qui les soutiennent.

    Cher Royl, j’attends votre analyse de cette arme mystérieuse qui peut attaquer le palais présidentiel. Je suppose que Bachar a déjà pris l’avion pour Moscou par peur de notre superman de l’ASL : IL NE FAUT PAS RIRE. C’EST INTERDIT !

    https://www.youtube.com/watch?v=-UnIi29sAmU&feature=player_embedded

    https://www.youtube.com/watch?v=-UnIi29sAmU&feature=player_embedded

    • RoyL dit :

      D’abord:

      April 21, 2011 S-300 missile crews destroy ten aerial targets in
      two minutes
      http://www.youtube.com/watch?v=-Kr4zXwqQZ4&feature=related

      The new Russian weapon.3Р-14UKSK Club-N
      http://www.youtube.com/watch?v=owN8f3sdhFs&feature=related

      Worlds fastest cruise missile
      http://www.youtube.com/watch?v=1mABPujJARk&feature=fvwrel

      May 24, 2012 Russia_military tests new compact radar detector
      http://www.youtube.com/watch?v=iChR7siPQiw

      • RoyL dit :

        Quel missile? On ne voit qu’une sorte de ?!, lourde plateforme,
        qui a l’air d’être fixe, portant comme des paraboles assez larges
        et aussi d’aspect pas trop mobile (pour faire quoi d’ailleurs,
        guider le *missile* avec un joystick?), la statique de cet engin
        semblant plutôt asymétrique et pas conçue pour supporter des
        accélérations; les terroristes semblent sortir d’un sous passage,
        hangar, ou quelque chose comme ça; immédiatement derrière le
        petit promontoire il devrait y avoir comme un village élongé –
        que l’on voit/reconnait vers la fin de la vidéo; il y a surement
        des effets de prospective, ainsi cette plateforme est
        probablement montée sur des pilons fixes que l’on ne voit pas,
        étant cachés et de l’autre coté. Donc: radar?!, ça pourrait être
        n’importe quoi; peut être même une antenne fixe pour manœuvrer à
        distance des installations quelconques ou pour des
        communications, qui sait.

        « Arme mystérieuse. » Il n’y a pas de camouflage; elle est en
        proximité d’un village ou un complexe de maisons; en face l’on
        entrevoit une quantité de véhicules parqués apparemment de façon
        ordonnée, pas camouflés et reflétant de la lumière. (Est-ce que
        il y a proportion avec ces quelques individus qui sortent en
        chaussures de tennis, jeans, gilet outdoor/military look, tenant
        maladroitement [attention aux dents du voisin] des armes
        automatiques dans leurs mains?) Etc.

        Est-ce que c’est en Syrie? (Il semble — premières images –
        qu’il faut leur même indiquer la direction vers laquelle pointer
        du doigt.) Si oui, ça ne devrait pas être difficile de
        reconnaitre et identifier les lieux. Qui donnerait un missile –
        qu’on identifierait parfaitement avant de l’abattre de toute
        façon — doté d’une quelque efficacité véritable à ces
        terroristes; et en supporterait les conséquences? (On ne parle
        pas de RPGs.)

        Est-ce que ils annonceraient ça s’ils auraient les moyens de le
        faire? Faites confiance aux russes. (Ça ne m’étonnerait trop non
        plus si Hezbollah feraient part aussi des conseillers et experts
        pour la sécurité personnelle du president.)

  26. Cécilia dit :

    Selon les autorités russes, les deux guerres en Tchétchénie (1995-1996 et de 1999-2009) auraient fait 160 000 victimes dont 30 à 40 000 Tchétchènes et 100 000 Russes. Selon l’association Memorial, de 1999 à nos jours, le conflit aurait fait 25 000 victimes civiles.

    Dans ce conflit, l’Arabie a bien financé les rebelles et a envoyé ses jihadistes comme elle maintenant en Syrie.

    Voici quelques vidéos de jihadistes saoudiens en Tchétchénie avec des Tchétchènes :

    http://www.youtube.com/watch?v=dppqAjxkApQ&feature=related

    Deuxième vidéo, un Tchétchénien met une bombe dans un magasin parce qu’il vend de l’alcool :

    http://www.youtube.com/watch?v=o1mK52KDk-o&feature=related

    http://www.youtube.com/watch?v=JcAlK8N2h38&feature=related

    • Etudiant dit :

      Et la Tchétchénie a été rasée. Vous souhaitez le même résultat pour la Syrie ? Si non, demandez vous pourquoi les gens se battent. L’humiliation est terminée, tout comme l’occupation. La Syrie des Assad est pire que la Tchtchénie des Kadyrov (présidents de père en fils dans cette famille aussi)

      • sowhat dit :

        faux

        la Tchtchénie n’a pas été rasée ce sont vos amis de la racaille salafiste financés par les séoudiens et armés par les yankees qui ont été éradiqués de Tchétchénie et d’Ingouchie. Que périsse toute la vermine tchètchène et syrienne , qu’ils crèvent tous SO WHAT ?

  27. Christian dit :

    La déclaration de Victoria Nuland est un ”sous entendu feu vert” pour les terroristes en Syrie… a-t-elle une boule magique qui l’aide dans ses prédictions?

    http://www.presstv.com/detail/2012/06/12/245732/us-predicts-another-massacre-in-syria/

  28. vilistia dit :

    La vérité sur la Syrie commence à transpirer

    par Peter Hitchens pour The Daily Mail

    J’ai été contacté par un groupe de femmes occidentales qui vivent en Syrie et qui croient que la plus grande partie de ce qu’on raconte au monde sur ce pays est faux

    LA SUITE………….
    http://mecanoblog.wordpress.com/2012/06/11/la-verite-sur-la-syrie-commence-a-transpirer/

  29. Mohamed Ouadi dit :

    De plus en plus ridicule !

    Syrie : les enfants utilisés comme « boucliers humains » (ONU)

    12.06.2012, 12:38

    Les troupes syriennes utilisent les enfants dès l’âge de huit ans comme « boucliers humains » au cours de raids militaires contre les rebelles, selon un rapport de l’ONU publié mardi.

    Les enfants ont été notamment « utilisés par les soldats et les membres de la milice comme boucliers humains, en les plaçant en face des fenêtres de bus transportant du personnel militaire dans le raid le 9 mars sur un village dans la province d’Idlib », a déclaré Radhika Coomaraswamy, représentante spéciale pour les enfants dans les conflits armés.

    Le rapport précise que les enfants en Syrie avaient été victimes de meurtres et de mutilations, les arrestations arbitraires, la détention, la torture et les mauvais traitements, y compris la violence sexuelle et l’utilisation comme boucliers humains.
    http://french.ruvr.ru/2012_06_12/77862865/