• Actualité
  •  

Après son subordonné Gérard Araud, c'est au tour d'Alain Juppé d'interpréter le rôle d'indigné de haut niveau : le ministre des Affaires ô combien étrangères aux intérêts français a dénoncé "les crimes contre l'humanité", "la fuite en avant sauvage", "la torture, les massacres et la barbarie" de Bachar al-Assad et futigé le "silence" des Nations-Unies qui est un "scandale". Il n'est pas indifférent de savoir que Juppé a prononcé ces fortes paroles depuis Tripoli, où il s'adressait à un parterre d'étudiants triés [...]



Diplomatie : délire français, réalisme ukrainien

Par Louis Denghien,



Le chef de la diplomatie ukrainienne est très courtisé mais garde apparemment la tête froide - et le regard clair - sur le dossier syrien

Le chef de la diplomatie ukrainienne est très courtisé mais garde apparemment la tête froide - et le regard clair - sur le dossier syrien

Après son subordonné Gérard Araud, c’est au tour d’Alain Juppé d’interpréter le rôle d’indigné de haut niveau : le ministre des Affaires ô combien étrangères aux intérêts français a dénoncé « les crimes contre l’humanité », « la fuite en avant sauvage », « la torture, les massacres et la barbarie » de Bachar al-Assad et futigé le « silence » des Nations-Unies qui est un « scandale« .

Il n’est pas indifférent de savoir que Juppé a prononcé ces fortes paroles depuis Tripoli, où il s’adressait à un parterre d’étudiants triés sur le volet islamiste et CNT. C’est assez dire, ou faire comprendre, quel processus de transition le faux gaulliste et vrai opportuniste atlantiste qui déshonore – aussi bien que Bernard Kouchner – le Quai d’Orsay, souhaite pour la Syrie : une « démocratie » assistée par bombardements de l’OTAN.

Incohérences juppéennes

Mais, au vrai, nous savons tout cela par coeur, Alain Juppé étant assez prévisible. Là où, tout de même, il arrive encore à surprendre, c’est quand il s’en prend au « silence » de l’ONU sur le dossier syrien. Nous, nous avons trouvé l’organisation internationale assez bruyante sur le sujet, entre les multiple saisines du Conseil de sécurité, la condamnation de Damas par l’A.G. des Nations Unies, les « rapports » de sa commission des droits de l’homme, le pathos très récent de Ban Ki-moon et de Navi Pillay sur les « crimes » bacharistes. Mais il est bien évident que tant que la Syrie n’est pas bombardée, ce ne sera jamais assez pour le tandem Juppé-Araud.

Au milieu de tout ce délire, un retour surprenant au réel : Alain Juppé a expliqué que la France n’avait pas encore reconnu le « Conseil national syrien » parce que le « risque de guerre civile est très élevé« . Moyennant quoi, le même Juppé fait tout ce qui est en son pouvoir pour encourager la guerre civile en Syrie, seule alternative à une intervention de l’OTAN dans la perpective du renversement du régime en place. Et le chef de la diplomatie franco-otanesque précise même que le CNS n’est pas « suffisamment représentatif des différentes sensibilités syriennes« …. Certes, il y manque notamment la sensibilité bachariste, forte de quelques millions de personnes.

Axe Moscou-Kiev

Mais tout le monde ne partage pas l’indignation d’Alain Juppé, et certains trouvent même qu’au contraire on en fait trop sur et contre la Syrie. Ainsi le chef de la diplomatie ukrainienne qui a estimé, mercredi 14 décembre, que les sanctions économiques imposées à la Syrie pénaliseraient toute la population, et qu’elles ne résoudront en rien la crise que connait le pays. En septembre dernier déjà, à l’occasion d’une rencontre à l’ONU réunissant les ministres des Affaires étrangère de plusieurs pays arabes – dont la Syrie -, et de Cuba, Kostyantyn Gryshchenko avait salué les réformes de Damas et souhaité que la situation revienne à la normale afin que son pays puisse poursuivre la coopération planifié à l’occasion de la visite de Bachar à Kiev en décembre 2010.

On constatera que l’Ukraine est, sur ce dossier, exactement sur la même ligne que la Russie, ce qui souligne l’échec de l’axe euro-américain qui avait, ces dernières années, notamment en sponsorisant la « révolution orange« , tenté de dissocier les deux nations pourtant historiquement, culturellement et séculairement liées. Là encore, le réel s’est vengé des diplomaties obliques !



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

14 commentaires à “Diplomatie : délire français, réalisme ukrainien”

  1. BWANE dit :

    Je viens de lire deux articles fort intéressants sur le site Silvia Cattori, dont je donne les liens ci-dessous :
    http://www.silviacattori.net/article2509.html#nh10
    http://www.silviacattori.net/article2513.html
    Par ailleurs, selon Al-Manar :
    « Mufti de Syrie: l’opposition a tenté de m’acheter en échange de ma démission
    L’équipe du site

    Le Grand Mufti de la Syrie, dont le fils a été assassiné par des inconnus, a déclaré que l’opposition syrienne lui a offert une somme d’argent importante en échange de se retourner contre le régime du président Bachar al-Assad et de démissionner de son poste, a rapporté le quotidien koweïtien Al Rai !

    Cheikh Ahmad Badr al-Din Hassoun, a déclaré dans une interview accordée au quotidien, que selon ses informations il existe un plan sioniste pour diviser la Syrie, comme cela s’est produit au Soudan.

    Il a souligné que « certaines forces de l’opposition syrienne lui ont proposé une importante somme d’argent qu’il avait refusé, ajoutant qu’il leur avait demandé de lui remettre leurs propositions de réforme, afin de les soumettre au président Bachar al-Assad, mais qu’elles avaient rejeté cette idée ».

    Cheikh Hassoun s’est demandé pourquoi ceux qui appartiennent à l’opposition refusent de se joindre à ceux qui sont de l’opposition et qui participent sein du gouvernement ?

    Le Mufti de la Syrie a assuré que « les Syriens aiment vivre ensemble dans la paix, et il ne comprend pas comment et pourquoi la situation est arrivée à ce point, ils ont tué mon fils alors qu’il sortait de l’université parce que j’ai refusé de rejoindre les rangs de l’opposition, ils m’ont menacé personnellement de liquidation, et le jour de l’enterrement de mon fils, j’ai appelé Dieu de témoigner le jour du Jugement que mon fils est tombé en martyr pour sa patrie » !

    Critiquant les décisions de la Ligue arabe, cheikh Hassoun a dénoncé les sanctions qui « visent le jeune syrien alors qu’il n’a commis aucun péché »!
    « . A noter aussi que les qataris ont tenté la même chose avec les russes, ce qui n’a abouti qu’a faire camper davantage ses derniers sur leur position (cf.l’agression dont a été victime l’ambassadeur russe au Qatar à son arrivée à l’aéroport de Doha il y a quelque temps.

    • BWANE dit :

      Juste une petite précision. Si l’article de Pierre Piccinin est « fort intéressant », je suis loin d’être d’accord avec tout ce qu’il dit, comme par exemple avec cette perle extraordinaire sous sa plume :
      « Aussi, je n’hésiterais pas à dire que l’Occident et Israël n’espèrent qu’une chose, très cyniquement, à savoir que Damas soit en mesure de rapidement rétablir l’ordre et de permette ainsi le retour au calme dans les plus brefs délais. ». Que voulez-vous, même les professeurs dénoncent certaines grosses blagues le Dimanche, mais y croient le reste de la semaine. Misère de…

    • Rensk dit :

      J’aime beaucoup ma compatriote Silvia… Elle a couvert un scandal onusuien dont la Suisse a joué un rôle principale…et cela totalement injustement légalement (Lois Suisse & ONU)…

      Quand elle parle de la Jordanie… si poliment…

      Un Clan ???

      Au Palais Bassman d’Amman, le prince Rashid de Jordanie, fils du prince Hassan et (frère du défunt roi Hussein) et de la princesse Sarvath a épousé Zeina Shaban. La famille royale hachémite assistait à la cérémonie ainsi que de nombreux membres du Gotha : la reine d’Espagne, le roi de Bahrein, le duc d’Edimbourg, la reine Anne-Marie de Grèce, la princesse héritière Victoria et le prince Daniel de Suède, le prince Lorenz de Belgique, le prince Constantijn et la princesse Laurentien des Pays-Bas, le prince Maurits et la princesse Marilène d’Orange-Nassau, le prince Alexandre et la princesse Katherine de Serbie, la princesse Miriam de Bulgarie, le prince Guillaume et la princesse Sibilla de Luxembourg, le prince Louis et la princesse Tessy de Luxembourg, le prince Félix de Luxembourg, la princesse Margriet des Pays-Bas, la princesse Irène de Grèce, le prince Bernhard et la princesse Stéphanie de Bade, le prince Nicolas de Liechtenstein et son épouse la princesse Margaretha de Luxembourg, l’archiduc Carl Chrsitian de Habsbourg Lorraine et son épouse la princesse Marie Astrid de Luxembourg, le prince Georg Friedrich de Prusse et sa fiancée la princesse Sophie d’Isembourg, le margrave et la margravine de Bade,… Le prince Rashid est âgé de 32 ans, il est le quatrième enfant et fils unique du prince Hassan de Jordanie. Son épouse Zeina, âgée de 23 ans, est une championnr de tennis de table qui a participé à plusieurs championnats internationaux et aux jeux olympiques.

      • BWANE dit :

        Je ne comprends pas du tout Monsieur où vous voulez en venir. Tous ces mots gaspillés en pure perte ! Allons donc, la Syrie doit faire sortir de leur gond certains.

  2. Mohamed dit :

    Est-il allé en Libye pour recruter des renforts de va-t-en guerre sainte pour libérer la Syrie, pardon disloquer la Syrie ?

    • BWANE dit :

      Ils y sont déjà, du moins à la frontière turque d’avec la Syrie. Ce Abdelhakim Belhadj,membre d’Al-Qaida et chef militaire de Tripoli, semble y être en la bonne compagnie de 700 autres salafistes de ses amis. Apparemment pour instaurer la démocratie en Syrie. La belle affaire.

    • Kinan dit :

      Bonne question.

  3. touri dit :

    Lettre ouverte d’un prêtre arabe à Alain Juppé…

    Père Elias Zahlaoui, prêtre arabe de Syrie.Père Elias Zahlaoui, prêtre arabe de Syrie.
    Lettre ouverte d’un prêtre arabe de Syrie à Alain Juppé, ministre français des Affaires Étrangères…

    Monsieur le Ministre,

    Prêtre arabe de Syrie, je viens d’apprendre, à l’instant, votre déclaration aux États-Unis, touchant la légitimité de notre Président de la République. En tant que syrien, je ne puis rester silencieux face à une telle ingérence dans les affaires de mon pays. Professeur d’Université, vous n’êtes pas censé ignorer que la légitimité d’un Président de République dépend du consensus de son peuple uniquement, et non de l’arbitraire d’une puissance quelconque. Ministre des Affaires Étrangères d’un pays comme la France, vous êtes censé savoir que la Syrie est un État souverain, membre fondateur des Nations-Unies. Mais, porte-parole grisé de certains maîtres du monde actuel, vous croyez pouvoir décider, à volonté, du sort des autres pays, dont la Syrie. Laissez-moi vous dire, au nom des millions de victimes que l’Occident a écrasés depuis des siècles, qu’il est grand temps de cesser de jouer les monstres à face humaine, et de piétiner tous les droits des autres peuples, au point de détruire leur existence même, comme vous vous êtes plu à le refaire depuis des décennies, en Irak, en Iran, en Afghanistan, au Pakistan, dans toute l’Afrique, notamment en Lybie.

    Monsieur le Ministre, Pour en revenir à la Syrie, oubliez-vous que le but dernier de toutes les manœuvres politiques, diplomatiques et séditieuses, menées contre la Syrie, depuis plus de deux mois, a été insolemment dévoilé par la conseillère au Pentagone, Mme Michèle Flournoy ? D’ailleurs, elle était tellement assurée de la réussite prochaine du complot mené contre la Syrie, qu’elle avait publiquement déclaré que la Syrie retrouverait tout son calme, le jour où elle romprait avec l’Iran et le Hezbollah, et signerait un traité de paix avec Israël ! Ne seriez-vous donc, célèbres diplomates et politiciens occidentaux, que les porte-paroles mesquins de la volonté israélienne ? Auriez-vous déjà oublié, en France et en Europe, le grand honneur que vous a valu la Résistance à l’occupation nazie ? Votre mémoire historique, écourtée ou effacée, devrait vous le rappeler ! Fallait-il que les nazis prolongent leur occupation de la France et de l’Europe, pour que vous ressentiez jusqu’à ce jour l’injustice que subissent les autres ? Mais si, en tant que Ministre de cette France du Général De Gaulle, vous pouvez tourner allègrement le dos, et pour des raisons piteuses, à cet honneur historique. Laissez-moi vous dire, en tant que simple citoyen syrien, que la Syrie n’acceptera jamais de tourner le dos au devoir vital de défendre son existence propre, d’abord contre l’occupation israélienne, ensuite contre le danger mortel que constitue le Sionisme, pour toute la nation arabe.

    Cependant, il semble que l’Occident tient à rester l’Occident, alors qu’il ne l’est plus. Je m’explique : hypothéqué par un passé colonial, lourd, très lourd même d’occupations sanglantes, de guerres criminelles, de transferts inhumains de populations entières, de vols systématiques des pays dominés, du Proche à l’Extrême-Orient, d’Afrique et d’Australie, de découpages arbitraires et piégés à long terme, de populations et de pays, d’exterminations en règle des populations autochtones, notamment sur tout le continent américain, ainsi qu’en Océanie, l’Occident s’est toujours laissé emporter par un appétit de domination, sans frein… C’est pourquoi, tout en piétinant tous les droits, comme vous cherchez à le faire en Syrie, vous n’avez jamais éprouvé la moindre honte à prétendre toujours être dans votre droit. Car le fort ne se trompe jamais ! Mais, Messieurs les Européens, il se trouve qu’effectivement, vous êtes passés du rôle de maîtres à celui de valets. En effet, prétendez-vous ignorer que toute l’Europe se traîne désormais à la remorque des États-Unis? Cela n’est plus un secret pour personne. Et vous n’ignorez certainement pas les nombreux penseurs européens, qui ne cessent de crier à l’urgence de libérer l’Europe du « piège américain ». Mais il se trouve aussi que les États-Unis sont, à leur tour, victimes d’un autre piège, celui du tout-puissant lobby israélien. Qu’il me suffise de vous rappeler ce qu’ont écrit Noam Chomsky, Paul Findley, Stephen Walt et John Mearsheimer, pour vous éviter d’essayer d’échapper à cette amère conclusion : ne seriez-vous donc, en Europe, que les valets des valets du Sionisme ?

    Monsieur le Ministre, avouez que l’Occident, si puissant soit-il, a perdu tout crédit… En effet, en haut-lieu, c’est-à-dire, aux Nations-Unies, au Conseil de Sécurité, ainsi que dans les autres institutions soi-disant internationales, il s’est avéré que dès qu’il s’agit de pays non-occidentaux, les représentants de l’Occident, surtout ceux des États-Unis, se pavanent comme des lions. Ils se permettent toutes sortes d’ingérences, allant jusqu’à détruire des pays entiers, de fond en comble. Rappelez-vous au moins l’Afghanistan, l’Irak et maintenant la Lybie. Et tout cela au nom « de la Démocratie, de la Dignité et des Droits de l’Homme ». Mais dès qu’il s’agit d’Israël, tous les pays occidentaux, sans exception, des plus « grands » aux plus « petits », les États-Unis en tête, deviennent rien de moins que des néants, des néants aveugles, sourds et muets! Et pourtant, même les sondages faits en Europe reconnaissent qu’Israël est l’État terroriste par excellence. Bien plus, il constitue la plus grande menace pour la paix du monde. Terroriste, Israël l’a été bien avant sa création, en 1948. Et si vous en avez le moindre doute, je vous réfère au livre terrible d’un historien français, juif et sioniste, du nom de Charles Enderlin. Son titre dévoile bien son contenu : « Par le feu et par le sang » ( Paris, 2008). Et Israël est resté fidèle à lui-même : tueur, voleur, guerrier, féroce, arrogant, raciste, expansionniste et exterminateur. Pourtant, les Juifs ont toujours été bien traités en pays arabes et musulmans. Leurs historiens sont assez honnêtes pour le reconnaître. Mais ils ont trouvé moyen de faire payer la terrible facture de l’antisémitisme occidental et de l’holocauste nazie à tous les peuples arabes et musulmans dont ils avaient, depuis Ben Gourion, calculé la destruction, tout en imposant un holocauste de 60 ans déjà, aux Arabes, chrétiens et musulmans, de Palestine.

    Monsieur le Ministre, je me dois de vous poser une dernière question. Ministre des Affaires Étrangères d’un pays comme la France, qui se prétend farouchement attachée à sa laïcité, comment justifiez-vous le support inconditionnel qu’elle apporte à un pays qui se veut uniquement juif ? Pour finir, laissez-moi en prêtre catholique, vous présenter mes condoléances pour l’Église de France, qui me semble bel et bien morte, pour avoir gardé si longtemps un silence criminel, face aux désastres incessants que ne cesse de commettre l’Occident, aux niveaux du monde arabe et musulman, et en conséquence, aux dépens de l’existence de leurs chrétiens autochtones, dans le seul but de permettre à Israël de vivre ! Comme le Pape Jean-Paul II avait raison, quand il avait un jour, en visite en France, commencé son discours par cette interrogation : « France… France, où est ton baptême ?! ».

    De grâce, Monsieur le ministre, un peu plus d’honnêteté et de dignité !

  4. Cécilia dit :

    Préparatifs de guerre contre la Syrie à la frontière jordanienne?

    Daraa, tôt ce matin,

    Un affrontement entre l’armée syrienne et soit-disant déserteurs. On parle de 27 soldats syriens tombés.
    Des accrochages durent déjà depuis plusieurs jours, mais pourquoi Daraa ?

    IRIB-La semaine dernière, selon un site jordanien, des « officiels occidentaux » ont demandé au roi Abdallah II l’autorisation d’installer une station de communication et d’écoute électronique près de la frontière syrienne, pour convaincre les officiers supérieurs syriens de renverser Bachar al-Assad ou, tout du moins, de se rebeller contre le régime baasiste…. Un poste de commandement de l’OTAN aurait été implanté près du village d’Al-Houshah, à quelques kilomètres de la Base aérienne Roi Hussein située à Mafraq (10 km de la Syrie)…

    Un avion américain en provenance d’Irak aurait déposé des militaires américains sur la Base aérienne Prince Hassan, à une centaine de kilomètre de Mafraq…
    Jordanie/Syrie

    La base aérienne de Mafraq est périodiquement utilisée, depuis les années 60, comme centre d’entraînement d’opposants syriens, par la CIA, le MI6 et l’Aman, le service de renseignements militaire israélien. La plupart des opérations de déstabilisation de la Syrie – coups d’Etats militaires, terrorisme, soulèvements – y ont été organisées avec des officiers félons ou avec les Frères Musulmans.
    La dernière en date, en mars dernier – la manifestation sanglante de Deraa, à quelques kilomètres de là – rappelle l’ « Opération Straggle » montée en 1956 par les mêmes services secrets, pour renverser un gouvernement syrien dit pro-soviétique.

    Et voici le lien :

    http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/158858-pr%C3%A9paratifs-de-guerre-contre-la-syrie-%C3%A0-la-fronti%C3%A8re-jordanienne

  5. Cécilia dit :

    HOMS

    Quartier al-Hadara, le 14 décembre

    Des manifestants pro Syriens brûlent le drapeau israélien sur lequel a été écrit: al-Jazeera, al-Arabyah…

    http://www.youtube.com/watch?v=tOcyCtx-i34

  6. Cécilia dit :

    HOMS

    Une délégation de journalistes visitent la famille de petit Sari Sa3oud, assassiné il y a deux semaines.

    La famille parle de ces pays qui complotent contre la Syrie pour renverser le régime, surtout Hamad de Qatar.

    http://www.youtube.com/watch?v=4J1Mslega1Q&feature=related

    Le cousin de Sari adresse un mot à l’Égypte rappelant que la maman de Sari est la fille de cousin de Jules Jamma, mort pour l’Egypte.

    http://www.youtube.com/watch?v=URcFFFi5Wxc

    Mais pourquoi le cousin l’a t-il mentionné ?

    Guerre de Suez 1956
    ———————

    Suite à la nationalisation du Canal du Suez par Nasser, un scénario a été mijoté en grand secret par la France, la Grande-Bretagne et Israël.
    « Lorsque les Égyptiens aurons attaqué l’Égypte, la France et la Grande-Bretagne prendront prétexte de ce que la sécurité du canal est en péril pour adresser aux deux belligérants un ultimatum les invitant à retirer leurs troupes, sans quoi elles occuperont la zone du canal ».

    La décision est prise d’une attaque le 26 octobre en direction du canal par Israël. « l’ultimatum franco-anglais sera envoyé le 30 pour laisser aux soldats isaréliens le temps d’arriver à proximité du canal, Ben Gourion acceptera les termes de cet ultimatum en faisant reculer ses troupes de 15 km, la RAF et l’aviation française pilonneront les aérodromes égyptiens à partir du 31 et le corps expéditionnaire débarquera le 6 novembre, soit le jour de l’élection présidentielle américaine ».
    Eisenhower, en tournée électorale, réagit très vivement et obtient la convocation du Conseil de sécurité de l’ONU. Le veto de la France et de la Grande-Bretagne empêchent le vote d’une résolution ; devant l’Assemblée générale, réunie en session extraordinaire, une large majorité du pays condamne Israël. Mais les troupes de l’Etat hébreu poursuivent leur progression à l’intérieur du Sinaï.
    L’Égypte empêche la circulation sur le canal en coulant des bateaux chargés de ciments.

    Le débarquement est prévu pour le 6 novembre ; les États-Unis et le secrétaire général de l’ONU cherchent à l’empêcher. L’Assemblée générale demande un cessez-le-feu mais les troupes franco-anglaises ont commencé à faire mouvement. Le soir du 5 novembre à 20 heures, les Soviétiques demandent une réunion d’urgence du Conseil de sécurité et menacent : « Il y a des pays qui n’ont pas besoin d’envoyer des forces navales ou aériennes sur les côtes de Grande-Bretagne, mais pourraient utiliser d’autres moyens, tels que des fusées ». Eisenhower reste persuadé que les Russes bluffent. Les Américains rappellent aux Anglais les liens financiers qui les unissent. En fin de matinée, Eden est informé que Washington propose un prêt d’un milliard de dollars si un cessez-le-feu intervient. Le premier ministre anglais cède, appelle Guy Mollet qui renonce à son tour.

    D’après André Fontaine, Histoire de la guerre froide, Seuil.

    Mais le Syrien, Jules Jammal (le cousin) venait tout juste d’obtenir son diplôme d’officier dans la marine égyptienne où il a été envoyé par la Syrie. La guerre déclenchée, il préfère quitter sa ville syrienne Lattaquié pour rejoindre ses collègues égyptiens car il dit: « L’Égypte comme la Syrie et c’est mon pays car nous sommes tous des Arabes ». C’était l’époque de grand nationalisme arabe.
    Jules est le premier kanikaz arabe car il s’est jeté avec son bateau contre le navire de guerre, la célèbre Jean Bart. Il n’avait que 24 ans.

    (Il est à signaler que Jules est sorti majeur de sa promotion et à ce titre, a été récompensé par une montre en or offerte par Nasser qui l’a élevé au grade supérieur, à titre posthume, pour son courage pendant la guerre de Suez).