• Actualité
  •  

C’est un avertissement très net, et inédit par sa fermeté, que vient d’adresser, à propos de la Syrie, Téhéran à Ankara. Par la bouche de son conseiller militaire, le Guide suprême de la révolution iranienne Ali Khameneï, autrement dit le « N°1 bis » de la République islamique, a mis le gouvernement turc en demeure de revenir sur ses dernières prises de position en politique internationale, en tous cas celles concernant la Syrie et le déploiement sur le territoire turc du « bouclier [...]



Diplomatie : l’Iran, le Venezuela et Cuba montent – fermement – au créneau

Par Louis Denghien,



Le général iranien Rahim-Safavi : une fermeté de ton envers Erdogan qui vient de haut

Le général iranien Rahim-Safavi : une fermeté de ton envers Erdogan qui vient de haut

C’est un avertissement très net, et inédit par sa fermeté, que vient d’adresser, à propos de la Syrie, Téhéran à Ankara. Par la bouche de son conseiller militaire, le Guide suprême de la révolution iranienne Ali Khameneï, autrement dit le « N°1 bis » de la République islamique, a mis le gouvernement turc en demeure de revenir sur ses dernières prises de position en politique internationale, en tous cas celles concernant la Syrie et le déploiement sur le territoire turc du « bouclier anti-missiles » de l’OTAN.

La Turquie doit « changer de comportement »

Le général Yahya Rahim-Savafi, conseiller militaire d’Ali Khamenei, qui s’exprimait samedi 8 octobre dans u entretien accordé à l’agence iranienne Mehr, a en effet été très clair : si le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan persiste dans cette voie, il aura des comptes à rendre non seulement au peuple turc mais aux pays voisins. « L’attitude des dirigeants turcs envers la Syrie et l’Iran est condamnable », a estimé le général Rahim-Safavi. « Ils agissent ainsi, je pense pour servir les intérêts de l’Amérique » (Ce n’est, en effet, pas à exclure a priori, Ndlr)

Et le haut-responsable militaire iranien, qui n’a pu s’exprimer sur un sujet aussi sensible, et avec une telle fermeté, sans l’aval de la direction iranienne, met les points sur les i : « Si la Turquie ne change pas de comportement, le peuple turc ne laissera pas faire et les pays voisins, la Syrie, l’Irak et l’Iran, devront réexaminer leurs relations avec Ankara ».

On notera que le général Rahim-Safavi évoque, très clairement là aussi, la mise en place d’un axe Téhéran-Damas-Bagdad opposé aux visées hégémonistes d’Ankara dans la région. Et là encore, on peut penser qu’il ne s’est pas avancé « sans biscuits » ! A vrai dire, les trois pays ont récemment conclu un partenariat, économique mais lourd de sens politiquement, avec la mise en chantier du « gazoduc islamique » voué à acheminer, via l’Irak et la Syrie, le gaz iranien vers l’Europe (voir notre article «Syrie/Irak/Iran : un gazoduc très politique » , mis en ligne le 27 juillet).

Par ailleurs on sait que le gouvernement iranien avait fait déjà, depuis le début de la crise syrienne, des pressions – plus discrètes que celle-ci – sur Erdogan afin qu’il mesure ses propos sur son voisin. Plutôt en vain jusqu’à présent.

On verra si cet avertissement plus « affirmé » fera son effet. Mais il démontre, s’il en était encore besoin, que les spéculations récentes des médias français sur une « prise de distance » des Iraniens vis-à-vis du gouvernement syrien, n’étaient qu’une énième intox, une nouvelle désinformation.

Au fond si « prise de distance » il y a, elle intervient entre les médias occidentaux et les réalités de terrain !

Walid al-Mouallem et les diplomates latino-américains, le 9 octobre à Damas

Walid al-Mouallem et les diplomates latino-américains, le 9 octobre à Damas

D’autre part, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Nicolas Madoros et son homologue cubain Bruno Rodriguez ont été reçus dimanche 9 octobre par le président Bachar al-Assad. Cette visite, avait déclaré samedi à Genève M. Madoros, « s’inscrit dans le cadre du soutien à la Syrie et du rejet de toutes les formes d’ingérence étrangère dans les affaires de la Syrie ». Précisons que des représentants diplomatiques de l’Equateur, du Nicaragua et de la Bolivie accompagnaient MM. Madoros et Rodriguez dans cette visite d’amitié. Quand on sait par ailleurs l’attitude pro-syrienne constante d’un pays comme le Brésil au Conseil de sécurité des Nations-Unies, on voit qu’en Amérique latine – continent « émergent » – aussi, un front du refus de l’impérialisme américano-occidental s’affirme, et serre les rangs autour de la Syrie. C’est, en quelque sorte, un « No pasaran ! » d’un genre nouveau que lancent, à propos de la Syrie, ces « nations nationalistes » à l’intention des Obama, Sarkozy, Cameron et autres Erdogan !



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

19 commentaires à “Diplomatie : l’Iran, le Venezuela et Cuba montent – fermement – au créneau”

  1. Souriya ya habibati dit :

    Al Mouallem était terrible à la conférence de presse! kad almouallimu an yakuna rassula..

  2. Mohamed dit :

    Il y’aurait de quoi réduire les ardeurs de nos opposants jusqu’au boutistes,
    et les amener à redescendre sur terre !

  3. Mohamed dit :

    Cher louis, c’est l’évidence et c’est bien formulé :
    « Au fond si « prise de distance » il y a, elle intervient entre les médias occidentaux et les réalités de terrain ! »
    Ne peut-on pas dire qu’il s’agit là de la dichotomie ?

  4. T 34 dit :

    Il y a une erreur avec le nom du ministre venezuelien c’est Maduro pas Madoros.

  5. spartacus dit :

    on ne peut que saluer le courage politique de ces pays , il est plus que temps de dire stop à l’impérialisme US et de certain de ses valets avant qu’ils nous entrainent dans la barbarie généralisée , nous attendons une position aussi affirmé de la chine ,de la Russie et l’inde qui sont eux aussi indirectement visés par velléités guerrières du trio infernal Obama,Sarkozy ,cameron et de leurs valets erdogan ,berlusconi, Abdallah, Al Thani et consort
    vive la Libye libre et indépendante et vive un Moyen-Orient prenant la place qu’il mérite dans le monde « un porteur de lumière place qu’il a eu et qu’il n’aurait jamais dut perdre »
    kenavo à bientot

  6. lafleuriel Zakri dit :

    Et bien c’est sale temps pour la Turquie qui, terrorisée vient à peine de recevoir et je cite : la « grenade dégoupillée» et comme prévue puisque  » jeudi 6 octobre 2011 Nicolas Sarkozy devant une partie de la délégation qui l’accompagnait à Erevan, en Arménie. Le président de la République y est revenu sur un sujet sensible en évoquant la reconnaissance du génocide arménien par la Turquie. Il a déclaré que la France modifierait sa législation pour que le négationnisme du génocide de 1915 soit condamné au pénal, si la Turquie ne reconnaissait pas officiellement le massacre de plus d’un million et demi d’Arméniens ». mais 1er- est-ce normal pour un Président d’avoir ça dans ses bagages quand il est en visite ? je suppose que ce ne sont pas les Arméniens qui la lui ont donnée ? Alors un avion présidentiel bourré d’explosifs ? ET Donc en Arménie la France aussi menace la Turquie
    Bon mais en 2- Il paraît que les Turcs furent glacés d’effroi et firent part à la France de leurs sentiments après cette attaque armée..
    3- Heureusement et dans le même temps, Claude Guéant, le ministre du notre lanceur de grenade dégoupillée, envoyé lui à Ankara et en urgence annonçait que la France concluait avec la Turquie un accord de sécurité visant les « groupes terroristes du PKK » visant également les kurdes de France.
    ET Donc le ministre de Sarkozy, lui, fait ami avec la Turquie qui a déjà reçu sa grenade, et ensemble, France et Turquie déclarent la guerre aux Kurdes mais du PKK. Il y a une logique dans tout ça ?

    • stephane dit :

      Il a aussi affirmé que la Turquie n’avait pas sa place dans l’U-E.
      Sûrement que la Turquie a failli dans son rôle d’ »homme de main », à réussid à faire la guerre à la Syrie, dans le cadre de cette guerre occidentale contre cette dernière, et que maintenant la turquie n’est plus si importante

    • Rensk dit :

      Drôle votre intervention car la Turquie se suffit amplement « a elle-même »…

      N’a-t-elle pas un problème avec un pays de l’UE ? Donc de toute l’UE ???
      N’a-t-elle pas un « problème avec bien de ses voisins ?
      N’a-t-elle pas un vrai problème interne quand 1/3 de la population n’est pas accepté ?

  7. Radwan dit :

    Ce qui me frappe dans la politique et les médias occidentaux et tout particulièrement français cette unie latérale point de vue !!! Et ce double poids, double mesure envers la Syrie !!! La Turquie ce n’est pas une grande démocratie, l’arabie soudite non plus, les pays du golf pourtant ce sont les alliés de l’Europe !!! Israel est le n1 de violence et viol de droits de l’homme au niveau mondial pourtant il est le chouchou des européens !!! Est – ce qu’on assistera un jour à une intervention militaire et un embargo économique contre Israel pour aider les palestiniens dan leur lutte pour la liberté et la démocratie ?!!! si un tel jour voit le jour je vais me prosterner aux pieds de la démocratie occidentale !!!

    • Rensk dit :

      J’ai été travailler en Chine entre autre… (pour ne pas mettre le « poids » sur d’autres nationalités) Presque tous disent (sur plusieurs continents donc aussi hors de Chine…)

      C’est la décadence…

  8. lafleuriel Zakri dit :

    Une « mauvaise nouvelle » pour le régime syrien: il vient de recevoir un conseil d’un grand ami : ce grand chef d’Etat que nos politiques respectent pour son intégrité et sa bonne gestion de son pays, cet excellent Nouri al Maliki et qui ne veut que du bien à la Syrie. Voilà un chef d’Etat lui reconnu par nous tous pays d’occidentaux qui avons tant oeuvrer pour les droits de l’homme et de la démocratie pour les concitoyens chrétiens, sunnites ou chiites de son pays( Les Kurdes eux ayant pris la porte) Un chef d’Etat qui ne reçoit ses ordres que de son peuple, un homme honnête, libre de parole et d’actes actes. : il s’agit de…
    Mais lisez plutôt Le Point. (Moi, je ne conseille que le Monde, Libération, Le Point quelquefois Le Figaro et en boucle France 24 comme ça on ne peut pas dire que j’essaie de vous influencer)
    et donc Le Point: je vous fais fait un « copier » mais tronqué;.l’article complet est juste après je crois un autre article aussi tout intéressant…
    « L’Irak réclame la fin du parti unique en Syrie

    Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, encourage la Syrie à mettre fin au système du parti unique après six mois de contestation contre le régime de Bachar el-Assad. Maliki, qui a vécu en Syrie jusqu’à son retour en Irak après le renversement de Saddam Hussein en 2003, s’est fait plus discret que les dirigeants sunnites du monde arabe sur la crise syrienne.

    Le gouvernement chiite irakien dit rechercher des relations diplomatiques équilibrées avec le reste du monde arabe, mais il semble écartelé entre l’envie de soutenir Damas et son souhait d’éviter la contagion. « Nous soutenons certainement l’idée d’une fin du parti unique, dirigé par une seule personne », a expliqué Nouri al-Maliki, interrogé sur le besoin de réformes en Syrie. « Je dis ouvertement que nous soutenons l’idée d’États choisis par le peuple, d’États et de gouvernements nommés par le peuple et non dans les coulisses », a-t-il ajouté.  »
    et moi, j’ajoute:  » Ben voyons ! Syrienne libre et Etudiant cela vous va un gouvernement « coupé collé  » à l’Irakienne et sur le modèle proposé par Bush et consorts…Ici c’est clair..il ne parle pas tout seul Maliki.il aime qu’on lui souffle les bonnes solutions.C’est connu.Bon et si certains ont de la peine à se mettre d’accord sur une forme de gouvernance, et bien ils seront reçus dans la Zone verte pour être initiés (normal e et par des chiites mais différents,intelligents et qui ne prennent pas leurs ordres en Iran comme qui vous savez…

    • Etudiant dit :

      Vous savez bien que Maliki était réfugié en Syrie du temps de Sadam ?

      • Rensk dit :

        Et ? Vous saviez que Rouhollah Mousavi Khomeini était réfugié en France… sans en demander le statut ? Qu’il y est resté sous le régime du « tourisme » ?

  9. lafleuriel Zakri dit :

    L’autre article du Point que je conseille est consacré à l’indignation du Criff après l’indigne émission consacrée à « la Palestine un Etat possible  » ou quelque chose comme cela et dans l’ »émission « Un oeil sur la Planète »
    Ouah quel remue ménage à  » France télévisions »dont les dirigeants vont sans doute sauter pour avoir laisser passer un fatras de contre vérités mettant en cause l’Etat d’Israël et en plsu avoir parler de lobbies. Et les journalistes, ben, ils sont tous menacés mais quel culot il sont en plus, de ne pas vouloir faire des excuses les plus plates mais exigées sinon… et refuser d’aller en chemise et la clef d’antenne2 en sautoir ils se rebiffent ! D’ailleurs les Israéliens vont faire une contre émission « deux yeux sur … »Surtout ne la ratez pas.. Cela ne va pas être triste cette grande bataille médiatique: Oeil pour oeil quoi ! Moi, j ‘offre le beurre noir..

  10. leelee dit :

    SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE LIBYEN – Faire circuler

    Rassemblement pour la paix en Libye africaine et contre les bombardements criminels de l’OTAN
    ———————————————————

    Samedi 15 octobre 2011 à 14 heures
    Place de la République à Paris

    * »La voix de la Libye » – par Ginette Hess Skandrani
    http://lavoixdelalibye.com/?p=1593

    * »La voix des opprimés » pour une information sur la guerre en Libye
    http://news.stcom.net/index.php

    • Etudiant dit :

      Tiens Ginette !
      La potesse de Dieudonné (très drôle quand il ne fait pas de politique) !
      Les grands esprits se rencontrent.

      • stephane dit :

        il n’a jamais été aussi drôle que maintenant qu’il dit des choses que peu de gens sont capables de dire

  11. Rensk dit :

    Bonne info, étant de Suisse et ne sachant ce qui se passe à Genève…

    Une remarque sur l’article ; moi comme « rédacteur » je me serais permis sans aucune gêne… de mettre aussi en gras le/votre : (Ce n’est, en effet, pas à exclure a priori, Ndlr) Bien à vous