• À la Une
  •  
  • Actualité
  •  

Les opposants et l'OSDH annoncent ce jeudi la poursuite des bombardements de l'armée syrienne sur les quartiers de Bab Amr (sud-ouest), Inchaat (ou al-Inshaat, sud-ouest, au-dessus de Bab Amr), al-Khalidiya (ou al-Khaldieh, ou al-Khaldeeye, centre-nord)), al-Bayyada (nord-est) et Jouret al-Shayyah (centre) de Homs. Bombardements qui, selon les mêmes sources, auraient fait 29 morts dans la matinée. Homs toujours capitale de la violence, sinon de la Révolution L'agence Sana rend compte pour la journée du mercredi 8 février d'une attaque au mortier des [...]


Mot-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Homs, Idled, Zabadani, Deraa : forces armées contre bandes – très bien – armées

Par Guy Delorme,



Un de ces activistes "à mains presque nues" qu'évoquait récemment Alain Juppé, photographié ces jours-ci

Un de ces activistes "à mains presque nues" qu'évoquait récemment Alain Juppé, photographié ces jours-ci

Les opposants et l’OSDH annoncent ce jeudi la poursuite des bombardements de l’armée syrienne sur les quartiers de Bab Amr (sud-ouest), Inchaat (ou al-Inshaat, sud-ouest, au-dessus de Bab Amr), al-Khalidiya (ou al-Khaldieh, ou al-Khaldeeye, centre-nord)), al-Bayyada (nord-est) et Jouret al-Shayyah (centre) de Homs. Bombardements qui, selon les mêmes sources, auraient fait 29 morts dans la matinée.

Homs toujours capitale de la violence, sinon de la Révolution

L’agence Sana rend compte pour la journée du mercredi 8 février d’une attaque au mortier des rebelles contre l’université d’al-Baas de Homs (faubourgs sud de la ville) et d’une autre contre la raffinerie locale. L’agence fait état aussi d’une autre attaque d’un commando armé contre l’hôpital an-Nami de Homs, qui n’a apparemment pas fait de victimes mais a vu le pillage en règle du matériel sanitaire.

Toujours à Homs, Sana signale l’explosion d’une voiture piégée dans le quartier d’al-Bayyada, et de tirs d’obus de mortiers et de roquettes RPG, ainsi que de plusieurs accrochages entre soldats et insurgés, dans d’autres quartiers de la ville. Sana accuse les groupes armés d’avoir en outre saccagé et pillé un certain nombre d’immeubles dans les quartiers de Nazihine, al-Khaldieh et al-Bayyada. Bien sûr, Sana met en avant les doléances d’habitants de ces quartiers contre le climat de terreur instauré par les groupes armés, et leurs appels à une intervention énergique de l’armée : propagande, certes, mais s’appuyant sur une réalité incontestable ; même la chaîne française – et donc hystériquement anti-Bachar – I-Télé a produit voici peu des témoignages de femmes de Homs maudissant l’ASL et appelant au secours l’armée régulière (voir notre article »Réinformation (involontaire) : quand I-Télé se prend les pieds dans le tapis« , mis en ligne le 6 février).

Autre « front » mentionné par Sana dans son édition du 8 février, celui de la région d’Idleb, au nord-ouest du pays, non loin de la frontière turque : un groupe armé a ouvert le feu sur le bâtiment d’un bureau de recrutement de l’armée à Ariha (15 kilomètres au sud d’Idleb) : des soldats ont été blessés, mais le groupe aurait été mis en fuite, laissant sur place plusieurs morts et blessés. Par la même occasion, Sana dément tout bombardement de l’armée sur Ariha et Maarat al-Numan (25 kilomètres au sud d’Ariha).

Troisième point chaud du moment, la ville moyenne et résidentielle de Zabadani, dans un secteur montagneux sur la frontière libanaise, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Damas : infiltrée voici un mois par des groupes de l’ASL, et investie par l’armée qui soumet depuis plusieurs jours la ville à des tirs nourris d’armes lourdes. C’est du moins la version de l’OSDH et des Comités locaux de coordination qui dans leur description de la situation tendent à présenter Zabadani comme un Homs en réduction, avec le même niveau de destruction et les mêmes difficultés en eau, vivres et électricité pour la population.

L’OSDH annonce aussi une attaque de blindés contre la localité de Tsil, près de Deraa.

Le matériel dernier cri – et israélien – de l’ASL à Homs

Un blindé léger détruit par les insurgés à Homs : roquette RPG ou obus au phosphore de fabrication israélienne

Un blindé léger détruit par les insurgés à Homs : roquette RPG ou obus au phosphore de fabrication israélienne

Un « commandant » de l’ASL a tenu une conférence de presse clandestine « dans un lieu proche de Damas« , qui a été diffusée sur la toile. Le « commandant Mohammed » a réclamé du matériel militaire aux puissances occidentales, évoquant ses combattants affrontant les blindés gouvernementaux « avec des armes légères« , et il a lancé un énième appel au secours de la population de Homs, confrontée, explique-t-il sobrement, « à l’une des pires machines de mort du monde« .

Des armes, les insurgés en disposent pourtant d’un grand nombre, grâce notamment aux filières qui passent par le Liban, la Turquie ou la Jordanie. On remarque d’ailleurs, une fois de plus, que les combats ou accrochages, hormis Homs, interviennent dans des régions-frontières – avec le Liban, la Jordanie ou la Turquie. Et bien évidemment, les groupes armés qui entrent ainsi en Syrie ne sont pas composés, tant s’en faut, que de Syriens.

Et les armes non plus ne sont pas toutes syriennes : la télévision en ligne jordanienne al-Haqeeqa rend compte qu »une reconnaissance blindée limitée de l’armée, aux premières heures du lundi 5 février, à Bab Amr, a été stoppée net après qu’un de ces éléments blindés légers (type BMP ou « véhicule de l’avant blindé  » selon la terminologie militaire française) a été détruit instantanément par un projectile de type nouveau, plus destructeur que la classique roquette RPG : en fait un obus au phosphore blanc. Or ce type de projectile a été développé par l’industrie militaire israélienne – à partir d’une technologie allemande.

Il a fallu l’arrivée de chars lourds T72, au blindage plus résistant à ce type d’obus, pour que la progression des troupes reprenne. Mais les soldats syriens ont, dans la nuit, été victimes de tirs extrêmement précis en dépit de l’obscurité. Il a fallu que les forces spéciales s’emparent d’une position des insurgés pour que soient identifiées les armes capables d’une telle précision : des fusils à vision thermique, qui repèrent une cible grâce à un dispositif déterminant la différence de température dégagée par la cible et son environnement. Et là, la technologie est américaine, et a été utilisée en Irak soit par les G.I’s soit par les mercenaires de la société privée Blackwater. On trouve aussi ces armes à visée thermique dans le Golfe, notamment, affirme al-Haqeeqa,  dans des camps d’entraînement ASL abrités sur le territoire de l’émirat d’Abou-Dhabi et gérés par Blackwater. Ce dernier point est à confirmer, mais il est désormais avéré que les insurgés de Homs bénéficient d’armes de haute technologie. Al-Haqeeqa déclare tenir ses informations de sources militaires syriennes mais également russes.

On est, là encore, très loin des insurgés aux « mains nues » qu’évoquait voici 24 heures notre lamentable ministre des Affaires étrangères !

1 500 à 2 000 activistes dans le secteur de Homs ?

Pour autant, les forces régulières ne relâchent pas la pression depuis le début de leur offensive à Homs : la ville a été décrétée, lundi 6 février, « zone militaire » dont l’entrée et la sortie sont soumises à une autorisation préalable de la part des points militaires chargés de fermer toutes les routes et les axes donnant sur la ville. De même, d’importants effectifs ont été déployés dans les vergers, les vignobles et les zones agricoles situés autour des zones d’opérations militaires, pour empêcher les insurgés de s’échapper de la ville. Al-Haqeeqa, s’appuyant sur une source militaire syrienne, rapporte que pas moins de 100 hommes armés ont été tués, ce même lundi, et qu’un nombre égal a été arrêté. Des centaines d’insurgés ont essayé de fuir vers d’autres zones, et tout particulièrement vers le centre de la ville ancienne – quartiers d’Al Khaldya, Al Bayada, Bab Sbaa – pour s’y retrancher. Le nombre de combattants armés est estimé entre 1 500 et 2 000 rien que dans la zone de Homs ; une grande partie d’entre eux auraient combattu en Irak, auparavant, et sont entrés en Syrie, avec l’appui des militaires américains et des services de renseignement saoudiens et jordaniens.

Bref, en dépit des difficultés, les forces armées syriennes semblent ne laisser aucun répit à ces groupes, et si ceux-ci ne peuvent renouveler leurs effectifs et leurs arsenaux, arrivera forcément un point de rupture. Souhaitons que cela soit le plus tôt possible, pour le bien des Syriens, pro, anti ou attentistes.

(Merci à Mohamed pour ses traductions)

Insurgés photographiés le 8 février à Idleb

Insurgés photographiés le 8 février à Idleb

 

... Idem...

... Idem...

Toujours à Idleb, le 8 février : l'ASL a visiblement trouvé du répondant...

Toujours à Idleb, le 8 février : l'ASL a visiblement trouvé du répondant...



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

57 commentaires à “Homs, Idled, Zabadani, Deraa : forces armées contre bandes – très bien – armées”

  1. Alyfa dit :

    tout ca fait me fait peur…sommes nous en plein guerre civile??? les semaines qui viendront seront decisives…

    • pop dit :

      Faut-il avoir peur d’une guerre civile? il faut dire que c’est peut être le plan de la Russie et de l’Iran! une guerre civile en Syrie entraînera automatiquement une guerre civile en Israel entre Arabe et Juif! d’ailleurs le traitement pour favoriser une guerre civile en Israel a débuté depuis un certain temps! il n’est pas anodin de voir les arabes israeliens faire des tags anti-juifs ou de jeter des pierres… Wait and See le jeu d’échec est d’un très bon niveau actuellement dans le région!

      • Byblos dit :

        Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire!
        …Une guerre civile en Israël… «entre Arabes et Juifs»? Des explications s’imposent. C’est le moins qu’on puisse dire. Comme ça, la Résistance à l’occupation de la France par l’Allemagne, c’était une guerre civile?

    • Ulpien dit :

      Non, vous exagérez! Je pense que l’armée a bien de succès dans sa lutte contre les terroristes.

    • sowhat dit :

      « sommes nous en plein guerre civile??? »

      c’est faux ! ce n’est pas la guerre civile mais des attaques plus ou moins concertées de la part de bandes armées composées pour la plupart de mercenaires et de djihadistes arabes infiltrés depuis des pays voisins et aidés par une coalition de pays voyous

      on veut nous faire croire que c’est une guerre civile mais ce n’est pas une guerre civile

      • NO PASARAN dit :

        Guerre non conventionnelle. Peut prendre l’aspect que l’on souhaite.

        • sowhat dit :

          soit, mais cette guerre qui ne veut pas dire son nom est menée par qui ?

          car enfin il est temps que ceux qui mènent cette guerre par procuration se déclarent vraiment et en assument pleinement les conséquences, au même titre que la partie agressée, je veux dire le peuple syrien qui depuis presque un an est le seul à souffrir et à payer.

          Les voyous-coalisés sont pris dans un engrenage infernal qui ne peut en toute logique que les conduire à se découvrir et à s’engager ouvertement eux-mêmes. D’un coté il y a le diablotin Israel, de l’autre le diablotin du Golfe et ces deux-là jouent le rôle du balancier dynamique qui meut cette mécanique fatale.

          Alors (et très candidement) je dis hourra pour une intervention militaire de la part de la coalition anti-syrienne !!! OUI A UNE INTERVENTION MILITAIRE BRAVO BRAVO !!! Allez y messieurs !!! Vous plantez la guerre dans un pays qui ne vous a point agressé, il est juste et équitable et conforme aux lois de la guerre que ce pays porte la guerre chez vous.

          GLOIRE A NOS MARTYRS

      • joska dit :

        Mes amis, depuis trois jours, j’essaie de joindre mes proches habitants Homs, et ses environs, pas moins d’avoir la Syrie, toutes lignes injoignables! Avez vous de nouvelles du secteurs? Merci de me tenir au courant car je m’inquiète beaucoup!

        • NO PASARAN dit :

          Je peux essayer d’appeler d’ici, si tu veux… On avait le même problème sur une banlieue de Damas, une dizaine de jours sans réseau. C’est rétabli sur ce secteur depuis hier soir ou ce matin.

    • Byblos dit :

      Il ne s’agit ABSOLUMENT pas d’une guerre civile. C’est une agression étrangère pure et simple, mais par des bandes de mercenaires, plutôt que par des armées régulières.

      L’agresseur? Toujours le même : l’Occident prédateur qui n’ose plus se battre directement. Alors, il envoie des supplétifs payés, de surcroît, avec une monnaie sans valeur, les imbéciles!!!

      • sowhat dit :

        je suis 100% d’accord avec vous mon ami. Mais ils vont devoir se découvrir et y aller eux-mêmes … à la guerre.

      • Albissaty Saleh Allazam dit :

        Oui, Byblos, l’agresseur est le même: l’occident prédateur. mais ce qui fait encore plus mal est que les arabes ou ceux qu’on appelle tel font front commun avec les ennemis traditionnels des arabes contre la Sirye. ça fait vraiment mal, ça me fait vraiment mal.

    • omeyade dit :

      Si cette guerre civile en Syrie se prolonge ce n’est que bénéfique pour le régime sioniste qui lui doit se frotter les mains, peuple syrien réveillez vous et surtout UNISSEZ VOUS face aux terroristes, quel qu’en soit vos différences ethnique ou religieuse!

  2. Christian dit :

    Des enfants de coeurs… armés jusqu’aux dents. Voir aussi lien ci-dessous:

    http://www.presstv.com/detail/225801.html

  3. pop dit :

    Je pense qu’une roquette RPG le 7 par exemple ne peut détruite ces blindés! et donc comme vous avez souligné ce sont bien des armes anti-chars sionistes! ils s’en félicitent d’ailleurs en mettant les photos sur le site Hareetz et par le même détruire la réputation de l’armement Russe! similaire au coup terrible subit par le Merkava contre le groupe de militaires du Hezbollah!

  4. Rêveur Syrien dit :

    Je voulais juste préciser que je suis pour la solution russe qui consiste à créer un gouvernement d’union nationale, avec l’actuel Président Bachar el assad, pour appliquer la nouvelle constitution qui, si elle est correctement appliquée, est très bien ! J’espère que l’opposition va accepter.

  5. NO PASARAN dit :

    PHOTO : Treillis de quel pays ??? C’est un modèle qu’on ne voit pas en Syrie…

  6. NO PASARAN dit :

    Arrête ton char, Ben Hur, comme dirait l’aure !!! Oh, ça nous a tellement ému, ton histoire de l’homme qui a disparu !!!

    Petite question : pourquoi les deux membres de l’une de nos petites soirées de cet été n’ont absolument pas été inquiétées alors qu’ils gueulaient un tas de trucs contre le président et le régime sur le balcon ??? On faisait tellement de bruit que les voisins nous ont demandé de baisser d’un cran car ils voulaient dormir.

    Et puis oui, vous avez certainement raison, laissons allègrement tomber tout ce qui se passe d’attroce depuis 11 mois et concentrons-nous sur vos conneries !!!

    Ps : C’est pas la peine de prendre un pseudo romantique…

    • Rêveur Syrien dit :

      Je comprend pas cette agressivité ni le sens de votre réponse. J’ai exprimé une opinion. Peut-être n’avez vous pas lu ma deuxième réponse : je pense que le plan russe est un bon plan et que le président Assad est sur la bonne voie, je suis d’accord avec tout ce qu’il a dit et il va bientot y avaoir un référendum sur cette constitution. Concentrons nous sur l’avenir ! Nous avons un problème chez nous les arabes, on ne sait pas débattre sans insulter l’autre…

      • Syrienne Libre dit :

        Le plan russe et les beaux discours de Bachar auraient été les bienvenus si ce dernier ne mentait pas et si la répression féroce et inhumaine de tout une population n’existait pas.

        • Akyliss dit :

          je ne savais pas que quelques quartiers de Homs, Hama etc faisait toute une population …

          • Nouh dit :

            Et Deraa, et le qalamoun, et la banlieue de Damas, et Deir El Zor…

          • sowhat dit :

            Il s’agit de quelques quartiers seulement et non pas de l’ensemble de ces villes ou régions.

            voila encore des mensonges.

            Je vous rappelle (mais est-ce bien utile ?) que la très grande majorité des arabes des tribus sont aux cotés des autorités légales. C’est pratiquement un bon quart des habitants de la Syrie

            Il en va de même des Kurdes syriens
            Des assyriens de Hassakeh
            Des druzes de Soueidah et de Djabal al Arab
            Des ismaélites
            Des circassiens
            Des turcomans
            Des Chiites
            Des Yazidis
            enfin des chrétiens et des alaouites

            Sans compter que de la majorité des sunnites est loyale, car sans cela le pouvoir se serait effondré en été 2011, ainsi que le prévoyaient d’ailleurs les occidentaux et Hamad de Qatar lui-même avait publiquement exprimé ce pronostic.

          • sowhat dit :

            mon commentaire est destiné a Nouh

        • Akyliss dit :

          ok Syrienne Libre, c’est bon le message de l’émir du Qatar est passé comme une lettre à la poste française non recommandé : Bachar El Assad est un menteur alors que Erdogan, l’émir du Qatar, Erdogan, Benyamin Nethanyhu, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Suzan Rice, Barak Obama, William Hague, Ryad El Assaad, Burhan Ghalioun, L’ASL, le CNS, L’ONU, l’OTAN ne disent que la vérité, et c’est totalement et complétement prouvé depuis des dizaines d’année que la vérité ne sort que par la bouche des occidentaux ! on l’a vue la vérité en Afghanistan, Irak, Libye, Liban, Palestine occupée …avec toute les vérités qu’ils ont sortie pour aller sauver la veuve et l’orphelin dans ses pays on ne peut que leur faire confiance quand il s’agit de la Syrie .
          mais moi je préfère faire confiance à Bachar El Assad malgré tout ce qu’on a pu raconter sur lui Syrienne Libre…

      • sowhat dit :

        Il ne peut pas y avoir de dialogue ni le processus de transition démocratique prévu dans le cadre de la nouvelle constitution tant qu’il y a de l’insécurité. Or force est de constater que cette insécurité
        est entretenue par les états voyous que sont les E.U, la France, l’Angleterre, la Turquie, Israel et leurs alliés arabes. D’ailleurs ces voyous-coalisés ne s’en cachent même plus … il faut arrêter de rêver

        • sowhat dit :

          mon commentaire est destiné à Rêveur Syrien. Veuillez lire : « Il ne peut pas y avoir de dialogue ni de processus » au lieu de « ni le processus ».

      • Nouh dit :

        Rêveur Syrien. Tout simplement parce tu as en face de toi de la pure propagande pro-régime.

    • NO PASARAN dit :

      Bravo ! Vous supprimez son post du coup, c’est moi qui passe pour une débile ! Je suis pas fâchée, mais juste, si quelqu’un lit ceci, vous auriez du écrire que c’est suite à un post supprimé.

    • NO PASARAN dit :

      ici : Bravo ! Vous supprimez son post du coup, c’est moi qui passe pour une débile ! Je suis pas fâchée, mais juste, si quelqu’un lit ceci, vous auriez du écrire que c’est suite à un post supprimé.

  7. Christian dit :

    Je ne suis pas d’accord… la bougeoisie syrienne est faite principalement de sunnites…

  8. Rêveur Syrien dit :

    Rebonjour à tous,

    J’ai demandé au site de bien vouloir supprimer mon premier message car j’ai formulé les choses de façon stigmatisante et peu constructive, j’espère que le site va le supprimer.

    Sinon voici mon opinion en quelques mots : Donnons la chance au président Assad d’appliquer les réformes et jugeons le sur l’action. J’espère que l’opposition va accepter ce compromis, car sinon, c’est la guerre civile.

    • hadi dit :

      Bienvenue sur le site,
      votre position est respectable et oui effectivement la solution d’un gouvernement d’union national avec le president Al Assad devrait etre creuser. Mais sans l’ »opposition » exterieur a la syrie, manipuler au choix par le qatar, la turquie, l europe, les usa …

    • Ulpien dit :

      D’abord des élections législatives sans manipulations à la CRIF, NED ou corruption qatari, après la formation d’un gouvernement. Maintenant il y a plusieurs partis en Syrie. C’est à eux de porter des candidats. Mais le gouvernement syrien devrait donner la possibilité aux nouveaux partis à s’exprimer dans les médias, à se donner un profile et à participer à l’organisation des élections législatives. Moi, personnellement, je serais trés intéressé à apprendre des détails sur les nouveaux partis. Ce qui concerne l’admission des partis avec une connotation confessionelle, la Syrie ne serait pas le seul pays au monde qui inderdit de telles formations (p. ex. la France laique). Mais une « opposition » qui ne représente personne en Syrie (p.ex. le « CNS »), n’a rien à chercher dans un gouvernement future en Syrie.

  9. Rêveur Syrien dit :

    Monsieur(Madame) le(la) modérateur(trice), vous qui venez d’accepter le message, ne pouvez vous pas supprimer mon premier et les commentaires y faisant référence ? Ce serat plus constructif pour les discussions qui vont suivre. Le droit d’accès est un dispositif prévu par la loi !

    • FredD dit :

      Je ne sais pas où se trouve votre premier message, nous en recevons beaucoup trop pour remonter dans le déroulé. désolé, merci de votre participation.

      Infosyrie.

      • Rêveur Syrien dit :

        Il est juste en dessus, ici même, sous le même pseudo (reveur syrien) posté le 9 février 2012 à 20 h 13 min. C’est un long texte. Merci pour votre compréhension !

  10. Jean Tourel dit :

    Une coquille: c’est Idleb et non Idled. Merci de rectifier

  11. Amin Al Jazairi dit :

    l’autorité syrienne doit impérativement rétablir la sécurité et la stabilité dans tout le pays
    le gvt pourra dès lors, lancer les réformes et permettre à la Syrie de sortir de cette crise voulue par ses ennemis…

  12. Ulpien dit :

    Selon SANA, la chanteuse célèbre Warda al-Jazairia a imputé à la chaine al-Jazira la responsabilité de la mort des milliers d’arabes.

    http://www.sana.sy/fra/55/2012/02/09/399582.htm

    • idriss dit :

      d’ailleurs.a ce propos la mort dela chanteuse est assez suspecte.juste quelquesjours apres sa declaration.des fois on presque parano.mais avec des salapistes face de vermine il faut s’attendre a tt.

  13. Sceptic dit :

    ils sont où les rebelles étrangers, les armes américaines et israeliennes.
    les militaires turcs. ils les gardent en réserve ?
    ils attendent de faire un gros coup pour montrer sans ambiguité possible que les vrais conspirateurs sont les occidentaux ?
    çà me rappelle khadafi qui disait avoir capturés des soldats qatari ou des mercenaires étrangers et on a jamais vu un document les montrant.
    j’ai peu de doutes quand à la culpabilité et l’implication des mondialo-sioniste dans la déstabilisation de la syrie, mais le régime donne pas assez d’éléments convainquants pour faire taire la propagande hystérique.
    qu’ils fassent appel aux renseignements russes s’ils ont encore du potentiel.

    • Akyliss dit :

      c’est de la politique avec de la diplomatie, c’est des bémols que le gouvernement garde de côté pour jouer en sa faveur une fois qu’ils en auront besoin, mais en même temps on aura les vautours qui nous dirons qu’est ce qui prouve que ses armes ont été envoyé par israel ou les états unis ? et même les terroristes de l’extérieur qui sont capturé ça sert à quoi de les montrer ? de toute façon les merdias occidentaux ne montrerons pas la chose sous l’angle de la vérité et on voit ça tous les jours à la télé sur internet et dans les médias…
      le moment venu, il y aura des comptes à rendre et croit bien que le gouvernement syrien se fera un plaisirs de réclamer ce qu’on lui devra !

    • jungleboot dit :

      Il est où l’armement américain? Mais c’est évident dans la photo du haut de la page, un M4A1, et de surcroit le mec pose l’index à la façon américaine de sûreté, et la main gauche à plat sur la sangle, non pas comme nous le faisons, nous levantins, l’index directement sur la gachette prêt à tirer et la main gauche qui tient fermement le fût. Je dirais qu’il a bien appris la leçon au « basic training ».

  14. freeman dit :

    Il faut neutraliser ces bandes armées. C’est une guerre non conventionnelle qui ne dit pas son non.
    Cment sont entrées ces armes en syrie?
    Qui les entraîne?
    Qui les finance?
    Moi je pense qu’il faut faire échec à cette destabilisation.
    Le ssyriens eux même doivent régler leur problème. Pourquoi tant d’archarnement?

  15. Rêveur Syrien dit :

    Il y a quelques informations qui ont filtré sur le contenu de la nouvelle constitution. Il y a la limitation à 2 mandats successifs pour tout président mais se pose la question du caractère rétro-actif ou non de cette mesure. En d’autres termes : Est-ce applicable pour le président Assad qui ne pourrait plus se représenter en 2014 ?

    Il y a explicitement une abolition du référendum présidentiel au profit d’élections plurielles, ce qui est également très positif.
    Enfin, tout aussi explicitement, il y a l’abolition du monopole du parti Baas, qui était dans l’ancienne constitution « le dirigeant de la société », qui devient un parti politique comme les autres.

    Je dit donc, à Syrienne Libre et aux autres, qu’il y a des avancées positives et il faut l’encourager. Donc restons critiques et vigilants, mais ouvert, donnons la chance au président Assad d’appliquer scrupuleusement les réformes qu’il a annoncé. Bien sur, une réconciliation implique inévitablement des enquêtes sur des hommes qui ont ordonné la répression de manifestants pacifiques tout autant qu’il faudra enquêter sur la fourniture d’armes à des rebelles et sur leurs actions violentes…

    Je suis un rêveur peut-être mais un rêveur lucide.

  16. BlackDjai dit :

    J’espère de tout coeur que l’armée régulière syrienne neutralisera l’ALS et fera condamner tous les acteurs de cette boucherie commanditée par les USA, mise en application par la France et l’Angleterre, et aidé par ces chiens de qataris et saoudiens.

    Il viendra un jour, ou tous ces bédouins incultes autoproclamés princes et roi du pétrole paieront très cher leur allégeance aux USA au dépend de tous les musulmans.

    Comment ses chiens peuvent financer des armes pour détruire un peuple arabe ?

  17. Aurélien L. dit :

    Hum … Je ne suis pas expert en armes de guerre mais il me semble que l’arme portée par l’activiste de l’ASL sur la première photographie soit un M16. Or il s’agit des fusils d’assaut dont tous les membres de l’armée américaine disposent, pure coïncidence évidemment …

  18. jungleboot dit :

    A tous ceux qui parlent de guerre civile, il n’y a plus de guerre civile, ni même de guerres au sens classique du mot. En 1989, un théoricien militaire américain du nom de William Lind lance dans la « Marine Corps Gazette » ce qu’il est convenu d’appeler depuis « les guerres de la quatrième génération » G4G (Fourth generation warfare).
    Jetez un coup d’oeil sur les pages suivantes:
    http://globalguerrillas.typepad.com/lind/the-changing-face-of-war-into-the-fourth-generation.html

    et la page suivante en français du même auteur:
    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2656

    On lui donne encore le nom de « guerres asymétriques » (Asymmetrical warfare) pour ceux qui veulent chercher plus sur google.

  19. de loin dit :

    je suis pas syrien, mais je me permis d’écrire quelque mots sur ce sujet. je suis vraiment triste de voir votre pays plongé dans un bain de sang. on tire sur tout le monde (enfants, meres, vieux…). on peut pas appeler « voyou » à chaque fois qu’il y a un mouvement dans un pays arade dirigé par des systèmes dictateurs. ils doivent tous (systèmes politiques) partir en enfer et laisser les gens vivre en paix. la vie humaine mérite beaucoup de respects et sachez qu’on peut pas construire un pays dans la violence et le sang. mes amities à tout les syriens.

  20. l'ingenue dit :

    Actualité » Opinions
    La Russie dans le conflit syrien : le vrai du faux
    2 avril, 2012
    Alexandre Yakovenko
    Alexandre Yakovenko, ambassadeur de Russie au Royaume-Uni, souhaite « rétablir la vérité » auprès des lecteurs de La Russie d’Aujourd’hui à propos du positionnement de la Russie dans le conflit en Syrie.

    Image par Alexey Iorsh« Je pense qu’il est important de rappeler aux lecteurs quelques éléments essentiels pour comprendre la position réelle de la Russie dans le conflit syrien. Il est regrettable que l’opinion publique européenne ait déformé et mal compris l’attitude de notre pays dans la crise politique qui secoue actuellement la Syrie, pays avec lequel nous sommes liés par une amitié historique et dont le destin nous importe, tant au niveau politique qu’humain.

    Lisez plus sur le conflit syrienTout d’abord, j’aimerais que ce soit bien clair : la Russie condamne fermement toute forme de violence. On ne peut pas dire que le gouvernement du président Bachar el-Assad gère de façon exemplaire cette crise. De fait, l’idée d’une Russie qui soutient coûte que coûte les autorités syriennes est fausse. Mais il faut aussi savoir que 25 à 30 % de ceux qui sont morts en Syrie faisaient partie des forces de sécurité. C’est donc une erreur de dire que l’artillerie et les tanks de l’armée syrienne s’en prennent à des populations civiles sous-armées. Chaque semaine, des douzaines de personnes issues des forces de l’ordre meurent en Syrie suite à des attaques terroristes. Cherchant à attiser les tensions, les combattants de l’opposition désorganisent l’approvisionnement en eau, en d’énergie, déstabilisent le commerce, etc. Lors des dernières confrontations à Homs, des civils se sont pour ainsi dire retrouvés otages de cette situation irréconciliable entre les deux parties.

    C’est pourquoi il est selon nous crucial que la communauté internationale condamne non seulement la violence perpétrée par les forces du gouvernement mais aussi les actions armées de l’opposition, ce qui exige de l’opposition politique qu’elle se distingue des extrémistes et que les groupes armés de l’opposition abandonnent les centres de population conjointement au retrait des forces armées. C’était le but des amendements russes aux avant-projets de résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et de son Assemblée générale. Malheureusement, peu de nos partenaires à l’ONU ont appuyé nos idées.

    Nous sommes convaincus qu’une condamnation unilatérale du gouvernement syrien et son isolation diplomatique, associées à un soutien inconditionnel à l’opposition, ne conduiront pas à un accord de paix mais encourageront au contraire l’opposition à continuer la lutte armée au lieu de chercher des méthodes politiques pour y arriver. Nos partenaires occidentaux, et certains de nos partenaires arabes, prennent en effet parti dans ce conflit interne, alors que le seul but devrait être d’aider la population syrienne à décider, de manière autonome, de son propre avenir à l’aide des moyens politiques et non révolutionnaires.

    Nous savons tous combien fut long le retour à une situation politique normale en France après la révolution de 1789. Peut-être qu’il a fallu moins de temps aux Anglais – cinquante ans – pour arriver au consensus qu’a représenté la Glorieuse Révolution. Ni les Lumières, ni les Révolutions européennes n’ont pu protéger l’Europe et le monde de la catastrophe qu’a été la Première Guerre mondiale. Alors pourquoi ne pas aider les autres à éviter un conflit aussi sanglant et encourager le processus de transformation à l’aide de méthodes plus évoluées ?

    Il est important de comprendre que le président Bachar el-Assad est encore soutenu par un nombre non négligeable de Syriens. Le fort taux de participation ainsi que les résultats du vote du référendum pour une nouvelle constitution ont montré le désir de la population syrienne de trouver une solution politique à la crise – même si tenir un référendum au cours d’une période si instable est discutable. Dans ces conditions, continuer d’inciter l’opposition à renverser le gouvernement avec des moyens militaires est irresponsable et revient à mépriser les aspirations politiques des citoyens syriens. À en juger les rapports des médias, l’opposition prétend que ce sont les pays occidentaux qui les ont d’abord poussés à s’organiser à travers une lutte armée et qui maintenant les abandonnent.

    Au niveau diplomatique, Moscou travaille avec Damas pour pousser les autorités syriennes à dialoguer. Il n’est pas simple d’obtenir des résultats : n’importe quel gouvernement aurait du mal à accepter de négocier avec des gens qui tentent ouvertement de le renverser. Néanmoins, nous avons obtenu du gouvernement syrien qu’il accepte un tel dialogue. À l’inverse, l’opposition, y compris le Conseil national syrien, a refusé.

    La communauté internationale, sans exception, souhaite empêcher une guerre civile en Syrie. Puisqu’elle a déjà vécu cette tragique expérience, la Russie ne sait que trop bien ce que cela signifie. Pour éviter cette guerre, il faut mettre à profit chaque effort pour inclure à la fois les autorités et tous les groupes d’opposition dans la recherche d’une solution politique.

    Pour cela, il est indispensable de rétablir la confiance, y compris entre la Russie et ses partenaires occidentaux. Il faut reconnaitre qu’elle a été sérieusement mise à l’épreuve à cause des opérations militaires de l’OTAN en Lybie. Certains épisodes du conflit syrien ont également ébranlé cette confiance. Parmi eux, on peut citer le vote précipité sur l’avant-projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (mentionné ci-dessus), qui a ignoré nos efforts de médiation alors que les journalistes occidentaux étaient, eux, évacués de Homs.

    Cependant, nous constatons que de plus en plus de diplomates et de politiciens responsables penchent pour un accord politique. La nomination de Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations unies, en tant que représentant de l’ONU et de la Ligue arabe mandaté pour amener les différentes parties à la table des négociations, est une bonne initiative. D’autant plus que sa mission est soutenue par le Conseil de sécurité à l’unanimité.

    Le président russe Dmitri Medvedev, qui a rencontré Kofi Annan le 25 mars à Moscou, a qualifié la mission de son interlocuteur de « dernière chance » pour éviter une guerre civile longue et sanglante. On ne peut pas passer à côté de cette ultime chance. Nous sommes plus que jamais convaincus qu’une guerre civile peut être évitée et que les Syriens peuvent venir à bout de ce conflit, si tous les acteurs extérieurs s’accordent à agir ensemble. Le plus important à l’heure actuelle est d’aider à créer les conditions dans lesquelles les Syriens eux-mêmes pourront s’organiser. Certains peuvent penser que nous prônons un « atterrissage délicat » pour le régime, mais en réalité, il s’agit bien d’un « atterrissage en douceur » pour la Syrie et les Syriens, et évidemment pour l’ensemble de cette région à l’actualité chaude. »

  21. post scriptum dit :

    Le président de la Russie dit qu’il veut la sécurité alors que en meme temps ils fait éliminé, poursuive l’opposition, il dit qu’il est contre la violence en Syrie alors que en meme temps il y envoit des armes. Assad dit que ce sont des terroristes qui sont les causes des attentats alors que en meme temps des centaines d’enfants et de vieux meurent. Je ne dis pas qu’ils sont tous (les présidents) pareils, juste qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

  22. SORISHARIF dit :

    Il n’y aura pas de guerre civile en Syrie car les minorités ont compris le complot des le départ.