• Actualité
  •  

L'optimisme mesuré du général onusien Robert Mood et de son supérieur hiérarchique Kofi Annan quant au rôle de leur mission d'observation dans une baisse du niveau global des violences en Syrie, cet optimisme est - hélas - démenti par les faits : tous les jours le sang des civils et des militaires coule en abondance en Syrie, et ce avant tout de la responsabilité d'insurgés de toute origines mais de commun extrémisme politico-religieux, qu'aucune organisation internationale, hormis peut-être al-Qaïda, ne [...]



Le baromète de la violence : trente-six cercueils de plus…

Par Guy Delorme,



Le 20 mai 2012...

L’optimisme mesuré du général onusien Robert Mood et de son supérieur hiérarchique Kofi Annan quant au rôle de leur mission d’observation dans une baisse du niveau global des violences en Syrie, cet optimisme est – hélas – démenti par les faits : tous les jours le sang des civils et des militaires coule en abondance en Syrie, et ce avant tout de la responsabilité d’insurgés de toute origines mais de commun extrémisme politico-religieux, qu’aucune organisation internationale, hormis peut-être al-Qaïda, ne semble à même de convaincre de rendre les armes.

De cette violence  des radicaux si difficilement admise – après 15 mois – par les gouvernements et les journalistes atlantistes, paléo ou néo-conservateurs, continue de témoigner la chronique des obsèques de militaires et policiers tombés en service, chronique tenue quasi-religieusement par l’agence de presse syrienne Sana. Dimanche 20, les hôpitaux militaires de Damas-Tichrine, d’Alep, de Deir Ezzor ont vu partir leurs contingents de cercueils drapées de tricolore : 18 en tout, soit trois adjudants-chefs, un adjudant, deux sergents-chefs, cinq sergents, un caporal, un simple soldat, un policier, un douanier, et deux employés civils et un civil tout court, qui avaient eu en commun de tomber sous les balles ou les bombes des bandes « pro-démocratie » (rires jaunes), dans les secteurs d’Alep, Idleb, Homs, Deraa, Damas, Hama et Deir Ezzor.

Le lendemain, seize autres cercueils étaient portés sur des épaules militaires. Ils contenaient les corps de deux capitaines, d’un lieutenant, de deux adjudants, cinq sergents, trois caporaux et deux conscrits, tombés dans les régions de Damas, Deraa, Alep et Hama.

Ces trente-six « martyrs » supplémentaires sont, on doit le souligner une fois encore, sont majoritairement morts dans des attentats et des assassinats ciblés, plutôt que dans des affrontements contre des rebelle agissant « en corps constitué« . C’est toujours la lutte inégale et dangereuse de l’homme en uniforme conte l’activiste caché et furtif. Mais l’armée peut elle aussi tendre des embuscades : l’OSDH ne vient-il pas de reconnaître la mort de neuf « déserteurs » surpris par l’armée à Douma ? Et nombreux sont les groupes surpris par le feu des forces de l’ordre alors qu’ils tentaient de s’infiltrer en Syrie depuis la Turquie ou le Liban. Sana dans son édition du 21 mai vient par ailleurs d’annoncer la destruction, dans la banlieue de Hama, et dans la nuit de dimanche à lundi, d’une bande armée.

À ce propos, une remarque : toujours pas trace, pas plus dans ces derniers décomptes funèbres que dans ceux des jours précédents, de l’hécatombe de 23 soldats syriens à Rastan, annoncée voici quelques jours – le 14 mai – tel un communiqué de victoire, par l’OSDH. Aucun des 32 soldats morts dimanche et lundi n’est signalé comme tué à Rastan, ce soi-disant bastion inexpugnable de l’ASL, où de « violents combats » auraient opposé celle-ci à l’armée régulière. Rastan étant située à mi-chemin de Homs et de Hama, peut-être certains des soldats présentés comme étant morts dans l’une ou l’autre de ces villes peuvent-ils avoir succombé en fait à Rastan, mais même si cela était, le compte OSDH/ASL n’y serait pas. Ces gens ne sont pas seulement des tueurs, ce sont des menteurs.

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

29 commentaires à “Le baromète de la violence : trente-six cercueils de plus…”

  1. AVICENNE dit :

    Qu’ils meurent tous !.

    La Syrie a vécu plus d’un ans dans l’isolement International et la violence la plus horrible parfois.

    Et pourtant, le peuple Syrien, grâce à des aides de poids, a réussi à stopper net l’arrogance Occidentale.

    La route peut être encore longue mais je suis fier d’être issu (au moins pour la moitié)de cette population qui force le respect.

  2. Marie-Christine dit :

    Il a quitté l’Elysée, mais il résiste encore, il s’incruste sur le site d’infosyrie : pour nous punir de l’avoir viré ?
    Sommes-nous condamnés à le garder…?

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      Je vous comprends, Marie-Christine.

      Mais il est bon de se rappeler que c’est lui qui a, en dernier ressort, orienté la politique de la France, dans la direction déplorable de soumission aux intérêts des U.S.A.-Ultra-Sionistes-Associés.

      Puisse le nouvel Exécutif faire son aggiornamento pour rendre la politique de la France plus en harmonie avec les principes fondamentaux de la République.

  3. roll dit :

    toute rhétorique mise, provisoirement de côté, la situation me semble très inquiétante ce soir en Syrie.

    sans une intervention DIRECTE- ce qui, certes, engendrera des conséquences géopolitiques globales incalculables – de la Russie,de l’Iran et du Hezbollah en Syrie, pour mettre en pièce l’agression ouvertement déclarée du Qatar, de l’Arabie Saoudite et de la Turquie, basée sur la logistique assurée par les Etats-Unis et cette vieille chienne puante d’ »Europe », l’autorité souveraine et légitime de la Syrie me semble irrémédiablement compromise.

    que ceux qui interviennent, et dont j’apprécie infiniment la pertinence des commentaires, démentent mon « analyse » (purement émotionnelle, pour l’instant)

    bref: je voudrais réellement, me tromper.

    • AVICENNE dit :

      Roll,

      Vous me faites flipper. Je veux y croire encore et encore, pour mon père, pour toute ma famille qui vit la-bas et pleure tous les jours dans une Syrie qu’ils ne reconnaissent plus.

      • BWANE dit :

        Vous n’avez aucune inquiétude à vous faire en ce qui concerne la Syrie (je ne parle pas de vos proches, parce que les désordres, tout en diminuant, vont continuer un certain temps, et malheureusement, il faut être sur place pour pouvoir évaluer la durée et l’intensité des escarmouches en cours et à venir), elle a gagné la guerre, et les parties du conflit sont maintenant dans la phase de l’exploitation des résultats de la guerre et donc en négociation. Un des problèmes centraux de cette guerre qui ne dit pas son nom, est cette horde terroriste armée et financée par qui vous savez, et dont personne ne sait que faire. Ce qui se passe au Liban est symptomatique à ce sujet. Naturellement, ces mercenaires vont insensiblement se muer en de pures bandes de gangsters, pratiquant le vol, le rapt…mais dans le seul but de se procurer l’argent et la drogue,-il ne faut pas oublier que tous ces salafistes, surtout ceux qui passés par Guantánamo, sont tous plus ou moins drogués-. L’Otan et l’Europe,- je veux dire ses dirigeants-ne veulent pas montrer qu’ils ont perdu,-ils veulent une sortie honorable (d’où ce plan Annan), les salapistes du Golfe tremblent et utilisent leurs dernières cartouches à Tripoli, l’Iranien ricane de l’échec flagrant de ses ennemis, le Libanais (je parle de Mikati), telle une autruche, crie qu’il n’y a rien à voir et attends, la résistance libanaise fourbit ses armes, quant au Syrien, après ce mauvais quart d’heure américain, où on lui fait voir toutes les couleurs, et conscient de sa force et de victoire, il attends patiemment le moment où il sera en mesure, depuis Damas, de demander des comptes à ces catins du Golfe. l’Israélien lui,se contente d’aller pleurer à Washington, tout en continuant avec la complicité de ce Nabil Al-Arabi -personnage ni noble, ni arabe-sa politique d’apartheid en Palestine.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      Je crois que les autorités légitimes de la Syrie devraient constituer un dossier solide, pour mettre en accusation les Qaqatarrhiens, les Wawahhabistes, les Qaqaïdistes, les Erdogagneriens et les Salaphistophélessiens devant les Nations Unies, ou, éventuellement devant une instance juridique internationale. Mais laquelle ? La Haye ? la CPI ?

      Bien sûr, les tireurs de ficelles sont les Etatas-Unis et Israël, mais la mise en cause de ces dernikers n’aboutira jamais, compte tenu des vetos perpétuels des USA devant le CS de l’ONU, dès qu’il s’agit des agissements des Ultra-sionistes.

      • roll dit :

        @Syrie.Eternelle

        non, « Syrie.Eternelle », la conjoncture a changé et la stratégie d’agression contre la Syrie s’est modifiée, d’une manière décisive.

        le terrain constitué par le Conseil de sécurité de l’ONU, où pouvait encore s’établir un rapport de force (potentiel, plus que virtuel) n’a plus LIEU.

        c’est, directement, sur le « champ de bataille syrien » que se joue désormais le sort de l’intégrité de l’Etat syrien, et les forces en présence sont déséquilibrées, si les « alliés » de la Syrie ne s’engagent pas directement (militairement) au côté de l’Etat syrien.

        Allons-nous, 66 ans après, assister au mêmes palinodies de la « non-intervention », comme ce fut le cas lors de l’agression fasciste contre la République espagnole?

        les crapules criminelles des monarchies du Golfe et leurs commanditaires euro-étatsuniens ont parfaitement intégré l’ensemble du processus onusien russo-(chinois) du « plan Annan ».

        ils l’utilisent, à présent, comme une couverture (voir la dernière déclaration « unanime » du G8) pour mener jusqu’au bout leur problématique de renversement par la force de l’Etat (légitime) Syrien.

  4. Christian dit :

    Hélas… Encore plus de violence aujourd’hui à Idleb (Bab al Hawa)

  5. Mohamed Ouadi dit :

    G8 : unanimité sur fonds de problèmes aigus

    21.05.2012, 21:38

    Le sommet de G8 s’est terminé à Camp-David. Selon le Premier-ministre russe Dmitri Medvedev ainsi que des analystes, ses résultats sont encourageants. Les leaders de 8 pays ont fait preuve de l’unanimité.
    A la conférence de presse, Dmitri Medvedev a répondu à La Voix de la Russie :
    Selon moi, et c’est mon cinquième sommet, celui-ci est le plus consistant quant aux arguments, discussions, engagements de toutes les parties. Il n’y avait presque pas de contradictions.
    Les parties sont d’accord dans leurs prises de position concernant la Syrie, l’Iran ou la Corée du Nord. Notamment, les membres de G8 ont unanimement noté que le gouvernement syrien ainsi que toutes les parties impliquées au conflit doivent immédiatement accomplir leurs engagements visant à la réalisation du plan du représentant de l’ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan. La délégation russe a noté que la déclaration sur la Syrie correspond à la position soutenue toujours par Moscou.
    Les leaders mondiaux sont tous d’accord que l’Iran ne doit pas posséder l’arme nucléaire.
    Une autre décision importante concerne la création d’un fonds spécial destiné aux pays arabes qui ont vécu les révolutions. Son montant initial sera de 250 millions de USD.
    Le sommet de Camp-David a une grande importance, estime l’expert de l’Institut de l’Europe Dmitri Danilov :
    L’imprécision caractérise la situation en Europe et dans les relations internationales. Cela concerne tant l’Afghanistan que les relations Russie-USA. Et le G8 est devenu le forum permettant de conserver la base pour la coopération ultérieure.
    D’habitude, le G8 attache moins d’importance aux questions économiques, celles-ci étant de ressort du G20. Pourtant, la situation en Europe est telle qu’il est impossible de l’ignorer. Il s’agit, avant tout, de la Grèce.
    Les leaders mondiaux sont défavorables quant à la sortie de la Grèce de la zone euro. L’assistance à ce pays pourrait se chiffrer à 12, 4 milliards USD. Voici l’opinion de l’analyste de l’Institut de l’Europe Vladislav Belov :
    C’est l’accord intermédiaire sur la stabilité de la zone euro du point de vue de la discipline budgétaire. Personne ne le met en doute, pourtant une pression se fait sur l’Allemagne en ce qui concerne la croissance économique pour qu’elle adoucisse ses demandes concernant la discipline budgétaire rigide.
    Le G8 a démontré que leaders mondiaux veulent trouver ensemble des solutions dans les crises politiques aussi bien qu’économiques.
    http://french.ruvr.ru/2012_05_21/G8-bilans/

    • L'étrangère dit :

      Le comble du « foutage de gueule » ! Je cite :
      « Une autre décision importante concerne la création d’un fonds spécial destiné aux pays arabes qui ont vécu les révolutions. Son montant initial sera de 250 millions de USD ».
      Comrendra qui voudra…

  6. AVICENNE dit :

    Louis,

    J’ai tenté (sans succés)de mettre en ligne une chronologie des évènements depuis le 15Mars11 avec des liens pour chaque évènement (qui m’ont semblé importants). C’est asser long (4 pages sur Word).

    Mon texte est-il trop long ?

    Merci

  7. Christian dit :

    Les USA votent avec le reste du groupe mais derrière la scène ils font tout le contraire… tout est dicté par le lobby sioniste.

    • claudia dit :

      Tout à fait Christian. Mais il ne faut pas également oublier les charognards du Golfe qui se sont assis à la même table de S. Lavrov et ont entérimé une résolution pour la paix en Syrie et pourtant, ce sont ces gros pachas qui sont les plus grands financiers des rebelles, mercenaires, Al-Qaïda etc. et ne s’en sont jamais cachés d’ailleurs.

      Vivement la chute de ces régimes machiavéliques. L’enfer les attend. Lucifer est tout fin prêt afin de leur offrir un festin qu’il aura su garder bien au « chaud ».

  8. [...] des obsèques de militaires et policiers tombés en service, chronique tenue quasi-religieusement par l’agence de presse syrienne Sana. Dimanche 20, les hôpitaux militaires de Damas-Tichrine, d’Alep, de Deir Ezzor ont vu partir leurs contingents de cercueils drapées de tricolore : 18 en tout, soit trois adjudants-chefs, un adjudant, deux sergents-chefs, cinq sergents, un caporal, un simple soldat, un policier, un douanier, et deux employés civils et un civil tout court, qui avaient eu en commun de tomber sous les balles ou les bombes des bandes « pro-démocratie » (rires jaunes), dans les secteurs d’Alep, Idleb, Homs, Deraa, Damas, Hama et Deir Ezzor. sur InfoSyrie. [...]

  9. l'ingenue dit :

    Le wahabisme allié objectif sinon de fait d’Israel cherche à faire exploser le monde musulman .ci dessus lien
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=3yz6ZJpE-FM

  10. Mohamed Ouadi dit :

    « Nord Liban », base arrière des combattants syriens !

    La présence des groupes de l’opposition syrienne armée ne se limite pas aux zones libanaises frontalières. Les informations sécuritaires et les visites sur le terrain, montrent, également, la présence de déploiement armé de ces groupes à Tripoli. Et révèlent les déplacements de ses dirigeants au nord pour coordonner le transfert des armes et des blessés.

    Au nord Liban :
    Ni Wadi khalid et ses villages, ni Arsal et ses sentiers, ni même les projets du Qaa, ne suffisent pour être un point d’appui aux groupes de l’opposition syrienne armée. Ces derniers se sont plongés, davantage, dans la profondeur du Liban, et se sont mis à se déplacer, en toute liberté, à Tripoli, comme tout libanais. Ils portent leurs armes individuelles, sans être inquiétés par les services de sécurité et autres. Là, les syriens armés se sentent en sécurité du « fidèle protecteur ». Tout a commencé depuis que Tripoli a été déclarée « ville de la révolution syrienne ».

    A Abou Samra, à Tripoli :
    Il y’a quelques jours, les forces des renseignements de l’armée ont effectué une descente dans un endroit près de l’hôpital « Az-Zahra », pour arrêter quelqu’un soupçonné de poursuivre un officier de l’armée, sur un fond de vengeance. Le suspect a été arrêté, et il s’est avéré qu’il s’agit de Yamen An-Najjar, connu sous le nom de « Abou Alaa » à l’entrée de l’hôpital, mais la question ne s’est pas arrêtée à ce stade. Elle a été suivie par un affrontement entre les forces des renseignements de l’armée et un groupe syrien armé, épaulé par des militants armés libanais, qui ont fini par extraire le suspect du véhicule militaire et de le faire fuir. Comme résultat de la poursuite, il a été constaté que le syrien recherché est un activiste dans la contrebande des armes aux groupes syriens armés. Les informations sécuritaires sur lui, ont fait savoir que c’est l’un de ceux qui ont commis des massacres, en Syrie, soulignant qu’il a gardé sur son téléphone cellulaire des scènes des actes d’égorgement qu’il a effectué, sachant que les sources de l’opposition syriennes ont démenti à « Al Akhbar », sa participation à aucune action militaire, mais elles ont confirmé qu’il fait partie des combattants les plus actifs dans les rangs de l’opposition syrienne. Elles ont signalé que « Abou Al Alaa » est un ingénieur, et l’un des plus doué en technologie, dans l’opposition.

    A A bou Samra, également, il y’a eu une alerte concomitante entre les combattants armés du « mouvement de l’unification islamique » et d’autres dépendants d’un responsable du « courant du futur », à Tripoli, il y’a quelques jours. La provocation a évolué en tirs de feu, suivi d’un déploiement de près de trente éléments de l’« Armée libre », dans la rue, à côté des hommes armés du responsable du « futur ». L’apparence armée de ces derniers a nécessité l’intervention de la commission des habitants et des quartiers de la zone qui leur ont recommandé de ne plus renouveler cette apparence armée.

    A Abou Samra, encore et encore ! L’hôpital d’Az-Zahra s’est transformé en une base de l’ « Armée Syrienne Libre », dont la garde est assurée par trois jeunes qui portent des armes de façon visible.

    Ici, le front Tabbana –Jebel Mohsine, le point le plus chaud au nord. Il ne peut y avoir de tension au nord, sans que ce front n’y participe, ne serait-ce que par une mini-bataille. Le front que les syriens, opposants et partisans du pouvoir, décrivent comme une copie miniature de la grande bataille en Syrie. Et à titre de comparaison, ces derniers assimilent « Jebel Mohsine » contrôlé dans une hiérarchie dirigée par Rifaat Aid, à la Syrie du régime dont la structure est dirigée par le président Bachar Al Assad. En face, se trouve « Tabbana » qui comprend de nombreux groupes armés, dont la majorité sont extrémistes islamistes. Par extrapolation, les deux partie le comparent aux zones de l’opposition syrienne, où se déploient des dizaines de groupes armés, qui manquent de « chef » ou de dirigeant, tandis que les islamistes armés y prédominent sur les autres parties.
    Sur ce front, en particulier lors des derniers évènements, près de 50 hommes armés, masqués, ayant des accents syriens, ont participé à la bataille qui a eu lieu. L’axe cette fois a été « Bakar ». Et selon les informations particulières d’ « Al Akhbar », des sources de l’opposition ont dit que ces derniers sont venus, spécialement pour « donner une correction » aux Alaouites. Les mêmes sources ont souligné que « le soutien à leurs frères à Tabbana est un devoir religieux contre Jebel Mohsine ».

    A Tripoli, également, des dirigeants de l’ASL se déplacent, sous protection de personnalités politiques libanaises, pour contrôler le transfert des blessés et des armes. Les informations confirment que ces derniers, portent sur eux leurs armes, sous prétexte qu’ils étaient exposés, plus d’une fois, à des tentatives d’enlèvements par des parties alliées au Hizbollah ». Les mêmes informations soulignent qu’un haut dirigeant dans les forces de l’opposition syrienne, ayant une tendance islamiste extrémiste, a été vu, à maintes reprises, se déplaçant dans une voiture immatriculée du parlement, en compagnie d’une voiture transportant des hommes armés.

    Les faits sur le terrain confirment que le nord Liban s’est transformé en une base arrière pour les combattants de l’opposition syrienne. Tout ce qui précède a été confirmé par les enquêtes effectuées par les services de sécurité, mais, malgré cela, aucun des chefs de ces services n’ose arrêter un dirigeant de l’opposition syrienne armée, parce qu’ils manquent tous de couverture politique.

    Article d’Al Akhbar, du 21 mai 2012, traduit pour Infosyrie :
    http://www.al-akhbar.com/node/89315

  11. Djazaïri dit :

    Une pensée pour ces martyrs.
    Ils défendent la Syrie contre l’obscurantisme wahabite.

  12. Leboninformateur dit :

    L’ultra Sioniste Jeffrey Feltman, ancien ambassadeur des Etats-Unis au Liban, et actuellement Secretaire d’Etat Adjoint en Charge du Moyen Orient vient d’être nommé par Ban Ki Moon: Secretaire Général Adjoint en Charge des Affaires Politiques en remplacement d’un autre américain (Lynn Pascoe)

    Jeffey Feltman qui est l’ami d’Israel, de l’opposition radicale Syrienne et de l’opposition Libanaise du 14 mars supervisera désormais le plan de paix de Koffi Annan.

  13. Leboninformateur dit :

    La nomination de Jeffey Feltman à la tête du Département des Affaires Politiques de l’ONU ce qui lui confère le titre de Secrétaire Général Adjoint va accelérer la disparition de l’Organisation des Nations Unies.

    Cette nomination risque en revanche d’accroître la militarisation du conflit Syrien et la destabilisation du Nord du Liban. Il est important d’avoir à l’esprit que c’est suite à la visite effectué par Feltman au Nord du Liban au début du mois que les troubles ont commencé à s’exacerber dans cette région.

    Fetlman souhaite créer une zone tampon dans le nord du Liban sous mandat de l’ONU et protégée par des casques bleus, afin que les terroristes de l’ASL puissent opérer en toute impunité.

    Source:http://www.chicagotribune.com/news/politics/sns-rt-us-mideast-usa-feltmanbre84k14q-20120521,0,6088962.story

    • Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة dit :

      Des observateurs de l’ONU seraient plus utiles en Israël, pour protéger les palestiniens contre l’amour dévorant qu’éprouvent à leur égard Natanyahou et Lieberman (en allemand, homme de l’amour)

  14. Rensk dit :

    Sacrément « emballé » cher Guy…

    Faite plus simple et direct que ça, comme Allain Jules qui dit :

    - Depuis le cessez-le-feu du 12 avril dernier, les médias dominants refusent de montrer le vrai visage des opposants armés. Ces derniers, excusez du peu, ont déjà commis près de 3.500 violations depuis cette instauration.