• Actualité
  •  

Depuis 3 heures GMT (5 heures en France), le bruit des armes s'est tu en Syrie, et cette heure (10 heures) le cessez-le-feu - ou peut-être juste la trêve - semble toujours respectée de part et d'autre. L'ASL/CNS au pied du mur Hier le gouvernement syrien avait annoncé qu'il mettrait fin à ses opérations jeudi matin, tout en avertissant que ses forces resteraient vigilantes et riposteraient à toute attaque. Et on s'est encore battu dans la nuit de mercredi à jeudi, l'OSDH [...]



Le jour le plus long (bis)

Par Louis Denghien,



Homs avant le chaos : pour y revenir, la tâche, on s'en doute, est immense, et la route semée d'embûches

Homs avant le chaos : pour y revenir, la tâche, on s'en doute, est immense, et la route semée d'embûches

Depuis 3 heures GMT (5 heures en France), le bruit des armes s’est tu en Syrie, et cette heure (10 heures) le cessez-le-feu – ou peut-être juste la trêve – semble toujours respectée de part et d’autre.

L’ASL/CNS au pied du mur

Hier le gouvernement syrien avait annoncé qu’il mettrait fin à ses opérations jeudi matin, tout en avertissant que ses forces resteraient vigilantes et riposteraient à toute attaque. Et on s’est encore battu dans la nuit de mercredi à jeudi, l’OSDH prétendant que 25 « civils » avaient péri dans ces derniers échanges de tir, dont 10 à Rastan, et faisant état de « bombardements » sur Homs. L’OSDH qui reconnaissait cependant ce matin que l’armée syrienne avait effectivement cessé le feu, tout en affirmant n’avoir constaté aucun retrait des troupes des zones urbaines. L’officine de Rami Abdel Rahmane signalait juste des « explosions » entendues dans le secteur de Zabadani, dans la zone-frontière d’avec le Liban. L’ASL s’était verbalement engagée, hier, à respecter le cessez-le-feu si celui-ci était d’abord appliqué par l’armée. Hier toujours, Kofi Annan avait exprimé un certain optimisme quant à l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

Bien sûr, les Occidentaux, qui sont réunis, avec la Russie et la Chine au sein du G8 mercredi et jeudi, ont rivalisé de scepticisme quant à la bonne foi du gouvernement syrien et à sa volonté de respecter ce cessez-le-feu, mais là ils étaient dans leur rôle « traditionnel ».

Maintenant, que faut-il attendre ? D’éventuelles provocations de groupes armés agissant en électrons libres, en tous cas refusant de se conformer aux ordre de l’état-major syro-turc de l’ASL. Et surtout l’arrivée des quelque 250 observateurs de la mission de l’ONU dirigée par le général norvégien Mood.

Bachar al-Assad a donc, in extremis, joué le jeu : non sans avoir exigé des garanties en bonne et due forme des opposants politiques et militaires, et en prévenant que le cessez-le-feu ne vaudrait que si les dirigeants de l’opposition tiennent leurs troupes. A-t-il obtenu à ce sujet certaines garanties de Kofi Annan dont l’intérêt – diplomatique et personnel – est que son plan aboutisse ? Le président syrien sait de toute façon pouvoir continuer à compter sur l’appui de la Russie et de la Chine, mais aussi des autres BRICS et de l’Iran, sans parler des voisins irakiens, libanais, et peut-être même jordaniens, ces derniers sentant passer le vent du boulet islamiste. De quoi s’opposer aux « pressions accrues » dont le menace, en cas de rupture de la trêve, tous les Juppé et les Hague.

Un calme ultra-précaire prévaut donc depuis l’aube de ce jeudi, après 13 mois de violences. On nous pardonnera notre scepticisme desséchant, mais le plan de l’ONU et de la Ligue arabe a toutes les chances d’échouer raidement, car nous ne croyons ni à la bonne foi ni à la responsabilité de cette opposition radicale, armée, islamiste, exilée et encadrée par des puissances ennemies de la Syrie. Entre les deux camps, beaucoup de haine et de méfiance, et pratiquement aucune confiance. Si les opposants plus modérés comme Haytham al-Manaa pouvaient, à cette occasion historique, « sortir du bois » et jouer un rôle d’apaisement et de réconciliation, ce serait une petite chance pour la paix intérieure syrienne. Et puis, répétons-le, il y a tout le poids géopolitique de la Russie, de la Chine et des BRICS, celui de l’Iran, et après tout la Ligue arabe qui a mandaté Kofi Annan n’est plus dirigée par les fous-furieux du Qatar mais par l’Irak, ô combien voisin de la Syrie.

Et puis, c’est aussi l’heure de vérité pour le pôle CNS/ASL qui va devoir faire la preuve qu’il commande bien à toutes les bandes qui ensanglantent la Syrie. Et qui devra prouver aussi qu’il est capable de s’asseoir à une table de négociations : ce n’est pas gagné, et si, comme c’est très possible, les Frères musulmans du CNS font capoter les négociations, le CNS, qui n’est déjà pas dans une forme brillante, n’en sortira pas grandi et renforcé.

Sinon, à la grâce de Dieu et Inch Allah !

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

56 commentaires à “Le jour le plus long (bis)”

  1. samantha dit :

    Et restera pas longtemps le jour le plus long, car la relève avance.

  2. samantha dit :

    J’ai un ami qui me dit que de nouvelles troupes avances.

    • Dites-moi, Samantha, pour répandre des fausses nouvelles mal orthographiées, vous ne seriez pas la « petite soeur » de Samuel, par hasard ?

      Louis Denghien & Infosyrie

      • sowhat dit :

        cher Louis

        ne serait-il pas judicieux de définir des « conditions générales » qui exigent de la part des contributeurs un minimum de qualité pour commenter sur Infosyrie ? à l’exemple du blog de Joshua Landis.

        De cette manière seront éliminés non les commentaires de cette sorte mais tous les inconvénients qu’ils entraînent (parasitage stérile, réactions courroucées etc… ). Tout le monde aura remarqué que ce genre de commentaires n’ont pour objectif que de dégrader la qualité de cette section et c’est bien dommage compte tenu du très bon niveau des articles.

        Avec toute ma considération

        • sowhat dit :

          prière de lire « non seulement les commentaires » au lieu de « non les commentaires »

        • Définir des « conditions générales » serait un travail supplémentaire, ensuite leur application n’en serait pas forcément aisée : à quel degré de colère ou d’agressivité doit-on zapper un commentaire, sans affadir par ailleurs ce forum ?
          Je crains que la seule méthode soit empirique, un Samuel nous ayant facilité la tâche par l’inintérêt et le parti-pris de ces commentaires. Mais quid de Candide ou de Syrienne Libre, au discours plus élaboré sinon de bonne foi ?

          Laissons nos opposants s’exprimer, dès lors qu’ils ne sont ni trop agressifs, ni « parasitaires »…

          Louis Denghien & Infosyrie

      • Kegan dit :

        Du niaiseux pour sur !!

    • Merrick dit :

      Ou reculent … tout dépend de quel point de vue on se place !

    • machiavel dit :

      …du n’importe quoi !

    • AVICENNE dit :

      « J’ai un ami qui me dit que » les poules aux USA ont des dents.

      Bonne nuit Samantha

  3. Yoda dit :

    Sinon, à la grâce de Dieu et Inch Allah !

    Tu viens de dire deux fois la même chose Louis ! Inch allah veut dire (si dieu le veux), tout comme (à la grâce de dieux).

    Tu n’est pas obligé d’écrire ceci, surtout si tu comprends absolument rien…

    • Yoda dit :

      On nous traite de n’avoir jamais mis les pieds en syrie, mais ceux qui contrôlent le site ne comprennent rien aussi de la syrie et de la culture arabe…

      • Kegan dit :

        Pffff; encore un débile !!

      • machiavel dit :

        …que de la provocation gratuite et stérile qui ne fait pas avancer le débat hélas !

      • katioucha dit :

        mais pauvre bourrique de Samuel-Samantha-Yoda c’est exprès que Louis a écrit ainsi à la grace de Dieu et Inch’Allah !

        essai de faire fonctionner ton cerveau enfin si il y a connexion entre tes doigts et le cerveau !

        pas très malin tes camouflages Samuel…tu te trahis tout seul comme un grand, tu n’as besoin de personne

      • Stéphane dit :

        Le terme « inshallah » est ici utilisé dans le but de dire cette expression dans les
        Deux langues. Cela dénote aussi le double espoir de voir la paix régner à nouveaux.

      • Purpan dit :

        Oula. Vous n’avez rien d’autre a critiquer que le : « Inch Allah » ?
        Personnellement, je n’ai rien trouvé de choquant.

        Vous remarquerez que pour le moment, Infosyrie est le plus proche des évènements actuels qui se produisent en Syrie.

        Mais bon, je peux comprendre votre frustration.
        Pour le moment, Assad est toujours en place.
        Pour le moment, la ligne Russe est sur le point de gagner face a la position occidentale et golfiste.

        Pour le moment, sur le terrain, l’armée contrôle toutes les villes et seules les frontières sont instables.

        Pour le moment, les rebelles sont en échec.
        Donc je comprends votre énervement.

        Et je vous dit : les rebelles vont perdre Inch Allah !!!

      • Maroquino dit :

        Apprend nous donc, nous sommes tout ouïe. Qu’est ce que la culture à avoir là dedans, il n’a fait que traduire en Arabe ce qu’il a dit en Français ignare!

    • sowhat dit :

      « Tu n’est pas obligé d’écrire ceci, surtout si tu comprends absolument rien »

      charité bien ordonnée commence par soi-même !

      On se demande bien pourquoi un oiseau de ton espèce prend la peine de commenter sur ce site.

    • Charles dit :

      Yoda, c’est vous qui ignorez certains usages. Tout le monde sait en France que « Inch Allah » = « à la grâce de Dieu », car cette expression arabe est intégrée au vocabulaire français depuis très longtemps (c’est un des effets du colonialisme). Il arrive très souvent qu’on termine une conversation par de multiples synonymes, par exemple « salut, ciao, bye », et tout le monde sait que ces répétitions et diverses langues n’en sont pas.

    • hezbollah dit :

      Yoda dit :
      12 avril 2012 à 11 h 13 min

      Sinon, à la grâce de Dieu et Inch Allah !

      Tu viens de dire deux fois la même chose Louis ! Inch allah veut dire (si dieu le veux), tout comme (à la grâce de dieux).

      Tu n’est pas obligé d’écrire ceci, surtout si tu comprends absolument rien…

      @ Yoda

      Tout les lecteurs de se site ne sont pas arabophone .

      Donc c’ est nornal qu’ il mette à la grâce de Dieu(en Français) et Inch’ Allah(en arabe) !

      Tout le monde ne c’ est pas obligatoirement qu’est-ce que ça veut dire Inch’ Allah !

      Toi comprendre moi? Où moi expliqué mieux . ;)

    • Cécilia dit :

      Cher Yoda,

      Non! Louis ne vient pas d’écrire la même chose et je t’explique :
      - inch Allah ! C’est de l’arabe.
      - A la grâce de Dieu ! C’est de français.

      En effet, c’est la règle qui exige la traduction du terme étranger sinon de donner son équivalent dans la langue cible.

      De même, la règle du bon français exige d’écrire Dieu et tous les noms propres en majuscule et maitriser la conjugaison (si Dieu le veut), (Syrie), (tu n’es pas obligé) et utiliser la double négation dans la phrase (tu ne comprends absolument rien).

      Quant à ta critique sur les connaissances des auteurs de ce site, elle est de la pure provocation. Ce site maitrise parfaitement la question syrienne dans sa géopolitique ainsi que dans sa culture et histoire. Jamais une seule erreur sur la Syrie, sauf une seule fois concernant la position géographique de la ville Soueida que d’autres et moi-même avons signalées.
      Je vais un peu partout, Figaro, le Point, la Parisienne, l’Expresse ou le Monde où j’ai pu plus d’une fois relever des erreurs assez graves sur la culture et l’histoire de la Syrie que j’ai même mentionnées ici, mais pas chez infosyrie. Alors, STP, donne-nous des preuves avant de lancer des accusations au risque d’être taxé de mauvaise foi.

      Enfin, je tien à te signaler que je fréquente ce site depuis dix mois déjà comme beaucoup d’autres qui sont des Syriens ou des connaisseurs de la Syrie, assez cultivés, assez exigeants qui ne laisseront jamais passer la moindre erreur.

      Au plaisir de te lire différemment !

  4. Mohamed Ouadi dit :

    Al Jazeera n’a pas cessé le feu, ce matin. Elle continue son pilonnage médiatique.
    Ghalioun appelle à des manifestations !!

    • sowhat dit :

      mais qu’ils manifestent tout leur content et on verra au grand jour

      1) ce qu’ils représentent réellement par rapport à la population
      2) le caractère hautement politique de leurs revendications et de leurs slogans

      qui va croire qu’ils vont réussir à duper les millions de syriens qui les regardent ? sans compter les autres ?

      les syriens auront le choix entre le chaos et les réformes dans le cadre légal. Tout le but de cette opération appelée plan Annan est justement de saboter le processus des réformes et d’empêcher que les élections législatives soient tenues comme annoncé le 8 mai prochain.

  5. antarès dit :

    Je me posais juste une question :
    Pourquoi le gouvernement syrien n’armerait-il pas son peuple pour se défendre contre toute cette merde salafo-otanazi?

    • machiavel dit :

      Je l’ai proposé plusieurs fois dans mes com.

    • Maroquino dit :

      Sa finirai par une guerre civile voyons, par contre ce que les gouvernements devrait faire c’est de leurs côtés, Russie, Chine, Iran et Syrie, financer les groupes d’opposition dans les pays du Golf et même les armer pourquoi pas les battre sur leurs propres terrains?? A leurs place je financerai même le parti du pkk histoire de mettre des bâtons dans les roues d’Erdogan.

  6. hadi dit :

    Pas de lien direct avec l’article.
    Le weekend dernier,j’ai finalement passer (comme chaque année) une journée au Bourget, pour la rencontre annuel des musulmans de France organiser par l’UOIF. J’y vais chaque année pour plusieurs raisons mais entre autre pour avoir des infos sur la Palestine, pour écouter des conférences très instructives, pour écouter les chants du groupe palestiniens I3tissam et pour entendre cheik Bassfar réciter le Coran et faire de magnifiques invocations.
    Cette année ce fut pour moi très décevant :
    – Pas de cheik Bassfar interdit d’entrer en France, alors que tres franchement il n’y a pas un gramme de haine dans ce personnage.
    – La « nouvelle Syrie » et son nouveau drapeau officialiser par l’uoif a l’honneur. j’ai discuter avec un opposant au gouvernement et au drapeau officiel, qui considère que le drapeau officiel est celui d Assad et qu’après la « révolution » le drapeau sera remplacer par le drapeau de la révolution. Un vendeur de tee shirt qui vendait des tee shirt avec le drapeau officiel c’est fait prendre a parti et reprocher de vendre le drapeau de Assad et non de la Syrie. c’était a la limite du supportable.

    de plus ce qu’israel n’a pas réussi a faire depuis plus de 60 ans la pseudo révolution syrienne l’a fait en 1 an : FAIRE COMPLÉTEMENT OUBLIER LA CAUSE PALESTINIENNE

    • sowhat dit :

      qui finance l’UOIF et quelle est sa ligne idéologique ?

    • Souriya ya habibati dit :

      Et vous êtes vous posé, cher Hadi, la question, à savoir, d’où venaient les fonds pour organiser cette manifestation?!!!

      Souriya Allah hamiha wa Bachar Al-Assad ra’iha.

    • machiavel dit :

      Merci hadi pour ce commentaire plein de lucidité. Ces pseudo-révolutionnaires se croient dans la configuration libyenne ,or ils se trompent énormément.Quant à leur acharnement sur ce jeune vendeur de tee-shirt, cela démontre leur culture bien « sauvageocratique » .

    • hadi dit :

      @ sowaht et Souriya ya habibati

      Je sais qui finance l uoif et je connais la ligne idéologique, mais tout n’est pas a jeter dans cette idéologie. Tu peux être d’accord avec certaines choses et en désaccord avec d’autres. L’essentiel pour moi reste le dialogue. Je partage certain points de vu avec par exemple Tarik Ramadan quand il parle de sociologie et de la place de l’Islam en Europe, mais je ne suis pas d’accord quand a la façon d’expliquer ou d’appliquer ses idées en Europe et je suis en complet désaccord avec ses positions international. L’uoif, tout comme Ramadan, tout comme d’autre ne font plus du religieux,de l’éducation religieuse, ne prennent plus de position baser sur le religieux mais prennent plutôt des positions politique. D’ailleurs Ramadan est devenu incompréhensible par les jeunes musulmans en France qui le voient maintenant comme quelqu’un d’avide. Et ceci est malheureux. L’Islam en France n’est plus représenter par qui que ce soit (ni cfcm, ni uoif, ni recteur de la mosquée de Paris, ni Ramadan) Il n’y a plus aucune référence islamique crédible en France (peut être encore a un niveau local Hassan Iquissen)d’où la tentation d’aller voir dans d’autres pays ce qui ce passe.
      Oui je suis très déçu de la tournure politique de l’uoif, mais cela étant dit la rencontre annuel permet quand même des échanges, des prises d’info, … tout n’est pas a jeter.

    • NO PASARAN dit :

      Hé bé… C’est du propre tout ça… Affligeant… Heureusement quil y avait le concert !

      • hadi dit :

        bof même le concert était pas terrible le groupe al i3tissam n’était pas là, et oui plus a la mode la Palestine.

  7. semoule dit :

    Pour une fois, très bonne nouvelle !

  8. Charles dit :

    Voici une récente déclaration de Haytham al-Manaa (hier sur Jeune Afrique http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120411152103/onu-kofi-annan-bachar-al-assad-qatarhaytham-manna-cncd-la-russie-doit-faire-pression-sur-le-regime-syrien.html) : « Je ne m’oppose pas par principe à des alliances avec les islamistes sur un programme clairement civil. J’ai organisé la rencontre de Rached Ghannouchi et Moncef Marzouki il y a quinze ans et j’ai signé l’accord de décembre en sachant qu’il y avait l’extrême-droite au sein du CNS. L’essentiel est de nous entendre sur un programme civil de référence. »
    Bref, opposant modéré = promoteur de la démocratie wahhabite.

  9. samantha dit :

    Il y’a quelqu’un que je connais qui m’a dit si je souhaitais un jour dévaller le Golan pour me jeter dans la marre de sang syrienne.

    Judée, je t’attent !

  10. samantha dit :

    Vous savez quoi ? Je suis en contact avec une agence israélienne à Jérusalem qui fait les fouilles du temple Salomon et vous savez quoi ? Ont cherche à faire tomber la mosquée al-aqusa.

    ho, les musulmans ne seront plus attaché à la palestine…

    • Maroquino dit :

      MDR allez y seulement tout ce que vous ferrez c’est précipité votre extermination, vous verrez aussitôt des milliards de Musulmans envahir quelques km² en moins d’une journée fini votre temple et reconstruction de la Mosquée c’est aussi simple que ça. (une réflexion simpliste entraîne une réaction tout aussi simpliste) Il faudrait un minimum de courage pour faire ça, ce que vous n’avez pas même pas au plus profond de vous même c’est la lâcheté et les complots qui prime!

    • hezbollah dit :

      @ Samantha Fox

      Si vous toucher à la Mosquée al-Aqsa pour construire votre temple satanique à la place, je peut te jurer que pas un seul sioniste sera en sécurité sur cette terre !

      Il faudra changer de planète pour que vous soyez en sécurité, même sur une autre planète on viendra vous chercher, sida de l’ humanité !

    • Marie-Christine dit :

      Mais ce n’est pas nouveau Samantha ! Tout le monde connaît le véritable but des « fouilles archéologiques » sous la mosquée Al Aqsa : vous venez juste de le découvrir ? Ils ne sont pas idiots les archéologues : ça fait 60 ans qu’ils cherchent les traces des fondations du fameux temple de Salomon, sans rien trouver, alors ils se doutent bien qu’il y a comme un problème à ce sujet… Ce sont surtout des colons qui se sont improvisés archéologues dans le cadre de ces « fouilles », pour creuser, creuser, creuser sans fin sous la mosquée !
      Décidément Samantha, d’abord vampire, maintenant destructrice de la mosquée Al Aqsa… quoi d’autre encore ? N’avez-vous jamais songé vous faire embaucher au « faramineux » journal Hara Kiri ? Vous devriez, vous avez toutes vos chances, et ils ont certainement des correcteurs…

      • Marie-Christine dit :

        Désolée, je me suis trompée : il s’agit du répugnant Charlie Hebdo, Hara-Kiri était le nom de son ancêtre, beaucoup plus honorable en l’occurrence (je crois), dans le style humour décapant.

  11. LOUIS V dit :

    a lire certains commentaires et en connaissant le peu d’interet et de sympatie, qu’on la pluspart des Français au sujet de la misère du peuple ARABE, je confirme la manipulation de certains cretins pseudo democrate(crypto sionniste de mer..)qui viennent ici pleurer, la LIBERTE. ils me font gerber…

  12. machiavel dit :

    Si d’un côté,les bandes terroristes armées font semblant,je dis bien font semblant, de respecter le cessez-le-feu et que de l’autre,les frontières avec la Turquie et le Liban continuent de servir au transit de l’armement vers ces mêmes bandes, on peut affirmer sans hésiter que le plan Annan a encore du chemin à faire pour s’imposer.Les autorités syriennes ne devraient pas négliger cet aspect de la question me semble-t-il .

  13. Cécilia dit :

    12 avril

    Un officier tué à Alep et 24 autres blessés parmi eux des civiles

    Les groupes terroristes poursuivent l’escalade de leurs opérations militaires qui visent les citoyens et les personnes militaires, pour porter un coup à la stabilité de la Syrie et torpiller tout effort déployé pour parvenir à un règlement politique de la crise en Syrie.

    Dans ce contexte, un groupe terroriste a visé par un engin explosif un bus militaire transportant des officiers et des sous-officiers qui se dirigeaient à leur travail dans l’une des unités militaires à Alep. Un officier est tombé martyr et 24 officiers, sous-officiers et citoyens ont été blessés.

    Cité par une source officielle, le correspondant de Sana a fait savoir que l’engin explosif est explosé à 8:00 du matin dans la région de Mohallak al-Janoubi à Alep.

    Le site alradar donne le nom de l’ingénieur-officier, Moayyad Younus.

    http://www.sana.sy/fra/338/2012/04/12/412256.htm

    http://www.alraddar.com/ar-sy/NewsView/85/6712.aspx

  14. hezbollah dit :

    Quand l’Irak se réveille de sa liturgie…il revient en force à la Maison arabe
    G.Hobballah

    Beaucoup d’encre a coulé sur la période post-occupation américaine de l’Irak avant même le retrait des forces d’occupation américaines de l’Irak…Malheureusement, nombreux sont les écrits qui ont tenté de brosser un paysage sombre sur l’avenir de ce pays..

    L’une des thèses qui a le plus été véhiculée est que les Irakiens sont incapables de gérer une indépendance nouvellement acquise.

    A titre d’exemple, on a souligné que l’opposition entre les différents partis politiques risquerait de s’exacerber, dont entre autre sur l’allocation de sièges parlementaires, à la suite des dernières élections, sans se soucier d’améliorer les services de bases pour les citoyens.

    Autre défi estimé insurmontable est la corruption, cette dernière étant soi-disant largement répandue dans les institutions publiques.

    Ou encore la sécurité… thème cher aux Etats-Unis qui ne cessent de le brandir comme épouvantail face aux Irakiens. Bref autant d’obstacles à une transition réussie et tout en douceur du peuple irakien vers une nation indépendante..

    Or, les prémisses de la volonté d’indépendance et d’autonomie des Irakiens se sont révélés bien avant le retrait des forces d’occupation : un retrait qui il faut le rappeler n’a pas été renégocié..

    Bras de fer entre Bush et Maliki: la souverainneté irakienne l’emporte

    En effet, la menace par l’administration Bush de retirer tout appui économique et militaire au gouvernement irakien, si ce dernier n’accepte pas l’accord sur le statut des forces américaines en Irak, n’a pas fait fléchir les responsables politiques irakiens, qui se sont opposés à toute forme de légitimation de la présence militaire des Etats-Unis – et en particulier à la reconnaissance d’un droit à l’extraterritorialité juridique pour les troupes américaines dans le pays !

    Il faut dire, et là nous ouvrons une parenthèse, que pour la plupart des Irakiens celui-ci rappelle trop les conditions injustes du pacte qui avait attribué des droits sur le plan militaire à l’impérialisme britannique en Irak de 1930 à 1958. Le symbolisme de la domination étrangère, inhérent à ce parallèle historique, fait courir aux dirigeants des partis politiques et aux membres du Parlement le risque d’être considérés comme complices de tout accord qui accorderait des privilèges spéciaux aux États-Unis.

    Mais encore..

    Dans un discours prononcé devant un parterre de responsables militaires irakiens et américains à Camp Victory, complexe militaire situé au nord de la capitale et considéré comme l’un des symboles de l’invasion américaine en Irak, le premier ministre irakien Nouri al-Maliki a salué comme une «victoire historique» le refus de son gouvernement de prolonger le mandat des GI: une victoire «qui restera dans les mémoires après le retrait des troupes américaines de tout le territoire irakien», avait-t-il dit.

    Mais c’est surtout dans le dossier syrien, que l’Irak a démontré sa volonté de s’imposer sur la scène régionale, au grand dam des pays du Golfe, comme une nouvelle force régionale incontournable et surtout qui partage un rôle axial avec l’Iran, la Syrie, le Liban et la Palestine occupée dans le projet de résistance américano-sioniste..

    Deux faits voire trois résument et marquent le retour en puissance de l’Irak sur la scène arabe : le discours de Maliki à la Maison Blanche, le sommet arabe de Bagdad et l’affaire Hachémi.

    La bombe de Maliki à la Maison Blanche

    Là encore, la presse américaine et européenne a beaucoup misé sur cette visite pour un renforcement des relations bilatérales entre les Etats-Unis et l’Irak, mais surtout pour un repositionnement de ce dernier en faveur des Etats-Unis dans le dossier syrien..

    Mais les propos sans équivoque de Maliki concernant le refus catégorique de son pays à toute forme d’ingérence en Syrie, voire à l’adoption de sanctions ont eu l’effet d’une bombe sur les ténors occidentaux de la guerre menée contre la Syrie.

    Et pour cause : d’abord, le contenu des propos de Maliki reflètent l’échec de la diplomatie américaine à convaincre Bagdad de se rallier à leurs rangs et ce malgré les promesses d’une coopération économique et ensuite le lieu géographique (la Maison Blache) d’où le premier ministre irakien a souligné la priorité les intérêts stratégiques irakiens à toute autre considération

    D’ailleurs, à la conférence de presse conjointe tenue par le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki et le président américain Barack Obama, le contraste d’attitudes entre les deux pays n’a pas échappé à Obama qui a dû reconnaitre l’existence de différences entre Washington et Bagdad sur la façon de traiter avec la crise en Syrie..

    « Nous ne sommes pas contre les aspirations du peuple syrien, ni d’aucun peuple arabe, mais pas nous n’avons pas le droit de demander au président syrien de démissionner et ne nous ne voulons pas d’exercer ce rôle (..) je me soucie des intérêts de l’Irak et de la sécurité de la région et je sais que les pays de la région sont interdépendants et leurs intérêts doivent être pris en compte » avait martelé Maliki, une allusion que les intérêts stratégiques de l’Irak viennent bien avant de ceux américains.

    Après les Américains, venait le tour des pays arabes, que le premier ministre irakien n’a pas hésités à critiquer, surtout le Qatar et l’Arabie, pour leur soutien militaire aux opposants syriens.
    «On ne peut pas renverser de force le gouvernement de Bachar al-Assad, et les aides militaires qu’apportent l’Arabie et le Qatar sont une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Syrie et de tous les autres pays arabes», avait déclaré Nouri al-Maliki.

    Sommet arabe de Bagdad : consécration du rôle régional de l’Irak

    Si la participation au 23ème sommet arabe a été du deuxième voire du troisième degré, force est de constater que rien que sa tenue à Bagdad, après le retrait américain est un acquis incontournable pour le gouvernement irakien, le peuple irakienne et l’Irak..

    Selon Dr Nabil Yassin, auteur et analyste politique irakien vivant à Londres, le sommet vient comme un rappel que l’Irak est une partie essentielle de l’histoire arabe, et il a tenu à la restauration des relations avec les Etats arabes à la normale.

    A vrai dire, le sommet a été une occasion pour l’Irak, de récupérer son rôle régional, perdu au cours des dernières décennies, un rôle dans lequel il tient à rappeler qu’il ne devrait pas être hors du sommet dans la prise des décisions importantes.

    Dans ce contexte, l’explosion de la violence en Irak avant le sommet, près d’une centaine d’attentats à travers le pays, dont l’un en face du siège du ministère irakien des Affaires étrangères prouvent combien la seule tenue de ce sommet à Bagdad irritait l’axe américano-sioniste..

    Et le gouvernement irakien a bien compris le message d’où son insistance à la réussite du sommet, par la voix de son ministère irakien des Affaires étrangères, qui avait publié après l’attentat un communiqué: « De telles opérations ne sauront dissuader l’Irak, le gouvernement national et la direction du ministère des Affaires étrangères pour assurer le succès du sommet de Bagdad des pays arabes et recevoir des invités … »

    Non seulement le sommet arabe s’est tenu, mais en plus les ministres des Affaires étrangères, sont tombés d’accord sur un projet de résolution qui ne mentionne pas le départ du président syrien Bachar al-Assad et l’armement des rebelles syriens.

    Sur ce dernier point, Maliki avait exprimé ses craintes face aux appels de certains régimes arabes, en allusion à Doha et Riad à armer les insurgés syriens du Conseil nationale syrien.

    « Ces appels entrainent la région dans une guerre sectaire à long terme, et nous dénonçons et condamnons ces appels », avait-il dit.

    Réaction violente de la part du Qatar et de l’Arabie-saoudite..

    Ainsi des appels se sont élevés de la presse saoudienne et qatarie pour « boycotter le gouvernement » de Bagdad, en raison notamment de son « soutien » au régime syrien. Le quotidien saoudien al-Watan, estime que Maliki n’a pas attendu « que l’encre des résolutions du sommet de Bagdad ait séché pour se dresser en défenseur du régime bassiste en Syrie ».

    C’est à ce moment que ces deux monarchies ont décidé de prendre à leur compte l’affaire Hachémi, vice-président accusé de terrorisme et recherché par la justice. S’étant abrité dans un premier temps au Kurdistan irakien, et après un passage à Doha, il se trouve actuellement à Riad. Depuis, de part et d’autre, le différend avec le gouvernement irakien une dimension confessionnelle.

    Au Qatar, le quotidien al-Sharq, proche des autorités, a estimé que M. Maliki, « un dirigeant du parti chiite al-Daawa, mène campagne contre la présence sunnite dans les institutions de l’Etat en Irak ». « La campagne contre Hachémi et les sunnites d’Irak est provoquée par les préférences confessionnelles (de M. Maliki) que le peuple irakien rejette », a ajouté le journal.

    L’affaire Hachémi : souveraineté et non-ingérence des lignes rouges

    Pour l’Irak, l’affaire Hachémi est une affaire judiciaire avant tout et donc il s’agit d’une affaire interne au pays. Par conséquent, quiconque qui tente de se mêler de cette affaire porte atteinte à la souveraineté institutionnelle du pays.
    D’ailleurs, le parti de Maleki, la Coalition de l’Etat de droit a mis en garde tous les pays qui ont accueilli le vice-président Tareq al-Hashemi, de prendre conscience que l’Irak ne restera pas les bras croisés face à leur attitude envers « un terroriste accusé d’avoir dirigé les Escadrons de la mort ».

    Et pour marquer sa volonté à poursuivre cette affaire jusqu’au bout, l’Irak compte présenter, par le biais du Conseil suprême judiciaire, un dossier contre Hachémi, pour le présenter à Interpol et déclencher un mandat d’arrêt international contre lui.

    Une mesure qui comprend un message à qui veut l’entendre que l’Irak post-Saddam, post-occupation américaine n’est plus. Désormais c’est l’Irak souverain, autonome et arabe qui s’impose sur la scène arabe.

    http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=59399&cid=20&fromval=1&frid=20&seccatid=29&s1=1

    Les sionistes ont du souci a se faire, le bloc de la résistance, Liban,Syrie,Irak,Iran, va les rendres insomniaques .

  15. Cécilia dit :

    Juste pour changer d’ambiance !

    Quelqu’un peut me dire que fait Hamad, roi du pétrole, du gaze, PSG, et de Banane dans cette réunion ?
    Je me suis posée la question essayant de ne pas trop rire !

    http://www.youtube.com/watch?v=M_UDkpRBQhM&feature=youtu.be