• Actualité
  •  

Ban Ki-moon vient de demander une "rallonge d'effectifs" au Conseil de sécurité : il voudrait désormais 300 - et non 250 - observateurs en Syrie, lesquels y effectueraient une "période initiale de trois mois". Dans sa lettre, le secrétaire général de l'ONU explique aux 15 représentants des puissances qu'il y a en Syrie "une chance de progrès", en dépit d'une trêve "clairement incomplète". Cet optimisme mesuré de Ban Ki-moon tranche avec l'"inquiétude" qu'il exprimait un peu plus tôt. Il a [...]



Les débuts – forcément – difficiles de la mission de l’ONU

Par Louis Denghien,



Premiers pas des premiers observateurs, à Damas le 18 avril

Premiers pas des premiers observateurs, à Damas le 18 avril

Ban Ki-moon vient de demander une « rallonge d’effectifs » au Conseil de sécurité : il voudrait désormais 300 – et non 250 – observateurs en Syrie, lesquels y effectueraient une « période initiale de trois mois ». Dans sa lettre, le secrétaire général de l’ONU explique aux 15 représentants des puissances qu’il y a en Syrie « une chance de progrès« , en dépit d’une trêve « clairement incomplète« . Cet optimisme mesuré de Ban Ki-moon tranche avec l’ »inquiétude » qu’il exprimait un peu plus tôt. Il a d’ailleurs estimé que les deux camps en présence aspiraient à mettre fin « à la violence sous toutes ses formes« .

La mission au péril des provocations

On sait que la mission comptera un certain nombre de soldats russes, ce qui est évidemment de nature à rassurer Damas sur l’objectivité de la mission onusienne. Mais, ce jeudi 19 avril, la Chine a fait savoir qu’elle étudiait « sérieusement » la possibilité pour elle d’envoyer des observateurs en Syrie. Une déclaration qui intervient dans le sillage de la visite à Pékin du ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Mouallem.

Sur le terrain, les six premiers observateurs emmenés par le colonel marocain Ahmed Himmiche ont été assez vite confrontés aux difficultés de leur mission. Après des visites sans problèmes à Deraa (mardi) et à Damas (mercredi), les bérets bleus, qui circulaient à bord de deux 4×4, ont été pris à partie, à Erbine (banlieue nord-est de Damas), par quelques centaines de manifestants d’opposition qui les ont injuriés et encerclés, les accusant en substance d’être des faire-valoir de Bachar al-Assad qui selon eux « extermineraient » son peuple. Dans la vidéo diffusée sur les médias français, la manifestation est soudain dispersée par des tirs, attribués aux forces de l’ordre : mais les pratiques de manipulation de certains milieux opposants étant ce qu’elles sont depuis un an, on ne peut exclure une mise en scène. Quoi qu’il en soit, les tirs ne semblent pas avoir fait de victimes – même si l’OSDH affirme que huit ont été blessés -, et les observateurs ont promptement évacué les lieux.

La question se pose de savoir si chaque déplacement des observateurs sera le prétexte à une manifestation « spontanée » des opposants. C’est l’intérêt tactique médiatique de ceux-ci, pour faire croire aux bérets bleus et, au-delà, à l’opinion internationale que chaque ville de Syrie est un Bab Amr potentiel. En tous cas les slogans entendus dans la bouche des manifestants indiquent assez que ces opposants ne sont absolument pas dans une logique de dialogue et de réconciliation nationale.

On peut aussi penser que, comme naguère les observateurs de la Ligue arabe, ceux de l’ONU rencontreront sur leur chemin nombre de partisans du pouvoir, qui ont beaucoup à dire sur les pratiques des hommes au drapeau vert-blanc-noir. A ce propos, on peut se demander qui fabrique et fournit en si grand nombre ces drapeaux très « professionnels », dont nombre d’entre aux arborent la frange dorée des pavillons de cérémonie : est-ce un artisanat surgi d’un atelier clandestin, ou une aide – symbolique – de quelque puissant sponsor de l’opposition ? A part ça, la nécessité pour le gouvernement et l’armée d’assurer une sécurité minimum aux bérets bleus est évidemment lourde de menaces, de risques d’incidents et de provocations. Mais la partie est engagée et il faut la jouer autant qu’il est possible.

Un niveau de violence ponctuellement en baisse

Les observateurs n’ont pas encore poussé jusqu’à Homs, où des tirs de mortiers, voire de chars, répondent, de façon plus ponctuelle que « pilonnante », aux tirs de groupes d’insurgés, encore actifs dans certains immeubles de certains quartiers. Mais tout cela n’a rien à voir, ni en étendue ni en intensité, avec ce qui a pu se passer, au début de l’année, à Bab Amr : pour preuve, le bilan de l’OSDH, toujours suspect d’exagération, et qui pour la journée de mercredi – et pour l’ensemble du pays – donne le bilan de 14 mort, dont sept « civils« , tombés selon l’officine à Idleb, Homs et Deraa. Ce qui laisse supposer que les « violents bombardements » et les « pilonnages » des quartiers rebelles de Homs ont peut-être tué un ou deux civils : si l’on était cynique, on serait tenté de dire que l’armée syrienne manque d’efficacité ! La réalité, c’est que, selon une méthode inaugurée lors de la réduction de Bab Amr, l’armée procède avec précautions, peu soucieuse qu’elle est d’accréditer la légende urbaine d’une nouvelle « stalingradisation » de Homs,  véhiculée par les opposants. Dans un contexte de grande ville et d’urbanisme dense, les soldats sont contraints à bien cerner leurs objectifs, dans le souci d’éviter au macximum des bavures et des victimes collatérales aussitôt exploités par les radicaux et leurs amis occidentaux. Tout cela prend du temps – et fait du bruit – mais on ne peut vraiment plus dire que les bandes rebelles sont à Homs comme un poisson dans l’eau, pour reprendre la formule de Mao Dzedong.

Pour autant, à Homs et ailleurs, elles continuent de tuer des soldats : ce jeudi 19 avril oint démarré à l’hôpital de Damas-Tichrine les obsèques de trois d’entre eux, tombés ans doute la veille dans la banlieue de la capitale. Un lieutenant-colonel, un adjudant-chef et un adjudant ont ainsi allongé la liste des soldats et policiers tombés en service depuis l’aube du 12 avril, c’est-à-dire depuis la proclamation par le gouvernement et l’état-major syriens de l’arrêt de leurs opérations. Selon nos calculs, qui se basent sur les estimations de l’agence syrienne Sana, plus fiables que celles de l’OSDH au moins en ce qui concerne les pertes militaires, 13 soldats et policiers ont été tué depuis cette date, et de 30 à 40 ont été blessés. Les bandes armées ont également tué ou blessé au moins une vingtaine de civils. C’est un niveau de violence objectivement moindre que celui qui a prévalu dans les semaines précédentes. Mais rien n’indique, malheureusement, que cette tendance va se maintenir.

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

92 commentaires à “Les débuts – forcément – difficiles de la mission de l’ONU”

  1. Candide dit :

    « A ce propos, on peut se demander qui fabrique et fournit en si grand nombre ces drapeaux très « professionnels », dont nombre d’entre aux arborent la frange dorée des pavillons de cérémonie »

    Je me posais exactement la même question concernant le matériel de propagande (affiches Bachy, drapeaux, ballons, casquettes…) qui équipe les manifestations « spontanés »…

    • Ravi de pouvoir vous éclairer dans votre nuit, cher Candide, chaque fois en tous cas que c’est possible : en fait Bachar al-Assad est le chef de l’Etat syrien, et le drapeau rouge-blanc-noir est le drapeau officiel de la Syrie (on le trouve donc assez facilement).

      D’autres questions ?

      Louis Denghien & Infosyrie

      • machiavel dit :

        C’est une réponse que même un débile comprendrait assez facilement tant elle parle d’évidences,mais,que voulez-vous Mr Denghien,la mauvaise foi et la rage que certains portent en eux,les empêchent de saisir les sens.

      • Candide dit :

        A questionn idiote, question idiote : On s’est donc bien compris Louis !

    • machiavel dit :

      Vous vous posez la mauvaise question candidose purulente, comme toujours d’ailleurs;en quoi cela vous gêne-t-il que le peuple syrien soutienne son Président et arbore les couleurs syriennes par fierté et attachement à son pays? Vous devriez vous interroger en revanche sur toute cette logistique de la mort que les ennemis de la Syrie introduisent illégalement dans le pays .Mais comme vous « aimez » follement la Syrie jusqu’à l’étrangler, votre devoir,malsain et malintentionné,vous dicte de ne point prendre conscience du mal qui est en vous.

      • Kegan dit :

        Avez vous remarqué que tous les niaiseux appelent le président Assad de la même manière!!
        Ca doit être la marque de fabrique des niaiseux!!

    • Cécilia dit :

      La mauvaise foi est une pathologie difficilement soignable, cher Marseillais !

    • NO PASARAN dit :

      En tout cas, celles pro- »Bachy » comme vous dites sont payantes, elles !!! (Dans leur majorité.)

  2. Candide dit :

    « mais les pratiques de manipulation de certains milieux opposants étant ce qu’elles sont depuis un an, on ne peut exclure une mise en scène. »

    Evidemment… Quand des manifestants meurent, c’est à cause des « bandes armées », quand on tire pendant les déplacements des observaterus, c’est à cause des « bandes armées ».

    Si d’aventure on réussit un jour à filmer l’armée tirant sur des manifestants désarmés, il s’agira d’un montage. Je ne désespère pas que les observateurs soient accusés un jour de mensonge.

    Quelle bande de fifres !

    • Mais les observateurs – de la Ligue arabe – ont déjà été accusés de mensonges… par vos amis franco-américains, quand ils ont commencé à exprimer cette évidence que la violence en Syrie était majoritairement le fait des groupes armés.

      Louis Denghien & Infosyrie

      • betehem dit :

        Ah, j’ai le compte rendu de la Ligue Arabe, Candide. Vous devriez l’avoir aussi. Vous l’avez lu ?

        • betehem dit :

          Le lien est plus loin, au cas où vous ne l’auriez pas lu.

        • Cécilia dit :

          Merci betehem,

          Ce ce site-même, ce rapport a été mis en arabe et en français plusieurs fois même. Même-même je l’ai posté un arabe.
          Candide peut le lire et relire une centaine de fois, mais il ne changera jamais d’opinion. Il veut toujours croire que la terre est une orange bleue !
          « Cherchez la femme ! », nous dit à juste titre, notre Napoléon !

          • Cécilia dit :

            A lire :

            - « Sur ce site »,
            - Moi-même, je l’ai..

            Désolée !

          • betehem dit :

            Ben oui, Cécilia, d’ailleurs c’est vous et d’autres qui m’avez fourni ces sites, et à d’autres aussi. Mais parfois, il faut répéter, répéter, répéter.
            Quitte à se faire taxer de radoteur. Mais dans ce cas, je ne pense pas être la seule experte dans radotage. Personnellement, j’esaye de ne pas trop tourner en rond. Ca peut rendre fou.

      • machiavel dit :

        Cerveau lavé n’a point de mémoire!

      • Candide dit :

        « Mais les observateurs – de la Ligue arabe – ont déjà été accusés de mensonges »

        Ne mélangeons pas tout Louis, je parlais des Observateurs (souhaités par la Russie et la Chine, entre autres)

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      Les Amis de la Syrie de la dernière heure devraient penser à exiger d’Israël le respect des règles de droit et l’annulation de la ridicule décision de l’annexion du Golan, décision parmi des centaines d’autres, contraires au droit et à la charte des Nations unies

      • betehem dit :

        Après la proche victoire de la Syrie, la Palestine va recevoir une énorme bouffée d’oxygène. On parie ? Et celui qui gagne verse l’argent au croissant rouge, d’accord ?

    • Mohamed Ouadi dit :

      « Si d’aventure on réussit un jour à filmer l’armée tirant sur des manifestants désarmés, il s’agira d’un montage » ?!

      Si cela n’a pas encore été fait après 13 mois et 4 jours … on peut espérer qu’un jour comme vous le dîtes ?? L’évidence c’est que pendant ces long mois de mensonges, la cyber-opposition au service du terrorisme n’a réussi à présenter à l’opinion publique que des préfabrications flagrantes, alors que les images et films des terroristes en pleine oeuvre pullulent sur la toile !
      Voilà une vidéo sur les dessous des préfabrications qui montrent ce que les médiasmenteurs on diffusés et ce qui a été occulté, et les images parlent d’elles-mêmes :
      http://www.youtube.com/watch?v=J2NlrAPXpT8

      • Cécilia dit :

        Merci Mohamed pour la vidéo qui est une fois de plus démontre ces imbéciles en train de fabriquer leur filme au prix de l’économie syrienne dans cette vidéo.

        Ce sont les médias menteurs qui, avec leur complicité, les encouragent en leur donnant la parole et l’image.
        Quelle honte pour tels médias !

    • Akyliss dit :

      « Si d’aventure on réussit un jour à filmer l’armée tirant sur des manifestants désarmés, il s’agira d’un montage. Je ne désespère pas que les observateurs soient accusés un jour de mensonge.

      Quelle bande de fifres ! »

      avec des si tu peux refaire la Syrie Candide et le monde par la même occasion !

      je ne vois pas pourquoi tes « révolutionnaires » n’ont jamais réussi à filmer le début d’une manifestation jusqu’au moment ou l’armée est supposé avoir tiré sur les manifestants ? on a toujours la vidéo d’une manifestation mais jamais la fin avec les tirs et les morts …il y a toujours une coupure entre les manifestations et les gens touchés…

      on montre des gens avec la tete explosé mais on ne sait pas qui leur a explosé la tete….

      si si si

      • Candide dit :

        « on montre des gens avec la tete explosé mais on ne sait pas qui leur a explosé la tete…. »

        On est bien d’accord, et cela est valable aussi pour les vidéo « favorables » aux autorités.

  3. Djezehel dit :

    Bravo Louis !

    • Souriya ya habibati dit :

      Bonjour Djezehel,
      A vous et à tous nos AMIS non arabisants FIDELES d’Infosyrie: Je vous invite à lire ce nouvel article de Dr. Amin Hoteit traduit par Mouna Alno Nakhal.
      http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=30407
      Syrie : Les conséquences de la résolution 2042

      Dès l’instant où Mr Kofi Annan a été désigné émissaire international pour la Syrie, il est devenu certain que l’agression ourbano*-occidentale contre ce pays avait échoué et que cette nomination n’était là que pour permettre aux uns et aux autres de reprendre leur souffle, d’éviter encore plus de pertes pour sauver la face, ou tout au moins donner aux perdants un délai de réflexion.

      C’est ce que la Syrie et ses alliés régionaux et internationaux n’ont pas tardé à comprendre. Mais certains pays de ce camp international ont considéré qu’il y avait certainement intérêt à prendre en compte cette mission [prétendument basée sur l'idée d'une « solution pacifique » de la crise qui respecterait l'État syrien et sa souveraineté], pour essayer de faire en sorte qu’elle réponde aux exigences des Syriens et aussi à leurs propres considérations stratégiques. C’est pourquoi, tous ont travaillé à la réussite de cette mission telle qu’elle a été formulée avec prudence et anticipation interdisant toute déviance.

      De l’autre côté, le camp des agresseurs a persisté implicitement à refuser une solution pacifique à la crise [elle lui interdirait l’accès au pouvoir qu’il convoite], mais s’est trouvé contraint de « faire avec » pour des raisons objectives et subjectives. Parmi les moindres de ces raisons, l’incapacité de ce camp à modifier la donne politique, militaire et civile ; surtout depuis que ses gangs armés se sont effondrés sans réussir ni à isoler le gouvernement en place, ni à installer un pouvoir civil malgré la consécration du soi-disant « Conseil National Syrien » qui a déclaré reconnaitre la mission de Mr Annan. Mais cette reconnaissance est arrivée vide de toute signification politique selon les règles du droit international [elle est sans aucune valeur juridique, puisque déclarée par un représentant du peuple non habilité à parler au nom de l’État syrien dont l’autorité et la souveraineté sont officiellement reconnues dans sa région et à l’intérieur de ses frontières].

      1. Par conséquent, chacun de ces deux camps a envisagé la mission de Mr. Annan sous l’angle de ses propres objectifs. En effet, nous voyons d’une part, la Syrie avec l’Iran, la Chine, et la Russie s’évertuer à faire de cette mission un chemin pacifique qui aiderait à sortir de la crise et qui consacrerait l’échec de la conspiration en maintenant la géographie, la souveraineté et la sécurité de la Syrie et des Syriens ; et nous voyons d’autre part, les États-Unis et ses comparses occidentaux, turcs et ourbans s’escrimer à faire de cette même mission une occasion qui gommerait leur échec et qui leur permettrait une nouvelle offensive à travers une stratégie basée sur la supercherie, l’intimidation et le gain de temps. Ce à quoi ils espèrent aboutir comme suit :

      1.1. Profiter du point numéro quatre du plan de Koffi Annan, relatif à la liberté de manifester, pour déclencher des manifestations populaires qui réuniraient des millions d’opposants ; étant donné que les faussaires se sont persuadés que des millions de syriens répondront à leurs appels et qu’à défaut d’une telle réponse spontanée, ils avaient suffisamment d’argent, d’armes et de médias puissants capables d’obliger les gens à sortir de chez eux ; quitte ensuite, à dramatiser le spectacle en l’amplifiant et en l’exagérant au maximum, comme ils en ont pris l’habitude depuis le début de la crise.

      1.2. Terroriser la Syrie par le spectre d’une intervention militaire de l’OTAN avec la Turquie pour fer de lance. Ici, il nous faut pleinement considérer le sous entendu du gouvernement de Mr Erdogan lorsqu’il a déclaré que conformément à l’article V de sa Charte, l’OTAN devait s’acquitter de ses responsabilités et défendre la Turquie menacée par la Syrie ! Bien que cette requête soit visiblement ridicule, il n’en demeure pas moins qu’elle dissimule l’essence même des visées hypocrites de la Turquie et de l’Occident qui, par là, signifient à la Syrie que ses frontières ne concernent pas uniquement la Turquie actuellement mains et poings liés pour de multiples raisons la rendant incapable d’intervenir militairement ; mais que ses frontières concernent autant l’OTAN et ses 27 États, et qu’elle ferait bien d’en tenir compte.

      1.3. Ouvrir la porte du Conseil de sécurité à travers une résolution qui prétendrait renforcer la mission d’Annan par l’envoi d’observateurs internationaux en Syrie mais qui, en réalité, consisterait essentiellement à tenter de garder le dossier syrien à l’ordre du jour des travaux du Conseil, à nommer un observateur permanent comme ce fut le cas du Liban avec les résolutions 425 et 1701, à revenir à une politique de menaces et de durcissement des sanctions, à fixer des délais ou ultimatums ; pour enfin court-circuiter la souveraineté de la Syrie par l’intermédiaire des observateurs, transformés pour la circonstance en une sorte d’organisme chargé de diriger et de contrôler la Syrie en relation directe avec le Conseil de sécurité, lequel deviendrait un organisme de tutelle permettant le contournement du veto russo-chinois.

      2. Mais l’exécution de cette conspiration se heurte à des obstacles qui risquent de la faire avorter de ses 3 fondements cités plus hauts. En effet :

      2.1. Concernant les manifestations, les conspirateurs ont été choqués de constater que le peuple syrien a découvert leur complot, qu’il en est profondément conscient et convaincu, qu’il ne suivra pas leurs attroupements ; et que comme il les a laissé tomber durant les 14 derniers mois, il continuera à le faire au-delà même de la cessation des opérations militaires. Ensuite, sont arrivées les décisions et dispositions de l’État syrien visant à protéger la population de la désinformation et du terrorisme, la mise en alerte des forces armées prêtes à intervenir, et l’imposition d’une autorisation préalable de manifester pacifiquement. Autant d’éléments suffisants pour faire échouer cette manipulation.

      2.2. Concernant la menace d’une éventuelle intervention militaire de l’OTAN, elle était vide de sens avant même que son encre ne sèche ; particulièrement parce que tous ceux qui sont concernés savent que l’OTAN est dans l’impossibilité d’un affrontement militaire direct avec la Syrie, étant donné les erreurs accumulées et son concept actuel d’une stratégie contraire au « hard power ». D’autant plus, que la Syrie n’est pas seule pour l’affronter et qu’il est de notoriété publique que l’appel à la rescousse de la Turquie, sous prétexte qu’elle aurait été agressée par la Syrie, relève d’une flagrante hypocrisie. Tout le monde sait que la Turquie est l’agresseur et qu’elle s’est engagée contre la Syrie dans un grand nombre de crimes répertoriés par le droit international, à commencer par son ingérence dans les Affaires syriennes, puis par son accueil des terroristes et de leurs dirigeants sur son territoire, et enfin par sa complicité permanente avec ceux qui travaillent à y semer les troubles et l’insécurité. Par conséquent, que la Turquie invoque quelques coups de feu tirés par les forces de l’ordre lors d’une poursuite de terroristes entrés par sa frontière avec la Turquie est une piètre excuse qui lui renvoie sa propre accusation.

      3. Nous en arrivons à la manœuvre la plus importante… à la supercherie : le retour au conseil de sécurité ! A ce stade nous nous devons de souligner ce que signifie l’adoption de la résolution 2042 :

      3.1. La résolution 2042 a été adoptée en vertu du Chapitre VI et non du Chapitre VII, comme cela avait été demandé par le dit « Secrétaire général des ourbans » [qui est évidemment l’ennemi de toute idée de sécurité nationale]. Elle est exempte de toute expression qui pourrait être exploitée pour aboutir à des menaces ou des sanctions et consiste, tout au plus, en un vœu pieux invitant le gouvernement syrien à faciliter la mission. Elle constitue une reconnaissance internationale, sans aucune ambiguïté ou confusion possibles, de la souveraineté syrienne exercée par son gouvernement actuel qui est le seul à posséder le droit de négocier avec les pays étrangers pour le compte de la Syrie, sans que nul ne puisse ignorer cette souveraineté ; y compris les observateurs eux-mêmes qui ne pourront entrer en Syrie que sans armes, et avec l’approbation obligatoire de l’Etat syrien.

      3.2. Le camp des agresseurs, qui depuis des mois n’a cessé de dénigrer la légitimité du gouvernement syrien et d’insister sur l’existence d’une révolution pacifique, a été contraint à reculer et a reconnu explicitement par une résolution adoptée à l’unanimité des membres du Conseil de sécurité, qu’en Syrie existe un État et un gouvernement qui fait face à la violence d’actes terroristes commis par des éléments qui lui sont étrangers. Il n’est donc nullement question d’une révolution pacifique comme ils le prétendaient, mais de « groupes armés » et de « violations des droits de l’homme » justifiant un appel à la « cessation de la violence armée ». Toutes ces expressions sont contenues dans la déclaration ; nous y voyons la négation, voire l’annulation de toutes les allégations précédentes qui sont allés jusqu’à parler d’un « régime qui tue son peuple ».

      3.3. Les participants à la Conférence des « Ennemis de la Syrie » à Istanbul, qui ont décrété que « le Conseil de Ghalioun l’istanbouli » était le représentant du peuple syrien, peuvent désormais constater l’effet nul et non avenu de leur décision ; puisque le texte de la résolution ne tient compte que des différents partis de l’opposition syrienne et de l’État syrien. Ce prétendu Conseil National Syrien n’existe donc plus sur la carte de la région et ne représente qu’une infime minorité au sein d’une opposition, elle-même minoritaire.

      3.4. Néanmoins, et malgré tout ce qui précède, nous ne nions pas que la simple adoption de cette résolution constitue une brèche dans le mur dressé face à l’Occident et autour de la Syrie par le véto russo-chinois, deux fois répété. Mais nous y voyons aussi un intérêt pour la Syrie, car cette résolution 2042 pourrait aboutir à une solution pacifique qui serait un gain stratégique et qui confirmerait la victoire de la Syrie contre la conspiration dont elle est l’objet. Ici, il n’est pas inutile d’attirer l’attention sur la vigilance de la Russie qui a fait coïncider l’adoption de cette résolution avec la livraison d’armes, le renforcement du réseau de missiles syrien, et l’envoi de navires de guerre au large des côtes syriennes. En de telles circonstances, ce sont là des décisions qui ont valeur de messages.

      4. Au point où nous en sommes, cette résolution a consacré les résultats d’une étape essentielle de cette violente attaque où les ennemis de la Syrie ont subi un échec civil et militaire venu de l’intérieur du pays, et un revers politique du fait qu’ils n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs par des moyens soi-disant pacifiques. Nous remarquons que c’est justement pour cela que le camp des agresseurs ne peut plus cacher son embarras, tente de faire capoter la mission d’Annan, déclare qu’elle est morte tout en essayant de la mettre à profit uniquement pour gagner du temps, tout comme le souverain du Qatar qui a estimé que ses chances de réussite étaient aux alentours de 3%. Pourcentage évidement ridicule, qui illustre le vœu de celui qui l’a calculé et qui semble user désormais d’une balance en or massif lui permettant d’estimer le pourcentage des espérances. C’est pour cela qu’il faut nous attendre à ce que le camp des agresseurs puisse :

      4.1. Pousser vers une escalade de la violence et du terrorisme en Syrie, perpétrer des crimes et des attentats, faire saigner l’Etat pour tromper sa vigilance et amener les forces de sécurité à répondre ; pour ensuite l’accuser comme unique responsable de la violation du cessez-le-feu, ce qui justifierait le renvoi du dossier syrien devant le Conseil de sécurité afin « de prendre des mesures supplémentaires si nécessaire », tel que stipulé dans le texte de la résolution 2042.

      4.2. Intensifier les capacités militaires des gangs armés par la contrebande d’armes et de munitions vers la Syrie.

      4.3. Augmenter la pression pour amener la population à manifester, avec l’espoir que les manifestants puissent se heurter aux forces de sécurité qui seront tenues pour responsables du non respect du plan de Kofi Annan.

      En résumé, nous disons qu’après la résolution 2042 du Conseil de sécurité, cette étape de la scène syrienne a consacré une nouvelle équation internationale établissant un nouvel équilibre international. Elle a aussi confirmé la capacité de la Syrie et de ses alliés à faire face à l’agression dont ils sont sortis victorieux tous ensemble, mais la voie est désormais ouverte pour une nouvelle étape.

      Dr. Amin Hoteit

      18/04/2012

      Article original : Arabi Press

      http://www.arabi-press.com/?page=article&id=32436
      دلالات القرار 2042 .. ومأزق المعتدين على سوريا ؟
      امين حطيط – البناء
      *Ourbans : désigne ici les arabes alliés de l’OTAN

      Article proposé et traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal (Biologiste)

      le 19/04/2012

      • Souriya ya habibati dit :

        Le Docteur Amin Hoteit est libanais, analyste politique, expert en stratégie militaire, et Général de brigade à la retraite.

        • Kegan dit :

          Un Cv aussi impressionnant que son analyse, je suis bluffé, vraiment!!
          Il met en mots tout ce que nous pressentions depuis l’ »operation » Annan!!
          Merci SYH !

      • L17 dit :

        @ Bonsoir Souriya ya habibati

        J’apprécie Infosyrie pour la qualité de ses articles mais aussi pour l’intérêt et la qualité des commentaires : on y apprend toujours quelque information pertinente et des liens qui ouvrent le débat et l’éclairent.
        Je trouve essentiel d’avoir ici l’avis de Syriennes et de Syriens qui sont concernés au premier chef, au lieu de lire les digressions de soi-disant experts européens qui prétendent tout savoir sur la Syrie et ses habitants, son gouvernements…

        Tout cela pour vous remercier Souriya ya habibati ainsi que tous les intervenants vraiment ami(e)s du Peuple Syrien.

        Tout particulièrement pour cet article de Mondialisation ca, que je découvre grâce à vous.Je recommande vivement sa lecture.
        J’espère que toutes et tous le liront. Cet article expose, avec lucidité, les conséquences (plutôt bonnes pour la Syrie) sans sous-estimer les dangers à venir. Que Dieu protège la Syrie !

        Sincèrement – L17

  4. Miguel dit :

    Candide , vous êtes lobotomisé pour les médias mainstream , donc , je vois très difficile une récupération de votre cerveau , c’est mon diagnostique ,
    je vous conseil de lire beaucoup et de analyser , c’est ne pas un remède pour la guérison total de votre maladie , mais vous pouvais ressentir une certain amélioration , parce-que vous faites pitié dans la place publique avec vos arguments sans substance,répétitifs , cacophoniques et parfois dérangeants.

    bien à vous.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      Cher Miguel,
      Si je peux exprimer un point de vue, je propose de considérer les commentateurs d’opinions opposées comme intelligents et non lobotomisés. Ils sont d’autant plus responsables, moralement, de leurs opinions.
      Laissons la vindicte et les styles injurieux aux autres.
      Bien amicalement.

    • betehem dit :

      Vos arguments, Miguel, gagneraient à être développés au delà des insultes.

      • Kegan dit :

        Vous rigolez?? C’est un niaiseux fils d’Israel qui est là pour parasiter nos propos;
        il intervient toujours hors propos balançant des phrases en general destinées à nous blessr;
        ils sont toute une bande et interviennent sous differents noms ; utilisent les mêmes terme et ne répondent jamais à une réponse intelligente ou alors par des non sens hors propos !!

        Les traiter d’abrutis n’est pas une insulte c’est un diagnostic !

        • ريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

          Ce que vous exprimez est vraisemblable.
          Dans cette éventualité, personnellement, j’ignorerais superbement leurs commentaires et resterais au niveau du sérieux des fondateurs du site d’Infosyrie

          • betehem dit :

            Absolument d’accord, Syrie.Eternelle. Ils ne peuvent rien parasiter. Ils ne peuvent blesser personne ici. Il ne faut pas s’abaisser ni à leur répondre, ni avec un langage aussi vilain et des arguments aussi vides.

    • Merrick dit :

      Le rationnel ne fait pas le poids devant l’émotionnel !
      Les médias mainstream basent tout sur l’émotionnel ce qui permet d’inhiber toute réflexion logique.
      Personnellement j’ai été lobotomisé sur la Bosnie-Herzégovine, la Tchétchénie, etc. Même si des massacres ont été perpétrées, j’ai compris que les vrais responsables sont les salafo-sionistes (OTAN, Qatar, Israël, etc).
      Il faut malheureusement avoir la motivation et le temps de se renseigner. Les dessous des cartes sont tellement incroyables, qu’il est difficile d’y croire au début (Cf : L’allégorie de la caverne)

      • betehem dit :

        Superbe allégorie, merci de la rappeller. Voire de l’expliquer, certains « commentateurs » ne la connaissent pas, pas plus qu’autre chose.

    • machiavel dit :

      Ooooh non Miguel,candidose ne nous dérange nullement avec ses propos vides de sens;en revanche,il est bien dérangé le bonhomme au niveau de son petit cerveau.

  5. Souriya ya habibati dit :

    http://www.jpnews-sy.com/ar/news.php?id=40665
    Je poste le lien pour la photo d’Asma qui ajuste le drapeau syrien sur les épaules de Bachar. La photo a été prise lors de la participation du couple présidentiel à la préparation des aides alimentaires destinées aux personnes sinistrées par le fait des hordes armées..

    Souriya Allah hamiha

    • machiavel dit :

      Merci Souriya ya habibati pour ce lien et le commentaire en arabe sur la photo dit et à-peu-près, que les attaques ciblant la première dame n’arriveront pas à altérer l’image de respectabilité que le peuple syrien a de l’épouse de leur Président.

    • Christian dit :

      La Photo est Magnifique! Tres beau couple… malheureusement je ne lis pas l’arabe.

      • Souriya ya habibati dit :

        Bonsoir Christian,
        L’article évoque les calomnies médiatiques dont a été victime notre chère Asma Al Assad et affirme la FIDELITE des citoyens syriens au couple présidentiel; rien donc que vous ne sachiez déjà par intuition.
        Souriya Allah hamiha wa Bachar Al Assad ra’iha

    • L17 dit :

      @ Souriya ya habibati

      Un grand merci pour cette photo du couple présidentiel.
      Asma et Bachar Al-Assad sont très sympathiques. Leurs sourires sont émouvants et pleins de confiance. Cela fait plaisir et c’est réconfortant dans les circonstances actuelles.
      Dieu les protège et protège les Syriens ! Vive la Syrie libre et indépendante !

      Cordialement

      • Souriya ya habibati dit :

        Bonsoir L17,
        La photo fait partie d’un reportage qui a été diffusé hier sur les TV Syriennes, exposant le travail des bénévoles de l’Initiative Alsham et la visite surprise du couple présidentiel pour y participer. J’appelle nos amis spécialistes à dénicher les vidéos pour nous la trouver et la poster sur Infosyrie; il s’agit d’un reportage de quelques minutes qui se termine avec les acclamations des gens entourant Asma et Bachar, et nous voyons notre chère Asma entourer son mari avec beaucoup d’affection.. le sourire aux lèvres et le regard lumineux.. Nous nous sommes trouvés – sans crier gare – dans l’intimité de ce jeune couple AMOUREUX DE LA SYRIE.

        Allah Souriya Bachar wbass

        • Kegan dit :

          Sur le même site

          اختراق إيميل برهان غليون يكشف علاقاته بالرياض وواشنطن..؟
          Decouverte des e mail de M. Ghalioun démontrant ses rapports avec Washington et l’A Saoudite.

    • Mohamed Ouadi dit :

      Voilà un album photo de l’évènement :
      http://cort.as/1u_7

  6. freeman dit :

    Cher amis,

    Moi j’ai une question toute simple et naîve: qui arme et finance ces opposants depuis un an?
    C’est quand même curieux que depuis 10 ans, Bachar n’ai pas tiré sur des opposants et c’est depuis les marches dites pacifiques que l’armée syrienne le fait: sont-ils devenus fous?

    Quand on parle des opposants on dit: l’ASL tire pour protéger les manifestations.

    Quand l’armée réprime on ne parle pas d’armée syrienne mais de l’armée de Bachar comme s’il s’agissait tout d’un coup d’une milice.

    Au bareim, au yemen, en arabie saoudite, on tire sur des manifestant mais personne ne pipe mot.

    S’il y a une règle, elle doit s’appliquer à tous.
    Et cette communauté internationnale, quelle est son essence? A partir de quand parle-t-on de communauté internationale?

    Cette histoire me semble bien complexe. Si le peuple syrien veut faire partit Bachar, il le fera dans tt les cas, un seul homme ne peut aller contre la fonloté de tt un peuple, les exmples tunisiens, égyptiens le prouvent.

    Par contre, je souhaite que chacun d’entre nous puisse avoir un regard critique sur les informations qui nous sont administrées par les grands médias, qui eux poursuivent des intérêts politiques.

    Renverser Bachar, affaiblirait à coup sur l’Iran et conforterait la sécurité d’Israel qui est en réalité la finalité de tte ce qui se trame en ce momment.

    • Akyliss dit :

      « Renverser Bachar, affaiblirait à coup sur l’Iran et conforterait la sécurité d’Israel qui est en réalité la finalité de tte ce qui se trame en ce momment. »

      Il ne s’agit pas de la sécurité d’Israel mais d’avoir le pouvoir d’un axe important qui permettrait de controler la circulation du pétrole du gaz sur les 3 continents Européens-asiatique-afriquain c’est simple si les occidentaux-les turques arrivent à faire tomber la Syrie, le Liban et l’Iran et qu’ils colonisent ses pays, ils ont auront le controle du pétrole du gaz mais également les accés à la mer méditeranée et aux golf persique

      une fois ce controle obtenu, ils pourronts diviser les pays colonisé par région sunnite-druze-chiite etc. et les uns taperons sur l’autre pendant que les occidentaux volent les richesses de ses pays…

      Israel pourra s’agrandire, les « alliés » arabes du golf seront sous controle puisque déjà il y a plein de base états uniennes dans ses pays et le premier qui osera l’ouvrir sautera…

      voila le pourquoi de ces « révolutions » arabes

      l’Afrique est sur la liste des occidentaux pour le controle des ressources de ce continent (eau-diamant-pétrole-etc.)
      Tunisie, Egypte, Libye, Cote d’Ivoir, Mali Soudan etc… il va y avoir pas mal de coup d’état en Afrique dans les mois ou année à venir …

    • betehem dit :

      Il me semble que les gens qui arment et vont jusqu’à salarier les « réolutionnaires » pour égorger, enlever, décapiter, pendre et enlever se sont clairement déclarés. Publiquement. Internationalement.
      Bien sûr qu’on ne pipe mot pour le Bahrein et autres pays. Le seul intérêt c’est les pipe lines. Pas les gens.
      Les Syriens ont voté une nouvelle constitution, dont personne ne parle en occident, et éliront bientôt leurs représentants. Personne n’en parle non plus.
      Le compte rendu des observateurs de la Ligue Arabe a été passé sous silence. Alors 250 ou 300 ou 1000 observateurs, si on passe sous silence ce qu’ils constatent, ce sera pareil ?
      Pas cette fois.

      Ca ne me paraît pas si complexe que ça, cette situation.
      A qui profitent les crimes ? A Israël certes, et à qui d’autre aussi ?

    • l'ingenue dit :

      Tout à fait Freeman.Mais c’est difficile de se faire entendre au pays des sourds et aveugles .Facile d’accuser Bashar de tout les maux de la societé syrienne ou d’etre le docteur Hyde and Jeykell.Mais derriere certain opposant n’y a t il pas de dictateur en puissance
      cordialement

    • Merrick dit :

      La sécurité d’Israël est un leurre. C’est une conte crée pour la victimisation, etc.
      C’est pour cela qu’Israël ne veut surtout pas voir un pays musulman se développer et s’intellectualiser (Ex : retour de l’Irak à l’age de pierre), de sorte qu’elle (Israël, seul pays « démocrate » et « moderne ») ne soit entourée que de pays peuplés de sauvages fanatiques.

      • mécréante dit :

        « Israël ne veut surtout pas voir un pays musulman » plutôt pays arabe !
        l’Irak était laïque (il ne l’est plus avec leurs allah akbar sur le drapeau)

    • machiavel dit :

      Vous avez raison freeman de rappeler ce que InfoSyrie ne cesse de dénoncer comme de la désinformation venant des médias à la solde de l’entité sioniste et des puissances qui la soutiennent.Et vous avez bien fait d’attirer l’attention,notamment de ceux qui ne veulent pas voir la vérité en face,sur la « folie soudaine » qui « prend » le Président El-Assad et l’Armée arabe syrienne « de tirer » sur le peuple syrien, voire « de procéder » à des rituels d’abattage en série et au couteau,sur fond de psalmodies et d’invocations de la bénédiction divine pour ces sacrifices bien terroristes.C’est tout simplement hallucinant de croire à ce dérèglement de l’Etat à ce point.Mais,le terrorisme est très mobile vous savez,que ceux qui nient les réalités aujourd’hui,se verront un jour touchés par cette vague terroriste aveugle qui avance à pas de géant,et là on verra!

    • Mafalda dit :

      « S’il y a une règle, elle doit s’appliquer à tous ».

      La règle c’est justement que ce n’est pas la même règle pour tous. Voici quelques règles du jeu:

      Ceux qui luttent contre l’occupation ou le bombardement de leur pays par les soldats de l’OTAN ou de leur allié Israel, on les appelle terroristes.

      Si un régime non allié de l’OTAN ne bombarde pas sa population civile, on l’accuse quand même de le faire, accusations amplement relayés par les grand médias des pazs de l’OTAN.

      Ceux qui veulent renverser des régimes alliés à l’OTAN et/ou à Israel, on les appelle aussi terroristes et on appelle à leur désarmement.

      Ceux qui veulent renverser des régimes non alliés de l’OTAN (qualifiés alors d’hostiles) on les appelle rebelles, révolutionnaires, combattants pro-démocratie ou combattants de la liberté (au choix), et il est légal de leur envoyer des armes

      Si des civils meurent victimes des force de l’OTAN, et quelle que soit leur quantité, on les appelle des « dommages collatéraux ».

      Si des soldats de l’OTAN torturent des prisonniers, les humilient en les photographiant nus dans des positions humiliantes, s’ils pissent sur les cadavres de leurs adversaires ou s’ils s’amusent avec leurs restes, on déclare que:
      1- Ce ne sont que des cas isolés qui sont contraires aux valeurs de l’armée à laquelle ils appartiennent.
      2- On annonce la formation d’une commission d’enquête.

      Si la presse a vent de massacres délibérés de civils commis par des soldats de l’OTAN, on fait la même chose que pour le point précédent, mais en plus on déclare que c’est un seul soldat qui a commis le massacre et qu’il est fou.

      Si des éléments armés massacrent des civils dans un pays où le régime n’est pas allié de l’OTAN, on accuse le régime de les avoir massacrés.

      Si des civils meurent dans un pays dont le régime n’est pas allié de l’OTAN, on dit qu’ils ont été tués dans des manifestations pacifiques par les soldats du régime.

      Si un pays appartient à l’OTAN ou est allié de l’OTAN, il a le droit de ne pas faire partie du TNP et de fabriquer des armes nucléaires.

      Les non alliés de l’OTAN n’ont pas le droit de fabriquer l’arme nucléaire et, même s’ils sont dans le TNP, ne peuvent pas jouir des droits qui leur sont reconnus dans le cadre du TNP, et les pays nucléaires de l’OTAN ou alliés de l’OTAN ont le droit de les menacer militairement, même avec des armes nucléaires

      Etc, etc,

      J’appelle les lecteurs d’infosyrie à m’aider à finir les règles du jeu, parce qu’il ¨reste encore beaucoup à ajouter.

    • L17 dit :

      @ freeman

      Cher ami internaute

      Vous avez très bien compris ce qui se trame, ce que la « Communauté internationale » manigance contre le Peuple Syrien et son Président Bachar Al-Assad : il n’est pas subitement devenu fou au point de faire tirer les soldats de l’Armée syrienne sur des manifestants pacifiques.
      Lorsqu’il s’agit de la situation en Syrie depuis un an, il faut préciser le sens des mots employés.

      « Communauté internationale » = USA, France Grande-Bretagne et UE, Canada, Turquie (Erdogan), Qatar, Arabie Saoudite, leurs satellites du Golfe, et Israël.
      Les autres pays du monde : Chine, Russie, Inde, Afrique de Sud, Maghreb et les autres Pays Africains, ceux d’Amérique du Sud et de l’Asie, etc…. ne comptent !

      L’Armée syrienne n’est pas composée de milices ou de mercenaires, mais de soldats syriens : ils payent un lourd et sanglant tribut, en défendant leur pays non pas contre des « manifestants civils et pacifiques désarmés » mais contre les terroristes de l’ASL armés, entraînés et encadrés par des services secrets étrangers (dont la France de Sarkozy et autres) : cela est devenu un secret de Polichinelle. Cela s’est passé de la même façon en Libye : Hélas l’OTAN, ayant violé la Résolution 1973 dès le premier jour de la mise en application de non survol de leur pays par les Libyens, a détruit tout et fait des milliers de morts au moyen de ses imparables « frappes chirurgicales ». Cf. http://salam-akwaba.over-blog.com/article-mars-2011-l-otan-agresse-la-libye-aube-de-l-odyssee-79151066.html

      http://salam-akwaba.over-blog.com/article-libye-fin-de-l-operation-predateurs-unifies-de-l-otan-88007194.html

      Bachar Al-Assad n’aurait pas tenu, depuis bientôt plus d’un an, si dans l’ensemble le Peuple syrien ne l’avait pas soutenu (de nombreux témoignages ont été rapportés sur ce site et
      sur http://www.sana.sy/index_fra.html ). Les réformes entreprises ont été approuvées par les Syriens qui ont voté massivement OUI au referendum sur la nouvelle Constitution le 26 février 2012.

      Comme dans tous les pays, rien n’est parfait. Au début des troubles il y a eu des manifestations qui auraient dû rester pacifiques, mais elles ont aussitôt été récupérées par des gens extérieurs ; ces provocateurs avaient pour mission de faire dégénérer les mouvements de contestation légitime en violences incontrôlables…

      Dès Avril 2011 (Deraa) une religieuse de Syrie a témoigné à ce sujet :
      http://www.chretiensdelamediterranee.com/article-temoignage-exceptionnel-d-une-religieuse-sur-la-situation-en-syrie-72730959.html

      Quoiqu’il en soit, la Chine et la Russie, et ce ne sont pas les seuls pays qui œuvrent pour un Monde multipolaire contre l’hégémonie US (Sion, et leurs satellites, le bloc BAO), renouvellent leur soutien à la Syrie et à son Président.

       3 articles SYRIE sur http://salam-akwaba.over-blog.com/

      * Actualités de la Crise syrienne – Mises en garde de Sergueï Lavrov le 17 avril 2012

      * SYRIE 2012 ou « La Conjuration » de Francisco de Goya (1746-1828)

      * Veto de la Chine et de la Russie pour en finir avec les ingérences du BAO en Syrie

      Le maintien de la souveraineté de la Syrie est un enjeu vital, non seulement pour les pays voisins mais pour la paix du monde.

      Le Président Syrien a le mauvais goût aux yeux de ses ennemis et détracteurs de soutenir, les Palestiniens et l’Iran, d’espérer récupérer le Golan volé par Israël, de tenir tête depuis le début des sanctions (en 2004) à cette « communauté internationale » définie ci-dessus.

      Vous voyez juste, Freeman : « Renverser Bachar, affaiblirait à coup sur l’Iran et conforterait la sécurité d’Israel qui est en réalité la finalité de tte ce qui se trame en ce momment »

      La paranoïa d’Israël est incommensurable et sans égale !

      Cordialement

  7. Cécilia dit :

    Merci Louis, très bon article.

    Vous avez bien fait d’attirer l’attention sur ces drapeaux de la Syrie domestiquée, qui les fabriquent, où, comment et qui les financent ?
    Je peux même aller plus loin, quel est leur statut juridique sachant qu’ils appellent à renverser non seulement le régime en place, mais l’État syrien ?

    Dans un pays démocratique comme la France, GB ou USA, sera-t-il permis de remplacer le drapeau national par un autre par l’opposition ?

    Le gouvernement syrien doit sortir une loi qui condamne ceux qui les portent.

    • machiavel dit :

      Dans toutes les lois pénales,le drapeau national,l’hymne et la nature républicaine ou autre du régime sont des lignes rouges dont les atteintees sont punissables.En tous cas,la description détaillée du drapeau national syrien est solennellement consignée dans la constitution syrienne.Pour ce qui est de ces bandes armées et ces pseudo manifestants de l’opposition qui arborent le drapeau à trois étoiles,ceux-ci sont à la base,en rupture avec l’Etat syrien et avec ses lois et donc condamnables .

  8. betehem dit :

    Sur-enchère de Ban Ki Moon. Pourquoi pas mille ?
    J’aimerais une surenchère d’informations sérieuse dans nos médias sur ce que diront les observateurs
    Ca changerait un peu.

  9. Merrick dit :

    Si Ban Ki-moon s’oriente vers plus d’observateurs, j’imagine que ses maitres otanesques doivent y trouver un intérêt et ont déjà élaboré une stratégie (manifestation « spontanée » des opposants, etc) !

  10. betehem dit :

    Hors propos : c’est pour ça qu’on a interdit la pub sur les chaînes d’état françaises ? Pour leur couper les vivres ? Pour obliger les journalistes a lire sagement et front bas les fiches que le gouvernement leur imposait ?
    Dites-moi que je ne suis pas parano.
    Je vote pour la liberté de la presse !
    Pour la séparation des trois pouvoirs, pour l’indépendance des trois pouvoirs. Pour le respect de notre constitution et de notre démocratie.

    • betehem dit :

      La loi, ce n’est pas une accumulation de décrets administratifs. Comme l’a dit un des commentateurs.
      La loi est première. La constitution est première.
      L’administration n’a pas à réglementer la vie des citoyens avant même le Parlement.
      N’oublions pas les législatives.
      Remettons les administrations à leur place : gérance, non direction.

  11. l'ingenue dit :

    Voici un commentaire lu sur facebook pour les arabisants
    Hamzeh Kamohy ياأشرف الناس ياأهل الشهيد قسما برب السموات والأرض قسما بالخالق العظيم لن ننسى لن ننسى لن ننسى والأسد قائدنا والنصر حليفنا والرب حامينا
    لن ننسى حقد الإرهابيين
    لن ننسى غل السلفيين
    لن ننسى نجس الإعلاميين
    لن ننسى تحريض التكفيريين
    … لن ننسى حقارتك ياحبش
    لن ننسى من لقبورنا نبش
    لن ننسى من لأجساد شهدائنا نهش
    لن ننسى من قتل جنودنا ببطش
    لن ننسى من ذبح اطفالنا كالوحش
    … لن ننسى من دمر ممتلكاتنا كالطرش
    لن ننسى من قدم وطنه للامريكين فداء كالكبش
    لن ننسى من لفورد كان الورود قد فرش
    لن ننسى من لشهدائنا أطرافه كان قد بتر
    وجعل اهلهم عليهم في عسر
    بعد أن أتعبهم من الصبر ماكثر
    وكان بخاطرهم قد كسر
    لن ننسى من لإميركا وطننا قد وهب
    لن ننسى من لإرزاقنا كان قد نهب
    لن ننسى من أشعل في أملاكنا اللهب
    لن ننسى من ضحى بروحه
    لن ننسى من حمى الوطن بجروحه
    لن ننسى من أنار لنا الدرب بدمه
    لن ننسى من حمى لنا الوطن بجسده
    لن ننسى من جعل الوطن قضيته
    لن ننسى دموع الاطفال الطاهره
    لن ننسى الأمهات الثكالى والزوجات الأرامل لن ننسى دموعهم وصيحاتهم
    لن ننسى آلامهم وعذاباتهم

  12. lafleuriel dit :

    Rigolo, Juppé-Sarkozy affirment avec les mêmes mots (des clowns clonés) que la Russie et la Chine devront bientôt sortir de leur isolement et Sarkozy Juppé eux,font comme si ils ne vont pas devoir méditer sur leur isolement après ce qui va se passer dans si peu de jours dans les isoloirs.
    Et Clinton pour le renforcement des mesures qui ne toucheront que le le peuple syrien, sans doute en pensant qu’on ne voit pas le scandale qui enfle pour les traitements iniques que ses soldats réservent au peuple afghan; Avec les tortures en Irak, les tortures en Afghanistan, les photos dégradantes dont se régalent ces « défenseurs bien armés de la démocratie et des droits de l’homme auto proclamés et selon Bush, l’humanité des  » amis du peuple syrien » se dévoilent et on peu y ajouter , le décollement au sabre des têtes indésirables en Saoudie et la promenade des cadavres au-dessus de Ryad !

    • machiavel dit :

      En dehors de ces clowns de la politique internationale,rien n’existe;ils sont le centre du monde,ils isolent qui ils veulent et distribuent ainsi des bons et des mauvais points à qui ils veulent.Ce narcissisme démesuré est d’une arrogance vraiment maladive.

  13. machiavel dit :

    Merci Mr Denghien pour ce point de presse très clair sur l’évolution de cette mission d’observateurs onusienne en Syrie.Comme vous dites,les provocations continueront et iront même de plus belle,mais la caravane passe et les autres peuvent toujours aboyer à qui veut les entendre.

  14. Mohamed Ouadi dit :

    Le président du CCNS : la conférence des « Amis de la Syrie » à Paris vise à exercer des pressions sur Damas

    Hassan Abd El-Azim, le président du Comité de coordination nationale syrienne opposant a affirmé que la conférence des « Amis de la Syrie », tenue vendredi à Paris, vise à soutenir l’initiative de l’émissaire international Kofi Annan et à exercer des pressions politiques sur le régime syrien.

    « Tant que la crise syrienne continue et que la violence persiste, le peuple syrien souffrira et les tentatives internationales pour s’ingérer dans les affaires syriennes ne cesseront pas », a déclaré Hassan Abd El-Azim, dans un entretien à Alintiqad.

    « Il est le temps de répondre aux demandes populaires comme la liberté et la justice au sein des circonstances exceptionnelles vécues aujourd’hui en Syrie », a-t-il poursuivi.

    Le président du Comité de Coordination Nationale syrienne a estimé qu’aussitôt que la crise sera résolue, la voie sera bloquée devant les parties internationales qui s’immiscent dans la Syrie sous le prétexte de la quête de la démocratie. Ainsi tous les problèmes et les complications seront résolus, selon ses termes.

    Sur le même plan, M. Abd El-Azim a qualifié sa dernière visite en Russie de « réussie ». Il a souligné que les « amis russes sont d’accord sur la vision politique et les revendications du Comité de coordination, qui adoptent une issue nationale correcte pour la crise actuelle, avec les moindres dégâts et dépenses ».

    M. Abd El-Azim a également assuré que la Russie soutient fortement le plan d’Annan, et réclame le respect des exigences de ce plan, étant la seule issue à la crise et aux conflits internationaux.
    http://www.french.moqawama.org/essaydetails.php?eid=6875&cid=287

    • l'ingenue dit :

      Hassan Abd El-Azim, le président du Comité de coordination nationale syrienne opposant a affirmé que la conférence des « Amis de la Syrie », tenue vendredi à Paris, vise à soutenir l’initiative de l’émissaire international Kofi Annan et à exercer des pressions politiques sur le régime syrien.
      Il a souligné que les « amis russes sont d’accord sur la vision politique et les revendications du Comité de coordination, qui adoptent une issue nationale correcte pour la crise actuelle, avec les moindres dégâts et dépenses ».

      Ceci est en contradiction avec les déclarations de Lavrov ,qui lui estime que la conférence des amis de la Syrie ne vise qu’à saboter le plan Annan.
      Décidément ces opposants jouent sur deux tableaux

      • Souriya ya habibati dit :

        Chère l’ingénue,
        Le jour où Robert Ford, ancien ambassadeur US à Damas, a reçu des oeufs et des tomates au visage, il était sur le chemin de rendre visite à ce Hassan Abd El Azim..
        Chez nous, on dit: « fehmikom kifaya »

        Souriya Allah hamiha

  15. Mohamed Ouadi dit :

    Présidentielle française : Sarkozy en chute continuelle, Hollande en tête (sondage)
    A quatre jours du premier tour de la présidentielle française, deux nouveaux sondages défavorables au président sortant ont été publiés mardi soir (CSA) et mercredi matin (BVA) confirmant une tendance lourde : le socialiste François Hollande serait en tête au premier tour dimanche avec au moins 29 % des suffrages contre 24 à 27 % pour Nicolas Sarkozy (estimation la plus basse depuis son entrée en campagne, le 15 février), à qui il infligerait une défaite cuisante au second tour le 6 mai, avec entre 56 et 58 % des voix.

    Malgré ces mauvais sondages, Sarkozy s’est dit serein : « On a trois jours à attendre, attendons tranquillement », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision BFMTV.
    Le président sortant a tenté de minimiser la signification de ces enquêtes, assurant que celle de CSA, la plus sévère pour lui, était « contradictoire avec toutes les autres ».
    Et de souligner : « Je me suis engagé dans cette campagne comme jamais je ne m’étais engagé ».

    Sarkozy a qualifié la campagne « d’épreuve » tout en assurant qu’il se battrait « jusqu’au bout », mais sans oser annoncer la victoire comme il le faisait encore en meeting il y a quinze jours.

    Beaucoup, y compris dans son camp, n’y croient plus. « Le cœur n’y est pas vraiment », a écrit mercredi Le Figaro, décrivant un président-candidat en apesanteur, bizarrement « détaché et détendu » lors d’une visite de terrain en Bretagne mardi.
    Le quotidien pro-Sarkozy a relevé que « l’apparente hésitation entre deux stratégies (à droite ou plus centriste) lui a fait perdre plusieurs points dans les reports de voix Front national (extrême-droite, 14 à 17 %) ou MoDem (centriste, 11-12 %) ».

    Dans ce contexte, le candidat centriste François Bayrou (crédité d’environ 10 % des voix) a de nouveau refusé d’envisager qu’il puisse avoir un rôle d’arbitre entre François Hollande et Nicolas Sarkozy au second tour.
    « Je n’ai aucune intention d’accréditer par mes déclarations l’idée que ce deuxième tour (Sarkozy-Hollande) serait une fatalité », a-t-il dit.

    Pour sa part, François Hollande se voulait toujours très prudent avant le vote, soucieux de « rassembler » au maximum au premier tour.
    Jusqu’ici, le socialiste a reçu mardi l’appui du Belge Elio Di Rupo, mais aussi celui d’anciens ministres de Nicolas Sarkozy et, selon des proches, celui de l’ancien président Jacques Chirac.
    « Je crois que François Hollande a gagné », a même lancé mercredi matin le député européen écologiste Daniel Cohn-Bendit, évoquant « une volonté d’en finir avec le mandat de Nicolas Sarkozy ».
    http://www.french.moqawama.org/essaydetails.php?eid=6878&cid=287

  16. vilistia dit :

    Publiée le 17 avril 2012 par hussardelamort

    La Turquie, base arrière pour les rebelles syriens-

    vidéo traduction française :

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=WB4w78FuuZk

  17. Mohamed Ouadi dit :

    Syrie : Les conséquences de la résolution 2042
    par Dr. Amin Hoteit

    Mondialisation.ca, Le 19 avril 2012
    arabi-press.com

    Dès l’instant où Mr Kofi Annan a été désigné émissaire international pour la Syrie, il est devenu certain que l’agression ourbano*-occidentale contre ce pays avait échoué et que cette nomination n’était là que pour permettre aux uns et aux autres de reprendre leur souffle, d’éviter encore plus de pertes pour sauver la face, ou tout au moins donner aux perdants un délai de réflexion.

    C’est ce que la Syrie et ses alliés régionaux et internationaux n’ont pas tardé à comprendre. Mais certains pays de ce camp international ont considéré qu’il y avait certainement intérêt à prendre en compte cette mission [prétendument basée sur l'idée d'une « solution pacifique » de la crise qui respecterait l'État syrien et sa souveraineté], pour essayer de faire en sorte qu’elle réponde aux exigences des Syriens et aussi à leurs propres considérations stratégiques. C’est pourquoi, tous ont travaillé à la réussite de cette mission telle qu’elle a été formulée avec prudence et anticipation interdisant toute déviance.

    De l’autre côté, le camp des agresseurs a persisté implicitement à refuser une solution pacifique à la crise [elle lui interdirait l’accès au pouvoir qu’il convoite], mais s’est trouvé contraint de « faire avec » pour des raisons objectives et subjectives. Parmi les moindres de ces raisons, l’incapacité de ce camp à modifier la donne politique, militaire et civile ; surtout depuis que ses gangs armés se sont effondrés sans réussir ni à isoler le gouvernement en place, ni à installer un pouvoir civil malgré la consécration du soi-disant « Conseil National Syrien » qui a déclaré reconnaitre la mission de Mr Annan. Mais cette reconnaissance est arrivée vide de toute signification politique selon les règles du droit international [elle est sans aucune valeur juridique, puisque déclarée par un représentant du peuple non habilité à parler au nom de l’État syrien dont l’autorité et la souveraineté sont officiellement reconnues dans sa région et à l’intérieur de ses frontières].

    1. Par conséquent, chacun de ces deux camps a envisagé la mission de Mr. Annan sous l’angle de ses propres objectifs. En effet, nous voyons d’une part, la Syrie avec l’Iran, la Chine, et la Russie s’évertuer à faire de cette mission un chemin pacifique qui aiderait à sortir de la crise et qui consacrerait l’échec de la conspiration en maintenant la géographie, la souveraineté et la sécurité de la Syrie et des Syriens ; et nous voyons d’autre part, les États-Unis et ses comparses occidentaux, turcs et ourbans s’escrimer à faire de cette même mission une occasion qui gommerait leur échec et qui leur permettrait une nouvelle offensive à travers une stratégie basée sur la supercherie, l’intimidation et le gain de temps. Ce à quoi ils espèrent aboutir comme suit :

    1.1. Profiter du point numéro quatre du plan de Koffi Annan, relatif à la liberté de manifester, pour déclencher des manifestations populaires qui réuniraient des millions d’opposants ; étant donné que les faussaires se sont persuadés que des millions de syriens répondront à leurs appels et qu’à défaut d’une telle réponse spontanée, ils avaient suffisamment d’argent, d’armes et de médias puissants capables d’obliger les gens à sortir de chez eux ; quitte ensuite, à dramatiser le spectacle en l’amplifiant et en l’exagérant au maximum, comme ils en ont pris l’habitude depuis le début de la crise.

    1.2. Terroriser la Syrie par le spectre d’une intervention militaire de l’OTAN avec la Turquie pour fer de lance. Ici, il nous faut pleinement considérer le sous entendu du gouvernement de Mr Erdogan lorsqu’il a déclaré que conformément à l’article V de sa Charte, l’OTAN devait s’acquitter de ses responsabilités et défendre la Turquie menacée par la Syrie ! Bien que cette requête soit visiblement ridicule, il n’en demeure pas moins qu’elle dissimule l’essence même des visées hypocrites de la Turquie et de l’Occident qui, par là, signifient à la Syrie que ses frontières ne concernent pas uniquement la Turquie actuellement mains et poings liés pour de multiples raisons la rendant incapable d’intervenir militairement ; mais que ses frontières concernent autant l’OTAN et ses 27 États, et qu’elle ferait bien d’en tenir compte.

    1.3. Ouvrir la porte du Conseil de sécurité à travers une résolution qui prétendrait renforcer la mission d’Annan par l’envoi d’observateurs internationaux en Syrie mais qui, en réalité, consisterait essentiellement à tenter de garder le dossier syrien à l’ordre du jour des travaux du Conseil, à nommer un observateur permanent comme ce fut le cas du Liban avec les résolutions 425 et 1701, à revenir à une politique de menaces et de durcissement des sanctions, à fixer des délais ou ultimatums ; pour enfin court-circuiter la souveraineté de la Syrie par l’intermédiaire des observateurs, transformés pour la circonstance en une sorte d’organisme chargé de diriger et de contrôler la Syrie en relation directe avec le Conseil de sécurité, lequel deviendrait un organisme de tutelle permettant le contournement du veto russo-chinois.

    2. Mais l’exécution de cette conspiration se heurte à des obstacles qui risquent de la faire avorter de ses 3 fondements cités plus hauts. En effet :

    2.1. Concernant les manifestations, les conspirateurs ont été choqués de constater que le peuple syrien a découvert leur complot, qu’il en est profondément conscient et convaincu, qu’il ne suivra pas leurs attroupements ; et que comme il les a laissé tomber durant les 14 derniers mois, il continuera à le faire au-delà même de la cessation des opérations militaires. Ensuite, sont arrivées les décisions et dispositions de l’État syrien visant à protéger la population de la désinformation et du terrorisme, la mise en alerte des forces armées prêtes à intervenir, et l’imposition d’une autorisation préalable de manifester pacifiquement. Autant d’éléments suffisants pour faire échouer cette manipulation.

    2.2. Concernant la menace d’une éventuelle intervention militaire de l’OTAN, elle était vide de sens avant même que son encre ne sèche ; particulièrement parce que tous ceux qui sont concernés savent que l’OTAN est dans l’impossibilité d’un affrontement militaire direct avec la Syrie, étant donné les erreurs accumulées et son concept actuel d’une stratégie contraire au « hard power ». D’autant plus, que la Syrie n’est pas seule pour l’affronter et qu’il est de notoriété publique que l’appel à la rescousse de la Turquie, sous prétexte qu’elle aurait été agressée par la Syrie, relève d’une flagrante hypocrisie. Tout le monde sait que la Turquie est l’agresseur et qu’elle s’est engagée contre la Syrie dans un grand nombre de crimes répertoriés par le droit international, à commencer par son ingérence dans les Affaires syriennes, puis par son accueil des terroristes et de leurs dirigeants sur son territoire, et enfin par sa complicité permanente avec ceux qui travaillent à y semer les troubles et l’insécurité. Par conséquent, que la Turquie invoque quelques coups de feu tirés par les forces de l’ordre lors d’une poursuite de terroristes entrés par sa frontière avec la Turquie est une piètre excuse qui lui renvoie sa propre accusation.

    3. Nous en arrivons à la manœuvre la plus importante… à la supercherie : le retour au conseil de sécurité ! A ce stade nous nous devons de souligner ce que signifie l’adoption de la résolution 2042 :

    3.1. La résolution 2042 a été adoptée en vertu du Chapitre VI et non du Chapitre VII, comme cela avait été demandé par le dit « Secrétaire général des ourbans » [qui est évidemment l’ennemi de toute idée de sécurité nationale]. Elle est exempte de toute expression qui pourrait être exploitée pour aboutir à des menaces ou des sanctions et consiste, tout au plus, en un vœu pieux invitant le gouvernement syrien à faciliter la mission. Elle constitue une reconnaissance internationale, sans aucune ambiguïté ou confusion possibles, de la souveraineté syrienne exercée par son gouvernement actuel qui est le seul à posséder le droit de négocier avec les pays étrangers pour le compte de la Syrie, sans que nul ne puisse ignorer cette souveraineté ; y compris les observateurs eux-mêmes qui ne pourront entrer en Syrie que sans armes, et avec l’approbation obligatoire de l’Etat syrien.

    3.2. Le camp des agresseurs, qui depuis des mois n’a cessé de dénigrer la légitimité du gouvernement syrien et d’insister sur l’existence d’une révolution pacifique, a été contraint à reculer et a reconnu explicitement par une résolution adoptée à l’unanimité des membres du Conseil de sécurité, qu’en Syrie existe un État et un gouvernement qui fait face à la violence d’actes terroristes commis par des éléments qui lui sont étrangers. Il n’est donc nullement question d’une révolution pacifique comme ils le prétendaient, mais de « groupes armés » et de « violations des droits de l’homme » justifiant un appel à la « cessation de la violence armée ». Toutes ces expressions sont contenues dans la déclaration ; nous y voyons la négation, voire l’annulation de toutes les allégations précédentes qui sont allés jusqu’à parler d’un « régime qui tue son peuple ».

    3.3. Les participants à la Conférence des « Ennemis de la Syrie » à Istanbul, qui ont décrété que « le Conseil de Ghalioun l’istanbouli » était le représentant du peuple syrien, peuvent désormais constater l’effet nul et non avenu de leur décision ; puisque le texte de la résolution ne tient compte que des différents partis de l’opposition syrienne et de l’État syrien. Ce prétendu Conseil National Syrien n’existe donc plus sur la carte de la région et ne représente qu’une infime minorité au sein d’une opposition, elle-même minoritaire.

    3.4. Néanmoins, et malgré tout ce qui précède, nous ne nions pas que la simple adoption de cette résolution constitue une brèche dans le mur dressé face à l’Occident et autour de la Syrie par le véto russo-chinois, deux fois répété. Mais nous y voyons aussi un intérêt pour la Syrie, car cette résolution 2042 pourrait aboutir à une solution pacifique qui serait un gain stratégique et qui confirmerait la victoire de la Syrie contre la conspiration dont elle est l’objet. Ici, il n’est pas inutile d’attirer l’attention sur la vigilance de la Russie qui a fait coïncider l’adoption de cette résolution avec la livraison d’armes, le renforcement du réseau de missiles syrien, et l’envoi de navires de guerre au large des côtes syriennes. En de telles circonstances, ce sont là des décisions qui ont valeur de messages.

    4. Au point où nous en sommes, cette résolution a consacré les résultats d’une étape essentielle de cette violente attaque où les ennemis de la Syrie ont subi un échec civil et militaire venu de l’intérieur du pays, et un revers politique du fait qu’ils n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs par des moyens soi-disant pacifiques. Nous remarquons que c’est justement pour cela que le camp des agresseurs ne peut plus cacher son embarras, tente de faire capoter la mission d’Annan, déclare qu’elle est morte tout en essayant de la mettre à profit uniquement pour gagner du temps, tout comme le souverain du Qatar qui a estimé que ses chances de réussite étaient aux alentours de 3%. Pourcentage évidement ridicule, qui illustre le vœu de celui qui l’a calculé et qui semble user désormais d’une balance en or massif lui permettant d’estimer le pourcentage des espérances. C’est pour cela qu’il faut nous attendre à ce que le camp des agresseurs puisse :

    4.1. Pousser vers une escalade de la violence et du terrorisme en Syrie, perpétrer des crimes et des attentats, faire saigner l’Etat pour tromper sa vigilance et amener les forces de sécurité à répondre ; pour ensuite l’accuser comme unique responsable de la violation du cessez-le-feu, ce qui justifierait le renvoi du dossier syrien devant le Conseil de sécurité afin « de prendre des mesures supplémentaires si nécessaire », tel que stipulé dans le texte de la résolution 2042.

    4.2. Intensifier les capacités militaires des gangs armés par la contrebande d’armes et de munitions vers la Syrie.

    4.3. Augmenter la pression pour amener la population à manifester, avec l’espoir que les manifestants puissent se heurter aux forces de sécurité qui seront tenues pour responsables du non respect du plan de Kofi Annan.

    En résumé, nous disons qu’après la résolution 2042 du Conseil de sécurité, cette étape de la scène syrienne a consacré une nouvelle équation internationale établissant un nouvel équilibre international. Elle a aussi confirmé la capacité de la Syrie et de ses alliés à faire face à l’agression dont ils sont sortis victorieux tous ensemble, mais la voie est désormais ouverte pour une nouvelle étape.

    Dr. Amin Hoteit
    18/04/2012

    Article original : Arabi Press
    http://www.arabi-press.com/?page=article&id=32436

    *Ourbans : désigne ici les arabes alliés de l’OTAN

    Article proposé et traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal (Biologiste)
    le 19/04/2012

    Le Docteur Amin Hoteit est libanais, analyste politique, expert en stratégie militaire, et Général de brigade à la retraite.
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=30407

  18. suchite dit :

    pourquoi les tunisiens et les égyptiens ont garder leur drapeau?
    alors que pour la Lybie et la Syrie ont veulent changer leurs drapeaux?
    N’ est ce pas une preuve de la main étrangère dans ces troubles?
    Est ce la difference entre une revolution populaire et une revolution armee?

    • Cécilia dit :

      Excellente question, sucitte, d’ailleurs je me suis toujours posée cette question et faisant cette comparaison !
      Même l’Irak après Sadam a refusé de changer son drapeau.

      La réponse, tu l’a dite toi-même !

      • mécréante dit :

        L’irak n’a pas changé son drapeau ?

        • Cécilia dit :

          Non, l’Irak n’a pas changé son drapeau.
          Juste après l’invasion américaine, USA et traitres ont proposé un autre drapeau, mais refusé par le peuple irakien que tout le monde sait patriote. Ensuite, il y a eu la tentative d’effacer le mot « Allah Akbar » écrit par Saddam sur le drapeau, également refusé. Donc, le drapeau irakien est une continuité de celui de Saddam.
          Vive le peuple irakien patriote et résistant !
          A bas les traitres !

  19. Cécilia dit :

    HOMS

    Quartier al-Qussour sous le contrôle de l’armée arabe syrienne, jeudi 19 avril

    D’après le correspondant de l’agence Shukumaku à Homs, une source d’un haut responsable militaire, l’armée arabe syrienne a déclaré le quartier al-Qussoura « une zone de sécurité nettoyée de toute présence armée ».

    D’après Shukumaku, plusieurs quartiers à Homs souffrent de présence des bandes armées, notamment al-Nuehah et Akramah.
    D’autre part, des obus de mortiers sont tombés sur ces deux quartiers sans faire de victimes. Par contre, dans le quartier al-Sabil, deux civiles ont été touchés et six autres touchés par de Sniper dans le quartier de Bab Sbaa et un autre dans le quartier al-Khadir.
    Un autre sniper a essayé de tuer le vétérinaire, Nazih Machhour, près de l’hôpital Nazih Ibrahim, mais ses jours ne sont pas en danger

    D’autres quartiers comme al-Khaldyeh et al-Warcheh connaissent des attaques régulières et intensives contre les barrages de service de l’ordre ce qui a poussé ces derniers à réposter. Les échanges du tire se poursuivent depuis l’aube.

    Au Qsair, les échanges de tires continuent de plus en plus forts entre les bandes armées et le service de l’ordre dont deux membres ont été touchés tandis que l’armée continue son avancés sur le terrain où elle a pu libérer plusieurs endroits et en prendre position comme celui al-Nabi Mando qui est à présent sous le contrôle de l’armée syrienne.

    Article de Shukumaku du 19 avril, traduit de l’arabe par Cécilia pour infosyrie, le 19 avril et ci-dessous le lien :

    http://www.shukumaku.com/Content.php?id=45312

  20. Djazaïri. dit :

    A quand des observateurs de l’ONU à Gaza? Chiche mr Juppé!

  21. Miguel dit :

    je seulement adhere a la si prostitué liberté d’ expression , mes propos et mes points de vue sont pas agrumenté des insultes . je suis desolé mais c’ést ma pensé