• Actualité
  •  

Les réactions des deux fronts internationaux opposés sur la Syrie sur le massacre annoncé de  sont rigoureusement antagonistes. Depuis Istambul où elle préside de fait l'énième sommet des Amis de la Syrie, Hillary Clinton commande à Bachar de "quitter la Syrie" non sans avoir préalablement "transféré son pouvoir" (à qui ? à l'émir du Qatar ?). Et de son côté le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch a déclaré que ce nouveau massacre était "une provocation odieuse". Moscou [...]



Massacre de Mazraat : la Russie dénonce une « provocation » (de l’opposition)

Par Louis Denghien,



À Istambul, Hillary C. met le monde en garde contre l'extension d'al-Qaïda (sauf en Syrie)

Les réactions des deux fronts internationaux opposés sur la Syrie sur le massacre annoncé de  sont rigoureusement antagonistes. Depuis Istambul où elle préside de fait l’énième sommet des Amis de la Syrie, Hillary Clinton commande à Bachar de « quitter la Syrie » non sans avoir préalablement « transféré son pouvoir » (à qui ? à l’émir du Qatar ?). Et de son côté le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch a déclaré que ce nouveau massacre était « une provocation odieuse« .

Moscou ne peut plus croire les « informations » made in West

On nous permettra de nous appesantir sur la réaction russe , plus intéressante compte tenu du contexte que les monotones anathèmes de la diplomatie américaine. Car Loukachevitch précise évidemment son propos : « Il ne fait aucun doute que certaines forces recourent à des provocations atroces et odieuses afin de torpiller la mise en oeuvre du plan de paix de Kofi Annan ». Bien évidemment, dans la bouche d’un haut-responsable de la diplomatie russe, ces « certaines forces » désignent des opposants radicaux aux régimes, toujours ces groupes armés obéissant ou pas au CNS et à l’état-major de l’ASL mais agissant en tous cas pour susciter et une guerre civile, et une mise en accusation du régime.

Bien évidemment aussi, Moscou – et pas mal de monde à sa suite – ne croit pas à la version OSDH et donc officielle en Occident de cette tuerie, pas plus qu’elle n’a cru à la responsabilité du régime et de ses épouvantails chabihas dans celle de Houla. En tous cas, elle pratique la suspicion légitime envers cette communication du mensonge ou de l’info invérifiable, qui enclenche aussitôt une diplomatie du mensonge et de l’ingérence. La cassure est nette et irrémédiable sans doute entre les deux blocs, sur la Syrie et d’autres sujets.

Il faut dire que la couverture pro-occidentale de ces événements ne s’arrange pas aiment, déontologiquement parlant. Ainsi l’AFP tend son micro à des témoins pro-opposition  : un certain Laith, interrogé par téléphone, raconte le massacre perpétré selon lui par les chabihas-alaouites-bacharistes « d’une voix tremblante« . Jusque-là, l’AFP est dans son droit et son rôle, même si ce témoignage est invérifiable (l’agence le signale d’ailleurs prudemment). Mais comment ne pas hausser les épaules quand un autre accusateur, un militant d’opposition de Hama se présentant sous un faux nom (dixit l‘AFP) explique que les victimes n’étaient pas connues pour être proches de l’opposition, mais que, justement, « les gens qui ne prennent pas parti sont une cible du régime, car celui-ci ne sait plus quoi faire pour arrêter la révolte ». Lumineux ! Bachar et et le régime étaient déjà accusés part l’opposition d’organiser des attentats à la voiture piégée contre leurs propres institutions à Damas et Alep, et voiulà maintenant qu’ils massacrent les neutres et attentiste pur les empêcher de rejoindre l’opposition. Mais jusqu’à quand les médias français recueilleront-ils pieusement ces absurdités de propagandistes mythomanes ?

Alexandre Loukachevitch - et donc Vladimir Poutine - ne croit pas à la responsabilité de Damas dans les massacres de Houla et de Mazraat

Il va falloir choisir entre Bachar et al Qaïda, Miss Clinton

Revenons au bloc occidental et sa plus « haute expression diplomatique », Hillary Clinton. À Istambul, en ouverture du sommet des faux amis de la Syrie, la secrétaire d’État américaine a mis en garde les participants contre al-Qaïda, dont la menace, dit-elle, est devenue « géographiquement plus répandue« . Ce n’est rien de la dire, chère madame : al Qaïda est déjà à l’oeuvre en Syrie, car elle aussi travaille – à sa manière plus franche que le Pentagone – au renversement et à la subversion de la Syrie nationaliste et laïque. Ce n’est pas polémique, c’est une donnée objective. Ne nous lassons pas de rappeler que le sommet de la hiérarchie militaire américaine a justement mis en garde l’administration Obama contre l’infiltration de l’organisation de feu Ben Laden en Syrie, et au sein des groupes radicaux armés (voir notre article « Avec ou sans drones, les Américains sont impuissants », mis en ligne le 20 février). Ces mises en garde de Miss Clinton quant au danger djihadiste – ailleurs qu’en Syrie – n’en ont que plus de sel !

Restons encore un peu à Istambul : nous avons tout récemment publié un article à propos d’analyses évoquant un possible revirement, ou un adoucissement, de la politique turque à l’égard de Damas (voir notre article « La direction turque cherche-t-elle une porte de sortie ? », mis en ligne le 5 juin 2012). Pour le moment, on ne semble pas encore en être là, le ministre des Affaires étrangères, d’Erdogan avant que d’être celui de la Turquie, Ahmet Davutoglu, s’étant montré plus menaçant encore à cet égard que sa supérieure américaine. Davutoglu a procédé par allusions, envisageant, en cas d’échec de la diplomatie, que la Turquie « réfléchisse » à d’autres scénarios vis-à-vis de son voisin. Non, de ce point de vue, l’attitude de la direction AKP ne change pas vraiment. C’est toujours ce « retenez-moi où je fais un malheur » d’une diplomatie de provocations verbales et politiques, mais qui « cale » toujours devant le passage à l’acte. On pouvait accorder une oreille attentive à ces menaces au début de la crise, mais, les mois passant, elles deviennent ridicules.

Pour justifier son ton, Davutoglu invoque des « principes », dont celui de la protection des populations civiles : c’est au nom de ce principe-là que le gouvernement Erdogan a laissé sa zone frontière se transformer en base arrière de l’ASL, dont les commandos contribuent médiocrement à la « protection des populations civiles syriennes« . Et ne sont pas pour rien dans l’afflux de 20 à 25 000 réfugiés syriens en Turquie, où ils créent d’ailleurs des tensions avec la population autochtone, plutôt pro-syrienne.

Mais qu’attend donc le pouvoir islamiste « modéré-européen » turc ? Il aura l’appui, diplomatique sinon directement militaire,  des Américains et Européens, et bien  sûr celui des monarchies du Golfe, s’il franchit le pas et la frontière. Oui mais voilà : il y aura quand même l’armée syrienne à affronter ; pas mal de Kurdes turcs ou syriens ; pas mal de Syriens non kurdes. Il y aura aussi beaucoup de Turcs dans la rue, toute l’opposition à Erdogan critiquant durement sa politique pro-américaine et anti-syrienne. Et il y aura des sanctions russes et iraniennes, économiques et autres.

Erdogan, en dépit de son tropisme néo-ottoman, doit être conscient de ce rapport de force. De cet enlisement diplomatique aussi. On aimerait consulter des sondages d’opinion turque à ce sujet. Le Premier ministre turc  pourrait bientôt voir vraiment s’ouvrir un front politique intérieur.

Manifestation turco-syrienne pro-Bachar à Antioche (février)...

idem à Adana, début juin...

... concert pro-syrien à Antioche, le 15 mai : avec sa politique pro-OTAN et pro-Qatar, Erdogan s'est créé un sérieux problème intérieur



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

43 commentaires à “Massacre de Mazraat : la Russie dénonce une « provocation » (de l’opposition)”

  1. le vrai informateur dit :

    Erreur, la Russie dénonce une «provocation» pour le plan de Koffi Annan.

    • le vrai informateur dit :

      En général*

    • le vrai informateur dit :

      Mais bon, j’ose espérer que ce détail fait partie de la (fausse) ré-information de infosyrie.

      • Si les Russes dénoncent une provocation c’est bien évidemment pour eux une provocation émanant de l’opposition radicale armée, cher Tartuffe !

        L.D. & Infosyrie

        • le vrai informateur dit :

          Pourtant, les russes n’ont pas dit ceci…c’est un ajout de votre part, mais cet ajout ne vient pas de la bouche de la Russie.

          Louis, êtes-vous français ou russe ?

          • Et vous, êtes-vous un crétin ou un atlantiste (ou les deux, le cumul des mandats étant permis) ?

            L.D. & Infosyriehttp://www.infosyrie.fr/wp-admin/edit-comments.php?paged=1#comments-form

          • le vrai informateur dit :

            Je ne connais tes coordonnées pour entrer dans le mode modérateur, mais j’aimerais bien, juste pour avoir le privilège de ré-informer.

            :) :) :) :) :) :)

          • le vrai informateur dit :

            Désolé Louis, j’ai fini à venir sur ton site…les divagations dont tu fait preuve en devient térrifiant….je sais que tu ne crois pas tes dires….mais le chèque doit être alléchant…

          • Dois-je préciser que nous regretterons vos contributions ? (humour décalé)

            L.D. & Infosyrie

          • le vrai informateur dit :

            Je pense que, dans la même lignée que Étudiant, mes contributions peuvent apporter beaucoup à ce site internet, surtout pour remettre en place certains détails «volontairement» déformés par toi pour servir ta propagande.

            Et dans cette optique, nous faisons de la vraie ré-information, contrairement à tes «tartuff» etc. ne le laisse croire.

          • sowhat dit :

            Mais quels détails ? Arrêtez ce petit jeu ridicule. Avez-vous des arguments pour ou contre ? alors exposez-les tranquillement. Mais je permets de rappeler à l’attention du lecteur néophyte que les Infosyriens y comris la rédaction a démonté la plupart de vos falsifications. Et vous venez maintenant dans le 16ème mois de la crise provoquée par la guerre contre la Syrie nous servir pour la nème fois la même soupe et nous opposer vos sarcasmes imbéciles et des pinailleries sur de soi-disant détails. Alors il n’y a qu’une conclusion, vous êtes nul et ceux qui vous mandatent (car je doute que vous fassiez cela à titre bénévole) sont des incompétents et des bras cassés. En plus d’être racistes. Ne manquez pas de leur transmettre nos plus respectueuses salutations.

          • kegan dit :

            Encore un abruti qui s’amène pour insulter Louis, se croire interessant dans sa niaiserie avant de disparaitre;
            En plus on ne comprend pas la moitié de ce qu’il dit, on dirait feu Samuel !!

        • joska dit :

          Depuis quand un intervenant doit venir sur le site critiquer notre cher Louis, qu’il dégage, ce pourri, oui, louis est syrien et toi le faux informateur, qui es-tu? que fais-tu? et où es-tu? Moi suis syrien vivant en France mais quand je vois un imbécile comme toi le mauvais faux informateur, je ne peux qu’imaginer que tu es comme coéquipier étudiant qui ne peut être que toi même!… Surtout lâche nous en peu, et va voir si l’herbe n’est pas plus fraîche et verte ailleurs! Tu nous les casses menues morceaux

          • NO PASARAN dit :

            Franchement, il y a déjà bcp d’articles à lire et à partager… On n’a pas le temps pour ces conneries… Dur dur de lire tous les commentaires…

  2. le vrai informateur dit :

    «À Istambul, Hillary C. met le monde en garde contre l’extension d’al-Qaïda (sauf en Syrie)»
    ………………………………………………………………….

    Il faut aussi se rapeller qu’à l’époque, le régime syrien et Washington avaient collaboré sur cette question.

    • Syrie.Eternelle-سوريا.خالدة dit :

      Allez, informez-nous, nous vous écoutons.

      • le vrai informateur dit :

        Simple: al-quaida est une menace pour le régime, car c’est une radicalisation sunnite. Le régime syrien a contribué avec Washington parce que cette entité était perçue comme une menace par les deux clans(quoi que pour les états-unis, al quaida est plus une sorte de menace-faire-valoir.)

        • Maroquino dit :

          waww moise est là

        • joska dit :

          La faux informateur, tu devrais réviser tes classiques, car apprend que l’épouse du président Bashar est de culture sunnite et originaire de Homs, il n’y a pas de conflit confessionnel mais plutôt, des éléments étrangers, à la solde des pays du golf, et américano-turco,euro,sioniste qui viennent semer le trouble et tuer des innocents en Syrie! et cela n’est pas dû aux non provocations du dit régime

          • ourika dit :

            il y a effectivement un certain manque de culture sur l’origine et la cause de l’existance d’Al QaÎda qui a été créée de toute pièce par les USA… lorsque les mouvements islamistes ont été utilisés pour lutter contre les soviétiques-d’alors- en Afghanistan. Cela est sûr, puisqu’expliqué par des politologues et analystes occidentaux… Paroles d’évangile donc.
            ensuite, pour la culture de ceux qui ne semblent pas bien comprendre et connaître l’histoire de la région et le pourquoi du comment de l’affrontement pays non-alignés et pays alignés (et soutenant par là Al Qaîda, encore, tout en déclarant ne pas le soutenir) je vous renvoie au bouquin de Albert HOURANI « A History of the Arab Peoples ». Même le New York Times l’a trouvé bien. Alors parole d’évangile, il faut le croire. Et présence ou non de Al Assa n’a rien à voir dans ce conflit. C’est politique. Quand donc tous ces petits commentateurs comprendront que la démocratie n’est qu’une façade pour justifier ces interventions étrangères occidentales?

    • AVICENNE dit :

      Et alors ?

      • SORISHARIF dit :

        Il a l’air très intéligent le vrai informateur , ne perdez pas votre temps avec les infosyriens , ils n’ont pas le niveau ; je vous conseil d’aller chez Fayçal Elkassem ,kaifa tarod? kaifa tarod?

  3. jo dit :

    Les bons amis de L’étudiant ont encore fait parler d’eux

    Un enfant est tombé martyrs a Lattaquié sous les balles des rats terroristes

    http://www.sana.sy/fra/338/2012/06/07/423998.htm

    Gouvernorats / Un enfant est tombé martyr et quatre autres ont été blessés par les balles d’un groupe terroriste armé qui avait visé une voiture dont à bord sept personnes d’une seule famille dans la région d’al-Hefeh dans la banlieue de Lattaquié.

    Une source au gouvernorat a fait savoir que le groupe terroriste avait ciblé une voiture transportant le citoyen Khaled Mohammad Cheiboune du village de Jenkil, et sa famille sur la route de Talet Fiq dans la région d’al-Hefeh, soulignant que cette attaque avait coûté la vie à son enfant Mohammad, et fait blesser quatre de ses enfants Inas, Hadil, Yara et Sara.

    Avortement d’un attentat-suicide à Daraa

    Les services compétents de Deraa ont avorté à l’aube un attentant-suicide à voiture piégée bourrée d’une grande quantité d’explosifs au garage d’al-Mahata dans la ville d’al-Sanamein.

    Une source officielle a déclaré au correspondant de Sana que les services compétents s’étaient accrochés avec le terroriste avant qu’il n’actionne sa ceinture explosive.

    D’après la source « Six barils bourrés d’une quantité d’explosifs; estimée à 700 kg ont été trouvés dans la voiture qui a été parquée au garage des minibus Damas-Sanamin et de taxis.

    Un autre terroriste s’est fait exploser dans une voiture piégée à proximité des forces du maintien de l’ordre dans la localité d’al-Hrak à Daraa faisant un blessé parmi les forces du maintien de l’ordre.

    Un groupe terroriste armé assassine un juge militaire à Daraa

    Dans le cadre du ciblage des compétences nationales, un groupe terroriste armé a assassiné aujourd’hui un juge militaire à Daraa et son chauffeur et blessé sa fille.

    Une source au gouvernorat a fait noter que le groupe avait visé par balles la voiture du commandant Bassem Suheil Mustafa dans le quartier de Hettine à Daraa qui est tombé martyr sous le coup avec son chauffeur Hamzeh Hamoura, alors que sa fille Sidra a été grièvement blessée.

    Un groupe terroriste armé cambriole la Direction du transport à Hama

    A Hama, un groupe terroriste armé a cambriolé aujourd’hui la direction du transport dans le gouvernorat de Hama et volé des voitures et des ordinateurs de la Direction.

    Citant une source au gouvernorat, le correspondant de l’Agence Sana a indiqué que /13/ terroristes à bord de voitures ont pris d’assaut la direction après avoir menacé le garder et volé trois voitures gouvernementales et cinq ordinateurs pour prendre ensuite la fuite.

    A Homs, les services compétents ont avorté une tentative d’infiltration d’un groupe terroriste depuis le Liban en Syrie à proximité du village Adlin dans la banlieue de Telkalkheh.

    Citée par le correspondant de Sana, une source du gouvernorat de Homs a souligné que nombre de terroristes ont été blessés alors que autres ont pris la fuite vers les territoires libanais.

    A Idleb, une autre tentative depuis la Turquie vers la Syrie a été avortée par les services compétents à Kherbet al-Joz dans la région de Jesser al-Choughour.

    Selon une source du gouvernorat, les services compétents ont tué trois terroristes alors que les autres ont pris la fuite vers la Turquie.

  4. albert dit :

    Quand on voit hillary clinton peut croire cette femme.
    1992 son mari est élu président des usa,pendant le premier mandat de son mari près de 500 000 enfants Irakiens vont être victimes de l’embargo des usraéliens.

    Cette femme qui n’a rien fait pour les enfants Irakiens peut elle avoir un coeur pour les enfants des autres pays.

  5. jo dit :

    La vieille chouette clinton fout vraiment le traque

    • joska dit :

      jo, vous avez raison la Clinton fait plutôt la traque à la bouteille, elle est bouffie et quand elle s’emmerde, elle envoie des sms à Obama, pour lui dire qu’elle est défaite, ceci a été dit de sa bouche lors d’une conférence de presse à Washington! Bravo la borracha qui est au pouvoir américain dans les affaires étrangères

  6. vilistia dit :

    BHL insulte un représentant russe: « sans commentaire » (Moscou)

    http://fr.rian.ru/world/20120607/194977062.html

  7. Une Tunisienne à Damas

    Puisqu’on doit mourir un jour ou l’autre, autant mourir à Damas. C’est ce que j’ai pensé quand on m’a proposé de faire partie d’une délégation de journalistes et d’activistes tunisiens invités par le gouvernement syrien à l’occasion des élections législatives qui devaient avoir lieu le 7 mai dernier. Car, depuis quinze mois, quand on est syrien, on quitte les siens le matin sans être sûr de les revoir. A peine arrivée à Damas, on me souhaite la bienvenue dans MON pays, la Syrie! Ce n’est que plus tard que j’ai compris que ce n’était pas que de simples mots.
    Je mentirais en disant que je m’attendais à quelque chose de complètement différent de ce que j’ai finalement vu et vécu à Damas. Pour avoir cherché des informations dans la presse alternative, je connaissais l’ampleur de la désinformation qui régnait autour de la Syrie et savais qu’il y avait des groupes financés et armés par des parties tierces qui sévissaient dans plusieurs villes, y semant la terreur et la mort. Ce à quoi je ne m’attendais pas, par contre, fut l’accueil chaleureux que tous les Syriens, qu’il nous a été donné de croiser, nous ont réservé.
    Tous les membres de la délégation ont été surpris de constater l’absence de check-point sur l’autoroute menant de l’aéroport au centre ville. On nous a expliqué plus tard que l’état d’urgence n’avait pas été décrété à Damas, Rappelons qu’il est toujours en vigueur en Tunisie et ce, depuis la « fuite » de Ben Ali.
    Damas
    Damas est une ville où le climat est particulièrement agréable. C’est une mégapole aux avenues larges, aux places gigantesques et aux innombrables parcs et jardins. Mais Damas c’est aussi la plus ancienne ville continuellement habitée, c’est cet endroit du monde qui a vu la naissance des civilisations il y a quelques 10 000 ans. En somme, ce voyage a aussi été, pour nous tous, un retour aux sources.
    La vieille ville arabe, qui se situe sur la rive sud du fleuve Barada, est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle regorge de monuments historiques, dont l’incomparable Grande mosquée des Omeyades. Le dimanche, la mosquée des Omeyades accueille des familles entières. Les enfants gambadent à souhait dans sa vaste cour.
    Un groupe de petites filles rencontrées à la mosquée des Omeyades. Damas ce n’est pas qu’une histoire et une architecture exceptionnelles, c’est aussi une ville où il fait bon vivre. En effet, malgré la situation particulière en raison des attaques menées contre la Syrie, nous sommes frappés par la courtoisie, le calme et la discipline qui caractérisent le comportement des gens. Les Syriens sont naturellement accueillants et il n’est pas rare d’être invité ou de se voir offrir un thé par des commerçants ou des passants. La culture de la résistance est bien ancrée dans la société syrienne: les Damascènes refusent de se laisser vaincre par la peur. La nuit, comme toujours, les endroits publics regorgent de familles. Tout au long de notre séjour, nous avons eu l’occasion de parler avec des commerçants, des chauffeurs de taxi… et nous avons été étonnés par leur clairvoyance politique. En effet, ils ne sont pas dupes de la propagande occidentale. A Damas, les inscriptions telles que « Al Jazeera », « Al Saoud » et « dar Al Arôour » ornent les poubelles publiques. Malgré les difficultés engendrées par les différentes mesures économiques punitives imposées à la Syrie par l’Occident, le drapeau palestinien continue de flotter un peu partout comme pour affirmer que la Syrie ne compte pas changer sa ligne politique et que la Palestine reste une priorité.
    Les élections
    Le lundi 7 mai dernier, les Syriens ont voté pour élire leurs représentants au Parlement. Les élections ont été supervisées par un comité de juristes indépendants et couvertes par plus de 200 médias arabes et étrangers, outre plus de 100 intellectuels et législateurs venus de pays étrangers. Les bureaux de vote sont restés ouverts de 7h à 22h. Soudain deux explosions!
    Nous sommes le 10 mai et il est 7h45 du matin. Des terroristes font exploser deux voitures sur la voie rapide du sud, dans le secteur de Qazzaz. Les deux explosions frappent une zone peuplée et surviennent à une heure où les gens se rendent à leur travail et les élèves à l’école. Cette opération terroriste fait 55 morts et 372 blessés. Nous sommes à l’hôtel et tout le monde regarde les infos à la télé. Les images défilent en boucle montrant des corps carbonisés à bord de dizaines de carcasses de véhicules encore fumantes.
    La fumée des deux explosions était visible à plusieurs kilomètres et après plusieurs heures. Des attentats terroristes il y en avait déjà eu à Damas, mais nous étions loin et les Damascènes avec leur discrétion nous les avaient presque fait oublier. Maintenant nous étions parmi eux et nous ressentions leur douleur et leur colère. A partir de ce jour, nous fûmes incapables de nous promener dans les rues avec insouciance. Cinq jeunes étudiants qui habitaient le quartier où nous résidons, avaient péri durant le double attentat, alors qu’ils se rendaient à la faculté. Un peu de mon sang pour expier la faute de ceux qui ont fait couler le vôtre! Après l’attentat, je décidai de faire don d’un peu de mon sang. Je savais que des Tunisiens étaient responsables de la mort de Syriens et que le gouvernement tunisien continuait à soutenir le camp des ennemis de la Syrie. Et donc mon sentiment de culpabilité envers la Syrie et les Syriens n’était pas étranger à cette décision. Quelle ne fut ma surprise quand j’appris que le don de sang était obligatoire en Syrie (ailleurs les gens vendent leur sang ou l’offrent en échange d’un repas). Le centre de transfusion sanguine dans le quartier de Mezzah, était donc plein de jeunes étudiants, et je me sentis un peu inutile, malgré l’accueil chaleureux auquel j’eus droit, encore une fois, en révélant ma nationalité.
    Nous quittons la Syrie La veille de notre départ, deux jeunes conduisant une moto tirent deux balles sur l’imam chiite de la mosquée de Sayda Roqaya, le cheikh Abbas al-Laham et le tuent.
    Le lendemain, je quitte la Syrie avec le sentiment d’avoir reçu de la part des Syriens un cadeau inestimable: la certitude que eux et nous sommes des frères et que rien ni personne ne pourra jamais changer cela. Pas même les intégristes de tous bords; pas même le pire ennemi de tous les peuples et en particulier du nôtre, l’empire états-unien; pas même les « révolutionnaires » de l’Otan; pas même l’entité sioniste, bourreau de notre peuple en Palestine.
    Je quitte la Syrie avec la certitude d’avoir fait le bon choix: le camp de mon peuple, où qu’il se trouve, et non celui de ses adversaires. Je quitte la Syrie plus déterminée que jamais à me battre de toutes mes forces et à utiliser toutes mes ressources, aussi modestes soient-elles, pour faire entendre la voix de tous ses enfants.
    Je suis tenaillée par la peur et l’inquiétude, mais je sais que le peuple syrien est fort. Il résistera comme à son habitude. Ce peuple qui a donné sans compter quand nous Irakiens, Libanais, Palestiniens et autres Arabes, avons eu besoin de lui, ne sera jamais seul. Nos sorts sont liés. L’espoir: à Damas, même les enfants connaissent le sens du mot « résistance » (as’soumoud).

    Oumeima Selma Krichen

    • hezbollah dit :

      Merci, article très plaisant a lire…malglé la souffrance du peuple Syrien.

      • arnaud dit :

        Merci Oumeima pour ce témoignage poignant.
        Ne pensez pas que le peuple d’Occident est dupe, la manipulation médiatique ambiante n’atteint pas ceux qui cherchent à comprendre.
        Les martyrs tombés pour servir les intérêts d’un petit nombre d’Oligarques occidentaux n’ont pas de nationalité ni de religion, ce sont nos frères.

  8. balpiz dit :

    Message un peu perso. Désolé. Mais ça fait du bien.

    Je suis tombé par hasard dans la marmite internationale, celle où se concocte
    les pires bouillies qu’on puisse avaler et qui tuent par milliers de pauvres zèbres
    qui eux ne demandent qu’à vivre en paix, élever leurs gosses, avoir un boulot, apprendre,
    écouter de la musique, avoir des amis, rire, être en bonne santé, ne manquer de rien,
    prier son Dieu sans craindre pour ses fesses…
    Refaire le monde, ils s’en tapent du moment que la vie est simplement belle et qu’on peut encore lui donner un sens. Cette vie qu’on imagine mal qu’elle ne puisse pas durer éternellement.
    Mais non, on n’aura jamais la paix.

    La barbarie n’est pas là où l’on s’efforce de nous le faire croire.
    Cela n’est pas le monde réel. C’est celui de l’illusion quadrichromique.

    J’ai suivi au jour le jour les événements en Côte d’Ivoire. Puis ceux de Libye.
    Puis de la Syrie, (merci infosyrie)… multipliant les sources non alignées
    On prend progressivement toute la mesure du mensonge, de l’hypocrisie, de la comédie assassine qu’on nous sert en permanence, avec la complicité désarmante des médias.
    On apprend que rien ne se pense ni ne se fait pour le bien de l’humanité… Rien ne les arrête . Ni la démesure, ni l’outrance. Ces gens -là ont un gène tueur. Des destructeurs, qui dépassent par leur talent et de très loin la « cruauté » du monde animal. En somme des monstres,
    en tenue de notables.

    C’est un parcours est initiatique.
    Les gens n’ont en général ni la chance de croiser le doute et de le cultiver, ni la curiosité, ni le temps de voir plus loin, ni l’opportunité d’entreprendre cette escapade qui peut faire de vous un doux dingue aux yeux des voisins et amis. MBD fait bien les choses. Et puis c’est plus confortable que de vivre à contre-courant. L !illusion est berçante…

    Cette petite expérience à travers la Côte d’Ivoire, la Libye (avant après), et la Syrie
    me confronte à une insupportable impuissance, pesante, révoltante, chaque jour réactivée
    au contact des médias qu’on se doit de suivre. La douche surprise. Jusqu’où sont-ils capables d’aller ? Jusqu’où les autres seront-ils capables de gober ? Ca pue de plus en plus… et ils continuent d’avaler… l’odeur est sans doute masqué par le parfum enivrant de la retraite à 60 ans ou de l’augmentation du Smig… C’est sidérant. Et c’est comme cela que les guerres tant désirées tombent comme un fruit mûr.

    Comment retourner une opinion, sans les moyens, sans une force de frappe suffisante ?
    Impossible.

    Alors petit spectateur de la folie et de l’inéluctable. On est un perdant d’avance. On est dans le camp des baisés impuissants, condamnés à l’isolement, à la sourdine et on se réconforte entre nous, portés dans un courant qu’on semble partager… On a sans doute raison, et alors ? Un jour peut-être un pays remportera la bataille. Ca ferait du bien. La Syrie peut-être…

    • sowhat dit :

      « J’ai suivi au jour le jour les événements en Côte d’Ivoire. »

      Moi aussi. Je vous comprends parfaitement. Et pour aller dans votre sens, j’étais atterré de découvrir quels étaient les premiers hommes politiques qui se sont empressés de féliciter Ouattara dès la proclamation des résultats depuis l’Hôtel du Golfe. Des socialistes …

    • salam dit :

      Spectateur peut devenir acteur !
      Il faut descendre dans la rue dire NON à la guerre…
      Cet article est à lire absolument. Je vous donne le lien et surtout la conclusion
      Chantage contre la Russie : les États-Unis promouvoient les massacres pour justifier la guerre contre la Syrie
      http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31304
      La conclusion :
      « La confrontation viendra tôt ou tard et pour ceux qui se demandent pourquoi le monde fut si apathique devant les nazis, une menace direct pour la paix mondiale a posteriori, on nous donne aujourd’hui des sièges de premier rang pour voir comment les États-Unis et le Royaume-Uni, et ceux qui gravitent dans leur orbite, violent de manière exponentielle la souveraineté et la destinée d’une nation après l’autre, aidée en cela par leurs propres populations à l’apathie et à l’ignorance sans bornes. Tout comme l’Allemagne, ce seront ces populations qui paieront le prix ultime pour leur laxisme et leur inaction devant les ambitions hégémoniques brutales et sans scrupules de leurs propres gouvernements. »

  9. nidhal dit :

    il ne faut que les patriotes syriens baissent les bras , ils vivent à quelques nuances pres ce que nous algeriens avons subi durant la decennie noire 1990-2000 ;actuellement la syrie subit d immenses pressions pour ouvrir la voie à l intervention militaire sous couvert du fameux chapitre VII , cest la phase du QUI TUE QUI? etape ultime de la phase criminelle qui est supposee provoquer le chaos et enclencher une guerre civile globale.Dans mon pays cette phase correspondait aux grands massacres de BENTALHA,RAIS ,had chekala, relizane ,beni messous etc et les victimes (femmes, enfants , nourissons ,vieux ) et meme les animaux se comptaient par centaines , tenez bon! resistez ! ALLAH YAHFADKOUM

  10. penséedujour dit :

    Bonsoir,beaucoup d , èmotion à la lecture de vos témoignages,
    je suis originaire d, un pays d afrique centrale pour le moment relativement en paix, mais je me sens concernèe et de tout coeur avec ces peuples d Afrique et moyen Orient actuellement meurtris par des geurres insjustes.

  11. nidhal dit :

    LIRE : il ne faut pas que les patriotes

  12. SORISHARIF dit :

    Pour arrêter les massacres en Syrie , il faudrait moins de réunions du conseil de sécurité ,moins de réunions de l’OTAN et moins de réunions des amis de la Syrie .

  13. Laurent dit :

    Cette femme en haut,en photo, habillée de rouge avec les cheveux tirés en arrière, c’est le mal incarné

  14. Djazaïri dit :

    - à priori, moi je crois que ces massacres sont commis par les islmistes,
    - nous, on a connu cela en Algérie,
    - France-Inter donnais sa version ce matin:
    — bombardement de l’armée syrienne sur un village révolté,
    — vengeance des habitants alaouites des villages alentour sur les civils du village.

    Cela m’amène à la réflexion suivante:
    - l’armée syrienne doit tout faire pour protéger les civils,
    - l’armée syrienne (soldats de base) doivent savoir résister aux provocations.