• Actualité
  •  

Lundi 12 novembre aura lieu en Syrie la première consultation électorale depuis les premières réformes initiées en juillet-août dernier par le président et le gouvernement, et autorisant la compétition de partis d'opposition non inféodés à l'étranger ou à l'extrémisme religieux. Premiers pas De quoi s'agit-il ? D'élire les représentants de la population dans les "conseils locaux" (ou provinciaux). Dans chacun des 14 gouvernorats - muhafazat - syriens, un gouverneur nommé à la responsabilité de toutes les questions administratives, sociales, économiques et sécuritaires [...]



Premier test électoral post-réforme

Par Louis Denghien,



"Carte d'étranger" de résident kurde en Syrie : un document obsolète depuis que Bachar a donné la naturalisation à 300 000 Kurdes de Syrie

"Carte d'étranger" de résident kurde en Syrie : un document obsolète depuis que Bachar a donné la naturalisation à 300 000 Kurdes de Syrie

Lundi 12 novembre aura lieu en Syrie la première consultation électorale depuis les premières réformes initiées en juillet-août dernier par le président et le gouvernement, et autorisant la compétition de partis d’opposition non inféodés à l’étranger ou à l’extrémisme religieux.

Premiers pas

De quoi s’agit-il ? D’élire les représentants de la population dans les « conseils locaux » (ou provinciaux). Dans chacun des 14 gouvernorats – muhafazat – syriens, un gouverneur nommé à la responsabilité de toutes les questions administratives, sociales, économiques et sécuritaires de la province. Ce gouverneur est assisté par un conseil provincial d’effectif variable, mais dont les trois-quarts des membres sont élus par vote populaire, ce pour quatre ans. Le dernier quart étant choisi par le gouverneur et le ministre de l’Intérieur.

Bien évidemment, avant le mouvement de réformes de l’été, le suspense électoral était mince. Combien de candidats indépendants et/ou opposés au pouvoir se présenteront-ils ? Auront-ils eu le temps ou les moyens de faire connaître leur programme et leurs personnes ? Les candidats du pouvoir, du Front Révolutionnaire Patriotique, garderont-ils une assise populaire forte, en bénéficiant, par exemple, d’un mouvement de solidarité des Syriens en faveur de Bachar al-Assad ? Autant de questions dont on espère avoir la réponse dans les jours qui viennent. Et on ne saurait trop conseiller au gouvernement de jouer la transparence dans ce domaine.

Autre question : les activistes réussiront-ils à perturber localement le déroulement de ces élections ? Une participation significative – et des électeurs, et des groupes de l’opposition légale – serait un mauvais signe politique pour eux.

Il faut quand même rappeler qu’outre un climat de tension et de violence entretenu par les radicaux, la vie politique syrienne est affectée d’une longue tradition d’autoritarisme et de contrôle « mopolistique » de la vie politique – tradition et syndrome que connaissent la plupart des pays arabes – et qu’instaurer une démocratie pluraliste, même limitée, est un exercice difficile, qui en tout cas ne peut changer la donne en quelques semaines. Le vrai test grandeur nature, à cet égard, devrait intervenir en février, avec les premières élections législatives post-réformes. Rappelons que le décret législatif organisant les nouveaux processus électoraux porte le numéro 101. Et celui autorisant le nouveaux partis a le numéro 100. Un « Haut comité pour les élections » a, dans le même temps, été mis en place : il regroupe cinq juges, conseillers auprès de la Cour de cassation ; ce comité a délégué des « sous comités » dans chaque gouvernorat, présidés par un juge conseiller auprès d’une cour d’appel.

Autre nouveauté d’importance : le décret 101 autorise la participation et la candidature, à tous les types d’élection, des naturalisés. Bachar al-Assad a en effet accordé en avril dernier la nationalité syrienne à plusieurs dizaines de milliers – 300 000 selon certaines estimations – de Kurdes de Syrie.

On peut donc savoir gré à Bachar al-Assad d’avoir tourné le dos au passé, et tenté le pari de l’ouverture, dans un contexte intérieur et international difficile.



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

64 commentaires à “Premier test électoral post-réforme”

  1. Mohamed dit :

    Et un détail et non des moindres, les électeurs voteront à l’aide de leurs cartes nationales, ce qui est susceptible de limiter la fraude électorale.

    • Syrienne Libre dit :

      Et pendant ce temps :

      Revolution Statistics
      Syrians killed: 5,078
      Children killed: 332
      Females killed: 222
      Injured: +25,000
      Missing: +50,000
      Protestors killed under torture: 177
      Protestors currently incarcerated: +59,000
      Syrian refugees since March: +16,577
      Refugees in Turkey: 10,227
      Refugees in Lebanon: +4,000
      Refugees in Jordan: +2,000

      • Mohamed dit :

        Mensonges et propagandes. Allez voir Al Jazeera, c’est là votre place.

      • NO PASARAN dit :

        Upset syrian : about 23 million !!!

      • sowhat dit :

        des preuves ? aucune

        mais voici une vérité qui ne suscite aucune dénonciation des bien-pensants atlantistes ou de BHL et des élégants piples anti-syriens

        Une Saoudienne décapitée pour sorcellerie

        Une Saoudienne, condamnée à mort pour sorcellerie, a été décapitée aujourd’hui, a annoncé le ministère saoudien de l’Intérieur dans un communiqué, cité par l’agence officielle Spa.

        Amina bent Abdelhalim Nassar a été exécutée dans la province nordique de Jawf, a précisé le ministère.

        La pratique de la sorcellerie est strictement interdite en islam dont l’Arabie saoudite applique une version rigoriste. Cette décapitation porte à au moins 73 le nombre d’exécutions depuis janvier en Arabie saoudite. Le viol, le meurtre, l’apostasie, le vol à main armée et le trafic de drogue sont passibles de la peine capitale en Arabie saoudite, qui applique strictement la charia (loi islamique).

        En septembre, Amnesty International avait appelé le royaume à « un moratoire immédiat » sur les exécutions, en affirmant qu’elles avaient repris « à un rythme alarmant ». L’organisation de défense des droits de l’Homme avait précisé que 140 personnes se trouvaient dans le couloir de la mort dans le pays.

        Selon Amnesty, 27 personnes avaient été exécutées en 2010 dans cette monarchie ultra-conservatrice du Golfe. En 2009, les autorités avaient annoncé 67 exécutions, contre 102 en 2008.

        http://lorientlejour.com/category/%C3%80+La+Une/article/735789/Une_Saoudienne_decapitee_pour_sorcellerie.html

      • Akyliss dit :

        et justement ma chère Syrienne libre, se sont des statistiques, les groupies de Navy pilay ne sont pas sur place pour faire ce décompte, la seule information qui lui arrive de Syrie vient de Londre ! le fameux OSDH qui est le fournisseur officiel de nombre de mort par sattelite…
        ce n’est pas du tout crédible, ne voit tu pas qu’ils cherchent une excuse pour détruire la Syrie ? ne vois tu pas qu’ils n’en ont rien à secouer des civils syriens ?
        crois tu qu’ils vont épargner les civils si un jour ils ont l’opportunité d’attaquer la Syrie ?

        ils te feront encore gober que c’est l’armée qui se planque la ou se trouve les civils et que ce n’est pas de leur fautes car ils ne visent jamais les civils,

        tu sais, c’est toujours la même chanson à chaque attaque contre un pays…

        mais bon, c’est la vie, ça a toujours été comme ça, les gens voient et oublient, les leçons du passés ne servent jamais dans le présent.

        • Syrienne Libre dit :

          Je n’oublie pas et n’ignore pas l’histoire Akyliss, je te le promets.
          Mais crier au complot pour légitimer des dictatures, ce n’est pas mon truc.
          L’avenir nous dira bien si ces chiffres sont vrais ou pas, n’est-ce pas?

          • Akyliss dit :

            tout a fait et j’attends avec impatience le jour ou on saura toute la vérité sur ce qui se passe en Syrie…
            et crier au complot ca ne signifie aucunément légitimer une dictature, encore une fois je te conseil de voir l’histoire de la Syrie depuis le début du 20eme siecle, si on en est là aujopurd’hui ce n’est pas par pur hasard syrienne libre

  2. Mohamed dit :

    Dr Qadri Jamil :
    Si Burhan Ghalioun entre en Syrie, j’intenterai une action en justice
    contre lui pour haute trahison.

    Damas,
    Le secrétaire du conseil du parti de la « volonté populaire », et membre du directoire du comité populaire du « changement et libération », Dr Qadri Jamil, considère que l’union des communistes syriens, s’est transformée en parti de la volonté populaire. Le parti entend jouer un rôle fonctionnel dans la société, où se sont distingués les rôles des partis, après l’explosion de la crise, puisque nous avons trouvé, de même, que le comité national pour l’unité des communistes syriens, possède du crédit auprès des gens, et un rôle actif , à travers ses différentes positions et les réactions y afférentes, et la déclaration du parti fut le premier pas, puisque plusieurs partis présents sur la scène syrienne, le sont seulement de nom, sans aucun rôle actif sur le terrain de la réalité.
    Au sujet du nom « volonté populaire », Qadri Jamil a dit dans une prestation radio, que cette nomination découle du temps du peuple qui veut, qui est notre temps actuel, et selon la nouvelle constitution, le peuple est maître absolu, et qu’il n’y a aucun pouvoir au dessus du pouvoir du peuple, et celui qui diverge avec la volonté du peuple, diverge avec la constitution, la loi et la conscience humaine ; du fait que par son évolution, le peuple est devenu capable de maîtriser le chemin de son développement. Du nom, également, découle un redressement de certains comportements populaires par la conscientisation et c’est de là que nous allons amener le changement. Le problème des forces politiques syriennes est qu’elles se sont coupées de leurs origines et de leurs racines que sont les gens, et ont perdu l’interactivité communicationnelle, c’est pourquoi le parti est devenu une fin en soi, pour eux, et ils se sont enfermés sur eux-mêmes et se sont isolés de la société, comme ils s’éloignent des préoccupations quotidiennes des citoyens, et aujourd’hui dans notre contribution à la révision de la constitution, nous essayons d’inclure une disposition qui oblige à ce que la rémunération soit convenable pour la vie des syriens, et celui qui veut adhérer au parti de la volonté populaire doit être un militant pour la réalisation de la justice sociale ».
    A propos de l’accord syrien d’approbation du protocole de la ligue arabe, Qadri Jamil a dit que la Syrie a donné son accord pour l’approbation du protocole amendé par l’Algérie, et c’est là que la Syrie leur a fait perdre leur prétexte et les a placé dans une position critique, même au sujet de leurs sanctions qu’ils se doivent d’annuler, et pour revenir au dernier congrès, au cours duquel a été annoncée la déclaration du parti de la Volonté Populaire, qui a présenté un programme accéléré pour résoudre la crise et ceci par la formation d’un gouvernement national, à la place du présent gouvernement, envers lequel « nous n’avons aucun grief, mais il ne détient pas de nouvel horizon ni de rechanges politiques et économiques antérieures, au contraire, il en subit les conséquences » et selon l’expression de Qadri Jamil, « nous prions pour le présent », c’est pourquoi la solution est dans un gouvernement national qui a un horizon avec une logique nouvelle pour une syrie nouvelle, et de là l’ouverture d’un dialogue global tous azimuts, mais il faut appliquer les résolutions de la réunion de concertation, et tout particulièrement la libération des détenus ».
    Qadri a poursuivi, « maintenant il y’a un grand appui international à la Syrie de par la Chine, la Russie et les pays de l’ALBA et autres, ce qui a rendu l’intervention militaire extérieure difficile, d’où son remplacement par des conflits intérieurs, qui peuvent durer longtemps à cause du soutien aux mercenaires, de l’extérieur.
    Quant aux récentes déclarations de Burhan Ghalioun , le chef du CNS opposant, Qadri a dit que Burhan présente ses lettres de créances à l’entité sioniste, à qui il dit qu’il va faire ce qu’ils attendent de lui, pourvu qu’ils continuent de le soutenir, parce qu’il ne peut pas obtenir de soutien de l’intérieur syrien, et qui est à mon avis, actuellement dans une mauvaise posture, et que si il rentre en Syrie, j’intenterai contre lui une action en justice pour crime de haute trahison ».
    Et sur son point de vue à propos du coordinateur général de l’instance de coordination nationale, Hassan Abdul Azim et les autres qui ont voyagé à l’extérieur, et qui jusqu’à présent ne se sont pas installé, en dehors de la Syrie, Jamil Qadri a dit que « ils se sont mis dans un endroit suspect, et ils ont cru que l’intervention militaire est sur les portes de la Syrie, j’espère qu’ils vont se ressaisir et se réveiller, car ils sont dans leur majorité, des nationalistes, patriotes, et qu’ils vont revenir à la raison, et j’espère qu’ils feront partie du gouvernement national ».
    Quant aux frères musulmans, Qadri a dit « nous avons beaucoup de mauvais souvenirs avec eux, ils ont tué beaucoup de communistes et ils doivent payer la « dya » (redevance), en premier avant qu’ils ne se mettent autour de la table du dialogue avec nous ; ils sont hors parenthèses au sujet de la Syrie ».

    Article que j’ai traduit de l’arabe, publié sur champress.net, suivant lien :
    http://www.champress.net/index.php?q=ar/Article/view/107655

    • L'étrangère dit :

      Merci Mohamed,
      Permettez-moi de vous laisser le soin de traduire cette petite nouvelle plutôt comique… La barrière de la langue ne devrait pas priver vos lecteurs d’un moment de détente…
      مصادر:حمديّ قطر يتسولان على باب أميركا للفوز بنوبل والكرسي الأميري وعداء سوريا
      http://www.shukumaku.com/Content.php?id=37602

    • Mohamed dit :

      Bonjour l’étrangère,
      Voilà la traduction, en français, de l’article publié sur le site shukumaku, dont vous m’aviez fait posté le lien, ci dessus :
      « Concurrence du Qatar pour le prix Nobel ».
      Des sources fiables, au sein du comité du « Nobel de la Paix », ont divulgué des informations qui affirment que les cheikhs de Doha ont réservé des milliards de dollars pour l’obtention du prix, l’an prochain. Ces sources ont indiqué que chacun des deux Hamad, Hamad bin Khalifa Al Thani, émir du Qatar, et Hamad bin Jassim, premier ministre, mendient sur les portes de Washington et d’Israel pour bénéficier de l’appui de ces deux pays, pour l’octroi du prix Nobel de la Paix, à l’un d’entre eux, étant donné, selon ces sources, que ces deux pays sont très influents au sein du comité chargé de la supervision du Nobel.
      Et selon les sources du site « Al Manar Makdissi », il y’a deux points déterminants dans cette concurrence :
      1/ l’un des Hamad, pour s’octroyer le prix doit descendre l’autre, mais cette lutte va pousser une tierce personne, au sein de la « machiakha »/ Chefferie, avec un appui des renseignements américains, pour descendre les deux, l’émir et son ministre, surtout que les deux Hamed sont périmés, puisque la base de leur désir de gagner le prix consiste à réaliser un avantage pour l’émir de garder la chaîne princière, et pour le ministre de renverser son émir et prendre sa place.
      2/ les sources affirment que l’obtention par l’un des deux Hamad du prix, représente une grande victoire, mêlée à deux succès, l’un sera pour l’obtention du prix et pour garder la chaise princière, et le second succès consiste à gagner l’allégeance au maître américain, pour être inconditionnellement appuyé comme fer de lance dans la réalisation du projet américain colonialiste, au Moyen Orient.
      Les sources ajoutent que les prévisions sont du côté du ministre contre son émir, du fait du rôle important qu’il a joué dernièrement, dans la conduite et la direction des opérations contre la Syrie, sous les ordres américains, ce qui fait pencher la balance de son côté, contre son émir, dont la voix s’est étiolée, au point où des informations qui proviennent de Qatar rapportent son hospitalisation, en attendant un coup d’Etat sur l’aile de la CIA, qui va le renverser, comme il avait fait avec son père, sur l’aile du même oiseau américain.

      • Mohamed dit :

        Prière de lire « chaise princière » à la place de « la chaîne princière », dans le 1er point, même si la chaîne princière, « Al Jazeera » en l’occurrence, ne change rien au fond de l’histoire puisque, c’est la chaîne qui fait la force de le chaise.

  3. NO PASARAN dit :

    On a vu fleurir ces derniers jours des affiches électorales pour les élections du 12 (mais c’était toujours le cas pour ces élections. Malheureusement, les gens ne se sentent pas très concernés par ces élections. Même s’ils veulent aller voter pour montrer que les Syriens veulent voter, ils ne savent pas très bien pour qui…

    Quant aux partis, on voit leurs statuts publiés dans les journaux (c’est obligatoire).

    Je regardais à l’instant un clip de la chanson des révolutionnaires contre les Français. Il y avait des photos, dont une où l’on voyait les principaux chefs révolutionnaires, représentatifs de la mosaïque syrienne !!! Je me suis fait la réflection que ça ressemblait à aujourd’hui… (J’ai particulièrement pensé à toi, Cécilia, je me suis dit que ça t’aurait fait plaisir !)

    Vive l’unité du peuple syrien et l’intelligence et l’humanisme de son président !

  4. sowhat dit :

    voici en quatre parties l’intégralité de l’interview accordée par le président Assad à la journaliste Barbara Walters de la chaine américaine ABC. L’interview a duré près de 45 minutes. La chaine ABC n’a diffusé qu’un montage de 15 minutes

    http://www.youtube.com/watch?v=1Sg_EzxtI0k

    http://www.youtube.com/watch?v=HtrZxtI_FwQ

    http://www.youtube.com/watch?v=Ia85fXb87Xg

    http://www.youtube.com/watch?v=WsG9yPeL57k

    • sowhat dit :

      veuillez m’excuser pour cette erreur : en fait les liens renvoient à la conférence de presse de M. Makdissi porte-parole du ministère syrien des affaires étrangères. Mais l’entretien a bien duré 45 minutes et ce qu’ montré la chaine ABC est un montage tronqué de 15 minutes.

      M. Makdissi dans sa conférence de presse montre quelques parties qui ne figurent pas dans la version diffusée par la chaine ABC. Il y des omissions importantes de nature à déformer le sens des propos de M. Assad.

  5. The Truth dit :

    Au fait se serait bien d’aller manifester devant le palais de l’elysée pour faire plus de bruit.

    • fatima dit :

      tu n’as pas tord !!! C’est une trs, très bonne idée. Mais, ce serait encore mieux si des Français se manifestent à côté des Syriens pour montrer au moins leurs désaccords avec la politique éhégémoniques » de sarko, le nain.
      Je me demande combien comptent les Français qui soutiennent sarko dans sa politique vis à vis de la Syrie ? C’est intéressant de faire un sondage dans ce domaine ??, à mon avis, on va avoir des surprises suite à un tel sondage??

  6. leelee dit :

    Un article très intéressant de Thierry Meyssan, ce qui donne un peu de répit aux syriens pour peaufiner leur stratégie de défense et d’attaque.

    L’OTAN suspend ses projets militaires, en Syrie, par Thierry Meyssan

    http://french.irib.ir/analyses/articles/item/157776-lotan-suspend-ses-projets-militaires-en-syrie-par-thierry-meyssan

    • L'étrangère dit :

      CONTRE/DÉSINFORMATION :

      POINT DE PRESSE DE JIHAD MAQDSISI, porte parole du minstère des AE syrien, reprenant point par point l’interview de Bachar al-Assad sur ABC news. Il démontre, preuves à l’appui, que les séquences retenues, à partir d’un discours qui abordait tous les aspects de la situation syrienne,ne l’ont été que pour suggérer la prétendue irresponsabilté du Président syrien…

      http://www.youtube.com/user/tamadonte#p/a/u/2/fep2AUwmz1o

    • Kinan dit :

      L’OTAN suspend ses projets militaires d’INTERVENTIONS DIRECTES (invasion pure et simple, corridors humanitaires, zone tampon, no-fly zone et tutti quanti), mais la guerre par proxies salafistes et ASL interposés continue et maintient un niveau de violence résiduel en attendant que l’étouffement économique produise ses effets politiques à l’intérieur…

  7. homs dit :

    Vive l’unité du peuple syrien face aux prédateurs de l’Empire atlantiste!

  8. Syrienne Libre dit :

    Tient, un nouveau copain pour Manon Loizeau, Sofia Amara, Gaetan Vannay et les autres VRAIS reporters :

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=4HgOcDiNNlA#!

    • l'ingenue dit :

      film ou l’on ne voit pas qui tire et sur qui .par contre on voit des groupes armés.c’est un film de propagande

    • Kinan dit :

      Syrienne Libre,

      j’ai lu votre réponse argumentée.
      Vous avez raison, ce qui nous oppose est bien l’estimation du poids de la question géopolitique.
      Je reconnais bien volontiers que le « Printemps de Damas » a fini en eau de boudin et que le « régime » en porte la faute et Bachar, au moins, la responsabilité.
      Par contre je pense que vous vous illusionnez sur la « no-fly zone », elle n’a pas de vocation défensive mais offensive. En quoi le bombardement durant un mois et demi de la ville de Syrte aurait-il un quelconque but défensif ou de protection des populations civiles ?
      http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hbWyPVtKbWBOxd9VHqs0dwHcjFCA?docId=CNG.5815256f696774df05d98743fdd041d5.81
      Et effectivement je pense que les allégations (dès le début de la crise) de milices iraniennes ou du Hezbollah servant de troupes auxiliaires de répression en Syrie sont, au mieux, une légende urbaine. Il n’est pas impossible que quelques conseillers iraniens donnent en haut lieu quelques recettes sur la manière dont l’Iran a réprimé le mouvement vert en 2009, mais l’idée de troupes sur le terrain me paraissent peu crédibles. Les preuves sont d’ailleurs inexistantes (à part un tel qui a entendu un accent libanais, et tel autre qui a vu un shabih barbu … c’est maigre !). Je remarque d’ailleurs que les Frères musulmans, entre autres, n’ont jamais cessé de percevoir partout de sombres plans chiites contre les sunnites syriens. Ecoutez par exemple cette interview édifiante d’al-Bayanouni sur al-Arabiya en 2008 (un peu avant les accords de Doha qui mirent fin aux combats armés limités Hezbollah-PSNS / Courant du futur au Liban) :
      http://www.liveleak.com/view?i=852_1210079352

      Pour le reste, je ne sais si Bachar tiendra ou pas. Nous verrons…

  9. Syrienne Libre dit :

    #Kherbet Aljoz (Idleb) :: Mort du Dr Ibrahim Nahel ‘Othman, membre fondateur et porte parole du Comité de Coordination des Médecins de Damas.
    Il intervenait sur les différentes chaines sous le nom de Khaled Alhakim.

    Il a également aidé à la mise en place de nombreux hopitaux de campagnes à Damas et dans sa banlieue (NDLR: il existe un trop grand risque de kidnapping dans les hopitaux pulbiques ou privés), a soigné de nombreux manifestants blessés malgré les risques qu’il encourrait.

    Lorsque ses compagnons ont été arrêtés par les forces de sécurité et que le régime a commencé a le recherché lui aussi, il s’est enfui, espérant pouvoir traverser la frontière Turque. Mais c’est près du village de Kherbet Aljoz que les forces du régime d’Alassad ont ouvert le feu sur lui, ce dernier tombant en martyr.

    Qu’il repose en paix

    C’est ainsi que les médecins syriens participant à la révolution syrienne finissent : soit emprissoné, soit torturé, soit mort. Parfois même, ils subissent les 3 sup…

  10. joska dit :

    Merci leelee pour le lien, il est vrai que cela fait chaud au coeur que l’OTAN et tout les reste de l’occident ne peut intervenir dans un pays si uni malgré les divergences de culte, n’en déplaise à la soit disant syrienne libre et le tout petit (un nain quoi) étudiant en quoi, déjà?

  11. Manant dit :

    Petite erreur au début de l’article : il faut bien sur lire 12 décembre et non novembre.

  12. Syrienne Libre dit :

    Hubert Védrine :

    « Le régime de Bachar el-Assad a dépassé le stade du tolérable, il ne peut plus être sauvé. Le degré de brutalité et de cruauté de ce régime le condamne à plus ou moins brève échéance, d’autant qu’aucun geste n’a été fait ou ébauché par Damas pendant qu’il était encore temps. Les pays arabes sont très embêtés : ce qui se passe avec la Syrie est beaucoup moins simple qu’avec la Libye, Kadhafi n’avait vraiment personne pour le défendre. » Le processus est inexorable ? « Oui. » Même sans l’exercice de ce droit d’ingérence, un concept que vous détestez ? « Je préfère à ce concept celui instauré par (l’ancien secrétaire général des Nations unies) Kofi Annan : la responsabilité de protéger », rappelle Hubert Védrine.

    Quelle solution alors pour en finir avec ce régime et mettre un terme à l’hémorragie ? « Il n’y a pour l’instant en Syrie aucune influence décisive. Il faudrait que deux ou trois pays agissent de concert pour espérer trouver une solution en peu de temps. » À commencer par la Russie, dont la seule carte au Proche-Orient reste la Syrie? « Cette carte sera perdue si la Russie reste scotchée au régime d’Assad. Il faut que Moscou, qui n’est pas pragmatique spontanément, prenne conscience d’une façon ou d’une autre sinon de l’avantage de se désolidariser de Damas, du moins des inconvénients que son soutien pourrait lui faire subir. Cela va trop loin », remarque Hubert Védrine, qui estime que rien n’empêche la Russie de contribuer substantiellement à une solution pour la Syrie « à la yéménite ». Américains et Européens peuvent-ils « aider » la Russie à prendre une décision en faveur du peuple syrien? « Il faut que la Russie se rende compte que son soutien devient de plus en plus coûteux pour elle, qu’il ne lui apporte rien », répète-t-il, rappelant que Moscou et Pékin n’avaient pas opposé leur veto à la résolution onusienne contre la Libye. « Il faudrait qu’il y ait un même moment pour la Syrie, combiné à d’autres facteurs et avec l’aide de la troïka Allemagne-France-G-B, des USA, de la Turquie et de l’Arabie saoudite. Un pays doit dire stop aux Assad, cela pourrait être l’Arabie saoudite », relève-t-il.

    Et l’Iran ? « L’Iran n’a pas le pouvoir de préserver le régime syrien. Il n’y a pas que des fous furieux en Iran, vous savez ; si on enlève le couvercle du régime, la société iranienne est une société moderne, l’Iran est un émergent méconnu. » Un printemps de nouveau, un vrai, en Iran ? « C’est plus compliqué ; le régime serait particulièrement féroce, mais il y en aura forcément un… » Vous soutenez une intervention de la communauté internationale ? « Oui, si l’opposition la demande formellement comme cela a été le cas en Libye, oui si cela est endossé par la Ligue arabe, et oui s’il y a une résolution de l’ONU allant dans ce sens. Mais il vaudrait mieux l’éviter. »

    • l'ingenue dit :

      d’où cette campagne contre la légitimité des élections en Russie et contre la Chine. Goebels est de retour
      http://youtu.be/s8B62U2B0jc

    • Kinan dit :

      Quel faux cul ce Védrine ! Comme si dans les faits la première application grandeur nature, en Libye, de la « R2P » n’avait pas mené exactement à ce à quoi mène le droit d’ingérence : le renversement par des moyens militaires d’un régime qui déplaît à l’OTAN à la faveur d’évènements internes (plus ou moins grossis et manipulés, selon le cas). Comme si en Libye la résolution 1973 n’avait pas été largement outrepassée par l’OTAN et le Qatar, en avançant derrière le flou artistiquement entretenu du principe de la Responsabilité de Protéger (alias R2P) ! Comme si ce précédent, n’était pour rien dans la méfiance justifiée de la Russie !
      On voit bien là que Védrine n’a jamais été un critique de l’unilatéralisme « occidental », mais seulement le critique de l’unilatéralisme américain au sein du bloc occidental (l’OTAN). C’est en ce sens qu’il fallait donc comprendre sa critique du droit d’ingérence. On comprend aussi du coup pourquoi Sarkozy a hésité (officiellement) entre lui et Kouchner (partisan du droit d’ingérence et américaniste fervent). Remarquons que Juppé, le remplaçant de Koukouchner, avec son background gaullo-chiraquien, est de la même école que Védrine. On peut donc voir dans cette nomination, l’aggiornamento français face au changement de politique américain. Le récent accord de Lancaster (alliance militaire franco-anglaise) est dans le prolongement de tout ceci : multilatéralisme, mais seulement au sein de l’OTAN, tandis que le boss américain pratique le « lead from behind ».

      Cette manière d’exercer le pouvoir par un mélange d’actions subversives, de moyens militaires limités, de sanctions et de pressions diplomatiques, et de blabla démocratique et droit-de-l’hommiste, que nous décrit Védrine, et dont la R2P est une application concrète face à un régime hostile, a un nom.
      Ce nom c’est « Smart Power ». Le « Smart power » est censé être un mélange de hard (militaire) et de soft power (économique, diplomatie, « culturel ») utilisé pour obtenir les mêmes effets : le maintien du leadership mondial US-OTAN, et son corollaire, le renversement de qui gène ou a cessé d’être un avantage pour ce même leadership, et le maintien de l’influence sur les autres.
      Le hard power pur de l’unilatéralisme des néo-conservateurs avait pour couverture le droit d’ingérence et la guerre préventive (contre les fameuses WMD : « Weapons of Mass Destruction »).
      L’utilisation du smart power, se couvre derrière cet ersatz de droit d’ingérence à base d’ONG et d’actions secrètes (plutôt que de franches invasions militaires) et d’opérations militaires limitées qu’est la R2P, que nous vante Védrine.

      Il est intéressant de noter qui est la glorieuse inventrice de ce concept de Smart Power – qui se propose de réactiver le vieil internationalisme libéral américain. Il s’agit d’une certaine Suzanne Nossel (avec Joseph Nye). Celle-ci, membre du CFR (son premier article sur le smart power a été édité dans la revue Foreign Affairs), a été une dirigeante de Human Rights Watch, une secrétaire d’Hillary Clinton et de Richard Holbrooke, et vient d’être nommée à la tête d’Amnesty International. Sa carrière est à l’image de son concept : elle fait à la fois partie des cercles de la gouvernance américaine et des directions d’ONG internationales.

      Pour les naïfs – ou les Candide – qui croient aux bonnes intentions des USA et des soi-disant ONG internationales, une petite lecture des articles de Nossel et de Nye ne peut pas faire de mal :
      http://www.foreignaffairs.com/articles/59716/suzanne-nossel/smart-power
      http://www.foreignaffairs.com/articles/65163/joseph-s-nye-jr/get-smart

      Le problème de notre époque n’est pas de savoir si les USA doivent continuer à diriger le monde comme ceci ou comme cela : à base de smart, de soft ou de hard power, et s’ils doivent couvrir la poursuite de leur agenda derrière le droit d’ingérence, la R2P, ou quelque autre invention conceptuelle à venir. Le problème n’est pas de savoir comment faire se coucher les BRICS, et les autres, devant les oukazes de l’OTAN, en Syrie et ailleurs.
      Le problème de notre époque est de savoir comment l’on passe d’un monde unipolaire américain à une multipolarité raisonnée, c’est-à-dire comment contraindre l’élite américaine à l’accepter sans déclencher une guerre mondiale ou une nouvelle guerre froide.
      Ce problème se pose maintenant concrètement en Syrie.

      • petia78 dit :

        Tout a fait d’accord kinan..de toute maniere Vedrine est de ces hommes qui veut a tout prix preserver l’ordre superieur « blanc » sur le reste du monde vu comme sauvage..que ce soit au Moyen orient ou meme en Afrique. Je pense que la seule reponse claire et decisive a leur donner est de consolider notre unite et d’affirmer haut et fort notre volonte de vivre tous ensemble selon nos lois, nos preceptes et nos coutumes. Nous ne sommes pas une annexe du monde occidental et ca ils doivent le comprendre une fois pour toute.

        • Kinan dit :

          Je suis d’accord. J’ajouterai qu’en tant que français la soumission de la France à l’empire du mode de vie américain commence sérieusement à me peser.

  13. L'étrangère dit :

    Syrienne soi-disant libre, ne vous fatiguez donc pas à nous repasser des plats réchauffés et aussi indigestes, non pour nous, mais pour leur auteur.

    Nous en avons déjà parlé sur Infosyrie en nous désolant de devoir, jour après jour, réviser notre opinion sur des personnalités supposées avoir à coeur les intérêts bien pensés de la France.

    Méditez donc là-dessus, vos amis pourront en infirmer ou confirmer l’authenticité.

    La citiation de François Mitterrand au seuil de sa mort:

    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique . Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

  14. l'ingenue dit :

    mes excuses pour les non arabophones
    http://youtu.be/s8B62U2B0jc

  15. leelee dit :

    Montage syrien (VIDEO)
    Appel à contribution pour un long métrage de Clap 36 sur la situation syrienne

    Fort de sa récente victoire en terre libyenne l’impérialisme lorgne maintenant sur la Syrie.

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Montage-syrien-9517.html#forum74399

    Journée pour la Dignité, Hommage à Kadhafi
    http://lavoixdelalibye.com/?p=3070

  16. L'étrangère dit :

    A syrienne soi-disant libre :
    Au cas où vous feriez face aux « dérobades » de vos amis, voici de quoi vous occuper pendant un petit moment.
    http://www.vigile.net/La-France-ne-le-sait-pas-mais-nous
    http://www.alain-benajam.com/article-la-france-a-t-elle-un-ennemi-80301481.h (…)

    LA FRANCE A T-ELLE UN ENNEMI REDOUTABLE?
    1er septembre 2011
    Je sais que les services de la DCRI et je l’espère de la DGSE prennent la bonne habitude de lire mes articles. Celui-ci leur est particulièrement destiné. Qu’ils réfléchissent à leur action et qu’ils se rendent compte ou sont en France les traitres et ou sont les patriotes.

    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique .
    Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »
    François Mitterrand juste avant de mourir.
    (Source : Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou – Date de publication : 27/1/1997 – Editeur : Plon – Omnibus).

    François Mitterrand président de la république durant 14 ans de 1981 à 1995, savait ce qu’il disait, les institutions de la Vème république qu’il avait combattu lui donnaient de très grands pouvoirs, il les a conservé, il était aux premières loges.
    Cet aveu public, juste avant sa mort montre à quel point, ce pouvoir étasunien pouvait être coercitif et terrorisant pour un président de la république française.

    Sous la désignation «d’américains» Mitterrand montrait du doigts un pouvoir occulte existant en France, en Europe et dans le monde, pouvoir venant plus précisément d’une élite anglo-saxonne composée par une association de pouvoirs militaires, industriels et bancaires.
    Eisenhower qui fut président des USA de 1952 à 1961 et qui a bien connu ce pouvoir occulte a inventé un terme pour le qualifier: complexe «militaro-industriel». Cependant, c’est bien par l’état des USA et surtout de ses moyens régaliens que ce pouvoir occulte s’exprime et opprime. Mitterrand sous le vocable « d’américains », c’est à dire désignant cet état, ne se trompait pas de cible. Aucun pouvoir ne peut exister sans armée, police, justice, services secrets et ces pouvoirs là ne peuvent fonctionner sans état, en l’occurrence il s’agit bien de l’état des USA.

    Ce pouvoir « américain » est profondément anglo-saxon c’est à dire profondément attaché à ce qui fit l’empire britannique, à son idéologie biblique et messianique et surtout à sa conception de l’organisation du monde fondée sur le libre échange, (free trade) avec le moins de règles explicites possibles. Dieu a créé les anglo-saxons et «l’Amérique» pour dominer le monde, la bible dans une main et le fusil dans l’autre. Dieu étant la justification du pouvoir, nulles lois humaines ne peuvent s’opposer à Lui.

    Les anglo-saxons n’aiment pas la France, il s’agit d’une haine parfois sourde et rampante et qui peut soudainement éclater avec la plus grande violence. Rappelez vous la presse anglo-saxonne déchaînée contre Chirac et les français avec le refus de participer à la guerre impérialiste d’Irak. L’Afrique commence à Calais dit on populairement outre Manche avec tout le mépris que cette phrase sous entend. Les «froggies» toujours représentés dans le cinéma hollywoodiens en petits gros à moustaches ridicules sujets de haine populaire. Haine d’autant plus vive qu’elle se double d’un fort complexe d’infériorité culturelle.

    Qui n’a pas vécu aux USA et en Angleterre n’a pu ressentir profondément ce mélange de haine, d’admiration et de jalousie. Les étasuniens du peuple ne savent reconnaître beaucoup de nations, ils confondent facilement les uns et les autres et prennent l’habitude de mettre tous les européens dans le même sac. Cependant ils ont tous une idée bien arrêtée sur la France et les français.
    Cette haine populaire spontanée est sous tendue par une haine politique réfléchie, l’idéologie française est bien le contraire de l’idéologie anglo-saxonne.

    J’ai de nombreuses fois décrit ce qu’est l’idéologie française que je rappelle en peu de termes. L’idéologie française est celle qui a commencé à s’imposer avec Montesquieu et son maître ouvrage « De l’Esprit des Lois », la France du 18ème siècle a inventé la légalité, invention révolutionnaire dont on a pas fini d’en voir tous les effets politiques et les enjeux. Puis vient Rousseau avec la souveraineté du peuple, le contrat social et la composition d’un intérêt général. Pour les français la loi protège les faibles et est la garante de la liberté, c’est le libéralisme politique.
    Toutes ces idées sont parfaitement obscènes pour les britanniques, pour qui l’intérêt général n’est que du totalitarisme. Les britanniques opposent à la loi identique pour tous, le «free trade». Pour l’idéologie anglo-saxonne, il y aurait un « droit naturel », non explicite issu du libre commerce, alors que pour la France, le droit est explicite et issu des lois expressions de la volonté du peuple.
    Ces différences de point de vu entre libéralisme politique à la française ou l’économie est au service de l’intérêt général et le libéralisme économique anglo-saxon ou nulles lois explicites de doit venir entraver un libre commerce, détermine une opposition politique culturelle et idéologique fondamentale
    L’un, le système légal français est donc vu par l’autre, le système anglo-saxon comme une entrave et doit être éradiqué.
    Si l’idéologie française est fondée sur la nation, espace ou s’inscrit un corpus légal issu de la volonté des citoyens, l’idéologie anglo-saxonne est forcément mondialiste, car elle voit dans chaque nation et son corpus légal particulier un obstacle.

    Ici se situe le point fondamental d’affrontement planétaire entre deux idéologies à vocation universelles, l’une fondatrice d’une nation et référence pour toutes les autres nations et l’autre non pas d’une nation mais d’un système économique mondialiste.

    Cependant, bien que l’idéologie anglo-saxonne se veuille anti nationale et mondialiste elle reste attachée à la domination mondiale d’une élite WASP profondément liée aux mythes de l’ancien testament. Un monde sans frontières certes mais un monde dominé par un peuple élu de Dieu.
    Cet affrontement parfois paroxystique, parfois éteint par la soumission des élites françaises ayant accaparé le pouvoir, dure depuis la Révolution française.
    En effet, l’idéologie républicaine française prônant un libéralisme politique mais une économie assujettie à l’intérêt général a trouvé moins d’attraits parmi certaines forces économiques françaises attirées par la finance, que l’idéologie anglo-saxonne du libéralisme économique.
    Ces forces économiques françaises de la banque et de la finance ont vu dans l’idéologie britannique du «libre échange» une opportunité plus intéressante pour le développement de leurs affaires, d’où un tropisme permanent de ces élites pour l’anglo-saxon.
    Ainsi, la révolution française donc la France ne peut imposer sa politique que dans un combat permanent contre l’idéologie anglo-saxonne et la trahison intérieure. J’ai appelé ce tropisme le syndrome de Fachoda

    L’idéologie anglo-saxonne c’est aussi l’idéologie de la domination
    L’idéologie de la domination fut définie pour les dirigeants britanniques par Sir Halford Mackinder en 1919 : « Qui gouverne l’Europe de l’Est domine le cœur continental ; qui gouverne le cœur continental domine l’île-monde ; qui gouverne l’île-monde domine le monde.» Ici on voit s’affirmer ce que les anglo-saxons ont appelé le «Grand Jeu » ou « Grand échiquier». Cette idéologie fut rapidement reprise par les USA devenant les continuateurs et bientôt gestionnaires de l’empire britannique dont le but ultime est la domination de ce qu’ils appellent «l’ile du monde» c’est à dire le continent eurasiatique pour dominer le monde dans sa totalité.

    La fiction de l’occident permet de contrer l’idéologie française en la diluant.
    Afin d’entraîner les élites politiques françaises et européennes dans leur système, les anglo-saxons ont inventé la fiction de « l’occident ». Celle-ci est née avec le partage du monde à Yalta en 1945 entre l’empire soviétique et l’empire anglo-saxon. Ceux-ci ont cherché à unifier la partie de l’Europe qui leur revenait afin de mieux imposer leur pouvoir. Depuis 1945 de nombreux traités, depuis celui de Bruxelles ont permis de rogner la souveraineté de la République française sur la France. Le pacte atlantique et l’OTAN ont mis définitivement la puissance régalienne française sous domination anglo-saxonne.
    La fiction d’un occident, blanc, chrétien et anti communiste fortement déployé par les anglo-saxons sur les débris des idées nazies a cherché une unification idéologique à l’ensemble hétéroclite européen. Cette fiction justifia l’intégration des anciens nazis et de leurs collaborateurs des pays occupés dans le combat colonialiste, contre les communistes et contres les idées nationales dont bien évidemment les idées républicaines et laïques françaises.

    Le général de Gaulle met un terme (provisoire) à l’intégration de la France dans l’empire anglo-saxon.

    L’indépendance accordée à l’Algérie par de Gaulle en dépit des injonctions contraires de l’empire anglo-saxon déclenche sa colère et le fait réagir «as usual» en cherchant tout simplement à éliminer physiquement l’insoumi. Des commandos formés à fort Bragg en Caroline du Nord USA, baptisés OAS chercheront à l’assassiner par quarante tentatives.

    Prenant conscience définitivement du danger auquel la France et sa personne sont confrontés il prend une décision de rupture avec l’empire.

    En toute logique, le général de Gaulle président de la république française et chef des armées soustrait en premier lieu les forces françaises du commandement intégré de l’OTAN, c’est à dire des USA. Il est évident que la récupération du régalien est pour lui le premier pas dans la voie du recouvrement de l’indépendance.

    LIEN VIDEO : http://www.dailymotion.com/video/x8p2ll_comment-sarkozy-trahit-de-gaulle_news?start=0#from=embed

    Puis il décide de créer une industrie de défense purement française gage d’indépendance militaire donc d’indépendance tout court. Avec ses amis industriels gaullistes Sylvain Floirat (que j’ai eu l’honneur de servir) et Marcel Dassault il contribue à créer une industrie aérospatiale extrêmement performante: en missiles et satellites avec Matra, en avions de combat avec Dassault et en électronique militaire avec Thomson devenant Thalès. L’armement mis au point par ces industries va rapidement dépasser en performance celui des anglo-saxons notamment avec la catégorie de missiles dite « shoot and forget » (tire et oublie) technologie initialement élaborée par Matra. Ce type de missile de croisière totalement autonome guidé par ses propres caméras est complètement indétectable contrairement aux missiles guidés par GPS et balises des USA.
    Cette outrecuidance française dans sa volonté d’indépendance régalienne n’a jamais été du goût de l’empire anglo-saxon qui a toujours essayé de saboter cette industrie en en interdisant l’exportation.
    Le Rafale est le seul avion de combat de sa génération totalement opérationnel, sur terre comme sur porte avion. L’équivalent US le « Join Strike Fighter » pour lequel les USA ont demandé de fortes souscriptions aux pays soumis n’a pas dépassé le stade du prototype son prix explose et les délais de fabrication s’allongent, certains se demandent même si cette histoire n’est pas une escroquerie. L’armée israélienne a renoncé a l’acquérir et la RAF menace d’acheter finalement des Rafales si ces avions ne sont pas livrés et si elle n’a pas accès à toute la technologie ce qui leur est actuellement refusé. Toutes les ventes possibles de Rafales ont été finalement annulées au dernier moment que cela soit au Maroc, en Pologne, au Brésil, ces pays préférant in fine des F16 obsolètes.

    Faire échouer des ventes d’avions de combat français est l’occupation favorite des autorités militaires US comme ils ont fait échouer la vente de 200 Mirages 2000 à la Chine en 2004. Et puis l’empire anglo-saxon se souvient amèrement des pertes infligées à la marine britannique par l’Argentine équipée d’armes françaises, plus jamais ça. On commence à comprendre les dernières paroles de François Mitterrand.
    Pour l’empire anglo-saxon il faut en finir avec l’industrie de défense de la France.

    En finir également avec la présence française en Afrique.

    En Afrique, les rapports entre la France et l’empire anglo-saxon sont marqués par le fameux complexe de Fachoda: des velléités d’indépendance vites étouffées en vertu de la fameuse solidarité occidentale et de la lutte contre le «communisme». C’est ainsi que les forces françaises ont œuvré très longtemps au soutient du régime d’apartheid d’Afrique du sud et ont traqué les compagnons de Nelson Mandela au grand profit des anglo-saxons. Les ronds de jambe faites a Mandela aujourd’hui sont pathétiques.
    Cette servilité des autorités françaises n’a pourtant pas atténué les efforts perpétuels anglo-saxons pour éliminer la France du jeu africain. La guerre franco britannique du Biafra, en 1968, par Ibos et Ibibios interposés a sans doute laissé des traces et la confiance du maître n’y est plus. Le fameux complexe de Fachoda, on y va mais en demi mesure, à reculons comme un enfant qui a peur de la sanction du maître fait son œuvre comme toujours.

    Quelques faits récents démontrant des complots ourdis contre la France en Afrique.

    Côte d’Ivoire le 9 novembre 2004,
    Ce jour la, une foule nombreuse d’ivoiriens se trouve entre le palais présidentiel de Côte d’Ivoire à Abidjan et l’hôtel Ivoire dont une tour domine la manifestation. Les manifestants voulaient selon eux protéger le président Laurent Gbagbo contre une destitution.
    Des troupes françaises sont en position devant l’hôtel en protection contre d’éventuelles agressions pouvant viser des ressortissants étrangers.
    Soudain des tirs partent du côté des troupes françaises, plusieurs morts s’affaissent. Les manifestants accusent les soldats français d’avoir fait usage de leurs armes.
    Certains ivoiriens s’en prennent aux français établis à Abidjan. Des véhicules apparemment de l’armée française parcourent les rues des quartiers français de la ville et des hauts parleurs enjoignent aux français de rapidement quitter les lieux. Dans la panique beaucoup partent, puis les écoles françaises sont incendiées pour empêcher tout retour.
    Pourtant, les balles extraites des corps ne sont pas celles de petit calibre des FAMAS de l’armée mais des balles de fusils type «sniper».
    Curieusement, le commandant des troupes françaises disposées devant l’hôtel Ivoire ne savait pas qui a engagé le tir et d’où provenaient ces tirs, il n’a pas donné d’ordres. Il ne savait pas que des « snipers » étaient disposés dans la tour.
    http://www.youtube.com/watch?v=acpXaqlO7zc

    Les autorités ivoiriennes on vite trouvé l’origine des tirs ce seraient des soldats français qui auraient fort opportunément laissé leurs papiers sur place permettant de les identifier, piètres professionnels.
    http://www.dailymotion.com/video/x2f3l0_snipers-a-l-hotel-ivoire_news
    Les services israéliens étaient présents sur les lieux un officier du MOSSAD fort connu, de nationalité française était présent dans l’hôtel enregistré comme ingénieur agronome.
    Il s’agissait d’une provocation ayant pour but de déclencher la colère ivoirienne et pourquoi pas un bain de sang des deux côtés. Cette provocation a bien fonctionné puisqu’un grand nombre de français sont partis définitivement de Côte d’ivoire.
    L’incendie systématique des écoles françaises indique une planification et une méthode israélienne.
    Nous savons que les services israéliens sont très présents en Afrique de l’Ouest recrutant parmi la nombreuse population libanaise chrétienne issue du sud Liban. Nous savons également que les USA sous traitent leurs activités de services secrets en Afrique de l’Ouest aux israéliens.
    A cette époque, le président de la république française, Jacques Chirac, ayant refusé d’envoyer nos armées en Irak se trouve en conflit ouvert avec les USA.

    Tchad octobre 2007 l’Arche de Zoe.
    Une bande de pieds nickelés hurluberlus, s’en vont au Tchad, voulant se rendre au Darfour, au Soudan dont Bernard Henri Lévy se répandant dans tous les médias prétend qu’il s’y passe un génocide. Ces hurluberlus ont une association nouvellement créée, l’Arche de Zoé.
    Une opération très médiatisée est montée pour suivre cette action éminemment humanitaire encouragée par notre intellectuel favori des USA et d’Israël.
    Se croyant au Darfour mais étant toujours au Tchad, nos zozos médiatisés emmènent des enfants dont des bonnes âmes leur ont dit qu’ils étaient orphelins. Mais leur dit-« on », il faudrait pour les emmener au Tchad puis en France dire qu’ils sont blessés. Comme ces enfants semblent en bonne santé « on » leur suggère de les maquiller en blessés. Aussitôt dit aussitôt fait, sous les caméras opportunes de l’agence Kapa, de grossiers maquillages sont réalisés.
    http://www.dailymotion.com/video/x3eegx_arche-de-zoe-le-repportage-accablan_news
    Par la suite une dénonciation toujours fort opportune parvient aux autorités tchadiennes disant que La France cherche à enlever des enfants tchadiens de leurs familles pour les faire adopter par des couples français.
    Scandale, des manifestations bien préparées contre la France surgissent, les autorités françaises tombent de haut (comme toujours, apparemment la DGSE n’a rien vu ou rien voulu voire). Des exactions contre les français sont à craindre certains français partent.
    Le Tchad est riche en pétrole et la France devrait dégager les lieux pour laisser la place à l’empire anglo-saxon.

    Centre Afrique aout 2006
    Je cite ici Michel Nesterenko analyste du Centre Français de Recherche sur le Renseignement
    http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/le-tribunal-penal-international-et-la-guerre-en-afrique-3.php*
    L’offensive contre la République centrafricaine (RCA)
    Le 12 août 2006, le vice-président d’une entreprise du Texas, travaillant notamment pour le Pentagone, spécialisée dans les services de sécurité et la fourniture de mercenaires (Irak et Afghanistan), a donné une interview à Reuters pendant son séjour à Juba, au Sud-Soudan, à la frontière de l’Ouganda et du Congo RDC. Ce vice-président affirme avoir reçu mandat et les financements nécessaires pour former une véritable armée de 50 000 hommes avec les anciens rebelles du Sud Soudan. Cette même entreprise américaine dispose d’une solide expérience de services de logistique aéroportée. On peut se poser la question : à quoi va servir cette nouvelle armée de mercenaires dans une zone déjà turbulente ? Comment le gouvernement islamiste soudanais, qui possède sa propre armée, peut-il tolérer la formation d’une armée dirigée par des mercenaires américains chrétiens, et formée de rebelles qui se battaient contre lui quelques mois auparavant ? L’enjeu central est la stratégie américaine de contrôle de l’arc des zones pétrolières qui couvre le Sud-Soudan, l’Ouganda, le Congo RDC, la République centrafricaine, le Tchad et le Darfour.
    En novembre 2006, un groupe de rebelles venant du Sud Soudan s’est emparé du chef-lieu de Birao au Nord-Est de la RCA. Cette prise de la ville s’est accomplie après quelques opérations-tests sur des aéroports de la région. Ces tests ayant démontré l’incapacité de riposte de l’armée de RCA, la ville de Birao et son aéroport furent pris sans grande résistance. Cette ville se trouve dans le prolongement de champs pétrolifères du Sud-Soudan qui vont être prochainement ouverts à l’exploitation. Les rebelles ont clamés être les représentants de l’opposition politique au président de la RCA récemment et démocratiquement élu. Quelques mois plus tard, un des commandants rebelles confirmera à un journaliste de Reuters, que cela n’était pas exact, les rebelles n’étaient pas tous des Centrafricains. De qui s’agissait-il alors ? Des milices du Sud-Soudan nouvellement entraînées et armées ?
    Après la prise de Birao les rebelles ont fait mouvement vers le sud en suivant une route menant vers les secteurs miniers stratégiques (uranium et diamant). Cette région dispose de nombreux aérodromes qui permettent de ravitailler des troupes en mouvement. On peut se poser la question : qui a fourni le support aéroporté aux rebelles ?
    Suite à l’intervention des chasseurs de l’armée de l’air française, interdisant toute utilisation des aérodromes, les rebelles se sont évaporés dans la brousse avant même l’arrivée des troupes au sol.
    On voit ici les manœuvres étasuniennes contre la France présente en centre Afrique utilisant des mercenaires portant divers uniformes et instrumentalisant un TPI qui est de leur pure fabrication. On voit également la prompt réaction de Michèle Alliot-Marie ministre de la défense qui n’a pas du faire plaisir aux USA.

    Tunisie 14 janvier 2011, Michèle Alliot-Marie et la France piégées.
    En Tunisie de Ben Ali les forces armées tunisiennes sont depuis longtemps sous commandement étasunien, les USA disposent à Tunis, mieux qu’une ambassade, une véritable base militaire.
    http://www.voltairenet.org/Washington-face-a-la-colere-du
    Des révoltes débutent dés le 17 décembre 2010 par l’immolation par le feu d’un étudiant, Mohammed Bouazizi, cherchant à survivre en vendant à la sauvette quelques marchandises, celles-ci sont confisquées par la police. Les tunisiens excédés par les abus de pouvoir de la famille Ben Ali Trabelsi sortent en masse dans les rues et manifestent pratiquement un mois durant et journellement.
    Pour les USA peu importe, ils ont déjà préparé les remplaçants et possèdent leurs hommes parmi les manifestants. Les USA décident de licencier le vieux dictateur et sa famille. Un ordre donné à l’armée et celui-ci est poussé manu-militari vers la sortie. Un avion l’attend en partance pour Paris il s’envole. Les USA n’ont pas cru devoir tenir au courant la France de ce licenciement, elle s’apprête à accueillir le dictateur encombrant. Au même instant, un chargement de grenades lacrymogènes est prêt à partir en Tunisie démontrant la prise de court de la France. Au dernier instant les autorités françaises en craignant à juste titre de forts désordres à l’accueil du dictateur déchu se ravisent et renvoient la « patate chaude » US en Arabie Saoudite.
    Dans le même temps Michèle Alliot-Marie alors ministre des affaires étrangères, peu au courant du dossier, tombe dans le piège. Elle fait une déclaration le 12 janvier à l’Assemblée nationale en proposant le savoir-faire français à la police tunisienne pour « régler les situations sécuritaires » ?
    Prise dans l’affaire d’un voyage en jet privé d’un proche de Ben Ali, la ministre sort définitivement du gouvernement français.
    La France piégée sort déconsidérée de cette affaire, son image est définitivement brouillée pour les tunisiens. Les USA ont fait une double bonne affaire en se débarrassant également d’une ministre qui leur fut peu docile.

    Niger le 16 septembre 2010
    Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) a revendiqué l’enlèvement au Niger de sept expatriés étrangers, dont cinq Français, dans un message audio de son porte-parole diffusé par la télévision Al-Jazira, du Qatar. « Al-Qaida au Maghreb islamique a revendiqué l’enlèvement de cinq Français au Niger il y a quelques jours », a indiqué la chaîne.
    Niger le 8janvier 2011
    Deux français sont enlevés toujours par le dit Al-Qaida dont l’un est tué.
    Au delà de la dénomination purement médiatique et extrêmement floue de Al-Qaida, création des USA dans sa lutte contre les soviétiques en Afghanistan et marionnette commode dans de nombreuses actions de déstabilisation, AQMI possède une origine bien connue, les services secrets algériens, la DRS. L’Algérie et son armée sont depuis très longtemps sous grande influence US pour le moins et sa DRS bonne collaboratrice de la CIA.
    http://www.recherches-sur-le-terrorisme.com/Analysesterrorisme/drs-algerie-manipulation-aqmi.html
    Face à une « insécurité » grandissante au Niger, contraindre les entreprises françaises à abandonner l’exploitation des mines d’uranium nécessaires à l’indépendance énergétique de la France, serait une merveilleuse affaire pour les USA.

    Ici ce n’est que le côté émergé de l’iceberg qui est décrit, on peut ajouter que, l’ambassade US à Paris est un nid ou fourmillent complots et comploteurs contre la France.

    Par exemple les USA ont un grand intérêt pour les banlieues françaises et l’islam de France.
    http://www.rmc.fr/editorial/137478/quand-les-usa-draguent-nos-banlieues/

    Que vont ils y chercher?
    En 2005 des émeutes éclatent dans les banlieues françaises partant des points de vente de cannabis et autres drogues.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89meutes_de_2005_dans_les_banlieues_fran%C3%A7aises
    Jacques Chirac venait à s’opposer gravement aux USA à propos de l’Irak.

    Libye, un coup mortel porté par les USA aux intérêts de la France en Afrique

    Nicolas Sarkozy, dés 2006, au cours de sa campagne présidentielle, promet aux familles des infirmières bulgares incarcérées en Libye, de s’occuper personnellement de leur libération.
    A ce moment Nicolas Sarkozy est il en contact avec les autorités libyennes lui permettant de faire cette promesse?
    Pour les libyens oui, qui prétendent avoir financé ses frais de campagne.

    Rapidement, dés le début de son mandat sa promesse est tenue, Cécilia Sarkozy son épouse et Claude Guéant négocient facilement avec le colonel Kadhafi et ramènent dans leur avion les infirmières le 27 juillet 2007 résolvant ainsi en un éclaire une crise qui durait depuis 1998.

    Le colonel est invité en France et arrive pour une visite d’état de trois jours le 10 décembre 2007. Cette visite est l’occasion d’un spectaculaire rapprochement entre la France et la Libye ayant pour toile de fond d’importants contrats commerciaux à signer entre les deux pays. On parle de contrats fabuleux d’un montant de 10 milliards d’Euros. Dans ces contrats, outre des équipements classiques, il y a une centrale nucléaire pour la désalinisation de l’eau de mer, 21 Airbus et un gros contrat d’équipements militaires comprenant des blindés,et …14 avions chasseurs bombardiers Rafales. On parle de 30 000 emplois supplémentaires pour l’industrie française.

    http://www.afrik.com/article13172.html
    Les deux parties la France et la Libye ne peuvent être que satisfaites de ces accords mutuellement avantageux.

    Que peuvent en penser les USA?
    Les USA ont un plan pour la Libye définis dés 2002 dans leurs prévisions de ce qu’ils appellent la réorganisation du « Grand Moyen-Orient » ce plan intègre la Libye et une attaque contre ce pays est déjà prévue.

    Dans cette interview le général US Westley Clark l’explique.

    LIEN VIDEO : http://www.dailymotion.com/video/xhztg9_preuve-que-l-attaque-de-la-libye-est-prevue-depuis-10-ans_news?start=0#from=embed

    Une rupture dans la politique étrangère traditionnelle de la France.
    Le 4 avril 2009 Nicolas Sarkozy a fait rejoindre l’armée française dans le commandement intégré de l’OTAN annulant une décision du général de Gaulle de 1966. Pourquoi cette rupture, quelle impérieuse nécessité pousse Nicolas Sarkozy à briser un tabou vieux de 43 ans?
    De Gaulle avait soustrait nos armées de ce commandement US en pleine guerre froide, rien, aucune menace plus grande que la menace soviétique d’alors n’est venue pour justifier, en regard des intérêts de la France, une telle décision.

    Alors il paraît raisonnable de penser que cette décision fut prise sous pression étasunienne dans un plan bien précis qui serait d’intégrer les forces françaises dans des projets militaires futurs de l’empire anglo-saxon. La suite des évènements ne peuvent que confirmer cette hypothèse.

    Nicolas Sarkozy, plus que tous autres présidents français est proche, très proche des USA.
    Dés son élection à la présidence de la république Nicolas Sarkozy se précipite aux USA pour, dit-il, passer des vacances, curieuse destination vacancière pour un président fraîchement élu, ne va t-il pas prendre les ordres d’une feuille de route qui lui est assigné.
    http://www.voltairenet.org/Operation-Sarkozy-comment-la-CIA-a
    Thierry Meyssan brosse dans cet article le tableau d’un homme et de sa famille totalement inféodés et depuis toujours aux intérêts israéliens et étasuniens. Son demi-frère Olivier, Oliver pour les intimes, ne possède il pas une fonction considérable dans un dispositif important du fameux complexe militaro-industriel étasunien, le groupe Carlyle proche, très proche de la CIA des familles Bush et Ben Laden?
    http://www.carlyle.com/media%20room/news%20archive/2008/item10274.html
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Carlyle_group
    L’intégration subite, sans justification des forces armées françaises dans le commandement de l’OTAN ne contredit aucunement les assertions de Thierry Meyssan.

    Revenons à l’accord commercial avec la Libye de décembre 2007, dans cet accord il est prévu de vendre à l’armée de l’air libyenne 14 avions Rafales. On a vu qu’en dépit des très hautes performances de cet avion, aucun n’a pu être vendu hors de France à chaque fois les USA ont fait échouer la vente. On voit mal en plus, les USA pouvoir accepter une telle livraison à un pays à qui ils prévoient de faire la guerre.

    Le plan Libye, un plan anglo-saxon sous traité à la France

    Suprême perversion, c’est à Nicolas Sarkozy lui même que va revenir la responsabilité de briser l’accord commercial juteux qu’il a conclu plus tôt avec l’état Libyen. Les USA ne sont pas tendre avec leur personnel!

    En effet les USA ont décidé de mettre en application leur plan et de renverser le guide de la révolution libyenne, plan intégré dans leur projet de remodelage du Moyen-Orient. L’ordre est donné à Nicolas Sarkozy d’appliquer ce plan, il doit lui en couter mais la pression doit être suffisamment convaincante pour qu’il s’exécute.
    Dés novembre 2010, (peut être avant ) le plan de renversement de Kadhafi est mis en œuvre par les services français.
    http://www.voltairenet.org/La-France-preparait-depuis
    Ces révélations dans cet article du journaliste italien Franco Bechis ont été fortement encouragées par les services secrets italiens. Le renversement de Kadhafi, n’arrangeait pas non plus les intérêts de l’Italie qui venait aussi de se réconcilier avec le colonel et conclure de juteux contrats pétroliers.
    La Libye se doute de quelque chose avec le départ précipité en décembre pour Tunis de la famille de l’ambassadeur de France à Tripoli

    Cependant les révoltes en Tunisie puis en Égypte sont venues perturber ce plan et en changer les modalités prévues, qui étaient celles d’un coup d’état militaire.

    La technique de ce renversement devra se fondre maintenant derrière ce que les médias appellent le «printemps arabe», c’est à dire commencer comme une «révolution colorée» dont les USA connaissent bien les mécanismes éprouvés en Serbie, en Ukraine et ailleurs.
    Ce qu’il y aura en plus, intégrés dés le début aux manifestants, ce seront des éléments armés provocateurs destinés à radicaliser la réponse libyenne et justifier une intervention «humanitaire» des USA par serviteurs interposés.

    Bernard Henri Lévy, agent israélo-étasunien fort connu, que l’on avait pas entendu dans les révoltes arabes précédentes est mobilisé derechef pour faire sonner les médias et réclamer à hauts cris cette intervention.

    Puis des ralliements de personnalités libyennes, déjà préparées ou menacées de TPI devait parfaire le dispositif et lui donner l’allure d’une révolution populaire victorieuse, l’armée devant finalement suivre.

    Finalement, ce ne sont plus des manifestations de rue généralisées comme en Tunisie ou en Égypte mais une guerre civile qui s’engage. Évidemment l’armée libyenne est en mesure d’écraser les « rebelles ». Il fallait réagir.

    En dépit d’un apparent et trompeur recule les USA arrivent avec sans doute beaucoup de persuasion à convaincre la Russie et la Chine de ne pas s’opposer à la résolution de l’ONU 1973 qu’ils présentent. Cette résolution 1973, qui s’ajoute à la 1970, permet, en l’interprétant, ce qui n’est pas du goût de la Russie, de bombarder les parties de la Libye ne voulant pas accepter le coup d’état anglo-saxon.

    On connait la suite, le peuple libyen non seulement ne s’est pas révolté mais l’armée libyenne est restée fidèle au guide.

    Ce qui est étonnant et remarquable c’est qu’a aucun moment la Sarkosie, ne coupe le contact avec les autorités libyennes, une négociation permanente se met en place. Un émissaire choisi par les deux parties fait l’aller retour apportant propositions et contres propositions. Un accord semble pouvoir intervenir, la Libye proposant contrats mirifiques, achats cash de Rafales, même s’il ne sont pas utilisés, quantité importante d’argent etc. Juste avant la signature de cet accord les autorités françaises en bon vassal vont quand même demander l’autorisation des USA.
    Cette naïveté est risible, on en reste ébahi, les USA bien entendu refusent cet accord comment pouvait on penser à l’Élysée qu’il en puisse être autrement.

    Les bombardements de l’OTAN redoublent on essaye d’assassiner Kadhafi, sa famille, les proches, on tue des enfants, des crimes horribles sont perpétrés comme le massacre de Sorman. Ici la famille d’un responsable d’une ONG libyenne pour l’Afrique est massacrée.
    http://www.voltairenet.org/Le-massacre-de-Sorman
    On sort les hélicoptères de combat, pas longtemps, 4 sont abattus rapidement, c’était couru d’avance.

    Tout ça est brouillon, mal analysé, mal préparé, l’armée rechigne face à ce qui va bientôt être un désastre. Le général Vincent Desportes ex Commandant de l’École de Guerre, spécialiste de stratégie militaire s’exprime ici sans ambages. Déjà sanctionné pour avoir critiqué la participation de l’armée française à l’aventure anglo-saxonne en Afghanistan, il ne risque plus rien.
    http://www.france-info.com/france-politique-2011-07-10-le-general-desportes-et-la-libye-on-a-confondu-guerre-et-maintien-de-549647-9-10.html

    L’Armée est à genoux au bout de ses possibilités stratégiques, L’amiral Pierre-François Forestier, chef d’état-major de la Marine exprime ses doutes.
    http://www.dailymotion.com/video/xjapdh_l-armee-francaise-tire-la-langue-en-libye_news

    Non seulement le peuple libyen ne se révolte pas mais se soude autour de son leader qui devient de plus en plus populaire face aux bombardements de terreur qui affectent les civiles.
    Le 1er juillet 2011, c’est un tournant, une manifestation de 1,7million de libyens se rassemble à Tripoli, sur 6,5 millions d’habitant pour l’ensemble de la Libye.
    http://www.voltairenet.org/1er-juillet-2011-manifestation
    Depuis chaque vendredi verra une manifestation dans une ville différente. Maintenant 5 millions de libyens ont manifesté contre l’OTAN.
    http://www.youtube.com/watch?v=_cCs88bFvFo&feature=player_embedded
    Ici discours du Colonel Kadhafi à Syrte le 24 juillet devant une foule enthousiaste.
    Les libyens ont votés avec leurs pieds

    Dans une ultime action l’OTAN, c’est à dire les USA vont livrer des armes à une tribu berbère au sud de Tripoli, c’est la France qui porte le chapeau, Alain Juppé, sous ministre des affaires qui lui sont étrangères est humilié en Russie.
    La Russie regrette maintenant de s’être trop avancée avec les résolution 1970,1973, car dit M. Lavrov, celles-ci «permet à n’importe qui de faire n’importe quoi n’importe quand» .

    http://www.lefigaro.fr/international/2011/07/01/01003-20110701ARTFIG00674-alain-juppe-affronte-le-courroux-russe-sur-la-libye.php

    Des « rebelles » du sud armés par la France sur ordre des USA sont écrasés par l’armée libyenne. Une offensive à l’est sur le port pétrolier de Brega tourne court également en dépit de quelques rodomontades de BHL véritable ministre des affaires étrangères et mentor de Nicolas Sarkozy.
    http://www.voltairenet.org/Qui-controle-le-port-de-Brega
    On voit ici un journaliste de la TV libyenne se promener dans les installations portuaires de Brega au moment même des annonces triomphantes des médias français.

    Dernier acte, Nicolas Sarkosy et la France piégés et humiliés, une bonne affaire pour les USA.

    Les USA ne se sont guère avancés dans cette affaire, restant dans l’ombre, tirant les ficelles et laissant leurs vassaux français et britanniques supporter militairement l’affaire et se discréditer aux yeux du monde, du monde arabe et du monde africain.
    La France apparaît maintenant comme un état voulant renouer avec la colonisation en Afrique, mais n’en ayant plus les moyens militaires, une France rejetant l’héritage gaulliste, d’indépendance nationale, de décolonisation et d’amitiés avec le monde arabe.

    Les contacts permanents entre la Sarkosie et les autorités libyennes ont été coupés suite aux livraisons d’armes dont seule la France porte le chapeau, plus d’espoirs de sortir de cette affaire avec des contrats mirifiques plus rien à espérer.

    Mais, mais, c’est à ce moment même que les USA choisissent de prendre le relai de la négociation.
    http://www.voltairenet.org/Libye-Washington-prepare-sa

    Humiliation de plus les négociations se déroulent à Tunis. La délégation US est conduite par l’assistant de la secrétaire d’État pour le Proche-Orient, Jeffrey Feltman.

    Le fourvoiement de la France sarkosienne dans l’affaire libyenne montre clairement qu’il ne fut pas demandé d’avis à des analystes français sérieux, ces analystes auraient pu mettre en garde les autorités françaises sur la réalité libyenne résumée dans cet article.
    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/libye-les-faits-98096

    Le peuple libyen qui possède un niveau de vie très élevé et bénéficie de la manne pétrolière n’était pas prêt à se jeter dans les bras d’aventuriers visiblement manipulés et surtout dans ceux de fondamentalistes islamiques pilotés par Londres et qui se sont rendus coupables des pires atrocités.

    Des analystes sérieux auraient pu également avertir les autorités françaises de l’impact éminemment positif de la Libye en Afrique et de la conscience que possèdent les africains de cet impact. La France apparaissant dans cette affaire lourdement colonialiste va perdre encore la un peu plus de son influence.

    Cet apparent bricolage de la France se laissant intoxiquer par les gesticulations et les mensonges d’un Bernard-Henri Lévy, agent de l’étranger, montre à quel point la France est subvertie, dominée par des intérêts qui ne sont pas les siens.

    Les USA, les anglo-saxons ont poussé la France dans cette aventure, ont caché leurs desseins et s’apprêtent à rejeter la responsabilité du désastre annoncé sur la France tout en essayant comme ils le font actuellement à Tunis de tirer pour eux quelques marrons du feu.

    Aujourd’hui une victoire politique et militaire sur la Libye de Kadhafi est impossible, chaque bombardement rapproche encore un peu plus le peuple libyen de son leader.

    Comment sortir de cette affaire, et sauver les meubles en urgence. La seule solution serait de dire la vérité et de proclamer que la France a été trompée et menée là par mensonge et subversion.

    Ce serait son honneur et la marque de sa grandeur !

  17. L'étrangère dit :

    « Aujourd’hui une victoire politique et militaire sur la Libye de Kadhafi est impossible, chaque bombardement rapproche encore un peu plus le peuple libyen de son leader. »

    En effet… Mais… le peuple libyen a payé très cher la trahison de ses « élites »… l’avenir dira ce que la France en aura « récupérée ».

  18. Cécilia dit :

    Les Syriens se rendront aux urnes, Lundi afin de choisir leurs représentants aux conseils locaux.

    Les élections des conseils locaux seront en fait la première application du décret législatif n° 101 de l’année 2011 sur la loi électorale, considérée comme la pierre angulaire de la bonne organisation des élections parlementaires et des élections des conseils locaux en Syrie.

    Le décret 101 stipule une panoplie de mesures destinées à développer le processus électoral, notamment des sanctions envers ceux qui menacent d’entraver son cours, le droit des naturalisés à élire et à être candidats aux conseils locaux, de même qu’il autorise aux partis qui verront le jour en vertu du décret législatif n° 100 de se présenter aux élections que ce soit à travers des listes électorales ou individuellement.

    Selon des observateurs, la nouvelle loi de l’administration locale aura des répercussions positives sur la vie des citoyens et la situation des services publics.

    Parallèlement, un haut comité électoral a été installé, en vertu du décret n° 374 de l’année 2011. Ce comité se compose de cinq juges, conseillers à la cour de cassation, ce haut comité a formé, à son tour, des sous-comités au niveau des gouvernorats, chacun d’eux est chapeauté par un juge conseiller à la cour d’appel.

    D’après les données statistiques du haut comité électoral, 42.889 candidats seront en compétition pour pourvoir 17.588 sièges dans l’ensemble du territoire.

    Les électeurs sont invités à participer au suffrage dans 9.849 bureaux de vote dans 1.337 circonscriptions électorales.

    Pour garantir la légalité du processus électoral, le ministère de l’Intérieur a distribué pour la 1ère fois, « l’encre secrète » aux bureaux de vote.

    Cette encre ne peut être effacée qu’après 48 heures, ce qui empêchera toute fraude dans le processus électoral.

    Le ministre adjoint de l’Intérieur aux affaires civiles, Hassan Djalali, a indiqué que les électeurs seraient en mesure de donner leurs voix en présentant leurs cartes d’identité selon le décret n° 125 de l’année 2011.

    A noter, enfin, que deux nouveaux bureaux de vote itinéraires ont été établis à Homs pour que ceux qui ont été obligés de quitter leurs logements, à cause des événements !

  19. sowhat dit :

    Pour la nième fois je pose candidement la même question et vous prie de m’en excuser :

    le mot d’ordre de grève générale que la soi-disant révolution syrienne a lancé pour la journée du dimanche 11 décembre (jour non chômé en Syrie) a-t-il été suivi ? il semble que ce soit encore – une fois de plus – un bide total.

    C’est quand même curieux qu’aucun média de la pensée unique n’ait évoqué le sujet alors que cet appel à la grève générale et à la désobéissance civile a fait l’objet d’un grand battage médiatique.

  20. BWANE dit :

    Clap 36, dont je ne sais pas grand chose, sauf le fait qu’ils produisent des documentaires toujours intéressants, se propose de publier un documentaire relatif à la Syrie, était présent dans la dernière escapade de Mère Agnès Maryam de la Croix en Syrie, et fait appel à la générosité du public exclusivement non misratiste :
    http://www.clap36.net/

  21. sowhat dit :

    des centaines de soldats américains de l’Otan arrivés ces derniers jours en Jordanie ont débuté des opérations à la frontière jordano-syrienne

    http://www.boilingfrogspost.com/2011/12/11/bfp-exclusive-developing-story-hundreds-of-us-nato-soldiers-arrive-begin-operations-on-the-jordan-syria-border/

    • NO PASARAN dit :

      Ca s’appelle pas de l’ingerence ? Mais a qui se plaindre, si la  »police mondiale » et la  »justice mondiale » (OTAN et ONU) sont CORROMPUES ???

  22. sowhat dit :

    l’intégralité de l’interview du président Assad a été rendue publique par la chaîne ABC (pourquoi avoir attendu tout ce temps ?)

    http://abcnews.go.com/Politics/video/bashar-al-assad-interview-15125366

  23. joska dit :

    Tiens donc, voilà qu’aujourd’hui sur LCI, notre chauve écervelé ministre des affaires étrangères et accusateur sans preuves vient de dire aux journalistes que la Syrie était l’auteur de l’attentat au sud Liban par le biais du bras armé du Hesbollah, visant les soldat de la finule, il me fait marer car avec le problème qu’à le pouvoir syrien à régler dans leur comment peuvent-ils provoquer, comme le fait l’occident, les pays hostile à tous les syriens et non au Président Bashar! Quel merveilleux stratagème chauve Juppé, les élections arrivent et on en reparlera même si vous attaquez les syriens!