• Actualité
  •  

L'armée continue ses opérations à Homs. Le harcèlement semble avoir changé de camp.. Ce mardi 7 février, le ministère syrien de l'Intérieur a annoncé dans un communiqué sa volonté de poursuivre les opérations contre les groupes terroristes, à Homs, ce jusqu'au rétablissement de "la sécurité et de l'ordre dans tous les quartiers de la ville et de sa province". D'autres actions militaires sont en cours en Syrie, notamment autour de la ville de Zabadani, non loin de la frontière libanaise. Mais [...]



Que se passe-t-il à Homs… ?

Par Guy Delorme,



Un blindé détruit à Homs par ces insurgés qui combattent le régime "à mains nues", pour reprendre les mots d'Alain Juppé...

Un blindé détruit à Homs par ces insurgés qui combattent le régime "à mains nues", pour reprendre les mots d'Alain Juppé...

L’armée continue ses opérations à Homs. Le harcèlement semble avoir changé de camp.. Ce mardi 7 février, le ministère syrien de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué sa volonté de poursuivre les opérations contre les groupes terroristes, à Homs, ce jusqu’au rétablissement de « la sécurité et de l’ordre dans tous les quartiers de la ville et de sa province« .

D’autres actions militaires sont en cours en Syrie, notamment autour de la ville de Zabadani, non loin de la frontière libanaise. Mais il est évident que Homs, baptisée « capitale de la Révolution » par les opposants et leurs relais médiatiques, a une valeur symbolique majeure, en tant que cité de plus d’un million d’habitants, située à 150 kilomètres de Damas – et à  moins de cent de Hama. Et que le pouvoir est décidé à faire de la reconquête de Homs un signal fort aux Syriens comme aux étrangers, ennemis ou alliés.

L’AFP et Reuters parlent de « tirs nourris mais sporadiques de Kalashnikov et de mitrailleuse, ainsi que de tirs d’obus » dans le secteur de Bab Amr, bastion des insurgés situé au sud-ouest de la ville. Elles citent le témoignage d’un habitant, selon qui les « bombardements n’ont pas cessé de la nuit« , et qui affirme  que les combats touchent aussi les quartiers d’Inchaat (centre-ouest, près de la gare) et Joubar.

L’OSDH a publié un bilan pour la journée de lundi de 98 « civils » morts à travers le pays, dont 69 pour Homs, la ville voisine de Rastan, Qousseir (30 kilomètres au sud-ouest de Homs) et Houla. Il y a donc fort à parier qu’un certain nombre d’insurgés figurent dans ce bilan « civil« , étoffé certainement encore par des assassinats perpétrés par les insurgés sur des Syriens « mal pensants ». On va voir très vite ce que valent les rodomontades de l’ASL face à une action résolue des forces syriennes. Nous avons déjà notre petite idée…

Manipulations de cadavres à Homs ?

Restons à Homs. Le quotidien en ligne Asia Times, basé à Hong Kong, publie un article du journaliste brésilien Pepe Escobar sur la Syrie dont la deuxième partie – intitulée « Qui tue qui ? » – porte sur les combats à Homs. Elle repose essentiellement sur la communication d’une Homsi chrétienne qui a contacté l’auteur par mail. Cette habitante évoque les centaines de morts allégués par l’opposition dans les récents combats de vendredi à Homs, et dit qu’ils ont été mis en avant par l’opposition comme une manière de faire pression sur le vote au Conseil de sécurité – qui intervenait quelques heures seulement après le prétendu « massacre » -, et déclare que ce chiffre des victimes a ensuite été ramené depuis à 33. Elle évoque les motifs de douter de certaines vidéos censées confirmer ces allégations initiales de l’opposition par rapport au grand nombre de victimes civiles. Selon elle, il y a tout lieu de croire que certaines vidéos censées montrer ces victimes d’al-Khalidiya (quartier nord de Homs), montrent en fait des cadavres de soldats de l’armée syrienne régulière et d’alaouites kidnappés. Par ailleurs, elle soutient qu’il n’y avait pas de présence militaire à Homs [vendredi, dans les quartiers insurgés], et qu’on ne peut donc pas parler d’offensive de l’armée sur Homs, mais plutôt de la tentative des rebelles de reprendre des check-points. Elle déclare également que dans les quartiers chrétiens de Homs repris par l’ASL, les chrétiens ne sont pas maltraités par les « rebelles », à l’inverse de ce qui a eu lieu contre les alaouites. Elle évoque pour finir ses amis qui quittent Homs, et le sentiment de perplexité répandu chez beaucoup de Homsis qui se demandent qu’elle est la stratégie du gouvernement : « People are completely in the dark as to what the government is thinking regarding Homs » (« Les gens sont totalement dans le brouillard sur ce que le gouvernement entend faire à Homs« ).
L’article cite ensuite le journaliste Nir Rosen selon lequel il n’y a pas de combats à Homs mais plutôt des opérations limitées de l’ASL pour prendre le contrôle de check-points et des bombardements au mortier à partir de positions sûres de l’armée régulière sur le quartier d’al-Khalidiya. Selon lui cela témoigne d’avantage de la faiblesse du gouvernement que d’une opération de destruction planifiée de Homs. Nir Rosen est un journaliste américain d’origine israélienne, résidant au Liban, qui a acquis une certaine notoriété pour ses articles – très critique envers l’administration américaine – sur l’Irak post-Saddam. Il a créé la controverse aux Etats-Unis en soutenant que le Hezbollah libanais n’était pas une organisation terroriste mais «  un mouvement politique et de résistance légitime« .

Cela dit, nous pensons, au contraire de Rosen, qu’il y a bien une offensive militaire à Homs, reflet de la volonté du gouvernement syrien de montrer à tous que la crise a pris un tournant, après le double véto russe et chinois.

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

23 commentaires à “Que se passe-t-il à Homs… ?”

  1. le Baron dit :

    Petit metier du web A Homs ..Maintenant on recycle même les photos des massacres de Setif.

    http://www.youtube.com/watch?v=EKYQHddm_fA

    The first one is for a massacre committed by the French occupation in Algeria on 08.May.1945. The second goes back to 1860 when sectarian conflicts erupted in Lebanon and escalated to Damascus…

  2. Souriya ya habibati dit :

    http://www.silviacattori.net/article2787.html
    Je l’avais posté sur l’autre page mais il a bien sa place ici puisqu’on parle de Homs.

  3. l'étrangère dit :

    TEMOIGNAGE
    Homs, une ville plongée dans l’horreur organisée par des groupes armés et non par Damas
    Le Syrien qui témoigne ici vit à Homs, dans le quartier où a été tué Gilles Jacquier en même temps que huit sympathisants syriens du gouvernement Assad. Les obus tombaient tout autour de son immeuble au moment où nous parlions. Tétanisé par la peur et l’angoisse de la mort qui rôdait, il parlait à voix basse, difficilement.

    http://www.silviacattori.net/article2787.html

  4. Shamia Al Quds dit :

    on peut lire ça aussi sur le site de wikistrike :

    http://www.wikistrike.com/article-syrie-exemples-de-manipulations-mediatiques-recentes-98621704.html

    Il y a deux voix discordantes et deux sites internet avec des “nouvelles” divergentes. C’est le Syrian Observatory for Human Rights (SOHR), basé en Grande-Bretagne qui, depuis des mois, est la source quasi exclusive des médias internationaux et même de l’ONU – dans les rapports rédigés par les experts du Haut-Commissariat aux droits de l’homme. Les deux sites en question sont : http://www.syriahr.org et http://www.syriahr.net. Le premier se définit lui-même comme le “site officiel de l’Observatoire” tout comme le second d’ailleurs qui précise être le seul et unique “site officiel”.

    Depuis le 17 janvier, le site http://www.syriahr.org a mis bien en évidence sur sa page web une lettre collective qui “désavoue” Rami Abdul Rahman, nom qui, jusque-là, avait été cité comme celui du directeur de l’Observatoire. La lettre présente également des excuses à ses lecteurs pour l’éventuelle “méprise”. Les autres membres du SOHR affirment, eux, que cette personne n’existe pas et que c’était juste une signature commune pour tous les articles rédigés par les fondateurs. Ensuite il y a un certain Osama Ali Suleiman, installateur d’antennes basé à Conventry qui a travaillé à l’Observatoire et qui signait Rami Abdul Rahman. Mais ses articles paraissaient suspects car il écrivait également au sujet de victimes parmi les forces de sécurité nationales et au sujet d’autres nouvelles “non vérifiables” et qui ne mentionnaient pas le nom des disparus.

    Ensuite, au mois d’août, les autres opposants ont prié Suleiman de partir et ont démarré un nouveau site internet. Néanmoins Suleiman a poursuivi avec l’ancien site. D’ailleurs, au sujet des derniers affrontements, la BBC a cité comme source celle de Rami, alias Suleiman (et l’agence de presse italienne ANSA a repris cette information). Dans les deux cas, on attribue toujours les morts aux coups des milices de l’armée et de la police mais jamais à des bandes armées d’opposants ou à la soi-disant “Armée syrienne libre”. C’est le scénario classique : “répression de manifestants pacifiques”. Même s’ils sont armés jusqu’aux dents. C’est la même confusion caractéristique de toute la guerre en Lybie entre les civils et les milices armées.

    Soeur Agnès-Mariam de la Croix, mère supérieure palestinienne dans le monastère syrien de St-Jacques, diffuse de son côté des listes de victimes des bandes armées et continue à dénoncer la propagande à sens unique et la “cruauté de la désinformation des médias qui utilisent les morts à des fins de propagande”. Un cas récent qui a fait le tour du monde est l’élimination, dans le quartier Nasihine de Homs, de douze membres de la famille Bahadour parmi lesquels plusieurs enfants. Un voisin raconte aux médias ce qu’il a vu grâce à un trou qu’il avait percé dans le mur : “sept hommes en uniforme, des partisans du régime, qui sont ensuite montés dans un blindé protégés par les tireurs d’élite de l’armée”. Mais la religieuse Agnès-Mariam de la Croix a pris contact avec la famille : “Abdel Ghani Bahader était le frère de Ghazouan Bahader, chauffeur auprès du bureau du gouverneur de Homs. Il nous fait le récit suivant : “Nous sommes une famille sunnite qui travaille pour l’Etat. Nous voulons rester neutres. Mais les insurgés nous ont attaqués à plusieurs reprises à tel point que mon frère voulait déménager après qu’il a refusé d’entrer dans l’Armée syrienne libre. Mais il n’a pas eu le temps de le faire. Les bandes armées ont voulu punir de façon exemplaire quiconque parmi les Sunnites refuserait de rejoindre l’opposition”. Après c’est facile d’accuser le gouvernement. Celui-ci demande d’ailleurs aux organisations d’aller vérifier à Homs par elles-mêmes”.

    En attendant, Nayf Al Danyfat, directeur de l’école supérieure de Jasim (dans la province de Daraa), a nié, sur la chaîne Al Jazeera, que l’école avait été prise d’assaut par les forces de sécurité et que deux personnes avaient perdu la vie dans l’opération. Quelques jours auparavant, la maman de la fillette de 4 mois qui, selon la version de l’opposition, était morte torturée en prison (où se trouve son père), a expliqué que sa fille était morte de maladie à l’hôpital.

    Le jeune bloggeur Sami A., opposant de la première heure, à Homs, a fait part à Arabi Press de sa déception devant le constat de la tournure terroriste qu’ont prise les évènements. Syriascope, un groupe de jeunes syriens, tente de diffuser les informations recueillies par le Syrian Observatory on Violence, Victims and Terrorism (www.sovvt.sy ) : nouvelles et photos des victimes des bandes armées, des personnes kidnappées, torturées et assassinées. Mais cet Observatoire ne trouve aucune audience auprès des médias internationaux. C’est ce que Fidel Castro appelle la “dictature des médias”.

    Dernièrement les combats ont fait beaucoup de victimes dans les deux camps. A Deraa (ville d’où la révolte est partie) les combats ont laissé sur le terrain principalement des forces gouvernementales au dire de la population locale. Mais les titres suggèrent l’idée d’une répression de la part du gouvernement dirigée contre les civils sans défense.

    Alors que The Times publie l’interview d’un représentant de l’opposition (considéré comme “important” et donc anonyme) qui révèle que le Qatar et l’Arabie saoudite financent l’armée libre alors que la Turquie se charge de faciliter l’entrée des armes de contrebande dans le pays.

    L’agence du gouvernement SANA rapporte l’assassinat de plusieurs soldats et à Homs, celui de Amal Isa, une fonctionnaire agronome. Elle parle également de conspiration arabo-occidentale et du recrutement de mercenaires et de terroristes. D’après le journal libanais Al Diyar, ces informations ont été confirmées par un officiel irakien qui appartenait à la délégation des observateurs de la Ligue arabe. La mission a été brusquement interrompue suite aux pressions du Qatar et de l’Arabie saoudite.

    Source : Il Manifesto

    Traduit de l’italien par Carolina Badii pour Investig’Action

    Source : michelcollon.info

  5. amir dit :

    Sarkozy fait perdre l’âme de la France en Syrie

  6. Spector dit :

    Mon soutient aux forces loyalistes contre cette vermine d’Al Qaida…

    Prenez exemple sur l’Armée et le Peuple Algérien dans les années 90. L’ONU voulait s’immiscer dans nos affaires intérieures, nous avons subit un embargo officieux sur les Ventes d’Armes…

    Mais nous avons vaincus les Terroristes ! Notre Armée a été sans pitié avec cette vermine.
    Il semble que vous affrontiez la vermine d’Al Qaida du Golfe… SOyez sans pitié contre eux…

    • Yasmine dit :

      L’Algérie n’est pas un exemple. Il n’y a pas eu d’Al Qaida en Algérie. Ce sont les généraux qui ont fauté en interrompant le processus électoral au moment où ils voyaient le pouvoir leur échapper. S’en est suivie une guerre civile qui a fait plus de 200 000 morts. Ces généraux ont préféré tuer 200 000 de leurs concitoyens (ils en ont profité pour liquider tous leurs opposants politiques ainsi que des villages entiers qui ont « mal voté ») plutôt que de céder le pouvoir tout ça avec le soutien (politique, médiatique…) de la France. Ces crimes ont ensuite tous été attribués au FIS. Aujourd’hui, les vrais assassins n’ont toujours pas été jugés et Bouteflika leur a même accordé l’amnistie. La situation en Syrie n’est pas comparable. Là il s’agit de groupes armés soutenus par l’étranger (OTAN+golfe) qui veulent renverser Bachar coûte que coûte car pas assez docile et y placer un pion wahabbi façon A.S. Il veulent reproduire le cas libyen en quelque sorte. La déstabilisation s’inscrit dans un plan qui vise à remodeler le moyen orient en faveur des intérêts israélo-US. Du néocolonialisme en fait…

      • Spector dit :

        Vous ne comprenez rien…
        On a voulu destabiliser l’Algérie de l’extérieur…
        L’armée a bien fait d’interrompre le processus électoral…
        ET de déclarer la guerre à ceux qui ont voulu faire couler le sang des algériens…

        C’est fini votre propagande Makhzeniste !

  7. Spector dit :

    Encore un mot:

    Vive la Syrie Souveraine, l’Algérie est avec Vous contre ces Terroristes !

    • Spector dit :

      L’algérie ne s’est jamais couché devant l’OTAN… Pas la peine d’accuser les Généraux Algériens…
      Ils ont dit non à la Guerre du Golfe de 91 et 2003.
      Non à l’intervention contre la Lybie.
      Non aux ingérences en Syrie…

      Cessez de mentir !

  8. Julie dit :

    L’article de Sylvia Cattri est conforme aux témoignages qui nous prviennent de Homs.
    Ce matin par contre, BFMTV a annoncé à grande pompe un témoignage important d’une famille de Homs qui a pu quitter la Syrie et se réfugier en France. J’ai donc perdu quelques précieuses minutes à guetter ce fameux témoignage pour découvrir, sans grande surprise, deux jambes et une voix qui a récité pendant quelques secondes la litanie habituelle sur l’armée qui tue. Quel scoop!

  9. fatima dit :

    http://www.arabi-press.com/?page=article&id=21622..
    Allez à ce lien et lisez l’article « ما الذي ستفضحه عن سورية لجنة فرنسية – جزائرية – بلجيكية ؟ « ..
    La vérité commence à s’éclater en plein jour..!!

  10. Christian dit :

    Les forces de sécurité libanaises ont saisis le cargo d’un avion venant des USA… lire article ci-dessous:

    http://www.presstv.com/detail/225422.html

  11. mécréante dit :

    Vous avez entendu « Bakwa » Koudmani sur FranceInter ce soir ?

    Elle dit ne pas faire confiance à la Fédération Russe car elle bloque l’ONU !
    Mais comment lui (leur) faire comprendre que personne, en Syrie, lui a rien demandé ?

  12. Christian dit :

    Le rêve de Gringrich, candidat à la présidence US, fait tout pour plaire au lobby sioniste… tout comme ses concurents d’ailleurs:

    http://www.almanar.com.lb/spanish/adetails.php?eid=11489&cid=24&fromval=1&frid=24&seccatid=25&s1=1