• Contributeurs
  •  

                  Simone Lafleuriel Zakri est, outre une fidèle visiteuse du site Infosyrie, l'auteur d'ouvrages remarqués sur la Syrie et ses traditions, et notamment de la "Botaniste de Damas : traité d'amour et de simples", un roman historique et, effectivement, d'amour, sur fond de croisades (1). Française - et parisienne - amoureuse de la Syrie et d'un Syrien, elle réagit ici avec virulence et humour à l'opposante exilée et journaliste anti-Bachar Hala Kodmani qui a signé récemment dans l'Express un article, bien dans [...]



Simone Lafleuriel-Zakri : quelques conseils à Hala Kodmani…

Par Simone Lafleuriel-Zakri,



La romancière franco-syrienne Simone Lafleuriel-Zakri...

La romancière franco-syrienne Simone Lafleuriel-Zakri...

...et la journaliste syro-bobo-masochiste Hala Kodmani :

...et la journaliste syro-bobo-masochiste Hala Kodmani :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Simone Lafleuriel Zakri est, outre une fidèle visiteuse du site Infosyrie, l’auteur d’ouvrages remarqués sur la Syrie et ses traditions, et notamment de la « Botaniste de Damas : traité d’amour et de simples », un roman historique et, effectivement, d’amour, sur fond de croisades (1).

Française – et parisienne – amoureuse de la Syrie et d’un Syrien, elle réagit ici avec virulence et humour à l’opposante exilée et journaliste anti-Bachar Hala Kodmani qui a signé récemment dans l’Express un article, bien dans la veine catastrophiste et dénationalisée des opposants « occidentalo-centrés », dans lequel elle exhalait complaisamment sa « honte d’être syrienne » et appelait au boycott du … savon d’Alep, produit traditionnel et très apprécié en France, de l’artisanat syrien (voir notre article « Le savon d’Alep rattrapé par son passé« , mis en ligne le 16 septembre).

Simone Lafleuriel-Zakri lui propose donc, dans cette lettre ouverte et malicieuse, d’autres produits syriens à boycotter et, plus sérieusement, se penche sur sa mauvaise conscience de Syrienne exilée et normalisée et s’efforce de mettre en lumière son irresponsabilité, son instrumentalisation par des hommes et des collectivités qui « se fichent éperdument » de la liberté , de la dignité et du bonheur du peuple syrien.

(1) Paru aux Editions Encre d’Orient

(Les intertitres et les passages en gras sont de la rédaction d’Infosyrie)

 

Pour d’autres possibilités de boycott (lettre ouverte à Hala Kodmani)

 » On peut suggérer pour  le boycott  (même si ce procédé n’est pas admis en ce qui concerne les produits israéliens), une liste d’autres excellents produits syriens :

-boycott de l’ombre du pin d’Alep qui permet à tous ces Alépins de se mettre au frais l’été et de pique-niquer en famille  au lieu d’aller manifester à la sortie des mosquées comme on leur demande depuis six mois et sans résultat ; de la  coriandre dont la région d’Alep est productrice et exportatrice en grande quantité et qualité, du cumin (mais la Chine  achète  presque tout) ; de l’anis qui entre dans la fabrication de nos bons Pernod et ce depuis des lustres (région de Deir ez zor et  Euphrate) ; de la rose de Damas quand  la majorité des Damascènes restent chez eux à en faire  des confitures ou un délicieux sirop…

Et la pistache d’Alep ?!

Mais le grand oubli de Madame Kodmani reste, dans son désir de mise à l’index des productions de ses compatriotes, celui de  la pistache d’Alep, vendue partout dans le monde et même pas concurrencée par celle de Turquie et d’ Iran car chacune ayant un emploi différent . Il est vrai que… les vergers de pistachiers, autrefois plutôt cantonnés dans la région d’Alep, s’étendent désormais jusque dans les faubourgs de Hama  la très musulmane, alors que les 9o millions d’oliviers à base de la fabrication du savon d’Alep peuplent les campagnes de tout le nord de la Syrie : de Homs, Hamas ou Idleb à la frontière turque  et dans les régions   de  population  kurde qui en vivent et qui seront contents d’apprendre les visées de ces dames pour les ruiner, eux qui ont déjà pas mal de peine à survivre.
Grâce à une émission de radio  qui a permis d’apprendre que le miel syrien est d’une très grande qualité  tout comme le  coton syrien qui est naturellement  bio, on peut y inclure désormais ces deux autres produits dans le programme de boycott.
Mais  Mme Kodmani a encore beaucoup de produits syriens à proposer pour sa liste,  histoire d’aider tous les petits producteurs syriens à fermer fabriques et boutiques, et à partir  en exil en France, la rejoindre…

Fiers d’être syrien et non d’être nantis

Par ailleurs, ayant écouté, Madame, l’une de vos interviews (vidéo) au sujet de votre honte d’autrefois à dire que vous étiez syrienne, (j’avais déjà remarqué qu’il y avait  beaucoup de Syriens qui voulaient faire croire  qu’ils étaient libanais, cela faisait  plus chic et c’était bien admis chez nous, en France, quand on veut parler du monde arabe qui nous plait car bien comme nous), permettez-moi de vous dire qu’il n’y a jamais eu de honte à être avec le peuple syrien, proche de lui, de faire connaitre sa culture, son histoire, la richesse des composantes de sa société très complexe, surtout pour nous autres étrangers…
Effectivement, en revanche, il n’ y a aucune fierté à se réclamer des classes les plus aisées de cette société : elles étaient et sont -  surtout  la chrétienne, mais aussi toutes les couches très aisés, et de quelque  origine ou culte que ce soit, de ces quartiers bourgeois de Damas ou d’Alep – tellement conformistes, voire racistes, intolérantes et maniérées qu’il n’y a, en effet, aucun intérêt à se réclamer d’elles. Elles qui ne se soucient jamais d’aller voir comment le peuple syrien des villes, des villages, de la steppe ou d’ailleurs, vit, survit et travaille au quotidien. Elles ont la même peur de s’aventurer en dehors de leurs quartiers protégés.
Il est amusant par exemple de voir cette société « embijoutée » découvrir enfin le quartier de la citadelle  d’Alep, mais avec chauffeur pour garer la voiture et ne pas se salir les pieds dans ces ruelles forcément  » sales » (!) et mal fréquentées (trop de femmes voilées et de gamins), ce uniquement parce qu’il vient de s’y ouvrir des restaurants chics en terrasse, et très au-dessus (topographiquement et financièrement) des familles du quartier qui investissent le soir, toute la place, en bas, plus bas…
Dommage que vous soyez restée si longtemps éloignée de la Syrie profonde et de sa vie quotidienne.  Elle est si digne, si vivante mais aussi si démunie face à tous ces événements dont elle sait aussi que tout y est manipulé. Hélas, vos oppositions diverses mais tout à fait légitimes ne gagneront rien à être adoubées par des régimes occidentaux d’abord  préoccupés non pas par vos problèmes de liberté et de démocratie dont ils se fichent éperdument, mais bien plutôt par la sacro-sainte survie et sécurité de leurs amis israéliens et  parce qu’elle peuvent soutirer à votre peuple.
C’est dabord cela qu’il faut  dénoncer et pour la liberté du monde arabe, de travailler à le débarrasser  de ces hypothèques  récurrentes que sont  le sort des  Palestiniens, les ingérence cyniques dans la région, la mainmise des Occidentaux sur l’essentiel des ressources…
Et pour ce qui est des appuis et subits regards complaisants des actuels politiciens et médias, s’arrogeant comme d’habitude et à eux seuls le droit de comprendre ou d’expliquer les événements de votre pays, sachez qu’ils ne sont que partiaux et intéressés, hypocrites et cyniques… Ils ne vous reçoivent et ne vous acceptent que parce que aujourd’hui vous servez leurs intérêts. Et c’est cela qui est honteux…
Mais on  verra bien à l’occasion de ces journées de discussions à propos de l’Etat palestinien, qui sont ces appuis et amis qui aiment  tant vous serrer la main  sous les flashs complaisants, et vous recevoir sous les lambris dorés de leurs bureaux parisiens parce qu’ils ont décidé « que vous le valez bien« …

En tout cas en ce qui concerne ma famille, elle n’a jamais eu honte de se dire d’origine syrienne : mon  mari qui a choisi jeune étudiant de vivre en France parce qu’il s’y trouve bien, et mes filles nées en France mais qui  ont aussi pris la nationalité syrienne sans en retirer rien d’autre que le plaisir de se retrouver à Alep et de parcourir très régulièrement et avec plaisir les  paysages de votre pays, madame Kodmani.
Pour moi, mariée depuis si longtemps à un Syrien, je lui suis très reconnaissante de m’avoir fait connaître tous les recoins de son pays et des sociétés qui le composent, en plus de  son histoire à la fois si riche et si douloureuse ! En toute modestie et depuis plus de trente ans je m’attache à les faire mieux connaître quand tant d’autres ne veulent en parler que par certains aspects limités, et alors que la Syrie et son présent ne peuvent  se comprendre qu’en les remplaçant largement  dans l’histoire de toute la région…
Merci de votre possible attention et très modestement, SLZ.

L'artisanat et l'artisan syriens : voilà l'ennemi des bobos syriens exilés !

L'artisanat et l'artisan syriens : voilà l'ennemi des bobos syriens exilés !




Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

22 commentaires à “Simone Lafleuriel-Zakri : quelques conseils à Hala Kodmani…”

  1. farah dit :

    Madame Simone, vous êtes sincère dans vos propos qui m’ont beaucoup
    touchés et ma famille aussi.

    Continuez à écrire

  2. Alaoui Hamed dit :

    Bravo ma chere Simone, je reconnais bien la votre verve et votre amour de ce pays qui est aussi le notre depuis si longtemps.

  3. Syrienne libre dit :

    Je comprends Me Lafleuriel.

    Les Syriens n’ont, je pense, jamais donné une mauvaise image dans leur pays d’adoption.
    Bien au contraire.
    Et c’est à notre réussite sociale, notre travail, notre education et notre genérosité que nous devons cela.
    Nous nous « intégrons » à la société, sans jamais renier nos origines, partageons volontiers notre culture. Nous sommes fieres de ce pays aussi riche par son histoire millénaire que par la diversité culturelle et religieuse qui y habite.

    « Mais on verra bien à l’occasion de ces journées de discussions à propos de l’Etat palestinien, qui sont ces appuis et amis »

    Sur ce point je suis d’accord avec vous.
    Je considère que les pseudo soutiens de sionnistes éminents sont à boycotter farouchement et nous sommes nombreux, parmi les opposants à répugner ce genre d’appui, surtout lorsqu’ils veulent parler à notre place.
    http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/270511/bernard-henri-levy-epargnez-aux-syriens-votre-s
    Idem concernant les khaddam, les Rifaat et autre profiteurs peu scrupuleux.

    « se penche sur sa mauvaise conscience de Syrienne exilée et normalisée et s’efforce de mettre en lumière son irresponsabilité, son instrumentalisation par des hommes et des collectivités qui « se fichent éperdument » de la liberté , de la dignité et du bonheur du peuple syrien. »
    Personnellement et comme beaucoup d’autres, je ne suis pas naïve quant au soutien intéressé de certains gouvernements.

    Mais on ne peut pas nier l’existence de personnes sincères qui se battent pour relater la réalité des évènements : oui il existe bel et bien des assassinats, des arrestations arbitraires, des réfugiés, des fosses communes, des gens torturés…

    On ne peut nier l’existence d’une répression.
    Ni ignorer qu’une partie du peuple syrien soutienne, pour des raisons propres à chacun, le régime actuel.

    Tout n’est pas tout noir, tout n’est pas tout blanc.

    Si par malheur, le régime tient et qu’il promet des éléctions, à nous de tout faire pour qu’elles soient… réellement démocratiques!

    Si le régime chute, et que nous arrivons à mettre en place un nouveau systeme, à nous, de tout faire, pour que la Syrie soit à l’image des aspirations pour lesquelles nos compatriotes se sont sacrifiés :
    liberté , democratie en Syrie!
    A nous de tout faire pour que le pays ne sombre pas dans une guerre civile.

    http://www.youtube.com/watch?v=zV_yCOMvZ0k&feature=player_embedded

    Je suis contre les injustices,
    contre les extrémismes,
    contre les boycotts qui toucheraient directement le peuple,
    contre cette dictature répressive et son culte de la personnalité,
    pour une Palestine libre,
    pour la récupération du Golan,
    pour la liberté d’expression
    pour l’égalité des droits, etc.

    En attendant, je soutiens fermement cette révolution que beaucoup ici, se permettent de dénigrer. Pourtant, j’ai vu beaucoup de « partisans » soutenir les révolutions tunisiennes et égyptiennes…
    Cette révolution n’a, en aucun cas une connotation islamiste, salafiste, sioniste…

    Vive la Syrie libre et démocratique!

  4. Souriya ya habibati dit :

    Chère Madame,
    Je vous trouve très belle et votre amour pour les miens vous pare à mes yeux de beaucoup de vertus.
    Quant-à ceux et celles qui expriment leur haine de soi sur les places parisiennes, ils me font penser à la fameuse phrase de notre ami Walid Almouallem « la caravane de la Syrie passe mahma ‘awat alkilab »

    • lafleuriel Zakri dit :

      Mais ce qui m’interroge et c’est ce que encore aujourd’hui j’ai constaté, toutes les personnes que j’ai rencontrées ici et qui parlent de la Syrie en tant qu’opposants ou opposantes sont des gens qui ne sont pas en Syrie et n’y vivent pas, même Syriens ou qui ne connaissent de leur pays que leurs beaux quartiers et leurs mini-société. Ils ne connaissent rien par exemple ni des sites historiques ni des différents régions de Syrie. Et pour les femmes, ce sont des femmes de haute bourgeoisie ou assez aisées.j’ai rencontré aussi quelques intellectuelles syriennes ou libanaises mais ce sont aussi « des dames « plus françaises ou européennes que syriennes et quand la Syrie les inspire, c’est assez déconnecté de la réalité sur le terrain .C’est aussi le cas dans la peinture. par ailleurs je ne connais pas beaucoup de Syriens qui soient au Parti et dans le gouvernement. En Syrie, je connais mieux les gens ordinaires qui ne sont ni des beaux quartiers ni dans les sphères politiques..ET d’ailleurs, finalement ce n’est pas si facile de rentrer dans les différentes parties de la société syrienne qui finalement ne s’intéressent pas tellement à ce qui se passe en dehors de leur propre cercle et qui, si par hasard elles vous croisent ne se demandent m^me pas ce que vous faites là..Tout le contraire des gens du peuple qui veulent savoir et de vous et d’ailleurs et comment cela se passe chez moi par rapport à chez eux… …

      • Syrienne libre dit :

        La diversité sociale, professionnelle et religieuse n’est plus à prouver chez les personne qui espèrent la chute du régime, aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur.
        Pour beaucoup d’entre eux, les opposants syriens qui vivent en France, ont été contraint de s’exiler, il y a 6mois, un ans, dix ans voir 30 ans…
        Donc non seulement ces personnes, ne vivent plus dans leur pays , mais elle n’auraient plus le droit de s’exprimer, sous prétexte qu’elle n’y vivent pas?

        Personnellement, je viens d’uns famille simple, ni pauvre ni riche, des deux côtés. Avec dans ma famille (à part mes parents ils sont tous en Syrie) des sunnites, alaouites et chrétiens.
        Je vois certains s’exprimer en faveur du regime comme j’en vois qui espèrent de tout coeur la fin, et ce ne sont pas les plus riches…
        Ceci crée malheureusement, des conflits et des tensions au sein de la famille…

        Il faut arrêter un fois pour toute, les prétextes pour décridibiliser ceux qui se battent pour relayer la révolution.
        Sinon on ne pourra jamais dialoguer.

        Bien à vous

        • lafleuriel Zakri dit :

          Oh bien d’accord ! mais c’est mieux si on va voir sur le terrain, si on peut !!!.Et il est vrai aussi que plus on observe la société syrienne comme moi, de l’extérieur et plus on la trouve complexe et c’est aussi vrai que ces événements provoquent y compris dans les familles des discussions et divisions. Et bien sûr que tous les Syriens veulent des journaux libres, des partis divers et refusent cette main-mise du parti sur les nominations de fonctionnaires et sur les secteurs importants de l’activité et le fait que les citadins étaient surpassés par les gens venus des régions rurales (cela changeait un peu ces dernières années ) et j’en passe,et etc etc Il y aurait matière à discussions sur chaque sujet (voir les bouquins d’analyse de la société syrienne) souvent cités….. . Moi, ce que je crains, c’est la duplicité et le cynisme de nos interventions occidentales qui, depuis des années ont toujours été néfastes dans cette région complexe. Et je me pose le pourquoi etles raisons profondes de cette révolution qui éclata à six mois de la situation au Moyen Orient à propos de la Palestine, et qui va déboucher sur une grave et dangereuse remise en question dans toute la région (et y compris en Turquie et on y est ! détacher à tout prix ce pays du monde arabe avec lequel elle s’était trop rapprochée, la remettre dans la stratégie US,Israël et voir aujourd’hui conseils d’Obama la Turquie doit être avec ..nous ) Cette révolution n’est pas, mais pour moi et d’autres, « qu’une révolution syrienne » comme la Tunisienne est Tunisienne.L’affaiblissement et l’éclatement de votre pays rentrent absolument dans les stratégies d’éclatement de la région si désirée par les Bush-Rice, Obama-Clinton et israeliens en prime que cela fait peur!
          La Syrie va-t-elle devenir comme l’Irak maintenant chiite et accessoirement sunnite kurde e minorit.T chrétienne), une fédération à base confessionnelle ? les Kurdes de Syrie voient-ils se profiler la possibilité de leur Etat dont Mossoul serait capitale et qui est déjà bien organisé ? de quoi a peur la Turquie qui compte en plus des 12 millions de Kurdes, je crois plusieurs millions d’Alaouites ? Si le pays explose où iront se réfugier les Alaouites qui seront tous compromis même si au sein de leur grande tribu, tous n’étaient pas des soutiens au régime. En Turquie qui est sur la défensive déjà avec ses Kurdes..Pourquoi ce sont les deux partis laÏcs qui gênent les politiciens « occiden »: Irak Syrie où la religion n’était pas sur les cartes d’identité alors que tous les autres dictatures religieuses (Arabie Saoudite et Iran s’affrontent et qu’Israël s’est imposé dans la région comme un Etat fondé sur la seule religion juive et que c’est ce modèle religieux et communautaire qui paraît dès lors privilégié : ce modèle qui était le modèle mais avorté des puissances mandataires anglaise et française (comme par hasard de nouveau au turbin pour le Américains et avec ces deux agités de Juppé et Cameron, d’ailleurs entrai de se gratter le crâne au sujet des Palestiniens et très dociles en ce qui concernent le reste des dictatures du monde arabe…
          Et pour clore parce qu’il le faut… le chapitre des interrogations,quelle sera la place des chrétiens en Syrie nouvelle et à terme, qui comme le fait remarquer Marie Seurat étaient protégés (par besoin d’alliance par le Parti Baath).Ok les Syriens se disent d’abord syriens mais ils vivent en communautés. Déjà à Alep le quartier chrétien n’est plus chrétien; les Arméniens sont encore bien cantonnés dans leur Alep du nord- est, mais je remarque que quand résonnent les chants des muezzins à Alep et si on n’entend pas les cloches discrètes des nombreuses églises, par contre on ne peut, nulle part, échapper à l’appel de la prière ni aux paroles des prêches..Les touristes trouvent cela beau mais moi, souvent, je m’interroge..Est-ce gentil pour les autres confessions et pour moi athée, qui suis réveillée en sursaut ?( mais moi je suis étrangère donc je ne m’en plains pas.j’écoute même avec grand plaisir les chants des séances des soufis dans mon quartier tranquille et de toutes les mosquées !) Maintenant moi ce que je raconte de la Syrie ce n’est que ce que je pense et observe et essaie d’analyser avec ce que je sais de l’histoire, de la géopolitique de la région et qui fut toujours dominé par le problème de l sécurité d’Israêl mais en fait d’abord de la sécurité de nos approvionnements en pétrole et gaz. je ne demande pour vous qu’à me tromper ;ce n’est pas du tout grave. je ne suis qu’une passante en Syrie et au fait française et non franco syrienne. Ne résidant pas en Syrie je ne peux acquérir la nationalité et d’ailleurs je ne l’ai pas demandée. Donc à vous de faire votre Syrie bien sûr et à vous seuls !

          • Syrienne libre dit :

            :)

            J’aime votre sincérité.

          • Lubnan dit :

            Madame,

            je vous remercie pour votre franchise.
            Enfin une description de la Syrie loin de la politique, des médias… mais plutôt proche des innombrables beautés naturelles qui composent la Syrie.

            Merci.

            Bien à vous.

            PS: L’Iran n’est pas une dictature et est loin loin loin très très loin d’être comme l’Arabie Saoudite.

          • Etudiant dit :

            Merci.
            J’ajouterai que le seul moyen pour les Syriens d’éviter justement toutes les interventions-ingérences est de rester uni coûte que coûte.
            Ce n’est pas tâche évidente, mais j’y crois et continuerai d’y croire.

      • Fathi dit :

        Chère madame, vous dites à propos des opposants Syriens que vous rencontrez que ce sont « des gens qui ne sont pas en Syrie et n’y vivent pas ». Donc d’après vous ils ne sont pas au courant de la situation et fantasment. Comment expliquez-vous alors le cas de cette présentatrice célèbre de la TV Syrienne Ola Abbas qui aurait pu rester à Damas et y vivre adulée par le régime, mais a courageusement choisi de le quitter pour venir à Paris exposer ses crimes et lui faire son procès? Pensez-vous qu’une telle personne qui a travaillé 15 ans dans les médias Syriens ne connaît pas son pays? Pourquoi a-t-elle tout abandonné en pris d’énormes risques pour venir en France? Pensez-vous qu’elle soit mentalement dérangée?

        • Louis Denghien dit :

          Hypothèse : elle s’offre une retraite « citoyenne » dans un pays en paix où elle pourra faire la bobotte. Paris est plein d’exilés syriens « de qualité » comme on disait du temps de Molière…

          L.D. & Infosyrie

          • Fathi dit :

            Ça semble malin mais ce n’est pas convaincant. Désolé mais il faudrait trouver des arguments plus objectifs et plus acceptables

  5. Cécilia dit :

    Chère Simone, chère madame,

    Votre texte m’a beaucoup touché. Il est si sincère, si parlant, si fière tout comme votre amour pour la Syrie. Ce pays des gens aussi naturels, aussi généreux, amoureux de leur terre, fière de leur appartenance. J’avoue que j’ai rarement vu un peuple si attaché à sa terre comme ce peuple.

    Vos enfants ont la chance d’avoir la nationalité syrienne. Les miens non.
    Espérant que la loi sera votée pour donner la nationalité aux enfants nés d’une mère syrienne.

    Je suis Syrienne et fière de l’être. Je le dis, je l’écris et je le crie haut et fort. Lire votre article si touchant m’a renforcé encore plus dans ma position.

    Cependant, il faut que Hala Kodmani pense aussi à faire un appel à boycotter le sumac aussi!
    Dans mes promenades provençales, j’en trouve de temps en temps.

    Sincèrement

    • lafleuriel Zakri dit :

      Le sumac ? Bon j’ai aussi écrit sur toutes les plantes qui porte le nom de la syrie ou de villes de syrie comme le pin d’Alep..comme la nigelle de Damas en plus de la rose bien sûr (oui mais il faut que je me renseigne…la khetmie, le notobasis (c’est incroyable la variété et la beauté des chardons que l’on trouve en Syrie et les autres mais avec sur les jardins de syrie, j’ai donné tout cela à l’excellente « Gazette des Jardins  » qui est publiée à Nice..ET savez vous que le hamster est exclusivement de la région d’Alep; les hamsters vendus dans les jardineries proviennent d’ élevages syriens.Tien s on peut suggérer ce nouveau boycott celui du Hamster….Amusant …

      • Syrienne libre dit :

        Vous connaissez el driré?
        Propre à Alep surtout aux femmes d’Alep.
        Peu de gens connaissent.
        Comme ma grand mere, je l’utilise pour parfumer mon armoire comme on utiliserait la lavande en provence.
        Pour les cheveux c’est moins pratique comme soin!

        • lafleuriel Zakri dit :

          Ah oui bien sûr; Moi, j’en mets aussi dans la salle de bains pour l’odeur. .Par contre ce qui m’étonne c’est que les syrienne n’utilisent pas la lavande.il y en a pourtant;Là il y a un mystère;Par contre les iris sont partout et sur les tombes …
          Un ami de mon mari a rigolé quand je lui ai dit que je venais d’acheter du « driré ». Il m’a dit:  » quelle chance a ton mari !Tu lui refais la maison de son grand père !!! ». Dans ma maison d’Alep, j’essaie de mettre toutes ces choses. D’ailleurs comme je passe beaucoup de temps à discuter avec les gens du souk et avec des ami(e)s qui connaissent bien leur patrimoine (mais eux sans trop l’employer dans leurs maisons modernes), alors ils m’indiquent ces produits ou ces objets et à quoi ça sert et etc…Syrienne libre, j’aimerai vous envoyer une photo de ma maison sous les jasmins, avec massifs de rose de Damas et bougainvilliers à la sortie du souk du coton à Alep.
          A Alep j’ai trouvé de beaux bols de Sarreguemines avec le décor « Damas » et en faisant une enquête j’ai vu que Sarreguemines avait eu une collection qui illustrait les événements de Damas entre chrétiens et musulmans avec intervention de l’Emir algérien Abdelkader.
          Pour le sumac, les Iraniens en mettent dans le riz qui devient tout rose. C’est joli à servir.

          • Syrienne libre dit :

            Des bols de Sarreguemines? Incroyable!
            Votre maison a l’air magnifique, il me tarde de retourner en Syrie.
            Pour l’instant, c’est un peu compliqué, je suis déjà « fichée » alors pendant la révolution, ça l’est encore plus…
            Peut-être pourrions nous nous contacter par nos mails respectifs, avec l’aide des administrateurs?

  6. lafleuriel Zakri dit :

    Et avec un très joli décor bleu…Je crois qu’on peut les voir sur internet.

  7. Marie dit :

    Je constate qu’au-delà de l’analyse politique, les femmes( les hommes aussi) sont capables de s’intéresser à la beauté des choses et cela me semble particulièrement important.Essayer de réenchanter le monde alors que la situation n’est pas très belle à voir participe au désir de tous ceux qui aspirent à vivre en paix. S’énivrer de l’odeur de modestes jasmins c’est être capable d’être touchés par la plus petite expression , délicate émotion d’une nature fragile.Pour ma part, j’ai un penchant pour la fleur de frangipanier dont un vieil homme m’a offert un bouquet alors que je me promenais le long de la corniche.Cette beauté naturelle, on peut la retrouver dans la « noblesse » des gens simples syriens, dont la principale richesse se résume à une expression souvent entendue
     » alarassi » à votre service.Se mettre au service des autres ne signifie pas perdre sa liberté , c’est accorder sa confiance sans attente de contre partie, pour la beauté du geste.
    Il faut se montrer reconnaissant et on ne peut que s’incliner devant une attitude aussi rare de nos jours.
    Alors bravo à toutes celles et ceux qui sont capables de réenchanter un monde que certains ont décidé de noircir et de remplir de larmes.
    Confiance, indulgence et gratitude….

  8. syrienne dit :

    A la syrienne libre je dis : votre déclaration scoop sur le site médiapart n’avait qu’un seul but : écarter Lama el Atassi qui était devenu grâce à sa clientélisme de BHL une rivale dangereuse. Vous mendiez l’ingérence étrangère depuis les premières semaines de la contestation ! Pourquoi ? Parce que vous savez bien que vous ne pouvez pas parvenir au pouvoir par des moyens démocratiques c’est la raison pour laquelle vous cherchez à ruiner Alep et Damas qui ne veulent pas se prosterner ni devant vous ni devant vos protecteurs les sous traitants de la politique américaine en France. Depuis le début de la contestation vous n’avez cessé de tenter de briser la volonté sociale qui vous rejette en bloc. Maintenant, après avoir tout essayé, vous vous appuyez sur des criminels de la rue qui terrorisent la population et commettent des atrocités contre des civils et tuent des enfants encore en couche. La Syrie ne vous pardonnera jamais le mal que vous lui avez fait. Madame kodmani pourrait si elle le voulait continuer à avoir honte, elle en aura davantage lorsque le quai d’Orsay la jettera comme des vieilles chaussettes une fois qu’elle aura terminé son rôle éphémère de marionnette malveillante sur son peuple.
    Mes hommages à vous madame Lafleuriel – Zakri pour cet article qui m’a assuré que le peuple syrien, mon peuple, n’est probablement pas seul

  9. syrienne dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=fxVs7VQ2Z-o
    J’alerte toute personne sensible que cette vidéo contient des images extrêmement violentes