• Décryptage
  •  

L'eussiez-vous cru ? On peut être opposant assez radical à Bachar et au Baas, et être aussi, tout à la fois, lucide et patriote. C'est ce que vient de prouver Haytham Manaa, président de la Coordination nationale, qui regroupe une tendance de l'opposition intérieure syrienne. Manaa vient en effet d'accorder un entretien à l'importante chaine arabo-libanaise LBC (Lebanese Broadcasting Corporation) - de sensibilité plutôt "haririste", proche des Forces libanaises de Samir Geagea, opposant déterminé de la Syrie. Un entretien dans [...]



Le divorce est consommé entre le CNS et la Coordination nationale

Par Louis Denghien,



Haytham Manaa refuse plus que jamais la dérive "otanesque" du CNS

L’eussiez-vous cru ? On peut être opposant assez radical à Bachar et au Baas, et être aussi, tout à la fois, lucide et patriote. C’est ce que vient de prouver Haytham Manaa, président de la Coordination nationale, qui regroupe une tendance de l’opposition intérieure syrienne. Manaa vient en effet d’accorder un entretien à l’importante chaine arabo-libanaise LBC (Lebanese Broadcasting Corporation) – de sensibilité plutôt « haririste », proche des Forces libanaises de Samir Geagea, opposant déterminé de la Syrie. Un entretien dans lequel il se démarque très nettement – définitivement ? – de l’autre grand pôle anti-Bachar, le Conseil natonal syrien. Au nom de l’indépendance et de la paix intérieure syriennes.

Contre l’OTAN, en Libye comme en Syrie

Que dit Haytham Manaa ? D’abord que la Syrie, indépendamment de ses problèmes politiques internes, est devenu l’enjeu d’un affrontement entre puissances et blocs de puissances étrangères. Les Etats-Unis, dit-il, sont très en pointe sur le dossier syrien et, en face, les Russes, qui ont « retenu la leçon libyenne« , et « sont prêts à mettre 20 fois leur véto (au Conseil de sécurité de l’ONU) s’il le faut« . Et Manaa d’ajouter à destination de ses interlocuteurs et, au-delà, à tous les ennemis du régime syrien : « Inutile de perdre votre temps. Ils (les Russes) me l’on dit très clairement« . Manaa, en effet, comme Ghalioun, a fait, en septembre dernier, le voyage de Moscou, pour s’entendre dire par un conseiller diplomatique de Medvedev qu’il n’y avait pas d’autre issue pour les opposants que de s’asseoir à une table de négociation avec Bachar et ses amis. Pour Moscou, en effet, la Syrie ne sera jamais la Libye.  Cette fermeté russe, Haytham Manaa avoue ne pas savoir si c’est un bien ou un mal pour son pays, il la constate.

Manaa revient sur l’ »exemple » libyen, qui influe donc si fort sur le destin syrien : « L’expérience libyenne 52 000 morts et 300 000 blessés, ce n’est pas beau mon frère ! » dit-il en s’adressant à l’animateur de LBC. Et le chef de la Coordination nationale, dont les militants participent en Syrie aux manifestations anti-régime, d’affirmer très fermement que l’indépendance de la Syrie est comme une ligne rouge qui ne doit pas être franchie par quiconque, elle ne sera pas livrée à une ingérence étrangère : « Jamais nous ne la donnerons à l’OTAN, jamais elle ne sera aux mains de ces gens-là ! ».

Le CNS ? « un nid de bourdons« , co-responsable du drame syrien

Ces « gens-là », cela désigne apparemment, outre les « OTANistes », les rivaux du CNS. Le CNS qui, affirme Manaa, est clairement influencé par les pays du Golfe, qui lui font miroiter une reconnaissance onusienne, sauf que tout l’argent du Golfe, rappelle-t-il, ne pourra acheter le véto russe.

Ce ne sont pas les seuls reproches que fait au CNS le dirigeant de la Coordination nationale : pour lui, la confédération des opposants radicaux sous domination des Frères musulmans, du gouvernement turc, des Etats-Unis et de la France est un « nid de bourdons » et de mendieurs de places. Et aussi un sacré « sac de noeuds », où les dirigeants intriguent les uns contre les autres et ne regardent pas tous dans la même direction. Rien d’étonnant, selon Manaa, dans la mesure où le CNS s’est constitué d’une manière « comploteuse« , suite à des rencontres secrètes ou discrètes avec des représentants de l’étranger, à l’étranger. Bref, Haytham Manaa le dit clairement, le CNS n’est ni très syrien, ni très démocratique.

Ce n’est pas tout : cet opposant déterminé à Bachar reconnait que la responsabilité de la situation en Syrie est « partagée » : l’opposition type CNS/ASL a sa part de responsabilité dans la violence dit Manaa qui, à son tour, brise le tabou, le non-dit de la violence des groupes armés anti-régime.

Cette charge anti-CNS n’est pas tout à fait une surprise : voici un mois et quelque, des négociations au sommet entre la Coordination nationale et le CNS avaient achoppé sur la question d’une éventuelle intervention militaire étrangère contre la Syrie, que Manaa et ses amis s’obstinaient à refuser quand le CNS et les Frères musulmans la réclamaient à cors et à cris. Ce clivage fondamental s’est apparemment transformé en fossé infranchissable.

A vrai dire, les Libanais de LBC ne sont pas les premiers à recevoir le sentiment – négatif – d’Haytham Manaa : dès les débuts du mouvement de contestation, il s’en était pris, au micro de Radio France International, à la désinformation véhiculée par « la propagande médiatique des pro-Séoudiens, celle de certaines télévisions financées par des salafistes et par les Séoudiens« , qui « couvrent les événements d’une façon très sectaire« . Cette propagande ayant, assurait-il, « un effet très négatif dans le pays« . Mais Haytham Manaa s’en prenait aussi aux opposants Facebook tant admirés en Occident, disant qu’ils étaient des exilés déconnectés de la réalité syrienne qui « dans leur majorité ont une coloration islamiste« . Haytham Manaa revendiquant un caractère « civique et laïque » du mouvement – on peut penser que l’évolution du dit mouvement lui a donné tort sur ce point.

Reste la question de l’avenir, de la représentativité de Manaa et de ses amis, coincés entre un régime qu’il condamnent et une opposition radicalisée qui n’espère plus que dans la guerre civile et l’invasion étrangère. Manaa (né en 1951), homme éduqué (il est diplômé en médecine psychosomatique), parfaitement francophone (il a étudié et vit semble-t-il en France), qui préside aussi aux destinées d’une « Commission arabe des droits de l’homme« , est répétons-le, est un opposant déterminé de Bachar al-Assad, mais il s’est toujours prononcé pour une transition démocratique pacifique, sans ingérence. On peut juger – c’est notre cas – sa position angélique, irréaliste, voire irresponsable dans la mesure où le renversement, même pacifique, de Bachar, signifierait à coup sûr la fin de la stabilité et de l’autonomie politique de la Syrie. Mais enfin ce n’est pas un Burhan Ghalioun, potiche des Américains, d’Erdogan et des Frères musulmans.

Le pouvoir ne devrait-il pas faire un geste envers cette opposition-là ? Nous n’avons évidemment pas la réponse à cette question compliquée – même si des sources libanaises affirmaient voici quelques jours que Bachar al-Assad lui-même était désireux de rencontrer Haytham Manna, et que tant Moscou que Téhéran pousseraient à cette rencontre. Mais disons quand même que par sa lucidité et son courage, Haytham Manaa sauve un peu de l’honneur de cette opposition syrienne, si mal entourée et si mal fréquentée par ailleurs…

Le CNS, ou l'opposition syrienne résolument décomplexée vis-à-vis de la question de l'inféodation à l'étranger : ici son président Burhan Ghalioun avec un de ses nombreux parrains géopolitiques...

 

 

D’après une vidéo traduite de l’arabe pour Infosyrie par notre correspondante Cécilia, le 13 janvier 2012. Ci-dessous, le lien :

http://www.youtube.com/watch?v=8x29iaKBMAA&feature=related



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

36 commentaires à “Le divorce est consommé entre le CNS et la Coordination nationale”

  1. Mohamed dit :

    Bravo, Cécilia, pour la traduction,
    Merci à Louis pour l’analyse. Effectivement, cette position ne peut être que comptabilisée pour Haytham Menna et pour la coordination, mais avec leur intransigeance ils passent, certainement, à côté de la position historique à prendre pour sauver concrètement leur pays.

  2. Ninoveli dit :

    La CIA va vite l’eliminer

  3. Julie dit :

    Je le trouve personnellement assez lucide dans son discours.
    Par contre, il y a toujours les excités qui se répandent en injures et menaces contre lui après chaque interview. N’est-ce pas lui qui avait, le premier, dit avoir reçu des propositions pour l’envoi d’armes en Syrie? raison suffisante pour qu’ils le traîte de vendu entre autres.
    Question pour qui pourrait m’éclairer sur un point : que s’est-il passé pour que le gros Abou Shahata devienne l’un des ennemis les plus durs du président Assad? pendant des années ils semblaient très proches. (Que ceux qui s’apprêtent à me parler de démocratie s’abstiennent)
    Merci d’avance.

    • Cécilia dit :

      Bien vu Jolie, en effet, c’est lui qui a reçu des propositions pour l’envoie d’armes en Syrie dès le début des manifestations à Daraa (il est originaire de cette ville). Il l’a bien tout en le dénonçant.

      Par contre, je n’ai pas d’informations sûres sur le changement de position du mari de Moza à par celle que j’ai lue quelque part que cela vient de fait que Bachar a refusé de cautionner le projet de l’intervention de l’OTAN en Libye. Qatar a même participé militairement en matérielles et en hommes sans parler de son « argent ».

      A part cela, je suis comme vous, à la recherche d’une ou des réponses de ce changement.

      • fatima dit :

        C’est Haytham qui a refusé « les propositions d’envoi des armes » ; ainsi que l’argent.
        La question que je me pose : « dès le départ il connait très bien les gens de la CNS !!!et son financement par les Occidentaux et par les pays du Golf !!. Donc, pourquoi, il(Menna) a accepté de signer avec eux (les membres du CNS) un accord ??
        En tout cas, pour moi,depuis quelques temps il a des opinions qui changent selon …
        Un jour avec et un jour contre l’opposition ??.
        malgrès ce changement,il est le plus objectif parmi tous les opposants..

      • fatima dit :

        Merci Cécilia de cette excellente traduction..

      • Julie dit :

        Cela me semble plausible comme cause (l’intervention en Libye) mais franchement, il m’arrive de refuser une sortie entre amis ou une invitation sans aller les bombarder pour autant.
        (l’épouse du mari de Moza est une belle femme, mais quelle idée de s’appeler Banane!!!!!)

        • Akyliss dit :

          Bonjour Julie, pour le prénom de la femme de l’émir, les bédouins donne des prénoms avec le nom des fruits, en tout cas c’est ce qu’un bédouin qui travail pour mon beau-père m’a dit et d’ailleurs sa femme s’appelait tefaha (pomme), tu noteras qu’en arabe, phonétiquement c’est beaucoup plus jolie qu’en français et loin du sens auquel on pourrait penser ici en France …

    • Mohamed dit :

      Bonjour Julie,
      Essayer d’expliquer pourquoi les relations sont passées d’un pseudo 10 à moins 0, entre Hamad et Al Assad, n’est pas aussi simple, mais pour résumer c’est que Hamad n’a pas pu atteindre l’objectif qui lui a été assigné de faire changer de comportement d’Al Assad vis à vis de la ligne de résistance au Moyen Orient, par la carotte après l’échec du bâton. C’est dans le cadre de cette carotte américaine-occidentale-sioniste, que l’on peut comprendre, de même, le rapprochement de Sarkozy, et d’Erdogan, et l’éloignement et l’hostilité de ces derniers, en même temps, d’aujourd’hui.
      Donc après l’échec de la politique du bâton adoptée alors par le couple Bush-Chirac (menaces de Collin Powell après l’invasion de l’Irak, résolution 1559 et retrait des forces syriennes du Liban, Accusation de l’assassinat d’Al Hariri, guerre du Liban …), Sarkozy, Erdogan et Hamad était investi de la mission de changement du comportement de Bachar par l’amitié, les privilèges divers .. et après l’échec de ces efforts et le parachutage de Hariri de la primature du Liban, on est revenu à la méthode sauvage pour renverser Bachar faute d’avoir pu changer ses positions, ni par les menaces ni par la carotte.
      J’espère avoir donné des fils de compréhension, car sinon, il faut relier entre des faits de l’axe de la résistance qui ont fait que ce dernier axe s’est renforcé aux dépend du projet américano-sioniste du nouveau moyen orient, qui a connu des déboires.
      Pour schématiser Hamad fait partie d’un axe et Al Assad fait partie d’un axe contraire. Moyen orient pro-sioniste contre moyen orient de résistance.
      Et, présentement, domination unipolaire contre un façonnement bi ou multipolaire du monde de demain ?!

      • Kinan dit :

        D’accord avec vous Mohamed.

        A l’origine d’une bonne partie de tout ça il y a la rupture de fait de l’accord de Doha de 2008. Le Hezbollah ayant refusé de continuer à jouer à ce petit jeu avec un Saad Hariri propulsé 1er ministre qui, lui, ne jouait plus selon l’esprit du jeu en insistant sur le Tribunal Spécial Libanais, arme de guerre des Occidentaux pour soumettre le bloc de la mumana’a. Le Hezbollah, après une longue crise gouvernementale libanaise, a montré que lui et ses alliés chrétiens pouvaient se passer de Hariri (et de ses parrains saoudiens) pour gérer le Liban et trouver un représentant sunnite modéré (Mikati) pour le remplacer.

        La pilule n’est pas du tout passée du côté de Ryadh et de Doha, qui espéraient reprendre la main en douceur sur le Liban (en ayant endormi la méfiance de Damas) et pousser le Hezbollah à la porte grâce au TSL

        Mais il me semble que plus profondément que cela, l’attitude des monarchies du Golfe s’explique autant par leur soumission à l’Empire américain qu’à l’attitude de l’Iran en Irak.
        Il faut une puissance amie de l’Iran, et en même temps ayant des contacts chez les sunnites irakiens, pour modérer la domination chiite et l’influence iranienne en Irak. Dans ce rôle il ne pouvait y avoir que la Syrie d’Assad.
        Or, tant qu’un modus vivendi sérieux chiite-sunnite en Irak et un rétablissement de l’Etat irakien n’aura pas lieu, les pétromonarchies du Golfe resteront collées à un Oncle Sam pourtant sur le déclin, alors même que les intérêts commerciaux saoudiens devraient les pousser vers la Chine, et ce parce qu’elles sont trop effrayées par l’Iran.

        En plus l’influence iranienne en Irak permet à la propagande satellitaire du CCG de dépeindre fallacieusement le Bloc de la fermeté comme un bloc simplement chiite, et au fond comme un impérialisme perse en terre arabe.

        • Mohamed dit :

          Tout à fait d’accord avec vous Kinan,
          A ce moment là, on peut penser que c’est parce que Al Assad Et Hezbollah, n’ont pas respecté l’accord de Doha, et ont évincé Al Hariri du pouvoir,(le chou à la fois de la France, de la Turquie et du Golf), que la revanche est sévère, mais avec le temps passé et les évènements de ces derniers mois, je suis plutôt enclin à penser que le plan d’annulation de la Syrie, a été déjoué, depuis ce moment, ce qui aurait rendu ces derniers encore plus enragés. Car, imaginons que l’épée du TSL a été suspendue au dessus de la tête du Hizbollah, et que le POUVOIR aurait été passé à Hariri contre le TSL (selon les efforts du dernier moment, entrepris par Davudoglu Et Hamad Ben Jassim), et que la crise syrienne soit éclatée dans ce contexte, (avec un réseau de communication spécifique libanais, et une profonde implication des renseignements américaines et israéliennes, en plus de celles des autres pays occidentaux), il va y avoir un environnement hostile à la « Syrie-Résistante », à la fois au nord (Turquie), et au sud (liban), de la Syrie, avec des zones humanitaires-d’intervention armée (sans besoin de l’aval onusien), de part et d’autre de la tenaille, ce qui ne laisserait aucune chance au pouvoir de s’en sortir. Sur le plan économique, on aurait complètement étouffé la Syrie, (les américains étant encore en Irak), et sur le plan militaire on aurait intervenu de tous les côtés.
          Et c’est dans ce sens que l’on a travaillé et que l’on travaille encore aujourd’hui avec la visite de Ban-Ki-Moon, au Liban.

      • Akyliss dit :

        Mohamed tu as bien expliqué les choses et même lors d’une des interventions du président Bachar El Assad, il avait expliqué que même quand les relations avec les occidentaux était bonne il menaçait la Syrie en faisant passer le message avec des sous entendus …
        ton explication est assez clair (pour celui qui veut comprendre)le role de la France, de la Turquie et du Qatar avant les 10 mois de trouble en Syrie et pendant !

        certains ne veulent pas croire qu’une tactique se prépare longtemps à l’avance et qu’il y a toujours des plans B C et D si il le faut …

        mais incha’Allah qu’aucun plan même jusqu’au Z ne fonctionnera contre l’axe de la résistance …

        • Mohamed dit :

          Oui Akyliss,
          En regard de ce qui s’est passé pendant ces derniers temps, beaucoup de pièges ont été déjoués, et on voit et on sent la victoire très proche, et ce qui sera déterminant dans l’issue de cette crise-complot, c’est la position du peuple syrien, qui a consenti beaucoup de sacrifices, pour éviter un sort à l’Irakienne ou à la libyenne…

  4. Loubnan dit :

    Bonjour,

    Votre article est très très intéressant et j’ai vu l’interview sur Youtube.

    Ceci dit, mon commentaire n’a rien à voir avec votre article, ne concerne pas la Syrie (et il ne s’agit pas d’une diversion comme certains vont le crier) mais voici une vidéo humoristique et réussie sur ceux qui dirigent la France:

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=FH5DaAuqr3E

    • Marie dit :

      Excellent et remarquable sur le plan esthétique cette petite vidéo!
      Peut-être vaut-il mieux faire passer les vérités sur le mode humoristique pour que ça prenne?

    • Akyliss dit :

      Excellent Loubnan, bien trouvé !
      en tout cas ça résume bien les mensonges, la servitude de sarkozy envers les états unis et les sionistes…

  5. Byblos dit :

    Question sincère et non polémique que je me pose : Que représente et qui représente Haytham Manaa? Y a-t-il un parti, un mouvement derrière lui? Quel est son programme? Particulièrement en matière de politique régionale et internationale?

    Car c’est là que le bât blesse. Sans chercher à minimiser la nécessité absolue des réformes intérieures sérieuses en matière de lutte contre la corruption, de libertés de pensée, d’expression, de réunion, bref de démocratisation concrète, force est de constater que l’existence même de la Syrie ne se joue pas là, mais bien dans le cadre de la politique régionale et internationale.

  6. NO PASARAN dit :

    Et ben voilà !!! Ca fait du bien ! Merci l’équipe d’Infosyrie et Cécilia !!!

  7. Cécilia dit :

    Le terrorisme continue en Syrie :

    Incendie dans un train chargé de fioul suites à l’explosion d’une charge explosive déposée par un groupe terroriste armé

    14 Jan 2012

    Idleb- Deir Ezzor / Un train chargé de fioul a déraillé et pris feu suite à l’explosion d’une charge explosive déposée par un groupe terroriste armé entre les deux stations de Mhambal et Bechmarone à Idleb, faisant trois blessés parmi l’équipe du train.

    Dans une déclaration à l’agence SANA, M. George Mqaabari, directeur général de l’établissement des chemins de fer, a indiqué que le train, chargé de 1000 tonnes de fioul employés dans la génération de l’électricité, a été affecté par l’explosion.

    Il a fait savoir que l’établissement avait adopté de nombreuses mesures pour éteindre les wagons incendiés, soulignant que les pertes sont estimées à plus de 30 millions L.S.

    Il a fait noter que le fioul a été chargé de la centrale de Banyas pour l’acheminer à celle d’al-Redouanieh à Alep pour générer l’électricité.

    A noter que, depuis le début des événements plusieurs agressions perpétrées par les groupes terroristes armés ont ciblé les chemins de fer dans nombre de régions, notamment le ciblage d’un train transportant 500 personnes d’Alep vers Damas.

    Par ailleurs, les services compétents ont désamorcé nombreuses charges explosives déposées par les groupes terroristes armés près des entrées des villes de Zabadanie, de Madaya et de Serghaya dans la banlieue de Damas.

    En outre, les services compétents ont saisi nombre d’appareils de communication moderne qui étaient en possession des groupes terrorises armés dans la même région.

    Sur un autre plan, un groupe terroriste armé avait saboté hier le réseau de haute tension, 400 kilovolts, du projet de la ligne électrique entre la centrale d’al-Teym à Deir Ezzor et le gouvernorat de Hassaké.

    M. Adnan Soueidane, directeur du projet, a indiqué que le groupe armé avait coupé les câbles en cuivre liant trois tours à haute tension dans la région de Roueiched à Deir Ezzor, soulignant que les pertes sont estimées à 5 millions L.S.

    Il a fait noter que cet acte terroriste va retarder le travail pour exécuter le projet vital de la liaison électrique entre les deux gouvernorats de Deir Ezzor et de Hassaké.

    Reste à signaler qu’un groupe terroriste armé avait ciblé le 28 décembre dernier, par des charges explosives, la ligne du transport de l’énergie de 230 kilovolts liant les deux centrales d’al-Cheikh Meskine à Daraa et al-Kom à Soueidaa.

    http://www.sana.sy/fra/338/2012/01/14/394170.htm

    Et une vidéo de ce même train :

    http://www.youtube.com/watch?v=oCHnmX6pZoI&feature=youtu.be

    • BWANE dit :

      Tout ce que vous dites est malheureusement vrai, mais je pense qu’il s’agit là des derniers soubresauts de l’immonde bête, du moins je l’espère.

    • NO PASARAN dit :

      C’est dégoûtant !!! Ces deux régions, et surtout Hassake, ont terriblement besoin de développement… Mais on nous dira encore que ces gens-là travaillent pour le bien de la population… Faut vraiment être c*** !!!

  8. claude dit :

    J’avais lu le nom de Haytham Manaa le 6 janvier dans un article de Asia Times online http://atimes01.atimes.com/atimes/Middle_East/NA07Ak03.html que j’avais trouvé plus dur pour le régime syrien que les articles et commentaires d’infosyrie mais qui donnait un certain espoir que les choses puissent s’arranger grâce à cet homme.

  9. BWANE dit :

    Voilà bel et bien cette coopération entre l’orient et l’occident que certains ne veulent pas voir. Notre orient à nous, était composé aussi bien de juifs, de chrétiens ou de musulmans. Merci cécilia pour tout ce que vous faites !

  10. BWANE dit :

    Je voudrais dire mon opinion personnelle à propos de ce Haytham Manaa, sachant que je ne suis pas syrien, et bien,qu’il aille au diable ou bien devant les électeurs syriens en Mars prochain qui ne manqueront pas de l’envoyer également auprès de ce même diable. Vive la Syrie indépendante et souveraine.

  11. SORISHARIF dit :

    Je suis entièrement d’accord avec vous BWANE ,Haytham Manaa ne représente pas grande chose à l’intérieure de la Syrie ,il est comme les autres dites opposants de l’extérieure , il a toujours refusée le dialogue et appelé à la chute de régime et a toujours nié l’existence d’opposition armée .

    • NO PASARAN dit :

      Hé hé, Sorisharif ! Ta réponse est comme celle de mon mari : je lui demandais s’il avait entendu parler de ce Manaa et je lui disais qu’il avait l’air mieux que Ghalioun. Il m’a répondu : « la tfakri : kelb !!! » (ne pense pas, c’est un chien !) ;-)

  12. Cécilia dit :

    Quand l’Iran forte par la preuve menace de fermer le détroit du Hormuz, USA envoient une lettre au Guide Spirituel de la Révolution iranienne !

    Les Etats-Unis ont envoyé une lettre à l’Iran à propos du détroit d’Ormuz, a affirmé dimanche le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, cité par l’agence officielle Irna.

    « L’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Susan Rice, a remis une lettre à Mohammad Khazaie, le représentant de l’Iran à l’ONU, l’ambassadrice suisse à Téhéran a transmis le message et enfin le président irakien Jalal Talabani a également transmis aux responsables de la République islamique son contenu », a déclaré M. Mehmanparast, sans dévoiler ce contenu.
    La Suisse représente les intérêts américains en Iran depuis la rupture des relations entre les deux pays en 1980.
    « Nous sommes en train d’examiner la lettre et si nécessaire nous y donnerons une réponse », a ajouté M. Mehmanparast.

    le resposanble iranien n’a pas précisé si cette lettre est la même signalee vendredi, par le quotidien américain New York Times, selon lequel les Etats-Unis avaient utilisé un canal secret pour mettre en garde le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, contre une fermeture du détroit d’Ormuz, passage stratégique pour le trafic pétrolier maritime.

    Fin décembre, Téhéran avait menacé de fermer le détroit en riposte a la menace des pays occidentaux d’adopter des sanctions contre ses exportations pétrolières.

    La tension est vive entre l’Iran et les Etats-Unis avec les mises en garde répétées de l’Iran contre la présence de la marine américaine dans le Golfe, relançant les craintes d’une éventuelle fermeture du détroit d’Ormuz, par lequel transite 35% du pétrole brut transporté par voie maritime dans le monde.

    « Malgré leur propagande, les Etats-Unis savent qu’ils n’ont pas la capacité de faire face aux actions de la République islamique dans certains domaines, notamment la fermeture du détroit d’Ormuz », a répliqué le général Massoud Jazayeri, adjoint au chef d’état-major des forces armées iraniennes.
    « La politique de l’Iran est de régler les tensions et (…) d’assurer la sécurité de tous les trafics dans le golfe persique », a-t-il ajouté, cité par l’agence Fars. « Mais si les intérêts de l’Iran et du monde islamique sont en danger, nos forces armées ont la capacité d’affronter ceux qui veulent créer des troubles dans la région ».

    Le commandant de la marine iranienne, l’amiral Habibollah Sayari, a répété dimanche que « fermer le détroit d’Ormuz était comme (ndlr: aussi facile que de) boire un verre d’eau ».

    Allant dans le sens de l’apaisement, M. Mehmanparast a également déclaré que « le détroit d’Ormuz est un canal stratégique pour la fourniture de l’énergie dont le monde a besoin et il va de soi qu’assurer sa sécurité est une des priorités de la politique étrangère de l’Iran ».

    Les responsables militaires américains prennent au sérieux les menaces iraniennes. Le chef d’état-major américain des interarmées Martin Dimpsey a affirmé pour le Wall Street journal que l’Iran a les moyens de fermer le détroit d’Ormuz.

    Les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime , prévoient de nouvelles manœuvres navales fin janvier dans le détroit.

    http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=45946&cid=20&fromval=1&frid=20&seccatid=28&s1=1

  13. Julie dit :

    Merci à vous tous pour vos explications.
    Toujours à propos de H. Mannaa
    http://www.youtube.com/watch?v=qEWyoq89hHo&feature=youtu.be
    Il y a en Syrie des zones où il est dangereux de circuler après 17h.
    Je comprends pourquoi il reçoit des menaces très révolutionnaires

  14. Merci pour toutes ces vidéos!
    La situation n’est vraiment pas évidente et les manœuvres de corruption et d’abus de pouvoir sont aberrantes.
    J’espère que le peuple Syrien pourra reprendre le pouvoir, mais cela reste utopique.

  15. [...] étrangères et condamné le rôle des groupes armés islamistes (voir notamment notre article « Le divorce est consommé entre le CNS et la Coordination nationale« , mis en ligne le 14 [...]