• Décryptage
  •  

Difficile (de plus en plus) pour des des conservateurs de droite de soutenir ce genre d'opposants syriens, même si Sarkozy et Juppé continuent de l'ordonner.... Décidément, c'est le proverbe - arabe - qui a raison : "Assieds-toi au bord de l'oued et tu verras passer le corps de tes ennemis". Les cadavres de leur arrogance, de leur prédictions ou de leurs mensonges à tout le moins. Ainsi, c'est un plaisir de plus en plus affirmé que de lire les éditoriaux [...]



Le tortueux chemin de Damas de Frédéric Pons (et d’autres)

Par Louis Denghien,



Difficile (de plus en plus) pour des des conservateurs de droite de soutenir ce genre d’opposants syriens, même si Sarkozy et Juppé continuent de l’ordonner….

Décidément, c’est le proverbe – arabe – qui a raison : « Assieds-toi au bord de l’oued et tu verras passer le corps de tes ennemis« . Les cadavres de leur arrogance, de leur prédictions ou de leurs mensonges à tout le moins. Ainsi, c’est un plaisir de plus en plus affirmé que de lire les éditoriaux d’un Frédéric Pons, patron des pages « Étranger » de l’hebdomadaire « 2/3 UMP, 1/3 FN » Valeurs actuelles. Les plus anciens lecteurs d’Infosyrie se souviennent peut-être que nous avons assez tôt épinglé F. Pons pour ses analyses et articles aussi anti-Bachar que ceux pouvaient commettre n’importe quel plumitif citoyen du Monde ou de Libération. Évidemment, Pons exprimait là une ligne habituelle à la droite pro-américaine et sioniste dont il est l’un des porte-parole les plus en vue (enfin, tout est relatif).

Lucidité tardive ou opportunisme ?

Frédéric Pons : comment manger son chapeau sans perdre la face

 

Mais le régime syrien s’obstinant à ne pas tomber et l’opposition CNS/ASL faisant au fil des mois la démonstration de plus en plus évidente de sa non fiabilité politique et même de sa dérive islamiste et terroriste, Frédéric Pons a dû mettre de plus en plus d’eau dans son whisky atlantiste. Fin février 2012, notamment, alors que l’armée s’apprêtait à mettre fin à la terreur ASL à Bab Amr, le « M. Politique étrangère » de V.A. commençait à mettre en garde contre les lendemains qui ne chanteraient pas tant que ça en cas de chute de Bachar al-Assad et se permettait une petite pique contre « les va-t-en-guerre des droits de l’homme« , lui le va-t-en guerre de l’OTAN et le thuriféraire de Sarkozy. Il est vrai que Pons s’était quand même aperçu que la Syrie n’était pas la Libye, tant à cause de son armée, que de son environnement géopolitique et de ses minorités. C’est évidemment le sort de la minorité chrétienne qui gênait le plus Pons et ses pairs aux entournures.

Six mois plus tard, les conséquences de la chute éventuelle de Bachar demeurent les mêmes, mais en plus l’opposition syrienne s’est un peu plus enfoncée dans l’impuissance politique et le sang, et la Syrie réelle résiste plus que jamais à toutes les tentatives de déstabilisation. À tel point que nombre des défenseurs français du CNS et de l’ASL, surtout à droite, ne sont plus si « chauds » pour agiter le drapeau vert-blanc-noir de la « révolution« . Qui sent décidément un peu trop le patchouli islamiste ou l’or noir du Qatar pour les délicates narines occidentales de ces messieurs les analystes pro-UMP et pro-OTAN. Elle sent aussi de plus en plus la « loose » comme diraient les jeunes, et les mandarins de la grande presse de droite n’aiment pas non plus cette odeur.

Bref dans un texte mis en ligne le 30 août sur le site de V.A., Pons se scandalise tout d’un coup de la différence de traitement par ses confrères des drames syrien et congolais : car au Congo, rappelle F.Pons, un conflit ethno-politique a fait quand même 3 millions de morts en dix ans, quand le drame syrien – un peu plus médiatisé – n’en a fait que 25 000. 25 000 selon les comptes truqués de l’OSDH à propos duquel Pons, qui décidément jette sa gourme, écrit : « Précision utile ; cet OSDH fournisseur de bilans est sous le contrôle de l’opposition, financée par le Qatar« .

Bravo, Patrick, ça c’est de l’analyse ! Quelle lucidité et quelle audace, et tout ça avec seulement une grosse quinzaine de mois de retard sur Infosyrie ! Décidément, ce n’est pas grave que nous soyons des amateurs quand Pons et ses collègues de la grande presse sont des « professionnels » !

Dans la deuxième partie de son texte, Pons  fait le moraliste désabusé par la logique diplomatique du « deux poids-deux mesures », et par la sélectivité de l’indignation occidentale, sélectivité dont lui-même n’a pas été exempt dans sa longue carrière, de l’Irak à la Palestine occupée. Mais enfin aujourd’hui, l’éditorialiste de V.A. va jusqu’à stigmatiser « l’hypocrisie des responsables (français) qui fondent une politique extérieure sur le seul critère des droits de l’homme sans en prévoir le coût et les conséquences« . Et d’ajouter : « L’intervention en Libye ne semble pas avoir servi de leçon qui sonnent aujourd’hui du clairon pour Alep, dans une guerre qui servirait d’autres intérêts que les nôtres« . Pons jette au passage un coup de griffe au registre de l’émotion qui tient lieu d’analyse aux journalistes et politiques français.

De tout cela,; on pourra dire que c’est bien vu, mais un peu tardif. Un peu suspect aussi de la part d’un ferme soutien de Sarkozy/Juppé qui sur le dossier syrien ne se différencient en rien de Hollande/Fabius. On aimerai savoir si M. Pons fustige les politiques parce qu’ils sont irresponsables ou parce qu’ils sont de gauche.

Certains nous trouveront un peu sévère avec un homme qui « évolue bien ». Mais il y a des évolutions qui sentent plus l’opportunisme que le courage et l’honnêteté. Si Bachar était dans une situation critique et Sarkozy toujours président, quelle chanson nous chanterait aujourd’hui Frédéric Pons ?

L’opposition syrienne lasse, déçoit, inquiète…

Gérard de Villiers a remis les pendules à l’heure le 4 septembre chez Frédéric Taddeï, face à la lamentable Florence Aubenas

Disons simplement que cet opportunisme là est bon signe pour la Syrie. Et que l’évolution de Pons, loin d’être anecdotique, est riche d’enseignement, et s’inscrit d’ailleurs dans un mouvement assez général, au moins à droite : autre collaboratrice de première classe de Valeurs Actuelle, Christine Clerc s’inquiétait elle aussi, voici 15 jours, des conséquences d’une éventuelle victoire des révolutionnaires syriens et relayait un appel lancé dans le Monde par deux députés français, l’un PS l’autre UMP, contre le caractère islamiste intolérant d’une partie des adversaires de Bachar. De son style inimitable de grande bourgeoise comme il faut, Christine Clerc qualifiait, du haut de son ignorance, le régime syrien d »abominable« , mais suggérait qu’il l’était somme toute un peu moins que son opposition armée. Une sorte de « ni…ni » de repli, en quelque sorte.

Des réactions et des évolutions comme celles-ci sont à rapprocher de la récente interview de Jamil Sayyed dans le Figaro (voir notre article « Réinformation : ça bouge de plus en plus à droite », mis en ligne le 6 septembre 2012), ou de certains articles, dans les mêmes pages, d’un Georges Malbrunot. Ou encore dans la prestation récente, lors de l’émission de Frédéric Taddeï sur Fr3, du journaliste et romancier Gérard de Villiers qui lui a eu assez tôt la bonne vision de la crise syrienne. Ou aussi du long et implacable réquisitoire contre la diplomatie française signé le 4 septembre sur le blog de Malbrunot par Alain Chouet, ancien haut responsable de la DGSE, et intitulé : « Nos ministres sont-ils mal conseillés ou naïfs sur la Syrie ? »

La tendance de la rentrée est donc à un certain « recul » sur la contestation et l’opposition syriennes, même si politiquement correct oblige Bachar al-Assad va demeurer un méchant de la dramaturgie médiatique française. Au moins à droite, anti-islamisme oblige. Mais « à gauche » même les « lobobotomisés » d’I-Télé devront prendre tôt ou tard leurs distances d’avec cette opposition syrienne de moins en moins « sortable » selon les critères occidentaux. On ne peut exclure d’ailleurs que les féministes montent un jour au créneau pour défendre – un peu tard – les libertés de la femme syrienne. Ou certains gauchistes pour dénoncer le « fascisme vert ». Asseyons-nous au bord de l’oued….

 

On a beau être pro-américain et sioniste à Valeurs Actuelles et au Figaro, on n’est plus sûr de vouloir échanger Bachar contre ça…

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

9 commentaires à “Le tortueux chemin de Damas de Frédéric Pons (et d’autres)”

  1. l'ingenue dit :

    La Syrie laic et multiconfessionnelle vaincra les barbares sectaires à la solde des emirs bedouins du golfes et des nouveaux califes ottomans.

  2. Manick dit :

    J’ai beaucoup aimé le « patchouli islamiste » et la « loose », article intéressant et drôle.
    Les lignes bougent mais il ne faut pas être pris de vitesse, l’intervention de Morsi était plutôt inquiétante, il y a une volonté de fiche en l’air l’unité syrienne avec le poison confessionnel.

  3. mécréante dit :

    Pas sure que ce soit juste le non politiquement correcte des salfos qui fait changer les discours…
    Il doit y avoir autre chose par derrière
    :]

    • vanda dit :

      assez d’accord avec le doute qui pointe le bout de son nez dans ce commentaire : Je pense que si les insurgés l’ avaient emporté à Damas ou à Alep tous ces bien-pensants tardifs n’auraient mème pas évoqué une seconde le coté islamo-terroristes de leurs protégés . Donc l’ article a bien raison de souligner que ce revirement est une bonne nouvelle en ce qui concerne le rapport des forces et peut etre un désengagement au moins progressif du soutien atlantiste à l’insurrection!Pour le reste laissons ces journalistes avec leur conscience.

  4. jamblinj dit :

    Trouvé sur le blog Malbrunot:

    « Syrie : quand Sergueï Lavrov refusait de parler à Alain Juppé

    Par Georges Malbrunot le 5 septembre 2012 17h03

    Diplomatie. Mikhaël Bogdanov, vice-ministre des Affaires étrangères, est attendu à Paris dans les prochains jours. La tête pensante du dossier syrien à Moscou devrait avoir des entretiens au Quai d’Orsay, ainsi qu’avec certains opposants syriens en France.

    « On doit absolument parler aux Russes, sans les diaboliser pour leur soutien à Assad », plaide un diplomate français de haut-rang.

    Ce dernier rappelle que le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, ne voulait plus prendre au téléphone Alain Juppé, après que son homologue français eut stigmatisé « la tâche morale » que représentait le soutien de Moscou à Damas. « Ne recommençons pas avec Fabius », insiste le diplomate.

    Au début de l’été, une délégation de trois diplomates français s’étaient rendus à Moscou pour s’entretenir du dossier syrien. En vain. La Russie campe toujours sur ses positions vis-à-vis du régime syrien. Quant à la France, elle ne parait pas encline à amorcer un rapprochement avec la Russie afin de sortir le dossier syrien de l’impasse. »

    • L17 dit :

      @ jamblinj

      J’ai lu aussi ce billet inachevé de Malbrunot : aucune conclusion ni réflexion, Malbrunot se gardant bien de donner son opinion personnelle !

      Je n’ai pas eu le temps de réagir sur son blog.
      Sur son article :
      [ Syrie: l'influence russe en trois chiffres
      Par Georges Malbrunot le 26 juillet 2012 15h14 | 41 Commentaires ], j’ai dû insister pour que ce Monsieur daigne publier mon commentaire !

      http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2012/07/syrie-linfluence-russe-en-troi.html

      > En tous cas Vladimir Poutne est inflexible sur sa politique étrangère et la Russie soutient la Syrie et son gouvernement sans faiblir, idem pour la Chine et les BRICS….

      * International
      Syrie: la position de Moscou restera inchangée (Poutine) :
      http://fr.rian.ru/world/20120906/195968910.html

      [ La Russie n'entend pas réviser sa position concernant la Syrie, tout en appelant à stopper les violences et les livraisons d'armes dans la zone du conflit, a déclaré jeudi le président russe dans un entretien accordé à la chaîne télévisée Russia Today.

      "Pourquoi cela serait-il seulement à la Russie de réviser sa position? Peut-être nos partenaires du processus de négociations devraient-ils réviser la leur? Lorsque je me remémore ce qui s'est passé ces dernières années, je m'aperçois que plusieurs initiatives prises par nos partenaires n'ont abouti aux résultats escomptés ", a indiqué le chef de l'Etat russe, interrogé à propos d'une modification de sa position sur la Syrie.... ]

      *** Infos publiées par SANA :

      * Lavrov : La Russie avortera toute résolution onusienne justifiant l’ingérence étrangère dans les affaires syriennes 07 Sept 2012
      http://208.43.232.81/fra/55/2012/09/07/440182.htm

      * Lavrov: La Russie poussera vers l’adoption par le Conseil de sécurité de l’accord de Genève sur la Syrie 08 Sept 2012
      http://208.43.232.81/fra/55/2012/09/08/440295.htm

      * Lavrov : La Russie avortera toute résolution onusienne justifiant l’ingérence étrangère dans les affaires syriennes 07 Sept 2012
      http://208.43.232.81/fra/55/2012/09/07/440182.htm

      « Interviewé par la télévision chinoise, … M. Lavrov a réitéré le rejet par son pays de la réédition du scénario libyen en Syrie, soulignant que la Russie et les parties internationales étaient d’accord au cours de la réunion de Genève sur les principes fondamentaux du règlement de la crise en Syrie.

      Il a fait noter que les demandes des pays occidentaux, qui n’étaient pas disposés à approuver le communiqué de Genève, de la nécessité que le gouvernement syrien retire les militaires et les armes lourdes des villes avant de réclamer la trêve à l’opposition, armée signifie une capitulation unilatérale. »

      Cordialement

      http://salam-akwaba.over-blog.com/articles-blog.html

  5. mécréante dit :

    Entrevue exclusive avec Bassam Tahhan, porte-parole du Collectif pour la Syrie. En intégrale lundi 10 septembre 2012.

    http://www.solidariteetprogres.org/Syrie-Il-y-aura-un-hiatus-entre-Hollande-et-Fabius-Bassam-Tahhan_09054

  6. yann dit :

    parfait ces évolutions qui montrent que les rats quittent le navire !
    juste une petite précision, les rebelles en Syrie ne sont pas des révolutionnaires mais des contre-révolutionnaires qui veulent faire revenir le pays en arrière, et d’ailleurs l’organe central du gouvernement syrien s’appelle « At Thawra » …. « la Révolution », ….40 ans avant l’ASL ! Car ce régime a procédé à des changements sociaux et économiques révolutionnaires que veulent remettre en cause, comme en Libye, les (contre-)révolutionnaires.

  7. [...] par pat le 8 septembre 2012 Excellent article d’Infosyrie sur le retournement de veste du « spécialiste » des pages « Etrangers » de Valeurs [...]