• Décryptage
  •  

Gérard de Villiers envoie son héros Malko barbouzer contre Bachar à Beyrouth. Mais dans la réalité le père de SAS stigmatise l'aveuglement du gouvernement et des médias français sur la Syrie   L'aveuglement, cette obstination de la diplomatie française à soutenir en Syrie les force du chaos et du fanatisme religieux qu'elle stigmatise partout ailleurs, de Toulouse au Mali en passant par l'Afghanistan (sauf dans le Golfe, tout de même), commencent à susciter des interrogations et des critiques chez des analystes [...]



SAS contre Fabius

Par Louis Denghien,



Gérard de Villiers envoie son héros Malko barbouzer contre Bachar à Beyrouth. Mais dans la réalité le père de SAS stigmatise l’aveuglement du gouvernement et des médias français sur la Syrie

 

L’aveuglement, cette obstination de la diplomatie française à soutenir en Syrie les force du chaos et du fanatisme religieux qu’elle stigmatise partout ailleurs, de Toulouse au Mali en passant par l’Afghanistan (sauf dans le Golfe, tout de même), commencent à susciter des interrogations et des critiques chez des analystes pourtant peu bacharistes, de Frédéric Pons en Georges Malbrunot, de Jean-Pierre Chevènement à Lionnel Luca. Sur le site néoconservateur Atlantico l’universitaire Frédéric Pichon estime ce 27 septembre que Fabius parie sur l’éclatement communautaire de la Syrie. Mais que l’évidence de la menace de l’islamisme radical dans tout le Proche-Orient, et au-delà, devrait conduire cette ligne du Quai d’Orsay à évoluer, en direction des positions russes. Tout ceci nous parait un peu contradictoire, et on n’y est pas encore. Pichon dit en revanche quelque chose d’intéressant, et peut-être de juste : les Français et les Occidentaux, qui « réalisent enfin le coût insupportable que représenterait une intervention », sont en réalité bien contents du véto sino-russe, qui leur permet de s’en tenir à une escalade verbale.

« Fabius est fou ! »

Autre critique, plus frontale et imagée, de la ligne Juppé/Fabius sur la Syrie. Dans le magazine Jeune Afrique, le journaliste et romancier Gérard de Villiers, père comblé du fameux SAS, vacataire de la CIA et héros d’une série diplomatico-policière vendue à des centaines de milliers d’exemplaires, et par ailleurs véritable globe-trotter international depuis des décennies, Gérard de Villiers donc s’en prend sans langue de bois ni précautions à la vulgate politico-médiatique française sur la Syrie. Pour lui, qui connait le pays et certains de ses responsables, les Syriens « ne sont pas des tendres« , mais ce sont « des gens fiables« .

Gérard de Villiers dit que la France dans cette affaire n’est que le caniche empressé des Américains. Il n’y a, évidemment, « pas l’épaisseur d’un papier à cigarettes » entre Juppé et Fabius qui tous deux « poursuivent le même plan, la même connerie« . Au passage, le journaliste critique vertement la petite phrase de Fabius sur le président syrien « qui ne mérite pas d’être sur terre » : « Fabius est fou » conclut de Villiers.

Le père de SAS – qui porta une contradiction efficace à Florence Aubenas lors d’une récente émission de Frédéric Taddéi sur France 3 – évoque encore Manaf Tlass, présenté sans rire par certains journaux français comme un possible successeur de Bachar mais que lui exécute d’une phrase – « Un play-boy qui ne vaut rien » ; Assef Chawkat, beau-frère et bras droit de Bachar, tué dans un attentat (que de Villiers – tropisme SAS ? – ne sait à qui attribuer) ; et du « silence assourdissant » des Israéliens sur la crise syrienne : mais là GdV se trompe : le président Shimon Pérès et le ministre Ehud Barack se sont fendus de déclarations sans ambigüité en faveur de la rébellion.

On oubliait de préciser que le romancier sort une nouvelle aventure de SAS : cette fois le prince Malko Linge, toujours à la pointe de l’actualité, lutte contre al-Qaïda au Mali et… monte depuis Beyrouth un complot de la CIA pour éliminer Bachar et le remplacer par une personnalité du régime « plus acceptable » par l’Occident. On suppose que ce plan diabolique échoue in extremis à la fin, mais GdV fort de ses souvenirs et connaissances constamment remis à jour donne sûrement à cette fiction ce parfum de réalité politique qui émane toujours des aventures de SAS. Du reste, l’auteur explique à Jeune Afrique que son scénario est celui caressé par les  gouvernements américain et israélien. On souhaite que la réalité ne dépasse pas la fiction !

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

10 commentaires à “SAS contre Fabius”

  1. Pierredelacraudetoulon dit :

    je doute de l’intelligence EN PROFONDEUR de ce Monsieur
    du moins ai-je noté
    que dans son article
    il envisageait l’hypothèse d’une zone nord « libérée » AYANT ALEP COMME CAPITALE.
    Article signalé comme ayant été mis en ligne aujourd’hui.
    Or cela ne me semble guère pertinent au vu des dernières nouvelles du front
    et dans l’attente, bien sûr, des faits concrets traçant les premiers résultats de la gigantesque offensive décisive mettant un jeu des milliers de rebelles….annoncée comme ayant débuté il y a quelques heures.
    L’explication toute bête est peut être que cet article a été écrit il y a deux mois…. mais qu’il n’a pas été relu par celui qui l’a mis en ligne aujourd’hui (est-ce le même?)

  2. Pierredelacraudetoulon dit :

    et je voulais parler de M. Pichon bien sûr.

  3. Rensk dit :

    Y a des drôle de truc avec « les ayants droit de véto »…

    Juste un exemple, qui en faite parle de beaucoup de choses…

    - Bon les mecs qui ne savent pas (car pas informé)… La Cour européenne des droits de l’homme a donné raison à Monsieur Youssef Nada dans sa requête dirigée contre la Confédération helvétique. Elle a établi que les autorités suisses ont violé la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) en mettant en application les sanctions prises par le Conseil de sécurité de l’ONU…

    Comprenez-moi bien ; l’ONU et notre vote pour y entrer (seul vote populaire du monde), et les 5 (bientôt 6 ?) avec leurs droits de véto (un droit, rien d’autre)… ont retrouve 3 ayants droit de véto au tribunal des droits de l’homme de Strasbourg… c’est vous dire ce qu’est « la politique »…

  4. unknownsoldier dit :

    « Le silence assourdissant d’Israël » ??!!!
    Et BHL, il parle au nom de qui LE grand tartophile ?!!
    Et Fabius, AU sang contaminé coulant dans ses veines, pour qui se fait-il saigner aux quatre veines ? Pour la fille cadette de la Synagogue ?!!
    Fabius fou ???!!! Fous sont ceux qui laissent les rênes du pays aux mains de l’étranger !!!

  5. Zorro dit :

    Louis d’Enghien n’a pas compris qu’il y deux « islamismes », le bon comme la rébellion en Syrie ou les pouvoirs en Lybie et Irak, et le mauvais comme en Somalie, Yemen et Afghanistan. Dans ce dernier pays, les combattants Afghans luttent contre les bandes militarisées du Pentagone venues envahir, massacrer et torturer pour instaurer une démocratie à la lybienne ou à l’iraquienne.

  6. DIEUSWALWE dit :

    Tu aurait du dire que tu plaisantais
    La désinfo allant plus vite que l’info
    Mdr

  7. sapeur sceptique dit :

    Moi ce qui me fait bien rire (enfin pas des victimes bien sûr) c’est que pendant que Peugeot perd son marché en Iran et que la Communauté Européenne renforce les sanctions contre l’Iran, les Allemands envoient une délégation rencontrer les responsables de ce pays. Et c’est a peu près le même phénomène pour la Russie.
    A quelle vie qu’on vit!
    http://www.youtube.com/watch?v=DrDUYI3UzeA