• En bref
  •  

L’ancien président de la République libanaise  Émile Lahoud a estimé hier que « les attaques perpétrées contre les casernes des forces de l’ordre (en Syrie) et le fait que nombre de membres des forces de sécurité aient été tués prouvent que ce qui se produit en Syrie constitue une agression armée qui vise le régime et le peuple, ainsi que la sécurité de ce pays. » Et d’ajouter : « Ce n’est pas du tout une révolte populaire que [...]



Lahoud : « Il n’y a pas de révolte populaire en Syrie »

Par Droits réservés,



L’ancien président de la République libanaise  Émile Lahoud a estimé hier que « les attaques perpétrées contre les casernes des forces de l’ordre (en Syrie) et le fait que nombre de membres des forces de sécurité aient été tués prouvent que ce qui se produit en Syrie constitue une agression armée qui vise le régime et le peuple, ainsi que la sécurité de ce pays. »

Et d’ajouter : « Ce n’est pas du tout une révolte populaire que l’on pourrait comparer aux précédentes révoltes arabes et qui servent à réclamer des droits économiques et sociaux. C’est une véritable guerre qui est en train d’être menée contre la Syrie à partir des frontières communes avec les autres pays (…) »

Pour Émile Lahoud, le but des déstabilisateurs est de venir à bout de la politique de « moumana’a (refus) et de résistance » qui est celle du président syrien Bachar al-Assad. Quoi qu’il en soit, « la Syrie sortira plus forte de cette difficile expérience », a estimé M. Lahoud.

Source : www.lorientlejour.com 8 juin 2011



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

Les commentaires sont fermés.