• En bref
  •  

L'agence Sana a rendu compte, lundi 1er août, des obsèques de six membres de l'armée et de la police, tombés à Hama et Homs ces derniers jours. Il s'agit de l'adjudant-chef Khalil Ali Khaddour, originaire de Hama, de l'adjudant-chef Nadim Mohammar Khaddour de Tartous, du sergent-chef Bachar Abdel Obeid de Hassaké, du soldat Yahia Kanaan al-Chimali de Hama, du conscrit Samer Ahmad Ibrahim d'Alep et du policier Hani Kheirallah al-Chimali de Hama. Des obsèques collectives ont eu lieu à l'hôpital [...]



Rappel : les soldats meurent aussi

Par Droits réservés,



Obsèques de militaires à Homs : adjudant-chef Khalil Ali Khaddour, adjudant-chef Nadim Mohammar Khaddour, sergent-chef Bachar Abdel Obeid, soldat Yahia Kanaan al-Chimali, conscrit Samer Ahmad Ibrahim, policier Hani Kheirallah al-Chimali.

L’agence Sana a rendu compte, lundi 1er août, des obsèques de six membres de l’armée et de la police, tombés à Hama et Homs ces derniers jours. Il s’agit de l’adjudant-chef Khalil Ali Khaddour, originaire de Hama, de l’adjudant-chef Nadim Mohammar Khaddour de Tartous, du sergent-chef Bachar Abdel Obeid de Hassaké, du soldat Yahia Kanaan al-Chimali de Hama, du conscrit Samer Ahmad Ibrahim d’Alep et du policier Hani Kheirallah al-Chimali de Hama. Des obsèques collectives ont eu lieu à l’hôpital militaire de Homs, avant que les dépouilles soit inhumées dans leurs villes ou villages respectifs.

C’est le lieu de rappeler qu’à Homs, l’armée est intervenue pour mettre fin à des affrontements intercommunautaires provoqués par des extrémistes sunnites, qui avaient enlevé puis tué trois membres de la communauté alaouite. Les forces de l’ordre ont payé un lourd tribut – de 3 à 500 morts depuis le 15 mars – à la révolte « pacifique » des opposants syriens. Il nous revenait de le rappeler puisque les autres – tous les autres – ne le font pas.



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

6 commentaires à “Rappel : les soldats meurent aussi”

  1. Syrienne libre dit :

    Les soldats meurent… mais pourquoi ne pas dire tout simplement « des Syriens meurent », des militaires ET des civils!

    • Louis dit :

      Mais nous le disons ! Lisez nos autres articles, s’il vous plaît, notamment celui qui vient de paraître « Si même Rami Abdel Rahmane le dit… ».
      Nous voulons juste rappeler à nos confrères des médias européens que ce ne sont pas que des civils qui meurent. Tout le monde est touché, en cas de conflit, les civils les premiers, et en l’occurence, ils meurent aussi bien des tirs de l’armée en réponse aux provocations des groupes armés qui infestent les manifestations pacifiques que par ces groupes armés mêmes, quand les gens sont jugés trop « tièdes » par rapport à la « révolution ».
      Les médias, renseignés par l’OSDH, ne donnent que des chiffres généraux, tendant à faire croire qu’il n’y a de morts que civils ; or, tout le monde meurt, et il serait un minimum honnête de le reconnaître !

  2. Mario Bergen dit :

    Is there a list available of the 1.100 names given by Syria to the UN Human rights commission of state people killed by criminal gangs?

  3. Victorserge dit :

    il y a beaucoup de chose occultés volontairement par les médias :! info syrie devrait faire un livre pour raconter l’histoire du conflit depuis le début, qu’en pensez vous ?

  4. Syrien dit :

    InfoSyrie. Super site de propagande pro-régime financé par cette raclure de faxhar le criminel.
    Vive l‘ASL vive la Syrie Libre

    • Louis Denghien dit :

      Merci de votre appréciation de « connaisseur ». En revanche on attend toujours – façon de parler – l’or de Bachar….

      L.D. & Infosyrie