• Ré-information
  •  

Nous empruntons au site info-palestine.net cet article de Robert Fisk relatif à la situation prévalant en Syrie. Agé de 65 ans, cet Anglais est notamment grand reporter et correspondant à Beyrouth du quotidien britannique The Independant, et considéré comme un spécialiste éminent du Proche-Orient. Quarante et quelque années d'activité lui ont valu une impressionnante liste de prix couronnant son travail. Il est par ailleurs des rares journalistes occidentaux à avoir rencontré - trois fois - Oussama ben Laden. Le quotidien [...]



Un regard anglo-saxon, autorisé et honnête sur le drame syrien

Par Louis Denghien,



Robert Fisk : le professionnalisme avant les préjugés. L'anti-Malbrunot, quoi...

Robert Fisk : le professionnalisme avant les préjugés. L'anti-Malbrunot, quoi...

Nous empruntons au site info-palestine.net cet article de Robert Fisk relatif à la situation prévalant en Syrie. Agé de 65 ans, cet Anglais est notamment grand reporter et correspondant à Beyrouth du quotidien britannique The Independant, et considéré comme un spécialiste éminent du Proche-Orient. Quarante et quelque années d’activité lui ont valu une impressionnante liste de prix couronnant son travail. Il est par ailleurs des rares journalistes occidentaux à avoir rencontré – trois fois – Oussama ben Laden. Le quotidien américain de référence The New York Times l’a récemment défini comme « probablement le plus grand reporter britannique à l’étranger« .

C’est dire si son regard sur la crise syrienne est à prendre en compte : assez nettement hostile au départ à Bachar al-Assad et à son régime, son  regard a évolué au fur et à mesure que perdurait la crise. Il a notamment publié récemment pour The Independant des articles sur les victimes militaires et sur la conseillère diplomatique de Bachar – Boutheina Chaabane – qui détonnent parmi le flot de manichéisme et de parti-pris de ses  collègues de Reuters, de l’A.P. ou de l’A.F.P. Nous mettons en ligne ici un de ses articles relatifs à une manifestation de partisans du régime, et en date du 29 octobre : Fisk reconnait le nombre important des participants, et le caractère volontaire de leur présence dans ce rassemblement.

Et il leur donne la parole : les gens qu’il a interrogés parlent donc de la violence quotidienne, qui a déjà frappé certains d’entre eux dans leur entourage ou voisinage. Fisk fait du coup allusion à la situation à Homs, « très mauvaise« , où le simple fait d’avoir offert de l’eau aux soldats peut vous valoir la mort.

Fisk interroge ses interlocuteurs sur l’identité de ces terroristes, ces « hommes armés » dont il ne nie pas, lui, la réalité : on verra que les Syriens ne sont pas en peine d’hypothèses.

Ce qui fait l’intérêt de ce regard de Fisk, c’est sa neutralité, son objectivité pour reprendre un terme fort galvaudé – et peu pratiqué dans les faits – par sa profession : il dit que la violence utilisée par les militaires contre des manifestants désarmés à Deraa, Homs ou ailleurs est – ou a été – un scandale. Il souligne qu’en n’autorisant pas les journalistes étrangers à se rendre dans les points chauds – Homs en ce moment – le régime a commis une « grave erreur » – une erreur qui peut s’expliquer selon nous, sinon se justifier, par la malhonnêteté intellectuelle et le parti-pris idéologique de nombre de journalistes occidentaux ou arabes occidentalisés

Pour autant, Robert Fisk est équitable dans la distribution de ses blâmes : ne qualifie-t-il pas la Ligue arabe comme étant « la plus pathétique et la plus inutile des institutions arabes » ?

Manifestants pro-Bachar : pour Fisk, ils sont là de leur plein gré

Manifestants pro-Bachar : pour Fisk, ils sont là de leur plein gré

La Syrie glisse vers la guerre confessionnelle

samedi 29 octobre 2011 – Robert Fisk – The Independent

 

« La guerre inter-confessionnelle devient une réalité en Syrie.

Il y avait le journaliste de la télévision syrienne qui m’a demandé ce que je pensais de la situation en Syrie, et moi qui disais que vous ne pouvez plus infantiliser les Arabes, que les soulèvements/révoltes/révolutions/troubles dans le monde arabe étaient tous différents, mais que la dictature ne marche pas, que s’il y avait – si – une constitution nouvelle et sérieuse, pluraliste avec de vrais partis politiques et de véritables élections libres, la Syrie pourrait simplement sortir de cette tragédie, mais que le gouvernement n’avait plus beaucoup de temps… plus que très peu de temps.

Nous verrons si cela sera diffusé ce samedi (les lecteurs seront tenus informés) mais à l’extérieur dans la rue, une autre manifestation pro-Assad vient de commencer. Ils sont 10 000 puis bientôt 50 000 – ils pourraient se retrouver 200 000 en milieu de journée – et il n’y avait pas de transports de gens en camions dans le style de ce que faisait Saddam, sur la Place des Omeyyades. Il n’y a aucune présence des services de la Mukhabarat [renseignements] et les soldats sont ici avec leurs familles.

Où donc a-t-on vu une manifestation pro-gouvernementale lors du « réveil arabe » ? Il y avait des femmes voilées, des vieillards, des milliers d’enfants avec « Syrie », écrit sur leurs visages. La plupart portent des drapeaux syriens, certaines brandissant même des drapeaux de la Russie et de la Chine.

Ont-ils été contraints de venir ? Je ne le pense pas – pas par le gouvernement Assad, en tout cas. Certains jouent au football dans les parcs autour de la place. D’autres ont marqué leurs noms – musulmans et chrétiens – sur une bannière décorée avec des branches d’un arbre massif représentant la Syrie. Mais si ces personnes étaient sous une contrainte, c’est celle des récits venant du nord.

J’ai parlé à 12 hommes et femmes. Cinq m’ont parlé de parents dans l’armée et qui ont été tués à Homs. Et les nouvelles de Homs sont très mauvaises. J’ai dîné mardi soir avec un vieil ami. Un de ses cousins, âgé de 62 ans, un ingénieur à la retraite, avait donné de l’eau à des soldats à Homs. Le lendemain matin, des hommes armés ont frappé à sa porte et l’ont abattu. Il était chrétien.

Bien sûr, le gouvernement Assad avait mis en garde contre le risque d’une guerre sectaire. Bien sûr, le gouvernement Assad s’est donné le rôle du seul protecteur des minorités. Bien sûr, le gouvernement Assad avait affirmé que des islamistes et des « terroristes » étaient derrière l’opposition au régime qui est dans la rue. Il est également clair que la brutalité des forces de sécurité syriennes à Deraa et Homs et dans d’autres villes contre des manifestants désarmés a été un scandale, que ceux qui sont au gouvernement reconnaissent en privé.

Mais il est aussi transparent que la lutte en Syrie passe maintenant à travers le centre du pays et que de nombreux hommes armés s’opposent à l’armée. En effet, il m’a été rapporté que la ville de Homs – parfois pendant plusieurs heures d’affilé – tombe hors du contrôle du gouvernement. Les damascènes qui voyagent jusqu’à la ville d’Alep au nord pouvaient prendre le bus. Mais aujourd’hui plus que jamais, ils prennent l’avion pour éviter la route dangereuse entre Hama et Alep. Ce sont les raisons, je pense, qui font que tant de milliers se sont déplacés pour manifester hier à Damas. Ils ont peur.

Les journalistes étrangers ne sont pas autorisés à voyager à Homs – une grave erreur de la part du régime – où les sunnites, alaouites et chrétiens vivent proches les uns des autres, au milieu d’Arméniens, de Circassiens et d’autres groupes. Une guerre sectaire pourrait bien être dans l’intérêt cynique de tout régime luttant pour sa survie. Mais à moins que tous ceux que j’ai rencontrés seraient en train de mentir (ce que je ne crois pas), c’est maintenant une réalité de plus en plus pesante dans le centre de la Syrie. Face à cela, aucun veto russe ou chinois aux Nations Unies ne sera d’une quelconque utilité.

Une délégation de la Ligue arabe – la plus pathétique et la plus inutile des institutions arabes – devait arriver à Damas hier après-midi. Dans quel but ? Sont-ils censés envoyer une force de « paix » ? Il y a deux jours, Mohamed Kadour, le doyen de la Faculté de pétrochimie à l’université d’Homs, a été kidnappé en échange de la libération de détenus. Il a été libéré un jour plus tard. Si les hommes emprisonnés ont été libérés, nous ne le savons pas. Mais c’est déjà arrivé. Dans la ville d’Idlib, dit-on, tout le monde est armé. Et les armes – c’est toujours ce qui se dit – viennent du Liban.

Demandez qui sont ces hommes armés dans la région du centre de la Syrie et vous obtiendrez une foule de réponses : des Bédouins qui font de la contrebande de drogues avec l’Arabie Saoudite, des transfuges de l’armée, des « islamistes » venus d’Irak, « des gens qui pensent juste que il n’y a pas d’autre moyen de se débarrasser du régime ». Damas est une ville encore épargnée, avec ses lumières en fin de soirée dans les magasins et les restaurants et les milliers de personnes déambulant dans les rues. Mais Damas n’est pas toute la Syrie. Cette ville est dans une sorte de bulle.

Je me suis levé, hier, après seulement une heure et demie de sommeil – car à l’extérieur de mon hôtel, les employés du gouvernement étaient en train de tester le système sonore assourdissant pour la manifestation. Toute la nuit il y a eu des rafales d’acclamations pré-enregistrées, des tambours, des applaudissements et des trompettes. Mais ces foules d’hier avaient-elles vraiment besoin de ces applaudissements fictifs et de tous ces ajouts trompeurs à leur propre manifestation ?

Officiellement, les choses vont mieux en Syrie. J’en doute.

Si le chiffre publié par les Nations unies de plus de 3 000 morts civils est correct, et si les chiffres côté syrien de 1 150 morts militaires sont corrects, et si le chiffres des morts de ces trois derniers jours – peut-être encore une cinquantaine – sont exacts, alors 4200 Syriens ont été tués en l’espace de sept mois. Et cela suffit pour susciter les craintes de tout un chacun. »

Opposants à Homs en avril : de la protestation classique on est passé, note Fisk, au terrorisme urbain

Opposants à Homs en avril : de la protestation classique on est passé, note Fisk, au terrorisme urbain

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

39 commentaires à “Un regard anglo-saxon, autorisé et honnête sur le drame syrien”

  1. Souriya ya habibati dit :

    Je dois dire que j’avais une dent contre lui.. mais bon, comme il vient de faire son Chemin de Damas.. Ma Foi.. Allah Souriya Bachar wbass.

    • Mohamed dit :

      Comment faire chuter le régime ?

      Beaucoup de syriens, descendus par millions, manifester sur les places publiques, sont inquiétés par l’accord conclus entre leur gouvernement et la ligue arabe, convaincus qu’ils sont du complot mis en œuvre contre leur pays, et auquel beaucoup de pays arabes sont intimement impliqués, de façon médiatique, sécuritaire et financière, au point de se fixer comme objectif principal, de détruire la Syrie, coûte que coûte, et de fixer, pour leurs commanditaires étrangers, des délais pour faire chuter le régime syrien. L’inquiétude de ces syriens relève aussi de leur méfiance des symboles de l’opposition qui ont participé au conseil d’Istanbul, considérés par eux comme de simples pions, au service de l’étranger pour qui les réformes constituent le dernier des soucis.
      Pourtant beaucoup de ceux qui sont impliqués dans la guerre contre la Syrie, craignent cet accord, y compris certains arabes et des symboles du conseil d’Istanbul, et l’istanbulien qui a prédit la chute du régime et a présenté l’accord comme mort-né.
      Ce qui veut dire que les syriens mécontents, par amour pour leur pays, font confiance à leur président, à sa sagesse, à sa compétence, à sa clairvoyance, et qu’ils vont découvrir la justesse de son choix, et que ceux qui ont peur, parmi les arabes et les étrangers, et l’istanbulien d’obédience et d’identité, ont perdu le combat de l’internationalisation et du retour au Conseil de sécurité.
      Tous ceux qui ont fondé leur logique sur le refus du dialogue vont se voir devant le miroir et signer leur suicide politique.
      Ceux qui ont misé sur la chute se doivent de nous expliquer leur feuille de route pour renverser le régime. Les urnes vont trancher et prouver qui s’appuie sur des millions et qui n’a de crédit que quelques milliers, malgré l’appui financier et médiatique étrangers.
      L’équation de la guerre planétaire contre la Syrie, n’est pas pour les syriens de faire chuter Obama ou Sarkozy et Erdogan, mais elle est pour les autres de faire chuter Bachar Al Assad. Alors, rira bien qui rira le dernier ! On n’a qu’à se rappeler Bush et Chirak !

      http://www.facebook.com/notes/topnews-nasserkandil/%D8%A7%D9%84%D8%AA%D8%AD%D9%84%D9%8A%D9%84-%D8%A7%D9%84%D9%8A%D9%88%D9%85%D9%8A-23-%D9%83%D9%8A%D9%81-%D8%B3%D9%8A%D8%B3%D9%82%D8%B7-%D8%A7%D9%84%D9%86%D8%B8%D8%A7%D9%85/134897909948295

    • Mohamed dit :

      LE « PRINTEMPS ARABE » – OTAN CONTRE ALLIANCE DE SHANGHAI
      L’agression contre la Syrie
      Il semble que la bourgeoisie syrienne ait choisi l’Alliance de Shanghai en ascension plutôt que l’OTAN déclinant et elle paie présentement le prix de ses choix.
      Robert BIBEAU
      http://www.centpapiers.com
      mercredi 26 octobre 2011

      LE « PRINTEMPS ARABE », UN SOULÈVEMENT APOLITIQUE ?

      Le « Printemps arabe » est-il un mouvement de libération néo-coloniale spontané, anarchique et apolitique, issu de la rue et visant à hisser cette civilisation séculaire au diapason de la modernité contemporaine (« démocratie » bourgeoise, laïcité hypocrite, « liberté » d’expression factice, désintégration familiale, narcissisme social, criminalité effrénée, décadence morale, chômage chronique, pauvreté endémique, guerre de rapine et génocide, etc.) ? Ou plutôt, n’est-ce qu’une vaste conspiration pilotée depuis Washington et exécutée dans chacune des capitales arabes concernées selon une projection machiavélique concoctée par les maîtres du monde ?

      Tariq Ramadan, analyste politique reconnu, tout en se défendant d’être suspicieux, suggère que Washington sait tout et manipule tout en coulisse. L’auteur pense même, à l’instar du général américain David Petraeus, que les jeunes « Twitters » du Caire et de Tunis – qui auraient provoqué la débâcle arabe (!) – ont été formés en Serbie et exfiltrés vers les pays arabes, notamment par la firme américaine Google, pour y soulever les populations en vue d’un réalignement des politiques états-uniennes dans cette région du monde convoitée par l’impérialisme chinois (1).

      Monsieur Ramadan a aussi découvert dans la foulée de la rédaction de son opuscule sur « L’Islam et les soulèvements arabes » (à paraître) que, pour comprendre un phénomène politique de cette envergure, il faut également considérer les facteurs économiques et historiques dans lesquels s’inscrivent ces événements. Conclusion juste et pertinente, dirons-nous. L’économie est l’assise du politique et le politique soutient le développement des rapports de production sociaux. Nous le savions depuis Marx, il est toujours rassurant de l’entendre confirmer (2).

      Selon le docteur Ramadan, la force et la faiblesse du « Printemps arabe » résideraient dans son « apolitisme ». Aucune idéologie n’orienterait ses protagonistes qui seraient ainsi « libres » de leurs mouvements – toutefois dirigés en sous-main par David Petraeus, de son propre aveu – ! Tout cela est fallacieux comme nous allons le démontrer.

      L’idéologie qui oriente et dirige les divers mouvements du « Printemps arabe » (car chaque soulèvement national a sa propre historicité), c’est l’idéologie petite-bourgeoise (classe moyenne) réformiste – opportuniste – qui souhaite conserver le capitalisme mais sans les tares du capitalisme, une sorte de capitalisme humanitaire et débonnaire, à l’image des slogans que l’on retrouve ces temps-ci sur les affiches des « indignés » de Wall Street soutenus par Jim Flaherty (ministre conservateur des finances du Canada) et par le multimilliardaire George Soros (3). Un capitalisme réformé sans néo-colonies exploitées, sans dictateurs imposés, sans inégalités sociales, sans injustices, sans guerres de rapines, sans supers riches, sans ultras pauvres, sans chômage, sans spéculations boursières, sans crise économique et sans guerres de repartage des régions d’exploitation. Un capitalisme où la grande bourgeoisie milliardaire (1 % de la population, selon les indignés), ainsi que les petits-bourgeois – courroies de transmission du système social – conserveraient la propriété des moyens de production et leurs biens – mal acquis.

      Cette « nouvelle » idéologie apolitique, altermondialiste, post-néolibéraliste, écologiste, verte, social-démocrate en fait, est aussi vieille que le monde ouvrier lui-même. Proudhon, Saint-Simon et Kautsky professaient cette religion préscientifique bien avant les internautes, les Twitters des réseaux sociaux – formés à Belgrade – ou encore les conférenciers indignés formés à Paris.

      LE CAS SYRIEN – LES CHRÉTIENS SYRIENS SACRIFIÉS

      Afin de mieux comprendre le « Printemps arabe » et de mieux connaître les orientations idéologiques et politiques promues par ses protagonistes « apolitiques », nous allons examiner le soulèvement syrien.

      Les impérialistes français ciblent la communauté chrétienne d’Orient en ce moment, pourquoi ? Comparons la position politique impérialiste envers la communauté religieuse juive et envers la communauté chrétienne au Proche-Orient. Chaque fois que l’on fait allusion à la désintégration de l’État sioniste israélien, les diacres et les sous-diacres des lobbys israéliens implantés en sol occidental crient au génocide contre les millions de descendants d’Abraham, qui seraient retournés candidement, leur Exode millénaire terminé, sur la « terre de leurs ancêtres, laquelle leur aurait été donnée » par leur dieu Yahvé – en contradiction avec Jésus-Christ, Allah et tous les autres dieux imaginés par l’homme… Vous avez donc le choix, vous êtes pour ou contre Yahvé, selon eux.

      Évidemment, le fait que ces centaines de milliers de descendants de la « race religieuse juive » soient pour la plupart athées ou agnostiques et aucunement de descendance araméenne, phénicienne, cananéenne, ou de l’un quelconque des peuples du Proche-Orient pré chrétien, ne fait pas sourciller le moins du monde les monastiques du retour « d’exode » des douze tribus d’Israël pourtant jamais déportées, selon l’historien Shlomo Sand (4).

      Récemment, le petit empereur des Français réglait prestement le sort de quelques millions de chrétiens d’Orient, d’authentiques autochtones convertis depuis plusieurs siècles à la religion du Christ (un ex-juif en cavale). Voici le morceau d’ignominie proféré par Sarkozy, tel que nous le rapporte un observateur de la scène politique :

      « Reçu à l’Élysée le 5 septembre 2011, S. B. Bechara Boutros Rai, Patriarche Maronite d’Antioche et de Tout l’Orient (c’est-à-dire chef de la principale Église de rite oriental rattachée à Rome) s’est entendu dire que la France et ses alliés interviendraient prochainement militairement en Syrie pour y porter au pouvoir les Frères musulmans. Les chrétiens d’Orient, qui n’auraient alors plus leur place au Levant, devraient se préparer à l’exode et pourraient trouver refuge en Europe. » (5)

      C’est aussi machiavélique que cela. Des syriens nés de mères et de pères syriens sur ce sol qui leur appartient depuis des générations et des millénaires, devraient simplement se préparer à l’exode – c’est-à-dire au même sort que les réfugiés palestiniens – et abandonner leur terre généreuse et leurs frères arabes, et s’expatrier hors de leur continent pour la raison que les agressives puissances occidentales en déclin veulent renverser le gouvernement de Bachar el-Assad qui refuse de se plier à leurs ordonnances et poursuit sa politique indépendante d’alliance avec l’Iran et de rapprochement avec le groupe de Shanghai (impérialisme chinois).

      Ceux-là (maronites, melkites, orthodoxes, arméniens, etc.) peuvent bien être déracinés pour toujours de leur terre millénaire mais pas les ashkénazes occidentaux importés récemment (moins de soixante ans) d’Europe, ni les pseudos religieux juifs – athées –, transplantés de Russie et des États-Unis, car, nous dit-on, on ne déracine pas un « peuple » de sa terre, encore faudrait-il que ce soit « sa » terre (6) !

      LE DÉROULEMENT DU « SOULÈVEMENT » SYRIEN

      Malheureusement, le petit Gengis Khan de notre temps a pris les devants inconsidérément et l’agression impérialiste occidentale (États-Unis, France, Royaume-Uni et Israël) contre la petite Syrie « démunie » (croient-ils) a dû être retardée car l’écrasement de la petite Libye esseulée ne s’est pas déroulé comme prévu par les services secrets français et américains. On peut penser, d’une certaine façon, que le peuple libyen par sa résistance a protégé, pour un temps du moins, le peuple syrien de la mainmise occidentale. Maintenant que la Libye semble rapatriée dans le giron des puissances impérialistes atlantiques (OTAN) et sortie de la besace impérialiste chinoise… – « La guerre (libyenne) a désespéré nos partenaires. Les Chinois ont ici 20 milliards de dollars de contrats, les Turcs 12 milliards. Viennent ensuite les Italiens, les Russes, puis les Français. Ce n’était pas leur intérêt de laisser faire cette agression, encore moins d’y participer. Probablement certains ont–ils reçu des compensations en dessous de table (…) » – Depuis l’exécution extra judiciaire du chef d’État Mouammar Kadhafi, l’OTAN peut maintenant porter toute son agression sur sa proie syrienne, un autre pays qu’elle veut ravir à l’alliance de Shanghai concurrente (7).

      Cependant l’agression occidentale contre la Syrie marque le pas et ne parvient pas à atteindre ses objectifs stratégiques, ni même à provoquer la guerre civile généralisée promise par les potentats occidentaux. Cela est dû en partie aux minorités religieuses arabes syriennes qui n’ont pas suivi le mot d’ordre des mercenaires et des agents des services secrets étrangers (notamment du Mossad) infiltrés à partir de la frontière du Golan Syrien – occupé – tout proche (8).

      Même que ces minorités religieuses, qui se considèrent comme des syriens de langue et de culture arabe et de confession chrétienne (sentiment d’appartenance nationale forgé par les rapports de production capitalistes bourgeois), s’érigent en rempart face au néo-colonialisme occidental. Les syriens arabes chrétiens ont bien compris que les puissances impérialistes en déclin les sacrifieront sans pitié sur l’hôtel de leur cupidité et de leur guerre inter impérialiste (OTAN contre Alliance de Shanghai).

      Mère Agnès Mariam de la Croix ne disait pas autrement devant Thierry Meyssan :

      « La survie des chrétiens en Orient ne pourra plus être débitrice d’un quelconque protectorat ou Sublime Porte ; notre avenir dépend du mariage convaincu des chrétiens avec leurs frères qui cohabitent avec eux en Orient, en qui ils reconnaissent des frères de sang par delà les divergences confessionnelles qui sont moins grandes qu’elles ne paraissent. » (9).

      LES OBJECTIFS DE L’AGRESSION IMPÉRIALISTE EN SYRIE

      En Syrie l’objectif des puissances impérialistes en déclin (OTAN) n’est pas de mettre la main ni de contrôler une production quelconque de pétrole ou de gaz naturel (comme en Libye). La Syrie, territoire découpé dans l’empire Ottoman déclinant (1916, accords secrets Sykes-Picot), par les deux plus grandes puissances impérialistes de l’époque – France et Grande-Bretagne – est située sur un vaste plateau calcaire et métamorphique (Hamada) peu propice aux hydrocarbures (10).

      En Syrie, l’objectif de l’agression impérialiste occidentale – stoppée momentanément au Conseil de sécurité par le veto russe et chinois – est de briser le maillon faible de l’Alliance de Shanghai dans cette région ; d’affaiblir les forces de la résistance au Liban en leur coupant leur base arrière et leur voie de ravitaillement (en prévision d’une prochaine agression contre le Liban) ; de chasser les organisations de la résistance palestinienne qui trouvent refuge à Damas ; d’affaiblir l’Iran, allié de la Syrie et de la Chine ; de faire pression sur la Turquie (via la communauté Kurde syrienne) pour qu’elle cesse le déploiement de sa politique étrangère indépendante en direction de l’Orient ainsi que son rapprochement avec la Chine. Voilà les raisons pour lesquelles les chrétiens d’Orient devraient périr sur le mausolée de la cupidité de leurs ex-suzerains.

      Afin de parvenir à ces objectifs et renverser le gouvernement Baas légalement au pouvoir en Syrie, les puissances occidentales, trop faibles pour mener seules l’offensive, comme elles l’ont démontré en Libye, ont imaginé soutenir les Frères musulmans – des intégristes islamistes réactionnaires que le maelström médiatique occidental a tant décriés un certain temps – et qui deviennent soudainement la solution de rechange « démocratique » au gouvernement laïque légalement élu en Syrie.

      Quelle hypocrisie que de se camoufler derrière l’obscurantisme religieux pour proclamer et imposer les valeurs impérialistes occidentales à des peuples qui n’en veulent pas. Comme le clame un syrien de la rue, « Qui a décidé que les valeurs décadentes de l’Occident et sa farce « démocratique » étaient des valeurs et des dogmes universels, valables pour toute l’humanité ? ». Les colonialistes des siècles passés ne disaient pas différemment pour justifier le massacre des noirs africains, des indiens d’Amérique, celui des chinois pendant la guerre de l’Opium.

      « Malheureusement l’Occident a balayé le concept d’appartenance à la terre, à la famille, à l’ethnie, et somme toute celui d’identité ontologique. Son modèle est basé, non pas sur la reconnaissance de l’individu, mais sur des intérêts périphériques (…) des multinationales… ». Mère Agnès Mariam de la Croix (11).

      Voilà les propos d’une soeur qui vit dans une société où le tsunami de l’industrialisation capitaliste n’a pas encore tout ravagé. Malheureusement, cela viendra et les rapports de production industriels capitalistes saccageront tous ces concepts et toutes ces valeurs d’altérité qui lui tiennent tant à cœur.

      Ainsi va la vie du développement impérialiste qui balaie toute autre modèle de développement économique et social sur son passage, ne tolérant aucun concurrent. Les enragés de Tunis, du Caire, de Tripoli, d’Alger, de Damas et de Sanaa devront confronter ce système d’exploitation le jour où ils souhaiteront le renverser afin d’éradiquer totalement ses méfaits et ses calamités.

      L’impérialisme, qu’il soit de source américaine ou d’origine chinoise, c’est l’anarchie de la production développée non pas pour le bien-être des peuples et des travailleurs mais essentiellement pour l’accumulation des profits dans les mains d’immenses oligopoles multi milliardaires ; et la Syrie devra y passer, elle aussi, mais la Syrie choisira elle-même la voie de son intégration au camp impérialiste. Il semble que la bourgeoisie syrienne ait choisi l’Alliance de Shanghai en ascension plutôt que l’OTAN déclinant et elle paie présentement le prix de ses choix. C’est son droit.

      Le droit et le devoir des travailleurs syriens consistent à renverser ce régime et cette oligarchie Baasiste, non pas pour les remplacer par les Frères musulmans obscurantistes à la solde de l’Occident, mais pour s’emparer de tout le pouvoir d’État à leurs propres fins (c’est la conscience politique de classe pour soi, écrivait Marx).

      (1) Nick Fielding et Ian Cobain, 18.03,2011. Déclaration de David Petraeus.
      (2) Tariq Ramadan 7.09.2011 Montréal. Conférence de la CAM. Sur Youtube.
      (3) Les « indignés » et http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/canada/201110/13/01-4457015-occupons-wall-street-jim-flaherty-appuie-les-manifestants.php
      (4) Shlomo Sand. Sur Dailymotion.
      (5) Thierry Meyssan. 7.10.2011.
      (6) http://www.slate.fr/story/32509/la-
      (7) http://www.voltairenet.org/La-guerr
      (8) http://www.lemonde.fr/proche-orient
      (9) http://www.voltairenet.org/Les-chre
      (10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Accord… et http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A
      (11) http://www.voltairenet.org/Les-chre

      Source
      http://www.centpapiers.com/le-%c2%ab-printemps-arabe-%c2%bb-%e2%80%93-l%e2%8 (…)
      http://www.vigile.net/L-agression-contre-la-Syrie

  2. Etudiant dit :

    « Il souligne qu’en n’autorisant pas les journalistes étrangers à se rendre dans les points chauds – Homs en ce moment – le régime a commis une « grave erreur » – une erreur qui peut s’expliquer selon nous, sinon se justifier, par la malhonnêteté intellectuelle et le parti-pris idéologique de nombre de journalistes occidentaux ou arabes occidentalisés »

    Désolé Louis mais pour pouvoir vous permettre de les accabler, il faudrait se demander pourquoi se sont de mauvais journalistes. En ne pouvant se rendre en Syrie il est dur de retranscrire la réalité. Mais il faut en parler donc les journalistes font ce que vous n’aimez pas : ils donnent des chiffres d’ONG et des infos de l’opposition qui communique avec eux, contrairement au régime.

    On accable que si on peut accabler. Et le fait que la Syrie soit fermé aux journalistes non-invités fait qu’on ne peut les accabler(dans leur majorité).

    Sinon merci pour cet article de Mr Fisk.

    • sowhat dit :

      « des chiffres d’ONG et des infos de l’opposition  »

      étudiant nian nian , quelle autorité impartiale contrôle la véracité des infos de ces ONG et de celles de l’opposition ? Pourquoi y a-t-il eu tant de mensonges depuis le tout début des événements de la part et de ces ONG et de l’opposition ?

    • stephane dit :

      Y a t il des journalistes au
      Bahrein?

      Tu as donc ta réponse

    • Akyliss dit :

      Etudiant, il suffit que tu regardes les conflits passés et le rôle des médias pour savoir qu’il n’est inutile de les autoriser à entrer en Syrie car ils ne diront jamais la vérité, ils savent manipuler l’opinion mondiale, les attentats du 11 septembre, la guerre contre l’Afganistan, l’Irak, le Liban,la Georgie, la Palestine, la Libye etc. et c’est marrant qu’a chaque fois on retrouve l’envoyé spéciale BHL … il était le seul a avoir vue « les crimes de guerre » de la Russie en Georgie alors que personne n’a pu visiter les lieux de combat…

  3. S dit :

    Concernant l’interdiction faite à nombreux journalistes de séjourner en Syrie…
    Je pense personnellement que les autorités syrienne ont pris la bonne décision, c’est une décision dure à prendre, c’est clair, mais il suffit de comparer avec la Libye. Le gouvernement libyen a fait rentré toutes sortes de journalistes qui en fait n’étaient pas des journalistes mais des agents de divers services secrets… C’est le témoignage de plusieurs journalistes honnêtes ayant séjourné en Libye.
    Ces « journalistes » faisaient des tournées dans certaines régions et ces mêmes régions se faisaient bombarder 2 heures plus tard, ces « journalistes » menaçaient les journalistes qui essayaient de raconter la vérité sur ce qui se passait en Libye, ces « journalistes » faisaient de l’espionnage pour le compte de l’OTAN etc

    • sowhat dit :

      Tout à fait . Et c’est bien ce qu’ont fait ces soi-disant journalistes en Syrie. Ils se comportés au mieux comme des agitateurs au pire comme des agents secrets et des logisticiens, pour ne citer que le franco-algérien Khaled Sid Mohand, l’irano-qatari Dorothy Parvaz, l’americano-libanais Anthony Chédid), mais il y en a certainement d’autres.

      • BWANE dit :

        Voici un lien récent à propos de cette affaire. Et que l’on agite pas devant mes yeux le vieux épouvantail usé de complotisme, il s’agit de déclarations officielles et don vérifiables :
        http://www.voltairenet.org/Le-general-Bouchard-admet-que-les

      • Alexandra BIHAY dit :

        Au fait, que sait-on de Khaled ? Je l’ai rencontré il y a deux ans ; il se disait journaliste et faisait sois-disant un reportage sur les problèmes d’eau en Syrie. Je lui ai proposé de venir voir mon appart où il n’y avait pas d’eau potable et où il fallait une pompe pour faire venir l’eau non-potable. Je trouvais que c’était un bon exemple des problèmes d’approvisionnement en eau… Mais il n’est jamais venu… Couverture ?

        • Bahia dit :

          A Alexandra Bihay,

          Khaled Morand a, paraît-il, été prof. de journalisme à l’Universite St Joseph de Beyrouth, tout en vivant à Damas
          (pourquoi faire simple quand on peut se compliquer l’existence…), Le bruit avait couru qu’il était emprisonné
          dans les geôles syriennes et qu’il subissait la torture. Les journalistes sans frontière avait appelé tous azimuts à sa libération.
          Puis il a été confondu il y a quelques mois, lors de l’émission « infra rouge » à la télévision suisse romande, où il a reconnu avoir
          vécu durant deux ans illégalement à Damas, arrêté puisque sans visa, (comme dans n’importe quel pays d’ailleurs) et que finalement il n’avait jamais
          été emprisonné ni supplicié MAIS qu’il avait rencontré des suppliciés…… Sans commentaire.

  4. BWANE dit :

    « une erreur qui peut s’expliquer selon nous, sinon se justifier, par la malhonnêteté intellectuelle et le parti-pris idéologique de nombre de journalistes occidentaux ou arabes occidentalisés », cette « erreur » peut s’expliquer aussi par le fait que certains de ces messieurs n’ont de journalistes que leurs cartes de presse, et effectuent diverses tâches pour leurs vrais employeurs inavoués, et la direction syrienne ne l’ignore pas.

  5. sowhat dit :

    on peut se demander si Robert Fisk n’a pas trop arrosé sa soirée

    « Je me suis levé, hier, après seulement une heure et demie de sommeil – car à l’extérieur de mon hôtel, les employés du gouvernement étaient en train de tester le système sonore assourdissant pour la manifestation. Toute la nuit il y a eu des rafales d’acclamations pré-enregistrées, des tambours, des applaudissements et des trompettes. Mais ces foules d’hier avaient-elles vraiment besoin de ces applaudissements fictifs et de tous ces ajouts trompeurs à leur propre manifestation ? »

    C’est complètement absurde à moins qu’une source indépendante puisse confirmer cela. Qui peut croire un seul instant qu’une sonorisation fictive pré-enregistrée préparée par les services du gouvernement serait capable de remplacer ou de couvrir le bruit qui se dégage d’une place aussi grande que celle des 7 Fontaines et pouvant contenir au moins 100 000 personnes. Je pense que c’était des préparatifs et des tests comme ceux qui précèdent un concert en plein air avec une grand nombre de spectateurs attendu. Il me parait plus vraisemblable que M. Fisk dans un état de demi-sommeil éthylique a laissé son imagination broder sur la nature de ces bruits nocturnes … D’abord il parle de tests, ensuite de rafales d’applaudissements pré-enregistrés. C’est confus tout ça et laisse perplexe venant d’un journaliste aussi primé.

    • Alexandra BIHAY dit :

      J’ai jamais entendu d’applaudissements pré-enregistrés aux manifs… Je suis perplexe comme vous…

  6. sowhat dit :

    petit commentaire sur la photo

    « Opposants à Homs en avril »

    ces hommes qu’ont voit sur la photo, probablement à la sortie d’une mosquée, ils ont l’air de quoi ? on les dirait sortis de la même fabrique

  7. BWANE dit :

    « et il n’y avait pas de transports de gens en camions dans le style de ce que faisait Saddam, sur la Place des Omeyyades » La C.Q a prétendu le contraire pendant deux jours.

    • BWANE dit :

      « Un de ses cousins, âgé de 62 ans, un ingénieur à la retraite, avait donné de l’eau à des soldats à Homs. Le lendemain matin, des hommes armés ont frappé à sa porte et l’ont abattu. Il était chrétien », ni la C.Q, ni France 24 (France 24 en arabe semble au moins dix fois, -si vous me permettez de quantifier le mensonge-, plus mensongère que sa conseur en français, peut-être à cause du haririsme avéré de la première, c’est si drôle (excusez cet humour quelque peu noir) de les voir donner le même jour à la même heure des des nombres si disparates des « manifestants pacifiques tombés sous les balles des forces de l’ordre »)n’ont jugé utile de nous informer de ces faits, il est vrai subjectifs et peu sensationnelles.

      • BWANE dit :

        Pour conclure ces commentaires, je dirai que cette objectivité de la treizième heure, et qui semble être là juste pour magnifier la grandeur de son auteur, a quelque chose de rance, et ne s’imagine pas tous les dangers et attaques que le gouvernement syrien a dû affronter; mais enfin cette sorte d’objectivité anglo-saxonne est toujours la bien-venue.

  8. Émergence dit :

    La Syrie sera bientôt libérée des assassins de peuple, des tortionnaires des enfants.
    C’est fini pour le Régime Royal Allaouitte
    Vive La Révolution
    Les esclaves et cireurs … continuez à saluer votre Maître … bien tôt jugé au Tribunaux des droits de l’homme

    • Hadi dit :

      que c’est mignon

    • Akyliss dit :

      patience émergence patience, d’autre avant toi on rêvait de la chute du gouvernement syrien…et ils attendent encore et je crois que c’est les vrais hypocrites qui tomberons bien avant le gouvernement syrien…

    • Akyliss dit :

      « Les esclaves et cireurs … continuez à saluer votre Maître … bien tôt jugé au Tribunaux des droits de l’homme »
      à ce jour je n’ai pas vue le vrai tribunal des droits de l’homme…
      Israel est toujours impunie, les états unis sont toujours impunies, la France est toujours impunie…pourtant il y a eu beaucoup de mort civils a cause des ses pays !

    • Cécilia dit :

      Emergence,

      Je vois bien que tu as mal à t’émerger !

      Ta « révolution »,fantomatique et hollywoodienne, n’existe que sur les papiers et dans les chambres noires.

      En plus, tu n’es qu’un menteur grossier lorsque tu parles du « régime Allaouite ».

      Pourquoi ? Est ce que tous les membres du gouvernement sont des Allaouittes?
      Damas, la capitale, très calme, est-elle allaouitte?
      Alep, la capitale économique, très calme, est-elle allaouitte?

      Parler des esclaves est juste car nous sommes les esclaves au service de la Syrie, notre patrie, mais toi et tes semblables, vous servez l’Amérique, Israel et l’OTAN.

      Ta soi-disant « révolution », la prostituée qui vend ses charmes à ceux qui payent, est rejetée par les Syriens, amoureux de leur pays..

      Alors, Émergent, pour émerger de l’ombre noir, cherche-toi un autre endroit pour faire ta « révolution » !

      Cécilia la réaliste adorant la lumière

    • Alexandra BIHAY dit :

      Encore une belle institution, comme d’aucun le savent !!! J’en ai la larme à l’oeil…

  9. Révolution dit :

    site bidon …
    pour tous les traîtres : c’est fini

    • Akyliss dit :

      ouahou révolution, encore un qui dit que c’est fini et que le site d’infosyrie est bidon… tu rejoints le groupe des gens qui disent qui n’arrêtent pas de dire que c’est fini…et ça fait 8 mois que vous nous rabâchez ça mon pauvre…

    • Cécilia dit :

      Révolution,

      Une révolution bidone…
      Pour les « révolutionnaires »: c’est fini !

      Cécilia pour la paix

    • stephane dit :

      Capri, c’est fini… snif

  10. Cécilia dit :

    RTBF Pratique aussi la désinformation

    La grande manifestation pro Bachar la semaine dernière à Damas passe comme contre lui malgré les nombreux portraits de Bachar .

    Leur journaliste méconnait-il le visage du président syrien?

    Je vous laisse le lien avec la vidéo de RTBF :

    http://www.algerienetwork.com/info/monde/info-monde-/international/10353-la-rtbf-desinformation-et-falsification-des-images-syrie.html

    • Akyliss dit :

      Merci Cécilia pour le lien que je vais tout de suite transmettre à mes amis anti-Bachar qui vont tout de suite me répliquer : et alors ?!! comme ils le font quand j’essaie de leurs dire qu’il y a du mensonge dans l’air…

      • Alexandra BIHAY dit :

        Merci, Cécilia ! Je transmets aussi… J’ai honte de mes compatriotes…

      • Hadi dit :

        moi je transmet plus, je montre directement les videos où l’ont voient des personnes ce faire égorger dans la rue au nom de Allahou Akbar

      • Akyliss dit :

        Donc comme je vous le disais j’ai transmis l’article à mes amis anti-Bachar et j’ai eu la réponse que j’attendais !
        donc j’ai eu droit au traditionnel :
        « oui les médias occidentaux mentent pour leurs intérêt mais cela ne change à rien que Bachar n’a rien fait en 10 ans et qu’il n’a pas su gérer la crise en tuant les manifestants pacifiques et que c’est de sa faute que maintenant les gentils manifestants pacifiques ont pris les armes, puisque bien entendu il n’y a pas de terroriste en Syrie, il n’y a que Bachar et ses shabihas-policiers-armées qui tuent les gentils pacifique… »

        après ça sert à rien d’argumenté puisque sur place ils ont de la famille et qui entendent et voit l’armée qui tire, mais sur qui ? ils me disent aussi que des personnes sont arrêté et qui n’ont rien fait , je suis d’accord mais quand on cherche à attraper des terroristes sans tuer 20 personnes d’un coup, c’est la seules solution, arrêter les gens et les interroger…

        et moi je suis désolé mais je ne crois pas au « compteur » des pseudos ong, dire qu’après l’accord avec la ligue accepté par Damas, il y a 100 morts en 3 jours c’est soit fait exprès pour tirer une balle dans le pied du gouvernement syrien soit du mensonge pure et simple, ces 100 morts sont peut etre des militaires et des policiers !

        le jour ou on acceptera le fait que les syriens par centaines de milliers manifestent pour le président syrien contre les comploteurs et qu’on en parle franchement sur Al Jazeera et autres chaine de propagande atlantiste on pourra commencer à croire les ong et leur chiffres tiré du chapeau…