• Actualité
  •  

  L'agence Reuters, et quelques médias français avec elle, reviennent avec une certaine gourmandise sur les déclarations de Sergueï Lavrov, mardi 20 mars, sur les erreurs commises par le gouvernement syrien au début de la crise, y voyant un "infléchissement" de la position russe, au moment où une déclaration d'appui à la mission de Kofi Annan est en discussion au Conseil de sécurité de l'ONU. Qu'a dit exactement le chef de la diplomatie russe ? : "Nous croyons que les autorités syriennes [...]



A propos des « critiques » de Lavrov et des « erreurs » de Bachar…

Par Louis Denghien,



Sergueï Lavrov à Damas, le 7 février : c'est parce que la crise est pour l'essentiel surmontée que Moscou peut s'autoriser une critique - modérée - de Bachar et du pouvoir syrien

Sergueï Lavrov à Damas, le 7 février : c'est parce que la crise est pour l'essentiel surmontée que Moscou peut s'autoriser une critique - modérée - de Bachar et du pouvoir syrien

 

L’agence Reuters, et quelques médias français avec elle, reviennent avec une certaine gourmandise sur les déclarations de Sergueï Lavrov, mardi 20 mars, sur les erreurs commises par le gouvernement syrien au début de la crise, y voyant un « infléchissement » de la position russe, au moment où une déclaration d’appui à la mission de Kofi Annan est en discussion au Conseil de sécurité de l’ONU.

Qu’a dit exactement le chef de la diplomatie russe ? : « Nous croyons que les autorités syriennes ont mal réagi face aux premières manifestations pacifiques et, malgré des promesses répétées en réponse à nos appels, ont commis de très nombreuses erreurs (…). Malheureusement, à de nombreux égards, cela a conduit à ce que le conflit atteigne une telle intensité. » M. Lavrov s’exprimait, il faut le préciser, non devant une instance internationale, mais sur les ondes d’une radio russe.

Des erreurs, oui bien sûr

Nous aussi à Infosyrie, nous pensons, en l’état de nos connaissances, que le pouvoir syrien a « mal réagi » face aux premières manifestations. Au moins au niveau local, à Deraa, où le mouvement a démarré, à partir de l’arrestation d’enfants, et de la répression brutale d’une manifestation de protestation. La faute à une culture de gouvernement autoritaire, « arabo-soviétique » dans le cas syrien, qui est propre à beaucoup de régimes arabes, et qui est aggravée en Syrie par la prégnance historique du modèle Hafez al-Assad, véritable accoucheur au forceps de l’Etat syrien moderne, et qui a régné trente ans et sans partage sur le pays. La faute aussi à un environnement géopolitique qui, d’Israël au Liban en passant par l’Irak, l’Iran, et les monarchies du Golfe, sans oublier le conflit Est-Ouest, a maintenu le pays pendant des années au coeur d’une guerre tiède et dans un état d’alerte et de méfiance permanent.

Bachar al-Assad a trouvé tout cela dans sa « corbeille » de nouveau président, en 2000. Il a tenté assez vite une libéralisation de l’économie, et même une timide ouverture politique – le « printemps de Damas » – puis s’est rétracté – à tous les sens de ce verbe – face au développement d’une contestation qu’il craignait de ne plus contrôler  – il y avait, à cet égard, l’exemple de Gorbatchev et de sa Perestroïka.

Nous avons déjà écrit cela, tout récemment encore (voire notre article « Un an…« , mis en ligne le 15 mars). Bachar a lui-même reconnu des erreurs, il a démis des responsables. Nous nous souvenons même d’un discours, tenu l’année dernière, où il soulignait, pour le déplorer, la persistance de traumatismes à Hama, trente ans après la sanglante répression de l’insurrection islamiste : il est conscient, aujourd’hui plus qu’hier, des erreurs commises, ce n’est pas un autiste politique. Et il a, et les dirigeants russes le savent parfaitement, lancé, dans une certaine urgence, des réformes fondamentales dans l’histoire de la Syrie moderne, mettant fin entre autres au régime du parti unique, sinon dominant. D’autre part, et ça aussi, Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov le savent mieux que quiconque, il a très vite été confronté aux groupes armés et à l’orientation radicale de la contestation : c’est sa tête qu’ont demandé très vite les islamistes et assimilés, de Hama à Homs, et la fin de la Syrie laïque, même si les médias occidentaux ont tout de suite maquillé le mouvement en révolution démocratique d’inspiration « libérale »... Et très vite aussi, l’étranger – américain, européen, arabe et turc – s’en est mêlé, soutenant en paroles puis en armes et argent les groupes d’insurgés et un gouvernement révolutionnaire en exil. C’est surtout cette implication étrangère qui a « conduit à ce que le conflit atteigne une telle intensité« , pour reprendre les mots du ministre russe des Affaires étrangères.

Bref, Sergueï Lavrov a raison de pointer les « erreurs » du régime. Et, à la limite, Reuters est fondée à écrire que ces propos sont « les plus durs tenus par un responsable russe depuis le début de la crise ». Mais justement, tout est relatif et Moscou ne « jette pas le bébé Bachar avec l’eau du bain ». C’est tellement vrai qu’au Conseil de sécurité, les Russes ont retoqué ce matin encore le dernier texte français qui leur paraissait trop proche, dans sa formulation d’un ultimatum au président syrien, alors même que ce texte ne concerne qu’une déclaration de soutien, sans effet contraignant, à la mission de paix de Kofi Annan (voir notre article « Diplomatie : « déclaration présidentielle » française contre adresse syrienne« , mise en ligne le 20 mars). Si le chef de la diplomatie russe émet quelques critiques – fondées – sur les responsabilités du gouvernement syrien dans l’exacerbation des tensions, au moins au début de la crise, c’est qu’il peut se le permettre aujourd’hui : l’insurrection armée a échoué, le CNS est largement démonétisé, et le Qatar et l’Arabie Séoudite ont fini par se marginaliser au sein du monde arabe par leur extrémisme anti-syrien. On pourrait ajouter, à ce dernier égard, que les exemples de l’Irak et de la Libye ont malgré tout alerté pas mal de monde sur les conséquences globalement négatives de l’interventionnisme « otanesque ».

Bref, Moscou peut se payer le luxe de sermonner, sur un média russe, le gouvernement syrien : façon indirecte de monter aux Occidentaux que Moscou travaille, plus efficacement qu’eux, à une sortie de crise en Syrie, et aussi de rappeler à Damas que tout le monde a intérêt à ce que la situation se débloque le plus vite possible en Syrie, et que le mouvement de réforme intérieure continue.

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

51 commentaires à “A propos des « critiques » de Lavrov et des « erreurs » de Bachar…”

  1. Charles dit :

    Il n’y a pas eu de rébellion ni d’insurrection en Syrie. Il n’y a pas de rebelles ni d’insurgés, mais des mercenaires aux ordres de l’OTAN et du CCG. Et même si parmi eux il y a des Syriens, ce ne sont pas des « opposants radicaux ». L’avantage de l’arabo-soviétisme syrien, c’est d’être passé directement de Hafez Staline à Bachar Poutine. Et si nous sommes si contents d’avoir Poutine aujourd’hui derrière Bachar, n’oublions pas que Vladimir reste un Soviétique dans l’âme, un léniniste (c’est un des produits performant de l’URSS comme les Soyouz…). Quant aux erreurs de Bachar, il faudrait les préciser, car les manifestations pacifiques restent à prouver. S’il y en a eu, comment se fait-il qu’on n’entende plus les opposants « pacifiques », tels Haytham Manna ou MIchel Kilo, depuis que les mercenaires de la Maison des Saoud se font écraser par l’armée nationale syrienne ? N’avaient-ils d’autres forces ?

    • machiavel dit :

      Oui pour la rectification sur la qualification à donner à ces terroristes, mais prêter au Pdt Hafez el-Assad,leader parmi tant d’autres du socialisme arabe en vogue à l’époque, une stature stalinienne c’est je crois disproportionné.Quant à Mr Poutine,celui-ci est un ancien du KGB et un soviétique dans l’âme comme vous dites, mais face à l’hégémonie des USA dans un monde unipolaire, il doit avoir ses raisons pour ressortir les vieilles recettes de la guerre froide parce qu’il y va de la survie de la Russie en tant que grande puissance mondiale.Le président Bachar el-Assad quant à lui est d’une autre génération, à la fois de culture occidentale et libérale, mais encore imprégné du panarabisme des anciens progressistes arabes avec son paroxysme, la lutte contre l’hégémonie et l’occupation étasuno-sionistes dans la région .Mais peut-être que votre expression servait surtout à illustrer la nature du pouvoir incarné par ces hommes, en usant sciemment de ces comparaisons somme toute caricaturales .
      Pour les erreurs du gouvernement Bachar, je me demande quel est ce gouvernement ou cet homme politique de par le monde qui ne commet pas d’erreurs;en France pour ne prendre que cet exemple-là,nous n’avons cessé d’entendre parler au cours de cette dernière décennie, de malheureuses décisions ou d’attitudes indélicates de la part des gens du pouvoir,en l’occurrence,les bienfaits de la colonisation,la question de l »immigration et de l’identité,les prises de positions partiales par rapport au conflit du proche-orient,l’implication sanguinaire de la France en Libye ainsi que ses penchants pour l’intervention armée hors de ses frontières, sans parler des « casse-toi pauv’con »,des propos xénophobes de l’ancien ministre de l’intérieur UMP,Brice Hortefeux et de l’actuel qui n’y va pas avec le dos de la cuillère,etc…etc…Une chose est sûre cependant, c’est que le Président Bachar el-Assad a fait preuve de beaucoup de volonté pour libéraliser le régime sans toutefois céder d’un iota sur le principal combat contre l’occupant sioniste, et c’est sur ce dernier point que les ennemis de la cause arabo-palestinienne ont mis tout leur poids pour déstabiliser ce qui reste de digne dans la sphère arabe, la Syrie.

    • NO PASARAN dit :

      Quand on parle des ‘repressions’, ce ne sont evidemment pas de smanifestations pacifiques dont on parle. Des les premiers jours, des policiers sont tombes lors des manifestations (ils n’etaient armes que de matraques) : la violence est donc d’abord bien venue des ‘manifestants’ (et, au risque de se repeter mais c’est necessaire, conformement au plan Bandar) (Cette histoire de jeunes molestes est LA bavure tant esperee pour enflammer les esprits !)

      • machiavel dit :

        vous avez raison de rappeler ces agents de l’ordre non armés tombés dès le début des événements.

    • Purpan dit :

      J’écoute votre point de vue.
      Mais je souhaite rectifier un point…

      Poutine n’est pas léniniste et encore moins soviétique.
      Lénine était un révolutionnaire et Poutine est tout sauf cela.
      Le modèle soviétique consistait a créer un bloc unis et uniforme comportant la Russie, les pays de l’Europe de l’Est et certains pays du sud de la Russie avec les Kazakhstan et autres…
      Poutine est un nationaliste qui axe son discours sur la Russie et il ne cherche pas a reproduire son système ailleurs. Il n’a pas une valeur universelle comme le soviétisme.

      Poutine est un nationaliste qui veut promouvoir la croissance Russe. Il veut développer son armée, reprendre du poids sur la scène internationale. Il veut redorer le drapeau Russe et n’hésite pas a s’opposer aux intérêts américains si ceux-ci sont contraire aux intérêts Russes (cf. Bouclier antimissile).

      Cependant, Poutine tire bénéfice du modèle économique capitaliste notamment par la vente de ressources a des prix élevés : le gaz principalement et le pétrole.

      Concernant la religion, Poutine est un fervent Orthodoxe pratiquant. Il soutient l’Église orthodoxe dans le pays.

      Enfin, concernant les libertés individuelles : il respecte les libertés religieuses et de circulation. Il respecte certaines libertés économiques et politiques SAUF si ceux-ci viennent a l’encontre des intérêts du pays.

      Ils veut la stabilité du pays pour pouvoir permettre un redressement (qui est en cours) et il veut refaire de la Russie une puissance.
      Y arrivera-t’il ? L’avenir nous le dira.

      • Charles dit :

        Poutine est soviétique en ce qu’il dit que la disparition de l’URSS est la pire catastrophe géopolitique du 20e siècle. Son projet c’est l’Union eurasiatique de l’Atlantique au Pacifique, en englobant la Méditerranée et l’Afrique du nord : si ce n’est pas universel, ce n’est pas non plus limité à la Russie ni au nationalisme russe. C’est dans la pratique que Poutine est léniniste. Poutine n’affiche pas d’idéologie révolutionnaire, il ne fait pas de blabla révolutionnaire, mais il fait la révolution dans la mesure où il lutte contre la domination angloaméricaine, et marque des points. Quand à l’Église orthodoxe, Staline aussi y était très lié, surtout pendant la grande guerre patriotique.

        • Purpan dit :

          Merci Charles pour ta contribution. Sur le fond on est d’accord.

          Juste, Staline est athée. Staline a été dégouté de la religion orthodoxe par sa scolarité religieuse.

          Concernant la religion en Russie, voici ce que l’on peut trouver.

          Pendant la collectivisation, les églises sont systématiquement dépouillées, les popes traqués et déportés. Les édifices religieux sont souvent fermés, détruits ou reconvertis en bâtiments non-religieux. La cathédrale du Christ Sauveur est spectaculairement dynamitée pour faire place à un grandiose palais des Soviets qui ne verra jamais le jour.

          Le 15 mai 1932, un Plan quinquennal de l’athéisme est même adopté avec le slogan :
          « Plus de Dieu en 1937 ! ».

          La richesse ou le pouvoir passés de l’Église orthodoxe n’expliquent pas seuls la politique antireligieuse de l’État, puisque les autres cultes ne sont pas mieux traités. La répression touche ainsi également les musulmans ou les quelques bouddhistes des Républiques d’Asie centrale, ou le lamaïsme en Mongolie.

          La répression n’étouffe pas les croyances. C’est ainsi qu’au recensement de 1937, 57 % des adultes interrogés ont le courage de répondre : « oui » à la question « Êtes-vous croyants ? ». À Pskov en 1937, 57 % des nouveau-nés sont baptisés, et le NKVD estime que 180 000 habitants de Leningrad se rendent à la messe, soit plus encore que quelques années plus tôt.

          Des popes errants parviennent à dire la messe chez des particuliers. Les sectes et les groupes religieux dissidents se multiplient. Dans les campagnes, les kolkhoziens continuent à chômer d’eux-mêmes nombre de fêtes religieuses, et les nouveaux ouvriers des villes ne sont pas en reste.

          La guerre oblige Staline à se rapprocher de l’Église orthodoxe, laquelle a d’emblée donné la priorité absolue à la lutte contre l’envahisseur et se rallie au pouvoir sans états d’âme. La Ligue des Sans-Dieu est dissoute dès l’été 1941. En 1943, un synode peut se réunir pour élire le nouveau patriarche. Des dignitaires religieux sont reçus officiellement au Kremlin, et ordonnent de prier pour Staline et pour la victoire. Certains lieux de culte sont rouverts, l’assistance aux messes connaît un regain indéniable, et le nombre de mariages religieux une forte poussée. Il n’est pas rare que l’Armée rouge soit accueillie dans les territoires reconquis par des villageois en procession qui lui présentent leurs icônes. Des mesures de libéralisation profitent aussi aux juifs et aux musulmans.

          Toutefois, la campagne antireligieuse se rallume après la guerre : 85 % des lieux de culte existant en 1917 étaient fermés en 1945, et la liberté religieuse en URSS restera problématique bien après la mort de Staline, jusqu’à l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27URSS_sous_Staline#La_vie_religieuse_sous_Staline

      • machiavel dit :

        Poutine n’a plus de raison de faire la révolution parce qu’il n’y a plus de tsar, mais le KGB aux « gènes soviétiques » est toujours là; aujourd’hui être révolutionnaire c’est aussi tenir tête à ces diables étasuniens qui veulent à tout prix commander la planète.Et la Russie c’est aussi une fédération menacée de démembrement par les yankees qui tentent de l’étouffer par de multiples provocations(guerre éclair de Géorgie,mise en place de plateformes lance-missiles anti-missiles etc…), ça Poutine en est conscient,heureusement d’ailleurs.Pour ce qui est de puissance, la Russie en est une; maintenant les nouvelles autorités russes veulent lui faire retrouver sa grandeur passée et en faire une grande puissance avec laquelle il faudra compter désormais, ça oui l’avenir nous le dira comme vous dites.

        • Purpan dit :

          Machiavel, ce que tu avances est très intéressant et juste.

          J’ai bien aimé ta citation : « être révolutionnaire c’est aussi tenir tête à ces diables étasuniens qui veulent à tout prix commander la planète ».

          Pour le moment, les provocations n’ont pas aboutit : la Géorgie a été écrasée, les plateformes lance-missiles et antimissiles font l’objet de grandes pressions. Exemple : la Russie a menacé de geler toutes ventes de gaz et de pétrole vers l’Europe. Il risque alors d’y avoir une pénurie de gaz en Europe surtout l’Europe de l’Est. Le projet a finalement été repoussé. Jusqu’à quand ?

          Si les projets militaires de l’Otan n’ont pas aboutit, c’est bien parce que la Russie peut maintenir de fortes pressions : d’abord économique par les ressources premières mais aussi militaire en dernier lieu : raids aériens sur les installations.
          Mais il ne faut pas se leurrer, si ça n’aboutit pas c’est parce que de nouvelles tensions risque de faire tache sur les marchés économiques : ce sont eux qui gouvernent en sous-main.

          • machiavel dit :

            c’est vrai,les marchés économiques et les pouvoirs financiers peuvent faire beaucoup de dégâts et c’est pour cela que les chinois vont prudemment dans la libéralisation de leur économie, un pouvoir et deux modèles économiques et apparemment ça leur réussit, leurs produits,souvent de qualité discutable,envahissent le monde,jusque chez l’ennemi historique, le tigre de papier.Merci Purpan pour tes idées et surtout pour tous ces rappels historiques qui me font revivre mes lectures d’il y a 40 ans .

  2. Mohamed Ouadi dit :

    Et oui, les médias occidentaux et leurs commanditaires ont été atteints de surdité pour n’avoir pas écouté, à temps, les responsables syriens, à leur tête le président, faire leur auto-critique, et admettre les erreurs commises, comme ils ont été atteints de cécité pour n’avoir pas vu le terrorisme et le sabotage monter sur des manifestations de revendications tout à fait légitimes et reconnues en tant que telles, avant qu’elles ne soient instrumentalisées pour atteindre des objectifs géopolitiques et géostratégiques loin du bonheur et des intérêts du peuple syrien. Il a fallu la répétition des gifles chinoises et russes pour que ces belligérants se réveillent pour découvrir la dure réalité que Koffi Annan est mandaté à gérer au mieux pour ne pas perdre la face après avoir perdu beaucoup de manches dans leur guerre contre – sur – pour – et autour de la Syrie ! Le virage à prendre est long, mais il semble qu’il est inéluctable !

    • machiavel dit :

      Pourquoi voulez-vous Mohamed Ouadi qu’ils écoutent? Ils sont plein dedans et sont partie prenante dans ce qui se passe en Syrie; le plan a été mûrement et longuement réfléchi pour détruire la Syrie, seul pays arabe restant sur ses positions de principe dans la région.La Syrie maintient le cap et la victoire sera son alliée Inchalah.

  3. Alyfa dit :

    en tous cas erreur ou pas, il faut que la situation redevienne normal…on ne doit pas se cacher cette realite, la situation economique est catastrophique, plusieurs entrepises basees a Damas ont fait fallite en l espace d 1 an..Trop c trop, tout a augmente l essence,le gaz ,les denrees alimentaires,on arrive pas avoir des dollars, bref tout est BLOQUE..donc, je pense qu il faut changer ce gouvernement de rien du tout et en mettre un autre et que le president Bachar Reste..Merci

    • Stéphane dit :

      Salut à toi
      Justement le gouvernement essaie de faire au mieux.
      Les problèmes économiques viennent essentiellement des sanctions que ces même pays occidentaux font peser sur le peuple syrien

    • machiavel dit :

      Hier soir dans une émission de la chaîne syrienne Addounia consacrée à la presse,d’un excellent niveau il faut le préciser, l’un des invités, d’obédience communiste a quant à lui reproché au gouvernement Bachar d’avoir initié de nombreuses mesures économiques très libérales ayant entraîné cette spirale inflationniste et le recul de l’entreprenariat agricole et industriel, d’où le malaise ressenti chez la population touchée dans son vécu quotidien . Alors d’un côté, on dit que le régime est verrouillé et réfractaire à toute ouverture et de l’autre,on lui reproche tout à fait le contraire!?!? Qui faut-il écouter ?

  4. Stéphane dit :

    Bonjour à tous .
    J’aimerais juste poser une question : est ce que des « enfants » qui cassent des voitures en criant des slogans haineux et appelant à la mort de Sarkozy dans les rues de Paris seraient comme des manifestant pacifiques?
    De plus des les premiers jours les forces de l’ordres ont été pris pour cible.
    Pensez vous vraiment que des enfants criant des slogans haineux et appelant à la violence confessionnel et civile peuvent avoir agis de leur propres chefs?
    La tournures des événements ne montre-t-elle pas que tout ceci était orchestré?
    Une guérilla de cette ampleur ne peut qu’être prémédité
    Il ne manquait plus que l’élément déclencheur

    • Cécilia dit :

      Bonjour Stéphane

      Quel plaisir de vous lire du nouveau ?
      Votre absence a été très longue ??

      Non Stéphane, aucun pays tolère ni les casseurs et encore moins les bandes armées. Tout a été préparé à l’avance en attendant l’occasion qui s’est présenté avec les adolescents de Daraa. Une de mes sœurs habitait Daraa et a vécu les cauchemars de ces événements et le soulagement après l’arrivée de l’armée où les gens n’osait plus sortir de chez eux, des routes coupées, magasins saccagés, enlèvement et torture, assassinat…
      David Cameron avait même pensé d’envoyer l’armée pour les émeutes, pourtant la GB est bien préparée pour ce genre d’événement par rapport à la Syrie qui était réputée pour sa sécurité mondialement connue (classée 4ème au niveau mondiale).

      En effet, les événement de Daraa ont été « ‘élément déclencheur » comme vous l’avez bien dit pour tout ce que se passe actuellement en Syrie.

    • Kegan dit :

      Même l’élément déclencheur était provoqué puisqu’ils ont pris les forces de l’ordre pour cible; sachant pertinamment qu’il allait y avoir une réponse.
      Et puis il ya plusieurs faits qui prouvent la préméditation depuis des années (je n’ai plus les liens) , par exemple le reseau télévisuel mis en place à Homs « était dune telle technicité qu’il aurait fallu 2 a 3 ans pour le mettre en place »;
      et puis les reseaux islamistes furent meticuleusement préparés depuis des années principalement depuis Amman et Ryad, etc.
      Puis comme tu dis la vitesse à laquelle les évenements se sont accelerés avec une organisation de grandee envergure dont nous subissons les mefaits jusqu’à ce jour montre bien que rien n’était improvisé.

      Tout ça pour dir que je suis 100% d’accord avec toi.

    • fatima dit :

      bravo , Stéphane..c’est bien dit.
      Des enfants de 10 ans ne sortent pas dans la rue pour taguer les murs « A bas bachar alAssad »!! s’ils n’étaient pas poussés par des adultes. Ceux-ci étaient cachés derrière les enfants qui ont été comme bouc émissaire.

      • Candide dit :

        « Des enfants de 10 ans ne sortent pas dans la rue pour taguer les murs « A bas bachar alAssad »!! s’ils n’étaient pas poussés par des adultes »

        Tout comme ceux exhibés par le régime lors de « pseudo manifestations spontanées de soutient à Fachy ».

    • NO PASARAN dit :

      Tout à fait !

  5. Gallus dit :

    Mais, Mohamed et Alyfa, l’occident se moque éperdument de savoir si la Syrie est démocratique: la seule chose qui motive son agressivité est l’alliance iranienne, car le but recherché en cassant la Syrie est de casser l’Iran et derrière l’Iran la Russie. Pourquoi? Parce que ces états sont des éléments de résistance à l’unilatéralisme américain. Quant aux pétromonarchies, elles poursuivent un but plus restreint encore: préserver le plus longtemps possible leur puissance financière, qu’elles savent fragile, en détruisant le Hezbollah parce que ce mouvement a prouvé que les arabes peuvent vaincre les israéliens, ce qui est pour elles un terrible danger.

    • machiavel dit :

      tout à fait d’accord avec vous; ce qui est recherché c’est de briser cette alliance du front de refus et de la résistance à l’axe du mal constitué de l’entité sioniste, des étasuniens, de certains gouvernements européens et des barils de graisse du golfe.Et puis les progrès scientifiques et technologiques accomplis par la République Islamique d’Iran en 32 ans de révolution ne sont pas là pour ne faire que des amis mais aussi des jaloux et des incapables réduits à l’état de jabots et d’intestins, état animal primaire.

  6. Byblos dit :

    Pour ce qui est de la «dureté» du régime syrien, vous écrivez TRÈS JUSTEMENT que : « La faute [en est] aussi à un environnement géopolitique qui, d’Israël au Liban en passant par l’Irak, l’Iran, et les monarchies du Golfe, sans oublier le conflit Est-Ouest, a maintenu le pays pendant des années au coeur d’une guerre tiède et dans un état d’alerte et de méfiance permanent».
    Vous avez mis le doigt sur l’ESSENTIEL de ce qui a été IMPOSÉ à la Syrie depuis 1973, soit 39 ans. Plus qu’une génération. À titre de comparaison, c’est l’écart entre le début la première guerre mondiale et celui de… la guerre d’Algérie). Je me permettrais de rappeler quelques étapes de cet ostracisme et de cette hostilité active et qui ne se démentit à aucun moment durant la période.

    1- 1970 : Arrivée de Hafez el Assad au pouvoir à la suite de la défaite de juin 1967, de la mort plus ou moins louche de Nasser et de son remplacement par Sadate, un proche des Frères Musulmans. Déjà!
    2- 1973 : Déclenchement de la guerre du Kippour de concert avec l’Égypte de Sadate. Il semble que ce dernier ait persuadé Assad d’y participer en lui faisant envisager la perspective d’un règlement global de la question palestinienne et du contentieux de 1967, avec l’appui des USA.
    3- Premiers succès militaires. Puis retournement brutal de la situation. Sadate lâche brutalement Assad et proclame un cessez-le-feu unilatéral.
    4- On connaît la suite : Visite (si peu) glorieuse de Sadate à Jérusalem (déjà!). Ouverture des pourparlers de paix. Camp David. Signature unilatérale du traité de paix par l’Égypte. Normalisation par la Jordanie. Lâchage brutal (il n’est pas interdit de parler de trahison) du «frère» et de l’allié syrien. Isolement de la Syrie qui paraît, avec la perspective du temps, avoir été davantage un but qu’une conséquence.
    Dès lors, Assad n’aura de cesse de sortir la Syrie de son encerclement en s’assurant des alliés au sein de la Résistance palestinienne (Habache, Hawatmeh) et en essayant de neutraliser le Liban qui, jusqu’aujourd’hui continue à son corps défendant de servir de base arrière pour comploter contre la Syrie.
    5- J’ai négligé les nombreux complots pour le renverser ou pour soulever la population contre lui (Hama hier et Homs aujourd’hui).
    Il est facile de s’en prendre à un gouvernement, de l’isoler, de l’étouffer… Puis de lui reprocher de résister et de se durcir.
    En deux mots comme en mille, dès le lendemain de la guerre des 6 jours, tout est déjà mis en place pour enterrer le nationalisme arabe porteur de laïcité et de modernisation. Ça commencera par la création de la Conférence Islamique, la création des mouvements intégristes, la fanatisation des troupes par la participation à la guerre en Afghanistan contre l’URSS, l’ouverture de milliers d’écoles coraniques d’inspiration wahhabite à travers le monde, y compris en Occident.
    Sur un autre plan, mais dans la même perspective, ce sera la destruction de Nasser, celle de Saddam Hussein et aujourd’hui, la tentative avortée de détruire Bashar el Assad.

  7. Luc Lepropre dit :

    Dans tout conflit il y a la cause et l’ occasion. L’occasion toute trouvée fût la réaction inadéquate du régime face à une contestation légitime. Par contre la cause du conflit est bien différente. Saisissant l’occasion la coalition composée des  » amis de la Syrie  » s’est engouffrée dans la faille. Le but recherché étant de placer des fantoches, style cns, et d’abattre un régime gênant pour leur visée impérialiste. La Syrie ils n’en n’ont rien foutre, les victimes civiles non plus. Tout ce cynisme est désolant. Courage à une Syrie qui doit rester maître de son destin.

    • Kegan dit :

      Oui, mais il u a un MAIS;
      Lorsqu’on a vu ce qui est arrivé en Egypte puis surtout en Lybie; on a tous (j’en suis sur) pensé qu’il ne fallair surtout pas que le virus du « Printemps Arabe » ne chatouille la narine des syriens, peut être qu’il y avait des raisons pour faire bouger la Syrie (personnellement je ne suis pas un démocrate mais ça me regarde) MAIS ce n »était pas le moment et tout « CLASH » était extrêment risqué pour la Syrie et sa stabilité; il fallait peut être le faire un peu plus tard et avec plus de douceur pour éviter de vivre ce qu’on vit en ce moment et qui se trouve être le meilleur senario possible…

      Et ben ça n’a pas loupé, même ceux qui étaient de bonne foi n’ont pas été capable de faire ce petit calcul et ont commencé des histoires dont la fin (et même le début) était extrêment riqué pour le pays; les évenements l’ont prouvé.

      Donc de ce point de vue je pense qu’il n’était pas « légitime » de bouger, en tout cas pas à ce moment là , si ce n’était pas un complot c’était de l’inconscience ..

  8. zidane dit :

    la faute est aux russes.c’est eux qui ont contraint l’armee syriennes a eradiquer le terroriste.avec leur soi-disant rapport de la ligue des arabes , pendant un mois l’armee a ete immobile.les terros avaient tout le tempsde se mettre en place.on dirait que ce conflit travaille pour l’interet des russes

  9. Cécilia dit :

    Le vice-ministre des Affaires Étrangères syriennes, Jihad al-Maqdissi, est à la télévision néerlandaise. L’interview est en anglais.

    http://nieuwsuur.nl/video/353158-volledig-interview-met-syrische-regeringswoordvoerder.html

  10. Cécilia dit :

    Bacha al-Jaafari, ambassadeur de la Syrie à l’ONU, à la télé Syria Today :
    En anglais, sous-titré en arabe

    http://www.youtube.com/watch?v=Lm9NgYuBYFc&feature=share

  11. Cécilia dit :

    Et pour compléter le lien précédente sur la visite de Bachar à la mosquée des Omeyyades pour prendre connaissance du projet record lié au Coran, je vous laisse une vidéo où Bachar est accompagné parmi d’autre du ministre du culte musulman ainsi du grand savant, le cheikh, al-Bouti.
    Dans le musé consacré aux mansucrits et aux exemplaires rares du Coran, on remarque la présence d’une femme.
    C’est ça l’islam en Syrie, les savantes musulmanes travaillent avec des hommes sans problème. Cela est considéré comme blasphème en Arabie.
    C’est aussi l’occasion pour ceux qui ne connaissent pas la mosquée des Omeyyades d’avoir une petite idée de son architecture byzantine. En effet, elle était en partie une église qui était elle-même, un temple pour Jupiter.

    http://www.youtube.com/watch?v=UxTYIkGR518&feature=related

    • machiavel dit :

      il s’agit de la préparation psychologique de l’opinion publique interne et internationale, voire son conditionnement pour abattre un régime devenu encombrant pour les intérêts de certaines puissances .

  12. NO PASARAN dit :

    Bonne fete a toutes les mamans, syriennes ou non !!!

  13. NO PASARAN dit :

    Cécilia ! Tu dois ABSOLUMENT mettre le discours de Asmaa el Assad pour la Fête des Mères !!! Je t’embrasse, une pensée particulière pour toi et kil 3m w inti pkhair !!!

    • Cécilia dit :

      D’accord !

      Je le cherche mais je ne le trouve pas pour le moment.
      Je le mettrai aussitôt trouvé !

      • Cécilia dit :

        NO PASARAN

        Je viens juste de trouver la vidéo d’Asma qui rendait visite aux familles des martyrs ce mercredi 21 MARS à l’occasion de la fête de mère.
        Je retiens ceci :

        la Syrie, notre mère à tous, la mère qui pardonne toujours ses enfants. Tout est remplaçable sauf la mère-patrie !

        Elle m’a fait pleurer, elle était très émue et sincère. D’ailleurs, il y a beaucoup de femmes qui pleuraient en l’écoutant.

        http://www.youtube.com/watch?v=r5ZT2helPgg&feature=youtu.be

        • Candide dit :

          « D’ailleurs, il y a beaucoup de femmes qui pleuraient en l’écoutant. »

          Beaucoup de femmes, de mères pleurent aussi en Syrie, pour d’autres raisons. Ayons également une pensée pour elles !

          • Cécilia dit :

            « Beaucoup de femmes, de mères pleurent aussi en Syrie, pour d’autres raisons. Ayons également une pensée pour elles ! »

            Vous n’êtes qu’un monstre, Candide !

            De surenchère sur moi, Candide ??? !
            Toute la Syrie pleure !
            Toute la Syrie en deuil !
            La Syrie joyeuse ne reconnait plus la joie.
            Dans chaque famille, il y a y un martyr, un frère, une soeur, un père ou une mère, un ami, un voisin, un collègue.
            Ma mère a perdu son médecin assassiné devant sa femme et ses enfants à Damas.
            Ma sœur à Alep a perdu sa meilleure copine et collègue dans le dernier attentat.
            Ma grande sœur et son mari à Damas ont perdu leur ami et collègue de plus de vingt ans dont je le connais aussi depuis mon adolescence. Il a laissé derrière lui quatre enfants.
            Parfois, des familles entières ont été enlevées, torturées et assassinées comme à Homs. On parle de familles déplacées comme à Hamidyeh à Homs.

            Je suis plus que malade de voir ma belle Syrie, pays de l’amour et de la paix en train de devenir une nouvelle Irak.
            Une incitation à la haine religieuse venant de ces fous d’Arabie qui rêvent de prêcher à la mosquée des Omeyyades, cette mosquée que j’ai tant de fois visité cherchant parfois la sérénité, parfois le repos après une longue marche à Souk al-Hamidyeh ou à la sortie de la bibliothèque al-Zahiryeh.

            Nos magnifiques églises comme celle d’Om al-Zennar dans le quartier chrétien à al-Hamidyeh, Bustan al-Diwan, à Homs, vandalisée. Elle est occupée depuis par l’ASL qui a vidé le quartier de ses habitants sans même leur laisser prendre leurs propres affaires personnelles. Je le sais surtout par une amie qui a une cousine qui y habitait. Il y a eu même un rapport de Vatican sur ce quartier.
            Cette église a presque deux mille ans. Elle a résisté tout ce temps jusqu’à l’arrivée des fanatiques nourris de haine venue d’Arabie. Elle a été nommée ainsi car d’après la tradition, la ceinture de la Vierge y se trouve, une ceinture qu’elle a laissé avant son Ascension.
            Om al-Zennar est construite sur une église souterraine qui remonte à 50 après JC. Il est le siège de l’archevêché syriaque-orthodoxe (regardez les photos: http://www.tripadvisor.fr/LocationPhotos-g297901-d2292739-Um_al_Zennar_Church-Homs_Homs_Governorate.html#35747378

            Je laisse aussi d’autres photos plus que magnifiques :

            http://forums.dai3tna.com/showthread.php?t=12830

            Alors Candide, pas de surenchère sur moi SVP !

            http://forums.dai3tna.com/showthread.php?t=12830

        • machiavel dit :

          merci pour la vidéo Cécilia, je n’ai vu qu’une partie en direct hier à la télé.

    • NO PASARAN dit :

      Merci, ma belle, et courage !

      Comme tu dis, on connaît tous quelqu’un qui a perdu des proches…

  14. fatima dit :

    NO PASSARAN, à vous aussi.
    Mais, on souhaite une très bonne fête à notre grande Mère, la Syrie .
    C’est avec et sur la terre de cette mère où nous avons passé notre enfance, notre jeunnesse. Là, où nous avons connu l’Amour pour toute personne différente de nous. Elle nous a appris à vivre ensemble depuis des milliers et des milliers d’années.
    Le ventre de cette mère a porté depuis toujours et portera Tous avec le même amour : chrétiens, musulmans, alaouites, druzzes, arméniens, kurdes, et bien d’autres.
    Bonne fête des Mères à notre grand Amour Mère : la SYRIE tout en lui souhaitant qu’elle dure pour toujours dans son unité et dans sa gloire.. Que Dieu la protège.

  15. Miguel Riffo dit :

    Au moins au niveau local, à Deraa, où le mouvement a démarré, à partir de l’arrestation d’enfants, et de la répression brutale d’une manifestation de protestation.

    Infosyrie donne de munitions aux bandits ?

    Louis Denghien , avec de respect vous avez l’air un peu derrotiste , c’est mon impression .

  16. CFabrice dit :

    Je ne pense pas qu’il y ait eu une erreur quelconque de la part de Bachar Al Assad. Par contre, aucune erreur n’a été faite non plus du côté américano-sioniste. Le « plan » a marché à merveille jusqu’à présent. Ils ont toujours quelques coups d’avance, quand on regardait la Tunisie, il étaient déjà en Lybie( l’Egypte étant une poussière à balayer). La Syrie leur pose problème car les russes ont beaucoup à y perdre et, je ne voudrais pas être de mauvaise augure,j’espère que des arrangements seront trouvés entre vos deux pays sinon ça risque d’aller vite…
    Ce qui me surprend le plus dans toutes ces « affaires » c’est que tout de même, ces choses ont été annoncées depuis les années 70/80 et que les pays arabes et tout le moyen orient se retrouvent surpris. Des articles ont été écrits, les plans dévoilés noir sur blanc et on dirait que nous découvrons ça subitement. Les banques du monde entier appartiennent bientôt toutes aux sionistes, les médias télévisés et journaux…Bref,tout est verrouillé, le nerf de la guerre est en leur possession et on a laissé faire de l’occident un lucifer. On en arrive à reposer tous nos espoirs sur deux pays sans savoir si vraiment ils auront les moyens de lutter et pendant ce temps là des millions d’humains (sans importance à leurs yeux puisque goyes)meurent depuis des décénies.
    Je souhaite vraiment de tout mon coeur que la Syrie soit un exemple de ce que les autres nations devraient être, très sincèrement.
    Aujourd’hui j’ai vu à quel point ma « pauvre France » s’est rabaissée. Voir juppée en kipa faire son soumis en terre d’Israel devant les traitres de la bible. Je n’ai plus de pays et c’est pour ça que je comprends pourquoi vous vous battez comme des Lions.
    Je m’incline respectueusement devant votre grandeur d’âme.

    • Kegan dit :

      C’est trop gentil ça Fabrice, merci!!

      Mais Juppé en Kipa ce n’est pas une surprise non plus !!

    • machiavel dit :

      La France du Général de Gaulle n’existe plus depuis mai 68 et le référendum de 69 mon cher CFabrice. Cette France-là a fait place à un navire sans boussole et sans authenticité dans lequel chacun se livre à une course effrénée pour le pouvoir, négligeant souvent les devoirs que lui impose les vertus de la République. C’est bien dommage que ce pays ne soit plus porteur d’espoirs et de justice, échéances électoralistes éphémères obligent. La Syrie que vous semblez aimer à juste titre et que vous entourez de tous vos bons sentiments le mérite amplement; c’est une civilisation millénaire aux richesses humaines multiples et variées, que ni les nains vieux d’à peine 200 ans et ni encore ces fantoches qui n’ont aucune existence juridique ou historique légitime au proche-orient et au golfe, ne sauront se mesurer à elle, et encore moins la rayer de la topographie et de l’histoire de l’humanité.
      A mon tour, sans que je sois citoyen syrien, je m’incline avec beaucoup de gratitude et de respect devant votre lucidité intellectuelle. Merci CFabrice, ça va bien se passer et l’humanité retrouvera son air de fraternité d’antan.

      • CFabrice dit :

        Que Dieu nous protège et surtout qu’il nous pardonne de n’avoir pas réagi avant.
        De Gaulle était certes un grand homme mais il ne pensait pas comme vous et moi à toute l’humanité.L’époque était autre me direz vous et c’est vrai, tout était différent et on pensait à « reconstruire ». Il a bien sûr été « visionnaire » quand à ce qui nous arrive aujourd’hui,il n’y a qu’à revoir ses réactions quand à la création d’un » état sioniste » en terre Palestinienne. Hélas, toutes ces petites frappes qui lui ont succédé et qui se revendiquent Gaullistes n’ont rien retenu et ont même profané sont héritage.
        J’espère que la Syrie saura tenir tête et vaincre les ennemis de l’humanité afin que cette terre vive enfin en paix.

        • machiavel dit :

          Il avait quand-même une certaine dignité et une certaine idée de la France et de son rôle dans le monde;mais personne n’est parfait ou complet à 100%.

      • machiavel dit :

        CFabrice, prière lire « …les devoirs que lui imposeNT les vertus … »; par respect pour cette belle langue et pour nos amis internautes, merci .