• Actualité
  •  

C'est le geste qu'on attendait : Bachar al-Assad dans les rues de Bab Amr, pour évaluer les dégâts, mais surtout pour rencontrer les habitants de ce quartier, pro ou anti-régime, mais tous pris en otage pendant des semaines, des mois, par les bandes armées qui avaient voulu faire de ce quartier populeux de Homs un laboratoire du chaos et de la loi islamiste. Pour aussi monter que, quoiqu'en disent les propagandistes de l'OSDH et leurs obligeants relais médiatiques, le président [...]



Bachar à Bab Amr

Par Louis Denghien,



Bachar est venu de dire que l'Etat - et donc la paix - étaient de retour à Bab Amr

C’est le geste qu’on attendait : Bachar al-Assad dans les rues de Bab Amr, pour évaluer les dégâts, mais surtout pour rencontrer les habitants de ce quartier, pro ou anti-régime, mais tous pris en otage pendant des semaines, des mois, par les bandes armées qui avaient voulu faire de ce quartier populeux de Homs un laboratoire du chaos et de la loi islamiste. Pour aussi monter que, quoiqu’en disent les propagandistes de l’OSDH et leurs obligeants relais médiatiques, le président syrien est partout chez lui dans son pays.

Visite ô combien symbolique

Eh bien, c’est chose faite depuis cet après-midi du 27 mars : presqu’un mois après la réduction des dernières poches de résistance, et alors que des tirs se font toujours entendre de temps à autres dans d’autres quartiers de Homs, Bachar a arpenté les rues du quartier, certes escorté d’un service de sécurité, mais n’hésitant pas, néanmoins, à venir au contact de l’habitant, à parler avec lui : bien sûr, il a surtout rencontré des partisans, mais en regardant les images du reportage mis en ligne ci-dessous, on mesure qu’il s’exposait au geste du premier fanatique venu. Mais le président syrien devait cette visite, aux habitants de Bab Amr, de Homs et à tous ceux qui en Syrie espèrent la réaffirmation de l’Etat et le retour à l’ordre, contre la terreur, la logique de guerre civile, la tyrannie de l’obscurantisme et du chaos. Du reste, un certain nombre des interlocuteurs du président n’ont pas manqué de se plaindre de ce que leur avaient fait vivre les soi disant résistants de l’ASL

Sur place, Bachar a assuré les habitants rencontrés qu’il avait d’ores et déjà donne des instructions pour que soit accélérée la reconstruction des bâtiments et infrastructures, et rétablies les services administratifs ainsi que l’eau et l’électricité. Il a rappelé qu’il avait à plusieurs reprises, par le biais d’offre de pardon et d’amnistie, tendu la main aux insurgés, du moins ceux qui étaient syriens. Mais ceux-ci demeurant sourds, il avait dû ordonner l’offensive contre eux. Bien sûr, le président et chef des armées a rendu hommage au courage et au sacrifice de ses soldats qui, à Homs et ailleurs, ont combattu et continuent de combattre un ennemi implacable, sectaire et soutenu par des puissances étrangères.

Bref, cette visite a illustré symboliquement cette logique de reconquête qui est celle des dirigeants syriens, et elle a mis, n’en doutons pas, du baume au cœur d’une large majorité de Syriens. Qui ont besoin de voir d’autres images de Homs que celles de ruines et de fanatiques salafistes. N’en déplaise aux journalistes de France et de Navarre, de Libération et du Figaro, c’est un symbole d’unité et de souveraineté qui est apparu cet après-midi dans les rues de Homs. Et comme un cauchemar qui s’estompait…

Ci-dessous le lien sur la visite (remerciements à Mohamed)

http://www.youtube.com/watch?v=GwDVAJJFH9U

Une deuxième vidéo, plus longue, sur le même sujet, avec Bachar s’entretenant avec des soldats (pour arabophones seulement). Ceux-ci lui assurent qu’ils sont derrière lui pour défendre la patrie. L’un d’eux, lui dit : « Nous sommes ici des soldats de la Syrie, venant de quatre coins de la Syrie, celui-là est de Raqqa, l’autre de Deir, et de Hassakeh… » Bachar les remercie pour leur courage et leur demande de passer le bonjour à leurs familles tout en assurant que la Syrie vaincra ! (traduction par Cécilia)



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Vous pouvez répondre, ou faire un lien depuis votre site.

73 commentaires à “Bachar à Bab Amr”

  1. Inan dit :

    court reportage émouvant montrant le président au plus près de son peuple pour les rassurer…

  2. passionario dit :

    ALLELUIA!!!!!!!Il a aussi visité les troupes sur le terrain et a été ovationné par les BABA AMRIOTES tout en s’adressant à eux……….alors qu’il pleuvait des cordes, sans parapluie ou imperméable et en saluant son peuple de la main; et que les mauvaises langues restent liées jusqu’à nouvel ordre!

    • l'étrangère dit :

      AVEC UNE PETITE PENSEE POUR « ASMA », PUISQUE « … CHERCHEZ LA FEMME ! »
      TRADUCTION : parce que les calomnies, ça suffit !

      DEFENSE D’ASMA AL-ASSAD PAR UN ANONYME SYRIEN
      ASMA, L’UNION EUROPEENNE, ET DAMOCLES
      Par Cicéron / Commentaires sur la Syrie, 23/03/ 2012

      L’UE a publié la liste des nouvelles sanctions adoptées contre la Syrie suite à sa 13e réunion depuis le début des violences dans ce pays, il ya presque un an. La dernière sanction cible la Première Dame, Asma al-Assad, par le gel de ses avoirs et son interdiction de séjour dans les pays de l’UE.

      Il s’agit là d’un acte insensé contre une personne ne faisant pas partie du gouvernement syrien et à propos de laquelle, l’ambassadeur français en Syrie, Eric Chevalier, a déclaré il y a un an à peine : «Elle a réussi à amener les gens à réfléchir sur les possibilités de moderniser eux-mêmes leur pays, se basant sur une sécularité tolérante dans une région poudrière où extrémistes et radicaux surgissent de tous côtés ».

      Née et élevée en Angleterre, elle s’est installée en Syrie en 2000, lorsque son mari en a assumé la présidence. Ceux qui la connaissent témoignent qu’elle a passé ses premières années en voyageant incognito dans tout le pays, visitant les villages les plus pauvres, essayant d’identifier les spécificités syriennes et les moyens d’exercer une influence positive dans son nouveau rôle de Première Dame.

      Elle a vu dans la diversité des religions et des ethnies une force pour la Syrie, mais a été consternée par le rôle dominant joué par le gouvernement dans la vie des citoyens.

      Grâce à un large réseau d’ONG nationales comme Massar, Shabab, et Firdos, elle a travaillé à pousser les Syriens à prendre en main leur avenir, et à stimuler l’esprit d’entreprise. Elle a concentré ses efforts sur les jeunes et les pauvres. Dans le but de soutenir les communautés économiquement saine et indépendante dans les zones rurales, elle a promu le micro-crédit, et en 2007 la Syrie est devenue le premier pays de la région à introduire une législation pour la réglementation sécurisé du secteur de la micro-finance. En 2008, la Première Dame a reçu la médaille d’or de la Présidence de la République italienne pour son engagement en faveur de la croissance économique et le développement durable dans le monde arabe.

      Grâce à une autre ONG nationale, Rawafed, la Première Dame a encouragé la jeunesse syrienne à participer à des activités culturelles modernes. Avant les troubles, son dernier projet a consisté à réunir les secteurs public et privé, ainsi que les ONG et les partenaires internationaux, pour lancer une initiative culturelle destinée à doter les musées et les sites du patrimoine syrien d’un label de classe mondiale.

      Cette dernière année et en réponse à la violence et aux tragédies mortelles, elle a engagé les communautés et les ONG dans un effort pour favoriser un programme de réconciliation dans les zones touchées, tout en continuant à visiter et à soutenir les ONG à l’oeuvre dans les régions les plus pauvres du pays.

      Par conséquent, se concentrer sur ses prétendus récents achats, d’articles de luxe et de mode, n’est là que pour distraire de l’excellent travail qu’elle a mené et qu’elle mène toujours. Même si les fuites de courriers électroniques étaient vraies, il faudrait ne pas oublier de noter à quel point sa tenue et son comportement sont de circonstances lors de toutes ses apparitions en public depuis le tout début des violences. Quelle ironie que de constater que son sens du style, sa grâce et sa discrète élégance ont été considérés à l’intérieur et à l’extérieur du monde arabe comme l’incarnation de la femme arabe moderne: chic et élégante!

      La Syrie est un pays complexe avec un patrimoine culturel riche qui est le résultat des interactions entre les nombreuses religions, ethnies, coutumes, croyances, habitudes, idées et valeurs héritées de toutes les civilisations qui,sur des milliers d’années, se sont succédées et y ont pris racines. Aujourd’hui, elle se trouve à la croisée des points de rupture les plus chauds de notre Monde, prise entre Iran et Arabie saoudite, entre Christianisme et Islam, entre Orient et Occident, et entre Arabes et Israéliens.

      A Bruxelles, les diplomates européens sont en train d’intervenir dans les affaires de la Syrie, avec et aux côtés des dirigeants autocrates du Golfe. Il ne leur serait pas inutile de lire la parabole de l’ «épée de Damoclès ». Ce sentiment de péril qui pend toujours au-dessus des têtes de ceux qui détiennent le pouvoir, particulièrement au Moyen-Orient où la nation est si contestée. Comme toujours, les sanctions ne contribueront pas à la paix à la Syrie. Elles touchent les plus vulnérables et les moins coupables d’oppression. Prononcer des sanctions à l’encontre d’Asma al-Assad qui a essayé d’améliorer la Syrie à la fois pour les pauvres et les femmes, est tout aussi déplacé.

      Source :

      “In Defense of Asma al-Assad,” by an Anonymous Syrianhttp://www.joshualandis.com/blog/?p=14102&utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:+Syriacomment+%28Syria+Comment%29

      • l'étrangère dit :

        Le lien pour l’article en anglais : « In Defense of Asma al-Assad by an Anonymous Syrian », parce que là je vois pourquoi il ne va pas fo