• Actualité
  •  

Il était LE grand favori de l'édition 2011 du Prix Nobel de Littérature : Ali Ahmed Saïd Esber, alias Adonis, écrivain et poète majeur de la Syrie (et du Liban) et, au-delà, du monde arabe, s'est vu finalement préférer un confrère suédois, Tomas Tranströmer. Tant pis, et nos sincères félicitations au lauréat. La "pré-sélection" d'Adonis est déjà en soi une très belle reconnaissance internationale. Mais ce choix, et cet échec final, posent question. Malentendu... volontaire ? Le site culturel français Evene avait [...]



Et Adonis n’eut pas le prix Nobel de Littérature

Par Louis Denghien,



Adonis : prix Nobel du patriotisme, du courage et du bon sens

Adonis : prix Nobel du patriotisme, du courage et du bon sens

Il était LE grand favori de l’édition 2011 du Prix Nobel de Littérature : Ali Ahmed Saïd Esber, alias Adonis, écrivain et poète majeur de la Syrie (et du Liban) et, au-delà, du monde arabe, s’est vu finalement préférer un confrère suédois, Tomas Tranströmer. Tant pis, et nos sincères félicitations au lauréat. La « pré-sélection » d’Adonis est déjà en soi une très belle reconnaissance internationale. Mais ce choix, et cet échec final, posent question.

Malentendu… volontaire ?

Le site culturel français Evene avait écrit que le poète syro-libanais devait logiquement « profiter » du « printemps arabe« . L’Express était du même avis, citant le patron d’une grande librairie de Stockholm, qui pronostiquait la victoire du Syrien : « Cette année, Adonis, c’est politiquement correct ! »

Vraiment ? Nous soupçonnons ces messieurs de n’avoir pas lu Adonis, en tout cas ces déclarations sur la situation syrienne. Les lecteurs d’Infosyrie savent, eux, que Ali Ahmed Saïd Esber  a nettement pris ses distances d’avec l’opposition syrienne, à laquelle il reproche essentiellement sa coloration islamiste et son instrumentalisation par l’étranger. Mieux – ou pire, selon les canons du politiquement correct – il s’est prononcé pour une politique des petits pas en matière de réforme, et a écrit en juin une lettre en ce sens à Bachar al-Assad. Des orientations qu’il n’a pas reniées à ce jour (voir nos articles « Le grand poète syrien Adonis s’exprime sur la situation » et « « Révolution » syrienne : Adonis persiste et signe« , mis en ligne le 17 juin et le 30 août). Rappelons que dans sa lettre à Bachar, Adonis écrivait noir sur blanc : « Politiquement, les Arabes n’ont jamais connu la démocratie dans leur histoire moderne, ni dans leur histoire ancienne. C’est quelque chose d’extérieur à l’héritage culturel arabe. » Autant pour le « politiquement correct » ! Il n’est pas impossible que cette vision peu orthodoxe de la crise syrienne soit finalement venue à la connaissance des jurés du Prix Nobel, compromettant ainsi le choix d’Adonis.

On retiendra tout de même le haut niveau d’ignorance de la presse française qui, par le seul fait qu’Adonis était syrien, l’a ipso facto enrôlé sous la bannière de l’opposition à Bachar. Adonis est, de fait, opposé à la domination du Baas sur la société syrienne. Mais il fait confiance au président syrien pour conduire le changement historique. Cette position, c’est aussi celle d’une large majorité de Syriens. Ce qu’ont apparemment du mal à comprendre les plumitifs normalisés et standardisés de notre presse.

Adonis n’a pas eu le Prix Nobel de Littérature. Mais il s’est néanmoins distingué du troupeau bêlant du conformisme politique et intellectuel ambiant. Est-ce qu’il existe un prix pour récompenser cette attitude-là ?

 

 

 

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

53 commentaires à “Et Adonis n’eut pas le prix Nobel de Littérature”

  1. Souriya ya habibati dit :

    c’est encore un coup de l’OSDH qui a initié les jurés du prix..

    • Syrienne libre dit :

      Un brin de paranoïa, par ici?

      • Akyliss dit :

        Non Syrienne libre, un brin d’humour syrien plutôt !
        tu dois y etre habitué non ?
        peut être pas vue que tu es d’Alep tu dois moins connaitre l’humour que les gens de Homs ;)
        moi j’ai de la chance mon épouse est de Homs et donc des blagues syriennes j’en ai à gogo !

        tu sais pourquoi les homsi mettent 2heures pour aller de Homs à Damas et 8heure pour faire le chemin inverse ?

        • Syrienne libre dit :

          euuuuuuh, non?

          • Akyliss dit :

            tu sais pourquoi les homsi mettent 2heures pour aller de Homs à Damas et 8heure pour faire le chemin inverse ?

            le retour à Homs, il le fait en marche arrière…

          • Syrienne libre dit :

            Lol !

            C’est marrant ces blagues sur les Homsiotes. Pourtant, les habitants de Homs sont des gens très intelligents

          • Akyliss dit :

            « C’est marrant ces blagues sur les Homsiotes. Pourtant, les habitants de Homs sont des gens très intelligents »
            oui ça n’empeche pas d’être marrant l’intelligence !
            les Homsi sont les belges de la Syrie ! et c’est eux qui font les blagues sur eux même…
            ce n’est pas méchant ce genre de blague et je ne crois pas qu’il y ait de blague contre les femmes ! la classe quoi ses Homsis

        • Candide dit :

          J’ai lu, je ne sais où, que les homsi étaient gentiment comparé aux belges par les syriens. C’et vrai?

    • Syrienne libre dit :

      Je vois que certaines personne publient des témoignages, alors moi aussi je me le permets :

      Ce n’est dans aucun film d’action ou policier… ni même dans une bande quelle qu’elle soit ou une mafia… mais c’est dans la tranquille Latakié qu’eut eu lieu cette histoire. Dans un des quartiers alliés à la bande qui gouverne ce pays, un quartier se situe le quartier général de la section de la police politique…
      C’est là-bas que nous avons été retenus prisonniers durant des semaines… là-bas que nous avons goûté aux plus atroces formes de torture… Mais ce jour- là ce fut pire… tellement plus douloureux… ce que nous avons subi ne fut pas de la torture … c’était bien pire que cela… Les geôliers ont pénétré notre dortoir et ont enchainé un groupe de jeunes et leur ont bandé les yeux, les frappant, les insultant et les humiliants… Ils les ont ensuite emmené à l’extérieur du dortoir… Nous ne savions pas ce qu’ils allaient faire d’eux… Mais peu de temps plus tard, ils sont revenus, et l’horreur se voyait sur leur visage… Ils ont beaucoup hésité, ils n’ont pas su quoi nous dire… Mais par la douleur et la peur qu’ils nous ont communiquées, nous avons pu comprendre qu’ils avaient été forcés, durant ces minutes, à observer le viol d’une jeune fille.

      Nous n’imaginions pas alors que notre tour viendrait et que nous serions confrontés, nous aussi, à l’observation de cette scène abominable… Mais ce fut ce que voulut Dieu…
      Ils nous ont conduits, les yeux bandés, les mains ligotés, à la cave où se situe la cellule de torture… Ils nous ont forcés à nous asseoir par terre tout autour de la place centrale de la cellule…
      Ils ont alors retiré les bandeaux des yeux… Nous avons été anéantis en voyant une jeune fille de 23 ans… ligotée à un lit, totalement nue… elle se faisait violer par un sergent des forces de l’ordre… On lisait sur le visage de la femme un effondrement total… Elle ne pleurait pas… Elle ne criait pas… Elle avait l’air d’avoir perdu ses sens… Elle n’avait plus conscience de ce qui lui arrivait… Ou peut-être n’avait-elle plus de larmes à verser… ou de voix pour crier et pour avoir mal…
      Le sergent était gros et petit… il était très poilu… Son visage était difforme…
      Sa vision provoquait le dégoût… Il lançait à la fille des insultes : «Espèce de connasse ! Espèce de pute !». Un autre geôlier a pris sa place et l’a violée devant tout le monde…
      Et pour augmenter encore la torture et le crime, ils avaient ramené son mari, enchainé. Ils l’avaient forcé à rester debout près d’elle, afin qu’il soit présent et voient ces scènes de torture que subissait sa femme par ces espèces de monstres… Il criait… Il pleurait d’une façon hystérique… Il se cognait la tête contre le mur de tristesse et de colère… Il a continué jusqu’à perdre conscience et s’évanouir…

      Nous étions environ quinze prisonniers en comptant le mari de cette femme. Près de nous, il y avait un canapé, sur lequel étaient assis un capitaine, un sergent, et trois autres geôliers… Ils observaient tous ce crime comme s’ils assistaient à un film comique… Ils riaient d’une voix forte… Ils insultaient la jeune fille, son mari et nous-mêmes… Nous avons détourné visages de cette vision horrifiante… Ils nous ont alors forcés à regarder, et nous ont menacés du supplice sur la roue si nous n’observions pas…
      Cela a duré environ cinq minutes qui furent abominables et extrêmement douloureuses pour nous…

      Les geôliers nous ont ensuite à nouveau bandé les yeux et nous ont reconduit au dortoir une nouvelle fois en nous frappant et en nous humiliants… Ils nous disaient « C’est ce qui attend vos sœurs si vous n’avouez pas tout »… Ils ont ensuite emmené un troisième puis un quatrième groupe… Afin qu’ils observent encore et encore le viol de cette faible fille.
      Cela a duré environ une demi-heure…
      La tristesse et la douleur déchiraient notre poitrine en pensant à l’horreur que subissait cette pauvre fille et en pensant à son mari qui n’avait pas eu la force de supporter cette scène et qui avait perdu conscience… Ils étaient des habitants du quartier AlRaml, sur lequel la colère du gouvernement plane encore…
      Ce n’était pas le premier cas de viol. Il y en avait déjà eu plusieurs auxquels ont dû assister certains de mes camarades de dortoir… L’un d’entre eux avaient été forcé à assister à quatre viols… celui-ci était le cinquième…
      Ce viol, c’était ce que nous avions subi de pire durant notre détention… De voir nos filles, nos sœurs et nos épouses se faire violer par ces porcs… sans aucune forme de respect ou de considération envers la civilité, la religion ou l’honneur… De voir notre honneur se faire violer devant nos yeux sans que nous puissions répondre et venger l’affront…
      Il est clair que cet acte est volontaire et planifié… visant ainsi à nous torturer, à nous faire mal, à nous briser… Qui donc peut imaginer que cela arrive pour une jeune fille de sa famille, sans qu’il subisse ce que nous avons subi de douleur, de supplice et de colère qui dépassent toute description…
      Ces êtres, nous ne pouvons les décrire par aucun des qualificatifs des criminels… nous ne pouvons pas même les comparer aux animaux car ils sont plus sauvages, plus bestiaux que tout animal…

      Ce qu’ils nous font, ce qu’ils font à nos femmes, à ces perles, dépasse tout crime… Après cela, nous ne pouvons plus nous taire… que leur reste-t-il donc à nous faire subir ? Ces mercenaires n’ont laissé aucun
      crime, aucune bassesse sans qu’ils ne nous la fassent subir… La situation est devenue insupportable et le vase de notre colère a débordé…

      Mais ce que ces lâches n’avaient pas compris est que ce qu’ils nous ont forcé à voir n’a fait qu’augmenter notre détermination à abattre ce régime criminel et pervers… Ce sale visage qu’ils nous ont montré constituera pour nous des réserves d’énergie afin de poursuivre notre révolution contre cette bande qui sourit au monde, sans pourtant parvenir à cacher sa sauvagerie. Dieu a voulu que leur saleté éclate par
      leurs agissements et leurs crimes contre toute l’humanité.

      D’après la Commission Générale de la révolution syrienne

      • sowhat dit :

        mensonges

      • Akyliss dit :

        et c’est quoi cette commission générale de la révolution syrienne ?
        ce récit a l’air d’être trop beau pour être vrai !
        les méchants sbires qui font souffrir les proches pour leur faire peur ! un classique réchauffé déjà entendu et vue pour l’Irak, la Libye, le Liban etc.

      • Radwan dit :

        Bon, que pour lire ce que vous avez écrit, j’ai mis alors Une demie heure !!! et la scène de viole a duré une demi heure !!! vous croyez que à la commission générale de la trahison !!! ? vous être libre ! mais en Syrie il n y a pas de révolution !!! il y a des groupes armées terroristes, salafistes, djihadistes, islamistes, extrémistes qui commettent des violes, de vols, qui casse tout, qui brulent tout, qui pillent tout !!! Si vous considérez Ibn Laden comme révolutionnaire, alors ces terroristes syriens sont de révolutionnaires!!! Scène de viole publique !!!? en fait cette histoire fictive est une scène de viole plus dure que le viole réel!!! car ça touche un pays, ça touche une nation! ça touche des symboles! cette ne pourrait jamais se produire que sous la direction et la bénédiction de la commission générale de la trahison!!!

        voilà !

      • sowhat dit :

        c’est vous qui le dites ! ce sont des mensonges mélangés à vos fantasmes

        on avait bien deviné de quoi est fait votre imaginaire

      • Farid - Algerie dit :

        Excusez moi syrienne libre de vous dire d’arrêter de souffler dans le vent, et si vous voulez être efficace dans votre propagande ridicule, je vous recommande d’autres adresses auprès de nos émirs défenseurs de la démocratie ou vous serez la nouvelle « icône » martyrisée.

        Qui croira vos salades avec le sergent super violeur en rafale? La blague.

  2. Souriya ya habibati dit :

    Mais notre cher Adonis s’en remettra.
    Allah Souriya Bachar wbass

    • Souriya ya habibati dit :

      Merci Akyliss pour votre JUSTE interprétation de mon petit mot.. En fait nous devrions faire preuve de COMPASSION vis-à-vis de nos compatriotes.. qui, à force de se coller aux choix de leurs maîtres et mentors occidentaux.. en arrivent à en avoir besoin d’un sous-titrage là où il n’y en a pas lieu… La résurrection de Zaynab Al Hossny a de quoi perturber des indivudus affichant un plus fort mental que celui, si j’ose dire, fluctuant, de notre Maggie.. La crue et décrue de l’adrénaline a de quoi franchement secouer.. Ceci dit, tout en maintenant notre PITIE pour la « Cat on a hot tin roof » reconnaissons lui, la touche d’authenticité qui se dégage de son approche.. d’opposante radicale (je ne parle pas du mental..) en chair et en os et non pas à la manière des clones talibans ciber-opposants qui se multiplient sur le site, au grès des claques que la Syrie leur administre via sa diplomatie.. Clones talibans qui n’ont pas besoin de tourner la joue gauche.. puisque la CLAQUE se rabat sur les deux joues à la fois.. d’un geste russo-chinois avec une MAGISTRALE synchronie.. Clones à la recherche du lautantique à la manière d’Hugolin.. Alors que notre Peggy pèche par son authentique aveuglement…

      A propos Akyliss, le lactel que vous proposez est pas mal.. Mais enfin un chocolat de chez Sabbagh à Halab a un goût divin.. Je ne manque pas d’en déguster toutes les fois où je fais mon pélerinage à ma ville natale..

      • Akyliss dit :

        Joli texte Sourya !
        je ne connais malheureusement pas le chocolat de chez Sabbagh d’Alep, j’ai juste fait une escale pour change de bus à Alep pour aller à Idlib! mais dés que je retourne en Syrie j’y ferais un saut !
        par contre le zahtar de Alep j’en ai et c’est trop bon ! le meilleur que j’ai mangé

      • Syrienne libre dit :

        Sourya ya habibati,

        je dois reconnaître que vous avez une belle réthorique, un peu acerbe, certes.

        Et si nous partageons un point commun, qui est d’être toutes les deux natives d’Alep, je crois bien que c’est le seul…
        Chacun défend sa part de bifteck et je pense qu’aucune de nous deux n’est prête à lâcher le morceau…

        C’est moi la Peggy? :)

        Cordialement.

  3. Candide dit :

    Pour le prix Nobel de la Paix à Bachar, c’est pas gagné pour cette année.

    Et s’il faisait en sorte de l’avoir pour l’année prochaine ? Je suis persuadé que s’il le veux, en faisant des efforts, il l’aura. Je le lui souhaite et je le souhaite à la Syrie.

    • stephane dit :

      On laisse le prix nobel de la paix à obama, pour ses milliers de victimes en Libye

    • Akyliss dit :

      je pensais que Saint Sarkozy l’aurait haut la main avec ses guerres pour la paix dans le monde !
      il y en a bien un qui l’a eu sans lever le petit doigt pour la paix dans le monde alors Saint Sarkozy avait toute ses chances cette année c’est bien dommage.
      Mais je suis d’accord avec toi Candide, Bachar El Assad méritera un prix et pas celui du Nobel de l’hypocrisie mais celui d’avoir mener la Syrie vers une démocratie libre, une démocratie pour les syriens, une démocratie non imposé par les grands donneurs de leçons va en guerre de cette planète !

      et je suis sûr que tout ce que fait de bien Bachar El Assad aujourd’hui apparaitra au grand jour l’année prochaine et que les menteurs occidentaux turcs et arabes seront obligé de montrer qu’ils sont les vrais fauteurs de troubles et qu’ils devrons le payer pour tous les syriens, libyens, yémenites, bahreinis et ceux que j’oublient qui ont été les victimes de la nouvelle croisades occidentaux-ottomanes

  4. Le Syrien dit :

    Je suis bien d’accord avec Adonis sur le fait que la démocratie ne peut pas se faire en Syrie. Mais les causes de ce fait sont différentes pour moi. Je connais bien la Syrie, je suis d’origine syrienne, je me revendique même français et syrien, je n’ai donc aucune raison de haïr la Syrie. Pourtant, les syriens, je ne les vois pas d’un bonne, et cela pour une excellente raison: le syriens, sont aujourd’hui, et cela depuis une dizaine d’années (peut être davantage, mais ces dernières années, le phénomène s’est amplifié) confronté à l’orgueil. Je précise ma pensée: ils sont orgueilleux, dans le sens où le mépris d’autrui se fait de plus en plus présent chez eux; et de plus. Attention, ne généralisons poas, une bonne partie de la population est amie des convenances sociale et du respect de l’autre. Mais l’orgueil est là, et surtout chez les plus riches. Lors d’une conversation était évoqué le cas d’Israel. Certes, nous eumes des critiques d’irrael. mais figurez vous que quelques minutes plus tard, les palestiniens furent visés par l’assemblée. Critique de des Palestiniens comme étant agressifs. Puis j’entendis un autre jour une critique des irakiens, iraniens, américains, mais aussi des habitants d’Alep, de Hama, de Oms, de ce que vous voulez. Et si vouys creusez un peu plus, vous découvrez également un mépris pour le pauvre, le paysan, et même pour le voisin.
    Ce qui m’étonne, c’est cet amour de la propriété. C’est cet amour excessif, amour qui gagne les français aujourd’hui (les syriens sont juste en avance, le progrès!…), amour pour la propriété, qui défait la société syrienne. Les syriens de Damas n’ont pas conscience que les habitants d’Alep sont syriens comme eux, ils n’ont pas cosncience que les irakiens sont arabes comme eux, ils n’ont pas conscience qu’un américain est un être humain comme eux. Mon analyse de la société syrienne connait ses limites car: est ce le cas des syriens des classes les plus basses? est ce aussi le cas d’Alep?

    • Hadi dit :

      Toute cette analyse suite à UNE discution ????
      Je suis également français et syrien et le peuple qui est reputer dans le monde entier pour son sens de la critique facile, sa mauvaise humeur, et sa « ventardise » c’est bien le peuple français.
      Les discutions de bistrot existe partout.
      Je me permets de te dire que ton analyse et « hors sujet »

      • Hadi dit :

        discussions
        Pardon l’orthographe n’est pas mon fort

        • Syrienne libre dit :

          Je suis d’accord avec vous Hadi.

          • Akyliss dit :

            moi aussi d’accord avec hadi je suis!
            il pousse le bouchon loin le padré le Syrien !
            je sais pas ou il a rencontré ses syriens là ? peut être des israéliens camouflés en Syrien ? (humour je précise pour ne pas être encore traité d’acharné contre israel )

      • stephane dit :

        Bah il faut reconnaître que les bourgeois de damas et les membres des familles de hauts placés sont très orgueilleux et ignorent totalement la vie des 99% de syriens.
        Ils vivent dans uen bulle entre occidents et monde arabes sans toutefois être prêts à risquer leur vie pour la Syrie. Ils ne se déplacent d’ailleurs rarement en dehors des quartier type malki et abou remaneh. Mais c’est pas une raison pour généraliser, ce sont simplement des gens cons et pour les avoir côtoyer je pense qu’ils ne représentent pas du tout la Syrie.

    • sowhat dit :

      cher Syrien l’orgueil est un défaut universel

      l’orgueil national qui en est une variante est largement partagé par les autres nations à commencer par celle de nos voisins du sud

      par ailleurs, le consumérisme nihiliste est le fléau du genre humain en ce début du XXIème siècle

      j’aurais souhaité que vous vous attardiez davantage sur les défauts spécifiques nationaux de ces syriens ne serait-ce que pour l’intérêt folklorique

      vous avez l’air de croire que nos « théoriciens » n’ont pas pensé à tout cela ?

    • sowhat dit :

      après vous avour relu, j’ai envie de vous demander si c’est vraiment sur la base d’un tel constat que vous tirez la conclusion que « la démocratie ne peut pas se faire en Syrie » , sans évoquer quantité d’autres raisons structurelles ou historiques ?

  5. Byblos dit :

    Shimon Perez est aussi «nobellisé» en paix. Pour le massacre de Cana en 1996, sans doute.

    Alors, ce Nobel de la Paix devient un honneur (?) de plus en plus douteux.

    Quant au Nobel de littérature de l’an prochain, au train où va l’Occident, gageons qu’il sera attribué à Houellebecq.

    • Akyliss dit :

      ah oui mais lui n’a tué que des palestiniens donc il a quand même droit à un prix Nobel de la Paix par ce qu’il est israélien surtout ! comme Barak Obama qui est responsable des tortures à Guantanomo alors qu’il avait promis de fermer ce site de tortionnaire et continu ses massacres collatéraux en Afghanistan et en Irak ! quoi de plus pour être prix Nobel de la paix ?

  6. Akyliss dit :

    c’était à prévoir !
    Adonis n’a pas eu le prix Nobel par ce qu’il dit ce qu’il pense,
    Addounia est censuré en occident le pays de la liberté d’expression par ce qu’elle ne dit pas ce que veulent les dirigeants occidentaux
    les manifestations pro Bachar en France ou en Syrie on ne les montres pas à la télévision occidentale, ça risque de déstabiliser leurs désinformation en continu (ou alors on essai de faire passer une manifestation pro-Bachar en manifestation anti-Bachar en oubliant de gommer les portraits brandis pendant les manifestations!)
    qu’ils se gardent leur prix Nobel de la foutaise !
    j’ai entendu sur France info aujourd’hui que l’important dans le prix Nobel de la Paix c’est le chèque d’un million d’euros !! bravo pour l’analyse de France Info

  7. Hamed dit :

    Vous savez surement qu`Adonis a ete interdit de lecture pendant des annees en Syrie, il a d`autant plus de merite a soutenir le President , ce qui montre bien que son analyse de la situation est bien plus fine que celle des medias occidentaux.

    • sowhat dit :

      mais je ne crois pas qu’Adonis soutient le président, au contraire il l’a appelé à démissionner, on ne soutient pas quelqu’un qu’on appelle à démissionner

      et puis de toutes façons qu’est-ce que ça peut lui faire au président qu’Adonis le soutienne ou ne le soutienne pas ? sachant qu’il faudra à ce dernier à argumenter ses positions, lui poête exilé volontaire ayant opté pour la nationalité libanaise, face à un pouvoir politique, à la raison d’Etat souveraine ? en quoi Adonis est-il qualifié pur dire je soutiens ou je condamne ?

      rappelez-vous qu’il a eu des mots très forts, si je ne me trompe pas c’était quelque chose comme « il semble que ton destin o Bashar soit de te sacrifier pour les crimes commis et de présenter ta démission »

      rappelez-vous aussi que le poête a exprimé des positions très hostiles à l’égard du parti Baath

      voici un exemple :

      http://www.eurotopics.net/fr/home/presseschau/archiv/article/ARTICLE90033-Le-poete-syrien-Adonis-appelle-Bachar-Al-Assad-a-ouvrir-les-yeux

      et cette fameuse mise en parallèle entre le monothéisme et le Baath ? Quelle brillante idée de poête !

      Adonis pense que le bilan du baath en Syrie est 100% négatif. Qu’il le prouve ou qu’il arrête de dire n’importe quoi comme « il semble que ton destin etc… »

  8. Byblos dit :

    Cette intervention d’Adonis date du 7 juillet dernier. Nous sommes le 7 octobre. n trois mois, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, beaucoup d’armes ont été infiltrées aux «rebelles» par la frontière turque, la frontière libanaise, la frontière jordanienne, beaucoup d’interventions d’ambassadeurs se sont faites sur le terrain sans scrupules et sans vergogne, beaucoup de sang a coulé dans les caniveaux.

    Tout cela a eu le temps de donner bien des raisons à Adonis et à beaucoup d’autres de réviser leur vision des choses.

    Il n’y a que les imbéciles qui s’entêtent à croire qu’ils ont raison en dépit des évidences qui s’accumulent de jour en jour.

    • sowhat dit :

      je cite ce que dit le poête Adonis

      « La démocratie prévoit la séparation totale entre la religion d’une part, la politique, les questions sociales et la culture d’autre part. C’est précisément ce qu’a omis de respecter le parti socialiste arabe Baas »

      faux, c’est le Baath qui depuis quarante ans a oeuvré à defendre la laicité et à séparer la religion et la politique dans un pays marqué par 400 ans d’occupation ottomane et une présence très lourde du religieux, islam ou autre. Quant aux questons sociales et la culture, je ne pense pas que la France parangon de démocatie fasse bien la séparation entre affaires sociales et affaires économiques d’une part et culture d’autrepart. Je pense que c’est le contraire et qu’il y a une étrange confusion et des interférences bizarres entre la marchandise la politique et la culture. C’est de l’angélisme de la part du poete Adonis.

      « Un pouvoir réactionnaire dont la chute ne nécessite aucune révolution, car il porte en lui les germes de l’échec »

      faux , le Baath porte en lui tout le contraire des germes l’échec, le Baath est par essence par définition et par vocation un mouvement de renaisance.

      « Les évènements montrent que celui-ci (le Baath) a échoué sur toute la ligne ».

      encore faux, le baath syrien a apporté beaucoup de choses à la Syrie

      que le poête Adonis avance des arguments et prouve ce qu’il dit au lieu de nous assener ses incantations farfelues (« il semble que ton destin o Bashar etc… »)

      cela ne veut pas dire pour autant que tout est parfait dans le meilleur des mondes, beaucoup d’erreurs ont été commises mais je ne pense pas que le bilan du Baath syrien soit entièrement négatif

      je re-ecite notre poête

      « Les prisons peuvent enfermer des individus, mais pas un peuple entier. »

      c’est n’importe quoi ! à croire que la moitié de la population syrienne est enfermée au propre ou au figuré et que ce n’est pas de la Syrie dont il parle mais d’un état totalitaire comme la Corée du Nord ou le Cambodge des Khmers rouges

      il y a plus de liberté effective en Syrie que dans bon nombre de pays prétendument démocratiques mais les impuissants ne savent pas ce que c’est que la liberté

      Comme pour d’autres pays de la région, le vrai problème en Syrie relève du tabou, personne n’ose le désigner et en parler ouvertement que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, c’est le politiquement incorrect par excellence.

      Vous dites entre le 7 juillet et le 7 octobre il s’est passé beacoup de choses. Que de choses en plus grand nombre il s’est passé entre les années 60 où notre poête, militant du PPS (parti populaire syrien ou PSNS) viscéralement opposé au Baath, quitte définitivement la Syrie et l’année 2011. Adonis a choisi le cosmopolitisme et cultive une vague nostalgie d’une Syrie idéale du temps des années 50 avec le rêve romantique et naturellement irréalisable de la grande Syrie chère au PPS tout cela teinté de poésie arabe pré-islamique et il vient maintenant donner aux syriens des leçons de politique et demander à leur président de démissionner ?

      • sowhat dit :

        correction et précision : renaissance (sens du mot arabe baath بعث , pour les arabophones il est important de respecter cette transcription, Baath au leu de Baas)

        Pour comprendre les positions du poête Adonis, il faut se remémorer le contexte des années 1940-60 et l’affrontement idéologique entre les différents partis politiques, les principaux étant le Baath, le parti communiste, le parti socialsite arabe de Akram Hourani et le PPS appelé aussi PSNS ( الحزب السوري القومي الاجتماعي) littéalement « parti syrien populaire social » (noter qu’il n’ y pas le mot « national » ni le mot « socialiste » dans l’appellation officielle) , parti pan-syrien. Adonis militait au PPS.

  9. Cécilia dit :

    Et le prix Nobel de la médecine?

    Un seul service dans dans le monde est capable de réparer les cadavres, recoller les morceaux compris la tête et une cerise sur la gâteau souffler une âme dans le corps, jamais vu depuis les miracles de notre Seigneur Jésus Christ!

    Savez-vous qui?

    Le Service Secret syrien.

    A leur exploit deux personnes déjà: l’ex-Ministre de la Défense Syrienne et la jeune Zainab al-Hosni.

    Si quelqu’un peut le contester qu’il le dise ou qu’il se taise à jamais!

    Cécilia observatrice

  10. Fed Up dit :

    Adonis, est un Prince Noble avec Nobel ou non.

  11. BWANE dit :

    Tous les prix littéraires ne valent plus rien. Quant aux différents prix Nobel, c’est encore pire si je puis dire. Le fait, qu’Obama, ait reçu le prix Nobel de la paix, ne laisse aucun doute à ce propos. Donc, pour ceux qui aiment Adonis, c’est plutôt une bonne nouvelle.

    • BWANE dit :

      Je précise que je n’ai aucune sympathie particulière pour ce poète qui n’a aucun charme vraiment oriental. Au lieu de s’enticher de certain athéisme occidental, il aurait mieux appris auprès des gnostiques ou des soufis.