• Actualité
  •  

Le ministre syrien du Pétrole, Soufiane Allaou, a reconnu jeudi 19 janvier au cours d'une conférence de presse que les sanctions internationales sur ses exportations de brut et de produits pétroliers avaient coûté à l'économie du pays plus de deux milliards de dollars depuis le 1er septembre. Soufiane Allaou a précisé que l'embargo pétrolier occidental avait entraîné une baisse de la production de 150 000 barils, soit un manque à gagner quotidien de 15 millions de dollars. Le ministre a [...]



La Syrie malade des sanctions – et ses voisins « contaminés »

Par Louis Denghien,



Le ministre syrien du Pétrole : oui la Syrie est touchée (mais pas coulée)

Le ministre syrien du Pétrole, Soufiane Allaou, a reconnu jeudi 19 janvier au cours d’une conférence de presse que les sanctions internationales sur ses exportations de brut et de produits pétroliers avaient coûté à l’économie du pays plus de deux milliards de dollars depuis le 1er septembre. Soufiane Allaou a précisé que l’embargo pétrolier occidental avait entraîné une baisse de la production de 150 000 barils, soit un manque à gagner quotidien de 15 millions de dollars. Le ministre a également mis en cause les sabotages et attentats des activistes, qui ont, entre autres, récemment frappé un oléoduc, et aussi des lignes de chemin de fer permettant l’acheminement des produits pétroliers. 21 ouvriers travaillant dans le secteur pétrolier ont été victimes de ces attaques – et 24 autres ont été blessé, a rappelé Soufiane Allaou.

En ce qui concerne les difficultés actuelles d’approvisionnement en mazout, le ministre a indiqué que le Vénézuéla allait intensifier ses exportations vers la Syrie.

« Rien n’est perdu parce que cette guerre (économique) est une guerre mondiale »

On le voit, le gouvernement ne fait pas dans la langue de bois dénégatrice. Cela dit, il communique, et entend souligner la responsabilité des Occidentaux dans les difficultés économiques, et donc sociales, du pays.

De fait, le Financial Times Deutschland estime que les événements en Syrie ont provoqué, en 2011, une récession de 2 %. A côté du secteur pétrolier, le tourisme est l’autre grande victime de la crise. Le Wall Street Journal, de son côté, a enquêté sur la manière dont la Russie et l’Iran permettent à la Syrie de contourner l’embargo unilatéral sur le pétrole et les armes décrété par l’Union européenne et les USA. Quoi qu’il en soit, selon le Daily Star de Beyrouth, la livre syrienne s’est considérablement dévaluée. Il en fallait 47 pour acheter un dollar avant les événements, il en faut maintenant 60 dans les banques syriennes, voire 71 dans les banques étrangères. Un article de l’AFP du 20 janvier indique que la livre syrienne a perdu la moitié de sa valeur depuis mars.

Mais la récession syrienne fait tache d’huile : le grand quotidien libanais L’Orient-Le Jour (plutôt haririste que pro-syrien) rapporte que les événements de Syrie ont cassé la croissance du Liban. Elle était de 8,3 % en moyenne durant les quatre ans, avant de chuter à 1,6 % en 2011. Et les effets du boycott décrété par Erdogan se sont sentir aussi en Turquie, du moins dans les régions limitrophes de la Syrie. Autre voisin, la Jordanie avait significativement demandé à la Ligue arabe de ne pas être astreinte aux mesures de rétorsions économiques contre Damas, une grande partie de son économie étant tributaire de ses échanges avec la Syrie. Et puis, nous l’avons déjà écrit, de par sa position centrale au Proche-Orient la Syrie est un passage obligé pour le trafic des marchandises dans cette région. Et là, on peut penser que des pays comme la Turquie, la Jordanie ou l’Irak ont les « reins moins solides » que les pétro-monarchies.

La solution à cette tentative d’étranglement économique de la Syrie réside dans le renforcement des partenariats avec des pays comme la Russie, la Chine, l’Iran, l’Inde, le Brésil, le Venezuela et d’autres. Cette nouvelle guerre froide – ou tiède – est une guerre mondiale comme a pu le dire de Gaulle en d’autres temps. Une guerre mondiale économique aussi. Or le chef de la France libre ajoutait dans son appel du 18 juin ce message d’espoir : « Des forces immenses n’ont pas encore donné« . C’est encore vrai pour aujourd’hui, et pour l’économie. Et c’est ce que ne doivent pas perdre de vue les amis de la Syrie « telle qu’elle est« .

Après le sabotage d'un oléoduc à Homs, en décembre dernier : les activistes participent à leur niveau à l'étranglement économique de la Syrie par la coalition occidentale

Après le sabotage d'un oléoduc à Homs, en décembre dernier : les activistes participent à leur niveau à l'étranglement économique de la Syrie par la coalition occidentale



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

22 commentaires à “La Syrie malade des sanctions – et ses voisins « contaminés »”

  1. Souriya ya habibati dit :

    http://www.sana.sy/ara/4/2012/01/20/395308.htm
    Pour la photo des champs de blé
    اقتصاد>>بنسبة تنفيذ 90 بالمئة.. 5ر1 مليون هكتار المساحات المزروعة بالقمح
    Un million 500 000 héctares de champs de blé pour la saison actuelle.
    Souriya Allah hamiha, c’est Lui qui nourrit les oiseaux du ciel et les lys des champs, Il n’oubliera pas les Syriens.
    Allah Souriya Bachar wbass n’en déplaise à tous les ghirbanes.

  2. Cécilia dit :

    « Notre peuple est plus fort que leurs armées »

    C’est le slogan des manifestants pro Bachar à Damas 7 Fontaines aujourd’hui.
    Il est à signaler que les pro Bachar descendent aussi chaque vendredi manifeste leur soutien dans les grandes Places Damas, Alep, Lattaquié, Raqqa, Tartous, Swouida et et.
    Donc, les grandes Places sont occupées toujours par des dizaines des milliers des pro Bachar.

    Je vous laisse avec ses images :

    http://www.almanar.com.lb/adetails.php?eid=169859&cid=21&fromval=1&frid=21&seccatid=23&s1=1

  3. Alyfa dit :

    Moi, je me desole de voir mon beau pays qui est la syrie se glisser tout dout doucement vers une atroce guerre civile…et il faut a tout prix empecher cela..Il faut qu on se serre les coudes pour faire marcher notre economie par exemple reduire les prix d avions vers la Syrie qui arrivent vide(j en sui temoin),reduire les prix d hotels qui sont presque vides,faire de la promotion de notre pays a l etranger, moderniser nos communications, et doit aussi s eloigner des organisations comme Hezbollah,Hamas ou PKK car cela nous cause que des problemes…Merci..

    • Mohamed dit :

      Bravo pour votre appel au défaitisme et à la capitulation !
      Que de sacrifices de tous genres consentis pour rien, si l’on s’en tient à votre appel ?!

    • Akyliss dit :

      et non Alyfa tu as tout faux, heureusement que tu n’est ni la ministre de l’économie ni la ministre des affaires étrangére
      pendant que tu y est pourquoi pas aussi vendre la Syrie aux occidentaux !
      il faut se serrer les coudes et au contraire garder ses vrais alliés ceux qui résiste encore et encore aux dictats des occidentaux guidé par les sionistes !
      si la Syrie lache ses alliés, elle ne fera pas long feu avant d’être détruite !

    • NO PASARAN dit :

      Les hôtels ont déjà cassé les prix : on peut trouver une chambre dans un pala ce 5 étoile spour 50 euros ! Mais qui viendrait maintenant en Syrie avec les événements + la propagande ???

      S’éloigner de la résistance, ça va pas la tête ? Et l’honneur et la dignité ? On mange notre merde gentiment et on ferme notre gueule, c’est tout !

    • benhamroud france dit :

      Non surement pas. c’est exactement ce qu’avaient fait KADDAFI et SADDAM
      et leurs peuples en paient le prix maintenant, celui qui veut la paix doit étre pret à la guerre malheuresement

  4. Mohamed dit :

    Voilà le lien d’un intéressant article que je viens de traduire pour l’écrivain et journaliste libanais Rafik Nasrallah, et que j’ai intitulé « Les néo-islamistes et la descente « aux enfers » ! »
    Je recommande à mes amis infosyriens de le lire parce qu’il lève le voile sur les principaux acteurs de l’hiver arabe, et particulièrement les néo-islamistes.
    http://www.infosyrie.fr/re-information/une-grande-figure-du-journalisme-anglais-denonce-le-bourrage-de-crane-sur-la-syrie/#comment-23193

  5. l'ingenue dit :

    j’adore votre patriotisme sourya et cecilia chapeau. c’est pas comme ces traitres qui se vendent au premier venu

  6. Michel dit :

    Envoyé spécial du 19 janvier 2012 :

    J’ai trouvé un reportage relativement objectif et qui ne prouve en aucun cas que le régime syrien n’a cherché à piéger ce malheureux journaliste, comme le prétendaient certains médias français. Par contre les commentaires n’étaient pas neutres et cherchaient absolument des preuves contre le régime syrien, et là je me pose la question, finalement qui cherche à piéger l’autre ? De toute façon, il n’y a pas besoin d’une manipulation ou d’un piège de la part du régime syrien pour montrer que les groupes armés existent.

    En fait, dès le début du reportage, les journalistes considèrent tout comme manipulation et propagande. Alors que les reportages effectués précédemment chez les opposants armés étaient réalistes ? Quelle honnêteté ?

    Il est tout à fait normal que, dans un conflit, chaque partie cherche à montrer l’atrocité de la partie adverse, mais c’est bien au journaliste honnête d’être objectif et neutre.

    Cependant, je souhaiterais commenter les points suivants :

     Tout au début du reportage, on nous a montré un contrôle policier. Il s’agit d’un contrôle de routine en Syrie par un policier du trafic routier qui régule la circulation. La police syrienne n’est pas organisée comme en France, et la mission de ce service de police est de faire respecter la réglementation routière.

     Le contrôle effectué lorsque les journalistes filmaient à Damas est, à mon avis, logique dans la situation actuelle, lorsqu’on sait que des montages circulent sur internet et les médias, en vue de désinformation.

     A l’Eglise, on nous a montré le mufti sunnite de Syrie et on l’a présenté comme un « imam alaouite ». J’espère qu’il s’agit tout simplement d’une erreur.

     Nous avons constaté, contrairement à tous les reportages effectués avec l’aide des opposants, que la population rencontrée était mélangée de toutes les religions et en bonne harmonie.

     Le chauffeur du groupe n’était pas très enchanté de conduire ces journalistes à Homs, car il craignait pour sa vie. Ce sont bien les journalistes qui ont cherché à le convaincre.

     Devant l’hôtel à Homs, on a évoqué la dangerosité du déplacement l’après midi. Ce sont les journalistes qui ont voulu prendre le risque.

     On nous a dit et montré que la population de ce quartier avait entrainé les journalistes dans les rues. A mon avis, il n’y avait aucun arrière pensé, elle cherchait en toute simplicité à montrer à ces journalistes étrangers les attaques qu’elle subit.

     Si les journalistes belges n’avaient pas quitté le groupe, les journalistes auraient quitté ce quartier. Selon le reportage, c’est en cherchant les journalistes belges que les autres journalistes se sont retrouvés au milieu de cet accident regrettable. Peut-on alors dire que les journalistes belges ont cherché à piéger le malheureux journaliste ? Bien évidemment non, mais cela démontre, peut-être, qu’il n’y avait aucun piège.

     Selon le journaliste de l’AFP, les mortiers sont arrivés de Bab Sibaa. Il s’agit d’un quartier opposant et confirmé comme tel dans ce même reportage.

     Selon le reportage, aucun opposant ne savait que les journalistes étaient dans ce quartier et c’est pourquoi on a cherché à montré la responsabilité du régime dans cette attaque. En fait, il s’agit d’attaques régulières contre la population de ce quartier, considérée comme pro-régime, de la part des opposants, et les journalistes se trouvaient au milieu de cette population au mauvais moment tout simplement.

     Aucun journaliste ou média quelconque n’a soupçonné un moment depuis le début des évènements que le régime avait tiré une seule fois contre des manifestants le soutenant, ce qui est tout à fait logique. Même, cela était un argument de l’opposition contre le régime pour montrer que le régime tirait sur des manifestants « pacifiques ». Or, dans cette attaque, il y a eu 8 morts parmi les manifestants pro-régimes.

     Selon la réglementation internationale, le corps devait être autopsié sur place. Or, le gouvernement syrien ne s’est pas opposé, et même a facilité toutes les démarches pour rapatrier la dépouille rapidement en France avant l’autopsie. S’il voulait dissimuler des preuves, ou tout simplement chercher à gagner du temps, comme le prétendaient certains, il aurait au moins appliqué à la lettre, cette réglementation.

    Je suis triste pour le décès de Monsieur Gilles JACQUIER, mais surtout en colère en constatant que certains cherchent à récupérer cette affaire pour enfoncer le clou. Quel gâchis !

    • marip dit :

      Tout à fait d’accord .
      Quand à la reporter de médiapart ,présentée comme spécialiste de la Syrie, elle a montré sa méconnaissance totale de ce peuple,de ce qui se passe, et affirmé des vérités qui vont dans le sens du vent …. Le président de Médiapart, Edwin Plenel qui est loin d’être neutre , peut être satisfait de ses lieutenants.
      Je suis aussi révoltée d’entendre que Soeur Agnès Marie de la Croix est un agent de propagande pro Bachar …Témoigner de ce qui se passe et se vit en Syrie n’est vérité que dans la bouche des « gentils  » rebelles..

      Bizarre!!Famille et amis aux 4 coins de la Syrie(Alep, Damas, Homs, Quameshli..) doivent tous être des menteurs,qu’ils soient chrétiens, sunnites ou alaouites .

    • hadi dit :

      tout a fait d’accord avec vous.
      D’ailleurs j’ai laisser un commentaire sur le site de france 2 sur l’histoire de « l’imam alaouite »

  7. Rajae dit :

    Un grand bravo au peuple syrien pour sa dignité, sa clairvoyance et son endurance. Vous êtes un exemple pour tous les peuples. Tenons bon, la crise est de toute façon mondiale et la guerre totale.Le dénouement est proche inchaAllah.

  8. Mafalda dit :

    Mais voyons! Qui se préocupe des peuples de la région? Ils n’ont aucune importance! Ils peuvent crever sous les bombes de leurs envahisseurs, se massacrer entre eux dans des guerres civiles, ou vivre dans la misère! qu’importe! L’important c’est l’hégémonie isaréliene et l’approsionnement en pétrole des pays occidentaux. N’est-ce pas, hélas, le resumé de la politique moyen orientale des pays occidentaux? Le plus malheureux, c’est qu’ils continuent à trouver des otochtones pour jouer leur jeu.

  9. nadia farah dit :

    la verité sur le journaliste tué en syrie
    a voir absolument

  10. nadia farah dit :

    desolé mon lien n’est pas passé ci dessus
    le voici et a voir absolument

    http://youtu.be/611MpFzRaMI

  11. joska dit :

    Voilà qui me paraît un peu vrai sur les conflits dans tout l’orient, je viens juste de lire dans un quotidien « La Provence » dans la rubrique MONDE, un petit encart concernant, Israël, je vous lis donc (page 15 du journal) « Le Mot »: EAU: le ministère isra¨lien des Affaires étrangères s’est dit « INDIGNE », hier, après la publication dans la presse israëlienne, d’extraits d’un rapport de députés français accusant Israël dans sa politique de l’eau. Le quotidien Haaretz (gauche) a publié des passages d’un rapport d’information pour la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Nationale, remis en décembre 2011 socialiste Jean GLAVANY, qui décrit la question de l’eau comme « révélatrice d’un nouvel APARTHEID au Moyen-Orient.
    Mais que font ces désinformateurs à l’occidentale sur ce gros SUJET! On diabolise le pouvoir syrien, les accusant de crime contre l’humanité, mais les très voisins sionistes, que voit-on à redire, rien, c’est la politique de l’autruche qui cherche son oeuf sous terre.