• Ré-information
  •  

Pour la journée du mardi 3 juillet, en tous cas pour ses dernières heures, l'OSDH mettait l'accent sur des combats - qui selon lui, "faisaient rage" - à Homs, "aux abords" de Bab Amr, naguère bastion de la rébellion et repris début mars par l'armée. L'OSDH établit le bilan de mardi à 77 morts, dont 52 "civils", donc pour une bonne part des hommes en armes. À Douma, dans la banlieue nord-est de Damas, l'armée a repris le contrôle de la [...]



De Douma à Homs : impressions filmées

Par Guy Delorme,



Pour la journée du mardi 3 juillet, en tous cas pour ses dernières heures, l’OSDH mettait l’accent sur des combats – qui selon lui, « faisaient rage » – à Homs, « aux abords » de Bab Amr, naguère bastion de la rébellion et repris début mars par l’armée. L’OSDH établit le bilan de mardi à 77 morts, dont 52 « civils« , donc pour une bonne part des hommes en armes.
À Douma, dans la banlieue nord-est de Damas, l’armée a repris le contrôle de la ville, et continue de découvrir des caches d’armes. À ce sujet la chaîne iranienne Al Alam TV a consacré, le 3 juillet, un reportage sur la situation à Douma : contrairement à ce qui a été prétendu par des opposants, la mosquée et son minaret sont intacts, à part quelques vitres brisées ; pour ce qu’on en aperçoit, Douma semble voir peu souffert des affrontements ; on voit aussi des habitants, ou des employés de la voirie, réhabilitant leurs quartiers ; selon les témoignages d’habitants, les activistes armés étaient plusieurs centaines, avec nombre d’étrangers cagoulés, dont des Nord-africains, et ils étaient très bien organisés  ! Les médias syriens ont indiqué néanmoins que es bandes avaient perdu dans les récents combats des dizaines d’hommes, avant de devoir évacuer le secteur :

http://www.youtube.com/watch?v=7sXfspqrxuY&feature=g-all-u

Dans un autre reportage, le gouverneur visite la ville ; il assure que tous les approvisionnements ont été assurés pour permettre le retour des habitants et il déclare que ces derniers seront indemnisés pour leurs biens endommagés :

http://www.youtube.com/watch?v=e04Pivvmy00&feature=g-all-u

En ce qui concerne Homs, on peut profiter du regard, il est vrai iranien et pro-gouvernemental, de Hussein Mortada, le correspondant de la chaîne Al Alam, qui a effectué une journée de reportage à Homs, le 2 juin. Même si l’on ne comprend pas l’arabe, on peut se faire une idée de l’atmosphère dans les quartiers récemment débarrassés des terroristes ASL. Ou encore infectés : Mortada, muni d’un gilet pare-balles, et accompagné de soldats, doit parfois franchir en courant certaines petites rues, ou observer précautionneusement les positions ennemies derrière un store ; les snipers ASL sont en effet aux aguets, et l’on entend des échanges de tirs nourris. Très souvent, on voit des ouvertures pratiquées grossièrement dans les murs des cloisons des maisons, pour faciliter les déplacements des activistes. À un moment, le reporter iranien parvient à établir un contact radio avec un groupe de rebelles qui le couvrent d’insultes. Sinon, les caméras iraniennes montrent des destructions, des locaux qui auraient été transformés en lieux de détention et de tortures des otages et suspects des terroristes. Et puis l’on voit aussi Mortada examiner un plan de secteur de la ville en compagnie de militaires qui lui expliquent leur stratégie de reconquête. Et bien évidemment, on constate que ces quartiers disputés de Homs sont devenus autant de villes-fantômes, où l’on ne croise âme (civile) qui vive…

http://www.youtube.com/watch?v=ilzo5r4Vaks&feature=player_embedded

Pour en savoir plus, un entretien d’une heure de Hussein Mortada accordé à la chaîne syrienne (récemment victime d’un attentat à la bombe) Al Ikhbarya Sourya, en date du 30 juin  :

http://www.youtube.com/watch?v=pF1gxqLmVqc&list=UUZ-8I5p6mxrzchZuMpTbLWg&index=3&feature=plcp

 

Procès d’enfant, exécution de civils : la « justice » ASL à l’oeuvre

Parmi les vidéos glanées sur la toile par les amis d’Infosyrie, nous avons sélectionné celles-ci, qui montrent assez bien à qui les militaires, policiers mais aussi civils syriens ont affaire. À une heur, où le gouvernement syrien est régulièrement et bruyamment accusé de torturer et de tuer des enfants – même si la « madame droits de l’homme » de l’ONU, Navi Pillay, vient juste de reconnaître que l’opposition s’était rendu coupable aussi de crimes et de tortures – il n’est pas inutile de montrer de quoi sont capables à cet égard certains activistes. Dans la première vidéo, en effet,  des combattants cagoulés sur fond de drapeau de l’opposition encadrent un jeune enfant qu’ils accusent d’être un criminel pro-régime. Nous avouons ne pas avoir saisi la sentence, mais la mise en scène est déjà « parlante », quant au peu de cas que font ces enragés de la vie de leurs adversaires ou supposés tels, quel que sot l’âge de ceux-ci :

http://www.youtube.com/watch?v=j6pFtqi_YsI

Dans la deuxième vidéo, c’est bien un adulte, et apparemment un civil, qui est abattu de balles dans le dos, suite sans doute à un « procès » révolutionnaire et aux mêmes accusations (de soutien au régime). Combien d’exécutions sommaires de ce type en Syrie ? Des centaines depuis des mis, et beaucoup à Bab Amr du temps où l’ASL et a brigade al-Farouq y faisaient la loi.

http://www.youtube.com/watch?v=DL4GLOmMkkc

L’objectif n°1 est donc plus que jamais, pour l’armée et la grande majorité des Syriens, de purger le pays de ces fanatiques pratiquant un « Islam du chaos ». Dans les dernières heures du 3 juillet, Sana signalait encore un accrochage à Deir Hafer, dan les environs d’Alep, au cours duquel, trois véhicules des rebelles ont été détruits et la plupart des passagers tués. Et un autre affrontement dans la ville de Deir Ezzor s’étant soldé lui par la destruction de six véhicules de combat des rebelles. Autant qui ne tueront, n’enlèveront, ne tortureront plus !

(Merci aux contributeurs du site)



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

36 commentaires à “De Douma à Homs : impressions filmées”

  1. vilistia dit :

    L’Occident cherche à convaincre Moscou d’accorder l’asile politique à Assad

    MOSCOU – Les Occidentaux cherchent à convaincre la Russie d’accorder l’asile politique au président syrien Bachar al-Assad, après qu’un accord international a été conclu samedi à Genève sur les principes d’une transition politique en Syrie, écrit mercredi le quotidien russe Kommersant.

    Les pays occidentaux, et en premier lieu, les Etats-Unis, tentent de manière active de persuader Moscou d’accueillir le dirigeant syrien et de lui accorder l’asile politique, indique le journal, citant une source diplomatique russe.

    Mais, selon cette source, la Russie n’avait pas et n’a pas pour projet d’accueillir le président syrien.

    Une autre source a souligné au quotidien que Moscou ne soutenait pas personnellement Bachar al-Assad et estimait même faibles ses chances de rester au pouvoir.

    Nous ne défendons pas Assad, a ainsi déclaré une source proche du Kremlin.

    Il y a peu de chance qu’il puisse rester au pouvoir, environ 10% de chance, a-t-elle renchéri.

    Contactée par Kommersant, une source diplomatique occidentale n’a elle ni confirmé, ni démenti ces informations sur la volonté de l’Occident de voir la Russie accorder l’asile à Bachar al-Assad.

    Samedi à Genève, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne) ainsi que la Turquie et des pays représentant la Ligue arabe se sont accordés sur les principes d’une transition en Syrie, où la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad s’est transformée en conflit armé.

    Après la réunion, les membres du Groupe d’action sur la Syrie ont divergé sur l’interprétation de l’accord, les Etats-Unis estimant qu’il ouvrait la voie à l’ère post-Assad, tandis que la Russie et la Chine, alliées du président Assad, réaffirmaient qu’il revenait aux Syriens de déterminer leur avenir.

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dès lors accusé mardi certains pays Occidentaux de chercher à dénaturer l’accord conclu à Genève.

    La Russie, alliée de longue date de la Syrie, a réitéré à plusieurs reprises que les puissances étrangères ne devaient pas décider des résultats de la transition dans ce pays en proie à une révolte qui a fait près de 16.000 morts en 15 mois.

    (©AFP / 04 juillet 2012 09h57)

    • FRANCOSYRIEN dit :

      Bien sur! si les Russes savent que ASSAD n’a meme pas 10pour cent de chance de rester au pouvoir pourquoi voulez vous qu’ils affrontent l’occident avec détermination depuis des mois.M LAVROV a déclarer, il n’y a pas longtemps, que ASSAD était soutenu par la majorité des Syriens.D’ailleurs il a été démenti que la Russie négocie la situation du présidant Syrien.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      C’est l’AFP, Agence de Faux Propos

    • Tarico dit :

      Les russes soutiennent Assad car ils sont eux-mêmes vampires et que Bachar leur envoie des bombonnes de sang humains prélevés sur les 16000 victimes de la répression :)

      Plus sérieusement, les Russes défendent une souveraineté et non une personne ni une faction. Hors il se trouve Que M. Bachar al Assad fait partie de cette souveraineté, car le président est légitimé par l’adoption au suffrage universel de la nouvelle constitution, au moins jusqu’en 2014.

      • Christian dit :

        Vous savez qu’aux USA il n’y a pas de suffrage universel… mais ce qu’on appelle “Electoral College”. Le collège électoral désigne un groupe de personnes restreint ayant les mêmes qualités et participant à une élection. Les membres de ce groupe peuvent être désignés ou élus. Dans ce dernier cas, le suffrage est indirect, car le collège (dont les membres sont parfois appelés grands électeurs) est le représentant des personnes les ayant élus. Donc la voix de l’électeur ne compte pas!!! Démocratie?

      • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

        Je ne vois pas comment Bachar peut récolter le sang des victimes, égorgées et saignées dans leurs réduits par les bouchers de l’ASL.

        Bon, allons plus loin.

        Car, après tout, commerce pour commerce, les Américains et les Anglais ont dû faire fortune, puisque, en Irak, tout près de la Turquie, du Koweit et du QataroWahhabistan, il n’y avait pas 15.000 victimes, ni 150.000 victimes, mais plus d’un million.

        Or, on connaît la compétence des Anglo-Américains en matière d’organisation et de productivité. Et là, leur commerce de sang a dû être particulièrement rentable.

        Et il en fallait, des bénéfices, pour financer leur guerre humanitaire et libératrice de l’Irak.

        Quelques olives salées, pour accompagner votre coupe ?

  2. Mohamed Ouadi dit :

    SYRIE : De quel pupitre vient le prêche
    L’art de la guerre

    par Manlio Dinucci

    Mondialisation.ca, Le 3 juillet 2012
    ilmanifesto.it

    « Profondément préoccupés par l’intensification de la violence », qui risque d’élargir le conflit à des dimensions régionales, ils demandent avec fermeté «la cessation de la violence armée sous toutes ses formes ». Qui sont les non-violents ? Les membres du Groupe d’action pour la Syrie qui, réunis à Genève le 30 juin, ont émis un communiqué final. A la tête des non-violents on trouve les Etats-Unis, metteurs en scène de l’opération guerrière par laquelle, après la destruction de l’Etat libyen, ils tentent de démanteler aussi le syrien. Des agents de la Cia , écrit le New York Times, sont à l’œuvre secrètement depuis la Turquie méridionale, recrutant et armant les groupes qui combattent le gouvernement syrien. A travers un réseau clandestin transfrontalier, où est aussi à l’œuvre le Mossad, ils reçoivent des fusils automatiques, des munitions, des missiles anti-chars et des explosifs. Par une vidéo postée sur YouTube, ils montrent comme ils savent bien s’en servir : un camion civil, pendant qu’il passe à côté d’un magasin, est détruit par l’explosion d’un puissant engin télécommandé. La Turquie aussi exprime son « opposition ultérieure à la militarisation du conflit », qui doit être « résolu par un dialogue pacifique » : c’est elle qui fournit le centre de commandement à Istanbul, d’où est dirigée l’opération, et les bases militaires où sont entraînés les groupes armés avant de les infiltrer en Syrie ; c’est elle encore qui, prenant prétexte de l’abattage d’un de ses avions militaires qui volait à basse altitude le long de la côte syrienne pour en tester les défenses anti-aériennes[1], amasse maintenant ses propres troupes à la frontière en menaçant d’une intervention « défensive ». Qui servirait d’hameçon à une attaque à vaste échelle de l’Otan sur la base de l’article 5, dépoussiéré à l’occasion tandis que pour l’attaque contre la Libye avait été utilisé le non-article 5.

    Les autres membres du Groupe aussi déclarent être « engagés à défendre la souveraineté, l’indépendance, l’unité nationale et l’intégrité territoriale de la Syrie » : ce sont la France , la Grande-Bretagne , l’Arabie Saoudite et le Qatar. Ceux qui mettent en acte en Syrie la même opération que celle déjà effectuée en Libye : entraînant et armant l’ « Armée syrienne libre » et d’autres groupes (une centaine environ), recrutés dans divers pays, et dont les membres sont payés par l’Arabie Saoudite ; ils utilisent aussi des militants et d’entiers groupes armés islamistes, auparavant marqués comme de dangereux terroristes ; ils infiltrent en Syrie des forces spéciales, comme celles du Qatar envoyées l’an dernier en Libye, camouflées en groupes d’opposants internes. Et les membres du Groupe d’action qui demandent la « liberté de mouvement dans tout le pays pour les journalistes » sont les mêmes qui, en mystifiant aussi les images, mènent une campagne de martèlement médiatique à l’échelle mondiale pour attribuer au gouvernement syrien la responsabilité de tous les massacres. Ce sont les mêmes qui ont organisé l’attentat terroriste où ont été tués trois journalistes syriens[2], quand un de leurs groupes armés a attaqué la télévision al-Ikhbariya à Damas, en l’attaquant à coup de missiles et en la faisant ensuite exploser. Pour faire aussi exploser l’assurance donnée par Russie et Chine, membres du Groupe d’action, que personne de l’extérieur ne peut prendre de décisions concernant le peuple syrien. Les puissances occidentales ont déjà décidé, en mettant en marche leur machine de guerre, d’annexer de nouveau la Syrie à leur empire.

    Edition de mardi 3 juillet 2012 de il manifesto
    http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20120703/manip2pg/14/manip2pz/325229/

    Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

    [1] Voir aussi http://www.voltairenet.org/Le-Pentagone-etablit-que-l-avion
    [2] Et quatre techniciens : voir http://www.voltairenet.org/Guerre-mediatique-contre-la-Syrie et
    http://www.voltairenet.org/Video-Thierry-

    Manlio Dinucci est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca. Articles de Manlio Dinucci publiés par Mondialisation.ca
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31734

  3. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    Si on veut donner la Syrie aux ASL (Assassins Sans Lois), pour complaire à Israël, Zétats-Zunis, PerfidAlbionie, Qatarstrophistan, Wahhabiquistan et Erdoperdanistan, alors, ce n’est pas seulement à Bachar AlAssad qu’il faut offrir l’asile politique.
    Mais à 80 % de la population de Syrie, en un premier temps, puis, très vite, les Salafous et Qaïdingues s’étant enhardis, à 17 % autres, pour faire un total de 97 %.

    Compte tenu du fait que la France ne peut pas accueillir toutes les détresses du monde, surtout celles qu’elle aura contribué à créer, Il restera aux millions de Syriens, d’aller en Cisjordanie, où l’Empereur Benyamine 1er leur fera construire de vastes colonies, avec piscines alimentées avec l’eau volée aux goïm palestiniens.

    Les citoyens Français, tentés par l’Aliya, seront priés de différer leur projet, et de prendre leurs vacances dans les palaces de la Côte d’Azur ou de Floride.

    Abdallah, gardien autoproclamé des deux sanctuaires (Titre officiel, 24 carats !), et Hamad Big Ben Hamad, Zémir de Doha, fourniront les pétrodollars nécessaires à ces vacanciers raffinés.

  4. bassel dit :

    SCANDALEUX Les bandes armées terroristes kidnappent des dizaines d’hommes et enfants dans la ville de Salqin dans le Nord-Ouest de la Syrie probablement pour les massacrer et accuser l’armée syrienne

    http://www.youtube.com/watch?v=L9BqITNpag0

  5. Djazaïri dit :

    Merci pour l’article.
    Le décryptage des vidéos sur le Net est instructif.
    - on y voit notamment les méthodes de l’Asl;
    - on voit le type d’armes utilisées (dont des lance missiles anti-char différents des RPG).

    Espérons que les services de l’armée syrienne les décortique afin de trouver les parades.

    Durant la seconde guerre mondiale, les généraux des deux camps étaient notés sur leurs victoires mais aussi sur le % de vies de soldats économisées.

  6. Raphael Babin dit :

    Il me semble qu’il y a comme une faiblesse qui ressort ici et là dans l’argumentation de ce site. Il s’agit de souligner que l’opposition armée est coupable des exactions dont on accuse les forces de l’ordre syriennes sans prendre position sur la conduite de ces dernières. Cela peut laisser croire que la conduite en question est du même ordre et que vous l’absolvez. C’est ce qu’on peut par exemple penser quand vous utilisez le mot « aussi » dans la proposition suivante : « l’opposition s’était rendue coupable aussi de crimes et de tortures ». Ce qui sous-entend que l’armée fait la même chose et qu’il n’y a rien à dire là-dessus, puisque les terroristes le font bien, eux…

    • Louis Denghien dit :

      On n’idéalise pas l’armée dans cette guerre ; on dit que la cause qu’elle défend est juste et garantit un meilleur avenir et une plus grande dignité aux Syriens ; et l’on répète autant de fois qu’il est possible que la cause première de la violence et des malheurs de la Syrie est l’action des bandes armées soutenues à bout de bras par l’Occident et ses médias. Il y a des exactions et des bavures du côté Bachar, mais elles ne sont pas la règle mais l’exception, alors que c’est manifestement le contraire en face.

      L.D.& Infosyrie

      • Serge dit :

        La torture est l’arme du régime depuis 40 ans. Arrête, c’est un arme usuel pour le régime depuis longtemps, mais tu veux pas le voir. Tu veux juste nous montrer(essayer) que le régime est un ange. Le moindrement qu’on critique le régime, c’est juste de la propagande de l,OTAN, américains, etc.

        • Louis Denghien dit :

          Le régime est au moins l’ange-gardien de la souveraineté, de l’unité et de la stabilité syriennes. Quant à vous vous n’êtes effectivement qu’un sous-propagandiste de l’OTAN et de l’ingérence, un de ces idiots utiles qui militent pour l’impérialisme américain en croyant défendre les droits de l’homme, qui contribuent à semer le chaos et la mort en pleurnichant sur la « démocratie », un figurant pour mauvais film de BHL. Et sur ce, adieu Serge !

          L.D.& Infosyrie

      • Raphael Babin dit :

        Je ne m’attendais pas à une réponse aussi claire et j’apprécie. Donc, chez l’armée, les exactions sont « l’exception » alors que du côté opposé, c’est « manifestement » la règle. C’est affirmer l’exact contraire de ce que prétendent des organismes comme Amnesty International. Ce sur quoi vous avez déjà donné votre avis dans votre article du 19 juin (« L’énorme mensonge fondateur de Donatella Rovera ») mais sans indiquer clairement, comme vous le faites ici, la proportion des exactions entre les deux camps. C’est très bien aussi que vous précisiez que ce qui compte, pour juger la valeur des actes d’un camp ou de l’autre, c’est le but final, à savoir « un meilleur avenir et une plus grande dignité aux Syriens ». J’espère que vous admettrez quand même avec moi, rendu ici, que l’argumentation reste quelque peu boiteuse. Car on ne voit pas que l’État syrien, lui, qui a signé toutes sortes de conventions et de traités pour la protection des civils et les droits de l’homme, pourrait, au nom de cette cause, défendre une conduite de la part de son armée qui contreviendrait à de tels engagements internationaux.

        • Louis Denghien dit :

          On peut – et on l’a fait ici – déplorer toutes les brutalités, toutes les bavures qu’occasionne un guerre du genre de celle qui se livre sans être déclarée tous les jours en Syrie (et qui n’est pas une guerre civile, faute de suffisamment de Syriens en armes contre le pouvoir en place). La Révolution a dit un certain Mao, « n’est pas un dîner de gala » : que dire alors d’une guerre entre terrorisme – il est indubitable que les bande islamistes sévissant aujourd’hui en Syrie sont de pratiques et de projet terroristes – et contre-terrorisme ?!

          Il n’y a pas, ne vous en déplaise, chez les militaires syriens réguliers la dimension de haine sectaire – de « djihad » pour appeler les choses par leur nom – qu’on trouve chez la plupart des ASL et assimilés. Dont on n’est pas certain (litote) qu’ils aient grand chose à faire des engagements internationaux que vous invoquez. L’armée, elle, à un engagement national : purger le pays de ces fanatique payés par le Golfe, hébergés par la Turquie et entraînés par la CIA.

          Les « boîteux » d’Infosyrie

          • Raphael Babin dit :

            Bon, eh bien, pour l’instant continuons de boiter gaiement. Je n’insiste pas plus sur cette question. L’important, c’est que votre site continue de jouer son rôle inappréciable dans le présent contexte. Personnellement, j’en profite beaucoup. Je vous en ai déjà donné quelques raisons ailleurs. Je voudrais ajouter ici que je réalise combien il est avantageux de trouver rassemblées ici toutes sortes d’informations aussi bien pro- que anti-régime sans qu’il m’en coûte un grand effort. Et cela, je le dois à votre pugnacité, prêt(s) que vous êtes à mettre à l’épreuve de vos positions la moindre tentative de démonstration des errements du régime syrien. Sans compter tous les indices d’appui en faveur de ce même régime qui, sans vous, n’auraient pas grand publicité.

          • Louis Denghien dit :

            Je suppose que nous devons le prendre comme un compliment…

            L.D. & Infosyrie

          • Raphael Babin dit :

            N’en doutez pas. Sinon, je ne vous lirais plus. Ce que je vous dit, c’est que dans le domaine de la contre-propagande, je ne vois pas qu’on puisse mieux faire que sur ce site. Personnellement, je n’ai pas fini de m’initier à la question. Et pour les compliments, je pourrais en ajouter. Votre capacité de travail m’impressionne. Votre français est pratiquement sans faille. Et votre langue est vivante.

          • Louis Denghien dit :

            Eh bien Choukran beaucoup !

            L.D. & Infosyrie

  7. Cécilia dit :

    Témoignages de Homs, notamment de Dawar Bab Tadmor :

    http://www.youtube.com/watch?v=ncDQe8Kg2mU&feature=relmfu

  8. Farouk dit :

    Le CRACK du Chevalier est en grave danger en passant. C,est incroyable.

    • AVICENNE dit :

      J’ai visité plusieures fois le crack des chevaliers, son entrée imposante, ses mangeoires pour cheveaux dans la majestueuse voute de l’entrée, ses pavés creusés à force du passage des cheveaux…

      Voir ce magnifique monument infesté par cette bande de salauds me fend le coeur.

      Pourvu qu’il ne décident pas de le faire exploser lorsqu’ils se sauront perdus.

  9. l'ingenue dit :

    Accueil
    Articles Récents
    États-Unis
    Canada
    Amérique latine & Caraïbe
    Europe
    Afrique subsaharienne
    Russie et CEI
    Moyen Orient
    Océanie
    Asie

    Guerre USA OTAN
    Histoire, société et culture
    Crise économique mondiale
    Crimes contre l’humanité
    Environnement
    Pétrole,Gaz de schiste, Énergie
    Transnationales
    Pauvreté et inégalités sociales
    Militarisation
    11 sept. Guerre au terrorisme
    Droits humains et État policier
    Loi et Justice
    Biotechnologie et OGM
    Droits des femmes
    Désinformation médiatique
    Politique et religion
    Nations Unies
    Science et médecine
    Services de renseignements

    Archives
    Index des Auteurs

    | Ce qu’est le RSS

    Visitez notre site web
    GlobalResearchTV

    Le 5 juillet 2012 CONFÉRENCE – LES ENJEUX DE LA CRISE MONDIALE

    Les sunnites en Syrie

    par Comaguer

    Mondialisation.ca, Le 3 juillet 2012
    Comaguer

    Envoyer cet article à un(e) ami(e)
    Imprimer cet article

    0diggsdigg
    Share

    Merci à Raja Chemayel qui fait la lumière sur les sunnites syriens lesquels subiraient la dictature d’un alaouite.

    (http://arabefrustre.blogspot.fr/)

    (http://angryarab.net/)

    Traduction Comaguer

    71 % des parlementaires syriens sont sunnites

    73 % des militaires syriens sont sunnites

    69 % des personnels de la police et des services de sécurité syriens sont sunnites

    80 % des dirigeants d’entreprises syriens sont sunnites

    Mais alors quel est leur problème ?

    Réponse de COMAGUER

    Ils attendent que la République française, en pleine cure d’austérité contre son propre peuple, engage des centaines de millions d’euros pour faciliter l’installation des milices islamistes armées par le Qatar et l’Arabie Saoudite et soutenues par la Turquie à la tête d’un pays dont la conférence de Genève du 30 Juin a reconnu qu’il devait régler ses problèmes lui-même.

    Mais M. LAURENT FABIUS travestit les résultats de cette conférence (voir ci-aprés dépêche NOVOSTI), M. FABIUS veut un changement de régime.

    Conférence sur la Syrie : aucun appel au départ d’Assad

    Publié le : lundi 2 juillet

    Source : fr.rian.ru

    La nécessité du départ du président syrien Bachar el-Assad n’est pas évoquée dans le document final adopté lors de la conférence internationale de Genève sur la Syrie, a déclaré lors d’un point de presse le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    « Le document n’exige pas la démission de Bachar el-Assad. La version initiale du texte contenait une clause impliquant le départ des personnes qui empêchaient la paix. Cela est contraire à l’inclusivité du processus politique en Syrie, ainsi qu’aux normes de la Charte des Nations unies sur la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats souverains. Cela n’est pas mentionné dans le document adopté aujourd’hui qui stipule que les Syriens doivent décider du sort de leur pays », a insisté M.Lavrov, avant d’ajouter que la version initiale avaient été modifiée à l’initiative de la partie russe.

    Moscou œuvre afin de persuader le régime de Bachar el-Assad de respecter le plan Annan et espère que les pays en mesure d’influencer l’opposition feront de même, a ajouté le chef de la diplomatie russe.

    Convoquée à l’initiative de Moscou, la conférence internationale sur la Syrie s’est déroulée le 30 juin à Genève.

  10. Marie-Christine dit :

    COMMENT DEPECER LA SYRIE

    Le Jerusalem Post annonce un agenda militaire secret américano-israélien visant à « mettre en pièces la Syrie ».
    Cet article de Jonathan Spyer dans le J.P. (16 mai 2012) s’intitule : « Un politicien kurde expérimenté en appelle à Israël pour soutenir l’éclatement de la Syrie ».

    Sherkoh Abbas, Président de l’Assemblée Nationale Kurde de Syrie (ANK) établie aux Etats-Unis a « fait appel à Israël pour soutenir l’éclatement de la Syrie en une série de structures fédérales fondées sur les différentes ethnies du pays », relève Michel Chossudovsky, professeur à la faculté des sciences sociales de l’université d’Ottawa (Canada)*.

    « La « balkanisation de la République Arabe Syrienne » doit être menée à bien en soutenant des divisions sectaires qui conduiront éventuellement à une « guerre civile » sur le modèle de l’ancienne Yougoslavie.

    L’un des « scenarii d’explosion » possibles en ce qui concerne la Syrie, qui constitue une société pluri-ethnique, serait la formation d’entités politiques séparées et « indépendantes » sunnites, alaouites-chiites, kurdes et druzes.

    « Il nous faut dépecer la Syrie », a déclaré Abbas.

    « Le dissident syro-kurde a fait valoir qu’une Syrie fédérale partagée en quatre ou cinq régions sur une base ethnique servirait aussi à Israël de ̏tampon ̋ naturel à la fois contre les forces islamistes sunnites et chiites ». Ironiquement, tandis que les forces islamistes constituent la principale menace contre l’état juif, voilà Tel Aviv qui apporte secrètement son soutien aux islamistes de l’Armée Syrienne Libre (ASL).

    Rencontre à huis clos au Département d’Etat américain.

    Une rencontre au plus haut niveau du Département d’Etat s’est tenue en mai avec des membres de l’opposition kurde syrienne. Y participaient : des représentants du Conseil National Kurde (CNK), Robert Stephen Ford, le dernier ambassadeur américain en Syrie (qui a joué un rôle-clé dans l’acheminement d’aide aux rebelles), de même que Frederic C.Hof, un ancien partenaire en affaires de Richard Armitage, qui assure actuellement les fonctions de « coordinateur spécial sur la Syrie ». La délégation a également rencontré le secrétaire d’Etat adjoint pour les questions du Proche Orient, Jeffrey Feltman.

    Frederic C. Hof, Robert Stephen Ford et Jeffrey Feltman sont au Secrétariat d’Etat les conseillers politiques essentiels sur la Syrie, et entretiennent des liens étroits avec l’Armée Syrienne Libre (ASL) et le Conseil National Syrien (CNS).

    Les déclarations publiques du leader du CNK Sherkoh Abbas à la veille de cette rencontre suggèrent qu’ont été discutés l’éclatement politique de la République Arabe Syrienne selon une délimitation ethnique et religieuse, tout comme la création d’un « Kurdistan indépendant ». « Le porte-parole du Département d’Etat, Mark Toner, a défini le but de la rencontre comme s’inscrivant dans les « efforts en cours … pour aider l’opposition [kurde] syrienne à construire une opposition plus cohérente contre Assad ». Le leader du CNK en a appelé à Washington pour soutenir la création d’un état kurde séparé consistant en « une région autonome en Syrie, se joignant au gouvernement régional kurde en Irak – lequel est frontalier de la région kurde en Syrie, ou peut-être même un état kurde plus vaste [le Grand Kurdistan].

    Les Kurdes, dans l’ensemble du Kurdistan, aspirent au droit de former un état kurde indépendant. Nous ne pouvons atteindre ce but tant chéri qu’avec l’aide des démocraties occidentales, et avant tout des USA », a affirmé Sherkoh Abbas (Syrie : un choix alternatif, Ekurd.net, 22 mai 2012). Il vaut la peine de noter, sous cet aspect, que la création d’un « Grand Kurdistan » a été envisagée depuis plusieurs années par le Pentagone comme constitutive d’un « plan plus vaste pour remodeler le Moyen-Orient ».

    Cette option, qui semble improbable dans le futur proche, irait contre les intérêts de la Turquie, un allié constant à la fois des USA et d’Israël. Un autre scenario, envisagé par Ankara, consisterait dans l’annexion par la Turquie du Kurdistan syrien.

    Le « Grand Kurdistan » inclurait des portions de l’Iran, de la Syrie, de l’Irak et de la Turquie, comme il est envisagé dans la remarquable carte du « Nouveau Moyen-Orient » par le Colonel Ralph Peters, qui a enseigné à l’académie militaire américaine.

    Bien que la carte, publiée dans le Journal des Forces Armées en juin 2006, ne reflète pas officiellement la doctrine du Pentagone, elle a été utilisée lors d’un programme d’entraînement à l’Institut de la Défense de l’OTAN pour des officiers supérieurs. Elle a probablement été en usage à l’Académie Militaire Nationale de même que dans des cercles de programmation militaire. »

    Source : http://globalresearch.ca/index.php?…

    (Traduit par Anne-marie PERRlN)

    *Contributeur occasionnel du Monde diplomatique, il est le directeur du Centre de recherche sur la mondialisation, un site internet consacré aux enjeux de « la guerre au terrorisme » et les conflits du Moyen-Orient. Son livre Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (The Globalization of Poverty and the New World Order) a été traduit en onze langues.

    CAPJPO-EuroPalestine

  11. pierre dit :

    Enfants-soldats de la « rébellion »
    La presse-Pravda a diffusé tous azimuts une vidéo sur « Le Krak des Chevaliers qui résiste au régime de Bachar el-Assad ». Sexy op course. Mais dans la vidéo, on voit clairement un enfant-soldat dans les rangs des insurgés. Ni dans la presse écrite, ni dans les grands shows de propagande de France 2 et de Navarre, on s’est ému de la chose…
    Décidément, l’indignation sélective est une religion en Occident.

    http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/04/01003-20120704ARTFIG00590-le-krak-des-chevaliers-resiste-au-regime-de-bachar-el-assad.php

    • Cécilia dit :

      Et un très bon commentaire sur cet article et la vidéo dont je fais copie/collée:

      Hop-lint

      Il se trouve que je connais bien le Krak, y étant allé de nombreuses fois. Que voit-on sur cette vidéo?
      1/ Un reporter entouré de 2 ou 3 trois hommes armés très tôt le matin dans la brume, à une date indéterminée.
      2/ Ils sont restés au pied de la forteresse et ne sont pas rentrés dans l’enceinte principale. Ils ont filmé l’extérieur et sont seulement montés sur l’enceinte secondaire qui entoure l’enceinte principale et qui est facilement accessible par des passages se trouvant à l’extérieur.
      Rien dans cette vidéo ne prouve donc que les jihadistes tiennent le Krak et en ont fait un lieu d’installation durable ou de repli. Tout ce que l’on peut dire c’est qu’ils sont juste actifs dans la zone et se promènent assez facilement. Par ailleurs, c’est fort de café d’indiquer en incrustation que l’armée bombarde régulièrement le Krak (aucune trace visible sur les images, dans une autre vidéo qui passe déjà depuis deux jours sur le site du Monde, le type montre seulement un morceau d’obus de mortier qui peut venir de n’importe où) alors que sur les images on voit les gens évoluer sans prendre de grandes précautions et que l’endroit paraît parfaitement calme, ce qui signifie que l’armée n’est pas sur la zone.

      Je remarque par ailleurs que parmi les bien pensants du site qui veulent faire la guerre à Assad, personne ne s’offusque de voir un gamin qui a entre 10 et 14 ans embrigadé avec une kalachnikov par les jihadistes. Si ce n’est pas une violation flagrante des droits de l’homme…

      On observera que les kalachnikovs des jihadistes sont toutes neuves et qu’à partir de 1 min 28 s, on voit un jihadiste qui tient un fusil d’assaut qui semble bien être un FN-FAL (les experts en armement confirmeront peut-être), arme fabriquée par les Belges et qui est utilisée par les armées de l’OTAN: on peut donc se demander ce que ce genre d’arme fait en Syrie (ce n’est pas la première fois que je le vois sur des vidéos) et qui le fournit car les rebelles libyens en avaient été pourvus aussi l’an dernier (dès le début des événements, ce qui signifie que les histoires d’insurrection populaire spontanée à Benghazi ne sont que du pipeau et que les Occidentaux avaient consciencieusement violé les résolutions de l’ONU).

      Le ramassage du corps du jihadiste tué a tout de la mise en scène: il y a une coupure entre le moment où il est ramassé (on se demande d’ailleurs pourquoi le caméraman fait un mouvement de caméra vers le sol quand on entend des tirs qui manifestement viennent de l’endroit d’où arrive les gens portant le corps, car à l’endroit d’où il filme il est protégé, vu la conformation des lieux qui apparaît assez nettement à l’image) et celui où il est emporté par le pickup, cette dernière séquence étant tournée dans une zone résidentielle à l’écart de bon matin (donc le bruitage des tirs aurait été rajouté). Et contrairement à ce qui est affirmé, la scène n’a pas lieu au pied même du Krak, au mieux s’est-elle produite dans le village qui le jouxte, et encore c’est loin d’être sûr car comme on le voit sur les premières images, les rues de ce village sont plutôt sinueuses, or la fin de la scène avec le corps du jihadiste est tournée dans un endroit plat et en hauteur.

      Cette vidéo, en conclusion, nous apporte plus de renseignements sur la manière partiale et partielle dont nous sommes informés que sur ce qu’elle est censée montrer. Comme quoi, avec deux doigts d’esprit critique, on arrive quand même à percevoir l’enfumage médiatique et on peut réellement se demander pourquoi personne n’en fait preuve dans les médias et parmi les autorités politiques de tous bords (excepté le Front national, ce qui n’est vraiment pas glorieux pour le reste de la classe politique et ce qui en dit long sur l’intérêt que nos politiciens portent aux peuples puisque ça ne semble pas les gêner de nous désinformer pour monter une guerre qui détruira le dernier Etat laïc d’Orient et y installera un chaos durable entraînant l’épuration ethnique de 6 millions de personnes, 2 millions de chrétiens et 4 d’alaouites, et amènera vraisemblablement la création d’un Etat islamique).