• Contributeurs
  •  

Nous publions le récit du voyage de huit jours que vient de faire en Syrie, de Damas à Palmyre, en passant par le Golan, début août, Christian Bouchet. Christian Bouchet est un membre influent du Front national. C 'est dire qu'il ne reflète pas le point de vue des rédacteurs d'InfoSyrie, tant s'en faut. Si nous le publions, c'est que les témoignages récents d'étrangers - et a fortiori de Français - sur la situation, et l'atmosphère qui prévalent en Syrie [...]


Mot-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Un Français dit ce qu’il vient de voir en Syrie

Par Droits réservés,



Nous publions le récit du voyage de huit jours que vient de faire en Syrie, de Damas à Palmyre, en passant par le Golan, début août, Christian Bouchet. Christian Bouchet est un membre influent du Front national. C ‘est dire qu’il ne reflète pas le point de vue des rédacteurs d’InfoSyrie, tant s’en faut. Si nous le publions, c’est que les témoignages récents d’étrangers – et a fortiori de Français – sur la situation, et l’atmosphère qui prévalent en Syrie ne sont pas légion. Et par ailleurs, le témoignage de Bouchet a toutes les apparences de l’authenticité, ne donnant jamais – en dépit des sympathies de l’auteur pour le régime – dans la langue de bois : par exemple il observe qu’à Damas, les portraits de Bachar sont volontiers affichés dans les quartiers chrétien et chiite mais sont « quasi-inexistants » dans la partie sunnite de la ville. Et que si, à travers le pays, les barrages militaires sont très rares, les patrouilles sont visibles à Homs.

Christian Bouchet, après quelques difficultés à obtenir un visa, débarque donc à Damas et découvre une ville calme, avec peu ou pas de police présente dans les rues où la population féminine est, dans sa grande majorité, vêtue à l’occidentale et où l’observation du Ramadan est assez facultative. Le pays, dans la région de Damas et jusqu’à Homs est calme, au point qu’on est déphasé par rapport aux titres sensasionnalistes de la presse occidentale. En revanche, son chauffeur ne veut pas conduire Bouchet à Hama, car là « c’est vraiment dangereux ».

Bref, Christian Bouchet n’a pas vu toute la Syrie, mais il en a vu assez pour se faire une idée du climat prévalant dans une partie importante du