• Actualité
  •  

Retour à la case "départ" - c'est presque le cas de le dire - pour la Ligue arabe en Syrie. Mais pas vraiment retour en force : en acceptant de faire revenir la mission d'observation, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, sanctionne l'échec de la tentative de déstabilisation de Damas dans laquelle, en étroite collaboration avec les monarchies du Golfe, il avait entraîné son organisation.   Le pathétique de la Ligue arabe Rappelons tout de même que la Ligue arabe [...]



Palinodie, suite et fin ? La Ligue arabe veut renvoyer ses observateurs en Syrie !

Par Louis Denghien,



Quelques grands "faux nez" de la crise syrienne. Faux-nez n°1 : Nabil al-Arabi...

Quelques grands "faux nez" de la crise syrienne. Faux-nez n°1 : Nabil al-Arabi...

Retour à la case « départ » – c’est presque le cas de le dire – pour la Ligue arabe en Syrie. Mais pas vraiment retour en force : en acceptant de faire revenir la mission d’observation, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, sanctionne l’échec de la tentative de déstabilisation de Damas dans laquelle, en étroite collaboration avec les monarchies du Golfe, il avait entraîné son organisation.

 

Le pathétique de la Ligue arabe

Rappelons tout de même que la Ligue arabe a, en un laps de temps assez court, déployé 160 et quelques observateurs, défendu leur travail devant les critiques des opposants syriens et des gouvernements occidentaux, approuvé le rapport de la mission malgré les critique virulentes du Qatar et de l’Arabie Séoudite, pour finalement ne tenir aucun compte de ce rapport, suspendre la mission et s’associer aux Euro-américains à l’ONU pour demander le départ de Bachar !

Bref, la Ligue arabe s’est un peu plus déconsidérée dans cette affaire syrienne, elle dont le crédit n’était déjà pas extraordinaire dans l’opinion arabe. C’est donc une direction « pan-arabe » affaiblie qui se rend à Canossa, pardon à Damas.

C’est Ban Ki-moon qui a annoncé, mercredi 8 février, que Nabil al-Arabi lui avait fait part, mardi 7 février, de son intention de faire revenir les observateurs en Syrie, mais cette fois avec une participation officielle de l’ONU. Pourquoi pas, mais c’est, plus que jamais, le gouvernement syrien qui décide, et on peut dire qu’il voit arriver Nabil al-Arabi et Ban Ki-moon de loin, et de haut. Ban Ki-moon qui a reconnu que l’acceptation de Damas n’était pas acquise.

Si nous pouvons rassurer le plus pro-américain des secrétaire généraux de l’ONU, nous pensons que Damas acceptera le retour des observateurs, dont il avait d’ailleurs vertement critiqué le rappel. Bien sûr, on ne sait pas si les observateurs ressortissants des pétro-monarchies du Golfe seront autorisés cette fois par leurs dynastes à reprendre du service, ni si les effectifs de la « mission d’observation 2″ seront identiques à ceux de la version 1, ou augmentés à hauteur de 300 membres comme il en  était question encore en janvier. Autre question, le général al-Dabi, dont le rapport avait tant déplu aux adversaire syriens et étrangers du régime, sera-t-il confirmé dans ses fonctions de chef de mission ? Mais là aussi, après tout, le gouvernement syrien a plus que jamais son mot à dire.

...faux-nez n°2 : Ban Ki-moon...

...faux-nez n°2 : Ban Ki-moon...

On peut donc considérer ce possible retour de la mission d’observation de la Ligue arabe comme un succès pour Damas et un revers pour ses ennemis. Ennemis parmi lesquels il faut décidément compter le souriant Ban Ki-moon qui a qualifié de « catastrophique » pour le peuple syrien le véto des Russes et des Chinois, affirmé, tel un porte-parole du Département d’Etat américain, que des « milliers de gens avaient été tués de sang froid » par le gouvernement syrien et dénoncé, dans le style de ses « informateurs » de l’OSDH, « la brutalité effarante » exercée à Homs par les forces de l’ordre. Ban Ki-moon, on ne se lassera jamais de le répéter, n’avait pas trouvé le même ton pour stigmatiser la « brutalité effarante » de l’OTAN en Libye.

Erdogan condamné à faire – enfin – profil bas ?

Autre grand faux-nez de la lutte pour la démocratie, le gouvernement turc a annoncé, mercredi 8, son intention d’organiser « dans les plus brefs délais » une conférence internationale « avec les acteurs régionaux » pour un « règlement pacifique » de la crise syrienne. Les acteurs régionaux, ce sont notamment l’Iran – associé à Damas dans les négociations avec Ankara sur l’embarrassante affaire des officiers turcs capturés en Syrie (voir notre article « Erdogan aimerait bien récupérer ses 50 espions« , mis en ligne le 8 février). Et la Russie : Recep Tayyep Erdogan a, comme Sarkozy, décroché son téléphone pour appeler Dimitri Medvedev. De cette conversation, sans doute un peu embarrassée côté turc, il est ressorti un communiqué commun pointant la nécessité pour la Turquie et la Russie de « travailler en coopération (…) pour la restauration de la stabilité et de la paix en Syrie« .

« Travailler en coopération » avec la Russie – et l’Iran – cela signifie évidemment pour Erdogan, empêtré dans sa politique agressive et aventuriste – cf l’affaire des officiers turcs détenus par Damas pour avoir organisé des convois d’armes clandestins -, baisser d’un ton : l’heure est peut-être venue, pour « Recep le Magnifique« , de faire profil bas sur la Syrie. Tout en sauvant la face.

... faux-nez n°3 (ou 1 bis) : Recep Tayyep Erdogan

... faux-nez n°3 (ou 1 bis) : Recep Tayyep Erdogan

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Vous pouvez répondre, ou faire un lien depuis votre site.

52 commentaires à “Palinodie, suite et fin ? La Ligue arabe veut renvoyer ses observateurs en Syrie !”

  1. Lebaron dit :

    Après les couveuses de Hama voici venir Le retour des couveuses de Homs !

    • ali dit :

      Ces histoires de couveuse nous rappel loin sans faut l’immense MENSONGE sur la supposée affaire des couveuses au Koweït désigne le scandale du faux témoignage fait le 10 octobre 1990, lors de l’invasion du Koweït par les forces armées irakiennes de Saddam Hussein, qui alléguait d’atrocités commises contre des nouveau-nés koweïtiens.
      Or le témoignage s’avèrera être mensonger et avoir servi à favoriser l’entrée en guerre contre l’Irak.

    • amical dit :

      Petit rappel historique

      Après les couveuses de Koweït city et le témoignage d’une petite fille innocente qui s’est révélée être la fille de l’ambassadeur koweitien en poste à Washington lors de la première guerre du golfe, voici venu le cas des couveuses de Hama et Homs.

      Bientôt ils vont parler de charniers comme c’était le cas en Roumanie à Timisoara lors des révoltes des pays de l’est.

      En désespoir de causes, ils versent dans le déjà vu et revu les pauvres. Ah si le ridicule pouvait tuer !!

    • Akyliss dit :

      Occidentaux choqués par la popularité russe en Syrie
      Les Occidentaux choqués par la popularité russe en Syrie

      La presse occidentale revient longuement sur l’accueil populaire de la délégation russe à Damas sans parvenir à l’expliquer. Elle ne comprend pas d’où sortait cette foule, ni pourquoi elle applaudissait Sergei Lavrov qu’elle aurait dû conspuer. Surtout, elle s’indigne que l’on puisse préférer la Russie à l’OTAN, dont les valeurs morales lui semblent supérieures.

      De nombreux journaux occidentaux accordent donc de l’importances aux critiques internes en Russie et en Chine, qui leurs paraissent les seules voix raisonnables.

      De son côté, la presse du Golfe se concentre sur le rappel des observateurs et des ambassadeurs.

      Partenaires | 8 février 2012
      • Le Monde relate que le vote du Brésil, de l’Afrique du Sud et de l’Inde au Conseil de sécurité, en faveur de la résolution « marocaine », a été préparé par la haute représentante de l’Union européenne aux Affaires étrangères, Catherine Ashton. Toutefois, le quotidien français n’indique pas quels arguments la baronne Ashton a utilisé pour convaincre ces États de changer de camp.

      • La presse allemande revient sur une affaire criminelle qui pourrait impliquer l’ambassade syrienne à Berlin. Les diplomates sont soupçonnés d’avoir pourchassé des opposants syriens jusque dans la capitale fédérale et d’en avoir fait rosser à son domicile.

      • Le démenti adressé par Asma el-Assad au Times de Londres est utilisé pour relancer la campagne à son sujet. La première dame récuse l’argument sectaire et rappelle que son mari n’est pas le présidents des allaouites, mais celui de tous les Syriens. Ne pouvant ternir l’image d’Asma, les services de l’OTAN font courir la rumeur qu’elle serait la prisonnière de Bachar. Cette imputation n’est pas simplement propagée par la presse people, mais aussi par des journaux de bonne réputation, comme aujourd’hui Le Figaro ou le Corriere della Sera.

      • Il Giornale rapporte les propos du président Obama selon lequel il ne faut pas comparer la Libye et la Syrie où aucune intervention militaire n’est envisagée. La Russie et la Chine ont eu tort d’imaginer qu’une opération similaire se préparait contre la Syrie. A contrario, la démonstration du président Obama implique une reconnaissance implicite de ce que l’OTAN a bien outrepassé son mandat en Libye et changé le régime en violation de ses propres engagements. Dès lors, on ne voit pas pourquoi on devrait croire ses promesses à propos de la Syrie.

      • La plus grande communauté chrétienne orthodoxe d’Orient réside en Syrie. Alors qu’une délégation russe arrive à Damas, Michael Jansen de l’Irish Times s’est interrogé sur le soutien qu’ils apportent à l’administration el-Assad. Son article (p. 46) est illustré par une photographie représentant une femme dans une chambre à coucher dont le mur a été défoncé par un obus qui n’a pas explosé. Il s’agit de sœur Verona, mère supérieure du couvent de Sydnaya. Le couvent a été attaqué par les « rebelles ». Or, la même photographie a été utilisée les jours précédents dans plusieurs quotidiens qui ont laissé croire qu’il s’agissait d’une mère de famille sunnite de Homs dont la maison aurait été attaquée par les forces gouvernementales.

      • Dans The Herald, Ian Bell observe que la guerre de Syrie n’aura pas lieu parce que personne ne peut prendre le risque d’embraser la région. Selon lui, cette situation particulière montre l’impuissance de l’ONU. Dans la même ligne, Jonah Goldberg de l’American Enterprise Institute plaide dans le Washington Times pour le remplacement de l’ONU par une Communauté des démocraties. En définitive, les arguments des uns et des autres reviennent à dire que le droit international devrait être édicté par les seuls USA.

      • Le New York Times / International Herald Tribune donne la parole à deux experts pour expliquer le double veto . Le professeur Pei assure que Beijing est uniquement motivé par sa haine des transitions démocratiques. La Chine a révélé son vrai visage et en paiera les conséquences en termes de relations publiques. Pour sa part, Nicholas Noe observe que le double veto conforte l’axe de la Résistance.

      • Bradley Burston, éditorialiste d’Haaretz, déplore que la Syrie ne soit pas soumises au même traitement qu’Israël. Le comportement de Tel-Aviv à Gaza a été critiqué par le rapport Goldstone. Qu’attendent donc les partisans de la Commission Goldstone pour réclamer une enquête sur le comportement de leur allié syrien ?

      • Les journaux du Golfe détaillent les sanctions diplomatiques prises par les États du Conseil de coopération du Golfe : rappel des observateurs et des ambassadeurs en Syrie, plus expulsion des ambassadeurs en Syrie.

      • China Daily indique que des « révolutionnaires libyens » ont attaqué l’ambassade de Chine à Tripoli pour protester contre le veto.

      http://www.voltairenet.org/Les-Occidentaux-choques-par-la

      • pop dit :

        le silence observé ce jour là par les occidentaux était révélateur! les US ne peuvent prétendre à un tel accueil aujourd’hui une la région!
        Ainsi Lavrov a reçu plusieurs appel (GB, France, Turquie…) et Hillary Clinton jalouse attend elle un coup de fil de Lavrov!… « hillarant »

      • NO PASARAN dit :

        Mais voyons, Akyliss, tu ne sais pas pourquoi les gens sont sortis pour applaudir Sergueï Lavrov ??? PARCE QU’ILS SONT OBLIGES PAR LE « REGIME » ET SES SBIRES, BIEN SUR !!! 😉 😉 😉 (Bon, pour ceux qui ne nous connaissent pas encore, je déconne, les gars !!!)

        • Akyliss dit :

          Ah ben oui c’est vrai !!! ou avais je la tête ! les syriens ne sont embrigadés j’avais oublié ce petit détail ! ce n’est la France où la vérité sort de la bouche de claire chazal ! (moi aussi je déconne ! 😉 😉 pour une fois que le seul pays arabe résiste encore et toujours contre l’hypocrisie occidental on ne peut qu’être avec son peuple et son président ! )

  2. Souriya ya habibati dit :

    N’était la situation dramatique on serait tenté de leur rire au nez!

  3. salim dit :

    Pinochios ou Pieds Nickelés??… Dur, dur de choisir entre les deux pour qualifier ces tartuffes! Allez, soyons généreux… optant pour les deux qualificatifs tant ils vont bien ensemble et les habillent à ravir!
    La force du mensonge immédiate ne peut vaincre à terme la puissance de l’intégrité!
    Paix et Salut au vaillant peuple syrien!
    Salim