• Actualité
  •  

Le document signé samedi 30 juin à Genève n'impose rien ni personne au peuple syrien, il ne pose aucune condition politique préalable au processus de dialogue national, et n'exclue personne de ce processus. Par ailleurs, la Russie et la Chine s'opposeront à tout recours au chapitre 7 de la Charte des Nations-Unies, encore évoqué à Genève par les Occidentaux, et qui prévoit, dans les cas diplomatiques "limite", le recours à la force. Voilà résumée l'interprétation de l'accord faite, au cours d'une [...]



Lavrov : « L’accord de Genève n’exige pas le départ de Bachar » !

Par Louis Denghien,



Hillary Clinton et Sergueï Lavrov à Saint-Petersbourg le 29 juin : la Russie est bien devenue, à la faveur de la crise syrienne, le "mâle dominant" de la diplomatie internationale

Le document signé samedi 30 juin à Genève n’impose rien ni personne au peuple syrien, il ne pose aucune condition politique préalable au processus de dialogue national, et n’exclue personne de ce processus. Par ailleurs, la Russie et la Chine s’opposeront à tout recours au chapitre 7 de la Charte des Nations-Unies, encore évoqué à Genève par les Occidentaux, et qui prévoit, dans les cas diplomatiques « limite », le recours à la force.

Voilà résumée l’interprétation de l’accord faite, au cours d’une conférence de presse tenue samedi soir, par Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe et véritable « meneur de jeu » des débats  à Genève. Naturellement, la Chine ne se démarque pas de ses alliés Russes : pour le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi, le plan de transition présenté par Annan et approuvé le 30 juin par le Groupe d’action sur la Syrie « ne peut être que dirigé par les Syriens et doit être acceptable par toutes les parties importantes en Syrie. Des personnes extérieures ne peuvent pas prendre des décisions pour le peuple syrien« .

Hillary, Kofi, Sergueï et Bachar

S’il est une « partie importante » dan le conflit syrien, c’est bien Bachar al-Assad. Hier, Kofi Annan, interrogé sur son sort dans le cadre du processus de transition, s’est tenu dans un prudent flou diplomatique : l’avenir du président « sera l’affaire » des différents participants au dialogue. Certes, Annan a montré le bout de son nez, et de quel côté il penchait, en se fendant d’une petite phrase : « Je doute que les Syriens choisissent des gens ayant du sang sur les mains pour les diriger« .

Hillary Clinton a été moins « prudente » : « Assad doit partir » a-t-elle encore déclaré, dans une nouvelle tentative de faire passer un accord international quasiment dicté, dans ses termes comme dans ses conclusions, par la Russie, comme un succès des États-Unis et de leurs suiveurs européens.

Mais là encore, l’impitoyable Sergueï a bien mis les points sur le « i » : « Le document (signé à Genève) n’exige pas la démission de Bachar al-Assad. La version initiale du texte contenait une clause impliquant le départ des personnes qui « empêchaient la paix ». Cela est contraire à l’inclusivité (le principe de non exclusion) du processus politique en Syrie, ainsi qu’aux normes de la Charte des Nations-Unies sur la non-ingérence dans les affaires intérieures des États souverains. Cela n’est pas mentionné dans le document adopté aujourd’hui qui stipule que ce sont les Syriens qui doivent décider du sort de leur pays ». C’est clair, net, précis, au point qu’on se demande ce que peuvent encore raisonnablement espérer Hillary C. et ses petites mains Hague et Fabius, sinon  sauver ce qui leur reste de face…

Le CNS au pied du mur

Bref, quoi que proclame Hillary, et quoi qu’insinue Koffi, Bachar n’est pas près de partir : son départ n’a pas été évoqué à Genève, et il sera une « partie plus qu’importante » dans le processus de dialogue national. À supposer que ce dialogue s’engage. Car désormais, la balle est dans le camp des opposants, et le CNS, embourbé dans son jusqu’au boutisme, risque de ne pas être très à l’aise dans les semaines qui vont suivre. Soit il s’assoit enfin, cédant aux pressions  ses « employeurs » occidentaux, turcs et arabes, à la table des négociations, et ce faisant il se coupe de radicaux islamistes et des groupes armés ; soit, comme c’est plus prévisible, il trouve tous les prétextes pour persister dans son option révolutionnaire, et il va devenir embarrassant pour les Occidentaux et la Ligue arabe et, au minimum, il sortira sans bruit du jeu diplomatique, devenant un de ces gouvernements en exil perpétuel comme l’Histoire en a déjà connus, condamné à la sclérose et au rabougrissement.

On y verra bientôt plus clair de ce côté-là : une réunion d’une kyrielle de groupes d’opposition syriens, non CNS, doit bientôt se tenir au Caire sous l’égide de la Ligue arabe, afin de définir une plate-forme commune avec le CNS justement, lequel a beaucoup renâclé à ce premier « dialogue national » avec d’autres opposants. Cela nous promet des échanges intéressants, et certainement des claquement de porte.

Réquisitoire de Lavrov contre les groupes armés

On approche donc de l’heure de vérité pour ce nid de vipères qu’on appelle l’opposition radicale syrienne. Justement, dans sa conférence de presse conclusive, Sergueï Lavrov a eu des mots bien sentis : « Nous avons ce qu’il faut comme preuves que les groupes armés et ceux qui les financent ne respectent pas leurs engagements (vis-à-vis du plan Annan) et se comportent d’une manière telle qu’on ne peut assurer un contexte de sécurité, et par là même (ces groupes) forcent le gouvernement et les forces syriennes à riposter« .

Et Lavrov, décidément très inspiré par le sujet (fondamental, il est vrai) d’ajouter : « Certains groupes armés et les milieux qui les parrainent exercent des provocations dans le but de semer la violence, et il y a à cet égard des faits connus des médias, y compris occidentaux et américains, qui sont arrivés dans plusieurs villes et villages, il y a des attaques contre les bâtiments et les institutions publics et privés, et contre les forces de l »ordre« , ajoutant que nombre de ces agressions avaient un arrière-plan confessionnel. Et il a évidemment pointé le fait que ces gags recevaient, dans l’illégalité internationale la plus complète, des armes, ce qui de fait les encourageait à persévérer dans leurs pratiques sanglantes. Un certain nombre d’oreilles qataries , séoudiennes et turques (arrêtons-nous là) ont dû siffler.

Le chef de la diplomatie russe a donné du reste un exemple de ces méfaits des bandes radicales relié à l’actualité en cours : il a en effet accusé l’ASL d’entraver à Homs les tentatives du CICR d »évacuer des centaines de civils coincés dans des quartiers encore tenus par les insurgés

Où l’on constate – une énième fois – que le analyses de la Russie coïncident assez largement avec celles de la Syrie légale et réelle. La plupart des participants à la réunion de Genève devraient se retrouver bientôt à New York afin d’appuyer au Conseil de sécurité le plan adopté le 30 juin. Une formalité là encore, et le fait que ce soient les Américains qui aient demandé cette convocation n’empêchera pas que ce sont les Russes qui décideront du contenu de la résolution qui sera alors discutée.

Si la Syrie doit globalement une fière chandelle à la Russie, la Russie, elle, doit à la Syrie d’avoir confirmé son statut de « supergrand », de retour pour de bon sur la scène internationale, pour le plus grand déplaisir de l’empire atlantiste.



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

82 commentaires à “Lavrov : « L’accord de Genève n’exige pas le départ de Bachar » !”

  1. Charles dit :

    Oui, et c’est normal. Maintenant, la Russie a décidé de recourir à la solution du gouvernement de transition avec toutes les factions syriennes, autant du régime que de l’opposition.

    Il est évident que si la rebellion n’est pas étouffée d’ici peux, le régime peut crouler sous la pression avec la faillite de ramener la paix et l’ordre dans le pays. Il faut arrêter l’ingérence, mais les rebelles sont bien armés, ils sont approvisionner en armes et le resteront sûrement très longtemps via les pays autour. Assad doit tout faire pour faire les réformes le plus vite possible(chose que je juge qu’il n’a pas fait).

    Les occidentaux ont eu leur victoire. Le régime st condamné à partir sur le court ou long terme, car la rebellion ne vas pas cesser. Ils sont toujours approvisionner en armes de l’étranger, mais aussi de l’interne par les défections de soldats. Bachar peut se plaindre qu’il y,a ingérence, mais il ne peut se plaindre qu’il y’a aussi contestation interne et même dans le régime en tant que tel. Depuis au moin 2005, il y’a des menaces de coups d’état de l’interne du régime.

    • Louis Denghien dit :

      Votre lecture me parait exagérément pessimiste : je ne vois vraiment pas quelle victoire les Occidentaux ont enregistré à Genève. Ils ont tout au plus sauvé les apparences. Quant à la rébellion armée, cela demeure un problème, mais elle a moins les moyens de tenir que l’État syrien.

      L.D. & Infosyrie

      • Charles dit :

        À mon avis, le mouvement de contestation en Syrie n’est pas très loin de ce qu’on a connut en Égypte, seulement, la Syrie jouie d’un statut de pays alié à la Russie via l’armement et la donne géopolitique de l’Iran.

        Quand je parlais que le clan occidental à gagné, je parlais que si la rebellion continue à sévir dans le pays encore longtemps, le régime peut chuter, et ce même si le régime à encore la puissance de feu. Le régime ne peut pas bombarder toutes les villes, c’est impensable. De plus, il y’a quand même passablement de défections militaires sur le terrain, même si une bonne partie ont simplement fuit en Turquie, etc.

        Si ça continue encore longtemps, l’élastique va briser. C’est pourquoi il faut faire les réformes le plus vite que possible.

      • Souriya ya habibati dit :

        A mon humble avis, il ne s’agit pas d’un post de notre Ami Charles.. ce commentaire est une réponse à son injonction d’hier à un certain Charle (sans s) de ne plus utiliser ce pseudonyme afin d’éviter la confusion des genres.. RESULTAT le post ci-dessus.
        Les clones talibans qui avaient investi Infosyrie depuis le début, intensifient, à présent, leur offensive virtuelle.. PREUVE si besoin en est, que le nettoyage sur le terrain suit son cours jusqu’à l’éradication totale de toutes les bandes armées sans foi ni loi qui sèment la terreur en Syrie.

        Allah est Grand, disent nos amis musulmans.

      • joska dit :

        Charles, je ne crois pas que les terroristes soient toujours autant fournis en armes actuellement, selon les prises d’armes effectuées par les forces syriennes et les arrêtations sans oublier la mort des chefs de groupes de terroristes a mis la contreverse qui est en faveur de Bashar et son nouveau gouvernement! J’ai foi en la réussite du plan de paix et tout le monde trouvera son compte, n’en déplaise à Candidat à la connerie, Al, le roi des cons (assadleroi) et j’en passe! Vous avez perdu, le peuple syrien tranchera et n’oubliez pas que la Syrie est peuplée de gens qui aiment leur terre et dirigeants!

      • STRATÈGE dit :

        Tout dépend aussi de ce qui peut se passer dans le reste du monde car je ne pense pas que le temps travaille pour les atlantistes.
        Les occidentaux sont toujours pressés, ils veulent tout et tout de suite.
        Les orientaux, eux ont tout le temps pour eux. Les talibans disent :
        « Les occidentaux ont la montre, et nous nous avons le temps ».

    • Frantz Fanon dit :

      Je ne suis pas d’accord, Assad ne doit pas ‘faire les réformes le plus vite possible’. Il faut au contraire mener la guerra à son but, écraser d’abord les terroristes physiquement et oublier l’opinion publique du monde occidental. Si c’était de vrais opposants, des syriens qui veulent un changement, d’accord, Charles, il fallait négocier à tout prix. Mais comme ce sont des mercenaires, rien ne se fera avec des négociations. Ils tuent parce qu’ils sont payés. Donc, où bien on finit avec eux, où bien on tue ceux qui les paient. Et comme cette deuxième voie nous amènerait directement à un affrontement directe entre l’Empire et la Russie, moi, je préfère la première voie.

    • BWANE dit :

      Sagouin, tu recours maintenant à l’usurpation du pseudo de notre ami Charles pour nous seriner ta prose indigeste et insinuante, quels que soient les procédés malhonnêtes que tu utilisera pour semer le doute et la confusion ici, nos oreilles resteront rétives à ta douce musique ensorcelante, nous reconnaîtrons cet air de charmeur du mensonge et la falsification.

      • Marie-Christine dit :

        Sagouin ! Oui !
        Et sa musique pour moi n’est pas ensorcelante !
        Nettoyage des « rats » en Syrie, nettoyage des « clones-rats » sur le site d’INFOSyrie, surtout, quand ceux-ci poussent l’abus jusquà usurper la personnalité de quelqu’un d’autre, à travers le pseudo !!! NETTOYAGE

        • roll dit :

          je vote pour le nettoyage.

        • BWANE dit :

          Chère Marie-Christine,
          bien d’accord avec vous. Quant à cette « douce musique ensorcelante », voilà, par citation interposée, ce que je voulais dire : »Quelque vingt ans plus tard, Céline, avouera cyniquement à ses lecteurs à quoi lui aura servi cette machinerie linguistique. Dans Les Entretiens avec le Professeur Y,il explique à son interlocuteur-qu’il appelle, sans raison explicite, « colonel-l’avantage particulier de sa « petite musique » : manipuler les lecteurs « ensorcelés », grâce à des « rails truqués, « biseautés », afin d’entraîner les « foules et le monde entier »là où il veut les mener. Dans les mêmes termes,au début de Voyage au bout de la nuit,c’est « derrière le colonel et sa musique » que Bardamu, le malheureux héros, ensorcelé, s’engage dans le piège de la guerre avant de s’avouer bientôt, mais trop tard, « fait comme un rat ». « Céline n’est pas Bardamu » a justement noté dès 1933 Léon Daudet. Il joue déjà de sa petite musique au service de futurs colonels, et sa forme d’écriture n’est, de son propre aveu, qu’une machine à décerveler.
          Tel aura donc été l’art de Céline : une forme d’écriture faussement innocente et consciemment manipulatrice au service d’une révolte soigneusement désarmée. On ne s’étonnera pas qu’un tel artiste ait su faire de sa propre biographie une œuvre d’art construite selon le même procédé. »
          Amitiés.

      • Dumuzi dit :

        Bof, même quelqu’un comme moi qui n’est pas aussi informé que la moyenne des infosyriens reguliers n’est pas dupe.

        De nombreuses armes ont été saisies: de quoi armer des centaines de régiments ! De nombreuses brigades terroristes, comme celle d’Al-Farouk ont été decapitées, Les « officiers » de l’ASL sont trés vieux, leurs miliciens indisciplinés à cause du manque d’homogeineité des troupes (vu qu’ils combattent chacun pour des convictions religieuses specifiques plutôt que par volonté de fedérer le pays). Enfin, L’ASL semble se cantonner aux environs des frontières libanaises et turques, sans vraiment gagner du terrain sur Damas et Alep. Au pire, je dis bien au pire, quelques groupes garderont de rares fiefs dans les lieux les plus difficilement accessibles.

    • chb dit :

      Non, la victoire n’est pas du tout aux occidentaux. Si France24 acclame un « accord sur la transition », celui-ci n’est absolument pas contraignant. Il ne témoigne que de la continuité de la position russe et de son succès. Cf en vidéo la spécialiste A. Charrier, en milieu de page de http://www.france24.com/fr/20120630-groupe-action-accord-geneve-transition-politique-syrie-gouvernement-union-nationale-regime-bachar-al-assad-kofi-annan?ns_campaign=editorial&ns_source=RSS_public&ns_mchannel=RSS&ns_fee=0&ns_linkname=20120630_groupe_action_accord_geneve_transition_politique, ou la sale gueule d’un opposant hébergé dans un camp en Turquie.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      @Charles dit :

      1-Réformes
      « Assad doit tout faire pour faire les réformes le plus vite possible(chose que je juge qu’il n’a pas fait). »

      Connaissez-vous un seul pays qui a fait des réformes pendant qu’il est victime d’une subversion sanguinaire, féroce, armée et financée de l’étranger, soutenue de façon éhontée, par une ratatouille (pardon à mes amis de la Côte, qui font de si bonnes ratatouilles) vénéneuse de Démocraties-Tartuffes, de Wahhabitocraties sexobsédées, de Nostalgicottomanistan, de Qatarrhée dollarâtre et infectieuse, d’Expansionnistes Sionistes au gésier insatiable ?

      Qui gouverne, réellement aux Etats-Unis ?

      Quelle différence de politique y a-t-il entre celle de YouYou (George Double-You Bush-er) et celle d’Oh!Bama ?
      Aucune, en politique impérialiste étrangère, et imperceptible, en politique nationale.
      Parce que les vrais maîtres, ceux qui manipulent cette démocratie, imposent aux candidats la même politique impérialiste et ultra-sioniste.
      Et les urnes ne sont là que pour départager les pro et les ultra-pro, de la même politique favorable à Israël.

      Où est donc la libre détermination des citoyens dans ces démocraties de surface.

      En France, la Cinquième République s’est dotée de l’Article 16.
      Les multiples modifications de la Constitution ont toujours laissé intact cet Article de Salut Public : En cas de troubles graves, le Président de la République se saisit de tous les pouvoirs (après consultatiosn etc…).

      Bachar AlAssad a mis fin à l’état d’urgence, et, autant que possible, il amnistie les citoyens fourvoyés innocents de crimes de sang.

      Ceux qui jugent les réformes insuffisantes, devraient exprimer leurs propositions clairement.
      Bien sûr, il faut poursuivre ce qui a été fait. Mais les acquis sont importants.

      Il demeure que la PRIORITE absolue est d’obtenir la fin des violences ; et, sachant qui sont les « contestataires », et ce qu’ils font, les pouvoirs publics légitimes de Syrie n’ont pas d’autre choix que l’éradication de ces énergumènes.

      Pendant ce temps, nous voyons les Tartuffes-Amis-de-la-Syrie, jouer une nouvelle tragédie, le « Rouge » et le « Noir » :

      Pour drainer, à flot, le brut-noir du Moyen-Orient, vers leurs « raffineries », ils font couler à flot le sang rouge des citoyens de Syrie.

      Faire couler le Rouge, pour obtenir du Noir.

      Et l’Union Européenne croit, qu’en faisant hurler par tous ses politicards, l’Hymne à la joie de Beethoven, elle rendra inaudibles les cris d’agonie des victimes des monstres qu’elle et les Ultra-Sionistes-Assasssins acheminent vers la Syrie.

      2-Coup d’Etat :

      « Depuis au moin 2005, il y’a des menaces de coups d’état de l’interne du régime. »

      La Syrie est l’objet de mesures hostiles de la part des Etats-Unis, surtout depuis Clinton.

      YouYou (George Double-You Bush-er) avait inscrit la Syrie dans un catalogue de sorcier, dit Axe du Mal. Le personnage, sans doute, avait de belles fréquentations, en matière de Malin.

      La destruction de l’Irak devait être suivie de celle de la Syrie.

      Dans cette situation, les soldats de Syrie pouvaient-ils, par un coup d’Etat, exécuter les basses besognes de YouYou ?

      L’assassinat de Rafiq Hariri (dont Israël, est, à l’évidence le commanditaire et le bénéficiaire), attribué instantanément, avec faux témoins rémunérés, à la Syrie, fut la belle occasion pour YouYou (acoquiné depuis quelques mois avec Jacques Chirac, l’ami intime du Rafiq Hariri, celui-ci élevé au rang de« martyr ») d’obtenir le retrait des forces armées syriennes du Liban, venues avec l’accord de la Répuiblique Libanaise (sans exiger qu’il en soit ainsi d’Israël).

      C’est ce qui a permis l’introduction progressive d’agents des Ultra-Sionistes-Associés et d’armes en Syrie.

      Dans cette situation, les soldats de Syrie pouvaient-ils, par un coup d’Etat, exécuter les basses besognes de YouYou ?

      Et maintenant que les Syriens voient la conjuration impitoyable qui aspire à anéantir leur pays, est-il imaginable que les soldats de Syrie veuillent exécuter, par un coup d’Etat, les basses besognes de l’héritier de YouYou ?

      Je doute, personnellement que ces soldats trahissent leur pays en trahissant Bachar AlAssad.

      J’espère seulement qu’un coup d’éclat adviendra : la mise hors d’état de nuire des terroristes stipendiés des « Tartuffes-Amis-de-la-Syrie »

    • BWANE dit :

      Cher Mohamed, vous vous trompez ! Ce Le Brun, n’est qu’une sorte de pseudo-chemise brune, et n’ a rien à voir avec notre Charles.

  2. Gallus dit :

    Vous dites en parlant d’un groupe d’insurgés: « Soit il s’assoit enfin, cédant aux pressions ses « employeurs » occidentaux, turcs et arabes, à la table des négociations, et ce faisant il se coupe de radicaux islamistes et des groupes armés ». Là je me permets de vous dire que vous péchez par optimisme. Vous raisonnez comme si la volonté de paix et de démocratie des occidentaux était sincère. Avez-vous oublié ce que recherchent les occidentaux? D’abord le chaos défini par Oded Yllon et tous ses suiveurs néoconservateurs qui continuent sous Obama ce qu’ils faisaient sous Bush (comme Fabius succède à Juppé). Chaos qui laisse les mains libres à Israël. Ensuite l’affaiblissement de l’Iran et derrière lui, de la Russie et de la Chine. En bref, si des opposants honnêtes acceptaient de coopérer avec le président syrien dans l’optique de rendre pluraliste le gouvernement, ils deviendraient ipso facto les ennemis des USA, et les islamistes seraient subventionnés de plus belle pour les assassiner. La seule chose qui pourrait inciter Washington à réduire la pression serait un signe venant de Riyadh ou de Jérusalem.

    • Marie-Christine dit :

      Je ne vous suis pas… Encore une usurpation d’identité ?

      • Gallus dit :

        Non, Marie-Christine, je ne m’usurpe pas moi-même. Mais puisque vous me jugez obscur, ce que j’écrivais peut se conclure ainsi: si Bachar veut ramener la paix, il doit d’abord priver l’insurrection armée et ses sicaires de tout espoir. Et donc l’éradiquer.

        • Marie-Christine dit :

          Bon, hé bien dit comme cela, je suis d’accord avec vous.
          Ravie Gallus d’avoir à faire à vous-même ! L’épisode Charle(s) m’avais un peu déboussolée…

    • chb dit :

      Je suis assez d’accord avec Gallus : l’objectif affiché de la réunion de Genève était en fait déjà atteint par B. al Assad, puisque ce dernier a intégré à son récent gouvernement deux membres de l’opposition pacifique. Les « Amis de la Syrie », qui ont l’habitude de ne pas comprendre la démocratie quand ils ne la font pas eux-mêmes… ne s’en sont pas aperçus. Cela prouve bien que leur agenda est tout différent : le chaos « créatif », la misère pour le peuple, et la spoliation.
      D’ailleurs, la communauté internationale s’est-elle saisie des massacres à Bahreïn, à Gaza ou au Congo ?
      A-t-elle relevé que les sanctions et blocus contre Cuba, l’Iran de Gaza (encore!) sont meurtriers aussi ?
      Pense-t-elle à adoucir les privations de peuples (notamment européens!) obligés de payer des milliards en agios injustes ?
      Quant aux « signes de Riyadh ou Jérusalem », ils ne viendront que si Washington les demande : on peut toujours attendre.

    • chb dit :

      Je suis assez d’accord avec Gallus : l’objectif affiché de la réunion de Genève était en fait atteint puisque B. al Assad a déjà intégré à son récent gouvernement deux membres de l’opposition pacifique. Les «Friends of Syria», qui ont l’habitude de ne pas comprendre la démocratie quand ils ne l’orientent pas eux-mêmes… ne s’en sont pas aperçus. Cela prouve bien que leur agenda est tout différent : le chaos «créatif», la misère pour le peuple, et la spoliation.
      D’ailleurs, la communauté internationale s’est-elle saisie des massacres à Bahreïn, à Gaza ou au Congo ?
      A-t-elle relevé que les sanctions et blocus contre Cuba, l’Iran ou Gaza (encore!) sont meurtriers aussi ?
      Pense-t-elle à adoucir les privations de peuples (notamment européens!) obligés de payer des milliards en agios injustes ?
      Quant aux « signes de Riyadh ou Jérusalem », ils ne viendront que si Washington les demande : on peut toujours attendre.

  3. Souriya ya habibati dit :

    Alors ça avait commencé que la vielle chouette disait vouloir bouder la réunion de Genève, pour ensuite faire une petite escale à St. Petersbourg ET finir par gagner Genève comme un toutou.. y exhaler sa mauvaise haleine.. de DEPIT dirions-nous; elle s’y connaît un peu en matière de dépit.. avec les cigares parfumés de son époux.. pour finir sa carrière diplo.. sous la dictée du « mâle dominant ».. Itinéraire glorieux…est le moins que l’on puisse dire.

    Très beau cliché.. enfin, je parle de Sergueï admirant la splendeur de Saint PETERSBOURG.

    « Et moi je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux. Ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux » (Mt XVI,18-19).

    Allah est Grand

    • lafleuriel dit :

      Please une fois de plus plus d’animaux à comparer à cette humanoïde US d’origine ! Aucun animal (j’ai entendu hyène) ne se conduit avec autant de malignité vices et etc…Ce clone de bush fabriqué de toutes pièces n’est que parce que derrière ce robot s’activent toutes les mafias militaro-banquières et trafics en tout genre et en tout temps ! Par leur puissance prédatrice et destructrice, elles mènent encore le monde mais espérons que c’est pour peu de temps encore;..je ne sais où se trouvent les peuples qui quand ils ont une petite idée de la politique internationale apprécient son action encore sans poussée de boutons fièvreux.
      A par cela, et dans le même temps, nous avons appris par nos médias aux ordres et -sans commentaire critique de leur part- que les Israéliens les Américains sont furieux de ce que l’Unesco se soit aller à une politisation honteuse (sic) en ayant inscrit à la demande des Palestiniens l’Eglise de la Nativité au patrimoine mondial ! Qaund on a unpeu traîné à l’UNESCO, et observé les ma

    • lafleuriel dit :

      Please une fois de plus plus d’animaux à comparer à cette humanoïde US d’origine ! Aucun animal (j’ai entendu hyène) ne se conduit avec autant de malignité vices et etc…Ce clone de bush fabriqué de toutes pièces n’est que parce que derrière ce robot s’activent toutes les mafias militaro-banquières et trafics en tout genre et en tout temps ! Par leur puissance prédatrice et destructrice, elles mènent encore le monde mais espérons que c’est pour peu de temps encore;..je ne sais où se trouvent les peuples qui quand ils ont une petite idée de la politique internationale apprécient son action encore sans poussée de boutons fièvreux.
      A par cela, et dans le même temps, nous avons appris par nos médias aux ordres et -sans commentaire critique de leur part- que les Israéliens les Américains sont furieux de ce que l’Unesco se soit laissée aller à une politisation honteuse (sic) en ayant inscrit à la demande des Palestiniens l’Eglise de la Nativité au patrimoine mondial ! Quand on a un peu traîné à l’UNESCO observé les sempiternelles et éhontées manigances des deux « un et autre » et des autres, on ne peut non en rire mais avoir envie d’hurler !
      Autre info : Notre cher président Fraise Tacada a tenu à rappeler à la mort de Shamir la très forte personnalité de l’homme sans doute très apprécié aussi par les Palestiniens qui ont du sans aucun doute fondre en larmes à l’annonce de ce décès !
      Autre info enfin que je laisse à l’appréciation des commentateurs :
      le directeur de la société productrice de confitures de fraises de la marque tacada vient de déclarer que de réunion de Genève ressortait que B?Assad devait partir. Mais que je ne lise pas ici qu’il n’est que le perroquet branché sur Clinton, son clone favori ! les perroquets n’ont rien à voir avec ce monsieur;je crois d’ailleurs que c’est chez lui que DSK en bisbille avec sa pauvre femme s’est installé dans le 16e à moins que ce soit chez BHL.

      Et enfin notre chère Basma Kodmani elle aussi s’exprime ! Elle, elle a trouvé un job au CNS à temps complet !C’est un CDD ou CDI on ne sait !

      • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

        La Basma Kodmani n’aura aucun problème pour être rémunérée.

        La Basmakodmania fait fureur dans les grandes salles de réunion de la CIA, du MAUSSADE, et les salons dorés du Quai d’Orsay.

        C’est fou ce que l’on y apprécie son sourire (*)qu’elle veut voluptueux quand elle est, en particulier, en compagnie de journalistes Extrêmes-Ultra-Sionistes.

        Les Euros et les Dollars, volés aux épargnants du monde entier, permettront de la rémunérer zémiroyalement aussi longtemps qu’elle leur sera utile.

        « Basma », en arabe, veut dire « sourire ».
        Folle faire !

  4. Véritéoblige dit :

    Je me rallie à Louis Denghien et me réjouis de voir qu’Hitlery Clinton
    a trouvé « son maître » dans la personne de Sergueï Lavrov.
    La représentante de l’Empire doit être fumasse!
    Personnellement je jubile car je n’oublie pas sa réaction
    à l’annonce de la mort (assassinat) de Kadhafi.
    Pour moi l’accord de Genève représente une petite victoire qui
    j’espère va aller en grandissant: l’Occident est confronté à son
    impuissance.

    • سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

      La réaction de ces bonnes âmes « Tartuffes-Amis-de-la-Syrie » est drôle :

      N’est-il pas vrai qu’ils se sont dit, mezzo voce :

      « Ah ! que nous sommes cons ! mais comme nous le sommes tous ensemble, nous sommes contents ! ».

      Aucune média n’a relayé cette scène rigolote.

  5. kegan dit :

    Un article tres exhaustif, passionnant / confidences d’une source française tres bien informés des coulisses internationales
    C’est tres long et c’est en arabe; seul un Mohammed Ouadi pourrait se lancer dans la traduction, dsl..

    http://www.arabi-press.com/?page=article&id=41147

    • Maurcich dit :

      C’est dommage.

      Il y a possibilité d’une traduction ?

      • salam dit :

        Propos inquiétants d’une source française : Bashar reste et l’occupation américaine de la Syrie va cesser.
        Le parleur possède une trentaine d’années d’expérience dans le domaine du renseignement et de la sécurité. C’est un officier des renseignements français à la retraite qui déteste le régime syrien mais qui est conscient grâce à son expérience que les opposants takfiristes sont plus un danger pour le monde que le régime qu’il considère dictatorial. La source est le président d’un centre d’études dans la capitale française qui a requis l’anonymat pour s’adresser à nous librement.
        Cet homme a travaillé dans le bureau d’un premier ministre lorsqu’en France celui-ci avait des pouvoirs au niveau de la sécurité (transférés au Président). Sa visite en Syrie et le rapport sur le terrorisme qui y sévit lui ont coûté la perte de plusieurs contrats (les centres de recherches que président des hommes comme lui présentent des rapports rémunérés par des gouvernements ou de grandes sociétés). Lorsque cet homme a visité la Syrie en Septembre- Octobre derniers, il était accompagné d’une équipe d’enquêteurs de plusieurs organisations occidentales soucieuses d’aider les civiles victimes du terrorisme. Ces délégations ont dressé un rapport très important qui n’a eu aucun écho ni dans la presse internationale ni en Syrie à cause d’une négligence et d’un manque d’expérience les empêchant de tirer profit de données amassées par des experts étrangers ayant travaillé en toute neutralité (ce qui est rare) et sans parti-pris, même si à la base ils sont des ennemis du régime syrien mais leur aversion du terrorisme est encore plus fort. Leur rapport fut équilibré (ils ont condamné le gouvernement pour sa répression des manifestations pacifiques et ont condamné les terroristes parce qu’ils tuaient les civiles, combattaient l’armée et agressaient les services de sécurité).
        Dans ce rapport, beaucoup de données présentées par l’expert français sont des présages dangereux basés sur des informations recueillies auprès d’amis nombreux de Moscou, de Washington et de Damas où il a de fortes relations avec les opposants qui encouragent les gens armés mais la plus grave information est celle-ci :
        L’Amérique n’envahira pas la Syrie avec son armée mais l’envahira d’une autre façon.
        Comment ? L’ai-je questionné. Il me répondit :
        « Elle l’envahira à l’aide de mercenaires arabes des takfiristes et de leurs compagnons, des opposants syriens armés par l’étranger et entraînés par les Etats-Unis. Ils luttent selon des plans établis par des officiers américains et selon des stratégies dont le suivi est assuré par des experts américains basés à la frontière et qui s’infiltrent parfois ».
        Puis il ajouta :
        « Les Etats-Unis prêteraient-ils leurs satellites et ses moyens d’espionnages des communications militaires si cette guerre n’était pas la sienne et les soldats les siens ? »
        Il continua :
        « Les Syriens (l’armée) combattent une armée américaine dotée de tous ses moyens sauf que ses militaires n’en ont pas la nationalité »
        Pour comparer, il dit :
        « N’y a-t-il pas eu des dizaines de milliers de participants dans la guerre en Irak du côté de l’armée américaine, combattants illégaux qui ont été remerciés en obtenant la nationalité américaine ? »

      • Manant dit :

        C’est un texte très fourni en informations. Il donne le point de vue d’un officier à la retraite des Renseignements français (trente ans de service) qui a été il y a un an en Syrie pour une enquête de terrain. Il dit detester le régime dictatorial de Assad, mais redoute davantage les « takfiristes » (les djihadistes wahabites). Il rend compte de ce qui s’est passés ces dernières semaines depuis la visite d’un émissaire d’Obama à Moscou qui a précédée le sommet du G2O au Mexique, la visite de Lavrov à Téhéran, la rencontre Poutine/Obama au sommet du Mexique, le voyage de H. Clinton à Saint Petersbourg pour la préparation de la rencontre de Genève. En substance, le point de vue de l’officier français à la retraite peut se résumer ainsi :
        1- Les Etasuniens sont forts en Syrie parce qu’ils y commandent une « armée d’occupation » (estimée à 40 000 hommes dont certains ont participé à la guerre civile en Irak aux côtés des Zuniens et ont obtenu en récompense la nationalité US, et des djihadistes ayant combattu en Libye aux côtés de l’OTAN). Sans omettre ceux qui croient combattre pour des motifs purement religieux mais qui sont armés, payés et manipulés par Ryad et Doha et soutenus par pas moins de 80 pays qui sont les « mis de la Syrie », c’est-à-dire les mêmes qui sont avant tout les « amis d’Israél ». Donc, la carte US en Syrie c’est cette armée qu’elle commande.
        2- La seule carte dont disposent les Russes en Syrie c’est… Bachar Al-Assad. Moscou ne peut accepter que ce que le président syrien est disposé à accepter. L’officier français souligne au passage que Damas n’a pas particulièrement de quoi se féliciter du véto syrien qui a entrainé un arrêt de la répression des « rebelles », puis permis à ces derniers, sous couvert de « plan Annan », de gagner des positions qu’ils n’avaient pas. En suivant les conseils de Moscou, Damas a perdu du terrain.
        3- Au cours de sa visite à Téhéran, S. Lavrov s’est entendu dire ce qui suit de la part du guide suprême, c’est-à-dire le vrai pouvoir en Iran : « Il faut défendre Bachar d’abord, car c’est le seul a disposer d’une popularité à laquelle aucun autre ne peut prétendre, ni à l’intérieur du régime, ni à l’extérieur ». Quant aux dirigeants occidentaux « l’Iran a les moyens de les obliger à garder la tête froide » (sous-entendu : il peut mettre le feu dans la région). L’Iran, à la différence des Russes, souligne l’Officier à la retraite est un acteur beaucoup plus influent par sa capacité de peser par le biais du Hezbollah et de la Syrie (sur Israel notamment), sur la situation en Afghanistan, au Yémen, au Bahrein et sur le détroit d’Ormuz. En conclusion, que peuvent faire les Russes sans Bchar et sans l’Iran? Rien.
        4- Au cours de leurs contacts avec les Zuniens, ces derniers ont offert aux Russes l’arrêt de la guerre et le maintien du régime syrien en place, mais à la condition du départ d’Assad et de quelques uns de ses proches. Ils auraient demandé que le communiqué final de la conférence de Genève puisse, formellement, ne pas exprimer cette exigence, mais être suffisamment floue pour qu’elle soit présente en contenu.
        5- Enfin, selon les estimations russes, le régime d’Assad bénéficie du soutien des minorités et de 30% des sunnites. Les 70% restant se répartiraient ainsi : 20% pro-wahabites et pro-Frères musulmans et 50% sont neutres et se rangeraient aux côtés de la partie qui assurera la paix et la sécurité.
        Voila, pour l’essentiel, ce que j’ai retenu d’une première lecture.
        Bien à vous

    • BWANE dit :

      Cet article ne vaut pas la peine d’être traduit, et pas seulement pour des raisons littéraires.

    • Mohamed Ouadi dit :

      Bonjour Kegan,
      A défaut d’une traduction integrale, en voilà un CR pour nos amis francophones :

      L’article s’intitule « Al Assad reste et l’occupation étasunienne à la disparition !

      L’interlocuteur a 30 ans d’expérience dans les renseignements et la sécurité, officier en retraite des renseignements français, hostile au régime syrien, mais par son expérience sait que les extrémistes takfiristes sont plus dangereux, pour le monde, que le régime qu’il considère comme dictatorial. Il s’agit du président d’un centre des études, dans la capitale française, qui a préféré garder l’anonymat.
      L’officier retraité a travaillé dans le bureau d’un chef de gouvernement français, avant que ce dernier ne perde ses pouvoirs de sécurité récupérés par le président de la république. Sa visite en Syrie et son rapport sur le terrorisme lui a coûté la perte de beaucoup de contrats, avec des gouvernements et des grandes entreprises.
      Le résultat de sa visite en Syrie, accompagné d’une équipe d’enquêteurs de plusieurs organisations arabes s’intéressant à l’assistance des civils victimes du terrorisme, a été un rapport très intéressant, qui n’a pas trouvé son chemin vers les médias, même en Syrie, à cause de la négligence et du manque d’expérience dans l’exploitation des données récoltées par des étrangers qui ont travaillé dans la neutralité et sans parti pris, même s’ils sont hostiles au régime. Etant donné l’hostilité de ces enquêteurs aux terroristes, leur rapport est très équilibré, ils condamnent les deux parties pour leurs exactions.
      La source tire ses informations de ses larges relations à Moscou, Washington et Damas, où il a des relations étroites avec des opposants qui soutiennent les hommes armés, et l’une des choses les plus graves qu’il a révélé est que :
      - Les Etats-Unis occupent la Syrie, autrement, par des mercenaires arabes takfiristes, et leurs « collègues » syriens qui ont portés les armes qu’ils ont obtenus par un financement étranger et un entraînement étasunien, et selon des plans établis par des officiers américains, et selon une stratégie suivie et supervisée par des experts étasuniens, qui se trouvent sur les frontières syriennes, et qui s’infiltrent parfois en Syrie.
      - Les Etas unis se servent-ils de leurs satellites et de leur système international d’espionnage à l’écoute des transmissions de l’armée syrienne si la guerre n’est pas la LEUR, et l’armée combattante la LEUR ?
      - L’armée syrienne combat une armée américaine, en bonne et du forme, à part que de nouveaux soldats n’ont pas encore acquis la nationalité américaine !
      - A titre de comparaison, n’y avait-il pas eu des dizaines de milliers de participants à la guerre de l’Irak, dans les rangs de l’armée américaine parmi les émigrés clandestins qui ont eu la nationalité américaine seulement parce qu’ils ont combattu dans l’armée américaine, en Irak ?

      L’auteur de l’article a, par la suite traité de la question de la conférence de Genève, et des tractations entre les acteurs principaux que sont Washington et Moscou, et évoque la réalité suivante INCONTOURNABLE :
      Les Etats-Unis exploitent les terroristes, à l’intérieur de la Syrie, pour améliorer leurs conditions de négociations centrées sur le départ d’Al Assad et de son entourage !
      Mais, si Washington peut décider à la place de l’opposition syrienne, la Russie ne peut accepter que ce qu’accepte le président Bachar Al Assad, qui a fait preuve vis-à-vis de ses alliés russes, de bonnes volonté par l’acceptation du déploiement des missions des observateurs arabes, dans un premier temps, et des observateurs onusiens, présentement, qui ont servi de couverture pour l’organisation et du déploiement des hommes armés, que l’armée syrienne combat et dont les coups durs reçus ont atteints les couloirs de Genève ….

      Voilà pour ce que je pense être l’essentiel de l’article d’Arabi Press, pour nos amis infosyriens, quant au rapport auquel l’allusion a été faîte, je crois qu’il s’agit du rapport intitulé « Syrie : une libanisation fabriquée », compte rendu de mission d’évaluation auprès des protagonistes de la crise syrienne, dont voici le lien :

      http://fr.scribd.com/doc/81489543/Syrie-une-libanisation-fabriquee-CF2R-Ciret-AVT-2012

  6. Souriya ya habibati dit :

    Concernant le majlis Istanbul (cns pour les intimes), il faut voir ce qu’en disent les autres opposants, en préparant la réunion qui se tiendra bientôt au Caire avec 200 participants; l’un de ces opposants très courus chez les Occidentaux en tant qu’intellectuel, ayant subi les rigueurs du régime, (chez les Syriens anciens compagnons de route dans l’opposition, il passe pour un psychopathe..)s’est fendu d’un texte, dans un journal arabe datant d’hier, qui n’est autre qu’une ORAISON FUNEBRE du FEU majlis Istanbul.. La réunion du Caire leur permettra de mettre les points sur les i.

    Allah est Grand.

  7. saladin dit :

    Je suis d’accord avec la lecture de Louis Denghien, l’accord de Genève permet au mieux aux américains de sauver la face. C’est incontestable les russes et les chinois ont imposé leur résolution.Le temps joue desormais contre les bandes armées .Ils doivent négocier et se laisser désarmer,sinon l’accord politique ne pourra pas aboutir. les opposants armés auront des soucis à se faire s’il ne coopèrent pas ou alors on se dirige vers une grande déflagration régionale aux conséquences incalculables.

  8. l'ingenue dit :

    Cette Cocu Hillary Clinton SE fout décidément de la gueule du monde .En effet d’un coté elle signe que c’est aux syriens eux même de décider de leurs sort sans ingérences extérieurs et d’un autre coté elle appelle au départ d’ASSAD c’est à dire qu’elle décide à la place des syriens drôle de diplomatie…….

    • Marie-Christine dit :

      Eh ! Quand on a toujours été l’Arrogante en chef, difficile de s’en départir… Et puis, n’oubliez pas, plus que le porte-parole des USA, elle est d’abord celui d’Israël, des sionistes.

  9. Labaykyabashar dit :

    Pour venir à bout des rats et des complots il faudrait une mobilisation générale de la population et de l armée c est le seul moyens de résiste et de gagne la guerre . C est un devoir religieux et citoyens on pourrait l appelé le jihad pour sauver notre la Syrie ex le sud liban

    • Frantz Fanon dit :

      Je suis entièrement d’accord avec ces conclusions!

    • Djazaïri dit :

      A mon humble avis, il faut une mobilisation populaire et éventuellement comme lors de la guerre d’Espagne, accepter l’aide de brigades internationales.

      • chb dit :

        «  comme lors de la guerre d’Espagne » ? Tu te fais un film, là, Algérien, avec Erdogan et Obama partageant (avec d’autres) le rôle de Hitler ?
        Mais les brigades internationales sont déjà sur place, pour « aider la révolution »!!! (sauf qu’elles sont sponsorisées par le golf et l’otan). Ajouter des bandes armées là dedans, bof… L’option nettoyage me semble plus crédible menée par les syriens eux-mêmes, pourvu que s’arrête le flot d’armes, d’argent et de mercenaires vers les « opposants ».
        Et pour y aider, ici plutôt qu’à Damas, on doit convaincre nos voisins, nos députés, et finalement notre gouvernement, de changer de politique. Gros boulot aussi, mais qui aiderait bien à renverser cette pression internationale bâtie sur des mensonges médiatiques. Quitte à aller ensuite en Syrie tranquilou, pour y fêter la victoire, et relancer un peu l’activité tourisme au passage.
        Je suggère à cet effet que les animateurs d’InfoSyrie nous mettent de côté, dans une nouvelle section du site, des tracts, et des lettres pour journalistes et députés… dès qu’ils auront le temps !

      • Marie-Christine dit :

        Je suis plutôt du même avis que chb !

  10. madrid dit :

    Bonjour
    Je pense qu´il faut rester tres vigilent face aux US et ces enfoires de Ben Saoud et compagnie.
    J espere que l Armee Arabe Syrienne ne baisse pas la garde en ces temps de disettes entre grandes puissances, il faut poursuivre le neottoyage du pays de ces bandes armees.
    C est le devoir de chaque syrien de denoncer et de lutter contre ceux qui ont fait couler le sang.

    Il y a un proverbe Syrien qui dit a peu pres ceci :
    je peux ne pas etre en accord avec mon frere et de ce fait je peux etre contre mon frere, mais je suis solidaire avec mon frere contre le cousin, moi, mon frere et mon cousin, sommes tous solidaires contre l etranger.
    Moralite : le probleme entre syriens doit se resoudre entre syrien, sans aucune ingererance exterieure.
    C est au peuple syrien de condammner les meurtriers, les traitres et pardonner ceux qui, naivement ou involontairement, ont fait du mal sans avoir du sang sur les mains.

  11. Léonce dit :

    Bravo la Russie, bravo la Chine,et Bravo la Syrie et les syriens qui aiment vraiment leur pays. La communauté internationale nous a trop longtemps pris pour des imbéciles. C’est vrai que la Chine et la Russie se reveille un peu tard sinon la duplicité de la communauté internationale aurait pris fin deuis le cas ivoirien et Lybien. Mieux vaut tard que jamais.

  12. MALJA dit :

    Connaissant la finesse politique de mes amis syriens, je ne serais pas étonné d’apprendre que les élections présidentielles ne vont pas tarder Ainsi ils cloueront définitivement le bec aux perroquets européens a l’aigle déplumé américain et a son maitre israélien. je me demande quand même ce que notre ami Poutine a bien pu dire Bennette a yaourt pour l’entretenir 1 heure de plus que prévue. Doit être dur de la feuille le pauvre Ben a force de recevoir des baffes.
    Quand au roitelet voisin il a du lui donner le nouveau sens du vent pour qu’il suive sa girouette.

  13. claudia dit :

    LA C.I.A. RECONNAÎT SON ÉCHEC EN SYRIE!

    Dans un rapport classifié dont une copie est parvenue aux médias, la CIA reconnaît avoir du mal à déloger Assad du pouvoir.

    Il est très difficile de provoquer la chute du gouvernement dans la mesure où aucune dissention n’apparaît au sein du pouvoir, dit le rapport. Les services secrets américains se sentent même frustrés de constater l’échec de leurs efforts destinés à diviser l’Etat et à renverser le régime.

    L’entourage d’Assad reste extrêmement soudé autour de sa personne et les militaires lui sont fidèles, note le rapport qui fait toutefois état de la présence des agents de la CIA sur les frontières syro-turques et de leurs efforts censés collecter davantage d’informations sur les militaires syriens et leurs « sensibilités ».

    (IRIB)

  14. bodobodo dit :

    malgré tout cela ,l’ordure Fabius n a rien compris

  15. Nina dit :

    une note d’espoir – croyons-y

  16. Djazaïri dit :

    à Mr Fabius,
    Mr en tant que citoyen français, je suis étonné par vos déclarations va-t-en guerre contre la Syrie.
    Que je sache, nous ne sommes pas en guerre contre ce pays.
    Serait-ce BHL qui vous chuchote à l’oreille?

  17. MC dit :

    Citation de MARK TWAIN
    The Innocent Abroad (1867)

    « L’histoire ancienne de Damas est voilée dans les brumes d’une antiquité vénérable. Si on laisse de côté les onze
    premiers chapitres de l’Ancien Testament, aucun événement connu et avéré n’a eu lieu sans que Damas n’ait été là
    pour en prendre connaissance. Remontez aussi loin que vous voudrez dans le vague passé, vous trouverez toujours
    Damas. Dans les écrits de chaque siècle, sur près de 400 ans, son nom est mentionné et ses louanges chantées. Pour
    Damas, les années ne sont qu’instants, les décades, bagatelles pour remplir le temps. Elle le mesure non en jours, en mois
    et en années, mais par les empires qu’elle a vu naître, prospérer et s’écrouler. Elle est un modèle d’immortalité. Elle a
    vu poser les fondations de Baalbek, de Thèbes et d’Éphèse; elle a vu leurs villages se développer en villes puissantes et
    étonner le monde par leur grandeur, et elle a vécu pour les voir désertées, dévastées et abandonnées aux hiboux et aux
    chauves-souris. Elle a vu le Royaume d’Israël glorieux, elle l’a vu anéanti. Elle a vu la Grèce s’élever, briller durant deux
    mille ans et mourir. Dans sa vieillesse, elle a vu Rome s’édifier, elle l’a vue éclipser le monde par sa puissance i elle l’a
    vue périr. Pour Damas, l’aïeule, les quelques siècles de puissance et de splendeur de Gênes et de Venise ne furent qu’un
    scintillement éphémère qui méritait à peine que l’on s’en souvînt. Damas a vu tout ce qui est advenu sur terre et elle vit
    encore. Elle a jeté son regard sur les os desséchés de milliers d’empires et elle verra les tombes de mille autres avant de
    succomber. Bien qu’une autre ville revendique l’appellation, Damas est, à juste titre, la ville éternelle. »

    On espère que bientôt elle jetera son regard sur les os desséchés de l’empire occidental (US, Israel, Europe)…

  18. Joseph Cotton dit :

    Les américains se désintéressent de la Syrie. C’est clair.
    La Syrie est affaiblie et ne pourra pas de sitot montrer ses dents. Le Hezbollah ne devra plus compter elle. Le Hamas a maintenant une bonne addresse: L’Egypte des Frères Musulmans et l’Iran doit urgemment gérer sa crise économique.
    La Syrie de Bashar El Assad n’étant pas une puissance pétrolière, elle ne presente plus aucun interet pour les USA et n’est plus danger à court et moyen terme pour Israel si la stabilité revient dans le pays.
    Par contre les bandes de plus en plus armées, les revendications ouvertement islamistes de l’opposition sont maintenant le vrai danger immédiat pour Israel, la Jordanie, l’Irak et le Liban.
    Les USA et l’UE digèrent mal la montée islamiste en Egypte et préfère éviter que la Syrie ne suive la même voie
    La priorité immédiate des grandes puissances est donc de rétablir l’ordre en Syrie, quitte à garder le régime en place.
    Les USA ont laissé cette tache ingrate à la Russie après s’etre assurés que celle-ci empêchera la montée des islmamites et fera bien comprendre à Bashar Al Assad que son rôle proéminent sans la ‘résistance palestinienne’ avec le Hezbollah et le Hamas est désormais terminé et que ses rapports avec l’Iran devraient se limiter à des échanges commerciaux, puisque c’est la Russie qui a défendu le régime et compte en tirer une exclusivité dans l’armement et la diplomatie.

    L’opposition est donc bel et bien lâchée, punie de n’avoir pas su s’unir à temps.
    La Russie mène le jeu maintenant et cela ne sera pas un jeu d’enfant.

  19. MC dit :

    Cette analyse ne tient pas la route. Les mouvements politiques fondamentalistes sont des créations directement ou via l’Arabie Séoudite et les pays du Golfe, des Occidentaux et d’Israel. Ils ont toujours joué le rôle qui était attendu d’eux et ce n’est pas utile de revenir sur l’histoire (lire « Devil’s Game » de R. Dreyfuss).
    Ce n’est sûrement pas les islamistes egyptiens qui gèneront les occidentaux et Israel, loin de là. Alors qu’ils avaient très peu fait lors de la révolte en Egypte en 2011, ils ont pris le train en marche, pour mieux le piloter. Ils ont été mis en place par les Occidentaux, Israel et leur alliés locaux pour leur rendre service. Et comme d’habitude, ils auront aussi à jouer leur rôle d’épouvantail.
    Votre raisonnement a déjà été servi plus d’une fois pour faire croire que le gouvernement syrien est un allié de l’occident contre les fondamentalistes, qui en seraient soi-disant opposés. C’est cheap et du déjà vu…

    • dragon des mers dit :

      Je pense qu’Israël et consort laissent les islamistes prendre le pouvoir dans divers pays pour pouvoir avoir une menace « crédible » et relancer avec une incroyable violence la guerre contre la terreur. Une fois l’ennemi islamiste « établi », il sera dératisé avec des armes d’une rare puissance. Je pense que de leurs côtés les islamistes veulent profiter de « l’aide » atlanto-sioniste et s’armer au maximum pour après éventuellement se retourner contre leurs « parrains ». Un odieux de dupes dans lequel les islamistes seront les dindons de la farce puisque leurs « parrains » savent tout d’eux et sans doute comment les déstabiliser et les détruire. C’est une gigantesque partie d’échecs entre le bloc atlanto-sioniste et les « non-alignés » pour voir à quoi ressemblera le monde de demain. Et franchement je ne suis pas rassuré.

  20. Marie-Christine dit :

    Je viens de recevoir ce texte dans ma boîte de courriel : que les « opposants » soient hostiles à l’accord de Genève est plutôt bon signe et ne nous étonne guère…, mais la presse officielle syrienne ?
    C’est pas très clair…
    Demain éclaircissements ?
    Car pour moi maintenant, c’est le couvre-feu.
    Bonne nuit à tous.

    La presse officielle et des opposants s’accordent sur l’échec de Genève

    Les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain, ont estimé que les « tournures obscures » employées dans l’accord permettaient au régime « de jouer avec le temps pour réprimer le mouvement de révolution populaire et le faire taire par la violence et les massacres ».

    « La communauté internationale a une fois de plus échoué à adopter une position commune pour faire cesser les crimes du régime d’Assad », ont insisté les LCC dans leur communiqué.

    La presse officielle syrienne a elle aussi parlé d’ »échec ». « La réunion du Groupe d’action sur la Syrie à Genève hier ressemblait à une réunion élargie du Conseil de sécurité de l’ONU, où les positions des participants sont restées les mêmes », selon le journal du parti au pouvoir, al-Baas.

    « Aucun règlement de la crise n’aboutira s’il n’est pas basé sur l’avis du peuple syrien, source de la légalité. Les Syriens sont capables d’engager un dialogue national où il n’y a pas de place pour les pays voisins et les autres pays plus lointains, en particulier ceux qui incitent à tuer les Syriens », insiste un éditorial du journal.

    (1er juillet 2012 – Avec les agences de presse)

  21. dragon des mers dit :

    Personnellement je ne fais pas confiance aux russes non plus et encore moins aux chinois mais eux au moins sont moins salauds et comédiens que ces sagouins de dirigeants occidentaux. Mais je ne suis pas aussi naïf qu’un de mes proches qui pense qu’il vaut mieux traiter avec les étasuniens et affidés qu’avec les autres. Je lui ai rappelé au passage les odieuses prisons que sont Guantanamo et Abu Ghraïb sans compter celles que l’on ne connaît même pas. Je lui ai aussi rappelé comment les atlanto-sionistes ont traité leurs anciens alliés que sont les Moubarak, Saddam Hussein, Ben Ali, Mobutu et bien d’autres. Tous ces dirigeants ne sont que « des outils que l’on jette après usage », je pense que les dirigeants quataris, Saoudiens et autres feraient mieux de s’en souvenir.
    Le but du jeu est à mon avis la domination mondiale qui passe donc par le contrôle des ressources énergétiques non seulement en Afrique (Lybie, Mali, Soudan, Côte d’Ivoire, Somalie, RDC et bientôt sans doute Algérie) mais aussi Moyen-Orient (Iraq,afghanistan,Syrie et bientôt sans doute Iran). Personnellement je garde la tête froide et j’espère que le peuple syrien pourra s’en sortir même si j’ai l’intime conviction qu’il est victime de plans et de conspirations qui dépassent son entendement. Je ne crois pas que le bloc atlanto-sioniste renoncera à ses visées car il n’a pas le choix idem pour le bloc russe et consort. Je crains que nous allions dans un crescendo pour l’horreur et à mon humble avis dans une dizaine d’années le monde ne sera pas beau à regarder.
    Tout ce qui m’insupporte dans cette affaire c’est l’odieuse hypocrisie du toutou Anan ! Au moins la harpie Clinton montre ce qu’elle est une vieille frustrée et pleine de haine et de mépris pour le genre humain. Ce qui m’agace aussi c’est l’incroyable naïveté de certains qui croient encore tout ce que les médias mainstream leur servent comme mensonges. Qu’au moins ils prennent du recul et croisent les informations mais c’est sans doute trop leur demander ! J’ai une tante qui croyait aveuglément la propagande officielle comme quoi Bashar pris d’une folie subite massacrait son peuple. On lui a fait comprendre que c’était une guerre entre 2 blocs et que le peuple syrien était victime de cela. Et que si monstre il y avait ça nous étonnerait que ce soit Bashar qui a en plus désespérément essayé de montrer patte blanche ce qui lui a coûté cher. Mais le but était de la (ma tante) faire sortir du schéma simpliste dans lequel elle était. Et c’est amusant ça beaucoup refusent d’accepter un schéma plus complexe que ce que les médias leur disent ! On a l’impression qu’ils ont peur de réfléchir ou de voir combien le monde est odieux et comment les « champions de la démocratie » sont des monstres sournois et diaboliques. Ils se réveilleront bien vite et comprendront que le diable a souvent la manie de se déguiser en ange de lumière !

  22. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    France-Bahrein et France-Syrie :

    C’est en trahison des idéaux de la République Française qu’agissent les patrons successifs du Quai d’Orsay, JuppéUn et Faubis-Dit-Juppé-Deux.
    (Et Valéro-Zéro)
    1-Bahrein

    Sur le site du Quai d’Orsay :
    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo/bahrein/la-france-et-bahrein/evenements-4454/article/bahrein-montee-des-tensions-13-04

    « Bahreïn – Montée des tensions (13 avril 2012)
    « La France est préoccupée par la montée des violences qui sont survenues dans diverses localités ces derniers jours. Le recours à la violence, d’où quelle vienne, ne peut constituer une solution, et doit être rejeté par toutes les parties. »
    « A cet égard, nous condamnons l’attentat perpétré contre des policiers, le 9 avril dans le village d’Aker, qui a fait sept blessés graves parmi eux. Il importe que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cette attaque. »
    « Nous appelons également les autorités bahreïniennes à proscrire l’usage excessif de la force et en particulier à éviter tout usage inapproprié de gaz lacrymogènes contre les manifestants. »
    « Les voies d’un dialogue politique rassemblant toutes les parties doivent être recherchées en vue d’un apaisement et d’une réconciliation durables. »

    Ainsi, à Bahrein, on constate :
    La France condamne la violence contre des policiers.
    La France critique l’usage excessif de la force par le pouvoir.
    Pas un mot des troupes saoudiennes.
    Pas un mot sur le nombre de victimes, toutes civiles et sans armes parmi les contestataires.
    Bien sûr, on n’arme pas les contestataires et on n’en appelle pas au Conseil de Sécurité de l’ONU contre les Rois de Bahrein et de Saoudistan.

    2-Syrie
    Sur le site du Quai d’Orsay :
    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo/syrie/la-france-et-la-syrie/evenements-4439/article/syrie-q-r-extrait-du-point-de-100583

    « Q – Quelle est la position française sur le sort d’Assad dans le cadre du gouvernement de transition proposé par Kofi Annan ? »
    « R – Plus de 15 000 personnes – y compris des femmes et des enfants – ont perdu la vie, depuis que Bachar Al Assad a choisi de réprimer par la force les aspirations démocratiques et légitimes de son propre peuple. »
    « Il est responsable de sa décision d’entraîner son pays et son peuple dans un spirale de violence sans issue. »
    « Aux yeux de son peuple, d’abord, et à ceux de la communauté internationale aujourd’hui, il a perdu toute légitimité. »
    En Syrie, toutes les victimes sont tuées par Bachar Al Assad.
    On veut bombarder la Syrie et détruire son armée et ses institutions.
    Pour le plus grand bonheur des Salafistes, Intégristes, Frèristes (faux frères) Musulmans, Qaïdistes, etc..
    Et à la satisfaction des expansionnistes du Grand Israël.

    Bahrein est occupé par les Etats-Unis qui y ont une immense base militaire.
    La Syrie a une volonté inébranlable d’indépendance, notamment vis-à-vis des Ultra-Sionistes-Associés.

  23. vanda dit :

    L’ article est très rassurant quant à la fermeté de la Russie et je l’ éspère de la Chine . Merci à Info Syrie de permettre d’ y voir plus clair car les médias occidentaux sot terribles dès qu’ il s’ agit de brouiller les cartes!